MW / Accueil / Articles
A PROPOS DE:

SUR LES AILES D'UN ANGE


TYPE:
DOSSIER
GENRE:
ROCK PROGRESSIF

Rétrospective discographique sur le géant du rock progressif français à l'occasion de ses 50 ans de carrière
ADRIANSTORK - 22.06.2020 - 20 photo(s) - (0) commentaire(s)
2020, le groupe de rock progressif français Ange  fête son cinquantenaire de présence terrienne. En semant des graines françaises sur un terreau typiquement britannique, le groupe franc-comtois avait récolté des fleurs d'énergie, de poésie et de sensibilité qui ne devaient plus rien envier aux arômes de leurs cousins d'outre-Manche. Sa position unique (qu'il partage avec Magma) dans une France perdue pour la cause progressive, l'a certes éloigné des émissions des Carpentier ou des posters de Podium malgré un succès au rendez-vous (en témoignent les nombreux disques d'or obtenus dans les années 70) et le soutien indéfectible des fans. Les années 80 ont été plus poussives et le groupe des frères Décamps a été à deux doigts de s'éteindre dans l'indifférence. Mais un Ange est éternel et a du cœur. Deux retours lui ont permis de retrouver sa place dans la constellation progressive, sans renier sa formule familiale, même si les membres d'hier ne répondaient plus à l'appel. Nous allons donc nous intéresser à la trajectoire du groupe, des premières pierres aux grandes cathédrales puis le retour à des dimensions plus modestes et plus éloignées de leur fondations d'origines pour aboutir à un nouveau départ.






LES DEBUTS


1969 : année -1 dans la Préhistoire d'Ange. Christian Decamps et son frère Francis, deux sacrés gaillards originaires d'Héricourt (Haute Saône) fusionnent leurs groupes respectifs. L'aîné Christian a écumé les bals populaires avec son orchestre Les Anges, dans lequel on retrouve le guitariste Jean-Michel Brézovar. De 6 ans son cadet, Francis a conduit sur les routes de Franche-Comté avec Les Pare-Chocs puis Evolution, plus influencé par le rock progressif encore balbutiant des Moody Blues et King Crimson. Après le départ du premier chanteur, Christian décide de se placer derrière le micro en attendant de trouver le candidat idéal, qui heureusement pour nous sera très en retard à se présenter. L'intrépide Gérard Jelsch complète les effectifs à la batterie.

Ange fait un malheur à Belfort, la grande métropole régionale, avec son opéra-rock démesuré, ''L'épopée du Général Machin'' (dont il ne reste aucune trace à l'exception de quelques extraits sur un live non officiel et un single ''Israël/Cauchemar''). Comme le groupe n'a pas de pécule pour s'acheter du matériel flambant neuf, Francis Décamps applique les lois du système D en associant la reverb d'un Hammond à son Viscount pour lui donner un son ouaté et brumeux ressemblant lointainement au mellotron. Prêt à embarquer vers de nouvelles aventures, Ange accueille sur sa nef un dernier membre : à la basse, un grand blond originaire de Vesoul, Daniel Haas.

Après s'être fait un nom dans le Landernau Franc-Comtois, Ange se sent pousser des ailes et s'envole en direction de la capitale. A Paris, le groupe tourne inlassablement pendant plus d'un an avec pour point culminant sa victoire prestigieuse du Tremplin du Golf Drouot. Ange est signé dans la foulée par Phonogram, la branche française de Philips, qui compte dans son écurie Magma, Los Incas ou encore Johnny Hallyday. A la fin de l'année 1971 sort le deuxième EP ''Tout Feu Tout Flammes'' dont l'arrangement des cordes a été confié à Gérard Manset (au passage un autre artiste qui a œuvré dans le rock progressif français avec son chef-d’œuvre ''La Mort D'Orion''). Ce premier balbutiement met déjà en avant les grands ingrédients d'Ange : l'amour des mots et le chant théâtral de Christian Décamps, le clavier virevoltant de Francis Décamps, les atmosphères nimbées de brouillard, la batterie impeccable. Néanmoins, le morceau est encore assez exsangue, trop ancré dans l'imitation de ses cousins anglais Moody Blues. Dans les années 80, le groupe en fera une relecture bien mieux maîtrisée.


1972 "Caricatures"

 

Ange nous ouvre les portes de son Paradis. Les Franc-Comtois ont bien digéré la grammaire progressive de leurs cousins anglais : les morceaux s'étirent au-delà du format standard (l'agitée et majestueuse 'Caricatures' culmine à 13 minutes), changements de rythmes, cassures, éclatement de la sacro-sainte règle du couplet/refrain. Les orgues et claviers nous orientent vers un Moyen-Age tantôt enchanteur, tantôt inquiétant. La guitare de Jean-Michel Brézovar lance des éclairs aux moments les plus inattendus ('Telsquels'). Christian Décamps déclame, vocifère, susurre des textes d'une veine poétique riche (on notera un petit relent anti-cléricaliste et anti-militariste sur le poème en alexandrin de 'Caricatures'). Autre tradition : la ballade médiévale 'Le Soir Du Diable' rythmée par la guitare acoustique, les percussions tribales de Gérard Jelsch et la voix désespérée de Christian. L'essai est réussi, même si Ange n'est pas encore maître de son destin (le chant de Christian n'est pas encore autoritaire, les enchaînements entre différentes parties manquent de souplesse en particulier sur 'Dignité').





Remplaçant au pied-levé Martin Circus, Ange tourne avec l'idole des jeunes qui ne sait plus à quel saint se vouer (une rumeur veut que Johnny Hallyday ait eu l'envie de tout plaquer pour monter un groupe à la Ange). Un peu plus tard sur les terres de Peugeot, Ange participe à un festival en compagnie de deux pointures du rock progressif anglais : Genesis et Caravan. Ange traverse ensuite la Manche une première fois pour aller à la rencontre d'Anglais ravis.


1973 Le Cimetière des Arlequins



Ange nous invite à pousser les portes de cet étrange cimetière. Nous sommes conviés sous les grandes orgues à la fête chez l'apprenti sorcier où l'on peut y croiser, guidé par la guitare acoustique, 'L'Espionne Lesbienne'. Comme plat de résistance, on goûtera deux morceaux de choix, le tempétueux 'Bivouac' et la suite de 8 minutes 'Le Cimetière Des Arlequins' et son paysage halluciné hanté par la basse menaçante de Daniel Haas (peu avant ce saut périlleux 'La Route Des Cyprès' offre sa fraîcheur et ses charmes bucoliques). Ange rend également hommage au gardien du cimetière de la Chanson Française avec une reprise de 'Ces Gens-Là' de Jacques Brel équilibrant tension et explosion (cette critique d'une société sectaire aurait été appréciée en haut lieu). Les efforts du groupe sont considérables, les deshérences du premier opus ont été gommées, le chant est plus maîtrisé (jusqu'à la syncope sur 'L'Espionne Lesbienne'), l'écriture moins malhabile (on admirera le foudroyant solo de guitare de Brézovar sur 'Ces Gens-Là' qui élimine Frida). A la sortie du "Cimetière", aucun doute, Ange vient de naître.

Et pour preuve, Ange décroche avec "Le Cimetière Des Arlequins" son premier disque d'or. Le groupe franc-comtois s'exporte en Angleterre à Reading où les Britanniques semblent en phase avec le rock français dont ils se gaussaient tant (hélas, le miracle fera long feu).



LES SUCCES


1974 Au-delà du délire



Un soleil et ses six lunes éclairent un paysan courbant l'échine pour cultiver les terres arides d'un grand seigneur dont le château se révèle à l'arrière-plan. Avec ''Au-Delà Du Délire'', Ange nous offre un billet pour un voyage intemporel : vie du Christ ('Si J'étais Un Messie' et la perfide montée en puissance finale), Moyen-Age ('Godevin Le Vilain' au son du clavecin et des violons, 'Ballade Pour Une Orgie') et même futur (la fable de science-fiction 'La Bataille Du Sucre' où l'espèce humaine perd sa progéniture après une crise de saccharose). Ange passe maître es-progressif, spécialiste en montée soudaine et redescente climatisée ('Fils De Lumière', 'Exode', 'Les Longues Nuits D'Isaac' sur lesquelles Christian Décamps tantôt hurle et tantôt invoque). L'album se termine comme de coutume par le titre éponyme. Après une rapide présentation vocale de chacun des musiciens, adoubés par la jeu de métronome de Gérard Jelsch et la guitare acoustique, Jean-Michel Brézovar passe la cinquième vitesse pour ponctuer ce voyage d'un dernier coup d'éclat. Certains pensent qu'Ange ne fera jamais mieux car les petits anges sont devenus de grands diables.





Le succès est au rendez-vous et Ange décroche son deuxième disque d'or. Mais alors que le groupe aurait dû poursuivre sur sa lancée, des premières divergences éclatent, laissant sur le carreau Gérard Jelsch, remplacé par Guénolé Biger.


1975 Emile Jacotey



Ange retrouve ses racines en ouvrant son livre de légendes contées par Emile Jacotey, l'ancien maréchal-ferrand de Saulnot (Haute-Saône) dont la voix ''de vieux gamin'' sert de transition entre les cinq premières chansons. On y croise des fées, une chèvre maudite, le nain Nicolas Ferry, bouffon du roi Stanislas. Christian Décamps se dévoue pour saluer la mémoire d'Emile Jacotey sur 'Ode à Emile'. La guitare tonne ('Bêle Petite Chèvre'), les claviers déraisonnent ('Le Nain De Stanislas'), le chant de Christian Décamps est envoûteur (lumineux sur 'La Trace Des Fées', associé à la fantaisie vocale de son frère Francis sur 'Le Nain De Stanislas'). Malheureusement ''Emile Jacotey'' est un grand album malade. La raison est toute simple : la première face a été composée pendant la tournée tandis que la seconde a été griffonnée à la va-vite dans le studio. Cette deuxième face déséquilibre le concept folklorique et bucolique de la première avec l'histoire d'un vaisseau de science-fiction ('Ego Et Deus'), une réminiscence de Jacques Brel ('Les Noces') et une chanson suant l'érotisme ('Aurelia').

Malgré sa faiblesse relative, l'album mérite sa place dans toute discothèque de renom. Témoignage de ce déséquilibre, Ange perd son nouveau batteur, remplacé par le Messin Jean-Pierre Guichard. Ange réussit à surmonter ses difficultés par une nouvelle tournée acclamée entre France, Angleterre et Belgique (''Emile Jacotey'' devient un nouveau disque d'or).


1976 Par Les Fils De Mandrin




Pour préparer son nouvel album, Ange se ressource dans la vallée de l'Ognon près de Servance (Haute-Saône). Ange y évoque la figure du bandit de grands chemins Mandrin, mais le concept ne centralise pas l'album. ''Par Les Fils De Mandrin'' révèle une face à l'apparence plus tranquille comme sur la guillerette 'Saltimbanques', 'Des Yeux Couleurs D'Enfant' ou 'Hymne A La Vie' qui conclut l'album sur une note éloquente. Ange ne remise pas  son audace au placard : l'harmonica est mélancolique sur le flamenco 'Autour Du Feu', 'Atlantis' retrouve les frissons de la science-fiction, 'Ainsi s'en Ira la Pluie' installe une longue tension avant de se libérer par une guitare gilmourienne, un chant émouvant et des claviers grandioses. L'album aura même droit à sa déclinaison en anglais mais comme pour les versions anglophones des albums de Premiata Forneria Marconi, les Anglais ne seront pas conquis.





Ange profite de son nouveau succès pour sortir son premier live ''Tome VI'' enregistré au Palais des Sports de Paris en mai 1977. On y trouve des versions allongées d' 'Hymne A La Vie', de 'Dignité' et un inédit 'Le Chien, La Poubelle Et La Rose'. Mais tout n'est pas rose chez nos musiciens angéliques : une nouvelle mutinerie éclate et Ange perd coup sur coup Jean-Michel Brézovar et Daniel Haas, remplacés respectivement par Claude Demet, puis Mick Piellard qui co-signera 'Réveille-Toi' avant de céder sa place à Gérald Renard, laissant les frères Décamps comme seuls membres fondateurs restants. La défection de son guitariste électrique aurait pu entraîner une catastrophe. Au contraire, Ange va réaliser un nouveau classique.


1978 Guet-Apens



Après son incartade bucolique, Ange renoue avec le rock progressif pur et dur à une époque où le genre est vilipendé par le punk et la disco. 'Colin Maillard' installe une tension à peine apaisée par la guitare acoustique avant d'exploser à grands renforts de Viscount, de guitare et du chant enragé de Christian. 'Réveille-Toi' use d'un rythme cataclysmique sur lequel Christian Décamps habité par un texte d'une veine noire (qui traite frontalement de nécrophilie). Malgré son esprit faussement enjoué (la chanson traite d'éjaculation précoce d'un écolier fantasmant sur sa maîtresse), 'Un Trou Dans La Case' met en avant le riff musclé du nouveau guitariste. Dans Les Poches Du Berger' est une ballade bucolique hantée par les nappes brumeuse de claviers. L'album s'achève sur la longue suite 'Captain Coeur De Miel' où nous suivons pendant 14 minutes les élucubrations poétiques (et éthyliques!) d'un capitaine au bord du naufrage, culminant par un solo de guitare qui exprime à la fois toute la détresse indifférente de ce Beefheart de bateau-lavoir sur le point de devenir définitivement une épave. Un grand classique du rock progressif français.

Malheureusement, à la sortie de l'album, les deux nouvelles recrues se font la malle, l'entente fraternelle est au plus mal. ''Guet-Apens'' n'aura pas le droit à une vie sur scène. Chacun sort dans son coin un album (''Christian Decamps & Fils'' pour Christian qui récupère Claude Demet, 'Histoire De Fou' de Francis en compagnie des revenants Brézovar et Biget). Heureusement des retrouvailles heureuses entre les deux frères propulsent à nouveau Ange sur les chemins de France et de Navarre. Didier Viseux est recruté à la basse, Robert Defer à la guitare.



LE VIRAGE


1980 Vu d'Un Chien



Ange entre dans la décennie 1980. La pochette mélange adroitement onirisme et blague potache. L'expérience de Robert Defer apporte à Ange un son rock brut avec des riffs musclés de guitare contrebalancés par les synthés Francis Décamps (il a remisé son Viscount au placard). Comme sur le précédent album, Christian délaisse le Moyen-Age pour des histoires modernes (évoquant Chaplin sur 'Les Temps Modernes', s'époumonant à chercher des lorgnons perdus ou se mettant dans la peau d'un chien sur le titre éponyme. Ange ne renie nullement son héritage mais s'adapte à son époque tout en conservant lointainement une assise progressive sur 'Je Travaille Sans Filets' ou plus secrètement dissimulé derrière le funk de 'Vue D'Un Chien'. Ange poursuit ses tournées mais les progueux font grise mine sans comprendre la démarche d'Ange.






 1983 La Gare de Troyes




Enregistré en Angleterre dans le studio mobile de Jethro Tull, ''Moteurs'' comportait encore quelques échappées mordantes ('Tant Pis L'Indien' avec un Robert Defer survolté, 'Mourir Souffrir' où Christian fait valoir son coffre ou l'ultime 'Chatte Chatte') et des atmosphères plus contemplatives ('Rien n'est Trop Beau Pour Toi'). Sur l'album suivant 'A Propos De', Ange rend hommage à ses mentors. Si généralement l'abum de reprises dévoile en creux un manque d'inspiration, la bande aux Décamps réussit à se sortir avec les honneurs des pièges de cet exercice de style . C'est pourtant avec 'La Gare De Troyes' que la nouvelle expression d'Ange trouve un parangon. L'album se présente comme une collection d'histoires contemporaines qui ont pour dénominateur commun un départ en voyage (le morceau titre transpose une tragédie homérique mouvementée sur un fil ferroviaire située dans l'Aube du temps, le sautillant 'A Saute Mouton' offre un jeu de mots : ''On s'étreint de nuit''). Les claviers de Francis apportent une touche légère ('Question d'Générations') tempérée par la foudre des guitares de Serge Cuenot ('Va t'en' sur lequel le saxophone de Marc Fontana offre un instant de flottement, 'Les Jardins'). 'Sheherazade' est une nébuleuse tempétueuse traversée par la guitare larmoyante et le saxophone alors que 'Neuf Heures' renoue avec les grands délires vocaux de Christian accompagné du piano. Ange conclut avec 'Tout Bleu!' un morceau fleuve de neuf minutes qui renoue quelque peu avec l'esprit progressif. Sans le savoir 'La Gare De Troyes' est le chant du cygne d'une époque d'Ange, un Age d'Argent corrompu par le plomb. Si la même année Christophe a aussi mis des gants blancs sur 'Succès Fou', ceux enfilés par Christian Decamps sur 'Shéhérazade' ne lui assurent pas les mêmes triomphes.



LA CHUTE DE L'ANGE


1984 Fou!



De 1984 à 1987, Ange empile une série de trois albums sans retrouver son éclat d'antan. Avec ''Fou!'', Ange tente le format de l'album concept, cette fois-ci dépourvu d'âme et pour cause, le groupe décrit ses vrais symptômes. Malgré toute la sympathie que l'on peut avoir pour le groupe, les morceaux se suivent en mode automatique : 'Les Yeux D'Un Fou' est réglé sur du papier à musique, 'Piège Au Coeur' semble être une tentative désespérée de séduire les foules, 'Crever D'Amour' et son prélude aurait gagné à ne pas utiliser des samples d' "Emmanuelle". Pour un album qui se déclare dément, il n'emprunte paradoxalement jamais la voie royale de la folie. Toutefois, Ange nous prouve qu'il est bien conscient de cet état de fait ('(Je n'Suis) là Pour Personne', le solo planant de 'Les Fous Demandent Un Roi').

Sur les deux albums suivants, Ange poursuit sa dégringolade. Même la tête en bas sur ''Egna'', Ange ne retrouve plus son chemin. Une voix féminine vient parfois maladroitement s'inviter sur des textes lourdingues ou dépourvus de saveur ('C'est Après Coup Que ça Fait Mal', 'Le Cul Qui Jazze' remportant la palme du mauvais goût). Ange se sabote lui-même, le texte sans relief de 'Les Dessins Animés' sur lequel Christian Décamps se décrit en bébé, ruine une musique plutôt intéressante. A nouveau, l'autoportrait 'Le Dernier Romantique', tente vainement de nous rassurer sur notre groupe qui s'autoproclame en voie d'extinction. Un an plus tard ''Tout Feu Tout Flammes'', fait illusion en magnifiant l'un de ses premiers titres grâce au chant convaincant et aux orgues hantés de Francis. Pour l'information, Brezovar et Haas ont fait un bref retour sur ce titre. 'Sur Les Grands Espaces Bleus', ballade azuréenne se permet même un petit clin d'œil à "Au Delà Du Délire". '3*1 = Nous' était même calibré pour les radios. Mais la pochette manquant de classe nous avait prévenu et Ange retombe très vite dans ses travers suscitant un ennui climatisé ('Coquille d'Oeuf', 'C'est Pour de Rire'). Si Ange n'avait sorti qu'un album sur ses trois comportant les meilleurs titres des trois albums, on aurait pu s'en satisfaire. Le frêle esquif avec à sa barre deux capitaines se fracasse sur les rapides.






LE PREMIER RETOUR


En 1989,  ''Sève Qui Peut'' se pare d'une écorce progressive dure. Commandé pour le bicentenaire de la Révolution Française par Jean-Pierre Chevènement, élu du Territoire de Belfort, cet album s'articule autour du point de vue du chêne Querçus, l'arbre de la liberté. L'album alterne les passages météorologiques variés, brouillard ('Aimer/Haïr), giboulées et orages ('Grands Sentiments', 'Sève Qui Peut'), soleil ('Vivre Avec Le Cœur', 'Non!'). Ange a en outre réuni une dream team : autour des frères Décamps, on retrouve Messieurs Brézovar et Defer aux guitares, Jean-Pierre Guichard à la batterie et Daniel Haas à la basse.


1992 Les Larmes Du Dalaï Lama



'Sève Qui Peut' marquait le retour d'Ange sur la scène progressive grâce à la politique. Mais c'est avec "Les Larmes Du Dalaï Lama" que le fleuve Ange semble retrouver son lit progressif (sur le précédent, la voix du chêne était parfois un peu sentencieuse voire soporifique). D'entrée de jeu, le titre éponyme alterne habilement les atmosphères lourdes et d'autres plus contemplatives. Le chant de Christian est beaucoup plus puissant avec à son service des textes plus poétiques que la décennie précédente. Le rock progressif se pare de ses oripeaux hard maîtrisés ('Le Ballon De Billy', 'Nonne Assistante à Personne à Tanger', 'Les Herbes Folles'). Tout en tension, 'La Bête' finit par laisser les guitares prendre le pouvoir tandis que Christian hurle comme un possédé. Ange semble même trouver la dose parfaite pour des chansons plus légères comme 'Tout Oublier', qui aurait pu devenir un tube FM de luxe. Loin d'être un album lacrymal, ''Les Larmes Du Dalaï-Lama'' est une joyeuse comédie. La pochette graphique illustre également un regain d'inspiration.






Ange est enfin de retour? Hélas les retrouvailles de notre groupe avec lui-même sont restés courtes. Ange a un souffle au cœur. En raison d'incompatibilité d'humeurs, les deux frères Décamps décident de poursuivre chacun de leur côté (Francis fonde Les Gens De La Lune avec un autre revenant Gérard Jelsch). Des retrouvailles en 1995 avec les anciens membres et voilà qu'Ange faire partie de l'histoire ancienne mais ayant au moins eu le mérite de partir par la grande porte.



SECOND RETOUR GAGNANT


Christian Décamps avait fait de sa carrière musicale une affaire familiale. Après une engueulade homérique avec son frère Francis, Christian se tourne vers un autre Décamps : Tristan, son propre fils. Après quelques albums enregistré sous le nom Décamps Père Et Fils, Ange revient se manifester. Christian Décamps a rajeuni son équipage : autour de son fils aux claviers, on retrouve Hassan Hadji à la guitare, Hervé Rouyer à la batterie et Thierry Sidroum à la basse. Sur le premier essaie ''La Voiture A Eau'', la présence de Tristan n'est pas due à un vulgaire népotisme, sa voix est mise à contribution, ses claviers apportent un peu d'étrangeté ('Eurêka'), aux riffs dévastateurs de guitare (le titre évocateur) tandis que des percussions exotiques nous transportent en Asie.


2001 Culinaire Lingus



Ange nouvelle génération réussit un tour de force avec la publication de l'album ''Culinaire Lingus''. Comme son nom l'indique, ce concept-album généreux traite de la délicate question du sexe. On aurait pu redouter quelques débordements paillards mais la pointe de la plume de Christian Décamps a été taillé à la mode subtile. Le groupe a mis les bouchées doubles : Jan Akkerman (Focus), Dan Ar Braz, Paul Personne, Serge Cuenot viennent participer à la fête le temps d'un titre (le déluge 'Autour D'Un Cadavre Exquis'). Un Anglais fan absolu du groupe produit même deux titres : Steven Wilson! Après l'essai raté dans les années 1980, Caroline Crozat impose sa voix mezzo. Contrairement à ce que l'on aurait pu penser, le sexe semble triste et cérébral : l'anxiogène 'Où Iront-Ils' qui brûle sous le feu des guitares, 'Culinaire Lingus', proposant un prog quasi expérimental avec 'On Sexe' qui n'a pas dû laisser indifférent The Mars Volta et enfin l'ascension diabolique du mont de Venus 'Cadavre Exquis'. Christian chante d'une voix hantée sur 'Cueillir Les Fruits Du Sérail', consolé par le lamento de la guitare. Un peu de folie médiévale ('Adrénaline'), une ambiance de fête foraine ('Farces et Attrapes') et quelques détails intimistes ('Les Odeurs De Cousine' jeune partenaire de 'Dans Les Poches Du Berger') permettent d'alléger la note un peu salée (près d'une heure et quart de musique) mais au final le repos du guerrier n'en est que plus progressif!

Le groupe retrouve une régularité dans son travail, n'oubliant jamais d'être à la pointe de l'originalité.  Ange nouvelle génération creuse son sillon et ''Souffleurs De Verre'' et ''Moyen-Age'' (sans Caroline Crozat) s'affichent comme des petits millésimes. Cet héritage, Christian Décamps décide de lui redonner un coup de peigne et son choix se porte sur l'album malade du groupe. ''Emile Jacotey Ressurection'' enrichit l'œuvre précédente de compositions originales (le tendre 'Gustave Et Lucie') et de réecritures heureuses ('Ode A Emile' qui conclut désormais l'album) ou malheureuses (certaines n'arrivent pas à la cheville de l'original comme 'Le Nain De Stanislas' ou 'Sur La Trace Des Fées complètement raté).





Contre vents et marées, Ange s'est embarqué pour nous confier les rapports de ses missions périlleuses en terres progressives. Mais pourquoi tant de risques alors que de nos jours une mélodie samplée sur morceau obscur  peut facilement vous faire grimper au rideau (des charts)? Tout simplement, parce qu'après avoir failli devenir le fantôme de lui-même, Ange est revenu hanter la scène pour ne plus la quitter. Le dernier album en date sorti en 2018 reprend la rengaine de Fernand Reynaud : ''Heureux''. Mais heureux qui comme un groupe franc-comtois a fait un beau voyage, est venu nous apporter des émotions mais n'a pas encore décidé de reprendre le chemin de la maison. Si Ange a fêté son anniversaire au Trianon fin janvier 2020, La situation épidémique actuelle aura toutefois perturbé la fête mais nul doute qu'une fois la situation sous contrôle, Ange pourra continuer à souffler ses bougies comme il se doit pour le plus grand bonheur de leurs fans que Christian appelle affectueusement les ''Imbibés'' (ceux qui sont toujours assoiffés d'Ange).


Plus d'informations sur http://www.ange-updlm.com/
 
(0) COMMENTAIRE(S)
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'article, ajouter quelques anecdotes, quelques connaissances ou tout simplement raconter votre vie...
 
Aucun commentaire. Soyez le premier à donner votre avis sur ce article
Haut de page
 
Main Image
Item 1 of 0
 
  • 19341
  • 19342
  • 19343
  • 19345
  • 19346
  • 19353
  • 19354
  • 19355
  • 19358
  • 19359
  • 19360
  • 19363
  • 19368
  • 19371
  • 19373
  • 19376
  • 19378
  • 19387
  • 19543
  • 19607
Haut de page
EN RELATION AVEC ANGE
DERNIERE CHRONIQUE
Emile Jacotey Résurrection (2014)
Emile Jacotey, maréchal ferrant de son état et "petit vieux de tous les temps" revient nous faire une petite visite quarante années après son "A mon âge ? J'me r'pose" couronné de multiples disques d'or ... Toutes les chroniques sur ANGE
DERNIERE ACTUALITE
Ange: Escale à Ch'tiland
SORTIE
Toutes les actualités sur ANGE
AUTRES ARTICLES
ARTICLE PRECEDENT
LILEE (02 JUIN 2020)
Music Waves connait bien la chanson et part en Belgique, prendre contact avec Lilee pour mener à bien une interview dans le cadre de l'album "Rengaine-S"
 
ARTICLE SUIVANT
LILEE (02 JUIN 2020)
Music Waves connait bien la chanson et part en Belgique, prendre contact avec Lilee pour mener à bien une interview dans le cadre de l'album "Rengaine-S"

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020