MW / Accueil / Articles
A PROPOS DE:

SHINEDOWN (07 MARS 2018)


TYPE:
INTERVIEW
GENRE:
METAL ALTERNATIF

A l'occasion de la sortie du nouvel album de Shinedown, nous avions rendez-vous avec Brent Smith...
STRUCK - 04.05.2018 - 6 photo(s) - (0) commentaire(s)
"Attention Attention"...  C'est le titre du nouvel album de Shinedown mais c'est aussi c'est une déclaration ! En effet, c'est le jour de l'annonce mondiale de la sortie de ce sixième opus que nous avions rendez-vous avec Brent Smith en mode confidence qui nous a livré plusieurs infos exclusives sur ce prochain album évènement...


Quelle est la question qu’on t’a trop souvent posée ?

Brent Smith : La question qu’on me pose trop souvent ? (Hum)… "Pourquoi es-tu à Paris le jour de l’annonce mondiale de la sortie du nouvel album de Shinedown ?" (Sourire)…





Et nous reviendrons en fin d’interview… Mais pour en revenir aux questions trop souvent posées, je suppose que la comparaison avec Nickelback revenait souvent ?

C’est intéressant parce que honnêtement je ne vois pas sauf si on compare le fait que Chad et tous ces gentlemen écrivent des chansons incroyablement superbes auquel cas, je prends tout de suite cette comparaison. Et donc non, ça ne m’ennuierait pas du tout sachant que je connais Chad depuis un bout de temps, c’est un gars extra donc je le prends vraiment comme un compliment…


L’objectif est de ne pas sortir le même album deux fois, ça ne fait tout simplement pas partie de notre ADN





Vous êtes régulièrement catégorisés dans différents styles musicaux alors que vous vous définissez vous-même comme un groupe de rock’n’roll. Quelque part, n’est-ce pas jouissif de voir les différentes chapelles se déchirer pour pouvoir vous compter dans leur giron ?

Eh bien, quand vient le moment de la production et se mettre au travail pour écrire de nouvelles chansons et un nouvel album, l’objectif est de ne pas sortir le même album deux fois, ça ne fait tout simplement pas partie de notre ADN. Je n’ai jamais écrit une chanson en me disant qu’elle me permettrait d’être connu, je n’ai jamais écrit une chanson sur un sujet que je ne connais pas, quand j’écris une chanson, je dois le faire honnêtement et je pense que cela explique qu’on a une activité sur le long terme… Les gens se rendent compte que je ne triche pas parce que je les respecte et que je sais qu’ils ne sont pas stupides.


Votre actualité est la sortie de "Attention Attention" qui est un album concept. Peut-on dire que vous voulez qu’on vous colle l’étiquette de groupe progressif en plus de celles déjà posées ?

Je ne sais pas… Pour moi, le côté conceptuel de "Attention Attention" est quelque chose dont nous avons parlé avant même de commencer le processus d’écriture. Mais ce n’est pas un concept album traditionnel comme "The Wall" ou "Operation Mindcrime"… nous considérons plutôt "Attention Attention" comme une histoire qui prend place dans une chambre dans laquelle se trouve une personne en plein marasme psychologique, mental et physique…
Il y a une vraie connexion entre la première chanson ‘Devil’ qui débute dans l’endroit le plus sombre possible et le dernier titre ‘Brilliant’ qui est probablement la façon la plus triomphante de conclure un album.
Nous sommes très, très fiers d’avoir pu réaliser ce que nous avions décidé de faire dès le début en créant cet album qui est exactement celui que nous voulions sortir.


Tu as cité Pink Floyd, Queensrÿche, est-ce que finalement cet album ne se rapprocherait pas de l'histoire de "Scenes from a Memory" de Dream Theater…


Peut-être en tous cas, Dream Theater est un groupe super progressif pour le coup ! Je ne sais pas si nous allons nécessairement nous diriger vers cette direction (Rires) !


"Threat To Survival" marquait un virage très commercial pour votre musique…

... C’est vrai !


Cet album n’est pas un produit manufacturé, cet album est la définition de ce qu’est Shinedown.





… peut-on affirmer que "Attention Attention" est la suite logique de cet album ou en sortant un album concept album est la façon de créer la surprise en ne proposant l’album que vos fans attendent ?

Et bien, encore une fois, nous revenons au fait que nous croyons que nous ne faisons pas le même album deux fois. Mais je vais te dire qu’une grande partie de tout ceci est influencée par des conversations avec nos fans que nous avons eues au début 2017 lorsque nous allions nous mettre à composer ce nouvel album. Ils exprimaient tous la même requête à savoir qu’ils adoraient tous notre discographie passée, tous les albums, toutes les chansons mais ils voulaient que nous leur fassions une faveur, à savoir qu’ils voulaient que ce nouvel album soit heavy ! Cet album n’est pas un produit manufacturé, cet album est la définition de ce qu’est Shinedown. En effet, cet album sonne de cette façon et c’est très important parce que nous savions à 100% qu’Eric (NdStruck : Eric Bass, bassiste du groupe) allait le produire et mixer. Notre label a parfaitement respecté cette décision et nous a toujours permis de rester nous-mêmes. Ils ont toujours un regard bienveillant considérant que si c’est ce que nous voulions faire, il fallait le faire.


Sur des titres tels que ‘Devil’ ou ‘Attention Attention’, le chant est scandé. Avez-vous, consciemment ou inconsciemment, été influencés par les derniers efforts de Imagine Dragons voire Queen et plus particulièrement le titre ‘Flash’ ?

Vraiment ? J’adore cette comparaison, mec ! Etre comparé à ‘Flash’ de Queen, mon Dieu, c’est incroyable et j’adore…
Je connais bien entendu la chanson mais je n’aurais fait le lien… Mais tu as raison dans le sens où dans l’écriture et tout le reste, nous essayons d’être sûrs que nous quatre faisons exactement ce que nous pensons être cool ! C’est la raison pour laquelle nous voulions qu’Eric produise cet album : en effet, nous préférions devenir fous en faisant tout par nous-mêmes que quelqu’un devienne fou en essayant de le faire. Ce ne fut pas un album dur à faire parce qu’il n’y a pas eu de second choix : quand on a proposé à Eric de produire l’album, il a répondu que si nous pensions que c’était la bonne solution, il ferait… et à partir de là, il a été le capitaine à bord.


Il semblerait que vous ayez trouvé la recette magique…

… pas la recette magique ! Non, non, non !


Nous avons traversé pas mal de choses ensemble et nous avons donc un grand respect entre chacun d’entre nous


Pas dans le sens musical mais plutôt l’alchimie entre vous dans votre façon de travailler…

Oui, nous sommes très proches les uns des autres, nous nous aimons véritablement les uns les autres et nous aimons être en présence de chacun d’entre nous… Nous avons traversé pas mal de choses ensemble et nous avons donc un grand respect entre chacun d’entre nous. Tu dois également avoir une certaine vulnérabilité pour être un leader et chacun d’entre nous perçoit l’autre dans cette optique de vulnérabilité. Dans ces conditions, tout est clair, je crois en Eric à 100% comme il croit en moi à 100%.


Plus qu’un groupe de musique, j’ai l’impression d’entendre parler d’un groupe d’amis…

Bien sûr ! Ils sont ma famille.


Ceci explique aussi peut-être qu’avec le temps, vous êtes plus forts et vous sortez à chaque fois, un meilleur album…

J’aime à le penser. Quand tu es en bonne santé mentale et physique, tu produis des choses incroyables…


… ce n’était pas le cas avant ?

Et bien, jeune, j’étais très influençable et j’étais addict à la drogue et l’alcool…


C’est le tout premier album que j’ai fait en étant totalement clean.





… la musique et tes amis du groupe t’ont aidé à surmonter cette addiction ?

Oui et je vais te dire pourquoi : c’est le tout premier album que j’ai fait en étant totalement clean.


Avec le recul, en écoutant ta performance est-ce une fierté ?

Je pense que je sonne plus fort que je n’ai jamais sonné…


Et maintenant que tu me le dis,  je comprends que ta performance m’ait bluffé…


J’ai grandi avec une certaine idée de ce que le rock’n’roll était censé être. Et je me suis toujours demandé ce qu’il fallait que je fasse pour être rock’n’roll jusqu’au bout des ongles. J’ai pensé pendant très longtemps que j’avais besoin de tous ces liquides dont je parle dans le titre ‘Monsters’. Ce qui est intéressant, c’est quand on a quasiment terminé l’album, Eric était en train de le mixer et il me regardait d’une drôle de façon, je ne comprenais pas et il m’a répondu qu’il était fier de moi. Je ne comprenais toujours pas et il m’a dit que je chantais incroyablement bien et plus fort que jamais sur cet album…


Je suis honoré d’avoir eu une nouvelle chance et pouvoir me racheter…



Et il a raison, c’est super !


(Emu) Tu sais quoi ? Je suis honoré d’avoir eu une nouvelle chance et pouvoir me racheter…


On ne se connaît pas mais je suis fier de toi…


Dis-toi que tout ce que tu me dis n’est pas tombé dans l’oreille dans un sourd, merci beaucoup mec !


Sur ‘Black Soul’ ou ‘Pyro’ vous proposez des lignes de claviers légères en introduction avant d’envoyer des titres assez puissants. Est-ce une manière de prendre l’auditeur par surprise ?

Tout a été construit avec à l’esprit de donner du rythme à cet album et en particulier pour ces titres qui colle ensemble dans cette optique d’histoire. Ce sont des titres dynamiques qui te font passer dans un grand huit émotionnel : c’est donc un choix artistique avec ce souci de rythme et de dynamique.


La présence des claviers est de plus en plus importante dans votre musique…

… C’est normal Eric est pianiste la base…


… Avez-vous pensé à intégrer un membre à plein temps pour cet instrument ?

Non, Eric assurera ces parties (Sourire) !


Sur plusieurs titres, vous semblez jouer sur le contraste entre des paroles sombres et des mélodies légères. C’était l’objectif recherché ?


Pas nécessairement, c’est juste le mec qui fait ses trucs…


Quand tu parles de mec qui fait ses trucs, tu sous-entends que tu n’es pas seul dans ta tête…


C’est juste qu’il y a certaines choses que je fais inconsciemment. Je n’ai pas vraiment d’explication : ce ne sont pas des choses que je fais intentionnellement, c’est juste que les choses sortent ainsi naturellement…


Il ne faut pas avoir peur de l’échec et je peux te garantir qu’à chaque réussite, c’est encore plus jouissif. 


La plupart des titres des chansons de cet album sont courts et traduisent des sentiments sombres. Considères-tu avoir un regard désabusé sur notre société ?

D’une certaine façon, beaucoup de choses qui se passent dans « Attention Attention » traitent de ce que l’auditeur est capable d’obtenir au final. Il doit comprendre qu’il ne faut pas avoir peur d’échouer. Si tu as peur de l’échec, tu ne réussiras jamais à accomplir quoi que ce soit. Il faut être conscient que tu ne réussiras pas à chaque fois mais il ne faut pas avoir peur de l’échec et je peux te garantir qu’à chaque réussite, c’est encore plus jouissif.  


Cet album est en partie une réflexion sur nous-mêmes.





Est-ce que cette histoire de ce personnage au plus bas au départ et qui réussit à la fin n’est finalement ton histoire ?


C’est mon histoire, celle d’Eric, de Zach et Barry… Tu sais, cet album est en partie une réflexion sur nous-mêmes.


A contrario, ‘Get Up’ se fait plus pop et optimiste. Est-ce une manière d’ouvrir la fin de l’album vers une vision plus positive ?


On a parlé de la dynamique de l’album tout à l’heure et c’est sur ‘Get Up’ que l’histoire se retourne, que le personnage commence à comprendre comment il peut reprendre confiance. C’est effectivement à ce moment de l’album que le personnage ne comprend pas tout mais n’a plus peur de courir après ce qu’il veut. Et c’est également la raison pour laquelle ‘Get Up’ est si spéciale et pourquoi cette déclaration est si puissante, en la diffusant, tu n’es plus seul, tout le monde est avec toi… Qui que tu sois, homme ou femme, jeune ou vieux, pour arriver à ‘Brilliant’ qui est la finalité, il y a le sentiment que comme je dis :
‘As the world collides
And I fight for air
As I crash and burn
Like i just don’t care
It’s my day to be brilliant’
c’est la déclaration de ce titre, il ne faut pas avoir peur de l’échec parce qu’encore une fois, quand tu réussis, c’est encore plus jouissif (Sourire) !


Les refrains de ‘Attention Attention’ ou ‘Kill Your Conscience’ sont catchy…

(Sourire) Merci !


Avez-vous écrit ces titres dans l’optique de faire des tubes...

... mainstream ?


Oui, mais sans le côté péjoratif de la chose…

Je suis un énorme fan de mélodies. Mon esprit fonctionne beaucoup mieux quand il s’agit de chanter des parties catchy, des choses qui me collent à la peau. La plupart du temps quand j’écris des chansons et quand je n’ai pas encore terminé de les écrire à la fin de la nuit, si je me réveille et que je ne peux pas me souvenir de ce que j’ai écrit, je n’essaie même pas de terminer de les écrire et je passe à quelque chose d’autre. Je dois m’en souvenir car si je m’en souviens c’est qu’il y a quelque chose dedans…


... Une accroche…


C’est exactement ça !


Quelles sont tes attentes pour cet album ?

Nous avons fait tout ce qui était en notre pouvoir pour faire le meilleur album que le monde n’a jamais écouté…


Ce qui nous amène à la première question, du moins, ta première réponse à cette interview…


(Rires)


... n’est-ce pas frustrant de n’être que peu connu en France quand Shinedown a vendu plus de 10 millions d’albums à travers le monde. Pour revenir à la question initiale, est-ce que faire la promo française la date de l’annonce de la sortie de l’album est une façon de dire que vous voulez conquérir le public français ?

Ce n’est pas tant conquérir le public français mais c’est plutôt permettre aux Français de savoir que nous les adorons et que nous adorons ce pays. Nous adorons le peuple européen. On parle de la France mais c’est beaucoup plus large que ça. Je suis très honoré d’être ici le jour où cet album est annoncé au monde entier. Et ce qui est beau dans tout ça, c’est que nous avons toujours eu une connexion avec ces publics.
Mais je suis également ici pour parler aux personnes du label Warner et Atlantic et leur dire que c’est le moment pour nous de comprendre ce que nous devons faire pour faire en sorte que Shinedown soit plus connu ici en Europe comme en France et consolider ce que nous avons déjà fait parce que je sais qu’il y a plein de fans de Shinedown ici en France notamment.


C’est compréhensible, car comment faire plus aux Etats-Unis quand vous avez été 11 fois numéro 1 du classement Rock Billboard soit le troisième meilleur score après Van Halen et Three Days Grace ?


Tu sais ? On peut toujours faire plus… partout (Sourire)…


C’est le maître mot de cette interview, de cet album et la philosophie du groupe…

.. Ne pas avoir peur de l’échec (Sourire) !


Et dans ces conditions, qu’attends-tu de votre passage au Hellfest ?

Mon ambition est d’aller là-bas et jouer aussi puissamment, intensément et passionnément que possible…


On a commencé cette interview avec la question qu’on t’a trop souvent posée, au contraire quelle est celle que tu souhaiterais que je te pose ou à laquelle tu rêverais de répondre ?


Oh mon Dieu (Rires) ! Tu auras fait un super boulot jusqu’au bout, mec ! Hum, ce serait : "Quand tu reviendras en France la prochaine fois, sauras-tu parler français ?" (Rires) ! Mon but est de pouvoir dire au moins quelques phrases et pas seulement quelques mots au public français quand je reviendrai pour le Hellfest, et je travaille pour ça…





Et donc on peut se donner rendez-vous pour la promo de votre prochain album en se disant…


… que je ferai l’interview en français (Sourire)…


Merci beaucoup

(En français) Merci beaucoup ! Merci beaucoup d’avoir pris le temps d’être venu ici pour me poser toutes ces super questions…


Merci à Loloceltic pour sa contribution...


Plus d'informations sur http://www.shinedown.com/
 
(0) COMMENTAIRE(S)
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'article, ajouter quelques anecdotes, quelques connaissances ou tout simplement raconter votre vie...
 
Aucun commentaire. Soyez le premier à donner votre avis sur ce article
Haut de page
 
Main Image
Item 1 of 0
 
  • 13526
  • 13527
  • 13528
  • 13529
  • 13530
  • 13531
Haut de page
EN RELATION AVEC SHINEDOWN
DERNIERE CHRONIQUE
Attention Attention (2018)
Avec un album-concept aussi torturé qu’optimiste, Shinedown offre une œuvre rare et intense. Toutes les chroniques sur SHINEDOWN
DERNIERE ACTUALITE
ATTENTION ATTENTION SHINEDOWN EST DE RETOUR SUR MUSIC WAVES!
INTERVIEW
Toutes les actualités sur SHINEDOWN
AUTRES ARTICLES
ARTICLE PRECEDENT
EVANESCENCE - LE GRAND REX, PARIS - 28 MARS 2018
Dans le cadre de la tournée du dernier-né d'Evanescence, Amy Lee voit grand et s'offre un orchestre classique pour restituer son Synthesis live au Grand Rex de Paris
 
ARTICLE SUIVANT
MY PERFECT ALIEN (09 AVRIL 2018)
Avec l'humour et la bonne humeur qui les caractérisent, les membres de My Perfect Alien se sont prêtés au jeu des questions réponses avec talent, comme dans leur musique !

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020