MW / Accueil / Articles / LAST TEMPTATION (10 SEPTEMBRE 2019)

LAST TEMPTATION (10 SEPTEMBRE 2019)


TYPE:
INTERVIEW
GENRE:
HARD ROCK
Nouveau venu sur la scène hard rock, voici Last Temptation... le groupe qui monte bâti autour de Peter Sheithauer et Butcho que nous avons rencontré...
STRUCK - 25.09.2019
Avant même la sortie de son premier album, Last Temptation faisait parler de lui dans le microcosme hard rock avec une participation au Hellfest et quelques dates en compagnie notamment de Dream Theater... Il va sans dire que nous attendions avec impatience, l'album en question "Last Temptation". Retour avec Peter Sheithauer et Butcho sur le phénomène hard rock qui monte...


Peter, nous avons l’habitude de commencer nos interviews par la question qu’on t’a trop posée et à laquelle tu as marre de répondre ?

Peter Scheithauer : Celle-ci (Rires) ! Non, non…

El Butcho : "Quand s’est formé le groupe ?"

Peter : Oui c’est un peu ça….


On y arrive, Last Temptation sort son premier album mais c’est apparemment un projet que tu as initié au début des années 2010. Pourquoi un tel temps d’attente…

Butcho : Ça, c’est une bonne question…


… Le temps de tomber sur la perle rare qu’est Butcho ?

Peter : Non, non parce que Butcho est présent depuis le début ! En fait, ça n’a pas commencé avec Last Temptation et Butcho mais c’est vrai que nos premières démos datent de 2010, mais ce n’était pas exactement dans la même direction.
Quand je travaille, j’ai l’habitude de dire que je "vomis" des riffs et ça ne marche pas forcément toujours. Et puis à un moment, j’ai commencé à avoir des riffs un plus "sudistes" - comme j’aime dire : plus Black Sabbath.


Et quand a eu lieu ce déclic de riffs plus "sudistes" donc ?

Peter : Je dirais 2015…


Et nous revenons à la question initiale, pourquoi attendre 2019 pour sortir ce premier album ?

Butcho : Ce ne sont pas les compositions qui ont été longues, c’est de pouvoir réunir l’emploi du temps de tout le monde !

Peter : Par exemple, Bob Daisley qui joue sur 5 titres n’est pas très pressé, il n’a pas d’emploi du temps… Et comme nous voulions absolument des musiciens comme Bob, nous avons attendu !


A propos d’emploi du temps, Last Temptation a vocation à être un groupe qui dure ou un collectif à la manière d’un Dead Daisies ?


Peter et Butcho (d’une même voix) : Last Temptation est un groupe qui dure !

Butcho : Un groupe avec des featurings, soit, mais c’est avant tout un groupe qui dure !

Peter : Nous en parlions justement parce que nous sommes déjà en train de bosser sur des morceaux pour le prochain album et nous voudrions avoir certaines personnes en guests sur l’album, mais le noyau du groupe sera le groupe qui tourne en ce moment !


Tu parlais de guest : Verycords fait actuellement la promo de l’EP d’Alice Cooper, est-ce qu’il fait partie de ces guests comme le nom du groupe pourrait le laisser penser ?

Peter : Alors pour répondre à ta supposition, le nom du groupe n’a rien à voir avec Alice Cooper. Je suis un gros fan d’Alice Cooper -j’ai eu la chance de jouer quelques dates avec lui- mais non, je ne le vois pas en tant que guest, je ne le vois pas coller avec Last Temptation au niveau musical : il a son univers musical qui ne colle pas au nôtre. C’est tentant mais c’est comme si on nous proposait Marylin Manson : non, ça ne collerait pas!


Nous faisons Last Temptation uniquement pour nous faire plaisir !




Mais d’un point de vue marketing, ce serait énorme !

Peter : Oui, mais nous faisons Last Temptation uniquement pour nous faire plaisir ! Et si quelque chose ne colle pas avec nos envies, nous ne nous forcerons pas à prendre quelqu’un même si ça permettrait de vendre dix fois plus d’albums.



On a dit que le projet Last Temptation avait initié en 2010, en revanche, tu avais déjà enregistré en 1998 avec le groupe Stream l’album "Nothing Is Sacred" avec Bob Daisley justement (Ozzy Osbourne, Gary Moore) à la basse. Est-ce qu’après une longue parenthèse, Last Temptation est la suite de ce vieux projet ?

Peter : C’est tout à fait ça ! D’ailleurs au départ, nous voulions appeler ce groupe Stream mais le label a refusé…


Last Temptation est la continuité de Stream !




… et pourquoi ?

Peter : Parce qu’ils trouvaient que la parenthèse avait été trop longue. Mais effectivement, Last Temptation est la continuité de Stream !

Butcho : Tiens, tu m’apprends des choses : moi-même, je ne le savais pas ! Non, mais c’est vrai (Rires)…

Peter : Mais même le nom Last Temptation a été controversé parce que Bob disait que ça faisait penser aux The Temptations et donc que ça pourrait être le disque du dernier chanteur du groupe The Temptations… Mais bon, le nom du groupe n’a rien à voir sachant que pour l’info, je crois que le dernier chanteur des Temptations est décédé et le groupe Temptations qui tourne actuellement n’a plus aucun membre d’origine…


Outre Daisley, tu t’es entouré de pointures pour enregistrer l’album, notamment Vinny Appice à la batterie (Dio, Black Sabbath) et Don Airey aux claviers (Deep Purple, Rainbow)…

Butcho : Et il y en a d’autres comme James LoMenzo, Rudy Sarzo, Peter Scheithauer et… El Butcho !


Comment les as-tu choisis et convaincus de participer au projet ?

Peter : On va repartir de « Nothing Is Sacred”. Au départ, ce devait être Vinny et Jeff Pilson qui devaient jouer. Et par accident, comme j’étais ami avec Eric Singer et il venait d’être viré de Kiss puisqu’ils faisaient la réunion, il m’a dit qu’il pouvait jouer sur l’album. Etant plus proche d’Eric que Vinny à l’époque, j’ai donc changé et pris Eric qui m’a proposé de travailler avec Bob qui était en visite chez lui…
Mais effectivement Vinny devait être le batteur sur "Nothing Is Sacred" et j’ai toujours voulu faire un album avec lui : j’adore le groove qu’il apporte avec son jeu que ce soit dans Black Sabbath ou Dio !

Butcho : C’est d’ailleurs le premier concert que j’ai vu en mai 1986 au Zénith : c’était Dio et le premier batteur que j’ai vu c’était Vinny. Et c’est incroyable de pouvoir jouer avec lui sur cet album !
Je joue également avec le bassiste d’Ozzy Osbourne, le clavier de Rainbow, de Deep Purple… je n’en revenais pas, je me demandais où j’étais !


Pourquoi ton choix s’est-il porté sur El Butcho au chant ?

Peter : Je cherchais un chanteur français parce que je me sentais seul et c’est vrai que c’est très difficile de trouver un chanteur français !
J’ai cherché très longtemps et je suis tombé sur un groupe qui s’appelle Hellectrokuters et j’ai trouvé le chanteur très bon. En fait, je ne connaissais pas Watcha parce que quand le groupe a explosé, j’étais aux Etats-Unis, pays totalement indifférent à la scène française. Ce n’est qu’après que j’ai appris que Butcho était le chanteur de Watcha ce qui m’a impressionné !

Butcho : Oui mais ce qu’on ne sait pas, c’est que dès l’époque de Watcha, je n’écoutais que du eighties : je n’écoutais pas de metal, je n’écoutais que du hard rock des années 1980 et rien d’autre !


A l’écoute de l’album, il est évident que vos influences sont les grands noms du hard rock des années 70 et 80 comme Dio, Rainbow ou Ozzy Osborne. Cependant tes solos de guitare semblent très influencés à la fois par le thrash, notamment Slayer pour certaines dissonances, et par le néo-classique à la Malmsteen (je pense notamment au titre ‘Coming For You’). De quelle école guitaristique te sens-tu le plus proche ?

Peter : Guiness (Rires) ! Les années 1970, forcément, j’ai grandi avec, donc tu retrouves l’influence… Mais c’est un mélange de tout : tu parles de thrash, tu parles d'Ingwie -j’étais un grand fan d’Ingwie… pour un album…


Comme tout le monde…

Peter : (Rires) Oui parce que quand j’ai découvert le deuxième, je me suis dit que c’était le même (Rires) !

Butcho : Je ne suis pas d’accord avec vous : Malmsteen est un génie du début à la fin ! Il est incroyable : c’est le meilleur !

Peter : J’adore le jeu d’Ingwie mais c’est répétitif ! Le truc, c’est que tu ne peux plus utiliser l’harmonique mineur sans qu’on te dise que tu sonnes comme Malmsteen... La preuve : tu parles de néo-classique sur un de nos titres. En fait, il s’est approprié quelque chose qui est devenue la gamme Ingwie Malmsteen et à ce niveau, son jeu est fabuleux !

Butcho : Je ne suis pas d’accord quand tout le monde dit qu’il fait toujours la même chose vu qu’il a atteint un niveau tellement supérieur, on ne peut pas aller plus haut et c’est la raison pour laquelle ça se répète !

Peter : Et pour conclure sur ce sujet, j’adore Ingwie et d’ailleurs quand tu vois le G3 avec Ingwie, Steve Vai et Joe Satriani, quand ils jamment tous les trois, les deux autres sont décrochés à un moment donné parce que ce ne sont plus les effets qui comptent, seul le jeu et la précision comptent !
Et Ingwie a encore une attitude dans le jeu, c’est ce que je reproche aux guitaristes actuelles : c’est très technique, c’est très beau mais il n’y a aucune attitude ! C’est pour ça que j’aime des guitaristes comme Ace Frehley ou Billy Gibbons qui ne sont pas forcément les plus techniques mais tu ressens quelque chose : ce n’est même plus de l’art, ça vient du cœur et c’est le plus important ! A ce titre, selon moi, Van Halen a tout : il a ça plus la technique !

Butcho : George Lynch également : c’est le meilleur !


Quelles sont les principales influences que tu as en tête lorsque tu composes ?

Peter : Quand je compose, je fais le vide et je n’écoute rien du tout ! Et comme je m’embête, je suis obligé de composer parce que je n’ai rien à écouter (Sourire)… Je compose les riffs de cette façon et comme je m’embête souvent (Rires)…


Nous ne jouons pas une musique d’ordinateur mais une musique organique !




La production de l’album est très brute et très old school. Pourquoi ce choix ?

Peter : Comme tu l’as souligné tout à l’heure, si nous avions une production comme tous les autres, cet album aurait été prévisible et serait peut-être passé totalement inaperçu… Quand j’enregistre, c’est sur une prise et si ça ne va pas, je refais : je ne fais pas de copier/ coller parce que j’ai horreur de ça. Et les grands albums que nous avons aimés ont été faits comme ça parce que c’est ce qui donne le flow à la musique alors que si tu fais tout avec le Protool, c’est bien beau mais tu n’as plus de vie, ça ne bouge pas comme ce genre de musique doit bouger : nous ne jouons pas une musique d’ordinateur mais une musique organique !


Vous avez joué au Hellfest cette année. Expliquez-nous cette expérience…

Butcho : Pour ma part, c’était inattendu pour un groupe qui n’avait pas encore sorti d’album : c’est incroyable !

Peter : Ca m’a coûté super cher (Rires) ! Non, je connais des gens qui ont aidé à être au Hellfest…

Butcho : Last Temptation, c’est la mafia (Rires) !


Et quel a été l’accueil du public pour un groupe qui n’avait rien sorti à ce moment ?

Butcho : Eh bien, nous sommes arrivés sur une énorme scène qui était à mes yeux un stade ! Et le public a été super réceptif, qui chante des chansons qu’il ne connaît pas ! C’est là qu’on peut mesurer le potentiel en live : voir le public chanter tes titres qui ne sont pas encore sortis… Toutes nos compos sont faites dans cette optique : le refrain est très important et on doit le retenir !
On a récemment eu un défi en Allemagne où nous jouions dans un festival où la tête d’affiche était Dream Theater. Le public était composé de connaisseurs et l’organisateur nous prévenait en disant qu’on n’aurait pas un super accueil, on avait donc décidé de ne pas faire participer le public… Dès le premier morceau, j’ai vu que le public était réceptif, je me suis retourné vers le groupe en leur disant « On les fait participer ! » et ça a pris tout suite : le public allemand de Dream Theater a chanté des titres d’un groupe inconnu !


Lors du Hellfest, la section rythmique était différente puisque vous vous êtes produits avec le batteur et le bassiste de Metal Church d’où ma question du début, est-ce que Last Temptation est un groupe ou un collectif ?

Peter : Au départ, on avait envisagé d’autres possibilités mais quand on a commencé à répéter avec Steve et Stet (NdStruck : Steve Unger et Stet Howland respectivement bassiste et batteur de Metal Church), il y a eu un déclic ! Ils se sentent super bien dans ce qu’ils font avec nous… sachant que concernant Stet, je le connais depuis 30 ans, donc je savais que ce genre de musique, c’est son truc ! Et en même temps, ce sont des chanteurs…

Butcho : Ils le niveau voix lead ! Donc évidemment quand tu as deux musiciens qui savent chanter : c’est bien, on peut s’épauler ! Et pour les harmonies, on se croirait chez Journey !


Et Vinny Appice, Bob Daisley ne regrettent-ils pas d’avoir été absents pour cette première au Hellfest ?

Butcho : Last in Line avait quelques concerts…

Peter : Et Bob ne peut pas vraiment trop voyager : il a des problèmes aux genoux qui l’empêchent de rester debout plus de 30 minutes.
Nous savions que ce n’était pas possible pour la scène mais nous voulions avoir Bob sur l’album.
Aujourd’hui, nous savons qu’avec le line-up qu’on a, on va partir aux Etats-Unis pendant 3 semaines, on y retourne au mois de janvier pendant un mois… et on sait qu’on peut tourner autant qu’on veut !


Butcho, as-tu accepté tout de suite de faire partie du projet et qu’est-ce qui t’a attiré ?

Butcho : Je vais te dire qu’au début, je n’avais pas accepté (Rires) ! J’avais un deal avec Hellectrokuters -un gros producteur s’intéressait à nous- j’ai donc refusé… Mais finalement, le deal est tombé à l’eau et Peter m’a recontacté, il a insisté et j’ai accepté !


Et as-tu participé à la composition des morceaux ?

Butcho : Je me suis chargé des lignes de chant et des paroles… Sachant que Bob Daisley corrigeait mes fautes et m’a demandé d’aborder une thématique de conspiration mondiale…
C’est bizarre de travailler avec Bob Daisley vu que c’est lui qui a 95% faisait les textes d’Ozzy et évidemment ‘Crazy Train’ que je reprends avec mon groupe de reprises avec lequel je jouais samedi dernier et en chantant ce titre, je me disais que je chantais un texte de Bob Daisley qui vient de corriger mes propres textes : c’est fou (Sourire) !


Aujourd’hui, considères-tu Last Temptation comme ton groupe principal ?

Butcho : Oui !


Amusant quand on sait désormais que tu avais initialement refusé de jouer dedans…

Butcho : Oui ! Mais je me suis pris une claque d’un point de vue professionnel quand on a travaillé ensemble juste avant de partir en concert : les répétitions n’avaient rien à voir, c’est très pro, c’est à l’américaine !
Du coup, quand on a fait notre premier concert, tout le monde pensait qu’on tournait ensemble depuis des années alors que ça faisait à peine une semaine que nous étions ensemble !


Quelles sont vos attentes pour cet album ?

Butcho : On a tout donné, on a fait notre part de travail, ce n’est plus de notre ressort : nous sommes désormais là pour partager avec un maximum de personnes…

Peter : Après, ce sont les gens qui décident !


Et concernant les concerts ?

Butcho : Nous avons nos dates aux USA - une vingtaine de dates et d’autres au mois de janvier…

Peter : … et l’Europe avec les festivals et une tournée au printemps…


Ça fait plaisir notamment pour toi Butcho qu’on a vu plusieurs fois auparavant et pour toi…

Butcho : … c’était galère de trouver des dates ! Je dois avouer si tu n’as pas de noms derrière ou si tu n’es pas aussi brillant que Peter d’un point de vue business : c’est galère ! Peter est un génie, c’est le Doc McGhee (NdStruck : manager de musique américain qui a notamment travaillé avec Kiss, Bon Jovi et Mötley Crüe..) des temps modernes…

Peter : Non, non, non (Rires) !


La musique est devenue très secondaire !




Malgré tout, un tel constat n’est-il pas frustrant à savoir que peu importe le talent, il faut avoir un réseau…

Butcho : Je vais te donner un exemple, aujourd’hui dans les émissions de télé-crochet, tu ne fais plus attention aux talents de chanteur mais aux histoires que le chanteur a traversées : aujourd’hui, la musique est devenue très secondaire !
Et dans notre cas, c’est exactement pareil ! Ce sont les noms qui priment : nous jouons avec des musiciens de légende ! Moi-même, je serais allé les voir et acheter l’album !
Les gens sont sensibles à ça, le côté musical est secondaire !


Et quand vous voit-on en France ?

Peter : Hum… je ne peux pas encore le dire !

Butcho : Mais si ça se confirme, ça risque d’être un truc bien !


Ce serait pour 2020 ?

Peter : Oui mais avant, on voudrait faire une tournée européenne. Donc actuellement, l’agent est en train de voir avec quel autre groupe on peut tourner parce qu’on ne veut pas se lancer seul : ce serait casse-gueule !
Et à partir de mai, les festivals, des concerts dans des stades vont commencer : il va y avoir des choses intéressantes (Sourire) !

Butcho : Il faut savoir que Peter a des goûts de luxe !

Peter : Oui, je n’aime pas les petites salles (Rires) !

Butcho : Je suis le côté underground, lui c’est le luxe ! Je suis côté punk à chien pouilleux et lui, c’est le côté chic (Rires) !


Peter, nous avons commencé par la question qu’on t’a trop posé, quelle est celle à laquelle tu aurais aimé répondre ou que nous n’aurions pas posée ?

Peter : Ah mince, il faut que je réfléchisse en plus (Rires) !
La question que tu ne m’aurais pas posée ? Non, je ne vois pas ou si, "Où va-t-on après ça ?"…


On a des éléments de réponses avec ces tournées et que vous avez commencé à travailler sur le prochain album…

Butcho : C’est ça !

Peter : Effectivement, on a commencé à bosser le deuxième album, on a déjà deux titres…




Et l’objectif serait de se revoir quand pour évoquer ce deuxième album ?

Peter : Très vite ! En fait, on ne veut pas laisser une minute de repos !

Butcho : Regarde, il a composé deux morceaux en une journée, mes voix en une demi-journée, c’est terminé…

Peter : On revient au côté brut des années 1970 où les groupes sortaient des albums tous les 6 mois…
Tout le monde gueule sur le digital mais on revient ni plus ni moins à ce qui se faisait dans les années 1970. Tous les groupes avec lesquels j’ai grandi, il n’y avait pas la radio, pas de télé… Personne ne voulait de Kiss en télé ou en radio ! Donc ils tournaient et sortaient des albums… Je veux dire que nous ne sommes pas si éloignés de cette situation !

Butcho : Autre question, y-a-t-il de nouveaux groupes qui jouent la même chose que nous avec l’esprit Black Sabbath, Ozzy, Dio… Je ne sais pas ?

Peter : Il y a beaucoup de vieux qui prennent leur retraite c’est-à-dire qu’ils font leur tournée d’adieu sur 4 ans : ils essayent d’emmagasiner le maximum d’argent… Ces mecs ont 70 ans : c’est sûr que dans 10 ans, on les reverra plus ! C’est le cas d’AC/DC qui sort un nouvel album mais Brian a quand même 72 ans…

Butcho : … A mon avis, ça va être leur dernière tournée ! Mais nous sommes là pour prendre la relève : je suis prêt à faire des concerts tous les jours !


Ce que je vous souhaite… Merci

Butcho : Merci

Peter : Non, merci à vous !


Merci à Newf pour sa contribution...


Plus d'informations sur https://www.facebook.com/lasttemptationrock/
Main Image
Item 1 of 0
 
  • 17854
  • 17855
  • 17856
  • 17857
  • 17858
  • 17859
  • 17860
  • 17861
  • 17862
  • 17863
  • 17864
  • 17865
  • 17866
EN RELATION AVEC LAST TEMPTATION
DERNIERE ACTUALITE
LA DERNIERE TEMPTATION DE... LAST TEMPTATION SUR MUSIC WAVES !
INTERVIEW

Lire l'actualité
Voir toutes les actualités concernant LAST TEMPTATION
 
DERNIER ARTICLE
Nouveau venu sur la scène hard rock, voici Last Temptation... le groupe qui monte bâti autour de Peter Sheithauer et Butcho que nous avons rencontré...

Lire l'article
Voir tous les articles concernant LAST TEMPTATION
 
DERNIERE CHRONIQUE
Last Temptation (2019)
Très influencé par le hard & heavy des années 70 et 80, Last Temptation est un nouveau projet qui comblera les fans d’Ozzy Osbourne et de DIO.

Lire la chronique
Voir toutes les chroniques concernant LAST TEMPTATION

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
Quelques uns de nos partenaires :
Roadrunner Records, Mascot Label Group, Spv Steamhammer, Afm Records, Sony Bmg, Peaceville, Warner, Unicorn Digital, Frontiers Records, Karisma Records, Insideout Music, Kscope, Ear Music, Progressive Promotion Records

© Music Waves | 2003 - 2019