MW / Accueil / Articles / Gwar + Voivoid + Childrain - Courtrai De Kreun - 27 Novembre 2019

Gwar + Voivoid + Childrain - Courtrai De Kreun - 27 Novembre 2019


TYPE:
LIVE REPORT
GENRE:
THRASH
Music Waves est à Courtrai pour assister à une étape de la tournée effectuée par Voivod et Gwar.
NOISE - 18.12.2019
En cette fin d’année bien chargée en concerts, Music Waves est en Belgique pour assister à une date organisée par l’organisation Alcatraz à Courtrai dans la salle De Kreun. Nos amis belges ont la bonne idée d’accueillir une étape de la tournée donnée par Gwar et Voivod, un moment à ne pas rater pour les amateurs des deux formations car celles-ci ne sont pas fréquentes dans nos contrées.

Avant le début des hostilités on retrouve en invité spécial les Espagnols de Childrain. Formés en 2007 au cœur du pays basque ils pratiquent un death mélodique inspiré de Soilwork et In Flames. Ils se sont forgé une jolie réputation avec des solides prestations scéniques. Le groupe n’a que 30 minutes pour convaincre et ne va pas perdre de temps, même si la salle est encore peu remplie. Le concert débute par ‘Wake The Ghost’ et ce titre typique du style avec le chant hurlé et un riff accrocheur est efficace pour débuter. Cette belle impression se confirme avec ‘Saviors Of The Earth’. Avec une pincée de chant clair et une belle puissance de frappe, le groupe prouve qu’il maîtrise les codes du genre. Le public est un peu plus en nombre et apprécie la prestation. ‘The Valley Of Hope’ confirme, on aime y retrouver le côté puissant et rapide digne des années 90. La deuxième partie va être toute aussi appréciable. ‘Matheria Act.1’ et ‘Interstellar’ sont deux autres bombes de death mélodique avec un chant growl efficace et des riffs accrocheurs. ‘Awakening’ achève en beauté le concert avec tous les bons ingrédients, et au micro Ini se démène bien et parvient à remuer le public. Childrain a proposé une solide et dynamique prestation. Il a montré de la fraicheur et de l’enthousiasme avec une belle envie de bien faire malgré une affluence assez faible. Il a cette capacité à balancer un bon son puissant et mélodique et s’est montré digne des grands anciens.

La salle est heureusement plus remplie pour accueillir le premier des deux grands noms de la soirée, Voivod. Apprécier la légende du techno thrash dans un cadre intimiste est une chance énorme. Depuis plus de 30 ans les Canadiens sont solides au poste malgré les épreuves et les modes. Les fans sont au rendez-vous pour savourer un groupe qui a toujours une aura si forte, un côté hypnotisant et une force technique hors du commun. Leur univers n’est pas évident à pénétrer mais le jeu en vaut la chandelle. Bien sûr on aimerait avoir plus de monde, mais les absents vont avoir tort tant le groupe va frapper fort. D’entrée l’intro futuriste à la "Blade Runner" pose l’ambiance de ce qui nous attend, puis le groupe lance les hostilités avec un extrait de son EP de 2016, "Post Society". Le titre est une claque porté par le chant robotique et glacial d’un Snake charismatique. A ses côtés chacun admire le travail de musiciens hors normes. Chewy balance des riffs à faire pâlir d’envie bien des guitaristes tandis que la section composé d’Away et Rocky fascine par sa puissance et sa complémentarité. Il y a enfin le côté glacé et mélancolique fascinant et un solo gigantesque. Après ce début ébouriffant, Snake souhaite la bienvenue dans le monde de Voivod et enchaine avec un premier classique, ‘Psychic Vacuum’, extrait du référentiel "Dimension Hatröss". Le titre est un monstre de technique qui entraine dans tous les sens, loin de tout pour un voyage au cœur de l’âme.



Le public apprécie la leçon et cela ne fait que débuter. Extrait de l’excellent nouvel album ‘Obsolete Beings’ va être un tourbillon émotionnel intense. Il prouve que Voivod en a encore sous la pédale. Il est incroyable de puissance et fait parler la technique avec un côté fou réjouissant. Ce côté hors normes semble sorti d’une autre galaxie de même qu’un solo extraterrestre, un break incroyable et un final ébouriffant. ‘Overraction’ issu de "Killing Technology" ne permet pas de souffler. Entre son début à la basse, une nouvelle démonstration technique il demeure un classique plus de 30 ans après sa création. Ensuite la nouveauté qu’est ‘Orb Confuision’ est toute aussi prenante avec un petit côté wave et un chant vicieux délectable. On retrouve le même côté wave avec ‘Fix My Heart’ extrait du formidable "The Outer Limits", avec le côté techno thrash hypnotique dans ce titre qui fait voyager loin. Le concert approche de son final et il va être tout aussi délicieux. ‘The End Of Dormancy’ est une autre nouveauté et après une intro digne d’un film d’anticipation il déboite sévèrement. D’une puissance folle il se fait aussi très aventureux avec un passage calme qui glace le sang. "Nothingface" fête ses 30 ans comme le rappelle Snake, et retrouver ‘The Unknown Knows’ est un plaisir, le titre porté par un refrain énorme étant une autre claque. Après un salut au festival Alcatraz auquel le groupe a participé cette année on retrouve ‘Fall’ extrait du dernier EP. Le titre en jette tout autant et fascine une foule attentive. Enfin c’est ‘Voivod’ extrait du premier album qui finit la prestation avec un côté robotique très fort et ce sentiment avant-gardiste qui caractérise le thrash du groupe. Voivod a proposé une prestation énorme de force et d’intelligence proposée par des musiciens accessibles et sympathiques. Il confirme son côté à part et a su charmer son public.

Le temps de revenir sur terre, chacun se prépare pour la tempête que concocte Gwar. Les fans sont au rendez-vous collés aux barrières en tee-shirt blanc, et dans la salle on peut constater que la console a été bâchée, signe que le groupe va se déchainer. Gwar c’est une autre légende, plus de 30 ans de carrière pour un spectacle totalement barré dans un univers à part digne des meilleurs comics. Le groupe a aussi connu une histoire mouvementée avec pas mal de changements de personnel et des drames avec des disparitions ces dernières années. Mais cela n’a pas entamé la détermination de nos monstres préférés, et l’histoire continue de plus belle avec toujours ce goût du grotesque, de l’obscénité avec un message politique fort. Le décor est splendide, tout à fait dans cet état d’esprit comics et chacun attend l’arrivée du pire ennemi de l’Amérique puritaine.  Toute la salle est sur le pied de guerre quand l’intro retentit. Très cinématographique avec une voix off en présentation, elle est parfaite pour annoncer le show. Puis le groupe débarque avec ‘The Salaminizer’, et chacun peut apprécier les costumes, notamment celui du chanteur Blothar en monstre couvert d’un string. Le titre lance bien le concert avec un ton heavy thrash mélodique et accrocheur. Le spectacle commence avec ‘Krak Down’, un nain en tenue de policier débarque et provoque le chanteur. Pendant le titre dans le même esprit musical, le nain est vaincu et finit empalé de belle manière. Ce côté théâtral ravit les fans et on apprécie aussi la bonne voix éraillée de Blothar et un bon solo.

Gwar a démarré fort et il va enfoncer le clou avec ‘I’ll Be Your Monster’ puis ‘Bring Back The Bomb’.  Blothar hurle un "Are you ready for blood ?" fédérateur. Et les deux titres font leur effet. Le premier est porté par un excellent refrain et un ton heavy sympathique. Le deuxième est tout aussi rythmé avec un côté thrash qui démonte. Le gros du spectacle va commencer avec ‘Black And Huge’. L es photographes sont partis et heureusement pour eux et leur matériel. Une jeune fille difforme et enceinte s’avance sur scène, une scène horrifique a lieu pendant la musique. Et sur le final du titre porté par la voix grave de Blothar, un bébé monstre sort du ventre de la jeune fille et le sang gicle de tous les côtés, arrosant le public jusqu’au milieu de la salle. Les fans sont aux anges et savourent chaque instant à fond. Pour ‘I, Bonesnapper’ un autre monstre prend le micro pour un titre dans un pur esprit thrash 80’s old school avec toujours un côté théatral très prenant. Pour ‘Maggots’, Blothar est de retour avec un petit dialogue rigolo au programme. Le titre est tout aussi puissant avec un gros rythme. Gwar est un groupe visuel mais la musique n’est pas mise de côté, même si la technique est secondaire les musiciens font le travail avec sérieux. Le titre suivant, ‘Have You Seen Me ?’, va être l’occasion d’une nouvelle scène mémorable. Cet ancien morceau tiré des débuts voit arriver deux marionnettes, l’air dansant rappelle Broadway puis le ton se fait bien plus thrash. Les siamois sont séparés tandis que le ton musical alterne entre violence et mélodie. Ce jeu macabre finit dans le sang et une fois de plus les premiers rangs sont copieusement arrosés, transformant le sol en pataugeoire.



Blothar s’adresse au public tout en l’arrosant et certains prennent plaisir à se faire copieusement doucher. Ce moment très fun finit un titre bien cintré qui restera comme un grand moment. Gwar tient son public et ne va plus le lâcher, on sent une atmosphère un peu folle dans la salle, loin des tracas du quotidien et tout cela est jouissif. ‘Metal Metal Land’ enchaine dans un ton crossover thrash dynamique avec un côté direct faisant du titre un bel hymne en puissance. L’ambiance va grimper quand sur ‘Ham On The Bone’ Blothar vient nous présenter son mari en la personne d’un tapir qu’il tient dans ses bras. Après ce moment bien barré le clou du spectacle s’annonce avec ‘The Private Pain Of Techno Destruction’. Blothar provoque le public avec délectation puis se lance dans combat contre Swaborg et son bras tronçonneuse. Il y a de nouveau du sang versé dans tout les sens avec nos deux camarades s’amusant comme des fous. ‘Beat You To Death’ enchaine et rencontre le même succès dans une ambiance survoltée. Le concert approche de son terme, ‘Fuck This Place’ est un autre bon titre de heavy thrash et l’occasion de présenter les musiciens dans un final hollywoodien. Le groupe se retire mais est vivement réclamé. Il revient pour des rappels brûlants. Il y a ‘GWAR Theme’ avec une fanfare burlesque et surtout un monstre aux traits de Donald Trump. Cette superbe farce est irrésistible, le président américain est tourmenté de belle manière par un chanteur le forçant à lui prodiguer une fellation, le tout se déroulant sur un titre aux airs de power ballade avant d’accélérer méchamment. Le faux Trump lui s’amusant avec ses compères à arroser le public. Le final se fait sur le classique ‘Sick Of You’. Le sang va encore couler à flots sur ce titre heavy porté par un excellent refrain. Le tapir est de retour et lui aussi s’amuse bien à inonder des premiers rangs faisant office de piscine géante. On retrouve un dernier dialogue pour le plus grand bonheur du public qui savoure tout cela avec un plaisir que l’on sent immense.

Gwar a été épatant, il a donné un de ses concerts dont on se souvient longtemps avec un spectacle parfait, fun et vivant et a confirmé qu’il restait le patron dans ce domaine. Le public en ressort usé et trempé, certains sortants avec leurs tee-shirts blancs totalement imbibés. La soirée a été savoureuse et on remercie encore l’Alcatraz et ses équipes pour offrir de si belles affiches à proximité de la France. Et on leur donne rendez-vous rapidement pour de nouvelles aventures métalliques !



Plus d'informations sur http://www.gwar.net
Main Image
Item 1 of 0
 
  • 18696
  • 18697
  • 18698
  • 18699
  • 18700
  • 18701
  • 18702
  • 18703
  • 18704
  • 18705
  • 18706
  • 18707
  • 18708
  • 18709
  • 18710
  • 18711
  • 18712
EN RELATION AVEC GWAR
DERNIERE ACTUALITE
Gwar + Voivod + Childrain - Courtrai - De Kreun - 27 Novembre 2019
CONCERT

Lire l'actualité
Voir toutes les actualités concernant GWAR
 
DERNIER ARTICLE
Music Waves est à Courtrai pour assister à une étape de la tournée effectuée par Voivod et Gwar.

Lire l'article
Voir tous les articles concernant GWAR
 
DERNIERE CHRONIQUE
Bloody Pit Of Horror (2010)

Lire la chronique
Voir toutes les chroniques concernant GWAR

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
Quelques uns de nos partenaires :
Roadrunner Records, Mascot Label Group, Spv Steamhammer, Afm Records, Sony Bmg, Peaceville Records, Warner, Unicorn Digital, Frontiers Records, Karisma Records, Insideout Music, Kscope, Ear Music, Progressive Promotion Records

© Music Waves | 2003 - 2020