MW / Accueil / Articles
A PROPOS DE:

TEARS FOR FEARS + JUSTIN JESSO - ACCOR HOTELS ARENA - 21 FEVRIER 2019


TYPE:
LIVE REPORT
GENRE:
POP

Back to the 80’s
ROCK'N'RAW - 11.03.2019 - 26 photo(s) - (0) commentaire(s)

Initialement prévu le 18 mai 2018, au Palais des Sports de Paris, le concert de Tears For Fears a été reporté à ce soir, le 21/02/19 à l’AccorHotels Arena. En effet le groupe avait à l’époque dû reporter la totalité de sa tournée printanière pour « des raisons médicales et sur ordre des médecins ». Message laconique et inquiétant qui avait laissé les fans du groupe frustrés et inquiets.
Cela n’a toutefois pas refroidi la ferveur des aficionados de Tears For Fears, qui se sont rués sur la billetterie dès la nouvelle date dévoilée.

Ce soir le concert est donc soldout. Il faut dire que Roland Ouzabal et Curt Smith, membres fondateurs du groupe, ne sont pas passés par Paris depuis le 23 juin 2007 à l’Olympia soit plus d’une décennie, qui a paru une éternité pour tous les fans.  


JUSTIN JESSO




En préambule du show de Tears For Fears, c’est le chanteur Justin Jesso qui a la chance d’ouvrir la soirée.
Le set du chanteur américain, seul sur scène, va en fait se résumer à un karaoké géant.
En effet, si il commence sa prestation aux claviers, le reste du show va se transformer en soirée Club Med où Justin Jesso jouera le rôle de gentil organisateur et demandera au public d’être les gentils membres.



Allant d’un bout à l’autre de la scène (il va oublier ses claviers), il ne cesse de demander au public de taper dans ses mains, de sauter sur place et autre.
Les chansons passent donc au second plan et cette débauche d’énergie physique semble être plus là pour masquer un manque d’originalité ou d’intérêt.



Il faut dire que chanter sur une bande son n’a jamais été la meilleure façon de faire du live … du vrai !
Le public, bon enfant, ne semble pas lui en tenir compte et lui fait, finalement, un accueil chaleureux.


TEARS FOR FEARS




C’est une immense ovation qui accueille Tears For Fears sur scène. Ils démarrent sans coup férir avec leur méga hit 'Everybody Wants to Rule the World'.
C’est parti pour un show dantesque, rondement mené, qui va durer plus d’une heure trente.



La fosse, en place assises, se lève comme un seul homme dès les premières mesures de l’intro et restera debout pendant la totalité du set.
Pas de temps mort, le groupe enchaîne avec 'Secret World' puis 'Sowing the Seeds of Love' qui envoûtent l’Arena.



Le public est subjugué et pantois. Après un tel départ, l’audience a besoin de reprendre son souffle et de retrouver ses esprits. Le groupe va les aider en alignant  les chansons de façon plus espacée, avec entre chaque titre l’intervention de Roland Orzabal, qui s’adresse en français au public parisien (son père est français), et de Curt Smith.





Au fur et à mesure de l’interprétation des chansons on s’aperçoit combien les compositions de Tears For Fears sont travaillées et abouties.
Une mention particulière pour le morceau 'Woman In Chains' où le groupe se laisse plus d’espace pour une interprétation plus groovy que le reste du set et de la version originale.
Un pur bonheur.
Il est à noter la précision et la propreté du son tout au long du concert. Le mix est d’une efficacité sans faille qui donne une nouvelle dimension aux morceaux interprétés.



Ce sont donc quatorze chansons d’une pure beauté que Orzabal et Smith nous interprètent. Bien évidemment c’est trop court et pour finir en apothéose, Tears For Fears revient sur scène pour jouer un 'Shout' endiablé et tant attendu.
Tout le monde en redemande mais, cette fois, c’est réellement fini.



Seul espoir pour ceux qui en redemandent … aller les voir sur les festivals d’été où Tears For Fears se produira.
Pour ceux qui les ont donc manqués, vous savez ce qu’il vous reste à faire !

Christophe MENG - Rock'N'Raw - Reproduction interdite © Tous droits réservés.

Les photos en HD sont également visibles sur Rock'n'Raw

 
(0) COMMENTAIRE(S)
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'article, ajouter quelques anecdotes, quelques connaissances ou tout simplement raconter votre vie...
 
Aucun commentaire. Soyez le premier à donner votre avis sur ce article
Haut de page
 
Main Image
Item 1 of 0
 
  • 16278
  • 16279
  • 16280
  • 16281
  • 16282
  • 16283
  • 16284
  • 16285
  • 16286
  • 16287
  • 16288
  • 16289
  • 16290
  • 16291
  • 16292
  • 16293
  • 16294
  • 16295
  • 16296
  • 16297
  • 16298
  • 16299
  • 16300
  • 16301
  • 16302
  • 16303
Haut de page
EN RELATION AVEC TEARS FOR FEARS
DERNIERE CHRONIQUE
Everybody Loves A Happy Ending (2005) Toutes les chroniques sur TEARS FOR FEARS
AUTRES ARTICLES
ARTICLE PRECEDENT
DREAM THEATER (08 MARS 2019)
A l'occasion de la sortie de "Wired Of Madness", le nouvel album de Jordan Rudess, le claviériste a évoqué avec Music Waves la sortie de "Distance Over Time" de Dream Theater
 
ARTICLE SUIVANT
DREAM THEATER (08 MARS 2019)
A l'occasion de la sortie de "Wired Of Madness", le nouvel album de Jordan Rudess, le claviériste a évoqué avec Music Waves la sortie de "Distance Over Time" de Dream Theater

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020