MW / Accueil / Articles
.
.
A PROPOS DE:

TOP 2019 PAR CHRONIQUEUR


TYPE:
AUTRE
GENRE:
AUTRES

Après une année 2019 chargée, voici le bilan du classement des albums préférés des chroniqueurs.
CALGEPO - 26.12.2019 - 0 photo(s) - (0) commentaire(s)
La fin de l'année signifie l'heure des bilans et comme de coutume, chaque chroniqueur s'est penché sur les 12 mois écoulés afin de déterminer leurs 5 meilleurs albums de l'année.


ABADDON :

1. OPETH - "in Cauda Venenum"
. Même si le changement d’orientation musicale ne plait pas forcément à tous les fans de la première heure, Opeth livre toujours des albums de haute tenue musicale, avec de très beaux moments d’émotion.

2. RETROSPECTIVE - "Latent Avidity".
Les Polonais confirment la qualité de leur musique, progressive et dynamique. Mention spéciale à leur chanteur, qui s’affirme enfin !

3. MYRATH - "Shehili"
. L’originalité et l’énergie du combo franco-tunisien fait mouche une fois de plus.

4. FLYING COLORS - "Third Degree".
Leçon de savoir faire d’un super-groupe dont chacun des membres n’a plus rien à prouver. Manque quand même le petit supplément d’âme…

5. UPF - "Planetary Overload".
La couleur, évidemment proche d’Unitopia, fait tout le charme de ce disque. Du progressif orchestral aux touches world, toujours payant.


Coup de coeur (?) :

TOOL - "Fear Inoculum".
Un album monstrueux à bien des égards : complexe, atmosphérique mais torturé, doté d’une production impressionnante. Musicalement surprenant, mais pas forcément facile d’accès, il est le type de disque que j’ai du mal à écouter d’une traite. Impossible de rester indifférent : génial ou boursouflé ?

Coup de gueule :


SEVEN STEPS TO THE GREEN DOOR - "The Lie". Au départ, donner une suite à l’impeccable "The?Book" partait d’un bon sentiment. Mais à trop vouloir donner dans le concept au lieu de bichonner la musique, SSTTGD s’est perdu en route et ne nous livre que des bribes décousues et trop rarement fascinantes. Rendez-vous manqué !

Attentes pour 2020 :

Le rêve sans cesse repoussé d’un nouveau Camel, la certitude d’avoir un petit Arena à se mettre entre les oreilles, et la question lancinante : Casey Crescenzo va-t-il terminer son hexalogie du Dear Hunter, et si oui, sous quelle forme ?



ADRIANSTORK :


1. TOOL - ''Fear Inoculum'' : ''les meilleurs albums de musique sont ceux qui te font voyager dans les méandres de ton cerveau et n'hésitent pas à te faire transiter par ses régions les moins soyeuses'', comme me confiait l'autre jour mon ami Howard Phillips Lovecraft autour d'une crème glacée. Cet album, ce n'est pas de la musique, mais des formules d'invocations à un Dieu lacustre antédiluvien qui viendra un jour nous happer. Nous avons tous été trompé, Maynard James Keenan est le prêtre de notre prochain holocauste.

2. ISILDUR'S BANE & PETER HAMMILL - ''In Amazonia'' : dans la moiteur de la jungle, dévoré par les moustiques et le pouce taquiné par les piranhas et autres vils arapaimas, ma pirogue importée de Suède glisse lentement au fil d'une eau noire. Sur le rivage, des ombres s'agitent et évertuent à disparaître entre les arbres. Mes yeux englués par le manque de sommeil préfèreraient me trahir. Amis ou ennemis ? Peter Hammill, mon rameur, commence à divaguer et me parler de cette grande cité d'or où vit une tribu qui aurait refusé tout contact avec le monde réel. Le voyage ne sera pas de tout repos et bien peu en reviendront.

3. JOE JACKSON -  ''Fool''
: Joe Jackson n'en a pas fini de boxer. Catalogué comme ancien punk, ce William Sheller anglais nous avait longtemps fait croire qu'il avait remisé ses uppercuts au placard, à une époque où pour mordre il faut se faire chienne. Une petite retraite en jazz, un dernier thé et au lit. Mais celui qui n'est pas le père de Michael nous brandit une carte de tarot. Le fou, non pas le doux dingue, mais celui qui a raison avant tout le monde. Son album est une suite imprévisible de morceaux vifs qui nous emportent dans un monde fantaisiste régi par ces propres lois : divertissant, expérimentant, rafraîchissant, surprenant. Play and display.

4. KADAVAR -  ''For The Dead Travel Fast'' : au pied de l'inquiétant château de Bran, trois Berlinois nous toisent. Et si tonton Bram n'avait pas tout dit au sujet de sa créature? Convoquons Black Sabbath, une once d'angoisse et un peu de psychédélique et mélangeons le tout dans un shaker survitaminé. A consommer sang modération, mais évitez l'ail après minuit!

5. BABY METAL -  ''Metal Galaxy''
: les petites frangines ont grandi. Comme tous les Japonais qui s'émerveillent devant des albums vinyles et des Compact Discs, elles ont trouvé le moyen de fusionner nos influences qu'elles vénèrent avec l'esprit JPop. Certes le mot metal est peut-être bafoué, mais voilà un digne objet culturel venu du Moyen-Orient, qui permettra de saisir la sagesse et l'intelligence nipponne.


Coup de coeur :


Les artistes ont généralement joué le jeu et respecté leurs fans. Merci à Delain et sa dernière production qui mêle live et nouveaux morceaux, Zucchero toujours au meilleur de sa forme éclectique, New Order et son live fleuve, Shaârghot et son concept détaillé et captivant, Mark Lanegan qui s'aventure du côté des 80's, Lindemann toujours aussi potache ou encore les Roumains de Dirty Shirt.

Coup de gueule :


Retenons le positif ! Toutefois messieurs IQ et Neal Morse voire Devin Townsend, pensez à simplifier vos propos, personne n'a envie et ne peut écouter des albums qui durent entre une heure et deux heures!

Espoirs pour 2020 :


Pas vraiment d'attente. Comme le dirait Frank Darcel, futur maire de Rennes, il faut prendre les albums les uns après les autres. Espérons qu'Altesia se défende bien face à Yann Barthès. Et quand même Blue Oyster Cult même si je préfère être plus mesuré à leur sujet.



CALGEPO :


1. TOOL - "Fear Inoculum". Certes l'album bâti autour de la peur peut paraitre froid et chirurgical au premier abord (voire plus) mais la construction de chaque titre, les structures charpentées, l'interprétation sans faille et le final avec '7empest' euphorisant finissent par inoculer un plaisir sans borne.

2. SOEN - "Lotus". Entre émotion et rage, Soen a sorti un album qui s'émancipe des influences lui permettant d'affirmer sa personnalité tout en restant cohérent sans tomber dans la mièvrerie et la facilité.

3. GALAAD - "Frat3r"
. Un top placé sous la couleur des retours. Après Tool, celui de Galaad fait grandement plaisir à voir et à entendre. Si l'album fait ressortir énormément les influences du groupe par rapport à "Vae Victis" si en avance sur son temps à l'époque, c'est pour mieux réaffirmer qui ils sont et d'où ils viennent après 23 ans d'absence.

4. MOSTLY AUTUMN- "White Rainbow". Un album hommage digne rempli de solos incroyables de densité et de chansons pleine d'émotions. Depuis trois albums, les Anglais frôlent le sans faute.

5. KLONE - "Le Grand Voyage"
. En signant chez Kscope, les Français affirment leur évolution vers un rock plus atmosphérique tutoyant le progressif. Si la puissance n'est plus la même, celle-ci demeure en étant différente et plus introspective.


Coups de cœur :

DREAM THEATER - "Distance Over Time". Insuffisant pour être dans le top 5, le dernier album des Américains me réconcilie avec le groupe. Plus ramassé, plus cohérent, moins de circonvolutions stériles. Paradoxalement ce 'Distance Over Time' me rapproche un peu plus de groupe, dans l'attente du concert prochain qui marque les 20 ans de SFAM et qui sera interprété en entier.

Mon autre coup de cœur si je peux me permettre va plus largement à la qualité des EP, format qui devient presque aujourd'hui la norme pour les "jeunes" groupes. Entre Jirfiya, Esthesis par exemple, ces cartes de visite sont de plus en plus alléchantes et pleines de promesses pour des albums à venir.

Coups de gueule :

LEPROUS - "Pitfall". Tout a été dit ou presque sur cet album dont il ne ressort presque rien sinon l'omniprésence de son chanteur qui, s'il possède une très belle voix, tire trop la couverture à lui, ce qui en devient froid et fatiguant.

Attentes pour 2020 :


Le premier album de Altesia et d'Esthesis, un nouveau Camel (je le sors chaque année, il devient le Tool du prog), les nouveaux Gazpacho et Lazuli pour me faire passer la pilule des derniers albums un peu décevants, le nouvel Airbag mais aussi sans oublier le nouveau Steven Wilson (avec un peu de craintes) et le Pain Of Salvation pour la revanche de 2017.



CHILDERIC THOR :


1. MONKEY 3 - "Sphere" : Les petits Suisses sont au sommet de leur art avec cet opus jouissif et salvateur de bout en bout.

2. PRISTINE - "Road Back To Ruin" : Du (hard) rock bluesy conjugué au féminin et au plus-que-parfait !

3. CELLAR DARLING - "The Spell" : Anna Murphy démontre qu'elle n'est pas qu'une troubadour mais une véritable artiste avec un grand A.

4. ROTTING CHRIST - "The Heretics" : Les Grecs continuent de creuser le sillon d'un black metal nourri aux tragédies antiques pour un résultat toujours plus sombre et vigoureux.

5. KADAVAR - "For The Dead Travel Fast" : Plus sabbathiens que jamais, les Berlinois renouent avec la réussite jubilatoire de leur premier album tout en distillant de délicieuses atmosphères horrifiques.


Coup de cœur :

Une découverte (Pool Of Light, artiste chinois, artisan d'un drone contemplatif) et une confirmation (Cosmic Ground ou le plus bel hommage au space rock allemand des années 70).



CORTO1809 :

1. NEAL MORSE – "Jesus Christ The Exorcist"
Neal Morse ressuscite avec son habituelle maestria les opéras rock des années 70, mettant au service de la narration de l'histoire une musique toujours inspirée. Maelström musical, "Jesus Christ The Exorcist" est un album exceptionnel et passionnant de bout en bout. Non seulement mon album de l'année, mais aussi le meilleur album du vingt-et-unième siècle en ce qui me concerne.

2. THE FLOWER KINGS – "Waiting For Miracles"
The Flower Kings nous livre là l'un de ses meilleurs albums, alliant fluidité, originalité et sens de la mélodie sans aucune baisse de régime. L'un des derniers bastions à honorer le rock progressif des années 70 sans passéisme, en toute modernité. Passionnant !

3. LUCY IN BLUE – "In Flight" Mélodies exquises, musiciens impeccables et prise de son précise : pour qui aime le progressif teinté de psychédélisme, à la manière d'un Pink Floyd des premières années, il sera bien difficile de trouver un défaut à "In Flight" qui vous emmènera haut nager dans un océan de nuages roses et gris pâle.

4. O.R.K. – "Ramagehead" O.R.K. est un groupe rare qui ose oser là où la masse se contente de rabâcher plus ou moins brillamment sa propre discographie ou celles de ses prédécesseurs. Son art rock sophistiqué et audacieux, gorgé de sensibilité, reste cependant toujours accessible. Original et captivant, "Ramagehead" est une bouffée de fraîcheur dans un paysage musical bien trop prévisible.

5. NEAL MORSE – "The Great Adventure"
Un "classique" pour Neal Morse où la patte de l'Américain se reconnaît aisément. Si l'album est un peu trop généreux, laissant apparaître quelques longueurs, la qualité des compositions et le charisme de Neal Morse ne peuvent qu'emporter l'adhésion de l'amateur de prog le plus exigeant.


Coups de cœur :

NEAL MORSE
qui réussit l'exploit de figurer deux fois dans mon top 5 et décroche pour l'instant le trophée de l'album du siècle avec son opéra rock avec "Jesus Christ The Superstar". Tout ce qu'il touche, en solo ou dans ses multiples collaborations, semble se transformer en or. Au fil des années, l'Américain est devenu l'artiste qui m'a apporté le plus de plaisir. Il était bien normal que je le remercie d'un coup de cœur.

IAMTHEMORNING – "The Bell" qui fait montre une fois de plus de son talent en mariant la subtile beauté d'une ligne de piano à l'émotion d'un chant délicat. Recommandé à tous les mélomanes plus sensibles à une douceur fragile qu'à la force bestiale.

BIRDEATSBABY – "The World Conspires" Ces Anglais nous servent un rock alternatif foisonnant d'idées aux multiples contre-pieds. Imaginatif et sans cesse surprenant, "The World Conspires" se nimbe d'une atmosphère envoûtante qui ne se dément jamais et qui séduira tous ceux en quête d'innovation.

Coup de gueule :

Aucun. Ce monde est trop violent pour que j'y ajoute la moindre agressivité.

Attentes pour 2020 :

Toujours plus de groupes qui, comme tous ceux cités dans mon top 5 et mes coups de cœur, oseront sortir des chemins battus pour nous apporter toujours plus d'étonnement et d'émerveillement.



DARIALYS :


1. FLYING COLORS - "Third Degree"
Avec son line-up 5 étoiles, impossible de ne pas écouter cet album quand on est un fan du genre. Mais alors que de nombreux supergroupes se contentent d'ajouter un side project de plus à leur actif, Flying Colors tape en plein dans le mille. "Third Degree", ce sont 9 titres, et 9 joyaux. Cet album a un sens unique de la mélodie et mélange des passages complexes et d'autres beaucoup plus directs et accrocheurs. C'est frais, superbement exécuté, ça fait du bien !

2. THE FLOWER KINGS - "Waiting For Miracles"
The Flower Kings m'avait déjà emballé l'an passé avec "Manifesto Of An Alchemist", mais avec "Waiting For Miracles", les Suédois ont mis la barre très haut. Comme à l'accoutumée, c'est très mélodique, riche en émotions, bien construit, tout en gardant un soupçon de folie. Il est rare de voir des opus d'une telle qualité après une carrière aussi prolifique que celle des Kings, et ça fait plaisir à voir.

3. UNITED PROGRESSIVE FRATERNITY - "Planetary Overload : Loss"
J'attendais cet album de pied ferme. UPF avait sorti son premier album, "Fall In Love With The World" en 2014, et mon avis était assez mitigé, la faute à un gros fossé entre quelques très bons titres (dont le magistral 'Travelling Man' qui est sans exagérer l'un des titres de la décennie) et d'autres beaucoup plus dispensables. Par la suite, on apprendra que Sean Timms, ancien pianiste d'Unitopia, avait écrit tous les meilleurs morceaux de l'album. Je m'interrogeais donc sur les qualités de compositeurs de Mark Trueack, homme fort d'UPF. Avec ce deuxième album, mes craintes se sont effacées. On retrouve des morceaux très solides sur cet album, toujours très mélodique et inspiré tout en restant très accessible comme Unitopia l'était. De plus, l'album a la caractéristique de présenter près d'une cinquantaine d'invités, ce qui explique le temps de gestation assez long pour accoucher de cet album. Une attente largement pardonnée à l'écoute de ce disque, dont la deuxième partie d'ores-et-déjà très attendue paraîtra l'an prochain.

4. PATTERN-SEEKING ANIMALS - "Pattern-Seeking Animals"
Pour reprendre mes propos un peu plus haut, l'arrivée d'un nouveau supergroupe a toujours de quoi susciter la curiosité des auditeurs. Composé de membres de Spock's Beard, on pouvait s'attendre à un disque qualitatif, et c'est bien le cas. Ce premier album éponyme présente un certain côté pop, comme sur le treizième et dernier opus de Spock's Beard, "Noise Floor". Que les fans de prog se rassurent néanmoins, on retrouve aussi quelques très beaux morceaux à rallonge très bien bâtis. PSA prouve avec cette première réalisation qu'ils sont à l'aise dans tous les registres !

5. HASSE FRÖBERG & MUSICAL COMPANION - "Parallel Life"
Hasse Fröberg a fait ses premières armes dans le hard rock avant de rejoindre The Flower Kings pendant une quinzaine d'années. Avec ce nouvel album solo, il mélange à la perfection éléments progressifs et éléments directement venus des univers hard rock, rock et pop. Pour moi, il comporte aussi le meilleur morceau de l'année avec le titre éponyme 'Parallel Life', un épique de plus de 20 minutes remarquablement composé.


Coup de cœur :


WILDERUN - "Veil of Imagination"
Voyant que la renommée de ce groupe devenait virale sur les réseaux sociaux suite à la sortie de leur nouvel album, "Veil Of Imagination", c'est tout naturellement que j'ai écouté cet opus. Le moins que l'on puisse dire est que cette formation semble avoir trouvé son créneau, avec un métal progressif teinté de death et de chant guttural, avec un côté épique et ultra symphonique. La densité et la complexité du disque en font un album assez dur à assimiler à la première écoute. Avec quelques écoutes supplémentaires, il aurait peut-être pu intégrer mon top 5. En tout cas, ce "Veil Of Imagination" mérite d'être évoqué en tant que coup de cœur !

Coup de gueule :

OPETH - "In Cauda Venenum" Très déçu par "Sorceress" après un "Pale Communion" intéressant, "In Cauda Venenum" n'a pas rectifié le tir comme je l'aurais espéré. Ce n'est pas un coup de gueule pour autant, plus une déception. A part le brillant 'Lovelorn Crime' (vous m'excuserez, je me contenterai de mentionner les titres en anglais, parce que le suédois, dur dur...), je trouve l'album relativement plat. On trouve quelques bons titres bien sûr ('Dignity', 'Universal Truth' et 'All Things Will Pass' par exemple), mais quand on sait que le quintette a écrit des monuments du death metal prog avec des morceaux comme 'Blackwater Park', 'The Moor', ou 'Ghost Of Perdition', cet album apparaît bien fade à côté. Je préfère mettre les choses au clair : l'abandon pur et définitif du chant guttural ne me pose aucun souci. Opeth a sorti des titres magistraux avec du chant clean. Pour moi, Mikael Akerfeldt était tout simplement meilleur en termes de composition pure quand il mélangeait death et prog et que le groupe atteignait des sommets musicaux. "In Cauda Venenum" reste un album sympathique que j'écoute avec plaisir, mais pour moi, on est malheureusement loin du niveau de qualité habituel des années précédentes. Allez, on garde encore espoir pour le prochain album !


Attentes pour 2020 :


UNITED PROGRESSIVE FRATERNITY
: J'en parlais précédemment : ayant beaucoup apprécié le premier volet de "Planetary Overload", j'attends avec impatience la deuxième partie qui devrait paraître l'an prochain. Aussi, l'ami Steven Wilson sortira son 6ème album solo. Etant un fan du bonhomme, et même si la tournure stylistique qu'il a prise récemment me plaît moins qu'auparavant, j'en attends beaucoup de cette future réalisation.



LOLOCLETIC


1 – SWALLOW THE SUN - "When A Shadow Is Forced Into The Light"
Difficile d’exprimer une douleur aussi profonde avec autant de délicatesse. Juha Raivio y arrive pourtant avec un talent aussi immense que la peine qu’il a pu ressentir à la perte de l’être aimé. D’une émotion et d’une richesse sans limite, cet album est une expérience dont on ne ressort pas indemne.

2 – BETH HART - "War In My Mind"
Comme son comparse Joe Bonnamassa, la chanteuse se livre sans fard et offre une œuvre à la fois variée et intense. Les émotions sont profondes et délicates et ne sombrent pas dans l’étalage sans pudeur. Un véritable bijou finement taillé qui prouve le talent de son auteur-interprète.

3 – CYHRA - "No Halos In Hell"
Voilà une association de bienfaiteurs scandinaves qui a réussi à marier la puissance et les mélodies tout en y incluant une dose d’émotions suffisante pour toucher l’auditeur au plus profond de son être. On hésite entre se laisser envahir par les sentiments évoqués et laisser nos articulations se déchaîner.

4 – IQ - "Resistance" L’institution du néo-prog britannique offre une nouvelle démonstration de son savoir-faire. Continuant à intégrer quelques touches plus musclées à sa recette, le quintet n’en reste pas moins captivant et émouvant tout au long d’un double-album copieux mais succulent.

5 – WHITESNAKE - "Flesh & Blood" Malgré le départ de Doug Aldrich et après un album de reprise de Deep Purple, David Coverdale dégaine un nouvel opus imparable où les brûlots incandescents succèdent aux pièces envoutantes. Rien ne semble devoir arrêter le vocaliste sur lequel les années semblent à peine avoir de prise.

Coup de cœur :

STRAY CATS - "40". Retour inattendu que celui des légendaires chats errants qui nous offrent un album rafraîchissant et dynamisant qui fait plaisir à attendre.


Coup de gueule :

Contre nos médias qui continuent à ne pas prendre au sérieux un grand nombre de genres musicaux traités dans nos pages, y préférant des produits stéréotypés et préfabriqués.


Attente pour 2020 :

Un dernier album de qualité d'AC/DC pour éviter une fin en queue de poisson à l’histoire de cette légende.



LYNOTT :

1. CYHRA - "No Halo In Hell"
Le disque de l'année de métal mélodique, ni plus, ni moins !

2. BLACK STAR RIDERS – "Another State Of Grace"
Le meilleur album de Black Star Riders depuis leurs débuts. Un must pour les amateurs de Thin Lizzy !

3. ECLIPSE - "Paradigm"
Aussi brillant que son prédécesseur, "Paradigm" est une réussite totale.

4. THE FERRYMEN – "A New Evil"
Un opus de métal mélodique et épique à marquer d'une pierre blanche.

5. THE DARK ELEMENT – "Songs The Night Sings"
Ce Songs The Night Sings" est parfaitement calibré pour les amateurs de Within Temptation et de Delain..


Coup de coeur :

Deux groupes, deux découvertes : CYHTRA et AMARANTHE.

Coup de gueule :


Pas de coup de gueule.

Attente pour 2020:


Que l'album de BLUE OYSTER CULT prévu soit aussi bon qu' "Imaginos".



NEWF :

1. TOOL – "Fear Inoculum".
Tool répond de la plus belle des manières à toutes les attentes et tous les fantasmes suscités par 13 longues années de silence. Les sorciers californiens nous livrent un album prodigieux et anticonformiste. Une œuvre d’art sans concession ni compromis, aussi cérébrale que viscérale. "Fear Inoculum" m’accompagnera longtemps.

2. DEVIN TOWNSEND – "Empath". Folie créatrice, génie des compositions. Encore un album incontournable du surdoué canadien et un must de l’année 2019. Devin forever !

3. DREAM THEATER – "Distance Over Time". Un vrai album de metal progressif au sens strict du terme. Dream Theater demeure un groupe unique qui continue à régner sur le genre, capable comme aucun autre d’allier tradition et modernité.

4. SOEN – "Lotus".
De très loin, le meilleur album de metal alternatif de l’année. Un petit bijou de puissance et d’émotion aux compositions ciselées et accrocheuses.

5. VOYAGER – "Colours In The Sun".
L’alliance parfaite du metal moderne et de la new wave des années 80. Un album addictif et jouissif, véritable antidépresseur musical.


Coup de cœur :

Pour la scène metal prog française qui, avec des groupes comme Uneven Structure, Lone Survivors, Step In Fluid, Mobius, Buy Jupiter, Conscience ou le petit nouveau Altesia, affiche avec talent et passion une exigence artistique remarquable et salutaire. Merci à eux de nous offrir des albums de grande qualité, même si le public n’est hélas pas toujours au rendez-vous.


Coup de gueule :


TRUST – "Fils De Lutte".
A l’opposé de ce qui précède, Trust ne s’est pas encombré d’une quelconque exigence artistique. Un album bâclé se moquant éperdument de son public qui lui par contre est au rendez-vous.


Attentes pour 2020 :

L’album de Steven Wilson qui risque une nouvelle fois de nous surprendre et surtout le nouveau Pain Of Salvation.



NOISE :

1. SWALLOW THE SUN – "When A Shadow Is Forced Into The Light".
Superbe voyage au cœur de l’âme, ce disque prend aux tripes du début à la fin avec une charge émotionnelle rare et une puissance digne du meilleur des grandes années d’un Opeth.

2. LEPROUS – "Pitfalls". Leprous évolue et continue de nous ravir avec un ton plus pop délicieux, une voix très forte pour faire passer l’émotion et une intelligence musicale rare.

3. BORKNAGAR – "True North"
. Le vent du nord souffle sur un disque de black metal épique, mélodie et progressif servi par des parties de chant de toute beauté.

4. AVANTASIA - "Moonglow". Tobias Sammet continue de mener le vaisseau Avantasia de main de maître. Servi par un casting toujours brillant, son opéra rock est un voyage brillant et passionnant.

5. DIAMOND HEAD - "The Coffin Train
". C’est dans les vieux pots que l’on fait les meilleures confitures. L’adage se vérifie avec un vétéran de la scène heavy qui nous sert un album brillant digne de la grande époque du genre dans les années 70 et 80.


Coup de cœur :


Devin Townsend - "Empath". Coup de cœur logique pour un artiste brillant qui nous a encore proposé une œuvre riche et fascinante.

Coup de gueule:


Dragonforce - "Extreme Power Metal"
. Dragonforce replonge dans ses travers et déçoit avec un disque générique qui manque cruellement d’âme et d’accroche.


Attentes pour 2020 :


Le retour studio inespéré du Blue Öyster Cult après une bien longue absence sera guetté de très près. Tout comme le secret espoir de savourer un nouveau cru d’Iron Maiden.



NUNO777 :

1. DEVIN TOWNSEND - "Empath": Ce chef-d’œuvre quintessencie tout l’esprit du Canadien, son génie, sa grandiloquence et son côté enfantin qu’il n’a pas perdu.

2. DISILLUSION - "The Liberation": Retour magistral des Allemands avec un disque de metal progressif envoûtant.

3. CELLAR DARLING - "The Spell" : J’ai énormément écouté ce disque qui possède de grandes qualités mélodiques et une grande diversité tout en format un tout très cohérent.

4. STEP IN FLUID - "Back In Business" : Le groupe emmené par Harun Demiraslan a atteint l’excellence dans ce rock instrumental groovy au sex-appeal irrésistible.

5. ALTER BRIDGE - "Walk The Sky" : Le metal alternatif dans ce qu’il a plus remarquable. Puissance, densité, mélodie et variété.


Coup de coeur :

DIRTY SHIRT - "Letchology" : coup de cœur pour les Roumains qui allient folklore et metal dans un format original et très attachant.

PORT NOIR - "The New Routine": les Suédois ont sorti un album d’art-rock de grande classe.

THE TEA CLUB - "If/When": En abandonnant une partie de la complexité qui pouvait alourdir leur musique, The Tea Club a opéré une remise en cause réussie.


Coup de gueule

RAS

Attentes pour 2020


J’attends d’être surpris.



PASCALJ :



1- MOSTLY AUTUMN - "White Rainbow": Une nouvelle fois Mostly Autumn place la barre très haut. Superbe hommage à Liam Davison.

2- BLACK STAR RIDERS - "Another State Of Grace" : Thin Lizzy est de retour!!

3- RETROSPECTIVE - "Latent Avidity" : Avec cet album, Retrospective confirme la qualité de ses productions

4- AVANTASIA - "Moonglow" : Parfait de bout en bout, un autre indispensable 2019

5- GALAAD - "Frat3r" : Retour réussi pour cet album que l'on croyait ne jamais voir.


Coup de cœur :


Avec "War in My Mind", BETH HART réussi une nouvelle fois à nous émouvoir avec ce superbe album.


Attentes 2020 :

Quelques albums arrivent: Blue Oyster Cult , Arena, Pendragon, Steven Wilson, 2020 un bon cru ?



PROGRACER :


1. TOOL - "Fear Innoculum"
. Finalement, je place le Tool en tête car, au delà de l'attente et du plaisir de le voir enfin sorti, cet album dégage une force progressive hors du commun et une émotion décuplée à chaque écoute. Que les râleurs se collent 'Invincible' entre les oreilles avec un casque hi-fi avant de nous traiter d'intellos bobos.

2. MONKEY3 - "Spere". Avec ce cinquième album, les Suisse nous submergent d'émotions et de plaisir. Leur stoner hypnotique se meut en un heavy post-rock de plus en plus progressif grâce à l'apport de solos aériens et toujours une justesse de compositions bluffante.

3. FLYING COLORS "Third Degree". Tout le prog que j'aime : mélodique, varié, riche de mélodies et de passages instrumentaux épiques. Un album infaillible de la 1ère à la 67ème minute.

4. MYRATH - "Shehili". Encore un album magnifique des Franco-Tunisiens. Peut-être un poil plus arrogant que les précédents, mais les compos sont à la hauteur des ambitions du groupe. C'est heavy à souhait, mélodique comme jamais et la production est monstrueuse.

5. DARKWATER - "Human"
. Les Suédois sont de retour sur le devant de la scène metal prog avec un album en forme de retour aux sources fait de ruptures rythmiques, de reprises de thèmes, de riffs acérés et de mélodies imparables portées par un Henrik Bäth de retour au sommet de son art. Vainqueurs haut la main de la battle avec Vanden Plas et Dream Theater dans un genre similaire..


Coup de cœur 1


WHEEL - "Moving Backwards
". Dans un metal alternatif agressif et foisonnant rappelant immanquablement Tool, les Finlandais nous ont gratifié d'un album rageur, mélodique et incroyablement addictif. Il contient 3 titres monstrueux dont l'éponyme dont l'intro et le travail du batteur sont complètement dingues.

Coup de cœur 2


PORT NOIR - "The New Routine"
. Cet album est d'une grande addictivité mélodique, une sorte de pop-art-rock propre et direct rappelant Leprous, sans le nombrilisme et les "ha-ha-haaa". À découvrir absolument.


Coup de gueule


LEPROUS - "Pitfalls"
. Le narcissique Einar Solberg a encore frappé. Son égo a accouché d'un album pompeux réservé aux midinettes et nouveaux bobos intellos qui louent la "belle sensibilité" du type qui a volé / hacké Leprous, et se sentent pousser une virilité en écoutant du metal. Sauf qu'il n'y en a pas dedans. Attention, je n'ai pas détesté l'album, mais je ne me résous pas à en attendre si peu.


Attentes pour 2020

Le dernier album de Nightwish, Floor Jansen, Nightwish, ah et puis Nightwish aussi. Sans oublier Nightwish. Bon peut-être aussi le dernier Nightwish, mais c'est juste pour ne pas parler de Nightwish.



SHAKA :

1. BEAST IN BLACK - “From Hell With Love”
. Ce deuxième album des Finlandais réussit avec insolence à marier le heavy metal moderne avec des éléments limite pop 80’s pour au final des refrains ultra catchy, presque sucrés et qui semblent tellement faciles que ça en devient écoeurant.

2. RAMMSTEIN - “Rammstein”. Dix ans après leur dernier album, les Allemands proposent du Rammstein typique et très efficace, même si on sent poindre une petite baisse de régime sur les derniers morceaux.

3. BATTLE BEAST - “No More Hollywood Endings”
. Encore un bon album pour les Finlandais, avec de bonnes mélodies qui nous trottent dans la tête durant des heures.

4. HAMMERFALL - “Dominion”
. Cette nouvelle cuvée des Suédois regorge d’hymnes qui nous donnent envie de brandir bien haut notre épée en plastique.

5. BLACKRAIN - “Dying Breed”
. Nos Frenchies nous reviennent en forme et proposent un très solide album de hard rock qui fleure bon la bonne époque du siècle dernier sans pour cela sonner daté.


Coups de cœur :


SUICIDAL ANGELS - “Years of Aggression”. Ce groupe grec, qui mériterait d’être bien plus connu, propose un thrash metal à la fois rentre-dedans mais qui sait se faire mélodique par moments ; à conseiller aux fans de KREATOR et SLAYER notamment.

TWIN TEMPLE - “Twin Temple (Bring You Their Signature Sound.... Satanic Doo-Wop)”. Ne vous fiez pas à leur imagerie très black metal et satanique, la musique des Américains est restée bloquée dans les 60’s. Etonnant et addictif.

MAJESTICA - “Above The Sky”.
Ce groupe est suédois mais on le croirait finlandais tant cet album rappelle le SONATA ARCTICA des débuts ; à conseiller à ceux qui ont été déçus par le dernier SONATA.


Coups de gueule :


AVRIL LAVIGNE - “Head Above Water”. La jolie Canadienne nous revient avec un album tout mou qui n’a rien de rock, bof.

NADIYA - “Odyssée”
. Nous l’avions presque oubliée et malheureusement ce n’est pas cet album à l’encéphalogramme désespérément plat qui va permettre à la belle de revenir sur le devant de la scène, beurk.

Attentes pour 2020 :


La tournée réunissant MÖTLEY CRÜE, DEF LEPPARD et POISON (et d’autres groupes en plus probablement) qui va sillonner les States… à ne pas rater !



STRUCK :


1. PERIPHERY - "Hail Stan". Alors que nous étions en droit de nous attendre à une baisse d'intensité avec un quatrième album paru en autant d'années, Periphery nous livre vraisemblablement son album le plus abouti à ce jour et réhabilite le genre djent si dénigré

2. DISILLUSION - "The Liberation"
. Disillusion revient de la plus belle des manières en proposant 15 ans après la suite rêvée de "Back to Times to Splendor" et se pose en véritable locomotive du genre death progressif en jachère ces dernières années

3. UNEVEN STRUCTURE - "Paragon
". Après une "Partition" beaucoup trop complexe, Igor Omodei et sa bande reviennent aux fondamentaux pour nous livrer un formidable album synthèse de toutes ses influences : un régal !

4. LONE SURVIVORS - "Ground Zero"
. Premier album magistral d'un groupe qui se pose d'ores et déjà comme un grand de la scène metal prog moderne !

5. DIRTY SHIRT - "Letchology
". Les Roumains nous proposent une "ratatouille" métallique mêlant Dream Theater, Viza et Diablo Swing Orchestra: le résultat est détonnant, festif et ultra-addictif!


Coups de gueule :


Aucune déception mais plutôt la confirmation que Opeth ou Dream Theater voire dans une moindre mesure Leprous n'ont plus rien des groupes que j'ai adoré et qui ont révolutionné ma perception de la musique à une certaine époque


Coups de cœur :


Un coup de chapeau à la scène métallique française qui confirme avec Uneven Structure, Lone Survivors, Buy Jupiter, Lag I Run ou Altesia que l'Hexagone se pose désormais comme un des pays majeurs de la scène prog metal moderne…



THIBAUTK :


1. DARKWATER - “Human”- Après plus de neuf années d’attente, après des albums parfois moyens, le fan n’attendait plus Darkwater. Comme une bénédiction, la formation nous livre un album magique et magnifique, gorgé d’émotions, plein de sensibilité ; une œuvre qui redonne ses lettres de noblesse au style. Darkwater met l’être humain au cœur de sa musique, une musique plus humaine que l’humain.

2. S.U.P - “Dissymetry" -
Disque après disque, chanson après chanson, la formation se surpasse et transcende son art sombre. Chaque album est une surprise et chaque production un chef-d’œuvre inoubliable. Le groupe est désormais un incontournable du paysage métallique francophone.

3. THE OLD DEAD TREE - “The End” - 
Après des années d'absence, le vieil arbre mort propose son chant du cygne sous forme d’inédits. La beauté des compositions et la maîtrise musicale font de cette poignée de titres dépoussiérés un incontournable de cette fin d’année. Le vieil arbre est mort, vive le vieil arbre mort.. éternellement vivant au fond de nos cœurs.

4. FLESHGOD APOCALYPSE - “Veleno” -
Les Italiens sont passés maîtres dans l’art crasseux du death symphonique et chacune de leurs productions est un bonheur auditif. Tout est parfait : maîtrise instrumentale dingue, mise en place folle et compositions imparables. Mais où donc vont s’arrêter ces Italiens... ils sont fous ces Italiens !

5. HYPNO5E - “A distant (Dark) Source” - Le formation française, avec sa musique à part hors des modes, issue des sphères oniriques, à l'émotion sans nulle autre pareille est un film musical où chaque instant est porteur d’une émotion pure et sincère. Cette musique protéiforme sans limites prend aux tripes et laisse des traces dans le cœur des auditeurs.


Déception:

VANDEN PLAS - "The Ghost Xperiment - Awakening"
. Le fan espérait beaucoup du successeur des chroniques des immortels, tant le diptyque était une jouissance auditive. Malheureusement le groupe livre un bon album, entaché de points faibles et qui parfois sombre dans une certaine facilité. Proche de “Beyond Daylight”, le disque déroute autant que ce dernier, et c’est d'autant plus rageant que l’album est bon, bien joué et agréable à écouter.


Attente:

NOVELIST - “C’est La Vie”. Le successeur de “Noir” devrait faire parler de lui, tant les écoutes des premiers titres sont prometteuses... un parfait équilibre entre metal progressif, metalcore, djent.




Plus d'informations sur http://www.musicwaves.fr/
 
(0) COMMENTAIRE(S)
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'article, ajouter quelques anecdotes, quelques connaissances ou tout simplement raconter votre vie...
 
Aucun commentaire. Soyez le premier à donner votre avis sur ce article
Haut de page
 
Main Image

Item 1 of 0
 
Haut de page
EN RELATION AVEC MUSICWAVES
DERNIERE ACTUALITE
Soirée Metal avec Shaka au Black Dog
INTERNE
Toutes les actualités sur MUSICWAVES
AUTRES ARTICLES
ARTICLE PRECEDENT
ALTESIA (14 DECEMBRE 2019)
Music Waves a bravé les grèves, les risques d'annulation de trains pour aller à la rencontre de la tête pensante d'Altesia, Clément, afin d'en savoir plus sur les origines et l'aboutissement de son projet.
 
ARTICLE SUIVANT
LE TOP DE L'ANNEE 2019
Comme de coutume la période des fêtes est l'occasion de faire le bilan des albums de l'année et de désigner quel disque est parvenu au Panthéon du top de Music Waves pour l'année 2019

.
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020