MW / Accueil / Articles / INTERVIEWS - VIRIDANSE (20 SEPTEMBRE 2017)
TITRE:

VIRIDANSE (20 SEPTEMBRE 2017)


TYPE:
INTERVIEWS
GENRE:

POST ROCK



Rencontre avec les Italiens de Viridanse pour évoquer leur reformation pas si lointaine et ce nouvel album tiré d'un conte de fées
CALGEPO - 05.10.2017 -
3 photo(s) - (0) commentaire(s)

Music Waves a pu rencontrer les Italiens de Viridanse de retour avec un deuxième album depuis leur reformation en 2014 après presque trente ans de sommeil. Et le groupe a des choses à dire.


Quelle est la question que l’on t’a trop souvent posée ?

Enrico : Sûrement "comment vous êtes vous reformés après 30 ans ?"



Viridanse est resté longtemps en sommeil. Pour quelles raisons avez-vous alors décidé de stopper le groupe ? Et pourquoi l'avoir ranimé presque vingt-cinq ans plus tard ? Que reste-t-il de la formation d'origine ?

Nous avons arrêté le groupe en 1987 après deux albums et un resté inédit, en raison de problèmes avec notre label, puis Contempo Records qui nous a bloqués, arguant que rien ne concernait la musique. Cela nous a empêcher de pouvoir faire un bond de qualité que nous souhaitions poursuivre et sur lequel nous avions travaillé dur. Soudain, il est devenu impossible de passer à autre chose. Au cours des années, plusieurs fois on nous a demandé de reformer le groupe, mais aucun d'entre nous ne voulait relancer le renouveau nostalgique des anciennes pièces de cette époque musicale historique. En 2014, nous nous sommes retrouvés à deux membres de la formation originale avec le désir de reprendre avec un nouveau répertoire, avec de nouvelles choses, dans le son des émotions mais avec la même énergie du début. Peut-être que nous étions mûrs pour un tel choix. Nous avons trouvé une nouvelle voix en la personne de Gianluca (Piscitello), un nouveau batteur, et ajouté un clavier au lieu de la deuxième guitare d'origine et nous avons ainsi redonné vie du groupe.

En 2015, nous avons sorti un album intitulé "Viridanse" avec sept nouvelles pistes inédites et 'Ixaxar', l'une de nos premières chansons avec une nouvelle relecture. De cette expérience, nous avons lentement construit la nouvelle image de Viridianse, celle du nouveau millénaire, obscure mais agressive et puissante. En 2016, nous avons travaillé sur de nouvelles pistes pour le nouveau record avec la nouvelle formation : Enrico Ferraris aux guitares, la basse avec Flavio Gemma, Erik Nalin à la batterie, les voix de Gianluca Piscitello et Giancarlo Sansone aux claviers.


Notre attitude musicale est généralement rock, avec toutes les variations possibles, de sorte que nous classer dans un style n'est pas si facile aujourd'hui


Le style a bien changé depuis "Benvenuto Cellini", moins darkwave et désormais plus psychédélique. Comment vous situez-vous au sein de la scène rock italienne ?

Enrico: Certes, beaucoup a changé depuis l'époque de Benvenuto Cellini, même si nous avons essayé de retrouver de notre passé une certaine inclination pour des atmosphères sombres et turbulentes, mais nous y avons introduit une nouvelle approche plus influencée par de nouvelles tendances et une manière de traiter musique qui ne ressemble plus à celle des années soixante-dix. Nous avons grandi en écoutant cette musique, après tout.

En ce qui concerne la scène musicale italienne, je crois, sans aucun doute, qu'il n'y a pas de scène rock en Italie depuis de nombreuses années. Notre attitude musicale est généralement rock, avec toutes les variations possibles, de sorte que nous classer dans un style n'est pas si facile aujourd'hui. Certes, lorsque nous avons commencé à jouer, au début des années quatre-vingts, nous avons été clairement placés dans le mouvement italien post-punk.





Vous sentez-vous proches de la scène progressive italienne ou de groupes tel que Goblin par exemple ?

Enrico : Oui, parce qu'il s'agissait d'une scène musicale extrêmement riche et innovante, où il y avait encore une forme de rock à l’italienne, quelque chose qui a été perdu au cours des années. Goblin a certainement pu introduire une forme de rock dans le cinéma italien, nous avons toujours été très proches de leur musique.


Rester ancré dans un style est un choix et un changement de route est également un choix, il est important de le faire sérieusement


La musique de Viridanse n'est donc pas aisée à définir. N'avez-vous pas de peur de rebuter les auditeurs ?

Flavio : Je pense que rester ancré dans un style est un choix et qu’un changement de route est également un choix, il est important de le faire sérieusement. Nous jouons pour le besoin de nous exprimer et de nous amuser. J'ai travaillé quatre ans sous une major et je garantis que j'avais envie d'aller au turbin.


Votre actualité est l'album "Hansel, Gretel e la Strega Cannibale ». Le présenter comme un "objet musical non identifié" vous semble-t-il pertinent ?

Flavio : Oui, c'est vrai, «objet musical non identifié», fascinant comme définition, beau ... ça appelle à la curiosité et au mystère


Le conte de fées est une allégorie du monde actuel dans lequel nous vivons


L'opus développe un sujet intéressant qui puise sa source dans les contes de fées. Pouvez-vous en détailler le concept ? Doit-on voir dans les personnages du conte des Frères Grimm une allégorie sur la société contemporaine ?

Enrico : Oui, c'est vrai, le conte de fées est une allégorie du monde actuel dans lequel nous vivons, c'est un miroir de notre société qui semble ne pas avoir de bons ou de mauvais, mais il reflète le pire des côtés de l'humanité. C'est comme si l'innocence n'existait plus. De plus en plus, il semble que derrière l'innocence se trouve la tromperie et l'arrogance, et la société devient un moulin à viande qui ne regarde plus les valeurs qui rendent l'homme libre. Les contes de fées ont toujours caché des significations profondes et révolutionnaires, mais ont toujours été utilisés par de puissants pouvoirs (pensez à la religion catholique, par exemple), à tuer les gens et à créer de fausses illusions. Nous avons aimé ce parallélisme entre la réalité dans laquelle nous vivons et le conte de fées de Hansel et Gretel, avec ses personnages incarnant le bien et le mal.





L'album reste très ancré dans les années 80, notamment en raison du chant et des claviers. Est-ce voulu ? Ne craignez-vous pas de paraitre daté ?

Flavio : Il ne me semble pas que notre album soit un album ancré dans les années 1980, peut-être que l'album de l'année dernière ("Viridanse") qui a marqué notre retour a été affecté par certaines influences des années 80. Mais ce nouvel album me semble plein d'influences. En Italie, nous avons reçu de superbes critiques d'importants magazines musicaux traitant de différents genres. Un important journaliste italien d'un grand magazine national nous a catalogué "art rock" : beau, n'est-ce pas? D'autres par rapport à Melvins (rires) à une piste comme la Terre Mère, par exemple.


Pourtant, votre style n'est-il pas en réalité totalement intemporel, jouant sur des émotions et des ambiances universelles ?

Flavio : Oui, je pense que l'album est plein d'influences, et j'adore le penser intemporel, il existe, c'est déjà beaucoup.


Vous chantez en italien. Est-ce pour conserve une forme d'expressivité en même qu'une coloration poétique très particulière ?

Flavio : Si vous pensez à la musique comme une forme progressive et non rigide, l'italien est bon, suggestif, mélodique et se prête à la musique. C'est une question d'habitude et d'écoute. Ensuite, les grands groupes de musique prog italienne comme PFM, Banco, Area, Orme, ont chanté en italien.


je voulais penser à certaines parties de l'album en tant que bande-son pour un film d'horreur.


Ce disque flirte avec la démence et le fantastique. Pourrait-il servir à une bande originale de film d'horreur ?

Enrico : Ce serait génial, mais Dario Argento ne nous a pas contacté (sourire)

Flavio : Oui, je voulais penser à certaines parties de l'album en tant que bande-son pour un film d'horreur, souvent dans les répétitions, je cite des films comme Ring, ou Blair Witch Project, ou Suspiria .... fantastique !!!!





Ces chansons sont assez tortueuses. Leur accouchement a-t-il été difficile ? D'une manière générale, comment se déroule le processus de composition ?

Flavio : L'album commence par des idées que je fais à la maison avec la basse et la guitare, puis je vais aux répétitions, discute du concept et de l'ambiance que je voudrais recréer, et tout le monde dans le groupe met ses propres caractéristiques techniques et particularités artistiques pour compléter le processus artistique. Ensuite, nous créons les sons et ... voilà!

Enrico : Le processus créatif est toujours très direct, souvent l'alchimie est créée immédiatement, parfois elle prend plus de temps, mais on a toujours l'idée où nous voulons aller. C'est un processus auto-éducatif, afin que vous puissiez apprendre beaucoup de choses nouvelles tous les jours ...


Viridanse est-il un groupe de scène ? Si tel est le cas, avez-vous recours à des artifices (décors, lumières, masques etc...) pour retranscrire votre univers ?

Flavio : Oui, nous sommes un groupe de live, nous sommes une puissance sonore !!!! ... pas de décors et de masques ... très punk jazzy (rire).


Dooweet fait un excellent travail, nous avons un bon ressenti, et j'espère travailler avec eux à l'avenir.


Qu’attendez-vous de ce premier album avec le soutien de Dooweet ?

Flavio : Dooweet fait un excellent travail, nous avons un bon ressenti, et j'espère travailler avec eux à l'avenir. Si vous nous interviewez c’est parce qu'ils font un bon travail, n'est-ce pas?


Avez-vous déjà quelques idées pour un prochain album ou faudra-t-il à nouveau attendre 25 ans?

Flavio: Depuis 2014 et la reformation, nous avons déjà sorti deux albums, et nous travaillons sur le troisième ... ce sera une surprise, mais les nouvelles compositions  fonctionnent, donc c'est une question de quelques mois, cela dépendra du label que nous trouverons pour les publier. Quoi qu'il en soit, nous espérons pour 2018 !!!


Quel est votre meilleur souvenir en tant qu’artiste ?

Enrico - Flavio : Chaque concert que nous avons fait et les personnes que nous avons rencontrées !


Au contraire le pire ?

Enrico : Je ne me souviens pas des choses si mauvaises ...


Quelle est la question que vous aimeriez que l’on vous pose ?

Voulez-vous faire une tournée en France ?


Un dernier mot pour les lecteurs de Music Waves ?

Flavio - Enrico : Merci de nous lire et d’écouter le disque jusqu'à la fin, je le recommande, et à des volumes élevés ... C'est un mystère, mais plus le volume est grand plus la sorcière te parlera ! .... paix et amour .


Merci à Childeric Thor pour sa contribution


Plus d'informations sur http://www.viridanse.com/
 
(0) COMMENTAIRE(S)  
 
 
Haut de page
 
Main Image
Item 1 of 0
 
  • 11480
  • 11481
  • 11482
Haut de page
EN RELATION AVEC VIRIDANSE
DERNIERE CHRONIQUE
VIRIDANSE: Hansel, Gretel E La Strega Cannibale (2017)
3/5

Il n’est pas interdit de déceler dans la chair de cet album qui ne peut laisser indifférent une espèce de beauté malsaine.
DERNIERE ACTUALITE
VIRIDANSE : Nouveau single
 
AUTRES ARTICLES
ANATHEMA (28 AVRIL 2017)
Nous avions de nouveau rendez-vous avec Vincent Cavanagh, de passage à Paris pour la promotion de "The Optimist"...
GLENN HUGHES (06 JUILLET 2017)
A l'occasion du retour de Black Country Communion, nous avons eu un entretien exclusif avec Glenn qui se confie sur les récents moments les plus sombres de sa vie et leurs effets sur sa composition aujourd'hui.
 

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2021