MW / Accueil / Articles
A PROPOS DE:

DANKO JONES (4 MARS 2019)


TYPE:
INTERVIEW
GENRE:
HARD ROCK

Cinquième passage sur Music Waves pour notre recordman d'interviews ! Danko Jones est revenu avec nous sur la sortie de son nouvel album, "A Rock Supreme", son meilleur album en 23 ans selon lui !
DARIALYS - 10.04.2019 - 5 photo(s) - (0) commentaire(s)
Neuvième album studio pour le musicien canadien. Surfant sur le succès de "Fire Music" et de "Wild Cat", "A Rock Supreme" serait selon son géniteur le meilleur album de Danko Jones sorti à ce jour. Malgré sa cinquième interview sur Music Waves, Danko Jones a encore des choses à nous apprendre et à nous révéler !

Danko, nous nous retrouvons pour ta cinquième interview avec nous sur Music Waves ! Tu es notre recordman ! Ton nouvel album, "A Rock Supreme", est ton dixième album en presque vingt ans.

Danko : Mon neuvième album studio en réalité !



Au temps pour moi ! Qu’est-ce qui explique cette frénésie créatrice ?

Danko : Je ne dirais pas que c’est de la frénésie. En y réfléchissant, on a sorti un album tous les deux ans, ce qui me semble être une bonne durée pour sortir un album de 10 à 12 chansons. C’est quelque chose de courant dans ce milieu. Si je pouvais, j’aimerais me contenter de faire des chansons en studio, mais il faut sortir un album et partir en tournée, avant de réécrire des chansons à nouveau. Les tournées permettent aussi de marquer une pause dans l’écriture. Si tu sors trop d’albums d’un coup, le public risque de se lasser en ayant trop de chansons à découvrir trop souvent. Sortir un album tous les deux ans, c’est très bien, ce n’est pas une frénésie. Si tu regardes toute ma discographie, ça peut sembler énorme : 12 albums dont 9 albums studio. Mais nous sommes un groupe depuis 23 ans ! En 23 ans, avoir 9 albums studio et 3 compilations, ce n’est pas trop. C’est cohérent.

 

Le rock est censé incarner la liberté, et c’est ce qu’on essaye de montrer




Est-ce qu’il n’y a pas une forme de lassitude ou de routine qui s’installe quand on suit une telle cadence ?

Danko : Non ! Dans le rock’n’roll, ou dans la musique en général, et même dans l’art, je crois que la tendance est d’évoluer avec le temps, d’être spontané, de faire ci, de faire ça… Surtout dans le rock, il faut avoir un côté sauvage ! Mais je pense que le rock n’est pas épargné par la routine, alors que le rock est censé incarner la liberté, et c’est ce qu’on essaye de montrer. Sortir un album tous les deux ans, ou tous les deux ans et demi et sortir ce modèle-là, certains vont trouver que ce n’est pas rock’n’roll, mais qui peut dire ce qui est rock et ce qui ne l’est pas ? Suivre une routine, c’est facile, ce n’est pas quelque chose de compliqué. Quand l’heure est venue d’écrire de la musique, alors on écrit ! Ce n’est pas dur d’écrire du rock, c’est même facile, pour moi en tout cas. Ce n’est pas sorcier, on ne va pas réinventer le genre. C’est challengeant, car il faut impressionner les gens et capter leur attention. Il y a une routine, mais j’aime ça ! On sort un album tous les deux ans, et ça marche bien comme ça. Qu’y a-t-il de plus rock’n’roll que quelque chose qui n’est pas vu comme tel ? C’est comme ça que je le vois.


Depuis 3 albums, la formation est désormais stable. Qu’est-ce que cette stabilité t’apporte ?

Danko : Effectivement, la formation n’a pas changé au cours des trois derniers albums. Rich (Knox, batterie, ndlr) est dans le groupe depuis 6 ans maintenant. C’est super ! Et je ne sais pas si tu l’as remarqué, en tout cas, moi je l’ai remarqué, c’est avec cette stabilité que nous avons sorti nos meilleurs albums. On a passé un cap quand on a sorti "Fire Music" (en 2015, ndlr), puis "Wild Cat" et maintenant "A Rock Supreme". Selon moi, ce sont nos meilleurs albums, depuis nos débuts. Ce sont les albums les plus cohérents. Il y figure les chansons que je préfère. "Born A Lion" était un bon album (son premier album sorti en 2002, ndlr), "Sleep Is The Enemy" aussi. On avait le même line-up sur ces deux albums. Mais à l’époque de "Sleep Is The Enemy", le groupe était déjà fracturé. Je pense que les chansons sont meilleures sur "Fire Music", "We Sweat Blood" et "A Rock Supreme".
 

Pour ce nouvel album, tu as changé de producteur. Exit Eric Ratz au profit de Garth Richardson qui a travaillé avec Rage Against The Machine et Red Hot Chili Peppers. Qu’est-ce qui explique ce changement alors que tu semblais satisfait du travail d’Eric ? Et quel a été l’apport de Garth sur "A Rock Supreme" ?

Danko : Je suis complètement satisfait du travail d’Eric ! J’aurais été très content de faire un autre album avec lui. C’est quelqu’un de super avec qui travailler. C’est un très bon producteur. Il a façonné notre son. Il n’y a aucun problème avec Eric. On a simplement eu envie de travailler avec quelqu’un de nouveau. Cela faisait des années que l’on entendait que Garth voulait travailler avec nous. Avec ce nouvel album, on a eu envie d’essayer quelque chose de nouveau en travaillant avec lui. Travailler avec quelqu’un de nouveau, c’est très bien. Le fait que l’on aime quelqu’un ne veut pas dire que l’on travaillera toujours avec lui. Quand quelqu’un comme Garth, avec le CV qu’il a, s’intéresse à toi, il fallait que l’on essaye, et ça a super bien marché. On a passé du bon temps, en toute simplicité, il a eu une grande expérience à nous apporter. Il a un savoir et un équipement énormes, en plus, on s’est super bien entendus personnellement. C’est très important, ça aide pour l’enregistrement. Tu n’as pas à passer ton temps à faire des efforts pour que ça fonctionne. On a pu simplement parler de la musique.

On parlait de challenge tout à l’heure. Travailler avec un nouveau producteur en est un !

Danko : Oui, d’autant plus qu’on ne l’a pas rencontré avant de travailler avec lui ! Donc on était un peu stressés quand on l’a rencontré ! On s’apprêtait à faire cet album avec lui alors qu'on ne savait pas si nos personnalités étaient compatibles. On a rapidement eu la réponse, on s’est très bien entendus. On a beaucoup ri ! Quand tu t’entends bien avec le producteur, qu’il est expérimenté, alors tu peux le laisser faire ce qu’il a à faire. On lui a fait confiance. Il nous a fait des suggestions, ça a été travail collaboratif. Il ne nous a pas dit ce que l’on devait faire. Il sait ce dont les chansons ont besoin. Par exemple, sur le morceau ‘Lipstick City’, la fin que l’on a enregistrée n’était pas celle que l’on avait écrite. Il a dit qu’il fallait rallonger la fin, on l’a fait, et c’était super ! Au final, la chanson est bien meilleure ! Ce sont des petites suggestions comme ça qui font que l’album est réussi.


La pochette de "A Rock Supreme" interpelle plus que les précédentes. Pourquoi avoir choisi une illustration aussi riche et pleine de symboles alors que jusqu’à présent vous proposiez des illustrations assez simples ?

Danko : En réalité, ce n’est pas nous qui avons trouvé la pochette. C’est Ulf Lunden qui l’a dessinée. Il a eu cette idée avant même qu’on lui ait dit quoi que ce soit au sujet de la pochette. On a aimé son idée. C’est un ensemble de collages, on n’avait jamais fait ça avant. C’est une nouveauté très sympa.


La première chose qui m’est venue à l’esprit en la voyant c’est la pochette de "Somewhere In Time" d’Iron Maiden. Il y a plein de choses à voir et à comprendre !

Danko : C’est vrai, il y a beaucoup de choses à y voir ! Il faut la regarder de près, et ça me plaît. J’aime aussi les pochettes simples, avec une image principale. Si tu arrives à avoir quelque chose d’assez puissant avec une seule image, ça le fait aussi. C’était une approche nouvelle pour nous donc c’était super d’essayer quelque chose comme ça.


C’est un peu comme un quiz pour les fans. On y voit vos pochettes plus anciennes comme si la jeune fille venait de les créer. Quelle est l’idée derrière cette illustration ?

Danko : C’est simplement une fille qui est comme l’une de nos fans et qui crée des jouets. On me demande beaucoup quelle est la signification derrière une chanson, un titre de chanson, un titre d’album, une pochette, un clip… Le mot d’ordre est que ce soit cool ! C’est tout.

 

Le rock ne remplit plus des stades comme avant




A l’écoute de l’album, on ressent comme une déclaration d’amour au groupe, au rock et à la vie en groupe. Le rock semble bien vivant quand on vous écoute. Qu’est-ce que tu en penses ? Le rock n’est pas mort et il n’y a pas d’âge pour en faire ?

Danko : L’idée que le rock était mort a été mal comprise. J’ai été surpris par le nombre de personnes qui se sont emparés de cette phrase. Le rock n’est pas mort ! C’est simplement moins populaire que par le passé, mais il y a énormément de nouveaux groupes qui en jouent ! Nous y compris. Il y a des groupes qui n’ont pas atteint de succès immense mais qui sont toujours là. Les gens aiment toujours ce que l’on joue. Le rock ne remplit plus des stades comme avant, mais le jazz non plus en même temps ! La pop, le rap, le heavy metal, ce sont les musiques d’aujourd’hui. Ce sont ces musiques qui ont pris le relais. Le rock’n’roll est une ancienne forme de musique. Ce n’est plus aussi populaire qu’avant.


Mais le rock existe toujours, et "A Rock Supreme" le montre bien !

Danko : Bien sûr !

Et tu y as mis l’énergie que tu y mets d’habitude. Sur le premier titre de l’album ‘I’m In A Band’, tu déclames ton amour pour le groupe. Est-ce que tu veux dire par là que tu souhaites te fondre et t’effacer au profit du groupe ?

Danko : Oui et non. Les gens pensent que c’est un projet solo, mais ce n’est pas le cas. On est un groupe. Dans les coulisses, on est un groupe. Ce titre signifie simplement que j’aime jouer du rock, c’est tout. C’est le cas, que je sois instrumentiste, leader, artiste solo, musicien d’un groupe. Tout ça est secondaire. L’idée de la chanson est de dire que j’aime jouer du rock.
 

Ce côté direct et sans fioritures ressort vraiment. On retrouve l’essence même du rock à plusieurs reprises sur les morceaux ‘I’m In A Band’, ‘Dance Dance Dance’ ou ‘I Love Love’. Composer des titres directs, c’est toujours le but principal pour toi ?

Danko : Oui. Il n’y a pas de sens caché derrière les chansons. On joue du rock’n’roll donc ça n’aurait pas de sens. On dit les choses simplement. Il y a des groupes qui prétendent être profonds alors qu’ils ne le sont pas. Très souvent, on me demande quel est le sens caché des chansons, ce qui signifie que les gens à qui ces journalistes posent cette question ont une réponse à ça. Moi, pas, car tout ce qui est écrit est visible, c’est juste sous tes yeux. Il n’y a pas de sens caché. Je peux faire des références à des paroles ou à un autre morceau, mais ce n’est pas caché si tu connais la référence.

Est-ce que tu te considères comme l’un des derniers groupes de rock pur et dur ?

Danko : Pas le dernier, non. Je pourrais lister 20 autres groupes qui ne font que du rock. Mais des groupes qui font ça depuis aussi longtemps que nous et à notre niveau, sans s’être séparé, sans avoir fait des projets solos, il y en a peu. Dans ce cas-là, oui, on est l’un des seuls, si ce n’est les seuls à faire toujours du rock à ce niveau-là. Nashville Pussy est dans ce cas-là aussi tout comme quelques autres groupes. Nashville Pussy n’a jamais fait de pause par exemple.

 

Je pars du principe qu’on est là pour faire du rock



Beaucoup de nouvelles formations de rock utilisent l’electro ou le metal, mais vous, vous restez authentiques, sans chercher à suivre le mouvement.

Danko : On est un groupe de rock. Si on incorpore de l’electro dans nos chansons, ce ne sera pas pour suivre une mode. Je ne pense pas qu’on en mettra dans nos chansons. On s’en tient à notre musique originelle. On sait ce qui sonne bien pour nous. C’est une tradition. Si tu prends AC/DC, The Ramones, Slayer, Motörhead… Ils n’ont jamais vraiment changé leur recette après l’avoir trouvée. Ça a marché pour eux. On n’est pas un groupe expérimental. Certains aiment que les groupes fassent des expérimentations comme David Bowie l’a toujours fait. Les gens ont aimé le suivre dans cette démarche-là. Mais nous, on n’est pas comme ça. Je pars du principe qu’on est là pour faire du rock. Je fais partie de ces gens-là. Je ne vais pas faire du rock symphonique. Je suis juste ici pour faire du rock.

Le fait de voir des groupes comme AC/DC, Aerosmith et Motörhead t’affecte-t-il ? Te sens-tu comme l’un des héritiers de ces groupes ?

Danko : Non, je ne prétends pas être l’héritier de ces groupes. Mes groupes préférés sont ces groupes. Je ferais tout pour eux. Les autres groupes dont je suis fan, ce n’est pas pareil. S’ils se séparent demain, soit. On aura toujours leurs anciens albums. On peut les réécouter. On n’essaie pas de perpétuer leur tradition. On joue simplement le rock que l’on a envie de jouer.
 

Les femmes sont toujours l’un de tes sujets de prédilection. Que penses-tu du mouvement #metoo qui a eu lieu en 2018 ? Cela t’a-t-il touché, ou cela a-t-il eu une influence sur tes paroles ?

Danko : Non, cela n’a pas d’influence sur mes paroles. Mes paroles n’ont jamais été misogynes ou sexistes. Quand le mouvement #metoo est né, certains se sont sentis menacés à cause de choses qu’ils avaient pu faire par le passé. Mais moi, je suis en paix avec tout ça ! Si tu lis les paroles de tous mes albums, il n’y a aucune chanson sexiste ou misogyne. Je ne suis pas là-dedans. On peut chanter sur les femmes sans être sexiste, et je crois que beaucoup de gens n’ont pas compris ça. Certains ne sont pas assez matures ou pas assez intelligents pour le comprendre, pourtant tu peux chanter des chansons sur les femmes sans être sexiste pour autant. Souvent, on me comprend mal à ce sujet. Je le sais car il y a des gens qui m’ont écrit des messages sexistes et misogynes en pensant que ça me plairait, mais je ne cautionne pas ça, alors je l’ai annoncé publiquement l’an dernier pour prendre mes distances avec ces gens-là et ce genre de commentaires. J’ai dit ce que j’ai dit, et je pense ce que j‘ai dit. J’imagine que je dois être féministe dans une certaine mesure ! En tout cas, je suis d’accord avec la définition que j’ai moi-même du féminisme, car le terme « féminisme » est mal compris, mal interprété, et mal représenté. Je suis content que le mouvement #metoo soit né. Il y a beaucoup d’abus qui ont été commis. Beaucoup de femmes ont été maltraitées, et j’espère que ce mouvement changera les choses.

Au cours de notre dernière interview, tu as dit que tu ne voyais aucun intérêt à faire des chansons politique. Tu n’as eu qu’une réaction sur Twitter suite à l’élection de Trump. Depuis son élection, ça ne te démange pas de dénoncer cela avec ton rock énergique ?

Danko : Non car on joue du rock’n’roll, et la politique, c’est autre chose. Les événements politiques sont transitoires, temporaires. Je veux écrire des chansons intemporelles, et je ne pense pas que notre musique aille de pair avec des sujets politiques. Les Dead Kennedys ont fait la chanson ‘California Über Alles’ qui parle de Jerry Brown, mais aujourd’hui, la majorité des gens ne savent pas qui est Jerry Brown aujourd’hui ! Donc les chansons politiques sont souvent liées à une période. Trump ne sera pas là pour toujours, donc pourquoi gâcher nos chansons en parlant de lui ? Je ne veux pas salir notre musique à cause de lui.

Au cours de ta carrière tu as joué dans des festivals comme le Wacken, mais aussi des salles à taille humaine. Quelle configuration préfères-tu ?

Danko : Je ne fais pas de différence. Quand les gens viennent nous voir en concert, c’est toujours intense. Quand on joue dans des festivals, il y a plus de monde, et c’est tout aussi intense, mais d’une manière différente. On rencontre d’autres groupes, on s’amuse bien. Les deux sont bien mais pour des raisons différentes.
 

Peut-on voir en ce nouvel album la synthèse de tout ce que tu as pu faire au cours de ces vingt dernières années ?

Danko : D’une certaine manière, oui. On est là aujourd’hui après toutes ces années donc oui, c’est un résumé de tout ce qu’on a fait jusque-là. Ce sera pareil pour le prochain album.

 

Dans le rock’n’roll, c’est bien de rester simple et de rester fidèle à ce que l’on sait faire



Tu as l’impression d’avoir progressé au fil du temps ?

Danko : Le progrès, c’est surfait dans le rock. Progresser a une connotation positive, mais dans le rock’n’roll, c’est bien de rester simple et de rester fidèle à ce que l’on sait faire. Qu’est-ce que le progrès, au juste ? C’est très subjectif. Et qu’est-ce que le progrès dans le rock’n’roll ? Certains aiment quand la musique est complexe, et cela correspond à leur vision du progrès. Certains aiment quand ça sonne comme à l’époque, et c’est ça, le progrès pour eux. C’est difficile de trancher. Je n’utilise pas ce mot car je pense que ce n’est pas un mot adapté au rock’n’roll. Ce qui sonne bien, ce n’est pas nécessairement ce qui est compliqué ou challengeant à jouer. Les meilleures chansons sonnent bien avec deux accords joués l’un après l’autre. C’est très difficile à décrire, mais on le ressent dès lors qu’on écoute une bonne chanson.

Après 23 ans de carrière, quelle sera la prochaine étape ? As-tu prévu une tournée spéciale ? Un DVD ?

Danko : Non, les gens n’achètent plus vraiment de DVD aujourd’hui. On va partir en tournée pendant un an.

Qu’attends-tu de ce nouvel album ?

Danko : Je n’ai pas d’attente parce qu’on ne sait jamais ce qui va se passer. On ne sait jamais si les gens vont l’apprécier. Un jour, tu vas sortir un album qui recevra un succès auquel tu ne t’attendais pas, et vice-versa. Tu peux sortir quelque chose que tu trouves excellent, mais peut-être que peu de gens iront écouter l’album. Donc je n’ai aucune attente. Je veux que les gens écoutent cet album. J’avais envie qu’on le sorte pour que les gens puissent l’écouter. Si beaucoup de gens l’écoutent, ce sera super ! Si quelqu’un qui a beaucoup d’influence dit à tout le monde d’aller écouter ce groupe, ce serait super ! Mais tu ne sais jamais. Ça ne se passera sûrement pas comme ça. Ce à quoi on peut s’attendre, au mieux, est que les gens qui nous connaissent aiment cet album. Mais je suis assez confiant depuis qu’on a sorti "Fire Music". Je ne l’étais pas tant pour les anciens albums.


Pourquoi ça ?

Danko : Les chansons me semblaient bonnes personnellement, mais pas assez pour me paraître incroyables. C’est le cas des albums comme "Never Too Loud" et "Rock And Roll Is Black And Blue". Mais quand on a écrit “Fire Music” et qu’on l’a enregistré, on s’est dit qu’il fallait être sourd pour ne pas s’apercevoir que c’était un album solide. On s’est dit la même chose pour "Wild Cat", puis maintenant avec "A Rock Supreme". Je dirais vraiment que nos trois derniers albums sont nos meilleurs albums. "A Rock Supreme" poursuit cette tradition qu’on a instaurée, c’est pour ça que je pense en étant assez confiant que les gens qui aiment le rock aimeront cet album. Il faudrait vraiment être sourd pour ne pas aimer cet album. Je n’ai jamais pensé tout ça pour "Never Too Loud" et "Rock And Roll Is Black And Blue". Ces deux albums sont pour moi les moins bons de nos albums, “Never Too Loud” étant même le moins fort. Sur "Rock And Roll Is Black And Blue" il y a avait quelques très bons morceaux, et je pense qu’il aurait mérité d’être écouté par plus de monde. Donc je ne peux pas avoir d’attente particulière pour "A Rock Supreme". J’espère juste que les gens l’aimeront. Jusqu’ici en tout cas, la réponse des fans a été très bonne pour les trois titres que l’on a sortis. Les gens ont beaucoup aimé ‘We’re Crazy’, ‘Burn In Hell’ et ‘Dance Dance Dance’. Sur scène, on a aussi joué ‘Lipstick City’ l’ont aimé aussi.

C’est bien que tu sois confiant de la sorte par rapport aux anciens albums ! C’est intéressant car l’image que l’on a de toi n’est pas celle de quelqu’un qui doute.

Danko : Il faut être honnête. Si j’ai le sentiment qu’un album n’est pas assez bon, je dois le dire. Je ne peux pas le dire quand j’en fais la promotion. Après, je n’ai jamais dit à l’époque que ces anciens albums étaient nos meilleurs albums. Je pense que "A Rock Supreme" est notre meilleur album, même si c’est un peu cliché. Et je pense que "Fire Music" et "Wild Cat" méritent vraiment d’être entendus. Je parle avec confiance du groupe car je crois en nous. Je sais reconnaître une bonne chanson de rock. Quand j’entends ces chansons, je vois bien qu’elles sont bonnes !

C’est en effet un bon album. Très bon, même !

Danko : Merci !

Un dernier mot pour nos lecteurs ?

Danko : Je ne suis vraiment pas doué pour répondre à ça ! J’espère que vous écouterez l’album ! Je crois que j’ai tout dit.

Cela fera l’affaire ! Merci Danko !

Danko : Super, merci à toi !



Plus d'informations sur http://www.dankojones.com/
 
(0) COMMENTAIRE(S)
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'article, ajouter quelques anecdotes, quelques connaissances ou tout simplement raconter votre vie...
 
Aucun commentaire. Soyez le premier à donner votre avis sur ce article
Haut de page
 
Main Image
Item 1 of 0
 
  • 16620
  • 16621
  • 16622
  • 16623
  • 16624
Haut de page
EN RELATION AVEC DANKO JONES
DERNIERE CHRONIQUE
A Rock Supreme (2019)
A défaut d'avoir réinventé le genre, Danko Jones rend avec "A Rock Supreme" un bel hommage aux plus grands du style à travers onze pistes qui plairont aux amateurs. Toutes les chroniques sur DANKO JONES
DERNIERE ACTUALITE
DANKO JONES : Nouvelle vidéo
VIDEO
Toutes les actualités sur DANKO JONES
AUTRES ARTICLES
ARTICLE PRECEDENT
ALLYSON GLADO (19 MARS 2019)
Music Waves vous fait découvrir l'envoûtante Allyson Glado...
 
ARTICLE SUIVANT
DIRTY SHIRT + ACYL - LE PETIT BAIN (PARIS) - 29 MARS 2019
Concert de toutes les démesures où jamais le Petit Bain n'a vu une telle troupe fouler ses planches. Dans une folie douce, les Roumains de Dirty Shirt ont balancé leur science de la ratatouille entre rythmiques lourdes et folk balkanique.

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020