MW / Accueil / Articles
A PROPOS DE:

JPL (13 AVRIL 2020)


TYPE:
INTERVIEW
GENRE:
ROCK PROGRESSIF

A l'occasion de la parution du premier tome d'une trilogie consacrée à l'Homme, et les conséquences de ses actions sur la planète, Jean-Pierre Louveton alias JPL nous fait part de ses convictions.
ABADDON - 24.04.2020 - 3 photo(s) - (0) commentaire(s)
Saluons l’engagement écologique de JPL. On n’en parlera jamais assez… Ici le thème principal est : voyez ce que l’humain, créature apparemment fragile, a fait de sa planète. Je suppose que tu as plein de choses à dire avec la crise du Covid-19, et notamment sur les conséquences bénéfiques de la limitation des activités industrielles et de transport sur l’environnement...

Salut, et merci de me donner une tribune pour parler de ma musique ! Je vois que tu fais partie de ceux qui écoutent et comprennent mes paroles, encore une raison de dire merci ! Finalement, cette crise n’étant que le prolongement de nos actions sur notre écosystème, je n’ai pas plus à dire que ce que j’ai déjà dit et redit au cours des vingt dernières années dans mes chansons. Je suis juste épaté par le déni de certains qui cherchent encore des causes ailleurs, et inquiet pour la suite des événements. Tout indique qu’il faut absolument et urgemment changer nos modes de vie, et j’ai peur qu’on ne puisse tout simplement que répéter le passé et nos erreurs. L’avenir proche le dira. Le bénéfice de l’arrêt des usines et des transports n’est malheureusement que passager et nous fait juste entrevoir ce que le monde pourrait être et qu’il ne sera peut-être jamais plus… Je suis peut-être un peu pessimiste mais rien dans l’histoire récente des hommes ne montre une propension à changer aussi radicalement. A suivre…


Cette crise [Covid-19] n’est que le prolongement de nos actions sur notre écosystème



Avec "Sapiens" tu la joues en solo, mais sans t’éloigner de tes comparses de Nemo, Jean-Baptiste Itier (batterie) et Guillaume Fontaine (claviers). Qu’est-ce qui explique que tu aies fait appel à eux ?

Nemo n’est plus actif, mais ça n’empêche pas l’amitié et la complicité musicale de perdurer. Guillaume a toujours participé, ne serait-ce qu’un peu, à mes projets solo, et je ne connais pas de batteur meilleur que Jean-Baptiste. Nous avons en plus développé une méthode de travail qui est aussi efficace qu’agréable, et je suis à chaque fois à 200 % satisfait du résultat. L’autre côté positif étant que le son de Nemo survit un peu dans mes albums !





Cela fait quelque temps que tu as débuté ta carrière solo et que Nemo est en sommeil, un peu comme Porcupine Tree qui officiellement n’a jamais été dissous. Avec le recul qu’est-ce que cette carrière solo t’apporte que Nemo ne pouvait semble-t-il plus t’apporter ?


Si Nemo est en sommeil, ce n’est pas de mon fait. Il se trouve que c’est un vrai groupe, qui s’est retrouvé pendant 15 ans dans une salle de répétition d’où il est sorti 9 albums. Il n’est plus possible de faire ça depuis plus de cinq ans maintenant, car nous sommes géographiquement trop éloignés. Peut-être qu’un jour cela redeviendra possible, on n’en sait rien. Pour répondre à ta question : travailler seul a ses avantages et ses inconvénients, tout comme travailler en groupe. L’avantage principal est que je contrôle 100% de la musique qui sort sous mon nom, je suis mes idées jusqu’au bout, ce qui n’est pas toujours possible à plusieurs. Mais j’ai adoré aussi être surpris pendant ces 15 années par ce qu’il sortait de nos séances de travail, et ça me manque un peu !


L’album est le début d’un concept sur 3 chapitres. Ce premier semble traiter en partie de l’origine de l’homme. Qu’est-ce qui explique ce kif orchestral à l’entame de l’album ('Mastodontes')... Pourquoi n’est il pas plus développé avec aussi des rythmes un peu plus tribaux comme pouvait l’être le début de la musique dans la préhistoire ?

Alors je ne peux pas vraiment répondre à ça, comment l’album aurait-il pu être s’il avait été différent… Ma musique n’est pas si calculée que ça. Je suis mon inspiration et il se trouve qu’elle m’a emmené là cette fois ci. Je n’avais jamais poussé aussi loin le côté symphonique et peut-être que la prochaine fois la musique tribale sera plus présente ? C’est une idée que tu me donnes, je la garde sous le bras, merci !


Comment as-tu travaillé sur ce projet ambitieux, est-ce que tu as fait beaucoup de recherches et lu beaucoup de livres ?

Non, pas vraiment. Je ne souhaite pas écrire un livre d’histoire, juste résumer la vision que j’ai du développement de l’homme depuis que l’on sait fabriquer des outils. Mes textes sont imagés et mon but est qu’ils permettent à l’auditeur de faire sa propre lecture, sur des faits indéniables. J’ai juste fait attention à ne pas faire d’erreur historique. Depuis la sortie de l’album, on m’a conseillé de lire « Sapiens, une brève histoire de l’humanité » de Yuval Noah Harari, qui traite du même sujet, ce que je suis en train de faire ! Et j’en recommande la lecture à tous, avec comme bande-son mon album !


Le projet semble aborder l’Homme, son évolution et aborde des thèmes écologiques. Quelle est la partie qui a été la plus difficile à composer, à aborder pour toi : le passé déjà écrit dans les livres d’histoire, le présent que l’on vit actuellement, ou le futur ?

Certainement le futur, qui sera développé dans la troisième partie de la trilogie. J’y pense dès à présent et je ne sais pas encore sous quel angle je vais aborder ça. J’ai du temps pour y réfléchir, tant mieux ! En ce qui concerne le présent, il me suffit d’ouvrir les yeux et de décrire ce que je vois, avec mon ressenti personnel. Le passé, on le connaît tous dans les grandes lignes, et plutôt que de le décrire précisément je m’en sers comme preuve de ce que j’avance. Genre « vous voyez ce qui nous arrive ? Rien de nouveau car nous avons toujours agi de la sorte ».


« Vous voyez ce qui nous arrive ? Rien de nouveau car nous avons toujours agi de la sorte »




Tu utilises la vielle à roue sur deux morceaux. Insérer cet instrument à la sonorité très connotée moyen-âge - baroque avec son son un peu bourdonnant - dans le rock progressif moderne n’a pas dû être simple ! Sa présence est pour le moins discrète dans 'Mastodontes' (il me semble qu’elle est intégrée dans la dernière section du morceau, plutôt jazzy). L’intérêt pour les instruments traditionnels n’est pas nouveau, témoin la présence de la gaïta dans "Le Ver est dans le Fruit" de Nemo ? Qu’est-ce que l’utilisation de ces instruments apporte, une volonté de rester organique face à l’électro montante ?

Je n’ai eu aucun mal à intégrer cet instrument dans le son global de l’album. La vielle a un son proche de la guitare électrique et les deux se marient à merveille. En effet, elle intervient dans le thème final de 'Mastodontes', ainsi que dans 'Le chaud et le froid', et pour la discerner il faut se détacher de la guitare car les deux instruments sont à l’unisson. J’avais déjà eu le loisir d’entendre le mélange des deux dans le passé et je voulais ajouter ça à cet album, comme nouveauté pour ne pas proposer toujours les mêmes recettes. Tu as raison de parler de son organique, cela contrebalance les sons de claviers numériques que j’aime beaucoup utiliser aussi.


L’album développe un ton plus atmosphérique, plus cinématographique qu’auparavant. Comment expliques-tu cette structure qui semble être une nécessité par rapport à l’aspect disons chronologique du récit ?

Lorsque je me suis remis à composer fin 2018, après plus de deux ans de quasi coupure, j’ai voulu quelque chose de différent de mon travail passé, quelque chose de hors normes et sans limites. Je voulais retrouver l’esprit des albums de Nemo, où l’on ne savait jamais à l’avance où notre inspiration collective allait nous mener. Ainsi est né l’album, ainsi que les deux suites qui sont déjà composées quasiment entièrement. Tu parles de nécessité, mais je ne me suis posé aucune contrainte lors de l’écriture de la musique, et comme toujours les textes sont venus s’y ajouter après coup. C’est ainsi que je fonctionne : je me sens bien plus compositeur qu’auteur, et les textes viennent en fin de course, comme le glaçage d’un gâteau en quelque sorte.


Divers samples parlés sont insérés dans les morceaux : quelle est leur signification ? Est-ce que cette mode n’a pas pour effet de casser le fil musical des titres ?


Ils servent à rendre plus réel le propos. Comme je le disais, mes textes sont assez imagés et le fait d’intégrer des samples, qui sont en fait des bandes-son de reportages, rappelle la dure actualité, la triste réalité, là où la poésie pourrait rendre les problèmes plus lointains et irréels. J’ai préféré les laisser en anglais pour garder un côté dramatique qui aurait été émoussé par la langue française.


Il y aura plusieurs chapitres donc, est-ce qu’il y aura pour les prochains encore plus d’invités vocaux en lead (en plus des samples vocaux et des chœurs présents dans par exemple ’Le chaud et le froid’) un peu comme Ayreon ?

Je ne pense pas, je ne sais pas. Les textes ne sont pas écrits encore, la question se posera lorsque j’en serai là. Il se peut que ma voix ne convienne pas à certains passages, que j’aie envie d’entendre d’autres grains de voix que le mien, il est trop tôt pour le dire. Mais je ne pars pas sur le principe d’avoir des invités coûte que coûte !





L’artwork est magnifique et symbolique ! On note un télescopage entre un monde ancien (un humain primitif en avant-scène), un monde plus industrialisé dans le plan médian (le train à vapeur), un monde futuriste en arrière-plan (les buildings). Tout au fond, une lueur : soleil ou apocalypse nucléaire, vision optimiste ou bien pessimiste sur notre devenir ?

Au moment où je réponds à ces questions, nous sommes tous en confinement à cause d’un nouveau virus dont la dangerosité a été exacerbée par notre mode de vie « moderne ». Ma vision du moment est donc plutôt pessimiste ! Mais de toute façon il est difficile d’être optimiste lorsqu’on voit notre incapacité à changer un modèle qui nous tuera tous ! Bref, tu as raison, la couverture de l’album est superbe, je vais encore une fois remercier Stan-W Decker qui commence à être bien connu et avec qui je travaille depuis" Le ver dans le fruit" de Nemo, soit depuis 2013. Je lui ai soumis l’idée de présenter plusieurs époques de l’histoire humaine sur les différents plans de l’image, et le résultat est bien au-delà de ce dont je pouvais rêver ! Ce qui sera intéressant dans les prochains volets de la trilogie est que l’on va juste se déplacer sur un autre plan de l’image. J’ai hâte de voir ça !


Il est difficile d’être optimiste lorsqu’on voit notre incapacité à changer un modèle qui nous tuera tous !


Les paroles sont très importantes et pleines de sens, ce qui était le cas chez Nemo comme dans ta carrière solo. Or aujourd’hui, de moins en moins de gens s’attachent aux textes, étant portés plus par les ambiances que par le fond. La façon dont on écoute la musique a évolué, cela semble être devenu un produit de pure consommation qu’on entend plus qu’on ne l'écoute attentivement, ne ressens-tu pas un peu de frustration à l’égard de cela ?

Je ne suis pas forcément d’accord avec ton analyse. La musique de grande consommation a toujours existé, et selon moi il y a plusieurs types de consommateurs : ceux qui aiment la musique de fond et les mélomanes. Il y en a bien sûr encore, tu en es un semble-t-il, et moi aussi ! Sommes-nous d’une espèce en voie de disparition ? Peut-être, si on laisse faire les choses. C’est pour ça aussi que je prends plaisir à faire la musique que je fais. Je pense qu’elle se mérite, textes inclus, et que celui qui ne prend pas le temps de s’y attarder aura du mal à la comprendre. Je n’ai pas de frustration à cet égard car je ne fais pas de la musique « fast food » et je suis conscient qu’elle peut ne pas convenir à tout le monde. Par contre chaque nouvel auditeur est une victoire !


Tu écris et chantes en français depuis tes débuts. As-tu conscience que cela a pu te fermer quelques portes, notamment à l’international, là où tu aurais pu utiliser l’anglais ce qui aurait peut-être pu t’ouvrir encore plus un marché anglo-saxon ?

Sans doute. Au début je me posais souvent la question, au point d’avoir enregistré une version anglaise d’un album de Nemo, qui heureusement n’a pas vu le jour. J’ai ensuite souhaité tester le chant en anglais sur ma musique avec le projet WolfSpring. J’en ai retenu deux choses : je préfère rester 100% moi-même en écrivant dans la langue avec laquelle je peux le mieux m’exprimer, et le succès ne vient pas forcément plus facilement avec du chant anglais ! A présent la messe est dite et j’ai vraiment trouvé ma voie, même si j’aime bien de temps en temps ajouter quelques traces d’anglais dans les textes. Ça ne m’empêche pas d’être écouté aux quatre coins du monde par des gens qui ne comprennent pas le français mais aiment le son de la langue !


Je préfère rester 100% moi-même en écrivant dans la langue avec laquelle je peux le mieux m’exprimer


Tes interventions à la guitare sont toujours aussi expressives et contribuent pleinement à la narration du récit, en quoi est-ce que la guitare plus qu’un autre instrument apporte selon toi un surplus d’émotion ?

Merci pour le compliment ! Je suis guitariste avant tout et, sans être véritablement un technicien de l’instrument, je suis arrivé à l’apprivoiser pour pouvoir m’exprimer avec. Je ne connais pas assez les autres instruments pour comparer, mais la guitare électrique permet de laisser transpirer les émotions de par son côté malléable et le son distordu avec lequel on peut modeler les notes. C’est assez compliqué à expliquer, c’est un peu comme le prolongement de la voix…


Je me sens proche de la nature et je n’ai jamais compris que l’homme puisse la détruire à ce point.

L’écologie est au cœur de ce projet, penses-tu que le rôle d’un artiste est aujourd’hui d’apporter une prise de conscience sur l’importance du sujet qui semble devenir lui aussi un sujet presque marketing ? N'as-tu pas peur de surfer sur une vague que l’on regarde parfois sous cet angle-là (on a parlé de l’action de Greta Thunberg comme justement d’un engagement presque dirigé par des groupes écolos pour faire du profit) ?

Je ne surfe sur aucune vague et je n’écoute pas les critiques de ceux qui voudraient transformer toutes les belles actions en basses manœuvres. Depuis mon enfance je me sens proche de la nature et je n’ai jamais compris que l’homme puisse la détruire à ce point. Dans tous mes albums, du premier au dernier, il y a au moins un texte traitant du sujet, quand ce n’est pas le sujet de tout l’album. Après, si cela devient un sujet à la mode, tant mieux pour moi et tant mieux pour la nature !






Si chacun applique à soi-même des règles de vie saines et respectueuses de l’environnement et reste fermé aux sirènes de la consommation, on sera sur la bonne voie.


Beaucoup d’artistes posent un constat, des questions plus qu’ils n’apportent de solutions. Comment les artistes peuvent-ils aller plus loin selon toi dans cet engagement, s’ils le doivent d'après toi ? Pourquoi par exemple n’y a-t-il plus de grands festivals autour de cette cause qui pourrait par exemple vous réunir toi Lazuli, Galaad... mais au-delà du prog d’autres artistes plus généralistes comme ça pouvait l’être dans les années 80 (Live Aid, etc) ?


Les solutions sont d’abord individuelles à mon avis. Si chacun applique à soi-même des règles de vie saines et respectueuses de l’environnement et reste fermé aux sirènes de la consommation, on sera sur la bonne voie. Les artistes sont des gens comme les autres, mais dont le discours a une portée plus grande. Ecrire un texte ou un programme politique sont deux choses différentes. Personnellement j’ai mes solutions, et je les partage avec qui veut bien les entendre. Loin de moi l’idée de vouloir imposer quoi que ce soit, cela ne marche pas.
Ton idée de festival est très bonne, reste à savoir si elle serait économiquement faisable. Mon expérience en la matière n’est pas très concluante !


A qui s’adresse cet album et qu’est-ce que tu en attends ? Une prise de conscience de ton public ?

Cet album s’adresse d’abord à tous ceux qui aiment ma musique, qui me suivent parfois depuis 20 ans ! Ensuite, j’espère aussi conquérir le public de Nemo dont une grosse partie ne connaît pas encore mon travail en solo. Et pour finir, j’aimerais que de nouvelles personnes découvrent ma musique avec ce nouvel album, parmi les amateurs de progressif mais pas seulement. Je pense que chaque amateur de musique rock peut y trouver son compte, pour peu qu’il se donne la peine d’une première écoute. Concernant les paroles, je n’attends rien, je pense que mon public est adulte et sait ce qu’il a à faire.


Aujourd’hui nous sommes tous confinés, comment abordes-tu cette promotion alors que tu ne peux faire vivre cet album sur scène, est ce que tu arrives à te projeter ?

Il y a plus de deux ans que je ne suis pas monté sur scène avec JPL. J’aimerais proposer "Sapiens" en live, mais j’ai peur qu’il faille attendre encore un peu… Et en attendant, j’invite tous les lecteurs de Music Waves à écouter l’album et à l’acheter si affinités ! En effet on ne peut pas compter sur les plateformes de streaming pour financer de tels projets !

Merci !


Plus d'informations sur http://www.jplouveton.com/
 
(0) COMMENTAIRE(S)
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'article, ajouter quelques anecdotes, quelques connaissances ou tout simplement raconter votre vie...
 
Aucun commentaire. Soyez le premier à donner votre avis sur ce article
Haut de page
 
Main Image
Item 1 of 0
 
  • 19464
  • 19466
  • 19467
Haut de page
EN RELATION AVEC JPL
DERNIERE CHRONIQUE
Sapiens Chapitre 1/3 : Exordium (2020)
En privilégiant une approche atmosphérique aux développements progressifs, "Exordium" apparaît un petit cran en-dessous des productions précédentes. Heureusement, la guitare est là ! Toutes les chroniques sur JPL
DERNIERE ACTUALITE
JPL: Nouvel extrait de 'Sapiens'
VIDEO
Toutes les actualités sur JPL
AUTRES ARTICLES
ARTICLE PRECEDENT
SCARLEAN (27 MARS 2020)
Malgré le confinement, la vie continue et nous avons pu rencontrer par écrans interposés Alex du groupe Scarlean pour une interview confi...dense.
 
ARTICLE SUIVANT
FREAK INJECTION (09 AVRIL 2020)
Music Waves a pénétré dans le chapiteau aux couleurs barriolées du cirque Freak Injection pour aller à la rencontre des monstres.

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020