MW / Accueil / Articles
A PROPOS DE:

GHOST + ZOMBI - L'OLYMPIA - 11 AVRIL 2017


TYPE:
LIVE REPORT
GENRE:
HARD ROCK

Ce mardi 11 avril 2017 est déjà marqué d’une croix rouge inversée sur le calendrier des fans de Ghost, prenant possession de l’Olympia, plein à craquer. Music Waves était sur les lieux du prêche pour vous faire rentrer dans l'occulte.
PHOTOGRAPHISTE - 18.04.2017 - 14 photo(s) - (3) commentaire(s)

ZOMBI


Passons rapidement sur la première partie, Zombi, qui, durant 45 mn de labeur, propose un space rock electro/basse/batterie tournant en boucle au bout de trois morceaux. Imaginez-vous une musique de film d’horreur oldie à la façon de James Carpenter… Sauf que Zombi c’est long, très long, trop long. Reconnaissons tout de même que Steve Moore (synthés, basse) et surtout l’énergique A.E. Paterra (batterie), qui composent ce duo, sortent tout ce qu’ils peuvent à défaut de sortir tout court ! Néanmoins, l’Olympia applaudira poliment cette prestation.




Leur set se termine et les roadies commencent à préparer la scène derrière le grand rideau rouge de l’Olympia afin de laisser la surprise au public lorsque Ghost montera sur les planches. Une musique religieuse permet de se recueillir avant le sacre à venir.

GHOST

Après une bonne vingtaine de minutes, les lumières s’éteignent. Le public de frères et de sœurs (bonnes ou non) forme une foule hétéroclite au risque de paraître chaste sur un doigt brûlant, hurlant à gorge profonde sa jouissance à l’arrivée des Nameless Ghouls sur une scène représentant une nef d’église, carrelage au sol et vitraux imprimés sur une toile de fond. Ghost, les six enfants du Démon, est bien sur scène. Qui l’eût cru ? Six fils !




Papa Emeritus, qui le mérite bien, fait son apparition dans un nuage de fumée. La soirée à peine commencée, on sait d’emblée qu’elle sera extrêmement chaude. Les corps se déchaînent, la sécurité évacue quelques jeunes vierges effarouchées, suantes et dégoulinantes, prêtes à s’évanouir du fait d’une importante pression contre les barrières.







Parlons des cas Ghouls ! Elles tenaient trop show et ont été remplacées par des masques cornus masquant leurs corps nus. Le fait de ne pas porter de nom personnel est bien pratique sachant que nombre d’entre elles ont changé suite à une procédure judiciaire bien glauque entre plusieurs anciens gros membres érigés contre Papa Emeritus III… Mais c’est là une autre histoire.



Le sol ondule véritablement sous les coups de boutoir des fans survoltés. Difficile de photographier dans ces conditions, il faut sauter en rythme selon le va-et-vient et se laisser pénétrer par la musique.

Religieusement, sur le titre ‘Body and Blood’, Papa Emeritus III demande à l’assistance de ne pas toucher aux religieuses, Sisters of Sin, ni de leur lécher les doigts lors de la distribution des hosties aux adeptes déchaînés. Le très Saint Père pervers, voyant cette folie, suggère à la fosse de ne pas finir en pugilat et aux rangs suivants de se tripoter entre eux s’ils le souhaitent. Petit coquin lubrique…

Les nouveaux Ghouls se démènent bien plus que les années précédentes. Ils sont composés maintenant des deux sexes, semblerait-il. La silhouette très délicate du bassiste est plutôt féminine (contrairement à ses mains) et hyper énergique. Le mystère reste entier… Homme ? Femme ? Peu importe ! Les headbanging sont ravageurs et les courses-poursuites sur scène font plaisir à voir, ce qui change assez des poses statiques des anciens musiciens. On a maintenant droit à de vrais petits facétieux diablotins obsédés bien qu’asexués, même s’ils sont éventuellement de sexes différents. Cherchez l’erreur…




Revenons aux magnifiques lightshows offrant des ambiances plus ou moins puissantes ou intimistes suivant les morceaux. Les fumées denses teintées de rouge nous font vraiment croire que les puissances sataniques vont investir les lieux et prendre possession de la salle, prête à les accueillir en son sein. Les lumières bleues, au contraire, imitent parfaitement les ambiances froides et monacales. On en prend plein les yeux, les oreilles et le reste ne nous regarde pas.




Le titre ‘Mummy Dust’ permet même au Nameless Ghoul clavier de faire un petit solo sympa avec sa keytar. À la fin du morceau, deux canons situés de part et d’autre de la scène déclenchent un long jet continu de petits morceaux de papiers imitant les bandelettes d’une momie prête à atteindre le 7e ciel.

‘Ghuleh/Zombie Queen’ est ensuite le bienvenu, ainsi que l’avant-dernier morceau ‘Ritual’, à la fin duquel les Nameless Ghouls jettent leurs offrandes, mediator et baguettes, aux fans parisiens chauffés à blanc par tant de ferveur quasi religieuse. Il va falloir ce con fesser et arrêter de faire le pitre avec sa mitre.

Enfin, Papa Emeritus III fait encore preuve d’un humour salace de son fruit, joli joli joliiiiii, avant ‘Monstrance Clock’ qui conclut magistralement l’impeccable concert hyper rodé de ce groupe prenant de plus en plus d’ampleur, telle une érection présidentielle. À défaut d’enfants de chœur, ils ont encore une fois enfilé des perles tout au long d’une setlist infernale.


Set-list:

Square Hammer
From the Pinnacle to the Pit
Secular Haze
Con Clavi Con Dio
Per Aspera ad Inferi
Body and Blood
Devil Church
Cirice
Year Zero
He is
Absolution
Mummy Dust
Ghuleh/ Zombie Queen
Monstrance Clock

Lien vers l'album photos HD : https://www.flickr.com/photos/seal20/sets/72157679288385803/



Plus d'informations sur http://ghost-official.com/
 
(3) COMMENTAIRE(S)
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'article, ajouter quelques anecdotes, quelques connaissances ou tout simplement raconter votre vie...
 
CHILDERIC THOR - 20/04/2017 13:07:34
0
Moi, j'aime bien Zombi, quand même un des groupes les plus respectés de la scène Space rock !
CALGEPO - 19/04/2017 14:16:53
0
Excellent
NUNO777 - 18/04/2017 08:49:25
0
Très bon article et très belles photos !
Haut de page
 
Main Image
Item 1 of 0
 
  • 10162
  • 10163
  • 10164
  • 10165
  • 10166
  • 10167
  • 10169
  • 10170
  • 10171
  • 10172
  • 10173
  • 10174
  • 10175
  • 10176
Haut de page
EN RELATION AVEC GHOST
DERNIERE CHRONIQUE
Prequelle (2018)
Marqué par la signature unique et l'esprit de renouvellement à l'œuvre dans chacun de ses trois prédécesseurs, "Prequelle" consacre la période la plus faste de Ghost en termes de réussite mélodique et d'accessibilité. Toutes les chroniques sur GHOST
DERNIERE ACTUALITE
GHOST: Nouveau titre
VIDEO
Toutes les actualités sur GHOST
AUTRES ARTICLES
ARTICLE PRECEDENT
NEAL MORSE (05 AVRIL 2017)
Neal Morse nous a donné rendez vous juste avant le concert au Divan du Monde pour aborder son dernier album, son groupe et nous faire partager sa spiritualité.
 
ARTICLE SUIVANT
TYM (03 AVRIL 2017)
Rencontre avec Tym, jeune artiste dont les inspirations font le grand écart entre une production française plutôt consensuelle et des atmosphères plus rock et rugueuses qui peuvent paraître difficilement conciliables...

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020