MW / Accueil / Articles
A PROPOS DE:

ANNEKE VAN GIERSBERGEN (04 SEPTEMBRE 2017)


TYPE:
INTERVIEW
GENRE:
METAL PROGRESSIF

Dans le cadre de la sortie de l'album de Vuur, Music Waves a eu la chance de rencontrer Anneke Van Giersbergen qui nous montre sa passion et son humilité...
CALGEPO - 20.10.2017 - 8 photo(s) - (0) commentaire(s)
Music Waves part à la rencontre de l'icône metal et progressive, Anneke Van Giersbergen, pour son nouveau projet qu'elle considère comme l'un de ses plus personnels : Vuur. C'est l'occasion pour elle d'évoquer ses collaborations passées et ce qu'elles lui ont apporté.


Anneke, on s'était vu pour la promo de Gentle Storm il y a 2 ans, le projet que vous avez fait ensemble avec Ayreon. Pouvons voir en Vuur une certaine continuité de l'esprit de ce projet, les musiciens étant les mêmes que pour la tournée ? Etait-ce pour dire : "on continue Gentle Storm sans Ayreon" ?

Pas intentionnellement. Je suis bien sûr très inspiré par Ayreon et Gentle Storm. Nous y avons mis beaucoup de nous-mêmes, y compris dans la tournée. Cela faisait longtemps que j'avais de faire un album prog fort et puissant. Gentle Storm était la combinaison de cette envie avec celle d'Ayreon. Par la suite, il a sorti son album, de mon côté je souhaitais à nouveau faire un nouvel album solo plus puissant. Mais je ne voulais pas quitter ce groupe, car ce parcours pendant ces dernières années était vraiment formidable, nous avons vécu plein de chose. J'avais l'impression d'avoir trouvé l'équipe pour faire un album heavy et progressif et pouvoir mettre tout cela en commun.





Il y a 10 ans, lorsque tu as décidé de quitter The Gathering, tu voulais faire un break, presque une retraite dorée mais depuis tu as multiplié les collaborations et les réalisations : Devin Towsend, Siren, Aqua de Annique, Arstoir en 2016 sans compter les tournées... D'où te vient cette boulimie de travail et comment arrives-tu à concilier ta vie professionnelle et personnelle ?

C'est une longue question qui appelle une longue réponse... Quand j'ai quitté The Gathering je voulais faire quelque chose de moi-même. Lorsque vous quittez un groupe pareil, ce n'est pas simple. J'ai pris du recul pour me prouver à moi-même que je pouvais continuer.


Tu penses que tu avais quelques chose à prouver ?

Pas nécessairement de moi-même. Certaines personnes après ce départ disaient : "Elle va faire un album puis ensuite disparaitre de la circulation !". Mais je voulais faire de la musique par mes propres moyens plus que tout. Rien n'était prémédité après avoir quitté The Gathering"comme devenir encore plus célèbre. Non rien de tout ça, hormis le fait de continuer à faire ce que j'aime faire, c'est à dire chanter. Dans ces diverses collaborations, j'ai été heureuse et honorée. J'ai grandi grâce à toutes ces personnes. Les gens se demandent souvent "qu'est-ce qu'elle fait maintenant ?"... J'ai pu faire beaucoup de choses différentes. En quelque sorte j'ai survécu.


Le public m'a transmis le sentiment d'avoir confiance en moi, en ma musique



Survécu ?

Parce que parfois c'est facile d'abandonner. Je pense qu'après cinq années (après avoir quitté The Gathering) le public a commencé à changer et à me prendre au sérieux puis s'est dit "ok, elle va rester". Avec mes albums solo (Aqua de Annique) et le travail avec Devin Townsend, le public m'a transmis le sentiment d'avoir confiance en moi, en ma musique. Maintenant, je me sens dans une position plus confortable grâce à ce retour. C'est un bon sentiment de penser ainsi, de pouvoir aller dans la direction que je veux. J'ai travaillé dur pour cela car je n'aime pas que tout vienne à moi facilement.


Ça veut dire que le public a une grande importance dans tes propres décisions ? Est ce que l'envie d'être seule dans un nouveau projet est quelque chose que tu ressens ?

Pas nécessairement, je suis ravie que les gens me suivent. Si je fais ce qui est honnête et au plus profond de mon cœur, ce sera bon et éventuellement apportera de l'énergie au public. Si je pensais à la place du public : "ok ils veulent écouter ça ! je fais cette musique!", je ferai du mauvais travail. Les gens ne l'accepteraient pas, j'aurais l'impression de les tromper et ils ne sont pas stupides. Parfois j'ai fait des albums plus pop ou plus rock, c'est venu ainsi, sans arrière-pensée et c'est bien plus confortable ainsi. C'est un bon sentiment de pouvoir faire ce que je veux et quand je veux et le public respecte cela, complètement.





Ce qui frappe justement c'est la grande variété de styles auxquels tu te frottes : le metal avec Devin, l'opéra progressif avec Ayreon, des live acoustiques, en passant par ta collaboration avec Moonspell, penses-tu que cet éclectisme et cette ouverture d'esprit soient compris par tes fans ou bien comprends-tu qu'ils soient surpris par tes choix ?

Je pense que c'est normal de surprendre pour un artiste. En tant qu'auditeur, c'est ce que j'attendrais. J'aime écouter beaucoup de choses différentes. C'est comme lorsque j'ai fait un show acoustique à la TV. Les gens ont été surpris et d'autant plus quand ils ont su que je venais d'un univers metal.


C'est aux gens qu'il appartient de juger mon travail.


Pouvons-nous dire que Vuur est la partie la plus metal de ton cœur et que sous ton propre nom nous devrions nous attendre à plus de pop alternative ?

Il y a peut être une certaine confusion dans tout cela. La scène metal s'est démocratisée, elle est absolument incroyable, j'ai vu dans l'assistance des gens venir dans certaines salles avec leurs enfants. Aujourd'hui elle est partout, il y a de plus en plus de shows, de festivals. Le public y est le plus ouvert et il t'encourage, il est curieux. Pour répondre à la question il existe une relative différence entre ce  que j'ai essayé de faire depuis les six derniers mois avec la formation de groupe Vuur incluant cette partie de moi plus metal, et ce que j'ai fait sous mon nom, plus calme, posée, acoustique. C'est aux gens qu'il appartient de juger mon travail. J'en arrive à être moi-même confuse.


Avant d'avoir réalisé ce nouvel album, quels ont été les professionnels et sur le plan humain que tu garderais en mémoire : Devin, le controle-freak Ayreon... quel pourrait être le prochain Avatasia avec Tobias Sammet qui est tout aussi fou que Devin et tout autant exubérant ?

C'est vrai, ils sont complètement dingues, je ne connais pas encore bien personnellement Tobias. Ils ont tous le point commun d'être très intelligents. Vous les connaissez aussi. Il sont drôles, émotionnels et ça a été formidable de travailler avec eux. Ils composent des trucs incroyables.





Dans leur art, ce sont des gars torturés ?


Oui, ils expriment ce qu'ils ressentent et le magnifient avec leur musique. C'est inspirant car ils ne semblent n'avoir aucune limite. Une personne comme Devin est totalement capable de s'exprimer ainsi avec ses capacités de guitariste et de compositeur. Il est pour moi une des plus belles collaborations.


Pouvons-nous voir en Vuur une sorte d'influence après avoir travaillé avec autant de gens talentueux, qui te permettrait de suivre ce niveau ? Et pourrions-nous affirmer que sans ces collaborations, Vuur n'aurait pas existé ?

Tu as totalement raison. J'ai appris énormément de ces gars : dans la composition, dans les performances...


Mais qui n'est pas influencé par Devin actuellement ?


C'est vrai, il est un artiste complet et important, qui compte aujourd'hui. Il ne se comporte toutefois pas comme une grosse star, il est accessible et vous pouvez lire en lui comme dans un grand livre ouvert.


Au commencement du projet Vuur, Marcela Bovio était un membre du groupe, pouvons-nous expliquer son départ en raison de l'orientation puissante prise par le groupe ?

Marcela était inspirée par Gentle Storm. Cependant, elle n'était pas dans l'optique de la direction musicale que je souhaitais pour ce nouvel album. Elle avait beaucoup de choses à chanter. Au fur et à mesure elle ne se sentait pas à l'aise mais cela tient aussi au fait de ne pas être plus en avant. C'est quelque chose que je comprends car j'aime aussi être mise en avant. Pour elle la frontière entre être une chanteuse lead et une chanteuse plus en retrait n'était pas simple, elle n'envisageait pas de juste milieu ce qui fait que la situation n'était pas confortable pour elle. Elle a ensuite fait un album solo.


Je voulais quelque chose de puissant, de lourd avec de longs morceaux sans aucune restriction


Ce nouvel album est dense, plus d'une heure de musique, avec de longs morceaux épiques !  Penses-tu que tes fans soient réceptifs, sur la forme, à ces titres longs alors que le groupe est tout nouveau ?

Au moment de débuter, j'avais beaucoup d'idées et je voulais présenter le groupe comme épique. Je connais bien les membres du groupe depuis Gentle Storm. Seulement, si j'avais suivi cette même orientation cela aurait été comme refaire du "Gentle Storm". Or je voulais aller au-delà, quelque chose de puissant, de lourd avec de longs morceaux sans aucune restriction.





Et en faisant ce genre de morceaux metal et longs, n'as tu pas peur que le public fasse une comparaison avec Devin Townsend ?

Et il aurait raison ! Je suis d'accord avec ça parce que c'est vrai. Je suis tellement inspiré par lui et par tellement d'autres artistes comme Ayreon, ils font partie de mon monde aujourd'hui et je souhaite que ça s'entende dans ma musique.


Au départ tu souhaitais faire la jonction entre l'aspect pur et mélodique de ta voix avec un côté beaucoup plus heavy, comment arrives-tu as en tirer le maximum quand tu composes tes titres ?

Je pense que nous avons évoqué la dualité, entre le heavy et le soft, le jour et la nuit, entre la lumière et la noirceur. Mes paroles évoquent ces contraires, les contradictions. Il y a à la fois le côté puissant mais aussi une certaine douceur pour contrebalancer cela. Je voulais mettre en exergue ces extrêmes afin de retranscrire le fait de trouver un endroit qui se situe au milieu de ces opposés. Il y a beaucoup d'extrêmes dans ce monde, entre lesquels il doit exister un endroit de paix et de sérénité. Je le cherche dans mes textes et dans ma vie.


Cet album est-il une synthèse au final de tout ce que tu as fait précédemment : la puissance de Devin, mais aussi des moments atmosphériques sur la fin qui rappelle The Gathering, notamment dans le titre 'My Champion' ? Es-tu d'accord avec cette analyse ?

Je te rejoins dans ce que tu dis. Tu retrouves dans cet album tout ce que j'ai pu accomplir au cours de ces dix dernières années. C'est un voyage, une invitation à venir écouter l'album et à découvrir des moments magiques autour de ces villes. Bien sûr il y a du Devin, du The Gathering et tous les autres. J'y ai mis mon cœur dans cette musique lorsque j'allais au studio chaque semaine. Et lorsque au fur et à mesure les compositions prenaient forme sur la fin, j'entendais ces influences et j'en étais vraiment fière.





Dans cette même idée, nous entendons également un aspect heavy progressif dans le titre 'Time', avec cet aspect mélodique qui rappelle 'Ghost Inside' notamment, n'est ce pas un certain retour aux sources ? Es tu d'accord avec ça ?

Un peu oui. Cette chanson mêle à la fois le heavy et un aspect plus lent, plus mid tempo. Il y a une connexion, oui. J'ai écouté Mastodon qui a aussi de longs morceaux puissants avec une lente progression, un côté sombre. Je suppose que oui, il y a la recherches de quelques racines musicales dans ce que je fais. J'ai grandi avec Metallica... et aussi la pop music. J'essaye de tirer quelque chose de bien pour ma musique dans cette combinaison des genres, dark et soft.

Nous avons évoqué Devin, le titre 'The Maryrs And The Saints - Beirut' semble être comme un sorte de tribute, est-ce que c'est un peu le cas ?

Pas réellement un tribute. Bien entendu c'est une inspiration. J'ai écouté la démo récemment encore, mais beaucoup des titres en sont influencées, désolée. Il y a des petites choses qui rappellent certains de ses aspects : quelques parties mélodiques, quelques thèmes et j'en suis heureuse au final.


Je suis sans doute chanceuse d'avoir une voix puissante car avec elle je peux exprimer beaucoup de choses positives.


Nous avons parlé beaucoup de Devin, mais ce qui retient aussi l'attention aussi c'est ta manière de moduler ta voix notamment dans 'The Fire', comment arrives-tu à garder depuis ces 25 ans de carrière cette voix pure et incroyable ?

Je ne sais pas, je pense dormir plus car c'est un instrument qui a besoin de repos. Je pense avoir un cadeau avec cette voix. J'essaye de la respecter et de l'entretenir. Je suis sans doute chanceuse d'avoir une voix puissante car avec elle je peux exprimer beaucoup de choses positives.


Une question nous brûle les lèvres, à propos de The Gathering avec lequel tu as participé à un show en 2014, quel est ton sentiment sur ce concert car pour nous ça a été une belle fin, une porte qui se referme ?


Oh oui, c'était une belle opportunité de se réunir à nouveau.


Est-ce que que pour toi c'est une possibilité de travailler à nouveau avec les frères Rutten car musicalement vous êtes très proches ?

Il ne faut jamais dire jamais. Pour être honnête, j'aime ce que je fais actuellement dans ma carrière solo, ma liberté de composer. A ce jour, je suis concentrée sur cette carrière.





Merci beaucoup !

(En français) Merci à vous.


Merci à Noise pour sa contribution...


Plus d'informations sur https://www.facebook.com/vuurband/
 
(0) COMMENTAIRE(S)
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'article, ajouter quelques anecdotes, quelques connaissances ou tout simplement raconter votre vie...
 
Aucun commentaire. Soyez le premier à donner votre avis sur ce article
Haut de page
 
Main Image
Item 1 of 0
 
  • 11468
  • 11469
  • 11470
  • 11471
  • 11472
  • 11473
  • 11474
  • 11475
Haut de page
EN RELATION AVEC VUUR
DERNIERE CHRONIQUE
In This Moment - We Are Free (2017)
L'envie de revenir au metal était palpable depuis quelque temps chez Anneke Van Giersbergen. Avec Vuur, elle la réalise avec une classe éblouissante. Toutes les chroniques sur VUUR
DERNIERE ACTUALITE
ANNEKE VAN GIERSBERGEN DEVOILE VUUR A MUSIC WAVES!
INTERVIEW
Toutes les actualités sur VUUR
AUTRES ARTICLES
ARTICLE PRECEDENT
HIGHWAY (26 SEPTEMBRE 2017)
Cinq ans après "United States Of Rock'n'Roll" et juste avant de partir en tournée avec Michael Schenker en Espagne, les Sétois de HighWay nous présentent leur nouveau-né sobrement intitulé 'IV'.
 
ARTICLE SUIVANT
SIMO (25 SEPTEMBRE 2017)
Un an après la sortie de "Let Love Show the Way", nous avions de nouveau rendez-vous avec JD Simo...

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020