MW / Accueil / Articles
A PROPOS DE:

Saxon + Girlschool - Lille le Splendid - 21 Décembre 2016.


TYPE:
LIVE REPORT
GENRE:
HEAVY METAL

En ce mercredi de fin décembre, Noêl est en avance avec la venue de Saxon et Girlscool dans le cadre chaleureux du Splendid de Lille.
NOISE - 05.01.2017 - 5 photo(s) - (0) commentaire(s)

Peu temps avant Noël, le Splendid de Lille nous fait un joli cadeau en ce 21 décembre en accueillant l’avant-dernière date de la tournée de Saxon en Europe. Pour l’occasion, les vétérans anglais sont accompagnés de leurs sœurs de guerre, Girlschool. On se souviendra qu’en 2015 ces deux formations devaient ouvrir pour Motörhead à Paris, mais les attentats du Bataclan puis la disparition de Lemmy avaient empêché le bombardier de venir une dernière fois dans notre pays. Chacun a donc une petite pensée un an plus tard pour la légende anglaise avant de pénétrer dans la salle. Le Splendid pour cette occasion affiche quasiment complet et voit les générations de hardos se côtoyer dans une franche bonne humeur avec l’envie de faire la fête dans un pur esprit hard rock old school.

C’est sur le coup de 20h que Girlschool déboule sur scène. Les 4 Britanniques  ne sont pas passées par la capitale des Hauts-de-France depuis des années, une fois en 1988 pour la tournée "Take A Bite" et avant ça en 1981 en ouverture de Motörhead au mythique Palais St Sauveur sur la tournée "Aces Of Spades". Bien sûr le temps a fait son œuvre, les filles n’ont pas eu la carrière de leurs grands frères en connaissant un gros coup de mou dans les années 90 avant de revenir depuis le milieu des années 2000 avec notamment un très correct "Guilty As Sin" sorti en 2015. Aux commandes on retrouve les deux fondatrices Kim McAuliffe sur laquelle le temps ne semble guère avoir de prise et Denise Dufort derrière les fûts. A leurs côtés Enid Williams assure toujours à la basse tandis que Jackie Chambers assure la deuxième guitare. Chacun a évidemment une pensée pour Kelly Johnson disparue en 2007 et dont le groupe honore toujours la mémoire en luttant contre le cancer sans relâche.

Il règne un parfum de nostalgie dans la salle mais les filles vont le balayer en 45 minutes de rock’n’roll. Dans une ambiance survoltée elles vont revenir sur leurs deux référentiels premiers albums en nous balançant nombre de hits rentrés au panthéon de la NWOBHM mais vont aussi revenir sur leurs deux derniers albums et prouver qu’elles ont encore sous la pédale malgré 40 ans de carrière. Girlschool balance trois hits d’affilée pour commencer. Le son est correct mais un poil brut de décoffrage, sans chichis et un peu à l’arrachée mais avec un bel esprit rock. Derrière ses fûts Denise frappe comme une damnée dans l’esprit d’un Mikkey Dee avec une puissance impressionnante. ‘Demolition’, ‘Hit And Run’ et ‘C’mon Let Go’ font leur effet auprès d’un public friand ce heavy teinté de hard allant droit au but. Au chant Kim assure et le public la suit avec bonheur sur des refrains fédérateurs. Entre deux titres elle parle au public et on sent en elle une joie sincère d’être là à partager sa musique devant tant de monde.

Après ce début en fanfare, les filles balancent trois chansons récentes dont deux du nouvel album et elles rencontrent un franc succès. ‘I Spy’ tiré de "Legacy" est un brulôt heavy et il est l’occasion de rendre hommage à Ronnie James Dio qui chantait ce titre avec le groupe sur l’album. ‘Come The Revolution’ et ‘Take It Like A Band’ illustrent "Guilty As Sin", la première  est une bombe de heavy mélodique qui a tout d’un hymne scénique et qui permet à Kim et Enid de briller. La deuxième est plus typée hard rock et fait penser à du Motörhead en faisant bien secouer la tête. Ensuite nous retournons vers "Hit And Run", le classique du groupe qui a été réenregistré en 2011, avec deux bombes, ‘Future Flash’ et ‘Watch Your Step’ qui font leur effet sur un public ravi et bien chaud. Enfin après la classique reprise du ‘Race With The Devil’ de The Gun le groupe nous achève avec son classique absolu, ‘Emergency’. Ce titre issu du premier album et que les filles avaient aussi interprété avec Motörhead en 1981 reste un moment fort de hard rock énergique et sans fioriture et conclut le concert à merveille. Il aura aussi été l’occasion pour le groupe de se souvenir avec force émotion de leur mentor, Lemmy, dont l’esprit aura plané sur cette belle soirée.

Après ce beau hors-d’œuvre, Saxon est attendu avec impatience, les Anglais ne cessent de tourner et le Splendid les a déjà accueillis trois fois depuis 2002, la derrière il y a deux ans avec un concert resté dans les mémoires. Depuis il a sorti un solide ‘"Battering Ram" et il a intelligemment fait évoluer sa set list, les hits étant là mais accompagnés d’autres chansons et dans un ordre différent. Comme à son habitude le groupe débarque sur le ‘It’s a Long Way To The Top’ d’AC/DC, l’ambiance montant d’un cran dans une salle pleine comme un œuf. Cette première partie de concert va voir Saxon alterner titres récents et plus anciens. D’entrée ‘Battering Ram’ fait bien mal aux cervicales avec son ton bien heavy et son refrain énorme, Byff derrière son micro rayonne de forme et chante comme s’il avait 20 ans de moins. Cela se confirme avec le bel enchaînement ‘Heavy Metal Thunder’ et ‘Sacrifice’. La première est un classique indémodable du heavy britannique tandis que la seconde, tirée de l’album du même nom de 2013, fait son effet avec son ton bien musclé. Derrière ses fûts Nigel Glocker est impérial, avec son tee shirt ‘Fuck Cancer’ il en impressionne plus d’un et prouve que ses soucis de santé sont loin.  Rare rescapé du Saxon des années 90 ‘Solid Ball Of Rock’ enchaîne, il est vraiment devenu un classique grâce à son excellent refrain et son rythme donnant envie de taper du pied. D’ailleurs Byff fera participer le public avec quelques ‘Yeah’ qui ont mis l’ambiance. Ce début boulet de canon s’achève avec un autre classique, ‘Never Surrender’, toujours aussi efficace avec son refrain fédérateur.

Après ce grand moment, Byff prend le temps de saluer la foule et parle pas mal avant de partir en fou rire avec ses collègues et ne cessant ensuite de répéter ‘Never Surrender’ dans une bonne humeur communicative. Nous sommes en fin de tournée et le groupe est peut être un peu fatigué mais il n’en montre pas la trace et joue comme si sa vie en dépendait. Aux guitares Quinn et Scarratt sont impériaux et balancent riffs et soli avec puissance et efficacité comme si nous étions en 1982. Le groupe revient sur ses disques récents et nous confirme son excellente santé artistique. ‘Chasing The Bullet’ tiré de "Call To Arms" est un titre de hard rock direct et efficace qui rencontre un franc succès tandis que ‘The Devil’s Foolprint’ impressionne pas mal. Avec son introduction parlée lugubre ce titre bien costaud rencontre un franc succès grâce à un ton plus sombre et recherché. Au milieu se glisse un titre antique, ‘Stand Up And Be Count’. Cet extrait de ‘Strong Arm Of The Law’ reste 35 ans après sa création un de morceau de heavy burné qui donne envie de headbanguer furieusement. D’ailleurs la fosse bouge avec quelques pogos dans une chaleur moite et intense. Cette deuxième partie s’achève avec un classique, "Strong Arm Of The Law", superbement introduit à la basse par un Nibbs Carter discret mais indispensable. Ce hit est repris en chœur par un public qui a le frisson à l’écoute d’un tel monument du metal. Byff prend le temps de souffler pour introduire le classique suivant, les musiciens sont en nage mais visiblement heureux de l’accueil.

Et ce titre va être un grand moment de ce concert, ‘The Eagle Has Landed’ plus posé et mélodique est toujours un énorme plaisir auditif. Avec ses ambiances prenantes, il fait voyager l’auditeur grâce à des parties de guitares splendides et une atmosphère planante. Après ce moment de grâce, Saxon repart sur les chapeaux de roues avec ’20.000 Ft’. Ce titre ultra rapide fait toujours son effet avec son refrain coup de poing et son côté hard rock biker intense.  Avant l’enchainement final le groupe a la bonne idée de revenir une troisième fois vers "Battering Ram" avec l’excellent ‘Queen Of Hearts’.  Ce titre épique tout en retenue est une perle dans le genre avec un refrain très fort, une mélodie parfaite et surtout une grande partie musicale avec un break plus lent et atmosphérique. Après ce voyage la dernière ligne droite est lancée. Avec ‘And The Bands Played On’ et ‘Dallas 1 PM’ Saxon balance deux nouveaux classiques directs et efficaces bien dans cette idée hard rock vintage. Le tout rencontre un franc succès et l’ambiance va encore monter d’un cran avec le titre suivant. Byff prend le temps de rendre un hommage franc et appuyé à son ami Lemmy et nous envoie dans la tronche une reprise de ‘Ace Of Spades’ qui met le public en transe. Et ce n’est pas encore fini, le groupe nous achève avec l’immense ‘Wheels Of Steel’, sur ce classique intemporel Byff fait chanter le public, le filme avec son portable faisant de ce morceau un moment inoubliable.

Le concert est déjà mémorable mais personne n’est fatigué et après une courte absence Saxon revient pour des rappels dantesques avec pas moins de 5 titres. La première partie de ces rappels voit le groupe aller rechercher l’efficace ‘Let Me Feel Your Power’. Ce titre sorti de "The Inner Sanctum" et qui a donné son nom au dernier live du groupe est une tuerie heavy qui ravit un public encore affamé. ‘747 (Strangers In The Night)' achève cette première salve en beauté, ce titre au refrain fédérateur restant un classique du heavy metal. Enfin et à la demande générale la toute dernière partie du concert démarre avec l’immense ‘Crusader’ qui reste plus de 30 ans après sa création un hymne épique à donner le frisson. Cette fête se termine avec deux classiques, ‘Denim And Leather’ qui reste un hymne absolu que chacun aura repris en chœur sans relâche. Enfin le rapide ‘Princess On The Night’ achève cette soirée de deux heures avec une force heavy toujours aussi intense.

Saxon a convaincu de belle manière, le groupe salue son public assez longuement et nous laisse repartir la tête pleine de bons souvenirs et revigorés pour un bon moment. Le groupe britannique reste un modèle du genre en concert et semble insensible au poids des années qui passent et nous donne envie de le revoir très vite. Il nous reste à remercier l’organisation pour nous avoir permis de suivre ce concert. Les photos du concert n’ont pu être prises dans la fosse comme d’habitude suite à une demande du groupe.



Plus d'informations sur http://www.saxon747.com/en/is/
 
(0) COMMENTAIRE(S)
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'article, ajouter quelques anecdotes, quelques connaissances ou tout simplement raconter votre vie...
 
Aucun commentaire. Soyez le premier à donner votre avis sur ce article
Haut de page
 
Main Image
Item 1 of 0
 
  • 9382
  • 9383
  • 9384
  • 9385
  • 9386
Haut de page
EN RELATION AVEC SAXON
DERNIERE CHRONIQUE
Thunderbolt (2018)
Avec "Thunderbolt", Saxon signe un disque riche et varié qui montre qu'il a encore pas mal de choses à dire. Toutes les chroniques sur SAXON
DERNIERE ACTUALITE
SAXON : Nouveau live en août
SORTIE
Toutes les actualités sur SAXON
AUTRES ARTICLES
ARTICLE PRECEDENT
LOST IN KIEV (19 DECEMBRE 2016)
Music Waves a rencontré Lost in Kiev, groupe de post-rock français très prometteur comme en témoigne le très bon "Nuit Noire"...
 
ARTICLE SUIVANT
AARON KEYLOCK (13 DECEMBRE 2016)
Quelques jours avant la sortie de son premier album "Cut Against The Grain", Music Waves a rencontré le nouvel espoir de la scène blues contemporaine : Aaron Keylock... le nouveau Joe Bonamassa ?

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020