MW / Accueil / Articles / EXUNE (29 NOVEMBRE 2019)

EXUNE (29 NOVEMBRE 2019)


TYPE:
INTERVIEW
GENRE:
ROCK
eXune saute le pas sur Music Waves !
NEWF - 19.12.2019

Pour la sortie de leur premier EP, nous avons rencontré le groupe eXune qui compte bien prouver qu'on peut encore faire du rock de qualité en français !



On peut lire sur votre page Facebook que vous vous êtes formés en 2015 mais votre premier EP ne sort que 4 ans plus tard. Vouliez-vous apprendre un peu plus de la scène avant de vous enfermer dans un studio ?

Johan (chant) : Pour ne rien te cacher le groupe existe depuis plus longtemps encore.

Fabien (basse) : En 2015, on a accueilli Nico à la guitare. Après plusieurs années sans faire de scène, faut dire que ça nous démangeait...

Johan : Nous voulions effectivement nous stabiliser autour d’un line-up fixe et attaquer de nouveau la scène. En ce sens nous avons fait une dizaine de dates entre 2017 et 2018.

Fabien : Nous avons alors pris le temps de sélectionner et arranger nos morceaux pour mieux définir notre univers sonore.

Mikael (batterie) : Et après de nouveau quelques changements de line-up, nous nous sommes lancés dans l’enregistrement de ce premier EP.


Les influences musicales sont larges dans Exune

Est-ce le fait que vous ayez dû trouver également vos marques et que vous veniez éventuellement de milieux musicaux différents ?


Fabien : Oui les influences musicales sont larges dans Exune et il a fallu du temps pour laisser à chacun le temps de s’installer dans un univers qui se construisait également au fur et à mesure.

Johan : Fabien, Mikaël et moi jouions ensemble depuis 10 ans. Mais il est vrai que l’arrivée de Nico mais aussi d’un cinquième membre à l’époque nous a demandé un temps d’adaptation…

Mikael : Leur apport nous a aussi permis de terminer certaines chansons déjà entamées, et d’en composer de nouvelles. C’est le cas par exemple de 'Saute le Pas' qui était une compo inachevée et que l’arrivée de Nico a permis de terminer.

Exune se compose de 4 membres dans une configuration classique : 1 batteur, 1 bassiste, 1 guitariste et un chanteur. Configuration de base mais aucunement minimaliste. Est-ce que ce choix a été dicté parce que vous n´auriez pas trouvé de claviériste ? Comptez-vous en embaucher un jour ?

Johan : la musique du groupe est en fait pensée et composée à 2 guitares.

Mikael : Il y aura d’ailleurs un guitariste en concert afin de retranscrire au mieux notre musique. Pour le clavier, cela a souvent été envisagé, mais plus pour placer des ambiances, des nappes ou des samples.

Johan : un peu à la manière de ce que peut faire un Franck DELGADO dans Deftones.

Cet Ep porte le nom du groupe. Vouliez-vous tracer ainsi un point d´origine, comme une préhistoire ?

Mikael : Il y a en effet une volonté de poser la première pierre “sérieuse” du projet, et cet EP en est la matérialisation, après toutes ces années. C’est aussi une manière plus simple d’identifier le projet comme une seule entité et “d’imposer” notre nom.

Il y a en effet une volonté de poser la première pierre “sérieuse” du projet, et cet EP en est la matérialisation.



L´album débute et l´auditeur est soufflé avec un drame qui se déroule à Fréhel, en Côte d´Armor. Pourquoi avoir choisi ce lieu comme décor de votre tempête ?


Johan : Mika et moi avons une grande partie de notre famille originaire des Côtes d’Armor. La chanson 'Fréhel' est un témoignage sur la transmission d’un lieu, d’un moment,… Lorsque notre grand-père nous emmenait voir le lever de soleil sur les falaises du Cap Fréhel. Finalement le caractère dramatique nait de la nostalgie de cet instant. C’est un peu le sentiment principal de Fréhel, la nostalgie. De l’enfance. Des moments privilégiés passés avec des proches.

Mikael : Cette chanson a aussi été un peu comme la renaissance du groupe avec l’intégration de Fabien à l’époque, et elle tient une place particulière pour nous. De plus nous avions déjà l’idée de tourner un clip, et choisir 'Fréhel' était également une belle façon de rendre hommage à ce lieu magnifique.

Pouvez-vous nous parler de la conception du clip sur ces merveilleuses falaises ?

Mikael : Nous avions décidé assez logiquement, de par le thème de 'Fréhel', de tourner ce clip en milieu naturel…

Johan : la question s’est posée de « scénariser » le clip autour de ce thème de la transmission. Mais finalement nous n’avons gardé que l’idée de mettre en image le lieu que l’on raconte dans la chanson.

Mikael : Nous voulions pouvoir tourner les images à l'aube et au crépuscule pour bénéficier d'un bel éclairage naturel. Sans parler logistique, c’était une super expérience.

Johan : puis jouer face au soleil levant, être en immersion totale avec le lieu…c’est un peu un gros kiff que l’on s’est fait.


L’une des dimensions premières de la musique c’est la catharsis qu’elle permet.

Avec les guitares tranchantes et la section rythmique en feu, nous avons l´impression d´entendre le bruit des vagues frappant les rochers, était-ce une façon d'extérioriser un courroux intérieur ?


Fabien :  Ah! c’est super que tu dises ça car c’est justement ce que nous voulions faire ressortir.

Johan : pour le bruit des vagues tu y es complètement. La rythmique est très importante dans cette sensation de « frappe ».

Mikael : C'est une chanson qui traite de l'enfance et de la nostalgie de cette époque, matérialisée en plus par un lieu qui nous est cher. Il n'est pas tant question de colère, mais de cette nostalgie en souvenir d'une époque heureuse, de souvenirs privilégiés et de personnes à qui nous rendons hommage en quelques sortes.

Johan : Au-delà de la dimension plus introspective, je pense que cette chanson est simplement une peinture, une photo de ce qu’est ce lieu. Sauvage, beau, puissant. Et si notre musique transmet cela alors c’est quelque part que ce morceau est réussi. Le chant est possédé, on passe de la caresse à la rage et aussi par le désespoir. Mais cette rage n´est jamais une simple extériorisation, elle permettrait de se dépasser pour retrouver sa propre purification ?

Johan : Cette chanson est un peu pour moi une façon de figer l’instant. La peur d’oublier ces moments de bonheur simple, ou de ne plus jamais avoir l’occasion d’en vivre de nouveaux comme ceux-là… Je pense que le fait de chanter avec cette intensité, cette urgence, et paradoxalement d’en passer par des passages calmes et ces chœurs met aussi en perspective l’apaisement que me procure ces moments seul face à la nature, sa beauté et sa puissance.

Fabien : L’une des dimensions premières de la musique c’est la catharsis qu’elle permet…

L´ambiance est sombre mais jamais plombante. Est-ce dans cet état d’esprit que vous avez composé la chanson ?

Mikael : De par cette nostalgie, il y a forcément une part un peu sombre qui ressort. Tant dans la musique que dans les paroles. Mais je crois que c'est un sentiment qui peut se rapporter à tout un chacun, qui concerne beaucoup de gens. Au travers d'une certaine naïveté, le texte fait écho à un sentiment parfois compliqué à extérioriser, mais qui touche tout le monde, même si parfois nous n'aimons pas trop nous souvenir que l'on a été des enfants.

Johan : C’est cette nostalgie qui caractérise l’univers d’Exune. Or bien que cette nostalgie renvoie en premier lieu à un sentiment de tristesse, elle est surtout à titre personnel une manière de porter un regard sur des étapes, des marqueurs de vie, heureux et privilégiés. Donc exprimer cette tristesse n’est qu’un moyen d’en trouver une issue dans un profond sentiment de bien-être. C’est un peu la sensation que l’on peut avoir en pleurant de joie.

Fabien : Nous sommes imprégnés dans le groupe par la beauté de cette nostalgie quand elle se matérialise en musique.

Mikael : Et cela transparaît également dans la musique, qui derrière une certaine dureté des riffs, une certaine agressivité, garde un côté très lumineux, très positif.




J’aime les moments simples, la beauté d’un paysage, ses odeurs, ses bruits,…


Le thème est très romantique, on pense aux peintures de Caspar Friedrich, à Chateaubriant ou à Victor Hugo (Et dans la tempête et le bruit - La clarté reparaît, Ruy Blas). D´où vous est venue l´inspiration ?


Mikael : Il est vrai que le romantisme, assez inconsciemment, se rapproche des thèmes que nous développons, aussi bien dans la musique que dans les textes.

Johan : J’aimerais dire que j’ai dévoré des poèmes et que l’art en général m‘inspire mais ce n’est pas le cas. J’aime seulement les moments simples, la beauté d’un paysage, ses odeurs, ses bruits,… Mener une introspection et se laisser guider par ce que l’on ressent, se nourrir de ses émotions,…

Votre musique est une recherche d´équilibre entre faute et pardon, entre fureur et calme, les morceaux démarrent en quatrième vitesse ou plus doucement ('Saute Le Pas') mais on sent un attrait pour le chaos, est-ce vrai ? Faut-il s´enfermer au plus profond de la nuit pour pouvoir cueillir la lumière du jour ?

Johan : nous ne composons pas forcément en respectant le schéma couplet/refrain/ couplet/refrain/pont/refrain. Donc déjà de par la structure même des morceaux le côté chaotique existe…

Mikael : c’est vrai que d'un point de vue purement musical, et de par nos influences, nous voulions éviter le piège de la redite, d'autant plus sur quatre titres. Le choix s'est donc porté sur quatre chansons vraiment différentes, tout en gardant une certaine unité dans les accordages par exemple. Mais il était vraiment important de varier les tempos, les structures, les ambiances, et même au sein d'une même composition, comme 'A l’Équilibre' par exemple. Cela permet effectivement par contraste de mieux faire ressortir certains sentiments, certaines couleurs.

Fabien : Je suis assez sensible à cette idée. Je suis personnellement admiratif des personnes qui, traversant des moments difficiles, arrivent tout de même à percevoir un éclat de lumière et à s’y accrocher pour avancer. Je ne crois pas que s’enfermer au plus profond de cette « nuit » soit un choix … mais c’est à ce moment que « cueillir la lumière » devient une nécessité. Et je pense que ce processus peut être aidé par la musique…

La musique comme toute forme d’art est un vecteur d’émotions.

Vous êtes capables de surprendre comme le solo lumineux de guitare sur ´Saute le pas´ qui nous invite à nous relever et à poursuivre notre chemin, ´´la barrière est tombée´´. Croyez-vous à une thérapie par la musique ?

Fabien : La musique comme toute forme d’art est un vecteur d’émotions. Et ce sont ces émotions,  portées par la musique et les paroles, qui offrent à l’auditeur l’opportunité de trouver à ses propres maux une éventuelle réponse.

Mikael : Je ne sais pas si on peut parler de thérapie par la musique, mais il est certain qu'elle a un impact sur la vie des gens, qu'elle peut aider à aller de l'avant.

Comment Johan s´entraine-t-il pour interpréter les textes, les vit-il ou se met-il à distance ?

Johan : J’écris tous les textes. De par ce besoin, comme tu le dis, de les vivre et d’arriver à les transmettre avec la bonne intention dans mon chant. Maintenant le débat existe au sein du groupe sur le fait d’ouvrir l’écriture à d’autres membres mais je mets un point d’honneur à chanter mes propres textes.

Le côté revendicateur est quelque chose qui ne nous intéresse simplement pas.

Que ce soit tant au niveau du chant que le reste, on sent une vraie influence Pleymo : est-ce le cas ?

Johan : On nous a fait ce retour « en fait vous faites du rock US mais traduit en français ». Même si la tournure est un peu exagérée, c’est bien que le français peut sonner avec une musique d’influence US. En ce sens la filiation avec Pleymo apparait comme une évidence. Pour leur période "Rock" et "Alphabet Prison" surtout.

Mikael : Certains ont aussi fait le rapprochement avec AqME ou encore Kyo. Nous en avons discuté pas mal avec notre producteur, et je pense que l'une des raisons pour lesquelles on nous compare spontanément à ces groupes est bien sûr le chant en Français. Mais je pense aussi que lorsqu’on nous écoute on peut percevoir d’autres influences comme Finch, Deftones ou encore Oceansize,… On nous a pas mal « reproché » de nous présenter comme un groupe de « rock français ». Pour certaines personnes, cette appellation ne doit s'appliquer qu'aux groupes mêlant chanson française et musique rock, comme Noir Désir par exemple. Des groupes qui véhiculent des messages, qu’ils soient sociologiques ou politiques. Nous faisons surtout de la musique pour elle-même, le jeu des sonorités, des rythmiques et des mélodies. Le côté revendicateur est quelque chose qui ne nous intéresse simplement pas.

John Lennon disait que le rock en français c´était comme le vin anglais, pensez-vous avoir fait mentir l´ex Beatles ?

Fabien : Il avait probablement trop bu de vin Anglais …

Johan : On ne va pas se prendre pour d’autres et commencer à donner des leçons de ce genre. Mais c’est vrai que rien ne nous énerve plus que d’entendre « le français n’est pas adapté au rock ». C’est une question de musicalité.

Mikael : On reproche souvent aux groupes de rock français de chanter en anglais, mais on est aussi très exigeants sur la qualité et le sens des textes lorsque ceux-ci sont en français. On hérite probablement ça de notre culture de chansons à texte, mais dans notre cas, l'idée était clairement de faire honneur à notre langue et de prendre le risque de la faire sonner sur du rock typé US.

Rien ne nous énerve plus que d’entendre « le français n’est pas adapté au rock ».

Cet EP est-il la première partie d´un album à venir ?

Johan : Pour le moment nous nous concentrons plutôt sur le live, pouvoir proposer notre musique à un public plus large, voir si les gens adhèrent,… Et si on sent une attente à ce niveau alors pourquoi pas…

Mikael : Des dates vont être annoncées prochainement et nous sommes actuellement en train de bosser pour retranscrire au mieux notre musique sur scène. En parallèle, nous continuons à composer (certaines chansons seront d'ailleurs jouées lors de nos futurs concerts) et le but à moyen terme sera au minimum d'enchaîner sur un deuxième EP, voir pourquoi pas sur un format plus long.



Qu’attendez-vous de cet Ep ?


Fabien : On espère d’abord de bons retours!!

Mikael : Il va tout simplement décider de la suite de l'aventure Exune. Nous nous sommes beaucoup investis dans sa conception, que ce soit pour la musique, la communication, le visuel, etc, dans le but de gagner en visibilité et de pouvoir faire partager notre musique au plus grand nombre. Nous croyons vraiment dans ces morceaux et espérons qu'ils vont trouver leur public.  Et cela passera aussi nécessairement par la scène, qui est la prochaine étape. Il y a de gros lobbys musicaux en France, et d'aller titiller les « musiques urbaines » et l'électro-pop à grands coups de riffs et de quelques gueulantes ne serait vraiment pas pour nous déplaire.

Johan : Et si par le plus grand des hasards un label/booker est prêt à nous aider dans cette démarche, surtout qu’il n’hésite pas !

On vous laisse le dernier mot pour nos lecteurs ?

Mikael : Déjà merci à toi et à Musicwaves de nous permettre cette visibilité.

Fabien : On vous invite à nous suivre sur les réseaux et à nous soutenir. Et on espère vous retrouver au plus vite sur un live pour vous faire découvrir notre univers.

Johan : Nous c’est Exune et si vous cherchez du rock avec un chant en français et un univers empli de nostalgie, alors tendez une oreille sur notre EP !



Plus d'informations sur https://www.facebook.com/exuneband/
Main Image
Item 1 of 0
 
  • 18693
  • 18694
  • 18695
EN RELATION AVEC EXUNE
DERNIER ARTICLE
eXune saute le pas sur Music Waves !

Lire l'article
Voir tous les articles concernant EXUNE
 
DERNIERE CHRONIQUE
Exune (2019)
Une morsure rock portée par un chant hanté en français dans le texte !

Lire la chronique
Voir toutes les chroniques concernant EXUNE

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
Quelques uns de nos partenaires :
Roadrunner Records, Mascot Label Group, Spv Steamhammer, Afm Records, Sony Bmg, Peaceville, Warner, Unicorn Digital, Frontiers Records, Karisma Records, Insideout Music, Kscope, Ear Music, Progressive Promotion Records

© Music Waves | 2003 - 2020