MW / Accueil / Articles / JULIA PARIS (07 FEVRIER 2020)

JULIA PARIS (07 FEVRIER 2020)


TYPE:
INTERVIEW
GENRE:
POP
Music Waves est allé à la rencontre de la jeune chanteuse Julia Paris qui sort son EP 4 titre sobrement intitulé 'Julia Paris'.
ADRIANSTORK - 11.02.2020
Julia Paris est une enfant précoce. A 14 ans elle avait déjà un compte à la SACEM, aux alentours de 20, elle lançait un spectacle sur Edith Piaf et dernièrement elle aurait attiré dans ses filets, nul autre qu'Alain Delon! Aujourd'hui à 23 ans, elle se sent assez mûre pour nous faire découvrir quatre de ses chansons. Découverte du petit phénomène au nom aussi mystérieux que Julia Paris.

Julia Paris, osons le dire, le patronyme est bien choisi pour l'international. Est-ce que cela faisait partie d'un cahier des charges ou est-ce ton vrai nom ?

Non, non ! C’est bien mon vrai nom !


A 14 ans, pourquoi as-tu décidé de déposer tes textes à la SACEM ? N'avais-tu pas peur de manquer de recul et de maturité ?

Je venais d’achever l’écriture d’un spectacle musical intitulé « Seven sins » qui regroupait 14 chansons en anglais. On a essayé de me piquer le livret - c’est pour cette raison que j’ai pu adhérer à la SACEM. Cette démarche en elle-même, ainsi que ces textes, ont convaincu mes interlocuteurs de mon sérieux et de ma maturité. Après, à 14 ans, peut-on réellement avoir du recul ? Par rapport à quoi ? A qui ? Pour ma part, j’en ai eu assez pour me dire qu’il était important de déclarer mes créations afin qu’elles ne m’échappent pas.


Peux-tu nous parler de ton expérience avec Le Manège à Piaf, est-ce qu'il y avait dedans une autre expérience que la chanson qui aurait pu te séduire ? (Le théâtre par exemple)

Le Manège de Piaf est une association qui a permis de produire le spectacle « Edith Piaf : entre France et Amérique » dont j’avais écrit le livret … C’était un travail de création mais aussi de production. J’ai dû trouver des financements, des partenaires, les 19 comédiens qui monteraient sur scène, m’occuper de la communication, des costumes, convaincre l’équipe de la Comédie et du Studio des Champs Elysées du sérieux de ce projet… C’était un challenge incroyable et une grande fierté de pouvoir présenter mon spectacle.C’était également un travail d’équipe qui m’a beaucoup plu. Je pense que ça m’a encouragé à développer mon côté entreprenariat et autodidacte. Rien n’était impossible !


Quel a été ton rapport avec Claude Lemesle, le parolier partenaire entre autres de Joe Dassin. Tu aurais intégré son atelier d'écriture. Qu'y as-tu appris ?

Claude organise des ateliers où l’on croise beaucoup de personnes qui veulent écrire – toutes ne sont pas des professionnels de la musique. J’avais contacté Claude par mail et il m’avait proposé de passer le voir. Je lui ai montré quelques textes et il m’a proposé d’intégrer ses ateliers. Ce ne sont pas des cours magistraux – nous partagions nos créations et co-écrivions quelques textes. J’y ai appris à écrire en groupe et Claude m’a confirmé ce que je savais déjà : la chanson touche énormément de monde et ce quelque soit l’âge ou le milieu social.


Sur ton site, on apprend qu'Alain Delon aurait lu un de tes textes 'Je n'aime que toi'. Peux-tu nous en dire plus sur cette rencontre ?

En réalité je lui avais envoyé des textes et il m’a proposé d’en enregistrer un – je lui ai alors fait une sélection de 10 textes parmi lesquels « Je n’aime que toi ». La musique qu’a composé Rick Allison pour habiller ces paroles a fini de convaincre Alain Delon et nous avons enregistré en décembre 2018 au Studio Saint Germain.





C'est (presque) à l'âge de 24 ans que tu publies ton premier EP. Comme tu as été très précoce, pourquoi ne pas l'avoir sorti plus tôt ?

A l’âge de 23 ans en réalité ! Je ne voulais pas, au départ, interpréter mes textes, je souhaitais simplement écrire. De mon point de vue il fallait des paroliers, des compositeurs et des interprètes… Or cette vision de la chanson ne correspond plus à la réalité. Beaucoup de personnes m’ont encouragé à chanter – le déclic a été l’enregistrement de « Je n’aime que toi ». J’avais essayé de placer plusieurs textes notamment pour des artistes Universal Music mais sans vraiment de succès. Je me suis dit que si je voulais que mes textes deviennent des chansons il fallait que je me lance. J’ai eu aussi la chance d’avoir autour de moi une très bonne équipe qui m’a soutenu lors de la création de ma société de production et d’éditions « Productions Liberté » et qui a rendu ce projet possible.


Il ne faut jamais oublier qu’au final, on fait des chansons pour le public.


Tu aurais un stock de deux cents chansons. Tu nous n'en présentes que quatre. Sur quel critère s'est porté ton choix et pourquoi ne pas avoir sorti directement un album ?

Toutes ces chansons je ne les ai pas écrites pour moi – j’avais pris le temps de créer pour les autres alors j’ai voulu prendre le temps d’en faire de même pour mon EP. Les quatre titres que je propose sont tous liés mais à la fois, ils sont assez différents. Les sujets qu’ils abordent me tiennent à cœur et je souhaitais voir quels seraient les titres que le public retiendrait afin de créer un album cohérent. Il ne faut jamais oublier qu’au final, on fait des chansons pour le public.


Pour le titre de l'EP, tu as choisi ton nom comme point de départ de ta trajectoire ?

Pas exactement… Dans cet EP je défends mes premiers titres en tant qu’auteur-interprète, c’est une première rencontre. Choisir de mettre mon nom comme titre était une façon de me présenter.


La pochette nous montre l'image d'une jeune femme un peu timide mais finalement celle-ci a une voix grave et assurée. Etait-ce une manière de déjouer les attentes ?

Je voulais que la pochette, tout comme le titre de l’EP, permette de m’identifier clairement. C’est une première rencontre – la photo d’Emanuele Scorcelletti que j’ai choisi est un portrait simple, avec un micro, que chacun interprètera comme il le souhaite. Timide mais déterminée, il est vrai que beaucoup de personnes ont été saisies par le contraste qu’il pouvait y avoir entre ce qu’ils s’étaient imaginé de mes chansons et ce qu’ils ont écouté. C’est toujours bien de surprendre !


La première chanson place notre interprète entre un piano et des cordes, un exercice qui aurait pu être assez casse-gueule (mais finalement succès). Comment penses-tu t'être sortie de cet exercice difficile ?

Assez bien ! Je suis heureuse du résultat et je trouve cette chanson très réussie ! Cet exercice difficile n’aurait pas pu être possible sans l’aide de Rick Allison qui a composé la musique mais qui était également présent en studio avec moi et m’a aidé à bien placer ma voix lors de l’enregistrement. J’avais également énormément travaillé ce titre avec ma coach vocale, Zoé Gilbert.


Le texte est assez universel, une femme qui recherche un homme, mais avec ta voix langoureuse, on ne sent aucune légèreté mais une vraie détermination et une grande sensibilité. Est-ce que tu joues à interpréter la chanson ou tu te livres toi-même ?

J’ai écrit ce texte en y mêlant des souvenirs et des sensations qui ont pu être les miennes mais également celle d’autres personnes que j’ai croisées, de films, de livres… C’est pour cette raison qu’il est assez universel. Après, je ne joue pas avec l’interprétation, ça aurait sonné faux. J’ai essayé de vivre le texte et de donner à chaque mot le relief qu’il méritait.






Après ce morceau grave, on trouve un peu de légèreté sur les deux morceaux suivants. As-tu recherché un peu d'équilibre ?

Bien sûr ! C’était important de respecter cet équilibre. Je souhaitais que l’auditeur puisse se délester de ses problèmes au fur et à mesure qu’il découvrait les titres. Nous sommes tous humains et avons besoin de cet équilibre entre gravité et légèreté.'


Je souhaitais que l’auditeur puisse se délester de ses problèmes au fur et à mesure qu’il découvrait les titres.



Tous Les Deux' possède un refrain anthologique qui mérite d'être repris par le plus grande nombre. Ça pourrait être fleur bleue mais ça ne l'est jamais. Question de dosage ?

Merci ! Je pense que le refrain n’est pas fleur bleue pour la même raison que la chanson 'Un homme' est forte et sensible. Je ne joue pas, j’essaie de vivre chaque mot et de ce fait le titre ne sonne pas faux. Il faut aussi écouter en filigrane le travail d’arrangement qui permet de donner à ce refrain une intensité particulière.


Est-ce que le général Joli Cœur existe ou est-ce un archétype masculin ?

Général joli cœur est aussi bien masculin que féminin – je pense que nous avons tous une part de « général joli cœur ». Consciente ou non, c’est cette petite voix qui nous murmure que tout est possible, celle qui fait que nous réalisons nos rêves et que nous nous battons pour être heureux/heureuses et libres.


Sur la dernière chanson, on retrouve un peu d'agitation. Est-ce que ce morceau pourrait annoncer une face un peu plus rock ?

J’écoute énormément de musique de styles différents et encore une fois l’équilibre était primordial dans ce premier EP – je souhaitais montrer ma capacité à interpréter aussi bien un titre grave comme 'Un homme' qu’un titre plus entrainant comme 'J’y arriverai', œuvre du compositeur Yacine Azeggagh qui a également mis en musique 'Tous les deux' . L’agitation n’est pas le maître-mot de cette chanson, c’est plutôt de la détermination qu’il faut venir y trouver !





Dans la France d'Hoshi et Aya Nakamura, quelle est la place de Julia Paris ?


L’avenir nous le dira, mais je pense que si l’urbain a été mis à l’honneur ces dernières années par les grands labels il y a une demande de chanson française plus traditionnelle qui reste présente. Je souhaite créer des titres intemporels qui peuvent transcender les générations et toucher le plus grand nombre.


Qu’attends-tu de cet EP ?

Un premier contact avec mon public et surtout les premiers coups de cœur pour ces chansons qui, j’espère, deviendront des souvenirs ou des moments de réconfort. Nous vivons toujours avec de la musique en arrière-plan de nos vies.


Et pour la suite, vas-tu le défendre sur scène ? Un nouvel EP ou un premier album ?

Je suis en train d’organiser un certain nombre de dates pour cette année ! J’adore la scène et la proximité qu’il peut y avoir avec le public lorsque j’interprète mes titres en live. Sinon un premier album est à l’ordre du jour pour la fin 2020, début 2021 - je commence à réfléchir à des textes et nous allons travailler dessus dans les prochains mois avec mon équipe !


Un dernier mot pour les lecteurs de Music Waves ?

N’hésitez pas à me contacter et à partager cet EP qui est désormais à vous ! Vos retours sont les plus beaux cadeaux !


Plus d'informations sur https://www.facebook.com/juliaparisofficiel/
Main Image
Item 1 of 0
 
  • 19031
  • 19032
EN RELATION AVEC JULIA PARIS
DERNIER ARTICLE
Music Waves est allé à la rencontre de la jeune chanteuse Julia Paris qui sort son EP 4 titre sobrement intitulé 'Julia Paris'.

Lire l'article
Voir tous les articles concernant JULIA PARIS
 
DERNIERE CHRONIQUE
Julia Paris (2020)
Avec son premier EP et sa voix chaleureuse, nul doute que Julia Paris ne se fasse un nom en lettres capitales.

Lire la chronique
Voir toutes les chroniques concernant JULIA PARIS

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
Quelques uns de nos partenaires :
Roadrunner Records, Mascot Label Group, Spv Steamhammer, Afm Records, Sony Bmg, Peaceville Records, Warner, Unicorn Digital, Frontiers Records, Karisma Records, Insideout Music, Kscope, Ear Music, Progressive Promotion Records

© Music Waves | 2003 - 2020