MW / Accueil / Articles / INTERVIEWS - IN SEARCH OF SUN (12 OCTOBRE 2017)
TITRE:

IN SEARCH OF SUN (12 OCTOBRE 2017)


TYPE:
INTERVIEWS
GENRE:

METAL ALTERNATIF



A l'occasion de la sortie de "Virgin Funk Mother", nous avons rencontré le frontman de In Search of Sun, Adam Leader pour une longue interview découverte...
STRUCK - 27.10.2017 -
8 photo(s) - (0) commentaire(s)

Une interview ou l'on parle beaucoup de musique, parfois de religion, et souvent... de voiture !


Quelle est la question qu’on vous a trop souvent posée et à laquelle tu en aurais assez de répondre ?


Adam Leader : Quelle est la question qu’on nous a trop souvent posée ? Hum, je ne dirais pas que je suis fatigué d’y répondre mais je suis un peu désorienté quand il s’agit de répondre à la question de décrire le groupe ou encore quel type de musique jouons-nous ? C’est impossible d’y répondre, c’est vraiment étrange car notre musique est metal mais ne l’est pas non plus avec des éléments de funk, de pop…





Et nous en parlerons durant cette interview… Votre actualité est que vous revenez avec un album "Virgin Funk Mother" qui fait suite à "The World is Yours" sorti en 2014, le processus d’écriture a été relativement long (trois ans), pour quelles raisons ?


Eh bien, à la fin du processus d’écriture du premier album "The World is Yours", nous avions plein de riffs, de mélodies que nous n’avions pas utilisés parce qu’ils ne collaient pas.
Dès que nous avons fini d’écrire "The World is Yours", nous avons commencé à écrire "Virgin Funk Mother" dont le matériel est d’un tout autre niveau. Pour cette raison, nous voulions définitivement prendre notre temps… Nous ne sommes pas de ces groupes qui écrivent 30 morceaux et n’en gardent que 10 pour l’album, nous écrivons concrètement 10 chansons et prenons notre temps sur chacune d’entre elles. Pour cela, nous avons dû faire, je ne sais pas, 30 versions pour chaque titre parce que nous testons…


Et quand décidez-vous qu’une version est la bonne ?

Tu sais quoi ? C’est une question très simple parce que la version est bonne quand elle sonne bien !


Cela ne s'est pas toujours passé ainsi par le passé mais pour "Virgin Funk Mother" nous avons la même vision au sein groupe



Mais est-ce que cette décision est toujours unanime ?


C’est intéressant parce que cela ne s'est pas toujours passé ainsi par le passé mais pour "Virgin Funk Mother" nous avons la même vision au sein groupe.

Pour cet album, j’enregistrais mes lignes vocales dans ma voiture -parce que je n’avais pas d’autre endroit pour le faire (Sourire)… oui je sais, c’est une longue histoire… En fait, au cours du processus de pré-production, je n’avais qu’un mac pour enregistrer les idées. Je vivais chez ma mère à cette époque, j’ai ensuite déménagé chez ma petite-amie mais son appartement est très petit et à chaque fois que je chante ou je m’exerce, les voisins cognaient à la porte… si bien que le seul endroit où je pouvais enregistrer mes idées pour cet album était… ma voiture !


Pour cet album vous avez travaillé avec John Browne du groupe Monuments, notamment sur le titre ‘Bad Girl’, comment en êtes-vous arrivé à cette collaboration ?

La majorité d’entre nous est fan de Monuments. Nous avons rencontré John il y a trois ans je crois. Ce mec est incroyable et nous nous étions dits qu’il fallait lui demander si il accepterait d’être invité sur cet album. Nous lui avons demandé et nous voulions qu’il joue sur ‘Bad Girl’ parce que cette chanson en particulier est heavy et comme John Browne fait partie de Monuments qui est groupe plutôt heavy dans son genre, cela fait sens… notamment au milieu du titre avec cette partie particulièrement sombre, ces hurlements…





Sombre mais également progressif qui peut vous rapprocher de Coheed and Cambria…


Tout à fait !


Justement ce titre sonne presque progressif et déstructuré, un peu à la manière de Coheed And Cambria, par rapport aux autres titres beaucoup plus directs, ne crains-tu pas qu’une partie du public accroche à ce titre et pas les autres ou inversement ?

Il faut savoir que nous voulons écrire pour nous si bien que si ça sonne bien, nous nous le faisons. Bien évidemment, sur cet album, tous les titres sont différents mais c’est toujours la même vibration qu’on retrouve tout du long de cet album. Nous ne réfléchissons pas en termes de ce que veulent entendre les gens, au contraire si nous écrivons pour nous, nous écrirons les meilleures choses possibles. Jusqu’à aujourd’hui, il semble que ça fonctionne plutôt bien, le label a aimé aussi et nous a signés, Replica qui se charge de la promo ici en France aime aussi… j’ai la prétention de penser que nous avons bien fait les choses (Sourire) !


Cet album a été mixé par Adam ‘Nolly’ Getgood de Periphery. Monuments/Periphery, est-ce à penser que In Search of Sun est un groupe djent ?

Je ne sais pas !


Du moins pour ce titre ‘Bad Girl’…


Je ne sais pas parce que de mon point de vue, c’est un titre funky. Attention, je suis totalement d’accord que sur sa fin, ce titre est très heavy avec ses cris notamment mais les couplets d’avant sont très funky… mais je comprends parfaitement que pour d’autres, cette rythmique paraît djent.


Adam, ta technique vocale est ahurissante, technique, comment en es-tu arrivé à chanter et comment travailles tu ton chant ?





… Dans ta voiture si j’ai compris pour l’endroit !

(Rires) C’est une histoire intéressante parce qu’il y a des années, j’ai commencé en tant que batteur mais pour la faire courte, j’ai toujours voulu être un chanteur.


J’ai toujours voulu chanter mais je ne pouvais pas et j’ai dû apprendre…


On peut dire de toi que tu es le nouveau Phil Collins donc ?

(Rires) Je suis chauve donc oui !
Quelque chose m’a toujours poussé à chanter, j’ai toujours voulu chanter mais je ne pouvais pas et j’ai dû apprendre…


Je n’avais pas réalisé à l’époque qu’il y avait une vraie technique et une vraie science derrière cela


Tu as pris des cours ?

Avant d’en prendre, il faut savoir que j’allais à l’école en écoutant du Pantera. Je chantais sur le chemin et je ruinais ma voix.
J’ai toujours essayé de chanter mais je ne savais pas faire : je n’avais pas réalisé à l’époque qu’il y avait une vraie technique et une vraie science derrière cela. Je ne l’avais pas réalisé naturellement jusqu’à ces dernières années. Sur les premiers albums, je ne chantais pas de la bonne façon et en faisant des recherches et en étudiant l’anatomie de la voix, j’ai réalisé que je pouvais sonner beaucoup mieux. Ces deux dernières années, j’ai réellement essayé de développer correctement ma technique vocale ce qui est vraiment difficile.





Et tu le fais très bien mais le fais-tu aussi bien sur scène ?


Je pourrais mais l’aspect live est bien évidemment plus difficile et aujourd’hui, c’est ce sur quoi je travaille. Pour être honnête, selon moi, tout vient de la façon dont tu respires. Si tu respires correctement, tu peux chanter correctement mais cela nécessite de la pratique.


Votre musique va bien au-delà du traditionnel metal alternatif en incluant des éléments catchy, groove, parfois funk, d’où vous viennent ces influences, quels sont les groupes qui vous ont nourris ? Incubus en fait-il partie ?

Oh mec, bien évidemment que oui ! Tous les membres de In Search of Sun adorent Incubus mais en termes d’influences, nous avons grandi en écoutant…


Pantera…

Pour ma part, oui. Pantera est une des raisons pour lesquelles j’ai commencé à jouer dans ce groupe il y a des années. Je me souviens quand j’avais 11 ans, un copain me disait que son frère écoutait du Pantera alors que je ne commençais pas. Je suis donc allé chez le disquaire et j’ai acheté le seul CD de Pantera que le magasin avait « Vulgar Display of Power ». Dès que je suis rentré chez moi, je l’ai mis dans ma platine et je suis immédiatement tombé amoureux de cet album et j’ai su que je voulais jouer de la musique : c’est une influence énorme pour moi !

Les influences des autres membres du groupe vont du metal, death metal, thrash, glam au pop, funk, reggae… Nos influences sont très diverses et quand tu les compiles, cela donne notre musique…


Si je te dis que In Search of Sun sonne comme Incubus devrait le faire en 2017 : qu’en penses-tu ?

Je dirais que c’est cool que les gens nous comparent à Incubus, c’est vraiment cool car nous adorons tous ce groupe. Personnellement, vocalement Brandon Boyd a une énorme influence sur moi : j’adore sa voix et quoi qu’en disent certains, j’adore leur dernier album (Sourire) !


Le prochain album sur lequel nous travaillons déjà sera une explosion et sera la prochaine évolution de "Virgin Funk Mother"


On a parlé de la comparaison avec Incubus, Coheed and Cambria.. mais en fait, vous avez réussi avec cet album à créer votre propre son, votre propre identité. Penses-tu avoir atteint votre but avec cet album ?

Oui, je le pense ! C’est une vision que nous avions il y a longtemps avant même de savoir ce qu’était cette vision. Cela nous a pris plusieurs années à développer et faire en sorte de créer ce son unique. Cela nous a pris plusieurs années pour perfectionner mais le prochain album sur lequel nous travaillons déjà sera une explosion et sera la prochaine évolution de "Virgin Funk Mother".


Une évolution plus funk ?


Absolument !


Et quand prévoyez de sortir ce prochain album car nous n’en avons pas trop parlé mais vous avez mis trois ans pour sortir votre deuxième album, ce qui est relativement long. Prévoyez-vous de sortir ce troisième plus rapidement ?

Oui, c’est notre objectif ! Je ne sais pas encore mais nous n’attendrons pas trois ans avant de sortir le prochain album (Sourire) !


Début 2019 ?

Cela me semble raisonnable ! Nous sommes en train d’écrire et nous devons avoir -je dirais- six chansons qui nécessitent encore un peu de travail mais nous avons beaucoup de matériels.


Nous avons grandi !


Et quelle est la principale différence entre ce nouvel album et son prédécesseur ?


Je dirais que nous avons grandi ! "The World is Yours" nous représentait à l’époque mais en même temps, nous étions encore en train d’expérimenter, nous utilisions encore cette plateforme metal dans laquelle nous puissions nos influences pour créer ce qu’on peut entendre dans "The World is Yours". Nous étions en train de mûrir et de grandir mais nous n’étions pas encore sûrs : comme je l’ai dit, nous avions cette vision mais nous ne savions pas encore ce qu’était cette vision. Il fallait juste que nous continuions à écrire, à faire des démos, à pratiquer, à enregistrer des trucs dans la voiture pendant ma pause déjeuner (Sourire)…
Nous avons donc continué à travailler si bien que "Virgin Funk Mother" est une évolution de "The World is Yours" comme le troisième album sera une évolution de "Virgin Funk Mother".





Tu parles de travail notamment vocal, est-ce que cela a influencé ta façon de composer ?

Pas vraiment ! Mais il faut savoir que les lignes vocales mélodiques de "Virgin Funk Mother" devaient être assez hautes voire très hautes mais si j’avais essayé de le faire comme je l’ai fait pour "The World is Yours", j’aurais explosé. Je n’avais pas réalisé que pour tenir une note haute, il faut se relaxer. Il m’a vraiment fallu beaucoup de temps pour comprendre cela car c’est finalement l’opposé de ce que tu vois.


Votre démarche artistique va plus loin que la musique avec un bel artwork, bien travaillé…

Oh merci !


… une sorte de déesse sur un lotus, quelle en est la signification ?

C’est assez amusant parce qu’aucun d’entre nous n'est religieux (Rires) mais nous voulions donner notre point de vue sur le fait que plein de gens font l’objet de ségrégation à cause de la religion. Si tu regardes la pochette, tu as l’impression qu’elle dérive de l’imagerie indoue mais ce n’est pas totalement vrai et j’espère vraiment que nous n’avons pas offensé d’Indien avec cette pochette (Rires). Ma vision personnelle est que peu importe qui tu es, peu importe ta couleur, tes convictions, où tu habites, tes préférences sexuelles… et c’est la même chose avec la religion, nous sommes tous des humains et nous ne devrions pas faire l’objet de ségrégation.


Nous sommes des humains, nous ne devrions pas suivre de règles tirées de je ne sais quel livre


Et y-a-t-il un lien avec les chansons ?

On peut dire oui d’une certaine façon (Rires) ! Revenons rapidement au premier album si tu le veux bien, il y a un titre qui s’intitule ‘Idle Crown’ et il reflète plutôt bien ma haine de la religion. Comme on l’a dit, les gens font l’objet de ségrégation à cause de la religion : si tu fais partie d’une religion, tu ne peux pas parler à d’autres personnes… C’est un truc de fou ! Nous sommes des humains, nous ne devrions pas suivre de règles tirées de je ne sais quel livre !


De livres dont personne ne peut assurer la réalité du contenu…

Exactement ! La réalité est ce que nous voyons ! En ce moment, j’ai en face de moi deux mecs et je ne vous juge pas sur votre couleur, la façon dont vous vous habillez, vos croyances… C’est vraiment un truc de fou qui me frustre énormément et surtout pour ce qui est de la religion car comme tu l’as dit, nous parlons d’écrits qui -jusqu’à preuve du contraire- ne sont que de la fiction ! Malgré tout, certaines personnes fondent sur leur vie sur des croyances écrites par quelqu’un qui leur dicte quoi faire !


Avec pour ultime dérive certaines personnes qui tuent sur la base de ces croyances !


C’est triste parce qu’avant d’être des extrémistes, ils étaient normaux, on leur a fait un lavage de cerveau avec comme résultat qu’ils ne soucient plus du merveilleux endroit dans lequel nous vivons, les merveilleuses personnes que tu peux rencontrer…


Il ne devrait pas y avoir de règle notamment pour la musique !


Peut-on dire que ce message de tolérance et de mélange est représenté dans votre musique qui mélange les genres du metal au funk ?

Bien sûr ! Il ne devrait pas y avoir de règle notamment pour la musique ! Il ne faut pas se restreindre à un genre ou tourner avec un seul type de groupe… Fais ce que tu veux faire et n’aie pas peur d’être toi-même !






‘Little Wolf’ constitue un petit interlude de même pas d’une minute situé au milieu de l’album comme à l’époque d’un vinyle ?

En fait, cet interlude est une intro au titre ‘Never’ et pour nous, ‘Never’ revêt un caractère épique notamment avec sa longueur. De plus, ce titre traite d’un sujet lourd -comme les autres d’ailleurs- et nous ressentions le besoin de créer une tension supplémentaire en anticipant un peu ce morceau donc nous avons pensé que cette introduction était quelque chose de cool à faire… Pendant le processus d’écriture, nous nous étions dit qu’il fallait que l’auditeur visualise qu’il se rend dans une sorte de trou noir dans l’espace et qu’en passant de l’autre côté, il passait à la deuxième partie de l’album.


La seule chose sur laquelle nous étions tous d’accord à la fin du premier album est que nous ne devrions jamais avoir peur d’évoluer et nous voulions vraiment être funky


Le titre ‘Petrichor’ d’ailleurs sort également des sentiers battus avec une structure groovy, mesurez-vous cette évolution par rapport à vos anciennes compositions ?

C’est vraiment ce que nous voulions faire tout du long de cet album. La seule chose sur laquelle nous étions tous d’accord à la fin du premier album est que nous ne devrions jamais avoir peur d’évoluer et nous voulions vraiment être funky dont le groove, le rythme… fait que les gens ont envie de bouger !


On s’est trompé en disant que tu étais le nouveau Phil Collins, tu serais plutôt le nouveau Prince en fait…

(Rires) C’est la première fois qu’on me dit ça !


La reconnaissance autour du groupe commence à monter, comment le vis-tu, ça doit être gratifiant ?


Bien sûr ! En fait, tout ça s’est passé assez récemment, depuis que nous avons été approchés par Spinefarm Records…


Et comment expliques-tu que vous avez été remarqués ?


Eh bien, nous avons passé des années à tourner partout dans le pays de façon totalement anonyme, en jouant pour aucun cachet… Peu importe, le but était de jouer jusqu’à ce que nous soyons remarqués et finalement Spinefarm Records nous a contactés. C’était génial : nous rêvions de faire partie de leur famille, c’est un grand label. En fait, tout a réellement commencé en 2016, Spinefarm nous a contactés et c’est aussi une des raisons pour laquelle la sortie de cet album a été repoussée si longtemps. Nous commencions à être en contact avec Spinefarm et nous ne pouvions pas sortir « Virgin Funk Mother » tant que nous n’en savions pas plus…


Quel est l’objectif désormais vivre de ta musique ?


En fait, nous sommes arrivés à un stade que ça commence à décoller pour le groupe…


… et tu ne crains pas cela à savoir que vous êtes à la croisée des chemins…

Je vois ce que tu veux dire. Nous avons tous des jobs à côté mais nous sommes tous pauvres (Sourire) parce que c’est le prix pour être membre d’un groupe.


Mais ne crains-tu pas de faire le mauvais choix ?

Et je devrais retourner vivre chez ma mère (Rires) ? Non, l’argent n’est pas important. Nous ne sommes pas matérialistes, nous ne nous soucions pas d’être riches…


Nous faisons tout cela parce que nous voulons être capables de faire cette transition pour vivre de notre musique


... mais ça aide pour sortir de meilleurs albums…

Bien sûr que ça aide si tu as de l’argent… Malheureusement aucun de nous n’est issu d’une famille riche. Nous avons des jobs standards qui nous prennent 12 heures par jour mais ça en vaut la peine… Nous faisons tout cela parce que nous voulons être capables de faire cette transition pour vivre de notre musique.


Et quand penses-tu pouvoir le faire ?

Quand ? J’espère demain (Rires) !
Je ne sais pas mais je pense que tout va commencer quand l’album sortira et comment il sera accueilli. A ce moment, nous ne saurons plus. Et si ça ne marche pas pour celui-ci, on fera tout pour que ce soit pour le prochain…





Et si ça tarde trop, existe-t-il une possibilité pour que vous abandonniez ?

Jamais ! Je ne pense que nous pourrons un jour abandonner parce que nous aimons trop la musique : tout ce que nous faisons, nous le faisons pour la musique. Au contraire, ceux qui font ça pour l’argent abandonneront un jour ou l’autre…


C’est le moment où je sors l’argument Metallica…


Metallica ? Aujourd’hui, c’est une marque, une machine à cash… Mais ils viennent d’une autre époque… La nouvelle génération a une vision différente et a tendance à se concentrer sur les vraies valeurs.

Ironiquement, je pense que si tu le fais pour les bonnes raisons, tu rencontreras le succès un jour ou l’autre. Cela peut prendre plus ou moins de temps mais si tu le fais pour la musique et non pas pour l’argent, tu seras éventuellement populaire : j’y crois dur comme fer et tous les autres membres du groupe pensent comme moi…

Aujourd’hui, j’ai pris un jour de congé pour faire cette journée promo. Je perds de l’argent en venant ici en France mais je m’en fous parce que je m’amuse en rencontrant de nouvelles personnes. Je m’en fous de perdre 70 livres ou je ne sais pas… Je préfère être ici et je penserai à payer mon loyer quand il le faudra…


… sachant que tu as déjà payé ta voiture…


(Rires) Si tu voyais ma voiture, c’est une vraie merde mais elle marche !


L’album se clôt avec un titre en français ‘Mon Amour’, un titre mélodique, pourquoi avoir choisi de l’intituler en français et quelle est son histoire ?


En fait, nous travaillions sur cette chanson et il faut savoir que la majorité du groupe vit dans une même maison et nous étions dans cette maison en train d’écrire ‘Mon Amour’. A l’époque, le projet de titre était un titre stupide ‘Orange Pie’ et nous cherchions des idées et d’un seul coup, la news tombait sur les écrans : Paris était attaqué et notamment le Bataclan !
Nos yeux étaient rivés sur la télévision et nous nous demandions ce qu’il pouvait bien se passer… C’était horrible ! Nous étions effondrés et nous avons voulu dédier cette chanson sur laquelle nous étions en train de travailler. Les textes s’inspirent également de cet évènement et plus spécifiquement un article que j’ai lu sur un mec et sa petite-amie qui étaient dans la salle : il raconte qu’ils s’étaient vus mourir et à quel point il aimait sa petite-amie... Et cette chanson traite de cette connexion amoureuse entre eux car je me suis dans sa situation en demandant comment j’aurais réagi si c’était moi et ma petite amie.


Et ça fait le lien avec ce que tu disais précédemment sur la religion…

Oui, ce que peut engendrer la religion !



On a commencé par la question qu’on a trop souvent posée, au contraire, quelle est celle que vous souhaiteriez que je vous pose ?

Je ne sais pas mec, c’est vraiment une super question que tu me poses là !
Tu sais quoi, je pense que la question que j’aimerais qu’on me pose… pour être honnête, j’en ai parlé : c’est l’épisode de ma voiture… et la question serait…



De quelle couleur est ma voiture ?

(Rires)


Bleue…

…. Et elle est bleue (Rires) !
Non plus sérieusement, je dirais "Pourquoi suis-je dans un groupe ?". C’est une bonne question et la réponse est que bien évidemment, comme tous les membres du groupe, j’adore la musique et la vie est trop courte, il faut faire ce que tu as envie de faire même si cela signifie qu’il faut faire des sacrifices notamment financiers tant que tu es jeune pour être bien pour le reste de ta vie…





Tu dis ça parce que tu es jeune, tu ne penses pas changer ton point de vue dans quelques années quand tu auras notamment des enfants ?


Bien sûr, je suppose que cela pourra être source d’inquiétudes parce que si je me fous de l’argent, je ne suis pas idiot, nous avons besoin d’argent pour vivre et effectivement, dans quelques années, j’aurai peut-être un enfant ou plusieurs qu’on élèvera dans… notre voiture (Rires).

Donc oui l’argent pourra devenir une source de stress mais ça l’a toujours été car je n’en ai jamais eu… mais quand tu te fixes un objectif, tu sais exactement ce que tu veux faire et tu fais en sorte de t’entourer des bonnes personnes pour t’aider à atteindre ton but… Pour cela, je ne serai jamais assez reconnaissant pour ma fiancée qui me soutient dans tout ce que je veux faire, elle fait en sorte de rendre tout ce que je fais plus simple car elle sait à quel point la vie de musicien est un combat : je vis avec elle depuis 6 ans et c’est un vrai bonheur !


Merci à elle et merci à toi…


Merci les gars, c'était vraiment une super interview...


Merci à Calgepo pour sa contribution…



Plus d'informations sur https://www.facebook.com/insearchofsunmusic/?ref=br_rs
 
(0) COMMENTAIRE(S)  
 
 
Haut de page
 
Main Image
Item 1 of 0
 
  • 11788
  • 11789
  • 11790
  • 11791
  • 11792
  • 11793
  • 11794
  • 11795
Haut de page
EN RELATION AVEC IN SEARCH OF SUN
DERNIERE CHRONIQUE
IN SEARCH OF SUN: Virgin Funk Mother (2017)
4/5

"Virgin Funk Mother " remplit parfaitement son œuvre avec un style direct, puissant et varié mais un peu trop homogène dans les structures.
DERNIERE ACTUALITE
IN SEARCH OF SUN: Nouvelle vidéo extraite de "Virgin Funk Mother"
 
AUTRES ARTICLES
GRACE MEER (18 OCTOBRE 2017)
Rencontre avec Grace Meer entre mystères et révélations sur son projet plein de promesses
DOOWEET (06 OCTOBRE 2017)
Nouvelle rencontre avec DOOWEET l'agence de promotion qui monte, qui monte...
 

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2021