MW / Accueil / Articles
A PROPOS DE:

NOTHING MORE - LES ETOILES, PARIS - 05 DECEMBRE 2017


TYPE:
LIVE REPORT
GENRE:
METAL ALTERNATIF

Suite au véritable coup de cœur que nous avait inspiré la dernière pépite en date de Nothing More "The Stories We Tell Ourselves", il n'était pas concevable que nous passions à côté de leur unique concert sur le sol français...
PHILX - 15.02.2018 - 13 photo(s) - (0) commentaire(s)
Suite au véritable coup de cœur que nous avait inspiré la dernière pépite en date de Nothing More "The Stories We Tell Ourselves", il n'était pas concevable que nous passions à côté de leur unique concert sur le sol français à l'occasion de leur tournée européenne, dans l'étroite salle des Etoiles, à Paris. Parmi les amuse-bouches étaient également présents nos amis d'In Search Of Sun, donc doublé gagnant pour Music Waves...


In Search Of Sun


Malheureusement occupés à échanger avec Jonny en coulisses sur les secrets de fabrication de cet opus, nous ne pourrons vous rapporter d'images de Psycho Village qui s'égosille devant quelques dizaines de fans, mais c'est Adam Leader et ses acolytes d'In Search Of Sun qui tapissent le fond sonore des Etoiles au moment où nous nous installons dans la salle, qui continue de se remplir.

Étonnamment, malgré l'exiguïté de la salle, la mezzanine est fermée (c'est qu'il faut les loger les 3 groupes qui jouent ce soir!) et la salle se retrouve vite remplie, n'en déplaise à Adam Leader qui prend pleine possession de la scène pour envoyer les lignes bien senties de la dernière production "Virgin Mother Funk" qui nous avait également marqué à la rédaction de Music Waves. Presque à l'aise sur scène, celui-ci reste extrêmement concentré durant tout le set échangeant assez peu avec son public, et enchainant les titres les plus percutants. Parmi eux, 'Say It Like You See It', titre introductif de l'album, ou encore 'In The Garden' ou le très djent 'Bad Girl', joué en conclusion de ce set.








Malgré des lumières qui mettent en place une atmosphère terriblement sombre et violette, l'ambiance servie par les Anglais semble accrocher assez rapidement son public à grands coups de riffs mélodiques et il faut l'avouer grâce au chant éraillé et aux refrains entêtants faits à la voix claire. Quelques fans donnent de la voix et viennent renforcer la confiance du quintet qui, au fur et à mesure de l'avancée du set, commence à se lâcher et vivre plus intensément sa musique, à l'image des dreads immenses de Rory Kay qui commencent à tournoyer dans les airs.








Peu voire pas de pause entre les titres, les Anglais vont droit à l'essentiel, comme pour rendre plus percutante leur prestation et commencer à habituer le public à ce rythme effréné. Un pari largement réussi à en constater les réactions du public...





Ce ne sera donc pas dans sa voiture (clin d’œil suite à notre entrevue avec Adam), mais bel et bien dans une salle de concert que nous avons eu le plaisir de revoir Adam, exerçant son art pleinement et marquant significativement son premier passage en France.


Nothing More

Nous ne vous ferons pas l'affront de vous présenter une n-ième fois Nothing More (qui était nommé pour 3 Grammy Awards cette année pour les 3 récompenses relatives au rock), notamment suite à notre chronique qui accordait la note maximale à leur dernier opus, alors rentrons directement au cœur du sujet.

Alors que In Search Of Sun avait été longuement applaudi en quittant la scène, le temps de changer les instruments aurait pu faire retomber l'ambiance qui avait réussi à bien décoller pendant le set des anglais. En effet, le quatuor texan n'a pas l'habitude de voyager léger à cause de son frontman qui trimballe dans ses valises un nouveau joujou fait de fer et de câbles, de futs et de poignées nommé "The Scorpion Tail", qui, une fois assemblé, mesure pas moins de 4 mètres de long, pour près de 200 kilos de ferraille, faite de parties de moteurs de voitures, chaines, et autres débris d'engins routiers.

Et pourtant, une fois les premières notes de 'Christ Copyright' lancées dans la salle obscure attentive à l'apparition des musiciens, voilà que la soirée peut atteindre sereinement son climax. C'est un Jonny Hawkins survolté qui arrive dans l'arène, prêt à en découdre avec un show qu'il veut dantesque, à la hauteur des attentes de son public. La salle est maintenant comble, impossible de se déplacer dans la fosse qui suffoque presque. Debout sur les futs de sa queue de scorpion, Jonny ne se ménage pas et trouve rapidement ses marques sur cette scène trop étroite, vidant ses poumons puissamment sur ce titre introductif.


Nothing More @ Les Etoiles, Paris | 05/11/2017


Nothing More @ Les Etoiles, Paris | 05/11/2017


Nothing More @ Les Etoiles, Paris | 05/11/2017


C'est dans cette énergie qui frappe son public de plein fouet que le groupe va entonner l'un des gros succès de l'album : "Let 'em Burn", immédiatement reprise par le public sur le refrain qui s'y prête totalement. Les effets de voix, comme des instruments sont au rendez-vous et l'exécution est parfaite, l'énergie en plus.

Véritable frontman dans toute sa splendeur, Hawkins arpente la scène, jamais à plus d'un mètre de distance de son public, le sentant au plus près, le touchant régulièrement comme pour ne faire qu'un. Les premiers rangs n'auront d'yeux que pour lui et sa plastique idéale qui lui permet d'associer à une voix pleine d'émotion une gestuelle énergique et puissante.


Nothing More @ Les Etoiles, Paris | 05/11/2017


Nothing More @ Les Etoiles, Paris | 05/11/2017


Ancien batteur, Hawkins ne peut s'empêcher de s'armer de baguettes pour accompagner Ben Anderson à la percussion, pour d'excellents supports, ou interludes comme en fin de set où Dan et Mark se joindront à lui pour une chorégraphie intéressante qui aurait pu durer bien plus.

Un concert de Nothing More n'en serait pas un sans le classique trio sur la basse suspendue (dont Hawkins nous parlait plus précisément lors de notre entretien), un show original qui tend à s'améliorer, faisant jouer les lumières comme alliées dans cette expérience scénique.


Nothing More @ Les Etoiles, Paris | 05/11/2017


Nothing More @ Les Etoiles, Paris | 05/11/2017


Nothing More @ Les Etoiles, Paris | 05/11/2017


Nothing More @ Les Etoiles, Paris | 05/11/2017


Côté setlist, les excellents titres du dernier opus sont bien présents et parfaitement fédérateurs. Le public ne se fait pas prier pour donner de la voix, et le frontman trahira à plusieurs reprises sa bonne surprise d'un tel engouement de ses fans. Il n'en fallait pas moins pour encourager le chanteur à tout donner.

Seule 'Just Say When' permettra au public de souffler quelques minutes alors que Mark et Jonny se retrouvent seuls sur scène pour un duo acoustique prenant les tripes. La voix du frontman semble mieux maitrisée que lors de leur dernier passage à Paris, et les musiciens se joignent à lui pour les harmonies. Pause de courte durée avant que la température ne monte encore avec un 'Do You Really Want It?' dantesque et quelques titres plus anciens comme 'Jenny' ("parce que tout le monde a une Jenny dans sa vie" d'après Jonny), ou encore 'Ocean Floor' et 'This Is The Time' avant d'entamer un rappel que le groupe de feindra même pas "On sait tous comment ça se passe, le groupe fait semblant de partir, le public en demande encore et espère qu'il y aura encore quelques titres de joués. On va vous épargner cette mascarade et gagner du temps pour un titre en plus!" ajoutera-t-il, avant de terminer sur un "Paris, on t'aime" que nous lui avions appris peu avant monter sur scène.


Nothing More @ Les Etoiles, Paris | 05/11/2017


Nothing More @ Les Etoiles, Paris | 05/11/2017


Avant de terminer sur un 'Salem' qui signe une longue ovation, Jonny nous offrira une démonstration de sa machine infernale, fait comme nous le disions plus haut de morceaux de véhicules motorisés, des moteurs, des chaines métalliques, des grilles servant en fait de poignées permettant de moduler des sons, façon dubstep. Ce n'est pas la reprise du titre 'First of the Year' de Skrillex qui dénotera de l'usage bien maitrisé de l'engin. Cependant, cette partie du spectacle aurait pu être approfondie, pour durer davantage et peut-être offrir un bijou électro plus marqué.


Nothing More @ Les Etoiles, Paris | 05/11/2017


Nothing More @ Les Etoiles, Paris | 05/11/2017


Forcément trop court pour les fans que nous sommes, ce concert ne nous a déçu en rien et n'a fait qu'agrandir notre frustration qu'un groupe comme Nothing More ne joue qu'une seule date en France lors d'une tournée européenne, dans une salle aussi petite que les Etoiles, après une Maroquinerie presque pleine 2 ans auparavant. Peut-être leur prochain passage au Download leur permettrait d'atteindre davantage leur public en France?

Retrouvez toutes les photos de Nothing More en HD en cliquant ici


Setlist

Christ Copyright
Let 'em Burn
Mr. MTV
Don't Stop
Bass Solo
Ripping Me Apart
Go to War
Just Say When
Do You Really Want It?
I'll Be OK / Here's to the Heartache
Jenny
Ocean Floor
This Is The Time (Ballast)
First of the Year (Equinox) (Skrillex)
Salem (Burn the Witch)


Plus d'informations sur http://www.nothingmore.net
 
(0) COMMENTAIRE(S)
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'article, ajouter quelques anecdotes, quelques connaissances ou tout simplement raconter votre vie...
 
Aucun commentaire. Soyez le premier à donner votre avis sur ce article
Haut de page
 
Main Image
Item 1 of 0
 
  • 12559
  • 12560
  • 12561
  • 12562
  • 12563
  • 12564
  • 12565
  • 12566
  • 12567
  • 12568
  • 12569
  • 12570
  • 12571
Haut de page
EN RELATION AVEC NOTHING MORE
DERNIERE CHRONIQUE
The Stories We Tell Ourselves (2017)
Accrocheur mais sophistiqué, beau tout en étant violent, le ton de la formation emmenée par Jonny Hawkins joue des contrastes en permanence sans jamais s'égarer. Toutes les chroniques sur NOTHING MORE
DERNIERE ACTUALITE
NOTHING MORE en concert à Arles le 30 juin prochain
CONCERT
Toutes les actualités sur NOTHING MORE
AUTRES ARTICLES
ARTICLE PRECEDENT
FURIAPOLIS (02 FÉVRIER 2018)
En plus de produire une musique riche, Furiapolis fait preuve d'une personnalité attachante. Rencontre.
 
ARTICLE SUIVANT
FURIAPOLIS (02 FÉVRIER 2018)
En plus de produire une musique riche, Furiapolis fait preuve d'une personnalité attachante. Rencontre.

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020