MW / Accueil / Articles / INTERVIEWS - ORPHANED LAND (30 NOVEMBRE 2017)
TITRE:

ORPHANED LAND (30 NOVEMBRE 2017)


TYPE:
INTERVIEWS
GENRE:

METAL PROGRESSIF



Le sixième album d'Orphaned Land "Unsung Prophets & Dead Messiahs" est le fruit d'une colère. Nous avons demandé à Kobi Farhi de nous en donner les causes.
NUNO777 - 19.01.2018 -
8 photo(s) - (0) commentaire(s)

Une nouvelle longue entrevue mais malheureusement trop courte, tant le discours de la tête pensante du groupe  -Kobi Farhi- est riche d'enseignements...





Revenons sur l’album avec Amaseffer sorti en 2016 "Kna’an" dont l’ambitieux sujet concerne l’histoire du peuple juif. Pourquoi cet opéra-rock à la symbolique très forte n’a pas été filmé pour pouvoir sortir un DVD qui aurait été un parfait complément visuel à la musique ?


En fait ce n'est pas à la base un album d'Orphaned Land qui pourrait s'inscrire dans notre parcours de groupe mais plutôt une commande ponctuelle pour mettre en musique un spectacle joué dans un théâtre en Allemagne.


Est-ce qu'une collaboration entre Orphaned Land et Amaseffer dans un style plus proche de vos travaux habituels pourrait voir le jour ?

Oui, ça serait possible mais Amaseffer n'est pas un groupe très actif. Une collaboration est toujours une expérience intéressante pour nous. Dans le cas de "Kna'an" nous étions assez limités par le contexte et la collaboration avec Amaseffer a été plutôt contrainte. Pendant l'aventure "Kna'an" j'étais déjà très pris par l'écriture du prochain album d'Orphaned Land et c'est sur ce travail que j'ai le plus concentré mon attention et mon énergie. J'aimerais sortir un DVD et même un film à chaque album d'Orphaned Land.


Je compose toujours en partant du concept





En effet, quand on écoute "All Is One" l'évocation cinématographique de quasiment chaque chanson est flagrante.

Tu as raison, et en réalité à chaque fois que nous composons dans le cadre d’un concept nous ne composons jamais une chanson en tant que chanson. Je pars toujours du concept et d'un stock de riffs de guitare. Ensuite je choisis tel ou tel riff selon telle partie de l'histoire issue du concept de base. Par exemple je prends ce riff qui irait parfaitement sur un combat avec le héros de l'histoire, et ainsi de suite pour bâtir une sorte de puzzle. Le puzzle terminé je visualise le tout comme un film aidé seulement de la bande son. Ce n'est qu'à la fin de ce processus que j'écris le premier mot des paroles.


Le fait qu'il y ait eu un changement de guitariste a l'issue de "All Is One" avec le départ de Yossi Sassi a-t-il représenté une difficulté pour recréer une alchimie dans le groupe ?

Ca a été dur au début car avec Yossi nous nous connaissions depuis 22 ans, depuis qu'on est enfants. Il faut recréer des liens comme si on se mariait avec une nouvelle femme. C'est difficile mais ça permet de faire le point sur la situation et de se rendre compte qu'Orphaned Land nous dépasse tous, Yossi, moi et les autres.


Tu as dit que les paroles sont une partie essentielle des albums d'Orphaned Land et c'est toi qui les écrites. Sans toi Orphaned Land n'est pas Orphaned Land...

On n'a pas encore décidé de me remplacer (rires). Pour revenir à Yossi je me suis rendu compte avec Chen (NDLR : Balbus, guitariste du groupe) et Idan (NDLR: Amsalem, successeur de Yossi à la guitare) qu'il est possible de communiquer l'esprit de la musique d'Orphaned Land quelque soit le style du guitariste qui va me fournir les riffs. Je n'ai pas eu à demander de jouer à la manière de Yossi ou quelque chose comme ça. Tant que le guitariste sait jouer de son instrument il apportera sa créativité avec toute son âme et je procéderai à l'élaboration de ce puzzle en trouvant toujours le bon riff qui correspondra à la partie que je désire composer.


Donc il a fallu que tu prennes le temps de transmettre l'esprit du groupe avec le successeur de Yossi avant de l'intégrer à Orphaned Land ?

Oui, il faut se soucier que l'unicité d'Orphaned Land soit préservée. Même quand Yossi était dans le groupe nous avions Uri (NDLR : Zelha bassiste) et moi le dernier mot en quelque sorte sur les propositions de Yossi. On passait notre temps à dire : oui…non…oui…non…c'est critiquable mais nous sommes d'une certaine manière les garants de l'esprit d'Orphaned Land. Si je ne n'avais pas de flash en entendant un riff c'est qu'il ne convenait pas au concept.


Un riff peut s'avérer valable seulement après plusieurs écoutes…

Ça pourrait arriver…mais ça n'arrive pas (rires). Ce n'est pas évident à expliquer, mais encore une fois on est plus dans une approche abstraite dans laquelle je vois un déroulement d'images et l'assemblage qui donne vie à un concept. Donc ça pourrait être possible, et peut-être que cela est déjà arrivé mais je ne m'en souviens pas.


On envisage toujours un nouvel album comme un nouveau pallier à franchir





Orphaned Land est de retour 4 ans après la sortie de "All Is One" en 2013. Celui-ci montrait un Orphaned Land plus immédiat, plus accessible lui permettant aussi de véhiculer plus facilement son puissant message. Comment ce disque a-t-il été reçu par la communauté des fans d'Orphaned Land ?

Quand on envisage de créer un nouvel on se demande toujours de quelle manière peut-on progresser et faire franchir un nouveau pallier à son travail. Avec "All Is One" nous avons essayé une approche nouvelle, quelque chose que nous n'avions jamais tenté auparavant, avec l'ambition d'être plus accessible et plus immédiat, et de nouveaux fans nous ont rejoints. Un titre comme 'Brother' n'y est pas étranger car il diffuse un message universel. Il y a plusieurs morceaux bâtis sur ce modèle comme 'All Is One', 'Children', 'Fail'… Sur "The Never Ending Way Of ORwarriOR" ce sont de morceaux complexes avec des niveaux de lecture plus complexes. Nous avions l'envie de porter un message plus clair, audible et compréhensible pour le maximum de personnes. Certains fans plus anciens, ceux de "Sahara" ou "The Never Ending Way Of ORwarriOR" ont trouvé l'album trop commercial.


Est-ce que cela a eu un impact sur ce nouvel album ?

Cela nous a permis d'ouvrir nos perspectives en prenant le meilleur de "All Is One" et le meilleur de "Mabool" et "The Never Ending Way Of ORwarriOR". Dans ce nouvel album "Unsung Prophets & Dead Messiahs" nous voulions revenir à un concept comme dans ces deux disques que je viens de citer avec les arrangements, la production, le rendu sonore et les effets orchestraux de "All Is One".


Je crois que nous avons écrit avec "Unsung Prophets & Dead Messiahs" notre meilleur album.


C'est bien ce qu'on avait pu analyser du disque, c'est-à-dire que musicalement "Unsung Prophets & Dead Messiahs" est le disque le plus complet d'Orphaned Land. C'est en quelque sorte une synthèse de la créativité épique et progressive, d’Orphaned Land comme dans "Mabool" et "ORwarriOR" (la nature conceptuelle, le retour des growls) et d'une approche plus directe et moins extrême comme dans "All Is One" (plusieurs chansons facilement abordables aux refrains entêtants comme par exemple 'Left Behind', les growls assez rares, la séparation des titres qui permet d'écouter chaque titre indépendamment sans mettre à mal l'ensemble de l'œuvre). Notre analyse était la bonne ?

Oui, totalement. C'est un album qui fait penser à "Mabool" à certains endroits, à "ORwarrior" à d'autres moments et à "All Is One" à d'autres occasions…Si tu m'avais demandé quelques temps avant la composition de ce nouvel album ce que nous voulions emprunter comme direction je t'aurais dit une combinaison de ces trois albums en un seul qui ferait la synthèse. Prendre le meilleur de ce que j'ai fait jusqu'à maintenant et le diriger encore plus haut. "Mabool" est un peu un virage dans notre carrière car pour la première fois nous avons eu une reconnaissance en dehors de notre région d'origine et c'est l'album qui a eu le plus de succès commercial. Pour "ORwarrior" on avait la chance d'avoir collaboré avec Steven Wilson et l'album était très ambitieux conceptuellement et très progressif dans sa construction. En y ajoutant la dynamique de "All Is One" je crois que nous avons écrit avec "Unsung Prophets & Dead Messiahs" notre meilleur album.


Quelle est la prochaine étape maintenant que tu sembles avoir terminé un chapitre ?

Très bonne question …Attendons et nous verrons bien (rires). Quand nous avons fini de composer "All Is One" nous ne savions pas quelle direction nous prendrions pour le futur album. Pour "Unsung Prophets & Dead Messiahs" il m'a fallu deux ans pour circonscrire le concept que je voulais mettre en musique. Il y a eu des changements dans le groupe, des projets…tout ce que nous disions en début d'entretien, mais ce n'est pas cela qui nous a immobilisé dans l'enregistrement des morceaux. Les autres musiciens venaient me voir en me demandant: "Alors Kobi, nous avons des riffs, de la musique qui n'attendent que toi, qu'est-ce que tu fous ?"…mais pour construire les chansons j'ai besoin du concept... et je ne l'avais pas. Que faire ? Un "All Is One 2"? Un "Mabool 2" ? Et je l'ai enfin trouvé ce concept. J'étais à ce moment-là la personne la plus heureuse du monde…


C’est la colère qui m’a inspiré pour cet album





Et quel a été le déclencheur ?

La colère que m'inspirait l'humanité.


Lors de notre dernier entretien nous t'avions parlé du fait que les growls étaient absents de"All Is One" et tu nous avais répondu que le growls feraient leur retour si une colère devait sortir.

Exactement. C'est la raison pour laquelle il y a plus de colère et de tristesse dans cet album. Il suffit de regarder comment le monde tourne. Après notre dernier entretien, avant d'envisager l'écriture du prochain album, je ne savais vraiment dans quelle direction aller. Il m'a fallu du temps pour comprendre. Il n'y aurait pas eu d'album avant six ans au moins si la colère ne s'était pas éveillée et n'avais pas inspiré la composition.


Tu pourrais faire carrière en politique (rires) ?

Oh non (rires) je ne me vois pas en politicien…


Quels sont les événements extérieurs qui t'ont amené à te poser toutes ses questions ?

Je dirais qu'il y a eu un cheminement. Première chose, est-ce que tu connais l'allégorie de la caverne de Platon ?


J'allais justement te poser une question sur ce point…

J'ai entendu parler de cette histoire et ensuite j'ai réfléchi…tu sais quand on écrit on réfléchit beaucoup. On passe du temps avec soi-même et on ne fait que penser…Bref, j'ai réfléchi à cette histoire vieille de 2500 ans et qui pourtant peut apparaître comme une prophétie. Quiconque a essayé de sortir l'humanité de sa grotte a été assassiné. Les Grecs ont assassiné Socrate. Dans le passé, à chaque fois qu'une révolution est née elle a été anéantie. Jésus-Christ, n'était pas un chrétien au départ mais un juif révolutionnaire. Il a été crucifié…Martin Luther King, a été un révolutionnaire pour les afro-américains, et il a été assassiné. Tout comme Malcolm X. Et Gandhi en Inde, un guide pour les Indiens, a été assassiné. Che Guevara en Amérique du Sud…Partout dans le monde, à toutes les époques... le premier ministre Rabbin en Israël qui était si proche du processus de paix a été assassiné. La président Sadate, le premier président à avoir déclaré la paix à Israël a été assassiné. J'ai pensé à tous ces grands hommes qui ont porté la révolution et qui ont été tués. Même en France il y a des grands personnages qui on subi ce même sort. Il y a 2500 ans un texte qui n'a pas été assez lu bien qu’il racontait déjà tout cela paraissait ... Qui sont les personnes qui ont été éveillées ? Bob Marley a écrit 'Redemtion Song' dans cet esprit: "How long shall they kill our prophets/While we stand aside and look?". A la suite de ces questionnements j'ai lu Huxley et Orwell…


Justement, à la toute fin du disque dans 'The Manifest – Epilogue' il y a un extrait de l'œuvre "1984" (écrit en 1949) de Georges Orwell qui commence par "In our world there will be no emotions except fear, rage, triumph, and self-abasement (…)". Est-ce que Georges Orwell, grand écrivain visionnaire qui a prédit une grande partie du monde dans lequel on vit maintenant fait partie de ces prophètes méconnus dont parle le titre de l'album ?

Bien sûr ! George Orwell a fait certaines des prédictions que l’on peut voir à l’œuvre actuellement. Il a prédit que les gouvernements pourraient espionner les gens à travers tout un pays. Il y a aussi Aldous Huxley dont on intègre un extrait de discours dans le morceau ‘Take My Hand’ dans lequel il parle de la technique de propagande. Il dit que dans un avenir proche à chaque fois qu’il y aura des manifestations ou des protestations populaires la répression ne se fera pas avec les policier en arme mais en pulvérisant un gaz dans l’air qui rendra les gens heureux et les découragera de protester. Bien sûr ce n’est pas ce qui se passe littéralement de nos jours, mais si tu réfléchis les esprits sont pollués et endormis par la propagande. Sais-tu que tous les ans il y a 7000 enfants qui sont kidnappés en Inde ? Mais par contre qui ignore qui est Kim Kardashian ? Il faut se poser les bonnes questions, c’est vital pour l’humanité. Il faut se demander pourquoi on en connaît plus sur Kim Kardashian  et ses grosses fesses plutôt que d’apprendre que chaque année 7000 enfants disparaissent en Inde... Qui nous informe et nous dit ce qu’il faut penser ? Il faut nous maintenir endormis avec tous ces écrans de fumée. On vit dans le monde de la corruption et de Big Brother, c’est le sens de l’allégorie de la caverne de Platon. Ils font ce qu’ils veulent et nous ne savons pas ce qui se passe réellement. Nous n’avons pas accès à la vérité. On scrute les célébrités, ce que nous montre Big Brother mais nous ne voyons pas les vrais problèmes. Huxley l’a dit, ils utiliseront de nouvelles techniques d’une propagande qui se fera dans la douceur, sans violence.


Nous nous sommes autocensurés pour marquer les esprits





Il y a des passages censurés dans l’album, certains textes biffés et des bips sonores dans les morceaux. Pourquoi ?

Oui, nous nous sommes censurés car nous parlons assez ouvertement de propagande et du système dans cet album. J’ai écrit les paroles et nous avons délibérément effacé ou masqué ces passages car en nous auto-censurant comme si le système l’avait fait : cela a plus de poids et marque les esprits. C’est comme si Big Brother était en train de nous regarder pendant que nous jouons l’album. J’ai pensé que ça donnerait à réfléchir, que les gens se diraient : "Mais qui a censuré ces passages ? Le label ? Le groupe ? Le gouvernement ?"


Il y a des invités sur l’albums. Steve Hackett vient poser un superbe solo sur 'Chains Fall To Gravity', Tomas Lindberg (At The Gates) apparait sur 'Only The Dead Have Seen The End Of The War' et Hansi Kursch (Blind Guardian) sur 'Like Orpheus'. Pourquoi ces choix ?

Pour Tomas Lindberg, son intervention prend place à un moment de l’histoire où le héros essaie de convaincre les gens de sortir de la caverne mais ceux-ci refusent. Il m’a fallu un chanteur différent de moi avec une voix puissante et une interprétation de fou à lier. J’ai les premiers albums de At The Gates et j’ai pensé à Tomas car dans ce rôle de personnage enragé il serait parfait.
Pour Hansi il apparaît au moment où le héros est sorti de la caverne, qu’il découvre le monde extérieur et qu’il voit autre chose que des ombres sur le parois de la grotte. La beauté du monde lui saute aux yeux et il commence à chanter. Le mythe d’Orphée dans la tradition grecque raconte que même les pierres aime son chant. Hansi tient le rôle d’Orphée.


Dans notre précédent entretien en mai 2013 tu avais conclu en souhaitant qu’à la prochaine entrevue le monde soit plus apaisé. Or, quatre ans plus tard la situation est encore pire au Moyen-Orient avec la crise syrienne, les tensions avec l’Iran...Le message de paix porté par Orphaned Land est plus que jamais d’actualité... Est-ce dans cet esprit que se place « Unsung Prophets & Dead Messiahs  »?

C’est l’esprit dans lequel nous composons quelque soit notre album. Dans cet album nous sommes en colère vis-à-vis des gens car nous constatons que ceux-ci ne veulent pas sortir de la caverne. Tu connais l’adage : « Mieux vaut un mal connu qu'un bien qui reste à connaître » (NDLR : en anglais : « Better the devil you know ») ? Le peuple d’Israël a pu préférer rester en Égypte avec ses habitudes et sa situation acquise au lieu de rejoindre la terre promise...cet exemple illustre le sens de ce proverbe. La colère nous vient de l’immobilité des gens. Les peuples peuvent tout changer, ils ont toutes les armes en main mais ils s’en contrefichent. Ils continuent de regarder la télévision en restant à la maison. C’est le sens de la chanson ‘We Do Not Resist’.





On fête cette année les 100 ans de la déclaration de Balfour, un des actes qui a mené à la création de l’État d'Israël. De par son destin extraordinaire et souvent tragique le peuple juif a toujours été à l'avant-garde. Est-ce cette essence qui explique votre engagement depuis toujours à travailler pour l'harmonie et l'entente entre les peuples ?


L’engagement de ma vie est de faire en sorte, à mon humble niveau, que le monde soit meilleur pour les enfants d’Inde, les Juifs, les enfants de Syrie indistinctement. Un des traits commun à tous les Juifs c’est le sens de la valeur de la vie. Je suis fière de l’existence de l’État d’Israël et j’espère que chacun pourra vivre enfin en paix. C’est ce que je désire le plus.


Merci beaucoup Kobi

Merci à vous.




Merci à Struck et PhilX.


Plus d'informations sur http://www.orphaned-land.com
 
(0) COMMENTAIRE(S)  
 
 
Haut de page
 
Main Image
Item 1 of 0
 
  • 12361
  • 12362
  • 12363
  • 12364
  • 12365
  • 12366
  • 12367
  • 12368
Haut de page
EN RELATION AVEC ORPHANED LAND
DERNIERE CHRONIQUE
ORPHANED LAND: Unsung Prophets & Dead Messiahs (2018)
4/5

"Unsung Prophets & Dead Messiahs" est musicalement le disque le plus complet et conceptuellement le plus engagé d’Orphaned Land.
DERNIERE ACTUALITE
ORPHANED LAND : Nouveau single
 
AUTRES ARTICLES
MARMOZETS (21 NOVEMBRE 2017)
Music Waves est parti à la rencontre des membres du groupe Marmozets pour évoquer leur nouvel album et la signature chez Roadrunner
CHABIFÖNK EXPERIENCE (7 DECEMBRE 2017)
Rencontre avec le trio electro-progressif français déjanté à l’occasion de la sortie de leur dernier EP, « Missiön »
 

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2021