MW / Accueil / Articles / INTERVIEWS - THE DAMNED (09 MARS 2018)
TITRE:

THE DAMNED (09 MARS 2018)


TYPE:
INTERVIEWS
GENRE:

POST ROCK



Rencontre d'outre-tombe avec Dave Vanian, l'âme damnée de The Damned!
ADRIANSTORK - 06.04.2018 -
5 photo(s) - (0) commentaire(s)

Interview bien évidemment menée la nuit quand les vampires et autres créatures démoniaques pointent le bout de leurs crocs acérés... C'est donc dans ces conditions et équipé d'un crucifix et d'un collier orné de gousses d'ail que nous avons rencontré Dave Vanian, l'âme damnée de The Damned venu présenté son dernier album en date "Evil Spirits" celui de la renaissance ?


Nous allons commencer cette interview par une question classique du site : ''Quelle est la question que l'on t'a trop souvent posée?''

Dave Vanian : Oh pourquoi revenir après 10 ans?


Alors on ne te posera pas cette question! Vous revenez 10 ans après votre dernier album. Que s'est-il passé pendant tout ce temps?

(rires) Depuis le dernier album, nous étions sur d'autres projets, mais nous n'écrivions pas ensemble. Nous avions l´impression de perdre notre inspiration comme si nous étions prisonniers d´une routine encerclante avec les mêmes chansons etc... Ensuite, il y a eu les 40 ans du punk, donc cela nous a bien occupés sur ces deux dernières années. En fait c´est horrible, parce que 10 ans, ca correspond à la vie moyenne d´un groupe.


Le temps passe vite. Vous vous étes toujours bien entourés pour produire vos albums. Nick Lowe, Nick Mason mais cette fois-ci vous avez sorti de votre chapeau Tony Visconti. En écoutant le son du dernier album, on peut se dire que cette collaboration sonnait comme une évidence, vous deviez travailler ensemble!


Nous avions commencé à chercher des fonds pour enregistrer cet album, nous voulions offrir à nos fans le meilleur. Alors, il nous fallait le parfait candidat : Tony Visconti.





Qu´avez-vous appris à son contact?

C´était plus une collaboration. Pour être honnete, il n´a pas trop touché aux arrangements. Mais il a ajouté un son excellent, on peut l´écouter plusieurs fois et découvrir de nouvelles choses à chaque fois. je suis très satisfait de la production. Ironiquement, cela sonne kitsch mais aussi moderne.


Etait-ce délibéré?

Pour moi oui, mais je ne m´en suis pas rendu compte à ce moment-là. En l´écoutant, ca m´a rappelé quand j´achetais un album, disons ´Ziggy Stardust´ de David Bowie. On le met sur le sillon et on est emporté par le son. Et j´ai remarqué que les nouveaux groupes revenaient vers ce son. Pour moi, c´est l´album que j´aurais adoré enregistrer. 


Comment les sessions se sont déroulées ? The Damned a eu un line-up mouvementé à travers son histoire, avec des changements à chaque album. Est-ce que vous avez changé quelque chose de vos méthodes de travail?

Non. Notre ancien bassiste Stu West a souhaité partir pour prendre un nouveau train, c´est son dada. Nous nous sommes retrouvés à nous demander : "Qui pourrait etre le meilleur bassiste pour notre nouvel album?" On a cherché parmi nos connaissances et nous avons compris que cela ne pouvait etre que Paul Gray. Paul avait déjà joué avec The Damned trente ans auparavant. C´est un bassiste brillant, je savais qu´on avait trouvé la bonne personne. Captain Sensible avait travaillé précédemment avec lui, alors on l´a appelé. Mais il avait un emploi, donc il n´était pas sûr de pouvoir etre dans le groupe, mais il a géré.


L´album débute par ´Standing at the Edge of Tomorrow´, qui coupe le souffle de l´auditeur : tout s´installe rapidement, les instruments font leur apparition les uns après les autres, tous les ingrédients d´un bon titre de The Damned sont réunis. Vouliez-vous montrer ainsi que The Damned sont de retour?

C´est toujours difficile de savoir après coup. On avait plusieurs propositions, mais comme ce morceau allait etre notre single, le choix a été unanime. 


"This time could be the last time/The only time to get a bite". Derrière ces paroles référentielles au vampire, nous avons l´impression qu´une autre vérité se dissimule?

L´idée c´est d´avoir une chance de recommencer, de ne pas refaire les mêmes erreurs. Notre monde évolue très vite, mais est-ce que l´on peut assumer en bien?





Est-ce qu´on peut parler d´un concept-album maléfique?

Je ne sais pas si on peut parler de concept-album. C´est une réflexion sur notre monde, un miroir sur le monde. Un artiste ne doit pas s´isoler, il doit réfléchir ce qui se passe autour de lui.


"Evil Spirits" est une machine à remonter le temps. L´auditeur se retrouve à l´époque de "Machine Guns", "The Black Album", "Phantasmagoria", mais on ne sent jamais que c´est retro. Le son est moderne. The Damned c´est un peu comme Dorian Gray, ne jamais vieillir.

(rires) Je pense que les gens savent à quoi s´attendre, alors nous essayons toujours de surprendre les fans, surtout ceux qui nous suivent depuis des années.


Avec rétrospection, tu dois etre fier.

Je le suis. Ce serait horrible de faire un album totalement attendu, les gens diraient  "Tiens? Encore?". Un album de The Damned DOIT etre bon.


Sur ´Devil In Disguise´, le son est plus rugueux, la voix est plus profonde comme un Alice Cooper, l´orgue est insistant. Quand tu chantes, tu interprètes toujours un personnage?

Oui. Le son me dicte le personnage comme le fait un acteur en découvrant la pièce. Le son ouvre des portes et envoie plein d´émotions. C´est ce que je fais en concert. Tu es exposé par le son, tu ne peux rien contrôler et tu deviens quelqu´un d´autre.


Le mot pop n´est pas un gros mot pour toi...

(il coupe) Non, les plus belles chansons écrites sont des chansons de pop.


'We are so nice' et 'Look Left' sont des joyaux pop. Est-ce que tu as toujours envie de créer de belles choses à écouter ?

Tout le temps. Captain et moi aimons les mélodies. Nous voulons entendre de la musique. Nous avons toujours été un groupe très mélodique. Nous avons fait pas mal de boucan, mais toujours nous avons toujours privilégier les mélodies. Je n´écoute pas souvent la radio, mais je trouve que beaucoup de chansons sont bonnes car elles sont bien ciselées, bien produites avec les paroles et la musique. Ce n´est pas honteux.


´We are so nice´ semble sarcastique...

(il coupe) Elle l´est! C´est très ironique, on s´appelle The Damned.


Quelle est la thématique de cette chanson? 


C´est une chanson écrite par Captain. Les politiciens sont beaux, ils touchent des enfants, on s´est moqué de cet esprit, de ces gens qui s´autoproclament gentils.





Est-ce que ´Daily Liar´ est la suite du ´Liar´ présent sur ´Machine Gun Etiquette´?

Non c´est juste une coincidence de titres. 

Pas de morceaux très noirs comme ´The Dog´ or ´Twisted Nerve´ ou pas d’expérimental comme ´Dark Asteroid´ sur le précédent album...

(il coupe) Généralement, nous avons toujours des morceaux expérimentaux. Mais cette fois-ci, nous n´avions pas beaucoup de temps. Si nous avions bénéficié de plus de temps, alors nous nous serions lancés dans des morceaux expérimentaux, un morceau triste et un peu gothique. Le plus proche de cet esprit serait ´I Don´t Care´.


'Procrastination' est un morceau un peu léger comme 'Silly Kid Games' (un peu Beach Boys). Etait-ce amusant à enregistrer ou est-ce que comme le ´Wot´ de Captain Sensible, vous allez essayer d'avoir un tube?

Qui sait ? Captain a réalisé la musique et Monty Oxy Moron a écrit les paroles. Cela permet de prendre le contre-pied d´une dimension ténébreuse.


Est-ce que tu penses qu´aujourd´hui The Damned ne dépare pas dans le paysage actuel?

Je voudrais dire que oui. Il y a une époque où on pensait que des vieux groupes allaient disparaitre (nous sûrement inclus). Mais les gens ont compris que la bonne musique n´avait pas d’age. Iggy Pop est toujours là parce qu´il est toujours géant. Je pense que nous sommes authentiques, nous avons toujours été un groupe populaire, proche de notre public. Lors de notre commémoration d´anniversaire, on s´est rendu compte à quel point les gens nous aimaient. Cela met du baume au cœur, parce que nous nous sommes beaucoup battus contre le business. Cet album mérite d´etre écouté.


'I don't care' achève l'album. Pourquoi cette idée de finir sur un morceau un peu fou, d'abord dépouillé voix-piano et plus rock?

C´est assez court. J´ai écrit la partie de piano en démo et nous l´avons enregistrée telle quelle. Mais soudain, j´ai eu une idée et nous en avons parlé avec Captain et on s´est bien amusé à la créer.


Nous pouvons entendre des soli de guitare, d'orgue, on a l'impression que le groupe est heureux de se retrouver ensemble.

Oui. J´ai dit au Captain avant d´enregistrer cet album : "Ne demande pas de conseils extérieurs. On va faire la musique que nous avons envie d´entendre." Cet album révèle nos influences pour les années 60, les groupes garage, John Milk, The Tornados. Mais on a pas l´impression d´écouter un pastiche de nos chansons. C´est un peu plus pop. ´Grave Disorder’ a des points communs avec le coté pop de celui-ci. Si j´étais un fan, je me retrouverais du coté du "Black Album". Par contre, il n´a rien à voir avec le premier album car alors c´était David James qui était le responsable. Après son départ, on s´est dit qu´on pouvait nous aussi y arriver.


L'humour noir de The Damned pourrait-il être menacé aujourd'hui avec une censure plus puissante?

Ne m´en parle pas. On nous enverrait directement en prison.


´Sonar Deceit´ et ´Shadow Evocation´ ressemblent à un combat entre lumière et ténèbres, mais l´issue semble pencher en faveur de la lumière. Pourquoi ne pas faire un morceau totalement ténébreux? Pour changer de recette?

On nous appelait le groupe des fantômes. Mais il y a toujours quelque chose d´optimiste derrière nos ténèbres. Cet album réflète les terreurs actuelles, mais il est traversé par un fort vent d´optimisme. Les gens ont besoin d´optimisme dans leur vie pour savoir où s´accrocher.


On oppose souvent punk et rock progressif. Mais vous vous êtes frottés au genre (´Curtain Call´, 18 minutes) et vous avez fait montre d'un intérêt à explorer différentes facettes de la musique. Que pensez-vous du punk et du prog?

On nous a collé l´étiquette de punk, nous n´avons jamais voulu nous enfermer dans la prison du punk.





A l´origine, tu voulais être un acteur. Pourquoi n´as-tu pas tenté d´experiences dans le cinéma ou au music-hall?

C´est drôle. Il y a beaucoup d´experiences que j´aurais voulu connaitre. Mais c´est une question de chance, de bons moments. Ce groupe m´a pris beaucoup de temps. Mais je ne suis pas encore mort, donc tout peut arriver.


On dit que tu es un vrai vampire. Quel est ton film préféré?

(rires) Vraiment difficile. La liste serait longue. Un film de monstres d´Universal, un "Dracula", un film de la Hammer.


Dans son livre Inside "Out A Personal History of Pink Floyd", Nick Mason dit que lorsqu'il avait produit votre second album il était impossible de travailler avec Captain Sensible (il refusait ses propositions et se contentait d'incendier le studio). Est-ce que la grande force de The Damned ne repose pas sur cette alchimie entre la froideur, le sarcasme, le romantisme et l'énergie destructrice?

Ce n´est pas le premier à dire cela de Captain Sensible. Je ne sais pas, c´est l´opinion d´un autre. Séparément Captain et moi, on aurait fait une musique diamètralement différente. Ensemble, on aime mutuellement ce que nous faisons. Ensemble, c´est une alchimie. Avant d´enregistrer l´album, j´ai vu Rat Scabbies qui m´a dit : "Pourquoi toi et le Captain vous ne réecririez pas ensemble. Quand vous etes en studio tous les deux, c´est magique". Il n´y a aucune explication rationnelle à cela.


Aujourd´hui, c´est plus facile de travailler avec Captain?

C´est à peu près pareil. Nous nous amusons toujours à ècrire ensemble. Ce n´est pas toujours facile parfois on lutte, mais on a toujours une récompense en retour.


Est-ce que tu te considères comme le pape de la musique gothique avec Nick Cave, Siouxsie, Bauhaus, The Sisters of Mercy ?

(rires) Qu´est-ce qui arriverait à Nick Cave si j´étais le pape. Et lui?


Quelles sont tes attentes pour cet album. Est-ce que The Damned va tout smashing it up?

(rires) Je l´espère.


Nous avons commencé cette interview par la question que l´on t´avait trop souvent posée. A contrario, quelle est la question à laquelle tu aurais aimé répondre?

Difficile. Tu as bien cerné l´album. Pour moi ce qui importe le plus, c´est la musique. C´est ce qui va nous survivre. J´ai des albums de chevet avec lesquels j´aimerais dormir. 





Merci beaucoup!

Le plaisir est pour moi!


Plus d'informations sur http://www.officialdamned.com/
 
(0) COMMENTAIRE(S)  
 
 
Haut de page
 
Main Image
Item 1 of 0
 
  • 13354
  • 13355
  • 13356
  • 13357
  • 13358
Haut de page
EN RELATION AVEC THE DAMNED
DERNIERE CHRONIQUE
THE DAMNED: The Rockfield Files (2020)
4/5

Deuxième production des Damned après un silence discographique de 10 ans, l' EP "The Rockfield Files" se place dans la continuité d' "Evil Spirits" dans une optique pop-rock déjantée.
DERNIERE ACTUALITE
THE DAMNED : Nouvel EP en octobre
 
AUTRES ARTICLES
AVATAR - LE TRIANON, PARIS - 14 MARS 2018
Bienvenue dans la soirée de l'étrange à laquelle il fallait assister en ce soir de mars pour certainement l'une des meilleures mises en bouche qu'Avatar ait pu nous servir jusqu'à présent.
GRETA VAN FLEET (28 MARS 2018)
Nous avions rendez-vous avec les nouveaux Led Zeppelin, Greta Van Fleet, quelques heures avant de monter sur scène et se frotter au public français, ...
 

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2021