MW / Accueil / Articles
A PROPOS DE:

DEMONS & WIZARDS (17 JANVIER 2020)


TYPE:
INTERVIEW
GENRE:
METAL MELODIQUE

Leur retour était inespéré ! Et pourtant, 15 ans après leur deuxième album, Hansi Kürsch et Jon Schaffer sont de retour avec un troisième opus que le chanteur de Blind Guardian est venu vous présenter.
DARIALYS - 07.02.2020 - 5 photo(s) - (0) commentaire(s)
Après 15 ans d'attente, on n'y croyait plus. Très occupés avec leurs groupes respectifs Blind Guardian et Iced Earth, Hansi Kürsch et Jon Schaffer n'avaient pour autant jamais abandonné l'idée de sortir un jour un troisième album, dès lors qu'une fenêtre de tir suffisamment grande se présenterait à eux. Demons & Wizards fait mieux que Tool en faisant patienter ses fans pendant une décennie et demie, mais ce troisième opus en vaut la chandelle.




Premièrement, j'aimerais revenir 20 ans en arrière, en 2000. A l'époque, vous aviez sorti "Nightfall In The Middle-Earth" avec Blind Guardian, et 2 ans plus tard, en 2002, vous sortiez "A Night At The Opera". Entre temps, tu as créé Demons & Wizards. Est-ce que tu regrettes ces années d'or ?

Hansi Kürsch : (Rires) Non ! C'était une époque très excitante. On s'est mis à tourner de plus en plus. C'est l'une des raisons pour laquelle ce n'est que le troisième album de Demons & Wizards en 15 ans. Ce n'est pas que l'on voulait sortir moins d'albums, c'est simplement que Blind Guardian et Iced Earth nous prennent beaucoup de temps.


Avec le recul, que penses-tu du Hansi de cette époque ?

Hansi : L'album sur lequel j'ai travaillé le plus dur a été "Nightfall In The Middle-Earth". On a travaillé dessus sur une période très courte. Le même jour, on a fini l'enregistrement du chant, le mixage, et on l'a envoyé au label. C'était complètement fou. Le même jour, on est partis à Copenhague au Danemark pour commencer la promo de l'album, et puis on a enchaîné sur une tournée dans la foulée. Après avoir fini la tournée de "Nightfall In The Middle-Earth", j'étais une épave ! Je me sentais très mal, vraiment épuisé, et j'étais dans un état d'esprit très négatif, ça ne m'est plus jamais arrivé à ce point-là. A cette époque-là, Demons & Wizards venait de se lancer et c'était moins stressant, car c'était quelque chose que je voulais vraiment faire. J'ai alors eu de gros problèmes d'audition. Je me suis donc retiré un petit peu de tout ça. Après avoir fini notre album avec Demons & Wizards, on a immédiatement enchaîné sur "A Night At The Opera", mais j'allais un peu mieux. Et après, j'ai eu la chance de devenir père. On y travaillait avec ma femme depuis longtemps donc cela a aussi été stressant.

 

Le fait de pouvoir travailler sur à la fois Blind Guardian et Demons & Wizards a été une bénédiction

 

Donc ça a été une période stressante pour toi.

Hansi : C'était très excitant avec tous ces albums qui sortaient. J'ai pu m'octroyer du repos à la naissance de mon fils. Trois semaines après, il y a eu la chute des tours jumelles. Depuis, le monde est dans une situation d'urgence. Le problème aujourd'hui est qu'il s'écoule beaucoup de temps entre chaque album à cause des tournées ! Mais le fait de pouvoir travailler sur à la fois Blind Guardian et Demons & Wizards a été une bénédiction. Avec le temps, j'ai appris que j'avais besoin de faire des pauses entre les albums, c'est-à-dire entre chaque album, et les autres musiciens aussi. On vieillit, j'ai une famille, et après chaque tournée, j'ai envie de pouvoir m'investir pleinement au sein de ma famille pendant 3 ou 4 mois sans avoir la tête à Blind Guardian.


Le deuxième album de Demons & Wizards, "Touched By The Crimson King", paru en 2005, a été moins bien reçu par la critique. As-tu une explication à cela ? Cela vient-il du style de musique ? Etiez-vous moins inspirés sur cet album ?

Hansi : Personnellement, je préfère cet album à notre premier. Jon (Schaffer, guitariste rythmique et bassiste) serait d'accord avec toi, il préfère légèrement le premier, même s'il trouve que "Touched By The Crimson King" est un album très impressionnant.


De mon côté, je parle bien de l'accueil du public !

Hansi : Je pense qu'on avait des attentes bien supérieures par rapport au premier album. Les gens savaient à quoi ressemblaient Demons & Wizards désormais. Quand on a annoncé la sortie du premier album, il y a eu une grosse attente du public, mais personne ne savait à quoi s'attendre réellement. Les gens ne s'attendaient à rien de précisément, à part à de la bonne musique. Puis l'album est sorti et ils l'ont aimé. Le deuxième album est toujours le plus difficile, pour tous les groupes.


Le troisième album de Demons & Wizards s'apprête à sortir. Il s'est écoulé tant de temps depuis la sortie du second (15 ans) que j'imagine que vous n'avez pas d'attente particulière ? Cet album peut  même rappeler le premier !

Hansi : En retravaillant avec Jon, les choses n'ont pas beaucoup changé avec le temps. Il s'est passé tant de temps entre les deux albums, que moi-même je ne savais pas vraiment à quoi m'attendre musicalement. Ça a été un nouveau départ inattendu pour le groupe même s'il y a vraiment l'influence des deux premiers albums sur le troisième, car cela reste un album écrit par Jon et moi. On ne peut pas renier nos racines !


Penses-tu que le fait d'avoir tourné avec Demons & Wizards avant la sortie de "III" (le nouvel album de Demons & Wizards) explique la bonne réception du public ? Et est-ce que c'est cette tournée qui vous a donné envie de sortir un nouvel album ?

Hansi : C'était l'inverse : on avait déjà annoncé que l'on sortirait un album. C'est comme ça que l'on a joué au Wacken et au Hellfest. Même si c'est inhabituel qu'un groupe parte en tournée avant la sortie d'un album, cela a permis de rappeler ce nom aux gens qui nous avaient oubliés, et notamment les jeunes qui ne nous connaissaient peut-être même pas. Maintenant, les gens savent que l'on sort un troisième album. On a composé les chansons avant la tournée. La plupart des parties instrumentales étaient d'ailleurs enregistrées avant que l'on parte en tournée. L'enregistrement du chant a été fait pendant la tournée, donc cette tournée a eu un impact sur ma manière d'aborder le chant sur l'album.


Quel est ton opinion sur les groupes de ce genre ? Des groupes comme Sabaton, Powerwolf, ou plus récemment Battle Beast ou Brothers Of Metal… Est-ce que tu penses que ces groupes ont amené un peu de sang neuf sur la scène heavy metal ? Est-ce que tu dirais que ce sont vos héritiers d'une certaine manière ?

Hansi : Eh bien… Ce n'est pas facile à dire. Ce sont des groupes qui réussissent et qui font plaisent aux gens, donc ils méritent tout ça. Ils font notamment venir des jeunes.


Cela peut aussi permettre aux plus jeunes de connaître Demons & Wizards.

Hansi : Je ne sais pas, j'ai entendu dire que oui, que certains remontent le temps et écoutent les groupes avant ceux-là. Si ces groupes considèrent que Iced Earth et Demons & Wizards sont une influence pour eux, alors les gens vont aller nous écouter. Concernant Blind Guardian, je ne crois pas que nous ayons grand-chose en commun avec eux. En tout cas ces groupes font du bon travail et ont bien été reçus par le public. Je suis content qu'il y ait des groupes pour cette nouvelle génération, c'est ça le plus important. Parmi les groupes que tu as mentionnés, j'aime beaucoup la chanteuse de Battle Beast (Noora Louhimo, ndlr). C'est une très bonne chanteuse.


Votre nouvel album s'intitule simplement "III". Pourquoi n'avez-vous pas voulu lui donner un titre plus puissant, lié à l'artwork et aux thèmes délivrés par l'album ?

Hansi : A la base, notre intention était de donner un nombre à chaque album. On a fait une erreur avec "Touched By The Crimson King" qui s'est finalement appelé comme ça ! (Rires). On trouvait que "III" était un titre très approprié pour cet album. On aime le rock des années 70, et Led Zeppelin ont appelé leurs premiers albums "I", "II", "III" et "IV". Je pense que l'idée est venue de là. On n'a jamais prêté trop attention aux titres d'albums, mais le chiffre 3 est un chiffre très puissant. Si on regarde la mythologie, la religion catholique, c'est un chiffre très significatif. Il est lié à la "trilogie profane" (traduction littérale du terme original "unholy trinity" tel qu'il est décrit dans le livre "Paradise Lost" de John Milton, ndlr) qui représente l'union de Lucifer, Belzébuth et Satan. Tout ça est repris sur la pochette de l'album et tout ça est connecté. Aussi, l'album met en avant l'histoire de 3 personnes, donc le titre "III" faisait sens.


On n'a jamais évoqué le fait d'arrêter Demons & Wizards

As-tu douté que l'alchimie entre Jon et toi se fasse ressentir comme avant ? Du côté de l'auditeur, cette alchimie semble évidente car tout est très fluide. Il y a toujours la fraîcheur du premier album sur l'album "III". Avez-vous recherché à maintenir cette fraîcheur et cette alchimie de l'époque ?

Hansi : Non, je pense que tout ça est venu naturellement. On n'a jamais évoqué le fait d'arrêter Demons & Wizards, c'est simplement que nos groupes principaux ne nous ont pas laissé la possibilité d'écrire de nouvelles chansons avec ce groupe. Pendant toutes ces années, nous avons poursuivi notre route de notre côté et cela se ressent dans notre musique, tout comme c'est le cas pour Iced Earth et Blind Guardian également. Mais il n'y a pas eu de pression à l'idée de sortir cet album. On a réussi à trouver l'opportunité de travailler ensemble à nouveau, en sachant que l'on n'aurait pas beaucoup de temps, donc on a été très concentrés pendant cette période. On était tous les deux très excités de travailler sur cet album. Je crois vraiment que des fois, on ne peut pas décider de ces choses-là. A chaque fois, on essaye de sortir le meilleur album possible, ce qui est le cas de tous les musiciens et de tous les groupes, au moins dans 99% des cas. Je n'ai pas envie de sortir un album qui ne plaise pas aux fans ou qui ne me plaise pas à moi. Pour rebondir sur la question de tout à l'heure, on a aimé l'album "Touched By The Crimson King", autrement, on ne l'aurait pas sorti. C'est la même chose pour cet album. Parfois, en écrivant de la musique, on se dit que telle chanson peut ne pas plaire aux fans car elle est différente du reste, mais ce coup-ci, je pense que toutes les chansons peuvent plaire aux fans de tous nos groupes.


Notre vision est de trouver un espace entre ces deux groupes et de nous libérer de ces deux groupes



On ressent une vraie complicité entre Jon et toi. Il y a une union de vos deux univers, de Blind Guardian et de Iced Earth, surtout sur des morceaux comme 'Invincible', 'New Dawn' ou encore 'Final Warning'. On y retrouve la puissance du son de Iced Earth combinée à l'univers épique et mélodique de Blind Guardian. Est-ce que l'ADN de ce groupe est un mélange de vos univers respectifs ?

Hansi : Disons que c'est un effet secondaire cool ! Créer quelque chose de nouveau est notre véritable objectif. On a envie de créer un univers qui est connecté à nos personnalités respectives. C'est ça l'idée. Le fait que tu ressentes des vibes de ces deux groupes n'en est que la conséquence. Notre vision est de trouver un espace entre ces deux groupes et de nous libérer de ces deux groupes. L'univers musical reste le même car cela fait partie de nous. Je ne serai pas offensé si certains se disent : "c'est un groupe avec le chanteur de Blind Guardian et il utilise grosso-modo les mêmes techniques qu'avec Blind Guardian", et je suis pratiquement sûr que Jon pense la même chose. Cet album est une occasion de nous exprimer. L'idée que je me fais de moi dans ce groupe et mon ressenti ne sont pas les mêmes que lorsque je suis avec Blind Guardian.


Le côté épique des morceaux est frappant sur cet album, à tel point qu'il se rapproche d'un livre ou d'un film, notamment grâce à ta voix qui lui donne un côté cinématographique. C'était le but ?

Hansi : Je suis content que tu dises ça. Oui, c'est toujours mon but !


Ta voix est comme celle d'un narrateur, elle varie beaucoup. Est-ce que c'est aussi ton but sur les albums de Blind Guardian ?

Hansi : Sur l'album "Beyond The Red Mirror" (de 2015, ndlr) et sur "A Night At The Opera" (2002, ndlr), cela se ressent plus car ce sont des albums où il y a plus de détails. Il y a beaucoup d'orchestrations, André (Olbrich, guitariste du groupe, ndlr) a une approche plus mélodique que d'habitude à la guitare. Vocalement, il faut que je m'adapte. J'enregistre plus de pistes au niveau du chant. Je fais pareil sur l'album de Demons & Wizards mais je pense que cela se remarque moins car les musiques sont plus "compactes", un peu plus compressées, donc cela s'entend moins. Le gros avantage de cet album de Demons & Wizards est qu'il est sorti après "Twilight Orchestra : Legacy Of The Dark Lands" de Blind Guardian, car cet album m'a donné la possibilité d'expérimenter différents personnages dans mon chant. Le côté "narration" dont tu parlais est encore plus en avant que sur l'album de Demons & Wizards. Sur "III", je suis dans ma zone de confort car j'ai pu expérimenter tout ça auparavant.


Le morceau 'Timeless Spirit' a un côté plus atmosphérique et aérien que les autres. Il y a même une touche progressive qui rappelle les groupes comme Yes et Pink Floyd. Es-tu d'accord ? Il y a aussi un côté mélancolique, comme si vous cherchiez à mélanger les atmosphères.

Hansi : Merci ! Je suis d'accord. Sur 'Timeless Spirit', il y a un côté classic rock des années 70. C'est un genre qui nous passionne. Ce que l'on aime sur les deux premiers albums de Demons & Wizards, ce sont les éléments atmosphériques, comme la fin de 'Heaven Denies' (sur le premier album éponyme, ndlr). Avant de commencer l'écriture de l'album, on a parlé de tout ça. On a eu envie de creuser l'influence de Pink Floyd. Quand Jon est parti faire un trip dans le désert, il s'est senti très inspiré. 'Timeless Spirit' renvoie à tout ça. C'est aussi pour cette raison que je lui ai demandé de faire les paroles. De mon côté, j'ai écrit la mélodie du chant en m'inspirant des éléments du paysage du désert qu'il a vus. Il ne veut pas que l'on parle des paroles de manière trop précise pour que les gens puissent les interpréter comme ils le souhaitent, mais mon interprétation est que si tu fais face à tes incarnations précédentes, alors tu ne risques rien.


C'est très intéressant ! 'Diabolic' est le premier single et il reflète beaucoup plus le son de Demons & Wizards avec une intro longue et mélancolique, la montée en puissance avant un moment plus calme. Le but de ce single était-il de dire : "Nous sommes Demons & Wizards, nous sommes de retour plus forts que jamais" ?.

Hansi : Oui ! C'était notre intention. On a vraiment attendu avant d'écrire une chanson comme 'Diabolic'. Avec Blind Guardian, dans beaucoup de cas, c'est souvent le dernier morceau que l'on écrit qui ouvre l'album. Cela se vérifie sur l'album "Beyond The Red Mirror" avec le titre 'The Ninth Wave' qui est le dernier morceau que l'on a composé. On essaye de se mettre dans cet état d'esprit. Cela a aussi été le cas avec 'Diabolic'. On avait déjà tous les ingrédients nécessaires à l'album, et il nous manquait un morceau pour ouvrir cet album, un morceau qui serait un clin d'œil à notre état d'esprit de l'époque. 'Diabolic' était le meilleur morceau à ce niveau-là. On avait envie de faire notre retour en mettant en positionnant un premier titre qui soit reconnaissable, d'une certaine manière, même si certains aspects sont surprenants, comme l'ambiance qui est brutale, pour donner à l'auditeur un aperçu de ce qu'il va pouvoir écouter par la suite.


Le dernier morceau, 'Children Of Cain', remet en avant l'aspect mélancolique et sombre de l'album, avec un côté folk. Etait-ce important pour vous de montrer ce côté sensible du groupe ?

Hansi : Oui. Pour moi, cette chanson est la meilleure de l'album. C'est celle qui m'a procuré le plus de plaisir lorsque j'ai travaillé dessus avec 'Midas Disease'. Ce morceau a un univers que je voulais explorer au niveau du chant. Sur chacune des parties, j'ai trouvé 2 ou 3 lignes de chant potentielles, toutes très bonnes. La voix est un peu plus basse et sombre. J'avais envie que cela soit mélancolique, un peu triste, et que cela transparaisse dans les paroles qui racontent une histoire qui se produit dans une société dystopique. Cette société imaginaire est d'ailleurs très ressemblante à la nôtre. Il y a simplement quelques petites choses qui changent. Tuer son frère dans cette société est un moyen établi pour devenir un adulte. C'est même le seul moyen. Si tu refuses, tu ne peux pas faire partie des membres de cette société. Nous suivons l'un de ces personnages qui s'apprête à commettre ce rituel. A ce moment-là, il a la vision qu'il est la réincarnation de Cain, alors il décide de tuer toute sa génération, ce qui est un crime. Il est alors banni de la société, mais il y a des hauts et des bas dans l'histoire. On retrouve des moments plus gais. J'ai essayé de faire en sorte que cela se ressente dans le chant et dans les paroles.


Certaines chansons sont assez différentes du reste de l'album comme 'Midas Disease'. C'est un morceau direct, et c'est assez surprenant. Il pourrait rappeler AC/DC avec son riff simple, W.A.S.P. ou Twisted Sisters au niveau du chant. Est-ce que cette chanson est en quelque sorte un hommage au heavy metal old school ?

Hansi : Oui, on peut quasiment dire ça comme ça. L'idée était en tout cas d'écrire un morceau très direct et punchy dès le début. Pour Jon, il y avait aussi la volonté de faire un hommage à Malcolm Young (guitariste rythmique et membre fondateur d'AC/DC, ndlr). Je considère aussi ce morceau comme un hommage à AC/DC. J'ai essayé de mon côté de rendre hommage à Brian Johnson et à Bon Scott (les deux chanteurs emblématiques d'AC/DC, ndlr). Il y a aussi un côté Alice Cooper et une ambiance 70's d'une manière générale. Ce que tu dis concernant W.A.S.P., beaucoup de gens me l'ont dit aussi. Jon dit souvent que sur certaines tonalités, ma voix sonne un peu comme celle de Blackie Lawless (de W.A.S.P., ndlr), mais je n'avais pas pour objectif de m'inspirer de son chant.


Qu'attends-tu de cet album ? Et quelles sont vos projets ? Avec Jon, vous êtes tous les deux très occupés avec vos groupes respectifs, Blind Guardian et Iced Earth. Peut-on s'attendre à un album live par exemple ? A un autre album de Demons & Wizards ?

Hansi : J'espère que cet album rencontrera un franc succès. C'est ce qui va conditionner le devenir de Demons & Wizards dans un futur proche.


Donc en fonction de l'accueil qui sera réservé à cet album, cela peut avoir des répercussions à court terme sur Blind Guardian ? Si cet album marche bien, cela pourra-t-il reporter la sortie du prochain album de Blind Guardian ?

Hansi : Non. Ni l'album de Blind Guardian ni celui de Iced Earth ne sera remis à plus tard. Maintenant, nous allons tous les deux revenir à nos groupes principaux. On va arrêter la promo de cet album quand celui-ci va sortir et repartir immédiatement travailler avec nos groupes respectifs. On a des évènements qui vont avoir lieu tout au long de l'année avec Demons & Wizards, mais pas de concert car on n'en aura pas le temps.


2020 et 2021 seront dédiés à Blind Guardian et à Iced Earth



Il n'y a pas de plan de tournée, mais si cet album rencontre un grand succès ?

Hansi : 2020 et 2021 seront dédiés à Blind Guardian et à Iced Earth. C'est déjà planifié. On va enregistrer un album avec Blind Guardian, et dès que l'on va commencer les tournées, on ne pourra pas arrêter de jouer pour faire autre chose. Si l'album rencontre autant de succès qu'on l'espère en revanche, on n'attendra peut-être pas 15 ou 20 ans avant d'en sortir un suivant ! On pourra alors peut-être envisager de partir en tournée avec Demons & Wizards.


Aujourd'hui, on ne génère plus d'argent avec les ventes d'albums. Seuls les concerts en rapportent. Quel serait l'intérêt de sortir un autre album avec Demons & Wizards s'il n'y a pas de tournée ?

Hansi : Je suis très old school alors je suis plutôt en désaccord avec toi. Tu peux encore gagner de l'argent aujourd'hui sans donner de concert. J'en suis la preuve vivante ! Nous n'avons pas tourné ces trois dernières années avec Blind Guardian ! On a dédié notre temps à Demons & Wizards. Blind Guardian n'est pas remonté sur scène depuis 2016 et on ne va pas rejouer avant 2021 !

 

Je mentirais si je disais que les albums au format physique se vendaient aussi bien aujourd'hui qu'il y a dix ans !

 

Mais peut-être que vous avez gagné de l'argent avec vos anciens disques aussi, plus qu'avec les plus récents !

Hansi : Oui et non. Le streaming n'est pas si mauvais. Tous les 6 mois, nous avons un peu d'argent qui rentre, suffisamment pour que cela entre en considération dans les calculs. Je mentirais si je disais que les albums au format physique se vendaient aussi bien aujourd'hui qu'il y a dix ans ! Ce n'est pas le cas, c'est un fait.


Je ne réalise pas du tout la somme qu'un groupe comme Blind Guardian peut percevoir avec le streaming sur une année. Quand tu vois qu'une écoute en streaming rapporte 0.001 €…

Hansi : 0.007 € ! (Rires). C'est qu'avec Blind Guardian, nous avons dix ou onze albums qui génèrent, disons 50 millions d'écoutes par an, si tu comptes Apple, Spotify, etc. Peut-être que nous n'avons que 30 millions, je ne sais pas. Il faut diviser ça par le nombre de chansons, disons 10 chansons par album.


Disons qu'à raison de 0,001 € par écoute, cela génère 50 000 € à Blind Guardian par an. Cela reste insuffisant pour en vivre !

Hansi : Non, ça n'est pas suffisant. Mais il ne faut pas oublier le marché physique ! On vend beaucoup d'albums physiques !


Donc vous arrivez à vivre de votre musique ?

Hansi : Oui. Il faut intégrer aussi d'autres sources de revenus. Il y a le merchandising par exemple. Avec Blind Guardian, on a tourné constamment pendant presque 2 ans par exemple, puis on s'est arrêtés pendant 4 ans. On a gagné de l'argent en plus des recettes venant de la vente d'albums et du streaming. Cela nous permet de vivre sans trop se priver. Jon et moi ne dépendons pas de Demons & Wizards pour vivre. Nous faisons cela pour le plaisir, parce qu'on peut le faire.


Etant donné que Blind Guardian va faire son retour, est-ce que tu comptes revenir en France d'ici quelque temps pour faire la promo de votre prochain album ?

Hansi : J'espère ! J'aimerais vraiment. J'aime beaucoup jouer de la musique, et c'est la seule chose que je puisse faire. Si tu me demandais de devenir commercial dans la banque ou enseignant, ce serait pire pour moi que de vendre moins d'albums qu'il y a 20 ans ! Je crois qu'il y a toujours un marché du disque physique. Certains sont encore très intéressés par ça, autrement, il n'y aurait plus de disques. Les labels comme Century Media ou Nuclear Blast sont comme nous, ils veulent que le disque continue de vivre. Ils veulent vendre des albums physiques. Si je dois partir en tournée pour vivre de la musique, je le ferai, mais pas très longtemps, car j'ai besoin de revenir à ma vie normale, de retrouver ma vie privée. C'est ce qui me permet de rester créatif et de m'éclater.





Merci beaucoup ! (en français)

Hansi : De rien ! (en français).


Merci à Noise pour sa contribution...



Plus d'informations sur https://www.facebook.com/demonsandwizardsofficial/
 
(0) COMMENTAIRE(S)
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'article, ajouter quelques anecdotes, quelques connaissances ou tout simplement raconter votre vie...
 
Aucun commentaire. Soyez le premier à donner votre avis sur ce article
Haut de page
 
Main Image
Item 1 of 0
 
  • 19025
  • 19026
  • 19027
  • 19028
  • 19029
Haut de page
EN RELATION AVEC DEMONS & WIZARDS
DERNIERE CHRONIQUE
Iii (2020)
Après un long sommeil que l'on aurait pu penser éternel, Demons & Wizards effectue un retour miraculeux en retrouvant la classe et la magie de son premier album. Toutes les chroniques sur DEMONS & WIZARDS
DERNIERE ACTUALITE
DEMONS & WIZARDS EST DE RETOUR SUR MUSIC WAVES!
INTERVIEW
Toutes les actualités sur DEMONS & WIZARDS
AUTRES ARTICLES
ARTICLE PRECEDENT
HIGHLY SUSPECT (29 NOVEMBRE 2019)
Retour des multi-nommés aux Grammy Awards, Highly Suspect sur le devant de la scène
 
ARTICLE SUIVANT
DOSSIER KILLING JOKE (1ÈRE PARTIE)
Killing Joke va souffler les 40 bougies de la sortie de son premier album, l'occasion de revenir sur ce groupe aussi mystérieux que méconnu.

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020