MW / Accueil / Articles / VALFEU (5 JUIN 2018)

VALFEU (5 JUIN 2018)


TYPE:
INTERVIEW
GENRE:
POP
Valfeu, garçon au regard ténébreux, est passé de l'autre côté du miroir pour faire un pacte avec Qui-Vous-Savez : en dépoussiérant et modernisant le premier volume de Faust, l'artiste a-t-il troqué son âme contre son Grand Oeuvre ?
ADRIANSTORK - 19.06.2018
Quelle est la question que l’on t'a trop souvent posée et à laquelle tu en as assez de répondre ?

On m'a souvent posé des questions sur les origines de ma collaboration avec Desireless, mais c'est un sujet joyeux et cela ne me gêne pas de le réévoquer !


Comment est né Valfeu?

Operation Of The Sun s'est épris de Lilith sur le Mont Broken, une nuit de Sabbat. Leur union n'a pas été bénie par le Diable et ses cohortes impies, les deux se sont enfuis là où l'on ne les attendait pas. Valfeu est né de leur amour interdit ! (rires)


Pourquoi cette idée de vouloir dépoussiérer le mythe de Faust ? N´as-tu pas craint de n´être qu´un grain de sable face à l'abondance des sources ?

Quiconque craint de n'être qu'un grain de sable dans un processus de création craint - à mon humble avis - une situation inévitable ! Qu'on adapte une œuvre classique, un conte populaire ou bien qu'on travaille à l'écriture d'une œuvre originale, je crois qu'on ne fait jamais que re-créer, redire à sa manière, ce qui a déjà été dit. Que sommes-nous face aux thèmes de l'amour, de la mort, de la renaissance, de la réalisation de soi, de la liberté ou encore de la morale ? Qu'ils soient filtrés par le prisme goethien ou bien abordés en dehors d'un contexte établi, ce sont là des thèmes face auxquels nous serons toujours, autant que nous sommes, des grains de sable.





On ressent un amour pour les mots. Tu es allé puiser au plus près du texte, avec les traductions de Gérard de Nerval ? Etait-ce pour éviter de tomber dans le piège de la comédie musicale qui prend un matériel noble et y greffe des paroles qui ne sont pas à la hauteur ?

C'est une bonne question ! A vrai dire je n'ai jamais vraiment craint d'être classé dans un style ou un autre. J'accepte volontiers les étiquettes qu'on m'attribue. J'ai beaucoup puisé chez Nerval pour plusieurs raisons : le texte est sublime, sa sonorité musicale, il a l'avantage d'être classé dans le domaine public. Je ne me suis pas privé pour autant de le compléter, pour intégrer mon Valfeu à la tragédie.


Dans les paroles, quels sont les ratios Valfeu/Goethe?

Disons... un bon bout de Valfeu, quelques citations de Nietzsche et une large part de Goethe traduit par Nerval.


Comment définirais-tu cet album ? Une symphonie electro ou un electro opera ?

Sa dimension très instrumentale m'a fait opté dans ma communication pour le terme « symphonie ». Le public, et plus spécialement le public qui assistera aux live, nous dira ce qu'il en pense.





Comment se sont fait les choix des invités et pourquoi avoir réduit leur participation au strict minimum (Dieu par exemple) ? Ne voulais-tu pas ainsi couper les ponts avec ton amie Desireless ?

La présence de Desireless est un clin d'oeil musical et amical, nous sommes deux inséparables complices au quotidien. Cet album reste cependant un projet personnel, un album concept en solo, avec quelques amis invités. Nous poursuivons notre duo avec Desireless, Faust est un projet que je mène simplement en parallèle.


Justement qu´as-tu appris aux cotés de Desireless ? Est-ce que cela t´a servi pour Valfeu ? 

Travailler avec une telle force de la nature, détentrice d'une telle expérience de vie, est très enrichissant oui ! C'est aussi un vrai challenge : cette expérience implique un niveau d'exigence qui me tire sans cesse vers le haut. Jouer dans de grandes salles, assurer un son et une performance dignes de nos conditions d'accueil, tout cela m'apprend des tas de choses tous les jours.


Dans les crédits, tu cites Purcell ou Beethoven, est-ce que les mélodies sont vraiment réorchestrées electro ou sont-ce juste de lointaines influences ?

J'ai arrangé quelques thèmes : la "7ème Symphonie" de Beethoven pour le titre ´Méphisto´ et les "Funérailles de la Reine Mary" dans ´Nomen Est Omen´. On retrouve d'ailleurs ce thème de Purcell dans la bande originale d' "Orange Mécanique".


Nobuo Uematsu voire Mylene Farmer pourraient également être tes influences ? 

On m'a plusieurs fois cité Mylène Farmer, j'avoue ne pas bien connaître. Quant à Nobuo Uematsu, je ne connaissais pas du tout ! Mais sans doute y a-t-il un peu de tout ça oui ! Mes influences se situent dans des domaines qu'on associe de manière moins évidente à l'album : la musique baroque et romantique, le rock progressif des années 70 et la darkwave.


'Renaissance' nous place directement au plus profond du sujet et pétrit la pâte du son de l'album. Les voix graves mais magnétiques semblent flotter dans les airs, les chœurs sont fantômes, le refrain anthologique et la poudre parle. Es-tu d´accord sur le fait que ce morceau est une excellente carte pour explorer l'album ? 

Ce morceau est probablement le plus accessible à la première écoute, et c'est pour cette raison évidente que je l'ai clipé pour présenter l'album entier. C'est aussi une distorsion du mythe qui fait la particularité de mon récit. Faust y exprime son désespoir et ça n'est pas tant le constat d'une connaissance impossible qui le fait souffrir, que celui de l'illusion amoureuse.





On pourrait penser que Faust entend toutes ces voix dans sa tête. Comment as-tu ordonné les voix et les différents extraits de l´oeuvre de Goethe ? 

J'ai d'abord organisé la tracklist en respectant la chronologie de l'histoire. Et sur la fin de mon travail, j'ai peu à peu déstructuré l'ensemble pour obtenir un déroulement plus catchy et un meilleur équilibre musical. L'image des voix intérieures est juste, cet album est très introspectif. Tout être humain n'est-il pas Homme, Dieu et Diable à la fois ? Faust dialogue avec lui-même dans le texte original aussi, et ce dès son premier monologue dans le laboratoire. « Et tu demandes encore pourquoi ton cœur se serre dans ta poitrine avec inquiétude, pourquoi une douleur secrète entrave en toi tous les mouvements de la vie ! Tu le demandes !… Et au lieu de la nature vivante dans laquelle Dieu t’a créé, tu n’es environné que de fumée et moisissure, dépouilles d’animaux et ossements de morts ! »


´Faust´ avec ses claviers brumeux lance une rythmique qui semble d’abord rouillée avant d´exploser. Est-ce qu´il y a une certaine progression dramatique dans ta musique, est-ce que la narration en musique peut égaler la narration du texte ? 

Le temps de la narration musicale n'est pas le même que celui de la tragédie. Cela dit, c'est vrai, ce titre (comme le ´Jugement´) est très progressif. Le travail sur la forme participe bien sûr à la transmission des émotions. Cette façon de structurer est probablement une résurgence de ma passion pour le rock progressif des années 70, ici associée à la musique électronique.





D´ailleurs le morceau ´Faust´ rappelle parfois ´Smalltown Boy´. Est-ce voulu ? 

C'est marrant que tu me dises ça, nous avons justement intégré toute cette année une reprise de ´Smalltown Boy´ à notre set Desireless & Valfeu. J'ai peut-être été influencé par cette référence de cœur !


Excellent choix que cette ´Oeuvre Au Rouge´, ces glissements de notes mélancoliques et lugubres. Pourquoi ne pas avoir fait plus confiance à ces instants dépouillés ? 

Tu veux dire, pourquoi ne pas avoir laissé plus de place à la musique acoustique ou néo-classique dans l'album ? Tout simplement parce que Faust a déjà été traité de manière classique moult fois et que j'avais envie d'écrire une version plus sauvage, plus violente. Une version qui se prolongerait à travers un show « dansant » - d'aucuns diraient « endiablant » ! (rires)


On est pris de vertige avec les deux ascensions 'Nuit de Sabbat' avec son solo de guitare saturée lancé dans les airs et le solennel 'Jugement' final qui se joue des métissages : une cérémonie symphonique orchestrée par des rythmiques hip-hop placées sous la menace des arpèges de guitare électrique. Etait-ce les morceaux les plus difficiles à enregistrer ? 

Le solo atonal de 'Nuit de Sabbat' a été long à enregistrer, mais aussi et surtout à écrire. Je recherchais quelque chose de l'ordre de « l'ascension » effectivement, et n'avais pas envie d'une prise de parole rock classique. L'idée était de partir de mouvements mélodiques vraiment très dissonants, et de les convertir progressivement aux harmonies. Quant à 'Jugement', c'était effectivement un gros boulot. Les parties de guitare ne sont pas si difficiles, mais son mixage m'a demandé une bonne dose de patience.


La voix de Mephisto au départ surprend sur ´Oberon´ mais ne crains-tu pas que par la suite sur ´Mephisto´, l´auditeur éclate de rire, n´ayant plus le bénéfice de la surprise ?


La voix de Méphisto est grotesque et probablement aussi drôle qu'inquiétante. J'adore le grotesque, en musique comme dans la littérature fantastique. C'est un reflet de cauchemar enfantin, un paradoxe romantique, une féerie électronique. Un cousin du Lord of Darkness dans ´Legend´ de Ridley Scott. Tu sais, j'aime beaucoup les décors du Dracula de Coppola...





N´est-ce pas schizophrénique d´être producteur-chanteur ? 

Nous avons l'art pour nous sauver de la vérité ! (rires)


Le ´Faust´ de Goethe est divisé en deux volumes, est-ce que tu comptes en faire un second ? 

Il est vrai que cet album ne traite que le premier. A l'heure d'aujourd'hui, je dirais : pourquoi pas !


Si tu n´as pas d´idées, les très belles photos en noir et blanc et ton visage juvénile pourraient convenir pour Dorian Gray ?

Je doute que je puisse jouer ce rôle encore longtemps : je n'ai hélas pas de portrait dans mon grenier pour prendre mes rides à ma place ! Néanmoins, je l'accepterais volontiers si on me le proposait car c'est évidemment une de mes références absolues. Quant à mettre moi-même en musique le roman, ce serait un sacré projet... Là encore j'ai envie de dire : pourquoi pas !


Quel est ton meilleur souvenir en tant qu'artiste ?

J'en ai tant ! Il me semble avoir répondu dans une précédente interview que je mettais au dessus de tout mes tournées en Russie avec Desireless. Je pourrais citer cette fois mes premiers concerts dans les soirées goths à Lyon ou encore à l'Usine à Genève, avec mon frère d'armes Le Chiffre ou encore Greta Gratos et tous mes amis du milieu alternatif.


Et au contraire, le pire ?

Peut-être mon soundcheck au Festival de Montereau. Nous partagions l'affiche avec Shaka Ponk et Calogero et je m'étais mis tout seul une grosse pression. J'avais eu un gros souci technique avec ma guitare et j'ai réglé mon problème seulement 5 minutes avant de démarrer le show. Je n'avais pas de son et j'ai mis deux heures à comprendre que je n'avais simplement pas activé mon micro...


On a commencé par la question que l'on t'a trop souvent posée. Au contraire, quelle est celle que tu souhaiterais qu'on te pose ?

Je me dis que cela pourrait être intéressant de savoir qui m'accompagnera sur scène pour jouer la version live de Faust...


Pour finir, un dernier mot pour les lecteurs de Music Waves ?


N'hésitez pas à me faire un retour sur cet album, je serai très heureux de vous lire ! Vous pouvez me contacter facilement via mon site : www.valfeu.com


Plus d'informations sur https://www.facebook.com/valfeuofficiel/
Main Image
Item 1 of 0
 
  • 13983
  • 13984
  • 13985
  • 13986
EN RELATION AVEC VALFEU
DERNIER ARTICLE
Valfeu, garçon au regard ténébreux, est passé de l'autre côté du miroir pour faire un pacte avec Qui-Vous-Savez : en dépoussiérant et modernisant le premier volume de Faust, l'artiste a-t-il troqué son âme contre son Grand Oeuvre ?

Lire l'article
Voir tous les articles concernant VALFEU
 
DERNIERE CHRONIQUE
Faust (2018)
Valfeu dépoussière le mythe de Faust avec sa symphonie électro, même si quelques maladresses déséquilibrent un projet aussi ambitieux que sympathique.

Lire la chronique
Voir toutes les chroniques concernant VALFEU

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
Quelques uns de nos partenaires :
Roadrunner Records, Mascot Label Group, Spv Steamhammer, Afm Records, Sony Bmg, Peaceville Records, Warner, Unicorn Digital, Frontiers Records, Karisma Records, Insideout Music, Kscope, Ear Music, Progressive Promotion Records

© Music Waves | 2003 - 2020