MW / Accueil / Articles / INTERVIEWS - THE MAGPIE SALUTE (11 JUIN 2018)
TITRE:

THE MAGPIE SALUTE (11 JUIN 2018)


TYPE:
INTERVIEWS
GENRE:

ROCK



Le guitariste Rich Robinson est venu présenter le premier album de son nouveau groupe, The Magpie Salute, s'inscrivant dans le prolongement du style qui l'avait rendu célèbre avec The Black Crowes
DARIALYS - 25.07.2018 -
13 photo(s) - (0) commentaire(s)

Depuis la fondation du groupe The Black Crowes avec son frère en 1989, Rich Robinson a parcouru du chemin. Suite au split du groupe précédemment nommé en 2015, le guitariste a créé The Magpie Salute l'année suivante avec quelques anciens membres de The Black Crowes. Le compositeur est venu nous parler du nouvel album "High Water I", de sa vision de l'industrie musicale actuelle, ou encore de sa relation avec son frère Chris pour un entretien 100% personnel.





Nous aimons démarrer nos interviews sur Music Waves par la question suivante : quelle est la question que l’on t’a posée trop souvent ?

Rich Robinson : (Il réfléchit). Il y en a beaucoup ! Je pense que c’est : « Comment le groupe s’est-il formé ? ».


Ce nouveau groupe ?

Rich : Oui.


Dans ce cas, nous n’en parlerons pas !  Tu as joué dans The Black Crowes et maintenant dans The Magpie Salute. Peut-on dire que The Black Crowes a évolué et que son histoire se poursuit à travers The Magpie Salute ?

Rich : Oui, absolument ! The Black Crowes est un groupe dark. C’est un peu mystérieux. Avec Magpie, il y a un côté lumineux et un côté sombre, c’est ça que j’aime.


Alors peut-être que le troisième groupe sera encore plus « lumineux » !

Rich : Oui !





La créativité n’a jamais été un problème pour nous


Selon toi, quelle est la période la plus riche en termes de créativité avec The Black Crowes ?

Rich : La créativité n’a jamais été un problème pour nous. On est un peu têtus dans la mesure où on fait ce qu’on a envie de faire. Quand on a commencé avec « Shake Your Money Maker » (le premier album de The Black Crowes, paru en 1990, ndlr), tout le monde s’en foutait. Pourtant, on a vendu beaucoup d’albums, donc personne n’est bien placé pour nous dire ce que nous devons faire ! (Rires).


C’est toujours le cas avec Magpie ?

Rich : Oh oui !


Tu te sens toujours libre ? Car vous avez changé de nom et de line-up. Votre label pourrait vous demander de suivre une certaine ligne de conduite ?

Rich : Non. Aucun label ne nous a demandé ça.



Personne ne nous a jamais dit ce que l’on devait faire.

 

Donc vous êtes entièrement libres, c’est un bon point !

Rich : Oui c’est super ! Tu ne peux pas obliger les gens à faire certaines choses. Avec The Crowes, on a pu faire des choses que certains voyaient comme un problème, mais pas nous. Personne ne nous a jamais dit ce que l’on devait faire. On a toujours écrit ce qu’on voulait, et si tu écoutes nos albums, « Shake Your Money Maker », « The Southern Harmony and Musical Companion », « Amorica » et « Three Snakes and One Charm », il y a eu un bond en avant en termes de musicalité et d’écriture, c’est impressionnant.


Tu me disais que certaines personnes ont pu considérer certaines choses que vous avez faites comme un problème. Pourquoi ?

Rich : Parce que d’un album à l’autre, on ne leur a pas rapporté la même somme d’argent ! (Rires). Avec « Shake Your Money Maker », on a très bien vendu, mais ça n’a pas été le cas de tous les albums.


Et vous avez été déçus par les résultats en termes de ventes pour les autres albums ?

Rich : Nous, non !


 

On a vendu 7 millions d’exemplaires avec notre premier album, et je n’avais que 19 ans quand je l’ai écrit !

 

Vous avez peut-être réalisé un album qui selon vous était votre meilleur, tout en étant celui qui s’est vendu le moins ?

Rich : Ce genre de choses arrive souvent. Il y a des groupes pour lesquels si tu vends 100 000 albums, c’est terrible. Si tu prends l’album « Pet Sounds » des Beach Boys, certains l’ont détesté, pour d’autres, c’était du génie. On a rapporté beaucoup d’argent, et le label s’y est habitué. On a vendu 7 millions d’exemplaires avec notre premier album, et je n’avais que 19 ans quand je l’ai écrit ! J’étais un gamin ! Chris (Robinson, chanteur du groupe et frère de Rich, ndlr) aussi était un gamin ! On était assez têtus pour se ficher de tout ça ! On ne s’est pas pris la tête. L’album ne nous a pris qu’une semaine pour être enregistré, alors que certains auraient pris leur temps et auraient essayé de créer une certaine magie. Pour nous, on est un groupe, on fait des albums, et on ne cherche pas à trop réfléchir à tout ça. Si tu prends l’album « The Southern Harmony and Musical Companion », il est meilleur que « Shake Your Money Maker ». Il y a de très bonnes chansons sur « Shake Your Money Maker », mais on était des gamins. « The Southern Harmony » était le premier album avec une vraie sincérité et authenticité. Tous ces éléments sont importants pour moi. Mais « The Southern Harmony » n’a vendu que 4 millions d’albums, contre 7 millions pour « Shake Your Money Maker ». On n’a jamais cherché à recréer quelque chose qu’on avait déjà fait et on a voulu continuer notre chemin. Au niveau de la créativité, c’est une chose très importante.


 

J’ai toujours composé ce que j’avais envie de composer.

 

Beaucoup de chansons de votre premier album « High Water I » ont la marque de fabrique de The Black Crowes. Était-ce volontaire de créer une forme de continuité dans vos travaux pour affirmer votre identité ?

Rich : J’ai toujours composé ce que j’avais envie de composer, où que cela m’amène. Je n’ai jamais essayé d’écrire quoi que ce soit, car je pense que cela doit être une démarche sincère. Je pense que le fait d’essayer d’écrire quelque chose est forcé et ça ne rend jamais bien. J’ai écrit toutes les musiques pour The Black Crowes donc il y a certainement des similarités car c’est comme ça que j’écris.

Le line-up de The Magpie Salute inclut Marc Ford et Sven Pipien qui étaient tous les deux membres de The Black Crowes. On pourrait faire un parallèle entre Magpie et The Black Crowes. N’est-ce pas compliqué de ne pas vivre dans l’ombre de ton passé ?

Rich : Eh bien, comme tu l’as dit, Magpie est dans la continuité de The Black Crowes. C’est juste la suite. Je voulais jouer avec des gens avec qui j’avais un lien. La raison principale pour laquelle j’ai demandé à Marc et Sven de revenir est que je ne parvenais pas à trouver d’autres musiciens aussi bons qu’eux. Indépendamment de ce que j’avais fait avec eux dans The Black Crowes, ce sont les deux personnes avec qui ça fonctionne quand on s’installe et qu’on joue.


Il y a une alchimie entre vous.

Rich : Instantanément. Je n’avais pas vu Marc depuis 10 ans, et quand on s’est mis à jouer, tout est revenu aussitôt.



Comment tu expliques ça ? Car si Marc avait été ton frère, cela aurait été naturel, mais Marc n’est pas ton frère !

Rich : Je pense que c’est un pouvoir, comme un peintre qui saurait quels outils avec lesquels travailler. Cela vient des références que l’on a en commun, de nos goûts et du background musical que l’on a. Avec Marc, on vient un peu du même monde musical. Par exemple, sur la chanson ‘High Water’, quand je l’ai présentée aux musiciens, tout le monde a compris exactement ce que je voulais. Il y a une rythmique jouée en picking, ce genre de choses. John (Hogg, le chanteur, ndlr) a dit : « ok, j’ai compris », Marc a dit la même chose… C’est comme ça que ça a marché.


Ce nouvel album s’appelle « High Water I » car vous prévoyez de sortir « High Water II » en 2019. Pourquoi avoir choisi de réaliser 2 albums différents et pas un double-album par exemple ?

Rich : C’était plus intéressant. On se serait retrouvés avec 28 chansons, car c’est le nombre de chansons que l’on a enregistrées, avec un vinyle à 8 faces ! J’aime la manière dont c’est fait. « High Water I » est une sorte d’échauffement. Séquencer un album est important pour moi. Tu écoutes l’album et il te transporte quelque part. C’est une forme d’art très importante. Quand tu écoutes un vinyle, tu ne passes pas de piste. Il fallait que ce soit comme ça. Il n’y a pas de lecture en aléatoire. Tu dois être attentif jusqu’au bout. Je pense que la musique est très riche, nuancée et profonde. Il y a tant de choses à découvrir.


 

Je ne crois pas au fait qu’il faille niveler la musique par le bas pour toucher les gens.  

 

C’est la manière avec laquelle on était habitués à écouter de la musique, alors que la conception de la musique aujourd’hui, ce sont les playlists ! Ce que tu dis est proche d’une manière d’écouter du rock progressif. Vous avez repris la chanson ‘Fearless’ de Pink Floyd ce qui n’est pas forcément surprenant car vous avez joué de la musique psychédélique par le passé. Sur la chanson ‘For The Wind’, vous changez le tempo, il y a des solos, il y a une approche progressive. Te sens-tu proche de la scène progressive ?

Rich : Je n’ai jamais été fan de musique progressive. Mais il y a un élément là-dedans qui me plaît, c’est que chaque chanson doit être une évasion. Cela ne doit pas nécessairement être un voyage musical. Sur la chanson ‘Color Blind’, il y a une partie de guitare qui revient, mais la dynamique change. Pour moi, c’est tout l’intérêt de la chanson. Au niveau de la dynamique, cette chanson va quelque part. Mais des chansons comme ‘For The Wind’ ou ‘High Water’ ou d’autres sont changeantes et ce sont des voyages. Cela montre l’importance des éléments musicaux depuis les années 80. Depuis cette période, certains se sont détournés du fait de jouer de la musique. Il y a eu des producteurs qui ont eu du succès dans les années 80 en demandant à un bassiste de ne pas jouer. Il y a des producteurs qui te demandent de te contenter de jouer des lignes de basse et des rythmes de batterie simplistes. Est-ce que John Paul Jones a fait comme ça ? Est-ce qu’Andy Fraser a fait comme ça ? Non ! Il ne faut pas gâcher les instruments. La mélodie, c’est tout ce qui importe. Je ne crois pas au fait qu’il faille niveler la musique par le bas pour toucher les gens. « Les gens sont stupides donc il faut simplifier la musique ! » (dit-il en imitant un producteur, ndlr), ce sont des conneries !


 

Je pense que la musique a aujourd’hui été reléguée à un rôle de musique de fond.


Tu as envie d’éduquer l’auditeur ?

Rich : Je pense qu’il faut les embarquer quelque part et leur faire ressentir des choses. Il faut avoir l’impression qu’on a été quelque part. Je pense que la chanson peut aller quelque part, que l’album peut aller quelque part, et mon travail en général depuis que j’ai 19 ans a pour but d’emmener les gens quelque part. Il faut avoir à suivre un chemin musical. Je pense que la musique a aujourd’hui été reléguée à un rôle de musique de fond. J’ai entendu beaucoup de producteurs dire : « quelle est la « backing track » (terme anglais que l’on pourrait définir comme la « musique de fond » qui reste une fois que l’on a enlevé le chant, ndlr) ? Non, c’est une chanson ! Tu vois ce que je veux dire ? Ce n’est pas cet élément de détail qu’on entend derrière le chant de Katy Perry. Cela fait partie de la chanson ! Si tu écoutes ‘Ten Years Gone’ (de Led Zeppelin, ndlr), ce n’est pas une « backing track » jouée par Robert Plant ! Si tu écoutes ‘Cry Baby Cry’ des Beatles, ou une autre chanson d’eux, il y a une très belle musique, une belle mélodie. Rien de tout ça n’est une « backing track », cela fait partie de la chanson. Ce sont des chansons qui m’ont ému quand j’étais jeune, et j’essaye donc d’inclure ça à chaque fois que j’écris une chanson.


Il semblerait que The Magpie Salute soit un groupe uni grâce aux expériences que vous avez eues sur scène étant donné que vous avez beaucoup tourné en 2017, année où vous avez même enregistré votre premier album live. Est-ce que tu penses que votre premier album studio « High Water I » montre cette cohésion ?

Rich : Oui. Je pense que tout le monde est arrivé dans ce projet dans un contexte différent. Le projet initial pour moi était de faire venir Marc et Ed (Eddie Harsch, ancien pianiste de The Black Crowes, ndlr) dans mon groupe. Et puis j’ai voulu que John vienne y chanter. J’ai compris les capacités de chacun et c’était intéressant pour moi de voir si tout cela allait marcher. Et ça a marché, instantanément !



‘Mary The Gypsy’ ouvre l’album avec une ambiance de concert. C’était ton but de faire un lien avec « The Magpie Salute Live » ?

Rich : Sur tous mes albums solos, j’ai joué avec Joe (Magistro, batteur de The Magpie Salute, ndlr), des bassistes, des pianistes, etc. Mais maintenant, on est dans un groupe ! ‘Mary The Gypsy’ est un héros dans les abysses de ce qui se produit, à cause de certaines personnes, de ces banquiers qui reprennent des labels et demandent aux artistes de vendre des albums au lieu d’en composer. Le label Nashville Records est le pire d’entre tous. Il y a un gros manque de créativité chez ce label.


Vraiment ? On n’est pas au courant de tout ça !

Rich : Dieu merci, vous êtes chanceux ! Ne t’en préoccupe pas, ne regarde même pas ce qu’ils font et n’écoute pas non plus. C’est vraiment les pires !


‘Sister Moon’ démarre quant à lui avec un rythme R’n’B et on y trouve un refrain pop à la sauce anglaise. Est-ce que tu as certaines limites au niveau des genres musicaux que tu abordes ?

Rich : Ce qui est intéressant dans cette chanson, c’est que John joue du piano et qu’il n’y a pas de guitare sur la chanson alors qu’on s’attend à ce qu’on soit un groupe « à guitares » ! Mais ce coup-ci, on n’en avait pas besoin. C’est ce que j’aime dans cette chanson. Ce qui la rend incroyable, ce sont justement ces éléments de pop anglaise que John rajoute dans un groupe de rock américain !



Exactement ! Il y a même un côté Rolling Stones sur le titre ‘Can You See’. Quel est l’impact que la scène anglaise a eu dans ton éducation musicale ? C’est John qui a amené ce côté-là ?

Rich : Eh bien, j’ai grandi en n’aimant pas le rock sudiste. Ça n’a jamais été mon truc.


C’est surprenant car on entend des influences de cette musique-là dans la vôtre !

Rich : Les gens disent ça mais je n’entends pas cette influence. Le seul groupe sudiste que l’on écoutait est The Allman Brothers Band. Ils étaient musicalement phénoménaux. Mais ils avaient un background assez jazz. Les groupes de rock sudistes, c’étaient Lynyrd Skynyrd, The Outlaws. Ce sont des groupes avec lesquels je n’ai rien à voir. Je n’ai jamais écouté ces groupes, ça ne m’a jamais intéressé. La plus grosse influence sudiste chez moi vient de R.E.M., car c’était le premier groupe sudiste qui avait quelque chose d’intéressant et de beau à dire, et qui touchait vraiment l’âme. Pour nous en tout cas. Quand on a entendu « Murmur » la première fois (premier album de R. E.M. paru en 1983, ndlr) et la manière avec laquelle le guitariste jouait et avec laquelle Michael Stipe (chanteur du groupe, ndlr) et Peter Buck (guitariste du groupe, ndlr) écrivaient les chansons, ça nous a vraiment touchés en tant que personnes du Sud, car il n’y a pas que des ploucs énervés là-bas. Il y a beaucoup d’éléments liés à la musique progressive. Nos héros étaient étaient des personnes comme Otis Redding. Et en même temps, les Rolling Stones sont arrivés avec Peter Green, Led Zeppelin, Joe Cocker, Van Morrison…


Avec The Allman Brothers Band, tu partages la qualité de leader du rock sudiste sans être catégorisé dans un seul genre, et même si tu ne te considères pas comme étant de cette scène- là. Tu es d’accord avec ça ?

Rich : Absolument ! Ecoute « Three Snakes » ou « Amorica » et nomme-moi une chanson qui n’a rien à voir avec la scène rock sudiste. Je pense que l’on plaît aux fans de rock sudiste, et je pense que ceux qui aiment Lynyrd Skynyrd et ce genre de groupes peuvent apprécier ce que l’on fait, même si nous avons plus une interprétation britannique du blues.


Je pense qu’on est mêlés à la progression. On fait en sorte que les choses aillent de l’avant à travers la technologie

 

Tu utilises beaucoup la technique du slide à la guitare sur cet album. Peut-on dire que tu es le descendant direct de Duane Allman ?

Rich : Il y a influence venant de Duane mais aussi de Ry Cooder. Je pense qu’on est mêlés à la progression. On fait en sorte que les choses aillent de l’avant à travers la technologie.


C’est pour ça que tu peux dire que vous êtes un groupe progressif ! (Rires)

Rich : Exactement ! Je crois en la progression d’une manière naturelle, mais pas d’une manière forcée.


Avec The Black Crowes, vous nous proposiez souvent des ballades touchantes. Dans le même genre, ‘Color Blind’ est aussi un titre émouvant. Qu’est-ce que signifie ce genre de chansons pour toi ?

Rich : Je pense que cela fait partie de la condition humaine. Toutes nos influences sont vastes et on n’a pas peur de les exploiter. C’est notre musique, on peut y apporter les ingrédients que l’on veut. Si tu prends l’exemple de John, sa mère est africaine et son père est suédois. Je lui ai souvent parlé de la perspective aussi difficile que fantastique qu’il doit avoir, d’avoir ces deux origines en lui. Cela change ta manière de voir le monde.



Avec des titres comme ‘High Water’, ‘Color Blind’ et ‘You Found Me’, il y a beaucoup d’atmosphères folk blues acoustiques sur « High Water I ». Quel était ton état d’esprit lorsque tu as écrit cet album ?

Rich : (Il réfléchit). ‘High Water’ fait partie de ces chansons que j’avais en réserve depuis un moment, mais je ne l’avais jamais terminée. J’avais une bonne partie, mais je ne trouvais pas la bonne partie qui manquait pour finir la chanson. Et puis tout d’un coup ça a marché, et on a fini la chanson. ‘You Found Me’ parle d’autisme et du fait d’amener les gens dans son propre monde. Elle parle de la manière dont ces enfants autistes arrivent sur Terre et ne peuvent vivre hors de leur propre monde. C’est un très beau monde dans lequel ils vivent, mais on ne peut pas savoir à quoi il ressemble car il y a un écart entre nos deux perceptions. Tout ça fait partie de la condition humaine.


Quelle sera la couleur de « High Water II » ? Sera-t-il plus électrique ?

Rich : Non. « High Water II » aura des éléments électriques mais ça ira plus loin que ça.


Plus loin dans quelle direction ?

Rich : En termes de sentiments. J’aime qu’il y ait des chansons de rock et des belles ballades. Même si ce n’est pas aussi simple que ça avec « High Water I et II», je pense que c’est un voyage.




Tu sembles très fier de ces deux albums. Est-ce que ce sont tes albums les plus personnels ?

Rich : Oui.

Est-ce que ton frère a écouté ces albums ?

Rich : Je ne sais pas. Je ne lui ai pas parlé depuis quelques années. J’en doute. S’il l'écoute, il ne m’en parlera sûrement pas, même s’il y aurait beaucoup à dire.


Des chansons comme ‘High Water’ ou ‘Open up’ sont très mélancoliques. Est-ce un sentiment que tu ressens au fond de toi ?

Rich : Eh bien… Sur les deux chansons, John a écrit les paroles. Il y a différentes émotions en fonction des chansons. Sur ‘Send Me An Omen’, il y a un côté pop au niveau de la mélodie. C’est un peu surréaliste et j’aime bien ça.


Quelles sont tes attentes concernant cet album ?

Rich : Je n’en ai aucune. J’espère qu’il sera bien accueilli et que les gens l’aimeront et viendront nous voir.


La raison pour laquelle on fait un album est de jouer des concerts, non ?

Rich : Pour moi la raison pour laquelle on fait un album est de faire un album, car c’est la création.


Mais beaucoup de groupes ont besoin de sortir des albums pour partir en tournée.

Rich : Oui, ça a du sens. Mais les groupes qui font ça manquent de bons albums. L’album est alors un moyen pour parvenir à une fin, et pas un acte de création pur. Si tu te dis que tu dois tourner et qu’il te faut donc un album, c’est une logique différente. C’est un peu bizarre.


Ça incite à écrire des hits ?

Rich : Oui ! Et les gens se concentrent alors sur une chanson. C’est cynique. Pour moi, un album doit être magique.




Tu parlais de voyages quand on écoute un album.
Quand tu joues en concert, ce n’est pas difficile de choisir les set-lists des chansons à jouer pour recréer l’atmosphère de l’album ?

Rich : Il ne faut jamais recréer un album. Quand je pars en tournée, une set-list est une séquence d’un album. C’est aussi un voyage, c’est créatif. Et chaque soir, tu peux créer une atmosphère différente en fonction de ce que tu choisis de jouer. Même si tu joues 20 chansons, tu peux les réorganiser dans la set-list tous les soirs. C’est intéressant et c’est une preuve de créativité.


Nous avons commencé cette interview en te demandant quelle était la question que l’on t’avait posée trop souvent. Au contraire, quelle serait celle que tu aimerais que je te pose ou celle à laquelle tu aurais aimé répondre ?

Rich : Je ne sais pas ! (Rires).



Je te propose d’y réfléchir, et quand tu feras la promo de « High Water II », peut-être l’an prochain, nous commencerons l’interview par cette question !

Rich : Ok, cool !





Merci beaucoup !

Rich : Merci !



Merci à Newf et Loloceltic pour leur contribution...


Plus d'informations sur http://themagpiesalute.com/
 
(0) COMMENTAIRE(S)  
 
 
Haut de page
 
Main Image
Item 1 of 0
 
  • 14063
  • 14064
  • 14065
  • 14066
  • 14067
  • 14068
  • 14069
  • 14070
  • 14071
  • 14072
  • 14073
  • 14074
  • 14075
Haut de page
EN RELATION AVEC THE MAGPIE SALUTE
DERNIERE CHRONIQUE
THE MAGPIE SALUTE: High Water Ii (2019)
3/5

Avec des compositions plus rock, "High Water II" a le mérite d’éviter la redite du premier album, même si The Magpie Salute gagnerait à affirmer plus nettement son savoir-faire.
DERNIERE ACTUALITE
THE MAGPIE SALUTE : Nouvelle lyric video
 
AUTRES ARTICLES
HYPERDUMP STORY : EPISODE 015
En exclusivité mondiale, Music Waves vous propose de suivre désormais les passionnantes aventures illustrées de HyperDump dans sa quête pour devenir le plus grand groupe du monde...
SINSAENUM (05 JUIN 2018)
Deuxième album, deuxième rencontre avec Fred Leclercq sur Music Waves -cette fois-ci accompagné de Stéphane Buriez- évoque "Repulsion for Humanity"... véritable doigt d'honneur à tous ceux qui doutent d'eux...
 

"Découvrez Brainsqueezed dans son nouveau clip !"

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2021