MW / Accueil / Articles / Skindred + Blood Command - 19 Décembre 2019 - Lille (L'Aéronef).

Skindred + Blood Command - 19 Décembre 2019 - Lille (L'Aéronef).


TYPE:
LIVE REPORT
GENRE:
METAL FUSION
En cette fin décembre nous sommes à Lille pour une soirée qui s'annonce bouillante avec le patron du ragga métal.
NOISE - 28.01.2020
Pour un des derniers concerts d’une année 2019 bien remplie nous sommes à Lille pour une soirée remuante et festive. L’Aéronef accueille une date de la tournée européenne de Skindred. Cette date organisée dans la salle en version club est complète depuis longtemps, il faut dire que le groupe britannique est une référence en matière de fusion musicale et sa venue est un évènement. Mais avant même que la soirée ne commence, la salle a la bonne idée d’organiser un warm-up à l’étage dans la mezzanine, gratuit et ouvert à ceux qui n’ont pas de billets ; cela permet chaque mois à deux formations de jouer une demi-heure afin de faire leurs preuves et de se faire découvrir. En ces temps de grève et de circulation délicate, le public est un peu clairsemé quand la première formation débarque sur le coup de 19h.

Mais cela ne va pas faire peur à Through The Void. Cette formation a vu le jour à Bruxelles en 2018 et s’apprête à sortir son premier EP. Elle va balancer une prestation énergique avec un metal teinté de l’esprit néo des années 90 à la croisée de Linkin Park et  System Of A Down. Les titres sont courts et nerveux et font savourer une agressivité sympathique dans les canons du genre. La facette pop fait aussi son effet, le tout est porté par riffs efficaces. Le chant rappé à la Linkin Park fonctionne et le groupe séduit son audience.  Avec ‘Broken’ il accueille un invité au chant et le duo formé est efficace avec l’alternance entre voix claire et growl. En fin de prestation ‘Run’ fait jumper un public bien plus nombreux avec un ton rap metal nerveux et fiévreux. Through The Void a été un hors-d’œuvre sympathique. Il maitrise les codes néo metal et la suite de sa carrière sera à guetter de près : il a tout pour faire partie de la relève du genre.

Le deuxième groupe c’est SMBU pour Smack My Beat Up. Il propose un mixe électro metal teinté de néo pour un résultat explosif et vient de participer sans succès au tremplin du Betiz Fest. Cette déception a été digérée et le groupe fonce en retenant le positif de cette expérience. La prestation énergique proposée va peut être donner des regrets au jury : le groupe va mettre le feu à un public qui blinde le petit espace surplombant la salle. Son mélange est détonnant dans l’esprit d’un Prodigy avec de la fougue, portée par un Nico véritable maitre de cérémonie au chant et à la guitare. Les titres sont dansants et rapides avec un côté euro dance teinté d’indus avec un chant écorché. Il y a aussi un côté cru sexuel qui fait son effet : Un titre comme ‘Bondage’ est assez explicite et aura fait danser les gens avec son côté électro martial, le chant vicieux de Nico et un petit extrait de film qui a fait son effet. Dans la suite on retiendra une petite bombe comme ‘Alien’ qui a ravi le public. SMBU a donné une prestation énergique et on lui souhaite une belle continuation car il mixe les genres avec classe.

Après ce parfait apéritif tout le monde descend les escaliers et passe au contrôle billets pour débuter la soirée. Le club va très vite se remplir. Dans cette configuration avec la scène de l’autre côté seule la moitié de la salle est ouverte et la chaleur va vite se faire sentir. Avant les héros du jour nous retrouvons Blood Command. Depuis 2008 la formation norvégienne démonte tout avec un savant mélange de punk, de hardcore et de deathpop en se revendiquant aussi bien de Refused que de Boney M. Elle a sorti trois albums et nombre de singles dans un pur esprit punk. Ses prestations scéniques sont brûlantes et lui ont même permis de gagner un prix du meilleur concert de l’année. Dans une salle blindée le groupe ne va pas faire de quartier et tout ravager sur son passage, porté par une Karina Ljone charismatique aux allures de lionne féroce, digne héritière des grandes vocalistes pop et rock des années 70 et 80. D’entrée avec ‘Ctrl + Art + ’ le concert démarre cash. Karina impressionne avec une voix d’écorchée vive. Le ton est très remuant avec un mix qui fonctionne à merveille. Tout cela est puissant et entrainant et l’enchainement rapide avec ‘Cult Drugs’ enfonce le clou. Le groupe est libre et aime le faire sentir. Il n’a pas de frontières et tout cela fait un carton avec un côté à la fois wave et punk réjouissant. La salle apprécie et la chaleur se fait sentir dans les premiers rangs. Teinté de pop ‘Quitters Don’t Smoke’ est une belle claque portée par le chant de Karina avec un côté nerveux à fleur de peau très présent.

Le concert est déjà une réussite et un vent de folie va planer sur la suite. ‘Alarms All Assasins’ et ‘All I Do Is Maketh Shit Dope’ déménagent et au milieu le petit passage emprunté à Cher et ‘Strong Enough’ fait un carton. Blood Command y confirme son amour de la pop avec un côté barré et punk digne de Blondie. Le public apprécie l’énergie dégagée et fait un joli triomphe à la formation. ‘Cult Of The New Beat’ est un autre moment bien cinglé. Il y a le chant furieux teinté de punk et la facette pop très années 80. Tout cela s’entrechoque avec fraicheur. Avec son nom improbable, ‘S01E02.Return.Of.The.Arsonist.720p.HDTV.x264’ est une réussite. Puissant et accrocheur le titre est un délice pop punk avec une puissance énorme et un chant écorché. Il met le feu à la salle de belle manière. Le final avec deux derniers titres va être mémorable. ‘Afraid Of Water’ montre la même urgence et emporte l’adhésion avec son côté simple et direct et un chant incroyable d’intensité. Enfin encore plus court ‘No Thank You, I’m More In To Fake Grindcore’ est un brûlot punk énergique avec une mélodie irrésistible et de nouveau un passage euro dance. Blood Command a proposé un concert extra. Il a montré une fraicheur qui fait du bien et a ravi le public de belle manière avec son imparable mix musical.

Après cette tempête la voie est ouverte pour Skindred. Depuis plus de 20 ans Benji Webbe et ses hommes se foutent des conventions et des styles. Ils mixent punk, metal, raggamuffin et reggae pour un résultat décoiffant, livrant des albums explosifs et des concerts intenses. Le public a soufflé rapidement dans le salon et est revenu pour blinder le club pour cette dernière date de la tournée européenne, au point que l’on se dit que le concert aurait pu se faire dans un Aéronef classique. L’ambiance est très chaude et l’intro sur  ‘Thunderstruck’ d’AC/DC la fait encore grimper. Puis ‘The Imperial March’ emprunté à John Williams et "Star Wars" fait son effet en version dub. La salle est déjà en feu avec le début sur ‘Sound The Siren’. Derrière ses lunettes noires et en veste, Benji en impose. Il est au taquet et enflamme le public. Le titre, irrésistible, est taillé pour la scène avec un côté très remuant. Le mix fonctionne à merveille et l’énergie déployée est impressionnante. Le refrain est éructé avec hargne par un Benji en pleine forme. La communication est immédiate et le succès total avec des premiers rangs qui jumpent avec frénésie. Après un "Good evening !" rapide, le groupe enchaine sur ‘Pressure’.  Très dansant le titre est une claque de ragga métal avec un refrain scandé par un public de fans furieux. L’accueil est parfait, avec un speech très sympathique d’un Benji charismatique. Le chanteur évoque la fin de la tournée et appelle à célébrer la vie puis ‘Rat Race’ fait un carton avec un pur côté jamaïcain et une puissance métallique impressionnante. Les compères de Benji sont de purs orfèvres pour mettre le feu. La communion est totale et toute la salle bouge en rythme dans un esprit sympathique.

Skindred est en pleine forme et va enfoncer le clou avec classe. Benji joue avec le public sur un ‘Machine’ entraînant et remuant. L’impact est énorme, le mix continue de faire un malheur avec un sacré gros son. Le public fait les chœurs sur le refrain avec force et cela donne le petit frisson des grands moments. Le chanteur lance un "Rock’n’roll saved my soul " qui fait son effet puis un bon gros solo est au programme. La soirée est parfaite et le chanteur remercie chaleureusement son public. ‘Ninja’ enchaine et fait le même impact avec toujours un mariage musical qui fait penser à un Soulfly ragga. Il y a le chant rapide teinté de rap, un refrain énorme et un côté électro irrésistible. Le titre est un tube qui achève de mettre le feu. Après un nouveau gros speech c’est le moment d’un premier interlude. Le chanteur s’amuse avec le public avec le ‘California Love’ de 2Pac en fond sonore. Il parle sans cesse, souhaite un anniversaire en chœur avec le public et tout cela s’enchaine avec ‘That’s My Jam’.  Cet instant rap donne un résultat bouillant et met la fièvre. Le moment s’étire dans un pur esprit jam et déboite fortement avec un refrain repris par la foule pour un succès total. Très bavard, le chanteur se lance dans une nouvelle tirade dans laquelle il rend notamment hommage à un de ses amis chanteurs. Cela amène vers ‘Saying It Now’.  Le début du titre en acoustique est sympathique, le chant plus calme aussi, le tout étant plein de feeling. Le côté à fleur de peau mélancolique est un joli moment d’émotion avant que la fiesta ne reprenne à coup de "Come On!" mettant le feu dans un esprit ragga fun.

La dernière partie du concert s’annonce. Skindred va la transformer en apothéose. C’est ‘Kill The Power’ qui la débute, scandée par un public de fans avant  le début. Puis le titre fait un carton avec un refrain énorme et un côté reggae irrésistible. Le chanteur remercie en français son public, le met en valeur et se lance dans de grands délires autour de Tom & Jerry et des T-shirts dans une ambiance très sympathique. Tout le monde est chaud et la suite avec ‘Nobody’ est une claque taillée dans le meilleur d’un ragga métal irrésistible avec un excellent refrain. Les rappels s’annoncent et le groupe est fortement réclamé. Avant même le début l’ambiance est brûlante et quand le groupe revient avec ‘Big Tings’ c’est l’explosion avec de nouveau un excellent mélange des genres. Le final s’annonce, le groupe est présenté de manière hollywoodienne avec en fond sonore ‘Boom ! Shake The Room’ de DJ Jazzy. Tout cela est très sympathique et encore une fois Benji fait le show et lance "Warning !" pour finir les hostilités. Le public est à genoux puis se déchaine avec cet énorme titre. La puissance de frappe est phénoménale, le refrain parfait et le côté ragga rap furieux fait son effet. Pour la fin de la chanson, Blood Command rejoint le groupe tandis que dans la fosse chacun retire son T-shirt pour le brandir dans un bel esprit de communion. Cette dernière explosion est mémorable et clôture le concert de la meilleure des manières. Skindred a retourné l’Aéronef comme rarement il l’a été. Le groupe a mis le feu avec une énorme classe. Dansant, puissant et vivant il a donné un de ces concerts dont on ressort le sourire aux lèvres et qui fait du bien en transcendant les genres. Nous remercions la salle et l’organisation pour nous avoir permis d’y assister.



Plus d'informations sur http://www.skindred.net/
Main Image
Item 1 of 0
 
  • 18976
  • 18977
  • 18978
  • 18979
  • 18980
  • 18981
  • 18982
  • 18983
  • 18984
  • 18985
  • 18986
EN RELATION AVEC SKINDRED
DERNIERE ACTUALITE
Skindred - 19 Décembre 2019- Lille (L'Aéronef).
CONCERT

Lire l'actualité
Voir toutes les actualités concernant SKINDRED
 
DERNIER ARTICLE
En cette fin décembre nous sommes à Lille pour une soirée qui s'annonce bouillante avec le patron du ragga métal.

Lire l'article
Voir tous les articles concernant SKINDRED

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
Quelques uns de nos partenaires :
Roadrunner Records, Mascot Label Group, Spv Steamhammer, Afm Records, Sony Bmg, Peaceville Records, Warner, Unicorn Digital, Frontiers Records, Karisma Records, Insideout Music, Kscope, Ear Music, Progressive Promotion Records

© Music Waves | 2003 - 2020