MW / Accueil / Articles
A PROPOS DE:

RED SUN RISING (04 NOVEMBRE 2016)


TYPE:
INTERVIEW
GENRE:
METAL ALTERNATIF

Music Waves a rencontré les membres de la nouvelle sensation rock alternative américaine, Red Sun Rising, qui comptent bien conquérir le Vieux Continent.
STRUCK - 30.11.2016 - 9 photo(s) - (0) commentaire(s)
A l'avant-veille de son concert parisien à l'Elysée Montmartre qui lançait la tournée européenne du groupe, nous avons rencontré les nouveaux-venus de Red Sun Rising qui - bien qu'ayant connu un succès fulgurant aux États-Unis - partent dans l'inconnu du Vieux Continent...


Quelle est la question qu’on t’a trop souvent posée ?

Mike Protich : D’où vient le nom du groupe ?





Votre actualité est cette grande tournée en Europe à partir du 6 novembre en commençant par Paris. Pensez-vous que le public européen réagira différemment du public américain ?

Mike : Je suis curieux de voir si ils connaissent notre musique pour commencer. Le public américain est super mais j’ai cru comprendre que le public européen était plus enthousiaste encore.


Le public français compris ?

Mike : Ce que j’ai entendu du public français et de Paris est qu’il était difficile mais une fois qu’il te connaît bien et qu’il t’aime, il est fond derrière toi !

Dave McGarry : Et aujourd’hui, nous en sommes à la partie difficile (Rires) !


Vous avez déclaré que vous aviez un nombre important de chansons, dont certaines n'ont pas été incorporées à l'album. Quels sont les critères de sélection de vos titres sur ce disque?

Mike : C’est un processus évolutif et je pense que nous voulons faire un album avec les différents types de titres, de vibrations que le groupe était capable de faire.
Si bien que parfois nous avons laissé de côté un titre peut-être meilleur techniquement au profit d’un autre avec de meilleures vibrations et ce dans l’optique que l’album soit plus "complet".


En gros, vous avez constitué un album dans une vision old school de la musique plus que celle moderne de la play-list

Mike : Tout à fait !





Mais ce n’est pas la mode, ne craignez-vous pas de ne pas répondre aux attentes du public actuel ?

Mike : Non, non… et je pense que cela nous a plutôt pas mal réussi jusqu’aujourd’hui (Sourire) !
Nous avons composé un album pour pouvoir le jouer sur scène et que l’auditeur se trouve comme emporté dans un voyage…


Est-ce que vos choix de compositions sont dépendants de la manière dont les chansons résonneront sur scène ?

Mike : C’est génial de pouvoir jouer nos titres sur scène : je trouve que la scène rend nos chansons encore plus honnêtes en leur donnant une nouvelle couleur… Nous jouons ces chansons depuis à peu près un an et demi aujourd’hui et elles ont énormément évolué.

Dave : C’est clair ! Les chansons sont aujourd’hui très différentes de celles immortalisées sur l’album. Nous les avons fait évoluer afin que nous les jouions de la façon la plus confortable possible sur scène sachant que l’alchimie entre nous sur scène est totalement différente de celle en studio.


Comment l’expliquez-vous ?

Dave : En studio, tout est écrit et préparé longtemps à l’avance alors que quand tu joues sur scène soir après soir, des petites choses changent à chaque fois.

Mike : Et puis, sur l’album, j’ai fait toutes les voix additionnelles alors qu’en live, je suis le chanteur principal…


Nous allons aller plus loin encore, nous voulons tirer profit de notre expérience sur scène sur notre prochain album



Et tout cela va-t-il influencer la façon dont vous allez composer le prochain album ?


Mike : Bien sûr ! Nous allons aller plus loin encore, nous voulons tirer profit de notre expérience sur scène sur notre prochain album.


Et pourquoi ne pas aller plus loin encore en changeant vos rôles en tant que musicien…

Mike : Mais nous le faisons déjà sur scène, le bassiste et moi-même échangeons nos rôles : je deviens bassiste et lui guitariste, cela rend nos prestations plus amusantes…


Red Sun Rising est très actif sur scène, vous considérez-vous d'abord comme un groupe de scène ?


Mike : Totalement : à 100% !





En gros, vous considérez que votre carrière européenne et notamment française va commencer demain lors du concert parisien…

Mike : C’est clair, j’estime que la scène est la meilleure représentation qu’on puisse avoir d’un groupe.


La tournée prévue dès novembre va durer 4 mois. Vous allez commencer à composer le prochain album dans la foulée ?

Mike : Après cette tournée, nous allons repartir en février pour une nouvelle tournée aux Etats-Unis : nous devrions écrire et enregistrer notre prochain album juste après.


En gros, vous voulez battre le fer tant qu’il est chaud…

Mike : Tout à fait et crois-moi je suis impatient de retourner en studio le plus rapidement possible.


Le fait que deux titres de votre album ('The Otherside' et 'Emotionless') aient été placés tout en haut des charts américains, peut-on dire que "Polyester Zeal" constitue le point de départ de la carrière du groupe ?

Mike : Je le pense ! C’est incroyable ce qui se passe pour nous : cet album nous a offert plein d’opportunités et si nous sommes ici à te parler c’est grâce à cet album !


Justement le groupe s’est fondé en 2010, pensiez-vous à l’époque être à Paris en face de journalistes français pour parler de cet album et votre tournée européenne ?

Mike : Bien sûr que non !





Et comment expliquez-vous que six ans plus tard, ce soit le cas ?

Mike : C’est surréaliste : chaque étape de notre succès était incroyable et il y a peu tourner en Europe était une nouvelle chose inimaginable et aujourd’hui, nous sommes là !


Nous avons réalisé énormément de rêves grâce à ce premier album


Dans ces conditions, quelle peut être la prochaine étape ?

Mike : C’est vrai, nous avons réalisé énormément de rêves grâce à ce premier album… et la prochaine étape serait être tête d’affiche plus souvent et tourner encore plus.
Lors de cette année et demi, nous avons pas mal tourné mais en tant que première partie et quelques têtes d’affiche : nous souhaiterions vraiment monter notre propre spectacle pour que nos fans nous suivent.


Vous dites que le rock que vous pratiquez "n'est pas d'aujourd'hui", et on entend bien les influences de grands groupes ayant fait leur preuves, pour faire court de Cheap Trick ('Amnesia') pour les mélodies aux maitres du grunge des 90's (Soundgarden, Pearl Jam ou Alice In CHains) ('The Otherside') pour la densité et la puissance sonore en passant par des compositions plus sombres et exigeantes à la Sixx AM ('My Muse'). Etes-vous d’accord avec les influences mentionnées ?

Mike : Bien sûr : nous essayons d’en incorporer autant que possible !





J’ajouterais à ces influences Metallica que l’on peut entendre sur 'Blister' ou le break de 'Worlds Away' qui sonne Tool…

Dave : (A l’annonce de ce dernier groupe) Oh cool !


Notre but est de tirer le meilleur de nos influences et créer quelque chose de nouveau avec cela


Que pensez-vous apporter de plus à votre musique par rapport à vos influences ?

Mike : C’est dur de répondre à cette question. Notre but est de tirer le meilleur de nos influences et créer quelque chose de nouveau avec cela. J’espère seulement que les gens qui nous écoutent et qui entendent ces influences ne se disent pas que nous sonnons comme eux !


Votre but est de créer votre propre son issu de toutes ces influences…

Mike : C’est tout à fait cela ! Nous apprécions quand les gens entendent ces influences mais nous ne souhaitons pas que notre musique se résume à ça. Nous voulons que notre musique leur soit familière mais nouvelle dans le même temps.


A contrario, je suis personnellement déçu que vous n’exploriez pas plus certains riffs comme celui extraordinaire de 'Imitation' qui est trop court…

(Rires)


Est-il possible que tel un groupe de progressif, vous pourriez explorer cette phase en faisant tourner le même riff à l’envi de façon hypnotique ?

Dave : Oui et faire un album basé sur un seul riff (Rires) !

Mike : Tu sais, le côté cool de tels passages comme celui-ci est que si ils sont courts sur l’album studio, nous les étirons sur scène et c’est pourquoi la scène est si intéressante…


On a évoqué l’aspect progressif de vos chansons, est-ce que tu l’appliques également à ton look pour ressembler à John Petrucci ?

Dave : (Rires) Non, non, ce n’est vraiment pas une volonté !

Mike : Je dirais plutôt qu’il veut devenir le Sylvester Stallone du rock (Rires) !





On ressent une sorte d'urgence dans votre album, sentiment renforcé par les textes coup de poing écrits pour réveiller les consciences. Est-ce le cas ? Comment écrivez-vous vos textes ?

Mike : Les textes sont généralement le fruit de conversations : nous nous asseyons et parlons de sujets communs. Nous voulons que nos textes aient une vraie signification afin que ceux qui l’écoutent puissent faire le lien avec leur propre vie, leur propre combat, leur propre choix…


Que souhaitiez-vous dire à ceux qui écoutent votre album ?

Mike : Nous les encourageons à trouver leur propre signification dans nos chansons. Nos chansons signifient quelque chose de particulier pour nous : ce sont des choses que nous avons tiré de nous-mêmes !


Nous voulons que les gens puissent se dire que ce groupe est capable de faire n’importe quoi et pas seulement une chose très spécifique !



Vous semblez sensible aux travers de l'industrie musicale, qui fait que beaucoup de musiques ne soient que des marchandises et des produits de consommation. Le clip de "Amnesia" est en ce sens assez clair. Comment procédez-vous pour ne pas tomber dans ce piège ?

Mike : Je pense que c’est ce que nous avons fait au travers de nos vidéos - nous avons sorti deux vidéos très sombres et curieuses - qui sont totalement différentes mais malgré tout faire en sorte que tout entre dans ce même monde. Nous sommes allés dans les extrêmes et en regardant ces vidéos, nous voulons que les gens puissent se dire que ce groupe est capable de faire n’importe quoi et pas seulement une chose très spécifique !


Nos chansons collent parfaitement au format des radios américaines notamment, alors que nous ne sonnons pas comme tous les groupes environnants qui font appel aux mêmes compositeurs, producteurs…


Dénoncer un certain système de la consommation en utilisant les moyens classiques que ce même système utilise pour diffuser son message n'est-il pas vain ?

Mike : Je pense que la seule façon de vraiment se sortir de cela est de rester honnête vis-à-vis de nous-mêmes. Plein de gens nous ont expliqué que pour faire du rock, il faut faire telle ou telle chose mais nous avons refusé. Malgré tout, nos chansons collent parfaitement au format des radios - américaines notamment -, alors que nous ne sonnons pas comme tous les groupes environnants qui font appel aux mêmes compositeurs, producteurs…


N’est-ce pas contradictoire de dire cela quand on sait que votre album a été produit par Bob Marlette notamment connu pour avoir produit Black Sabbath, Alice Cooper, Airbourne… ?

Mike : Tu as raison pour le producteur mais concernant l’écriture des chansons, la plupart des groupes aujourd’hui fait appel à des compositeurs extérieurs qui sont toujours les trois mêmes, c’est pourquoi la structure des chansons est toujours la même. C’est le problème des radios américaines : quand tu écoutes une chanson, tu ne peux pas faire la différence entre les groupes… Au contraire, de notre côté, des chansons comme 'Imitation', 'Unnatural', 'Emotionless' ou 'Blister' sortent du lot de la même structure refrain/ pont / refrain…


Vous êtes plus dans une démarche progressive de la musique dans son sens le plus large finalement…

Mike : Probablement, oui sachant que nous avons grandi avec ce type de musique.





On a évoqué Bob Marlette, quelle fut sa contribution ? son meilleur conseil ?

Mike : Je dirais que Bob est le meilleur pour nous dire quand il fallait arrêter une idée : quand nous avions une idée, nous essayons certaines choses en incorporant de nouvelles choses… il savait nous dire : "Stop, c’est bon !".


Est-ce lui qui vous a dit notamment d’arrêter le riff de 'Imitation' ?

Mike : (Rires) Probablement en nous disant que ça allait devenir trop long.


Cet album est sorti l’an dernier aux Etats-Unis et seulement cette année en Europe, pourquoi un tel long délai ?

Mike : Et bien, je pense que le label voulait construire quelque chose aux États-Unis dans un premier temps.


En clair, vous êtes un groupe émergent et ils ne savaient pas comment allait être l’accueil et maintenant que ça marche aux États-Unis, ils voient plus loin pour vous…

Mike : Exactement, ils voulaient venir en Europe avec quelque chose qui marchait : c’est pourquoi ils ont attendu !


Qu’attendez-vous de la sortie de cet album en Europe ?

Mike : J’espère que le public va se connecter avec notre musique. Je suis impatient de voir si le public européen apprécie plus un album qu’un seul single et si c’est le cas, je pense que nous avons beaucoup à leur offrir avec cet album qui contient des chansons très fortes…


Pour avoir placé deux titres dans les charts américains, avez-vous une pression particulière au moment de penser à vous lancer sur le prochain album ?

Mike : Aucun ! Aujourd’hui, nous savons que nous avons attiré l’attention du public maintenant, il faut enfoncer le clou…


Questions traditionnelles avant de se quitter, quel est votre meilleur souvenir d’artiste ?

Mike : Wahou, c’est difficile !

Dave : A ce jour, je dirais quand nous avons joué au Rock at the Range et quand tu as dit à ton grand-père que c’était là, ça m’a donné la chair de poule…

Mike : En effet, Rock at the Range est un des plus gros festivals de notre pays qui se déroule juste à côté de notre ville natale et nous avons eu enfin la chance de pouvoir y jouer cette année : le public était fou, le plus fou que j’ai pu voir… Et quand je suis rentré chez moi, comme à chaque retour à la maison, mon grand-père m’a demandé quel était le meilleur concert de notre tournée et je lui ai répondu Colombus, Ohio… je suis d’accord, c’est un moment génial !





Au contraire le pire ?

Mike : Mon pire souvenir ? Probablement me réveiller avec l’odeur de mon groupe quand tu es dans le van.

Dave : Je dirais que c’était plus sûrement la tournée sans air conditionné…

Mike : C’est vrai que ça a été une tournée assez brutale : nous tournions dans le sud des Etats-Unis, le Texas… et nous n’avions pas d’air conditionné dans notre van, tu te réveilles totalement déshydraté comme E.T. (Rires)..


On a commencé cette interview par la question qu’on vous a trop souvent posée, au contraire quelle est celle que vous souhaiteriez que je vous pose ?


Mike : (Silence) C’est une question vraiment géniale !

Dave : Aucune idée…

Mike : Je dirais, je dirais… mec, je ne sais pas ce que je dirais (Rires)…


Et bien, disons que vous y réfléchissez et pour votre prochaine promo française, vous me donnez la réponse…

Mike : Parfait !





Mais quand pensez-vous que nous allons nous revoir ?

Mike : Probablement l’année prochaine et nous aurons ta réponse (Sourire)


Super, merci!

Mike : Merci beaucoup !


Merci à Nuno777 pour sa contribution...


Plus d'informations sur http://redsunrisingmusic.com/
 
(0) COMMENTAIRE(S)
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'article, ajouter quelques anecdotes, quelques connaissances ou tout simplement raconter votre vie...
 
Aucun commentaire. Soyez le premier à donner votre avis sur ce article
Haut de page
 
Main Image
Item 1 of 0
 
  • 8777
  • 8778
  • 8779
  • 8780
  • 8781
  • 8782
  • 8783
  • 8784
  • 8798
Haut de page
EN RELATION AVEC RED SUN RISING
DERNIERE CHRONIQUE
Thread (2018)
"Thread" est une réussite car il conserve les qualités mélodiques de son prédécesseur tout en gagnant en originalité. Toutes les chroniques sur RED SUN RISING
DERNIERE ACTUALITE
RED SUN RISING : Nouvel album le 30 mars
SORTIE
Toutes les actualités sur RED SUN RISING
AUTRES ARTICLES
ARTICLE PRECEDENT
MYRATH + SIDILARSEN - LE FORUM DE VAUREAL - 19 NOVEMBRE 2016
2 têtes d'affiche ce soir au Forum !
 
ARTICLE SUIVANT
ANGRA (04 OCTOBRE 2016)
A l'occasion de son passage à Paris pour fêter les 20 ans de "Holy Land", Music Waves a rencontré Angra pour une longue interview vérité...

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020