MW / Accueil / Articles
.
.
A PROPOS DE:

FROST* (19 DÉCEMBRE 2008)


TYPE:
INTERVIEW
GENRE:
ROCK

Dans le cadre de la sortie du deuxième opus du combo « Experiments in Mass Appeal », c'est un Jem Godfrey qui a mangé du clown... anglais répond à nos questions avec un brin d'humour.... so british !
STRUCK - 23.02.2009 - 0 photo(s) - (0) commentaire(s)
Salut, question traditionnelle peux-tu te présenter toi et ton groupe ?
Jem Godfrey : Salut, je m’appelle Jem, je suis le clavier, le compositeur et le producteur de Frost. A la guitare, nous avons John Mitchell de It Bites, à la basse, nous avons John Jowitt de IQ et au chant, nous avons le Dec Burke de Darwin’s Radio. Nous avions aussi Andy Edwards d’IQ à la batterie mais il vient juste de quitter le groupe pour enseigner Glorified Music à Princeton (NdStruck : depuis remplacé temporairement par Nick D'Virgilio pour le temps du RoSFest).

En fait, quelle est la signification du groupe Frost ? Cela ne veut pas dire que votre musique est froide ?
Contrairement à la croyance populaire ça n’a rien à voir avec Jenny Frost d’Atomic Kitten. J’ai appelé le groupe Frost pour le « Fr » est tiré de mon nom de famille GoFRey, le « o » vient du mot « bOurganvilia » et le « st » est tiré du mot « poST » parce que je suis postier de temps en temps.

Y-a-t-il un concept derrière le nouvel album « Experiments in Mass Appeal » ?
J’ai peur qu’il n’y a pas de concept. C’est juste des chansons à propos de différentes choses. Ce n’est pas très prog n’est-ce pas (Sourire) ?

Quelle est la différence entre ce nouvel album et le précédent « Milliontown » ?
La différence entre « Milliontown » et « Experiments in Mass Appeal » est qu’avec ce dernier, je pense que l’intention dès le début était d’écrire de meilleures chansons et sacrifier un peu de la virtuosité en faveur d’un peu plus de contenu émotionnel. Cela pourra décevoir certains fans de Frost qui auraient peut-être pu s’attendre à un « Milliontown 2 », mais je ne suis pas pour me répéter et donc faire la même chose n’a jamais été une option de toute façon.

Comment expliques-tu le succès de « Milliontown » ? Penses-tu que c’est grâce à l'aspect original et mélodique de votre musique avec une forte rythmique composée d’une basse omniprésente, d’une batterie variée et des riffs mélodiques contrastant avec une voix rauque : un mélange original et très catchy ?
En toute honnêteté, je ne pense pas que « Milliontown » ait été un succès. Il s’en est juste vendu moins de 13.000 copies ce qui est très pauvre selon les standards commerciaux. Et une des principales critiques de « Milliontown » était ma voix rauque. Donc merci pour ces gentils mots mais où étais-tu il y a deux ans quand j’avais besoin de toi (Rires) ?

Mais sais-tu que ce deuxième album était attendu avec impatience par les personnes qui ont été impressionnées par « Milliontown » ?
Je le savais, je savais qu’il ne serait pas comme certaines personnes attendaient qu’il soit et qu’ils se précipiteraient sur moi en m’insultant pour avoir osé ne pas faire « Milliontown 2 ». A ce jour, seul un petit nombre de personnes m’ont insulté mais c’est encore tôt. De la même façon, personne ne m’a encore insulté que le prochain album ne soit pas « Experiments in Mass Appeal 2 », mais néanmoins, je vis dans la peur.

As-tu une quelconque pression avant et pendant l’enregistrement de « Experiments in Mass Appeal » ?
En toute vérité, non, pas vraiment. Je fais de la musique pour me faire plaisir d’abord et surtout donc aussi longtemps que je me croirais capable de ne pas faire un gros paquet de merde et de faire perdre le temps de tout le monde, je ne soucierais pas vraiment de ce que les gens en feront quand il est sorti. C’est leur problème (Sourire) !

Certaines parties électroniques de « Pocket Sun » sonne comme Daft Punk : premièrement connais-tu le groupe et si oui, que penses-tu de cette assertion ?
C’est une chose fantastique ce que tu me dis, merci. J’adore Daft Punk même si j’ai définitivement pas essayé de les copier sur « Pocket Sun ».

Pourquoi as-tu mis des parties électroniques sur ce nouvel album ?
Je pense que j’ai toujours eu un appétit pour utiliser les sons des claviers que la plupart des claviers de prog n’avait jamais osé essayer. Ils sont encore à bricoler avec des Mellotrons et des Minimoogs et la sonnerités des années 1980 sont apparus. Je voulais fermement rester dans ce siècle.

[IMG]http://musicwaves.fr/Pics/Upload/Articles/Extras/FRO01.jpg[/IMG]

Pourquoi avoir fait « Wonderland », un dernier titre de quinze minutes dans « Experiments in Mass Appeal » décomposé en deux parties très différentes et sans liens juste séparés d’un blanc ? Pourquoi ne pas avoir fait un nouveau chef d’oeuvre global comme « Milliontown » ?
Pour la même raison que Genesis n’a jamais fait « Supper’s Ready 2 ». Je pense qu’un long titre épique est suffisant dans la plupart des carrières des groupes. Il y en a trop et ils commencent tous à sonner de la même façon Je pense qu’IQ souffre de ce syndrome de « trop de titres épiques » comme Transatlantic l’a eu. Selon mon humble et clairement non dirigée opinion, ça diminue l’impact de chacun.

Pourquoi as-tu minimisé l’aspect progressif du groupe dans cet album et avoir fait un album de rock mélodique influencé par le progressif, en un mot, une musique plus simple et plus catchy ?
Je pense que cet album a encore plein d’éléments progressifs ; la plupart des chansons font apparaître des signatures moments perdus, il y a un solo de clavier de deux minutes sur une chanson, pleins de soli de guitares, un solo de batterie, des chansons avec des portails sur l’Espace, le Temps, une chanson à propos du vivant -encore- des chants madrigaux etc.
Le piège est dans la production et heureusement la composition. Le problème est encore là, mais il a été fait d’une façon plus délicate que sur « Milliontown », c’est tout !

En fait, le principal reproche de ce nouvel album par les fans de « Milliontown » : pourquoi avoir changé de direction musicale depuis « Milliontown » et ne pas avoir fait un « Milliontown 2 » ? Tu voulais toucher un public plus important ?
Je ne voulais pas faire un « Milliontown 2 ». Les gens sont très anxieux quand tu fais les choses différemment, les gens n’ont pas tendance à aimer le changement. D’un autre côté, moi, j’adore le changement, je pense que ça créé des possibilités et une énergie créatrice. Si nous perdons certains fans en raison du changement de direction, alors c’est que ça devait se passer comme ça. Genesis, Yes, ELP, Jethro Tull et pleins d’autres n’ont jamais eu peur de changer et progresser, je vois pas pourquoi nous ne serions pas autorisés à en faire de même.

L’accueil de « Experiments in Mass Appeal » a plutôt été bien accueilli sur Music Waves. Quels ont été les retours des fans anglais et des autres pays ? En fonction du nombre de ventes, penses-tu qu’ils préfèrent « Milliontown » ou non ?
A ce jour, les réactions ont été très positives. Nous avons eu plein d’intérêt de la part de personnes plus jeunes des deux sexes, en particulier aux USA et dans les Royaumes Unis pour cet album. La plupart des chroniques sont de 8/10 ou plus quoiqu’il en soit, je n’en ai lu aucune d’elles donc je ne peux pas dire spécifiquement ce dont les gens parlent. Il y a quelques temps, j’ai appris que prendre tes propres chroniques trop sérieusement peut mener à des problèmes de mentalités qui ne seraient plus sains d’esprit, donc, actuellement, je passe beaucoup de temps dans mon jardin à désherber mes Rhododendrons quand j’ai un nouvel album qui sort.

En fait, si tu devais définir ta musique : comment la qualifierais-tu ?
C’est une super musique pour conduire mais terrible pour cuisiner aussi (Rires).

Quelles sont tes sources d’inspiration en général et pour créer une musique si originale en particulier ?
Frost sonne exactement de la même façon que l’intérieur de ma tête sonne. J’aime essayer des choses nouvelles et intéressantes comme la nourriture étrangères, les tranquillisants pour chevaux (Sourire) et d’autres et Frost est une extension de cette philosophie. C’est comme une expérimentation chimique, je continue à jeter des choses ensemble dans l’espoir qu’ils feront un BANG ! Quelques fois, c’est le cas et d’autres, non. Quand c’est le cas, j’essaye de faire en sorte d’être dans mon studio. Quand ce n’est pas le cas, je vais chatouiller la mangue.

Quelle est la possible évolution de la musique de Frost pour le troisième album ?
Je suis en train de prévoir un double album mais soit ça sera le troisième album soit le quatrième, ça reste à voir.

Comment arrives-tu à planifier l’agenda de tous les membres de Frost et spécialement Jon Mitchell qui joue aussi bien dans Arena, It Bites, Kino, Frost… ?
Et bien, Jon est un mec occupé donc j’essaie de faire en sorte de ne jamais lui mettre la pression parce que ce ne serait juste. It Bites est son premier amour et donc, c’est sa priorité ce qui est normal et naturel, cependant, il a de l’amour à faire partie de Frost donc nous essayons de faire en sorte que ça marche pour nous tous, que ce soit John, Lee et Bob d’It Bites. Nous sommes tous camarades donc, il n’y a pas de friction.

Peux-tu nous dire comment tu composes, écrits des chansons et les enregistrent dans ces conditions ?
Cela se passe de toutes sortes de façons, quelques fois, j’écris des chansons entièrement dans ma tête, quelques fois, ça prend quelques heures à pianoter. Quelques fois, c’est un son sur un nouveau synthé qui donne le coup d’envoi, un riff de guitare ou dans mon cas, un riff de Chapman Stick. Peu importe vraiment. La clé est toujours d’avoir mon dictaphone avec moi… et une bière si possible (Rires).

Et penses-tu qu’il est possible de voir Frost tourner et particulier en France ?
J’espère vraiment, j’adore la France donc ça serait super de finalement de jouer ici avec vous. 2009 est probablement la dernière année où Frost tournera donc je ferais de mon mieux pour faire en sorte de faire un spectacle dans votre super pays.

[IMG]http://musicwaves.fr/Pics/Upload/Articles/Extras/FRO02.jpg[/IMG]

Arrives-tu à vivre de ta musique ? Et quel est ton avis sur l’industrie du disque actuelle avec Internet notamment ? Penses-tu que Frost soit affecté par ça ?
Je reconnais qu’Internet est une chose magnifique. Une des raisons pour laquelle nous allons arrêter de faire des spectacles l’année prochaine est qu’il y a maintenant pleins de manières pour atteindre un public via le web, ce qui fait que passer huit heures dans un bus pour aller de pays en pays pendant deux mois est vite devenu une blague. Surtout quand on peut voir nos interprétations en streaming ou nos écouter nos chansons pré-enregistrées en studio, les EPK, les blog, les Dvd, les films Youtube ou même d’une webcam qui tourne pendant l’enregistrement d’un album, les fans ne sont plus sujets à la routine de la « fête et famine » quand ils suivent un groupe. Tu n’aurais plus à attendre deux ans pour pouvoir écouter de nouvelles choses de tes groupes favoris et l’Internet rend capable les groupes le plu conservateur d’ouvrir une fenêtre sur la vie du groupe sur son quotidien. De nouvelles chansons pourraient être sorties dès qu’elles sont mixées plutôt que de rester sur un disque dur pendant les six mois précédent la sortie de l’album. Je suis de ceux qui sont absolument excité par la révolution des nouveaux médias et ce que cela signifie pour les groupes en dehors du projecteur des groupes mainstream commerciaux. Je pense que c’est une nouvelle frontière pour les amoureux de musique pour trouver encore plus de supers musiques dans des endroits où l’herbe est encore plus verte où les artistes et les fans peuvent grandir ensemble. C’est brillant !

Tu parlais de commercial comment peut-on concilier un projet comme Frost et produire Atomic Kitten ? Quel est le lien ? Tu le fais parce que tu as besoin d’argent ou tout simplement, tu es fier de ce travail ?
Ecrire des chansons pop est plus dur que ce que peuvent penser les gens. La plupart du temps, les gens viennent vers moi en me disant : « Ecrire cette merde pop est facile ». Je leur répond : « Vas-y alors, écris ne serait-ce qu’un single ». Je les attends toujours.
Je suis fier de tout ce que j’écris, que ce soit cette « merde » pop comme ils disent ou autre chose. Je sais à quel point je suis chanceux de faire ce que je fais et je ne considère jamais rien comme acquis et ça me chagrine que certaines personnes pense que commercial est un mot qui englobe tout ce qui est mauvais. Certaines personnes ne veulent pas ou n’ont pas besoin que la musique soit cette grande bible angoissante avec des significations profonde.D’autres personnes veulent juste une jolie petite mélodie pour siffler sur le chemin du travail qui puisse les rendre un peu plus joyeux. Quel est le crime dans tout ça ?

Quelle est la contribution du visuel sur ta musique ? Le dernier est assez simpliste…
Ce que j’ai demandé à Paul Tippet qui a fait les visuels de It Btes, Kino, Galahad et quelques d’autres était de créer quelque chose d’iconique. Quelque chose qui n’ai pas besoin d’avoir quelque chose d’écrit avec. Quelque chose que tu pourrais voir une fois et savoir ce que ça veut dire. Nous avions déjà l’astérisque sur le précédent album et je pensais que ça pourrait être marrant de pousser ça un peu plus loin donc c’est devenu « Frost » mais sans jamais avoir à écrire « Frost » et ça veut dire que c’est en travaux. Le prochain album aura un poulet géant qui mangera la tête en train de brûler d’un homme comme cette idée de grand logo…

Nous arrivons bientôt au terme de cette interview et donc, les questions Music Waves. Si tu devais faire découvrir ta musique à quelqu’un qui la connaîtrait pas : quel titre de Frost lui ferais-tu écouter et pourquoi ?
Je dirais, écoute « Black Light Machine » du premier album et ensuite écoute « Toys » du deuxième. « Black Light Machine » t’entraînera dans un voyage musical très intéressant, une profusion de musique et une rhétorique anti-guerre. « Toys » te rappellera cette petite amie un peu folle avec qui tu es sorti il y a quelques années qui effrayait tes potes et qui, secrètement, t’a rendu content que ça s’est terminé. Comme tout être vivant, tu n’es pas juste une chose et en tant que groupe, Frost aussi.

Imaginons que tu sois vendeur : quel argument choisirais-tu pour vendre « Experiments in Mass Appeal » ?
Il fait un super café et c’est bien dans un combat en corps à corps.

Que voulais-tu faire quand tu étais gamin ?
Etre un adulte.

Es-tu fier de ce que tu es devenu ?
Absolument à part que j’ai bu de la Tequila et je l’ai vomi sur ce mec dans le train.

Question « Lost », ton avion se crashe sur une île déserte mais le scénariste est sympa, il te laisse prendre cinq albums dans ta valise :lesquels prends-tu et pourquoi ?
« The Lamb Lies Down On Broadway » de Genesis. Je découvre encore de nouvelles parties sur cet album même après tout ce temps, probablement mon album préféré.
« 1984 » par Anthony Phillips. Presque entièrement fait sur un APR2600, c’est l’album de Genesis qui ne sera jamais. Génial.
« Sign ‘O’ The Times » par Prince. En tant que concept album comme Yes ne l’a jamais fait. Un truc brillant.
« The Beyondness of Things » par John Barry. Je n’ai pas besoin de dire pourquoi, juste une écoute de cet album explique tout.
« Teach Yourself To Build A Life Raft Out Of Desert Island Crash Survivors » par Frost. Toujours utile à avoir quand tu es abandonné sur une île déserte après le crash d’un avion.

Connais-tu des groupes français ?
(En français dans le texte) Oui.

Pourrais-tu dire à nos lecteurs des mots français ?
(En français dans le texte) Non.

Nous sommes proches de 2009 : que peut-on te souhaiter pour la nouvelle année ?
Un peu plus de sommeil.

Avant de se quitter mon frère Kiku m’a toujours dit de laisser le dernier mot à mon invité. Donc acte, que veux-tu dire aux lecteurs de Music Waves ?
Merci d’avoir lu cette interview. Je m’excuse platement pour toutes les bêtises que j’ai pu dire. En attendant, je vous souhaite une nouvelle année fantastique et rappelez-vous, il n’y a rien de plus mauvais que de manger une pomme avec des gencives endolories.


Un grand merci à Roger de Replica pour avoir permis cette interview ainsi que TonyB et Proggi pour leur contribution.


Plus d'informations sur https://www.facebook.com/frostlife/
 
(0) COMMENTAIRE(S)
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'article, ajouter quelques anecdotes, quelques connaissances ou tout simplement raconter votre vie...
 
Aucun commentaire. Soyez le premier à donner votre avis sur ce article
Haut de page
 
Main Image

Item 1 of 0
 
Haut de page
EN RELATION AVEC FROST*
DERNIERE CHRONIQUE
Others (2020)
"Others" est un EP efficace fait de chutes de "Falling Satellites" qui sera assurément apprécié par les amateurs en attente d’un quatrième album depuis quatre ans. Toutes les chroniques sur FROST*
DERNIERE ACTUALITE
FROST*: Sortie de l'EP 'Others'
SORTIE
Toutes les actualités sur FROST*
AUTRES ARTICLES
ARTICLE PRECEDENT
NEMO, RENCONTRE AVEC LE ROCK PROGRESSIF
Suite à la sortie de leur dernier album, Barbares, Music Waves a rencontré pour vous les membres du groupe de rock progressif Nemo, basé au Puy-en-Velay (43).
 
ARTICLE SUIVANT
ADAGIO LE 9 JANVIER 2009 (BLACK DOG)
Excepté le nouveau arrivant Chris Palin au chant, c'est le groupe au complet qu'a rencontré Music Waves pour la promo du petit dernier "Archangels in Black"...

.
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020