MW / Accueil / Articles
A PROPOS DE:

TALIESYN II (06 JUIN 2019)


TYPE:
INTERVIEW
GENRE:
ROCK PROGRESSIF

A l'occasion de la sortie de leurs "Contes Apocryphes", Julien et Geoffroy Mary nous présentent leur projet.
TONYB - 18.06.2019 - 2 photo(s) - (0) commentaire(s)
Nous aimons commencer nos interviews par cette question : quelle est la question qu’on vous a trop posée ? 

La question sur les influences seventies revient souvent mais nous y répondons toujours avec plaisir car il nous semble important de situer notre musique et aussi rendre hommage à ces grands groupes que nous avons beaucoup écoutés. 


On évite généralement de poser ce type de question mais quelle est l'origine du nom du groupe : est-ce en rapport avec le premier album de Deep Purple ? 

Le nom du groupe est bien sûr en partie issu du deuxième album de Deep Purple "The Book of Taliesyn" et  également de  lectures sur les légendes arthuriennes, car Taliesyn est un barde du roi Arthur. Il y a donc une référence musicale et littéraire.





Taliesyn II suggère qu'il s'agit d'une deuxième incarnation du groupe. Pouvez-vous nous dérouler votre histoire et nous indiquer pourquoi une version 2.0 maintenant ? 

De 2002 à 2013, nous faisions partie du groupe de rock progressif Taliesyn avec lequel nous avons sorti deux albums. Le groupe s’est arrêté en 2013 et nous voulions entre frères nous lancer dans un nouveau projet musical qui nous tenait à cœur. C’était l’idée de créer un album concept qui rassemble tous nos centres d’intérêt, à savoir la musique, l’histoire ( plus spécifiquement l’histoire militaire) et les chevaux qui occupent la majeure partie de notre temps.  Nous avons dès lors créé une histoire qui nous plonge dans un univers imaginaire. 
Pour façonner cet univers, nous avons été influencés par beaucoup d’œuvres. Nous avions baigné étant plus jeunes côté films dans les sagas comme "Star Wars, "Willow",… et plus tard dans les films et séries à succès actuels comme "Game of Thrones". Côté littéraire, "Les Rois Maudits", les légendes arthuriennes ou encore "Les Soldats de la Mer" d’Yves et d’Ada Rémy nous ont aussi beaucoup marqués. S’ajoutent encore à cela toutes les références et lectures historiques qui vont de Napoléon à la Seconde Guerre Mondiale. Concernant la période choisie, nous avons vite abandonné l’Antiquité et le Moyen-âge qui sont déjà largement exploités pour créer un paysage proche de celui de la fin du XIXe siècle, période charnière entre la fin d’un monde ancien et l’essor du monde moderne industriel. Pour rendre le tout un peu plus crédible, nous avons développé l’aspect visuel avec des peintures et des photos.
Ensuite vint la question du nom à donner à ce projet... L’idée nous est venue de reprendre le nom d’origine pour rappeler d’où nous venions musicalement  et de rajouter « le deux » afin marquer un nouveau départ dans notre parcours musical. Il y a enfin le fait que nous sommes frères jumeaux.


Le qualificatif d'apocryphe définit quelque chose dont l'authenticité n'est pas établie. Pouvez-vous nous raconter l'histoire qui se cache derrière ce titre mystérieux ? 

Taliesyn est connu comme barde du Roi Arthur et comme écrivain et poète. Il est notamment connu pour son "Book of Taliesyn". 
Nous avions imaginé que Taliesyn avait peut-être écrit une nouvelle œuvre, que quelqu’un avait mis la main dessus mais qu’il est incapable de certifier que Taliesyn en soit bien l’auteur. D’où ce terme « apocryphe ». Sur la pochette il est au pluriel car nous aimerions poursuivre l’aventure et greffer d’autres histoires à celle racontée ici.


De même, il y a très peu d'informations sur le net en dehors de votre compte Facebook. Est-ce un manque que vous déplorez et sur lequel vous allez travailler ou vous estimez ne pas avoir besoin de communication ? En clair, comment vous y prenez-vous pour vous faire connaître et diffuser votre musique au plus grand nombre ? 

C'est de loin la partie la plus difficile du travail. Cela demande beaucoup de temps et de patience et il faut essayer d’exister au milieu de l’océan. Notre principal problème réside dans le fait que nous ne sommes que deux et que nous ne pouvons pas faire de concerts pour présenter et défendre notre musique. Et aujourd’hui, c’est l’une des conditions essentielles pour se faire connaître. Heureusement internet peut offrir une très grande visibilité et nous réfléchissons aux différentes solutions possibles. Nous croyons que notre album peut intéresser du monde par son originalité et justement parce qu’il n’est pas dans l’air du temps. Nous devons trouver le moyen de toucher ces personnes directement. Concrètement un site internet qui reprend les visuels, les textes et les musiques est en train d’être créé ainsi qu’une application. La création de vidéos avec de la musique est aussi une piste qui nous intéresse.
Heureusement des personnes compétentes nous aident généreusement. 
Nous espérons également compter sur les revues, les webzines comme le vôtre, quelques passages radio et la presse locale pour se faire connaître davantage et diffuser notre musique.
Cette démarche intervient seulement maintenant car ce qui nous semblait le plus important en premier lieu était l’album en lui-même. On voulait avoir le moins de regrets possible quant à son écriture, aux arrangements et aux mixages.


L'excellent Jean-Philippe Suzan interprète une bonne moitié des titres de l'album : comment vous est venue l'idée de collaborer avec lui ? 

Jean-Philippe nous est apparu comme une évidence dès que nous l’avons vu sur scène avec Gens de la Lune dans un concert pour lequel nous partagions l’affiche. Il nous avait véritablement scotchés par sa présence scénique et sa voix puissante. L'autre élément non négligeable est qu’il chante en français dans un style qui pouvait correspondre à ce que nous voulions proposer. Il a très gentiment accepté de participer et il a largement comblé nos attentes car il est complètement rentré dans son personnage.





Comment se sont déroulés les enregistrements ? 

Nous avons eu le privilège d’enregistrer les voix de Jean-Philippe Suzan sur deux sessions dans le studio de Francis Decamps à Montbéliard. Pour nous, c’était quelque chose de particulier car nous écoutons Ange et également Gens de la Lune depuis très longtemps. Pouvoir enregistrer nos titres avec quelqu’un qui nous a influencés artistiquement, nous a procuré beaucoup de plaisir; tant dans la rencontre que dans le travail. Cela a été deux très beaux moments.


Et pourquoi ne chante-t-il pas sur tout l'album ? 

Dès le départ, nous avions dans la tête de faire appel à deux chanteurs, car nous savions que nous partions sur un album longue durée. Mais nous ne voulions pas non plus d’une comédie musicale avec plusieurs interprètes. Donc nous avons opté pour une solution intermédiaire où deux personnages sont incarnés par deux chanteurs différents. Cela nous permettait d’offrir plus de variété en terme d’ambiance sonore et de textes sans se disperser dans une multitude de personnages. L’un incarné par Jean-Philippe est un officier de cavalerie qui est plus dans l’action tandis que Gianni Galli qui incarne le chroniqueur est plus dans l’observation. Cela nous permettait de jongler avec deux points de vue et aborder différents thèmes.


Qui est Gianni Galli ?

Gianni Galli est chanteur et guitariste. Il a joué dans le groupe rock belge Diez avec lequel il a sorti un album en 2007. Gianni est comme Jean-Philippe un excellent chanteur. Son timbre de voix est unique et permet de donner des couleurs particulières à certaines notes et certains mots. Cela nous a d’autant plu que cela prend encore plus de force dans un chant en français.  Sa voix est à l’opposé de celle de Jean-Philippe. C’est ce contraste qui nous a intéressés. 
Nous leur sommes très reconnaissants à tous les deux d’avoir participé et de s’être autant investis dans l’aventure.


Cet album est très influencé par le rock anglais des années 1970 comme Deep Purple notamment sur ‘Les Lanciers Noirs’ dynamique très rock, conviant riffs de guitare et orgue Hammond mais également les maîtres du progressif à la française que sont Ange et Mona Lisa, sont-ce des influences pour vous ? 

Deep Purple est le groupe qui est sans conteste celui qui nous inspire le plus en terme de jeu. Nous les écoutons encore en boucle depuis le « Shades of Deep Purple » jusqu’au «  Infinite ». Ange est également une influence majeure, aussi bien pour les textes que pour leur créativité sans limite. Nous aimons également Mona Lisa mais nous avons découvert leur musique beaucoup plus tard. 


Un album qui sonne rock 70’s, est-ce délibéré ou un simple passage avant d'évoluer vers autre chose ? 

Le style seventies n’est pas un choix mais plutôt ce que nous sommes musicalement et c’est difficile d’en sortir. Nous avons grandi dans les influences ci-dessus mais également dans toute la discographie des années 60 et 70 que notre père écoutait et qu’il nous a transmise, cela allait des Beatles, à Black Sabbath en passant par les groupes et chanteurs français de l’époque.  Toute cette période musicale est notre ADN. Donc nous y revenons toujours même quand nous cherchons à nous en éloigner. Cependant, cela ne nous empêche pas d’évoluer musicalement car nous écoutons beaucoup d’autres groupes et styles. Cela va du metal et ses dérivés, aux groupes de rock actuel comme les Foo Fighters en passant par le jazz,… L’un des avantages de la musique progressive est qu’elle permet d’intégrer ces différents styles, ce qui est pour nous synonyme de liberté créatrice.


L'album est sorti mi-avril, avez-vous déjà des premiers retours ? 

Les premiers retours sont plutôt positifs même s’ils ne sortent essentiellement que du cercle proche. Cela est cependant encourageant et nous espérons via les chroniques recevoir d’autres avis positifs !


Quelles ambitions avez-vous avec cet album ? 

Sincèrement et sans prétention, nous souhaiterions qu’il laisse une petite trace dans la discographie prog car nous pensons qu’il a une certaine originalité. Nous savons évidemment qu’il ne s’écoulera pas à des millions d’exemplaires mais nous espérons qu’il comblera les amateurs de rock et ceux qui sont prêts à s’investir dans l’écoute d'un CD.


Justement à l'heure du retour en force du vinyle, la durée des albums se réduit de plus en plus en autour des 40/45 minutes. 68 minutes pour les "Contes Apocryphes", un titre mystérieux, un album concept … n’est-ce pas d'emblée un suicide commercial ? 

Notre démarche n’était d’office pas commerciale. C’est un choix délibéré. Cet album est une auto-production et cela nous laisse la liberté de faire tout ce que nous voulions par rapport à la musique, aux textes, ou encore au format du boitier CD. Nous souhaitions réaliser un projet qui nous corresponde et qui soit sincère. L’idée d’un concept album est complètement à l’opposé de ce qui fait actuellement mais nous sommes convaincus qu’un certain public peut s’intéresser à notre projet. Le succès des séries historio/fantasy montre à quel point les gens demandent à voyager dans le temps et dans l’espace. Toutes proportions gardées, c’est un peu ce pari là que nous avons tenté.
Un album de 68 minutes est également un choix délibéré dans la mesure où il nous a semblé qu’un CD de 40 min n’aurait pas suffi à installer notre univers. Cela aurait nui à sa crédibilité. Si nous voulons transporter l’auditeur ailleurs, il nous semble logique qu’il dure un minimum de temps en lui donnant également les supports visuels et textuels.
De plus c'est en sortant des sentiers battus que l'on peut espérer faire évoluer les choses. Pour le moment "Bohemian Rhapsody" est à nouveau à la mode, qui aurait pu croire qu'un titre rock avec un intermède d'opéra serait un jour commercial? 





Inévitablement, avec un tel album, chaque auditeur va rêver de vous entendre le restituer en live, en imaginant déjà la pêche que cela pourrait avoir. Avez-vous des projets en ce sens ? Si oui, comment allez-vous compléter la formation ?

Malheureusement, aucune programmation live n’est envisagée et cela était clair dès le départ, car les emplois du temps des uns et des autres sont chargés et ensuite il faudrait engager des musiciens pour compléter le groupe. De plus nous souhaiterions si cela devait se réaliser, bénéficier de moyens qui nous permettent de présenter un spectacle à la hauteur. Cela arrivera peut-être un jour mais cela ne sera pas pour tout de suite.


Pour nos lecteurs qui n'auraient pas encore craqué en lisant notre chronique, que leur diriez-vous pour les inciter à acquérir votre album ?

Pour ceux qui aiment la musique rock teinté d’angélisme purplérien sabbathique à la sauce XXIème siècle, cet album est pour vous!


On a commencé par la question qu'on vous a trop posée, quelle est la question à laquelle vous aimeriez répondre ?

Qu’est-ce que cela vous fait que Paul Mccartney ait adoré votre CD ?


On vous laisse les derniers mots pour nos lecteurs ... 

Nous souhaiterions vous remercier d’avoir pris le temps de nous lire (et merci à Musicwaves de nous avoir consacré cette interview et de vous être intéressé à notre projet), nous espérons ne pas avoir été trop bavards. Nous espérons également que cette visibilité qui nous est donnée puisse permettre au plus grand monde possible d'apprécier notre album et de découvrir notre univers. Vous pouvez rejoindre notre page Facebook et faire partie de notre communauté que nous aimerions voir la plus large possible. N’hésitez pas également à nous contacter, que ce soit pour la commande d’un exemplaire ou bien pour nous laisser un commentaire, votre avis nous intéresse beaucoup. Nous nous ferons une joie de répondre à vos questions et d'échanger avec vous !
 
(0) COMMENTAIRE(S)
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'article, ajouter quelques anecdotes, quelques connaissances ou tout simplement raconter votre vie...
 
Aucun commentaire. Soyez le premier à donner votre avis sur ce article
Haut de page
 
Main Image
Item 1 of 0
 
  • 17224
  • 17259
Haut de page
EN RELATION AVEC TALIESYN II
DERNIERE CHRONIQUE
Contes Apocryphes (2019)
Affublés d'un style qui pourrait être qualifié de hors d'âge, ces "Contes Apocryphes" nous emmènent sur des chemins certes bien balisés mais tellement bien empruntés que la magie s'installe immédiatement. Toutes les chroniques sur TALIESYN II
AUTRES ARTICLES
ARTICLE PRECEDENT
BROCARDE (20 MAI 2019)
Music Waves est rentré dans le monde fou de Brocarde en espérant en sortir vivant.
 
ARTICLE SUIVANT
PRESS GANG METROPOL (27 MAI 2019)
Remarqué avec "Checkpoint", Press Gang Metropol nous revient avec un deuxième album "PointBlank", immersion dans la cold wave des années 1980...

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020