MW / Accueil / Articles / COMPTE-RENDUS DE CONCERT - Primordial + Moonsorrow + Der Weg Einer Freiheit -Het Entrepot Bruges - 15 Avril 2018
TITRE:

Primordial + Moonsorrow + Der Weg Einer Freiheit -Het Entrepot Bruges - 15 Avril 2018


TYPE:
COMPTE-RENDUS DE CONCERT
GENRE:

PAGAN/VIKING METAL



Music Waves est à Bruges pour une soirée placée sous le signe du pagan avec deux géants du genre.
NOISE - 30.04.2018 -
16 photo(s) - (0) commentaire(s)

En cet agréable dimanche de printemps nous sommes à Bruges. La Venise du Nord accueille une date de la tournée qui réunit les deux géants de la scène pagan black, Primordial et Moonsorrow. Cette tournée est courte mais intense (sans aucun jour de pause) et les salles affichent complet un peu partout. Le Het Entrepot situé au cœur de la zone industrielle est très agréable comme nombre des consœurs du plat pays. Elle accueille environ 400 personnes dans un parfait agencement permettant de savourer le concert dans de bonnes conditions quel que soit l’endroit.


Cette tournée accueille une troisième formation en guise d’apéritif. Les allemands de Der Weg Einer Freiheit sont les heureux élus. Ils évoluent depuis 2009 dans un black metal épique et moderne qui aime les ambiances sombres qui se mixent à une puissance de feu redoutable. Ce mélange se fait rapidement, l’intro dans un halo de lumière bleue amène une sensation de bien-être. Mais quand ‘Einkher’ démarre c’est l’explosion, chacun est scotché par la force dégagée. Ça blaste sévère mais déjà une majesté ressort grâce aux claviers qui amènent une force épique se liant à des riffs incisifs et rapides. Avec l’enchaînement ‘Skepsis, Part I’ et ‘Zeichen’ le groupe montre qu’il est doué pour mixer les ambiances, la force brutale épousant la face atmosphérique en symbiose. Les longues plages instrumentales renforcent la puissance émotionnelle avec un fort côté lancinant. Quand le rythme s’accélère le groupe ne fait pas de quartier et envoie la sauce avec férocité. Le dénouement de ‘Zeichen’, glacial et lent, est impressionnant. Les deux derniers titres sont aussi longs et aventureux. Les ¾ d’heure de ce concert passent sans que l’on s’en rende compte comme dans un conte horrifique. ‘Requiem’ et ‘Aufbruch’ marquent ainsi les esprits, l’air de piano au début de ‘Requiem’ faisant son effet. Der Weg Einer Freiheit a montré une formidable maitrise d’un art black mélancolique. Il a proposé un concert fort en alternant puissance et émotions avec grâce.


Après ce moment hors du temps la salle ne va pas redescendre avec l’arrivée de Moonsorrow. Elle est désormais remplie et chacun attend des Finlandais une démonstration de la part d’un groupe à part dans la scène folk pagan. Il représente une certaine idée du genre, loin du côté joyeux de certains. Il vit sa musique comme un art avec une profondeur rare et un supplément d’âme palpable, en communion spirituelle avec la nature de son pays. Il va jouer plus d’une heure et quart mais proposer juste 6 titres et mettre en avant son superbe "Jumalten Aika". D’entrée le ton est donné, la pénombre et la musique d’ambiance amènent un côté sombre et même lugubre comme dans une forêt sauvage. Après une intro folk les musiciens débarquent et l’accueil est énorme. Puis sur près d’un quart d’heure, avec ‘Pimea’ le voyage est total. Les musiciens naviguent avec aisance entre passages intenses teintés de black et moments calmes qui font ressortir la face folk. Au chant on retrouve la même force tant en clair qu’en chant agressif. Ce début est gigantesque, toute la culture païenne est représentée dans un tourbillon d’émotions très pur. Tout le concert va être placé dans cette optique à la fois puissante et sensible. Les titres sont très longs et permettent à Moonsorrow de laisser les atmosphères se développer dans une ambiance recueillie. Cela se confirme avec ‘Ruttolehto incl. Päivättömän päivän kansa’, qui fait à la fois parler la puissance pagan black et la profondeur d’âme par les chœurs et les claviers. On ressent tout un art de vivre, une philosophie de la nature qui bouleverse au plus profond. Le public est à fond dedans, ce concert nous fait voyager dans un autre univers, là où homme et nature sont en communion.


Et seuls deux titres ont été joués, la suite va être tout aussi intense. Plus courte et directe, ‘Suden Tunti’ rencontre un franc succès par son ton plus folk avec toujours cet esprit pagan. ‘Kivenkantaja’ enchaine et renverse tout sur son passage avec une face viking en avant. Il est tout aussi fort en âme avec des claviers en avant dans un pur esprit folk. La fin du concert va être royale, en deux titres sur une demi-heure le groupe va se sublimer. ‘Mimisbrunn’ nous embarque sur une autre planète avec un début intense puis en alternant les ambiances dans un concentré d’émotions brutes. La plongée dans l’univers éthéré du groupe est totale et le charme agit. C’est ‘Kuolleiden Maa’ qui achève le concert et ce titre sur la fin du monde va s’avérer tout aussi monstrueux. Plus violent et intense il prend aux tripes et exprime parfaitement son thème. Le chant impressionne par son côté furieux et encore une fois on ne peut qu’être pris par ces passages plus calmes qui donnent toute son âme à la chanson. Moonsorrow a proposé un concert pur et intense, il a montré toute la force de son art pagan. Il a  confirmé ce côté fascinant et cette intelligence qui le caractérise, qui fait qu’en fin de concert chacun avait encore ce petit frisson qui accompagne les moments rares qui resteront longtemps en mémoire.


Et la soirée n’est pas finie, avec l’arrivée de Primordial le voyage va continuer. Le groupe vient de proposer avec "Exile Amongst The Ruins" une œuvre remarquable pleine d'un esprit black teinté de pagan sorti des terres d’Irlande. Tout aussi porteur d’émotions brutes il est le compagnon idéal de tournée pour Moonsorrow tant les deux groupes se complètent dans la volonté de faire vivre leur culture. Primordial est plus brut, moins folk et plus porté vers la face pagan. Il dispose avec Alan Averill d’un chanteur très charismatique, impressionnant derrière son maquillage et qui vit son art intensément. La salle est bondée et chacun s’attend à une nouvelle exploration loin des considérations humaines actuelles. Avec ‘Nail Their Tongues’ il dégaine un premier extrait de son nouvel album et frappe d’entrée. Ce titre est d’une puissance brute, doté d’un chant intense et dégage une grande force émotionnelle. On y retrouve toute la beauté de cette musique qui prend aux tripes. Cela se confirme avec ‘Gods To The Godless’ qui enchaine à la perfection. L’intensité monte d’un cran, Primordial y confirme son talent pour faire passer des émotions à fleur de peau tout en restant redoutable de force. Le titre éponyme du nouvel album est ensuite au rendez-vous. Il a fait récemment l’objet d’un clip splendide et sur 8 minutes il va parler à l’âme avec une charge émotionnelle énorme. On y savoure la force du propos par un riff mélancolique et aérien et un chant habité .


Après ce début de concert parfait Alan prend la parole et harangue le public avec hargne. La  puissance brute de ‘No Grave Deep Enough’ va en scotcher plus d’un. L’intensité est énorme et ce long titre est un immense moment du meilleur d’un pagan black porté par un chant à fleur de peau. Autre extrait du dernier opus, ‘To Hell Or The Hangman’ va faire son effet de belle manière. Différent du style classique de Primordial il présente un côté assez direct, entre heavy et post punk, montant en puissance de manière formidable avec une grande force épique. Taillé pour le live il montre un groupe sur de lui et capable d’oser des choses différentes avec classe. Après ce grand moment un classique poursuit avec ‘As Rome Burns’, qui compile le meilleur de l’art du groupe et ravit un public sous le charme de cette force qui se dégage. Après ce fort moment de pagan, ‘Stolen Years’ nous renvoie une nouvelle fois au dernier album et montre encore une autre facette de Primordial. Calme et porté par un riff atmosphérique il fait parler la face sensible du groupe, surprend mais envoûte avec un chant clair et plaintif fort en feeling. Cette alternance entre titres classiques et titres récents est une idée forte et permet d’éviter la linéarité. Avec ‘Traitors Gate’ va nous être proposé un classique pagan tiré de "To The Nameless Dead". Puissant, il va faire son effet sur le public avec un son énorme, une intensité gigantesque et une batterie ne faisant pas de quartier.


La dernière ligne droite est engagée et avec ‘Upon Your Spiritual Deathbed’ le groupe dégaine un cinquième extrait d’un nouvel album qu’il aura présenté avec une foi énorme. Plus sombre et fort en intensité il va monter en puissance avec un supplément d’âme qu’on aime chez Primordial, avec en particulier un chant fort en émotions. Pour finir en beauté ce concert, le groupe va chercher deux titres de son riche catalogue. Tiré de "The Gathering Wilderness" on retrouve ‘The Coffin Ship’ qui évoque l’histoire de l’Irlande. Sur pas loin de 10 minutes il nous fait voyager dans une ambiance recueillie avec des alternances d’ambiances remarquables, un superbe riff aérien et cette voix si envoûtante qui plonge droit dans l’âme irlandaise. Le final se fait avec ‘Empire Falls’ issu d’un "To The Nameless Dead" qui demeure une des œuvres majeures du groupe. Ce titre reste un monument du pagan metal qui voit le public répondre à fond en profitant pleinement du moment. Il aura fait dresser les poils de plus d’une personne et a été une conclusion parfaite pour un concert formidable. Primordial montre une force gigantesque pour partager son art. Fort en âme et en intelligence il le vit avec une énergie incroyable et une conviction qui force le respect.


Cette soirée aura été une réussite totale, du cadre à son organisation en passant par la qualité des groupes. Ils ont réussi à nous transporter chacun à leur manière avec une classe formidable. Il nous reste à remercier l’organisation pour nous avoir permis de couvrir cette date et leur donner rendez-vous pour d’autres événements de cette qualité. Nous remercions également Lucas Aerbeydt et Didier Declercq pour le coup de pouce.



Plus d'informations sur http://www.primordialweb.com
 
(0) COMMENTAIRE(S)  
 
Haut de page
 
Main Image
Item 1 of 0
 
  • 13663
  • 13664
  • 13665
  • 13666
  • 13667
  • 13668
  • 13669
  • 13670
  • 13671
  • 13672
  • 13673
  • 13674
  • 13675
  • 13676
  • 13677
  • 13678
Haut de page
EN RELATION AVEC PRIMORDIAL
DERNIERE CHRONIQUE
PRIMORDIAL: Exile Amongst The Ruins (2018)
4/5

Avec "Exile Amongst The Ruins", les Irlandais continuent de travailler leur art, épique et tragique, qu'ils renouvellent avec intelligence, sans l'affadir, la douleur chevillée au corps.
DERNIERE ACTUALITE
PRIMORDIAL : 4 concerts en France en 2021
 
AUTRES ARTICLES
GUS G (12 MARS 2018)
Music Waves est venu à la rencontre du guitar hero grec qui, après avoir joué auprès des plus grands, poursuit sa carrière solo avec la sortie de son troisième album personnel, "Fearless".
LES DIABLES DE LA GARRIGUE (20 AVRIL 2018)
Les Diables de la Garrigue nous ont accordé la tentation d'une interview. Infernalement vôtre!
 

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020