MW / Accueil / Articles
A PROPOS DE:

AIRBOURNE + SUPERSUCKERS - LA CIGALE - 19 OCTOBRE 2019


TYPE:
LIVE REPORT
GENRE:
HARD ROCK

Nuit de folie !
ROCK'N'RAW - 11.11.2019 - 55 photo(s) - (0) commentaire(s)

Pour la sortie de son nouvel album, Boneshaker, Airbourne est de nouveau sur la route pour promouvoir son dernier opus mais aussi pour faire résonner leurs précédents hits qui, pour certains, sont déjà devenus des classiques du rock, tout autour de la planète. Ce nouveau Tour passe à Paris avec deux dates (19 et 20/10) sold out à La Cigale. Les billets se sont vendus en quelques heures, ce qui en dit long sur la popularité du groupe australien dans l’Hexagone.

En ce samedi 19 octobre, bien avant l’ouverture des portes de la salle, une longue file d’attente s’est formée sur le Boulevard Rochechouart. Un public de tout âge et tout style s’y presse.



Airbourne ratisse large entre les plus anciens, aficionados d’AC/DC, et la jeune génération attirée par la simplicité, l’efficacité et l’énergie que dégage le groupe venu du pays des kangourous.


SUPERSUCKERS

Supersuckers, groupe de Seattle, ouvre la soirée.



Ce trio dégingandé nous plonge immédiatement dans le vif du sujet et le fil conducteur de la soirée : le rock pur et dur.



Ici pas de chichi, pas de fioriture, Supersuckers n’est pas venu pour amuser la galerie. Il faut dire ce ne sont pas des perdreaux de l’année car le groupe s’est formé en 1988 quand même.
Le set de 45 minutes se passe dans une bonne ambiance, même si certaines compositions manquent parfois de consistance.



Le public ne leur en tient pas rigueur et leur renvoie de larges ovations morceau après morceau. Supersuckers joue à merveille son rôle de chauffeur de salle pour un public qui de toute façon est venu pour en découdre et prendre sa dose de Rock’n Roll.

AIRBOURNE


Les quelques 20 minutes « d’entracte » ne sont pas de trop pour recharger les batteries car ce qui nous attend est dantesque.
Dès les premiers riffs de guitare joués par Joel O’Keeffe (guitariste- Chanteur), à l’arrivée d’Airbourne sur scène, on passe dans une autre dimension, voire au délire collectif.





Vu du balcon de La Cigale, on assiste à des mouvements de foule accompagné de jets de bière pratiquement ininterrompus. Aucune violence, juste une liesse qui se propage même au balcon où tout le monde se retrouve debout.
La set-list a-t-elle un intérêt ? Initialement 12 morceaux étaient prévus mais dans l’euphorie un Stand Up For Rock’n Roll vient s’y greffer en fin de set avant d’enchainer rapidement sur le rappel.





Pressé d’en finir ? Pas vraiment puisque les 1 heure 20 minutes habituelles de tous les concerts d’Airbourne y sont. En fait quelques problèmes techniques concernant la guitare de Joel O’Keeffe vont émailler la prestation, le summum venant lorsque celui-ci rentrant dans la fosse sur le dos d’un de ses roadies, va se retrouver à terre suite à un énième mouvement de foule, endommageant sa mythique Gibson Explorer blanche qu’il ne pourra plus utiliser le restant de la soirée !



Il se rabattra donc sur une autre Explorer et une SG blanche pour finir ce concert et son passage par le balcon une fois encore entouré par le public en transe.



Avec cette débauche d’énergie, dégagée à la fois par le groupe et le public, il fait une chaleur torride à La Cigale.
On se croirait en période de canicule.
Quand Runnin’ Wild retentit, pour clôturer cette soirée, on voudrait bien que cela continue tout au long de la nuit mais tout le monde sait, qu’avec Airbourne, c’est intense mais toujours trop court.



Cette frustration est peut être là aussi pour nous inciter à revenir et prendre notre shoot de rock’n roll dès un prochain passage des Australiens par ici. En tout cas, si Joel O’Keeffe et sa bande passe par chez vous, ne les manquez sous aucun prétexte … vous pourriez le regretter !     

 

Christophe MENG - Rock'N'Raw - Reproduction interdite © Tous droits réservés.

Les photos en HD sont également visibles  sur Facebook



Plus d'informations sur http://www.airbournerock.com/
 
(0) COMMENTAIRE(S)
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'article, ajouter quelques anecdotes, quelques connaissances ou tout simplement raconter votre vie...
 
Aucun commentaire. Soyez le premier à donner votre avis sur ce article
Haut de page
 
Main Image
Item 1 of 0
 
  • 18284
  • 18285
  • 18286
  • 18287
  • 18288
  • 18289
  • 18290
  • 18291
  • 18292
  • 18293
  • 18294
  • 18295
  • 18296
  • 18297
  • 18298
  • 18299
  • 18300
  • 18301
  • 18302
  • 18303
  • 18304
  • 18305
  • 18306
  • 18307
  • 18308
  • 18309
  • 18310
  • 18311
  • 18312
  • 18313
  • 18314
  • 18315
  • 18316
  • 18317
  • 18318
  • 18319
  • 18320
  • 18321
  • 18322
  • 18323
  • 18324
  • 18348
  • 18349
  • 18350
  • 18351
  • 18352
  • 18353
  • 18354
  • 18355
  • 18356
  • 18357
  • 18358
  • 18359
  • 18360
  • 18361
Haut de page
EN RELATION AVEC AIRBOURNE
DERNIERE CHRONIQUE
Boneshaker (2019)
S’il va encore diviser les amateurs du genre, cet album n’en est pas moins une superbe dose d’un hard rock authentique et à l’efficacité imparable. Toutes les chroniques sur AIRBOURNE
DERNIERE ACTUALITE
AIRBOURNE : Nouvelle vidéo
VIDEO
Toutes les actualités sur AIRBOURNE
AUTRES ARTICLES
ARTICLE PRECEDENT
THE TOY DOLLS (07 OCTOBRE 2019)
Music Waves a rencontré Olga, le chanteur à lunettes de Toy Dolls. Fêtant ces 40 années d'existence, The Toy Dolls nous régale avec son petit programme musical sobrement intitulé "Episode XIII"
 
ARTICLE SUIVANT
SAPIENS (09 NOVEMBRE 2019)
Music Waves a rencontré un drôle d'Homo Sapiens à deux têtes. Nico et T-bow Fassler ont accepté de dévoiler les mystères de leur projet assez peu commun : dix voix émanant du rock et du metal viennent rythmer une partition acoustique mélancolique.

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020