MW / Accueil / Articles
A PROPOS DE:

JOE BONAMASSA - LA SEINE MUSICALE - 10 MAI 2019


TYPE:
LIVE REPORT
GENRE:
BLUES

Magistral
ROCK'N'RAW - 30.05.2019 - 17 photo(s) - (0) commentaire(s)
Presque jour pour jour deux ans après son dernier passage à Paris (04/05/17 Palais des Congrès), le pape incontesté du blues rock moderne est de retour dans la capitale. Il a, cette fois-ci, donné rendez-vous à ses ouailles dans la magnifique salle qu’est La Seine Musicale.
C’est donc un parterre de quatre mille âmes qui attend fébrilement l’apparition du maestro aux innombrables guitares.

Pas de première partie, et c’est tant mieux, pour laisser plus de temps au show de la vedette de cette soirée et satisfaire au mieux tous ceux présents ce soir.
Joe Bonamassa est accompagné pour cette tournée par la majeure partie des musiciens qui sont sur l’album "Redemption" sorti en septembre 2018 : Anton Fig à la batterie, Michael Rhodes à la basse, Reese Wynans aux claviers, Lee Thornburg et Paulie Cerra aux cuivres et enfin Mathalia Barnes (fille de Jimmy Barnes) et Jade Mac Rae aux chœurs.





Bref, du talent et de l’expérience à tous les étages.
Ce mini Big Band débute  le concert par 'Tiger in Your Tank' et d’emblée l’auditoire est sous le charme. Il faut dire que le son et les light-show sont parfaits.



Bien sûr tout est fait de sorte à mettre Joe, la vedette du soir, en évidence lors toutes ses interventions. Même sa voix semble plus nette et plus précise que d’habitude.
Bref un mix s’approchant de la perfection.
S’ensuivent quatre morceaux du dernier album (dans l’ordre 'Kingbee Shakedown', 'Evil Woman', 'Just Cause You Can' et 'Self Inflected Wounds)' qui s’enchainent sans la moindre anicroche.
Tout est beau, parfait. Seul bémol, Joe en oublie de communiquer et même de saluer la salle. Ce qu’il n’oublie pas, par contre, c’est de changer ses guitares après chaque chanson et ainsi de nous faire admirer les plus belles pièces Gibson (essentiellement) et Fender de sa collection personnelle.






Après ces nouveautés il enchaine avec trois chansons de l’album "Blues Of Desperation" (2016) toutes aussi compactes  et de bon ton : 'This Train', 'Blues of Desperation' et 'How Deep This River Runs'.
Après ce tourbillon de mélodies et de notes magnifiques, Joe prend enfin le temps de présenter ses musiciens et de parler au public qui n’attendait que ça. Ovation pour chacun des musiciens présents sur scène et sourire sur tous les visages.
Cette pause et ce retour au calme annoncent l’interprétation de 'Sloe Gin' qui est certainement son plus gros hit et que tout le public attend. C’est dans un recueillement quasi mystique que l’auditoire savoure ce bijou. Quelle pureté et énergie retenue ! Un frisson traverse la foule et l’ovation qui suit la chanson est à la hauteur des émotions vécues tout au long du morceau.




Pour les quatre morceaux suivants ('Well Well', 'Boogie WoogieWoman', 'TeaFor One/ I Can’t Quit You Babe' et 'How Many More Times'), les cuivres et les chœurs se retirent.
Joe se retrouve seul (ou presque) entouré de sa garde rapprochée. Les morceaux se font plus sauvages et roots mais la précision et le feeling sont toujours là. C’est un triomphe et Joe quitte la scène sous les acclamations bien évidemment, le public debout pour en demander plus.
Ce ne peut se terminer ainsi et Joe revient sur scène cette fois ci totalement seul avec sa guitare (électro-acoustique) pour un 'Woke Up Dreaming' d’une maestria à couper le souffle.
Il arrive à garder sous le charme son auditoire en le faisant participer à ses breaks et évite de s’enfermer dans une démonstration trop technique et froide comme cela peut être le cas avec certains autres guitaristes virtuoses.

L’ensemble de la troupe se retrouve pour interpréter 'SWLABR' qui montre l’importance que Cream et le british blues ont eu dans l’apprentissage et l’évolution musicale de Joe tout au long du temps.
Vient le final avec 'Mountain Time' (un autre incontournable) qui envoûte littéralement les quatre mille spectateurs présents.  On atteint des sommets que seuls les très grands sont capables de nous y amener. Joe Bonamassa est de ceux-là.

Deux heures quinze de pur bonheur qui resteront certainement gravées à tout jamais dans un coin des mémoires de chacun des spectateurs présents.
Vivement la prochaine tournée du surdoué New Yorkais !

Christophe MENG - Rock'N'Raw - Reproduction interdite © Tous droits réservés.

Les photos en HD sont également visibles sur Rock'n'Raw



Plus d'informations sur http://www.jbonamassa.com
 
(0) COMMENTAIRE(S)
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'article, ajouter quelques anecdotes, quelques connaissances ou tout simplement raconter votre vie...
 
Aucun commentaire. Soyez le premier à donner votre avis sur ce article
Haut de page
 
Main Image
Item 1 of 0
 
  • 17018
  • 17019
  • 17020
  • 17021
  • 17022
  • 17023
  • 17024
  • 17025
  • 17026
  • 17027
  • 17028
  • 17029
  • 17030
  • 17031
  • 17032
  • 17033
  • 17034
Haut de page
EN RELATION AVEC JOE BONAMASSA
DERNIERE CHRONIQUE
Redemption (2018)
Varié, sans la moindre faille et éblouissant de feeling, cet opus impose définitivement la domination incontestable mais bienveillante de son auteur sur le monde du blues-rock. Toutes les chroniques sur JOE BONAMASSA
DERNIERE ACTUALITE
JOE BONAMASSA : Nouveau clip (et nouveau titre) en ligne
VIDEO
Toutes les actualités sur JOE BONAMASSA
AUTRES ARTICLES
ARTICLE PRECEDENT
AISHIA (29 AVRIL 2019)
Music Waves aime les voyages et part à la rencontre d'Aishia, artiste d'origine indienne vivant en Malaisie, afin de parler de son premier album.
 
ARTICLE SUIVANT
AISHIA (29 AVRIL 2019)
Music Waves aime les voyages et part à la rencontre d'Aishia, artiste d'origine indienne vivant en Malaisie, afin de parler de son premier album.

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020