MW / Accueil / Articles / INTERVIEWS - MIDGE URE (04 AVRIL 2018)
TITRE:

MIDGE URE (04 AVRIL 2018)


TYPE:
INTERVIEWS
GENRE:

ROCK



Music Waves a rencontré Midge Ure pour parler de son nouveau projet orchestral qui dépoussière en partie le catalogue pourtant intemporel d´Ultravox.
ADRIANSTORK - 18.05.2018 -
11 photo(s) - (0) commentaire(s)

Alors que les membres d'Ultravox s'étaient récemment rapprochés, on murmurait dans le Landernau musical la probable et évidente reformation de ce groupe mythique des années 70 et 80, auteur de tubes indémodables 'Vienna', 'Hymn', 'Dancing With Tears In My Eyes' que les moins de vingt ans devraient connaître. Pourtant, l'offensive viendra de Midge Ure son leader qui a décidé d'injecter du sang neuf dans ses chansons en nous offrant des versions orchestrales de son travail.





Nous voudrions commencer cette interview par notre question traditionnelle : quelle est la question qu´on t´a trop souvent posée ?


Midge Ure : Pourquoi ´Vienna´ n´a jamais réussi à prendre la première place des Charts anglais?


Un peu impossible de trouver une raison ?

L´album qui est arrivé à la première place était une comédie musicale [ndlr : Joe Dolce ´Shadapp Your Face´]. Tout le monde me pose cette question et cela ne m´amuse pas. Pourtant personne ne m´a encore demandé ce que cela me faisait d´être numéro 2. ´Vienna´ numéro 2, on ne peut pas nier que cela soit un succès.  Tout le monde pense que nous étions agacés d´être deuxièmes. Franchement, on s´en fout de ne pas être numéro 1. A chaque interview, j´ai le droit à cette question...


On ne t´embêtera pas avec cette question. Ton actualité c´est "Orchestrated". On a dû te poser aussi cette question, mais qu´est-ce qui t´a poussé à enregistrer ce type de projet ? As-tu été inspiré par les travaux de ton ancien collègue Ian Anderson de Chrysalis ou de Visage en 2014?

Non pas du tout, je n´ai jamais écouté la version réorchestrée de Visage. Pour être honnête, ça ne m´intéresse pas. La vraie raison de ce projet c´est que ces six dernières années, j´ai eu la chance de jouer avec des orchestres en Allemagne ou en Ecosse. A chaque fois que je jouais, je me disais que cela sonnait pas mal du tout, la qualité cinématique des chansons originelles alliée à un orchestre me donnait l´impression d´écouter une bande originale de film. Mais je ne voulais surtout pas me limiter aux tubes connus. Il y avait des chansons comme ´Man Of Two Worlds´ ou ´Death In Afternoon´ qui sont moins célèbres mais qui ont une relation alchimique avec les orchestrations.


 Je voulais voir où les nouvelles versions pouvaient m´emmener.



Comment as-tu travaillé pour redonner du sang neuf à ces chansons ?

La première difficulté était de trouver la bonne personne avec qui travailler. Je ne peux pas lire sur partition, je fais tout à l´oreille. J´avais besoin de quelqu'un capable de comprendre les enregistrements originaux et qui puisse les traduire pour un orchestre. J´ai trouvé le bon producteur, Ty Unwin et nous avons consacré  onze mois à créer de nouveaux arrangements. C´est trop facile pour une maison de disques de nous dire "Ok,les gars, vous passez une semaine en studio et vous nous livrez les arrangements. Mais ne vous foulez pas trop, réenregistrez les morceaux avec les mêmes arrangements". Je ne voulais pas du tout faire cela, je voulais voir où les nouvelles versions pouvaient m´emmener. ´Dancing With Tears In My Eyes´ est un classique du synth-rock, j´en ai fait une triste ballade hantée. C´était ça ce que je voulais faire et cela m´a pris du temps. Au passage, les paroles m´ont été inspirées par le roman ´´On The Beach´´ de Nevil Shute, dont le thème est apocalyptique.


Comment as-tu choisi les chansons ? Etait-ce un choix naturel ou était-ce plus facile de les adapter dans un contexte symphonique ?

Un peu des deux. Pour certaines, c´était facile, ´Vienna´, par exemple, c´était évident ça ne pouvait pas sonner différemment. Mais pour d´autres, c´était un vrai défi. Choisir les chansons était un combat avec Ty Unwin. Ty connaît tout : les chansons d'Ultravox, ma carrière solo... La première chanson qu´il a arrangée dans sa vie était une chanson d´Ultravox, il était très fan. Il me suggérait des chansons que j´avais oubliées. Ensemble, nous avons fini par nous concocter une bonne sélection de chansons. Mais il y aurait pu y avoir une infinité de variantes.


Huit chansons sur douze proviennent du répertoire d´Ultravox et la moitié des premières années des 80's, pourquoi n'as-tu pas choisi des chansons du dernier album, une chanson comme 'One' ne déparerait pas dans cette liste ?

Je suis totalement d'accord, il y a des chansons dont les arrangements symphoniques seraient une évidence. Mais j'étais néophyte, l'idée de réenregistrer le format des chansons était brillante. Ca m'a paru très étrange de chanter à nouveau ces chansons différemment en studio. Quand tu écris ces chansons entre 23 et 25 ans, tu penses à l´avenir. Donc les rechanter avec une voix plus profonde, avec mes émotions présentes, jouer ces chansons et les associer avec des chansons plus récentes de mon album solo, au final, c'est difficile de savoir lesquelles sont les plus anciennes et les plus récentes. Maintenant que je sais que ça fonctionne, peut-être que l'on fera un deuxième volume. Des chansons comme 'One' ou 'Beneath A Spielberg Sky' pourraient bénéficier de cette retouche.





Pourquoi n'as-tu pas choisi de chansons de Visage ? Parce que Visage a enregistré un album symphonique en 2014 ou en raison de problèmes de droit ?

Non, il n'y avait pas de problèmes de droit. Quand tu enregistres une chanson et la publie, n'importe qui peut la reprendre.


Mais alors pourquoi ne pas être allé puiser dans la discographie de Visage, puisque tu as dit qu'avec ces versions orchestrales, les époques se diluent.

Bien vu, mais bien sûr j'étais confronté à un choix infini de chansons. Si tu avais vu la liste des chansons que nous avons abandonnées ! Cela nous a pris deux ans pour enregistrer ces douze chansons. Cela ne veut pas dire que nous ne réenregistrerons pas celles que nous avons laissé de coté, mais elles ne pouvaient pas l'être à ce moment précis. Nous avons fait la meilleure sélection possible d'Ultravox et de ma carrière solo.


Cela veut dire que 'Fade To Grey' aurait pu se retrouver sur l'album ?

C'est possible. Récemment j'ai joué 'The Damned Don't Cry' en version acoustique. J'aime toujours ces chansons mais je n'ai pas encore l'idée de les réenregistrer MAINTENANT (il appuie ce mot).


Donc maintenant que tu as un bon souvenir de cette expérience, est-ce que tu la renouvellerais ?

Il faut voir, je suis très occupé. La bonne question n'est pas ''Est-ce que tu en feras un autre?'' mais ''Quand auras-tu le temps d'en faire un autre?''


'Hymn' est la porte d'entrée parfaite : des violons aériens, cette ambiance intimiste, l'audience entre dans un rêve. Etait-ce prévu ?

Oui ! Je voulais que l'auditeur s´imagine faussement d'emblée dans quel monde il allait pénétrer en six minutes. On ne pouvait pas faire plus grandiloquent surtout à la fin de la chanson. Mais malgré tout, l'auditeur ne pouvait pas anticiper sur ce qui allait faire suite à ce morceau. Quand tu penses à orchestral, tu penses à un pouvoir, un son massif mais tu ne penses pas à délicat ou doux. C'est pour cela que nous avons placé 'Hymn' en premier pour prendre le contre-pied des attentes de l'auditeur. Mais curieusement avec 'Death In Afternoon', c'est l'une des seules chansons à avoir subi ce lifting, la suite est poignante, délicate et fragile. Enfin, quand je dis fragile, les gens vont avoir l'impression que tout se brise.


En faisant cela, j'avais peur de détruire les mélodies.



Tu n'as pas seulement utilisé des violons ou des sons électroniques, tu as vraiment réenregistré ces chansons en leur donnant un nouveau sens. 'Dancing With Tears In My Eyes' qui perd l'urgence de la chanson originale pour devenir plus mélancolique. Es-tu conscient que tu as réussi à injecter du nouveau sang à cette chanson populaire pour en faire devenir une autre totalement différente ?

Oui. En faisant cela, j'avais peur de détruire les mélodies. Cette pensée me pétrifiait littéralement. Je n'aurais pas seulement bousillé mes chansons, mais des chansons avec lesquelles les auditeurs avaient grandi. Moi, j'aurais été furieux, je n'aurais pas aimé entendre une version orchestrale de ''Ziggy Stardust'', je veux entendre l'original !





Tu n'aurais pas aimé entendre une version orchestrale de David Bowie. Mais pourquoi l'as-tu fait ?

Parce que ce sont mes chansons! (rires) J'étais conscient que les gens pourraient être déçus par les nouvelles versions. 'Dancing With Tears In My Eyes' a toujours été une chanson triste, poignante, à la façon d'Ultravox dans une version rock. Je me suis dit "de quoi parle la chanson ?". L'idée de cette chanson c'est ''Que ferais-tu si tu avais seulement quatre minutes à vivre et que tu ne peux pas t'enfuir et te cacher ? Tu perds les personnes que tu aimes, tu mets ta chanson préférée et tu commences à danser en pleurs". C'est ce que je voulais capturer en changeant totalement les arrangements. Mais ça n'a pas détruit les qualités de l'original et la nouvelle version n'en est pas dépourvue. On pourrait dire cela de tout l'album : nous avons choisi une chanson et nous l'avons transformée en quelque chose de différent mais qui soit tout aussi bon que l'originale. Comme tu l'as dit, ce n'est pas juste ajouter des orchestres, des guitares, de l'électronique, mais combiner différents éléments, ce que j'ai toujours fait avec Ultravox le jour où je les ai rejoints. On trouve toujours des violons de l'électronique mais avec un parfum différent.


Quelle version préfères-tu de 'Dancing With Tears In My Eyes' ?

La nouvelle!





'Death In The Afternoon' a perdu  son sous-titre 'I Remember' de son original. Pourquoi l'as-tu coupé ?

C'est seulement dans le titre. 'I Remember' est toujours présent dans les paroles.


Dans cette chanson, l'introduction est plus longue, les rythmiques sont moins présentes, le kato fait son apparition à la place des guitares, il y a un long pont musical. Est-ce que que ce n'est pas paradoxal d´avoir remplacé les guitares d'Ultravox par ces instruments ? Comment est venue cette curieuse idée ?

Jouer de la guitare ne veut pas dire en mettre partout. Si j'avais eu l'occasion, j'aurais même demandé à quelqu'un d'autre de chanter certaines chansons. Le pont musical avec orchestre est très cinématique. C'est l'éducation musicale de Billy Currie qui en ressort (il chante la mélodie), avec ça tu n'as pas besoin de rajouter de guitares. J'ai choisi les bonnes personnes pour jouer de la guitare. Sur 'Vienna' au lieu des violons qui étaient évidents, j'ai choisi pour le solo des guitares. Et la guitare à la fin de 'Fragile' car cela fait très orchestre à la Pink Floyd. Je n'avais pas besoin de ça sur 'Death In The Afternoon' (il murmure) ''Hey! C'est moi le guitariste''.


On dirait en écoutant 'Vienna' tu n'étais pas convaincu par l'aspect classique, en particulier les violons. 36 ans plus tard, tu as fait une version symphonique. Avec rétrospection es-tu content que Billy Currie t'ait forcé à enregistrer cette chanson de cette façon ou que la version électronique de cette chanson aurait plus de succès aujourd'hui ?

Je pense que la version originale est parfaite. Je n'avais pas à être convaincu de la présence des violons sur cette chanson. Je n'aurais pas pu faire l'impasse sur 'Vienna' parce que les gens l'attendaient. Ce n'est pas la meilleure version de 'Vienna', je préfère l'originale. Mais à l'inverse, je ne m'attendais pas à ce que les autres comme 'Man Of Two Worlds' ou 'Death In The Afternoon' surpassent les originales. 'Vienna' ne peut pas surprendre, ça ne peut être que comme on l'imagine. Je n'aurais pas pu l'écrire, Billy a réussit à créer une très belle partition.


Donc dans 'Vienna', le solo de violon est remplacé par un solo de guitare. Quelle vengeance !

(rires) Non pas du tout. Non c'est parce que depuis ces quinze dernières années, en jouant avec différentes formations, je devais amener un violoniste avec moi. Donc, j'ai pensé que c'était le moment d'enregistrer un solo de guitare.





Il y a une nouvelle chanson 'Ordinary Man'. La dimension dramatique se rapproche de 'Dancing With Tears In My Eyes'. Pourquoi inclure une nouvelle chanson ?

C'est la faute de Ty. Après avoir écrit la moitié de l'album, on s'est rendu compte de ce qu'on avait après nous être jetés à l'eau sans trop d'idées. Il m'a dit : ''Ne me demande pas ce que je veux, car ce que je sais c'est ce que je ne veux pas.'' Quand nous en avons su suffisamment sur nos pérégrinations, je me suis dit que ce serait bien d'écrire un nouveau morceau et voir ce qu'il peut devenir dans ce contexte précis. C'est ainsi qu' 'Ordinary Man' est née. Tu as dit qu'elle avait des similarités avec 'Dancing With Tears In My Eyes', mais tu as raison, c'est triste, c'est poignant. C'est moi qui regarde en arrière sur ma vie. J'ai 64 ans et je regarde ce que j'ai fait, et le temps qu'il me reste à vivre. Ce n'est pas morbide. Peut-être qu'il me reste encore vingt ans, qu'est-ce que je ferai pendant ces vingt ans ? C'est différent quand tu as vingt ans et que tu t'imagines ce que tu feras ces trente prochaines années. 


Tu as enregistré un tel album à 64 ans, cela veut dire que tu pourrais encore enregistrer d'autres choses aussi brillantes, vivre de bons moments.

Merci ! Ça dépend à quel âge tu écris. Quand tu es jeune, tu écris au sujet des possibilités infinies de l'avenir. Moi quand je regarde en arrière, je trouve que j'ai fait des choses complètement bizarres. 


Je peux être fier de ce que j'ai fait mais je suis surtout fier d'avoir choisi de faire ce que j'ai accompli. Il y a eu des réussites, des échecs mais au moins j'ai essayé et je n'ai aucun regret.


Tu penses que la personne que tu étais à cet âge savait ce qui allait arriver?

Non, tu ne peux rien prévoir. Je peux être fier de ce que j'ai fait mais je suis surtout fier d'avoir choisi de faire ce que j'ai accompli. Il y a eu des réussites, des échecs mais au moins j'ai essayé et je n'ai aucun regret.


Est-ce qu´on peut s´attendre à ce que ´Ordinary Man´ soit reprise en version électronique sur un album solo ou avec Electronica ?

 
(rires) Tu sais quoi? Je n´y ai jamais pensé! Ça peut être intéressant. Bonne idée!





Est-ce que tu as pensé que comme c´était un projet risqué, les fans pourraient considérer cet album comme un nouveau best-of ?

J´y ai pensé parce que comme je l´ai dit, j´étais horrifié à l´idée de détruire les souvenirs des gens et de les énerver.


Quelle sera la réception alors ?

Les retours seront positifs. Je pense que c´est comme être de retour à la maison après une longue absence et de goûter à son repas préféré préparé par notre mère. On repense alors aux moments où l´on mangeait ce repas, après l´école, etc... Ça ne sera plus vraiment la même chose, la recette sera différente. C´est ce que fait la musique, elle te rappelle des moments précis même si elle est différente. Le cœur de ces chansons bat toujours dans cet album. J´ai eu de la chance d´avoir Ty à mes cotés. Nous avons pris notre temps et nous avons fait les efforts nécessaires. Ne me demande pas la recette, car je l´ignore mais si tu mets de la passion et de la dévotion dans un tel projet, alors les gens ne peuvent que comprendre notre travail.





Avant l´enregistrement de cet album, tu as fait un tour acoustique, maintenant un tour électronique. Pourquoi pas un tour symphonique orchestral ?

On en parle. On a des idées de faire quelque chose au Royaume-Uni à la fin de l´année. Mais c´est cher, tout doit être orchestré à l´inverse d´un tour électronique où il faut répéter avec le groupe. Il y a des orchestres philarmoniques dans toutes les grandes villes, mais c´est beaucoup de travail et j´ai déjà beaucoup à faire.


Et pour la suite? Un nouvel album solo ? Un nouveau groupe? Un retour d´Ultravox ? Un nouveau tour ?

Pour Ultravox, je ne sais pas. Quand nous nous sommes retrouvés, il y a neuf ans, avec l´idée de recommencer quelque chose, c´était un grand pas car Ultravox n´aurait jamais pu revenir. Nous avons ouvert une porte, mais nous n´avons rien décidé encore, cela ne veut pas dire qu´Ultravox soit mort.


Est-ce que les autres membres ont écouté cet album ?

Je ne sais pas. Nous sommes un groupe tellement bizarre. Nous ne nous parlons pas. Quand nous sommes ensemble, nous sommes les meilleurs amis du monde, mais après chacun part vers sa propre direction, sa propre planète.





Rétrospectivement, est-ce que tu penses qu´aujourd´hui avec les home studio, les réseaux sociaux, Ultravox aurait eu le meme succès que dans les 80´s ?

C´est avec les contraintes que tu peux être le plus créatif. Avec des synthés, une boîte à rythme, un violon et une guitare, on peut faire quelque chose. Mais les machines ne se mettent pas soudainement à parler, elles ne vont pas se connecter toutes seules. Alors qu´avons-nous fait ? Nous avons fait l´album "Vienna". J´ai parlé à Daniel Miller, qui a produit Depeche Mode. Il m´a parlé de technologie, il m´a déclaré son amour pour les synthétiseurs : "Je peux avoir tous les sons à portée de main. J´ai passé des semaines à programmer ce genre de sons (il tape de la main). Tout ce que j´ai fait c´est d´écouter le bruit des autres." Avec le synthétiseur, c´est toi qui fais tout. Avec toute la technologie du monde, on n´aurait fait des bêtises. Ultravox était un pauvre groupe dans une pièce avec un équipement réduit mais qui a trouvé des idées dans la contrainte pour rebondir.


Est-ce que tu penses que les nouvelles technologies peuvent être au service de la créativité ou au contraire sont-elles un facteur d´appauvrissement de la musique ?

C´est un outil. Les gens vont me détester mais tout le monde a le même matériel, les mêmes capacités et pourtant les gens font de la danse music, dépourvue de paroles, de mélodies, de structures. C´est comme si tu donnais à cent singes une machine à écrire. A la fin, l´un deux arriverait éventuellement à écrire l´œuvre complète de William Shakespeare. Et les autres n´y parviendraient pas. 


Nous avons commencé cette interview par la question que l´on t´avait trop souvent posée. A contrario, quelle est celle à laquelle tu aurais aimé répondre ?

Qu´est-ce que tu feras l´année prochaine ?


Et ?

Je ne sais pas ! (rires) Je n´ai jamais de plan. Je ne sais jamais ce que je vais faire.





Cela peut expliquer ta longévité, ta grande carrière. Parce que tu n´as jamais fait de plan de plan de carrière ?

Je ne sais pas. C´était intéressant, mais je ne sais pas si c´était une grande carrière.


Attends ! Tu as enregistré deux des meilleurs titres qui ont eu un succès mondial ! Ok ?

(rires) Oui, c´était pas mal. Merci. C´est difficile de réfléchir et d´imaginer les trente prochaines années. Tu as vu le film "Pile et Face"? Toute l´existence d´une personne est remise en question lorsqu´elle rate son train. Mais si elle l´attrape, quelque chose d´autre arrive. Moi je ne sais pas ce qui peut m´arriver si je choisis une porte ou une autre, je ne sais pas où mes pas vont me mener. Peut-être que je vais rencontrer quelque chose de bizarre ou de merveilleux. C´est équilibré, je peux être chanceux ou malchanceux. Ultravox aurait pu être aussi grand que U2 mais cela n´est jamais arrivé. C´est une question de popularité.


Mais as-tu des regrets à ce sujet ?

Non, on pourra écrire sur ma tombe : "Très heureux d´avoir pu faire ce que je voulais. Il y a des choses qui marchent et d´autres, non. Mais à l´origine, c´était toujours ma décision."


Tu as parlé de Depeche Mode, U2 qui sont toujours aussi grands aujourd´hui et qui attirent de nouvelles générations, pourquoi ce n´était pas le cas d' Ultravox qui a commencé bien avant  ?

Ultravox 
n´a pas eu beaucoup de succès aux USA. Depeche Mode était différent. Si tu nages toujours du mauvais coté de la rivière, tu vas rencontrer des obstacles. Ultravox a toujours nagé à contre-courant en se rendant la vie impossible. Mais c´est pour cela que ce groupe est bon. Rien n´était facile mais l´aventure valait le coup d´être vécue, on voulait aller là où personne n´allait.





Merci beaucoup!

Avec plaisir!


Plus d'informations sur http://www.midgeure.co.uk
 
(0) COMMENTAIRE(S)  
 
 
Haut de page
 
Main Image
Item 1 of 0
 
  • 13487
  • 13488
  • 13489
  • 13490
  • 13491
  • 13492
  • 13493
  • 13494
  • 13495
  • 13496
  • 13497
Haut de page
EN RELATION AVEC MIDGE URE
DERNIERE CHRONIQUE
MIDGE URE: Orchestrated (2017)
4/5

Mieux qu'une compilation, "Orchestrated" redonne une nouvelle vie, une nouvelle couleur à des titres emblématiques de la carrière de Midge Ure (Visage, Ultravox).
DERNIERE ACTUALITE
LA VOIX DE MIDGE URE PORTE SUR MUSIC WAVES!
 
AUTRES ARTICLES
ARROWS TO FIRE (30 AVRIL 2018)
Après la découverte du percutant et mélodique second album d'Arrows To Fire "Here We Go" nous avons demandé à Chris Lavigne, guitariste Français du groupe, de nous en dire un peu plus sur ce prometteur groupe de rock alternatif au line-up international.
DELTA INDIGO (30 AVRIL 2018)
Alertant sur les dangers de l’immixtion des réseaux sociaux et des nouvelles technologies dans nos vies, Delta Indigo nous fait part de son opinion sur le sujet à travers l'interview donnée dans le cadre de la sortie du clip 'F Be Eye'.
 

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2022