MW / Accueil / Articles
.
.
A PROPOS DE:

ENSLAVED LE 18 NOVEMBRE 2008 (LE KATA BAR)


TYPE:
INTERVIEW
GENRE:
BLACK METAL

Quelques heures avant leur prestation devant le public français de la Locomotive, les deux beaux bébés que sont Ivar Bjørnson (guitare) et Grutle Kjellson (chant et basse) d’Enslaved ont bien voulu répondre à nos questions.
STRUCK - 13.01.2009 - 0 photo(s) - (0) commentaire(s)
Pouvez-vous présenter vous et votre groupe aux lecteurs de Music Waves ?
Ivar : Oui bien sûr. Je m’appelle Ivar Bjørnson, je suis guitariste dans Enslaved. Enslaved est un groupe de metal extrême original qui existe depuis presque dix-huit ans et nous sommes en plein dans une longue tournée européenne qui passe par Paris aujourd’hui.
Grutle : Je suis Grutle Kjellson, bassiste et chanteur…

Si vous deviez définir votre musique : comment la qualifieriez-vous ? Et à qui est destinée cette musique ?
Grutle : Oh… Nous faisons de la musique pour nous-même (Rires). Nous essayons de développer notre musique tout le temps et elle n’est pas destinée pour qui que ce soit de particulier. En fait, nous sommes contents du public que nous pouvons avoir qu’il soit metal, rock, alternatif… Cela ne nous importe peu !
Mettre une étiquette sur la musique n’est pas nécessaire parce que les gens nous mettent dans des bocaux de toute façon… Donc, c’est difficile de se sentir concerné par l’appellation de notre musique. Appelez-la… Je veux dire un album facile avec du metal extrême.

Votre actualité est donc cette tournée européenne pour promouvoir « Vertebrae » qui est sorti il y a quelques semaines ; pouvez-vous nous dire quel est le sujet global de ce nouvel album ?
Ivar : Je dirais que le sujet global, nous survenons vers une pression pour être une partie de quelque chose à l'extérieur de nous-mêmes, les droits, la liberté… Chaque personne peut décider de son propre futur, comment se développer… Ca veut dire que tu peux devenir un peintre ou travailler dans un magasin, ça n’a pas d’importance, tu fais ce que tu veux de ta vie. Tu devrais avoir le droit de l’explorer, de faire tes propres erreurs… et spécialement dans le monde d’aujourd’hui, il y a tant de pression sur les gens que ce soit la religion, la politique qui sont au même niveau…

Quel est la signification de la pochette excepté le fait qu’elle représente une vertèbre ?
Grutle : Et bien, c’est une sorte… Ca symbolise une vertèbre, une rune faite de veines de sang, la connexion entre l’esprit et la chair…

Et le lien avec le sujet ?
Ivar : Cet artwork est une métaphore. Nous avons essayé de trouver un truc puissant qui puisse le symboliser, quelque chose qui globalise tout ça. Et quand nous en avons discuté et en parlions pour voir, il nous a paru qu’une vertèbre ou plus communément l’épine dorsale, c’est très facile pour les gens de faire l’association…
Parce que quand tu parles de quelqu’un qui a une forte épine dorsale, c’est associé à une bonne santé, mais également, au niveau mental, de l’intégrité et la force…

Est-ce que l’expérience au sein du projet Trinacria a changé la façon de composer « Vertebrae » ?
Ivar : Je ne dirais pas directement, je pense… C’était il y a longtemps… Dans un sens où c’est deux façons différentes de composer mais je pense qu’indirectement, peut-être que certaines des atmosphères créées dans le projet Trinacria ont pu nous donner des idées. Ca nous a donné confiance d’une certaine façon.
Dans Trinacria, une chanson pouvait être faite d’un seul riff sur neuf minutes. Enslaved est plus changeant. Mais c’est inspirant de voir jusqu’où on peut aller et pousser certaines atmosphères.
Donc, je pense que chacun d’entre nous a plein de voies à explorer et avoir été guitariste psychédélique dans Trinacria, peut-être que j’ai pris un peu de ça et j’ai expérimenté les chants de Trinacria. Peut-être que certaines choses ont pu avoir une importance pour Enslaved, oui !

Quelle a été la contribution de Joe Baresi (NdStruck : connu pour avoir fait le mixage pour Tool et Queens of the Stone Age) dans « Vertebrae » ? Comment avez-vous intégré ses conseils pour le mixage de cet album ?
Grutle : Il vient d’un autre côté de la scène metal et il a apporté des idées, il a transformé les idées d’une façon différente qu’un producteur normal de metal aurait fait. Donc, il nous a vraiment donné une plus-value et même avant l’enregistrement, et bien sûr, pendant le mixage, il nous a donné de vraiment bons conseils surtout par rapport à ce que nous avons fait avant.
Donc oui, il a été super pour nous !

[IMG]http://musicwaves.fr/Pics/Upload/Articles/Extras/ENS01.jpg[/IMG]

Comment est accueilli ce nouvel album pendant cette tournée ?
Grutle : Vraiment bien en fait ! Nous sommes toujours curieux de voir des réactions de nos fans évidemment. Ils changent pas mal d’album en album mais je pense qu’ils veulent être stimulés comme nous nous stimulons mutuellement, en faisant, tu vois… en changeant de directions musicales, des trucs comme ça.
Donc, je pense qu’ils doivent avoir l’habitude maintenant (Rires) et ils veulent vraiment être dans les nouvelles chansons. Les réactions paraissent plus impressionnantes que les réactions sur les anciennes chansons, c’est vraiment super !
Ivar : C’est assez surprenant !

Comment expliquez-vous que des groupes comme Opeth et donc Enslaved soient si influencés par le rock progressif des années 70 ?
Grutle : Oh… Je pense que nous avons un peu parlé par ailleurs, nous voulons explorer chaque territoire et nous voulons trouver… Je veux dire que chaque grande chanson, c’est le mélange de différents types de musique.
Le black metal vient de quelque part, le death metal vient de quelque part, le rock vient de quelque part… et la musique progressive, à l’origine, est une fusion du jazz, du rock et de la musique classique.
Donc, nous pensons que c’est important d’avoir une large sorte d’intégration et bien sûr, proche de la musique que nous faisons…
Ivar : Je pense aussi qu’on peut ajouter qu’il y a une connexion entre ésotérisme et psychédélisme, la répétition et la construction de grandes atmosphères… C’est comme une sorte de rêve…
Honnêtement, je sais que pour moi et une partie des blacks et extrême metalleux, quand tu découvres les années 70, tu trouves un peu de ça et aussi se dispenser d’avoir peur d’être très grandiose, pompeux, utiliser des orchestres…
Ce n’est pas tant vouloir être de nouveaux progressistes mais c’est plus être dans sont temps… Et les années 70 ont été les années les plus innovantes et c’est un bon lien entre les mélopées…

Et à l’instar d’Opeth avec « Damnation », peut-on imaginer Enslaved faire un album qu’avec des voix claires ?
Ivar : Je pense que nous pourrions. Nous l’avons déjà fait dans un show…
Grutle : Ouais, dans une radio…
Ivar : (Rires) Ca sonnait vraiment bien ! Et tu sais, ça s’intègre assez bien dans notre amour pour les années 70. Mais si ça va se faire ? Je ne sais pas ?
Mais ce n’est pas la chose la plus folle que nous ayons fait…
Grutle : Non…
Ivar : Je pense que nous ferons ça avant d’utiliser des chants féminins…
Grutle : Ouais (Rires).

Et quelle serait la chose la plus folle que pourrait faire Enslaved ?
Ivar : Faire une reprise des Bee Gees (Rires) !
Grutle : Nous n’avons pas de limite (Rires) !

Je ne pense pas que je sois le premier à faire ces parallèles avec Opeth : n’en avez-vous pas assez de ces comparaisons ?
Grutle : Et bien, pas vraiment ! Je ne pense pas que les gens parlent de nous en disant que nous très similaires parce que nous venons vraiment de scènes différentes. A l’origine, tout au début, nous venons de la scène metal extrême originale alors qu’ils viennent de la scène death metal suédoise. Les titres étaient différents les uns des autres et nous continuons à être différents… même si nous utilisons les mêmes sources d’inspiration durant ces dix-quinze dernières années…
Mais je pense que nous paraissons… Ouais, nous sommes assez différents d’Opeth !
Ivar : C’est vraiment un super groupe donc nous n’en prenons pas offense (Rires) !

Concrètement, quelles sont vos influences musicales ?
Ivar : Plein de groupes différents. Je pense que tout le monde dans Enslaved a des goûts assez proches notamment sur les incontournables sauf le batteur (Rires)…
Grutle : Ouais (Rires), il écoute des trucs assez différents de nous à cause des techniques de batterie (Rires)… Mais ça va, ça change et il apporte des parties groovy…
Ivar : Nous avons ça, tu sais, les classiques des années 80 du heavy metal, du classique rock, du rock progressif dont on a parlé… Bien sûr, toujours extrême metal, tu sais dont on vient !
Si je devais faire une play-list, il pourrait y avoir Darkthrone, Bathory, un ou deux Pink Floyd, le tout mélangé ensemble et tout ça, tu sais…
Grutle : Et Genesis (Rires)…
Ivar : Ce n’est pas comme si je ne voulais pas écouter ces mélopées aujourd’hui. C’est plus que je recherche une certaine atmosphère et quelques fois, tu peux trouver les mêmes sortes de choses dans Darkthrone et même dans Genesis…

Puisque vous citez deux faces d’Enslaved, savez-vous que le groupe est au centre d’une certain débat depuis « Monumension », à savoir que certains fans trouvent que vous faîtes une musique trop calme et regrettent vos albums passés et d’autres qui vous reprochent d’être trop extrême avec notamment ce chant black…
Ivar : Hé, hé (Rires)…
Grutle : Oh, c’est bon pour l’équilibre (Rires) !
Ivar : Et c’est bien que les gens s’en soucient (Sourire)…
Grutle : C’est une sorte de reflet de ce que nous faisons. C’est intéressant de cette façon. Mais je suppose que les fans de l’Enslaved de la première heure sont plus ou moins fans du vieux black metal, de la scène metal extrême originale en général et si nous voulions coller à leur goût, si on les écoutait, ils voudraient que nous réenregistrions « Frost » ou « Eld », ce qui n’est pas très intéressant pour nous…
Ivar : Et je pense qu’ils sont assez déçus, à mon avis…
Grutle : C’est pour ça qu’ils se plaignent (Rires) !
Ivar : Mais ces albums étaient ce que nous étions à ce moment. Tout est différent maintenant, même les auditeurs, c’est une partie de la raison pour laquelle ces albums si importants pour ces gens, c’est une partie de leur histoire, de leur propre vie… Et je pense que ça doit rester comme c’est actuellement, je n’aimerais pas réenregistrer des trucs comme ça…

On a beaucoup parlé de la musique de votre musique mais Enslaved est également connu pour ses paroles très liées à la mythologie…
Grutle : Et bien, nous essayons de transposer les idées de la mythologie dans la vie moderne, trouver des similarités, essayer de décrire… Je veux dire que chaque chose qui nous arrive, nous pouvons la transposer dans la mythologie comme des métaphores…
Nous n’essayons pas de la rendre plus intéressante en réécrivant les mythes, avec des corbeaux… bla bla… à chacun de trouver ce que signifient ces métaphores.
Parce que tous les titres ont une métaphore et ont l’habitude de décrire certaines forces, certains thèmes… Et l’inhumanité, les crimes contre la nature… ce ne sont pas seulement les mauvais moments de l’Histoire que les gens voient, je pense…

On arrive bientôt au terme de cette interview et donc vous allez avoir droit aux questions incontournables Music Waves à savoir que si vous deviez choisir un titre pour faire découvrir votre musique à quelqu’un qui ne connaîtrait pas Enslaved, quel titre choisiriez-vous et pourquoi ?
Ivar : Bonne question !
Grutle : Ouais…
Ivar : Définitivement quelque chose du nouvel album…
Grutle : Ouais, nous devons le vendre (Sourire) !

C’est effectivement mieux pour la promotion !
Grutle : (Rires)…
Ivar : Peut-être « Reflection » du nouvel album. C’est une chanson longue, il y a des éléments progressifs, extrêmes, des mélodies…
Grutle : Ouais, on pourrait choisir une chanson schizophrénique avec du classique rock au début…
Ivar : … « New Dawn » ?
Grutle : Et bien non, je choisirais également « Reflection » !

[IMG]http://musicwaves.fr/Pics/Upload/Articles/Extras/ENS02.jpg[/IMG]

Imagions que vous soyez vendeur : quels arguments choisiriez-vous pour vendre « Vertebrae » ? Attention, la violence n’est pas permise…
Grutle : Ah mince (Sourire) !
Ivar : Une production tranchante, des compositions tranchantes et une association de vieux et proche metal extrême. Il inclut toutes les racines et les nouvelles expérimentations du groupe…
Grutle : Il est stimulant !
Ivar : Il est stimulant, ouais ! C’est un album que tu peux écouter encore et encore…
Grutle : Sans compter le compréhension des paroles.
Ivar : Je pense qu’au bout de cinq ans, tu pourras encore trouver des choses…

Que vouliez-vous faire quand vous étiez gamins ?
Ivar : Ca !
Grutle : (Rires)…
Ivar : Je voulais être dans un groupe…
Grutle : Plus ou moins…

Et êtes-vous fiers de ce que vous êtes devenus ?
Ivar et Grutle : Oui…

Connaissez-vous des groupes français ?
Ivar : Oui, un peu. Je connais Arkhon Infaustus …
Grutle : Anorexia Nervosa, Agressor…
Ivar : Gojira qui je pense est le plus connu actuellement…
Grutle : No Return…
Ivar : Zull Fx…
Grutle : Trust…

Oh !
(Eclat de rire général)
Ivar : Vanessa Paradis…
Grutle : Des’ree…
Oui mais cette dernière n’est pas française.
Grutle : Non (Rires) ?

Pouvez-vous nous dire quelques mots en français ?
Grutle : Des mots français ?
Ivar : (En français) « Ca va. Ca va bien. »
Grutle : « Parlez-vous français ? »

Et antisocial…
Grutle : (Toujours en français) « Antisocial » (Rires)
Ivar : « Ma maison est rouge », « La mer est bonne aujourd’hui », « Foie gras »
Grutle : « Très, très bon… » (Rires)

Et pendant qu’on est dans la France, que pensez-vous du public français que vous allez croiser ce soir ?
Grutle : Connaisseur…
Ivar : Très connaisseur, dévoué et passionné pour la musique. Mais tu sais, on est un peu déçu aujourd’hui, assez peu de réservations ont été faites ici à Paris, du moins pas autant que nous ne l’espérions parce que pour nous, Paris c’est comme une seconde maison.
Mais heureusement, quelques personnes seront là et ce sera un super spectacle ce soir, aussi !

Et au final que voudriez-vous dire à ces fans français et plus particulièrement ceux qui vous liront sur Music Waves ?
Ivar : Nous voudrions leur dire merci pour leur soutien, pour ce qu’ils sont.
Merci d’avoir écouté « Vertebrae », de venir au shows…
Grutle : Oui, venez aux shows…
Ivar : … Et si ce n’est pas encore fait : Venez !


Un grand merci à notre nouveau partenaire Philippe d’Innovative et Wotan du site français d’Enslaved ici


Plus d'informations sur http://www.enslaved.no
 
(0) COMMENTAIRE(S)
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'article, ajouter quelques anecdotes, quelques connaissances ou tout simplement raconter votre vie...
 
Aucun commentaire. Soyez le premier à donner votre avis sur ce article
Haut de page
 
Main Image

Item 1 of 0
 
Haut de page
EN RELATION AVEC ENSLAVED
DERNIERE CHRONIQUE
Utgard (2020)
"Utgard" tire sa force de sa nature plurielle, bouillonnant de rythme et d’énergie, audacieux par certains côtés tout en portant l’estampille unique d’Enslaved. Toutes les chroniques sur ENSLAVED
DERNIERE ACTUALITE
ENSLAVED en tournée européenne avec HIGH ON FIRE cet automne
CONCERT
Toutes les actualités sur ENSLAVED
AUTRES ARTICLES
ARTICLE PRECEDENT
L' PERDUE DE STÉPHANE DESBIENS.
Le 17 juillet 2008, à la terrrasse d'un pub du vieux Québec, le fondateur de Sense et du D-Project s'entretient avec Peter Hackett.
 
ARTICLE SUIVANT
HUGH SYME (LE 11 AVRIL 2008)
Ping Ping Jr oblige, le W-Files dédiés aux illustrateurs a pris énormément de retard. Pour se faire pardonner, Ping Ping ouvre le bal avec le talentueux Hugh Syme à l'humour aussi noir que ses cheveux son blond, plus connu pour ses travaux pour Rush.

.
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020