MW / Accueil / Articles / INTERVIEWS - ALITSH (27 OCTOBRE 2020)
TITRE:

ALITSH (27 OCTOBRE 2020)


TYPE:
INTERVIEWS
GENRE:

METAL ALTERNATIF



Music Waves aime partir à la rencontre de nouveaux artistes. Aujourd'hui, nous donnons la parole à Altish pour parler de son EP instrumental et de ses futurs projets.
CALGEPO - 05.11.2020 -
1 photo(s) - (0) commentaire(s)

Alitsh est un jeune artiste qui s'est lancé dans l'aventure instrumentale. Seul aux commandes de "Chasing Lights", le musicien parle de l'utilisation des logiciels, de la musique assistée par ordinateur mais aussi de ses envies et de ces futurs projets.



La musique semble t’accompagner depuis longtemps et pourtant on lit que tu as appris la guitare relativement tardivement, vers 18 ans, pourquoi ce choix ?

Alitsh) : Effectivement, j’ai appris à jouer le piano et le xylophone à l’âge de 6 ans, sauf qu’à cette époque la musique ne m'intéressait pas et bien évidement je ne trouvais pas de plaisir à jouer ces instruments. J’ai donc arrêté à l'âge de 9 ans et ai bifurqué vers le sport. C’est à mes 17 ans que j’ai commencé à écouter la musique rock (Avenged Sevenfold, All American Rejects, The Used, Nickelback, My Chemical Romance…). Toujours un son m’attirait sans cesse, c’était la guitare électrique. Et c’est comme ça que mon amour à la musique est revenu non seulement en tant que fan mais aussi en tant que musicien sérieux et déterminé. J’ai donc démarré l’apprentissage de la guitare en 2008 et la basse en 2011.


 

Combien de temps a duré le processus de création de "Chasing Lights", est-ce que ça été spontané ou bien est ce que la composition a été beaucoup plus réfléchie ?

Alitsh  : Cela dépend des morceaux. Des lignes de basse ou de guitare déjà écrites étaient dans les tiroirs depuis des mois ou même des années et qui attendaient le jour J pour qu’elles trouvent leur place dans un morceau. C’était le cas par exemple de 'Gone', 'The Bridge' et 'Far Away'. Les 2 autres, 'Breakthrough' et 'The Endless Road' ont été entièrement écrits d’un seul coup. L’écriture complète, enregistrement inclus, de chaque morceau a duré entre 3 semaines et 1 mois. Ce qui fait qu'entre mars et juillet 2020 j’ai produit les 5 morceaux qui constituent ce premier EP "Chasing Lights".


J’ai toujours été passionné par la magie de la musique et sa puissance à bouger des montagnes.

 

Cet EP est essentiellement instrumental, pourquoi un tel choix, est-ce parce que la musique se suffit à elle-même pour exprimer les émotions ?

Alitsh  : J’ai toujours été passionné par la magie de la musique et sa puissance à bouger des montagnes. Depuis mes 15 ans, la musique pure sans chant était mon élément motivateur principal dans la vie, à l’écoute avant que ça soit à la pratique. Mon cerveau et mes émotions étaient et sont toujours alimentés, guéris par la musique riche en instruments et fusion et notamment la musique de film (bande-son) produite par les génies Hans Zimmer, Harry Gregson, John Williams … et plein d’autres artistes connus. Les styles rock, metal, ambiant et funk ont également leur place dans ma vie et je les considère aujourd’hui comme les éléments essentiels à travers lesquels je pourrai parfois m’exprimer plus rapidement qu’avec des mots parlés ou écrits. Bref, la musique pour moi restera pour toujours le langage universel et mon moyen de communication préféré.

 

Aujourd’hui sortir un tel album à une époque où la musique est devenue un pur produit de consommation est relativement risqué, mesures-tu ce risque et comment l’appréhendes-tu ?

Alitsh  : Mon objectif n’est pas forcément de suivre le chemin classique des groupes. Je fais d’abord la musique pour moi et puis j'espère que ma musique fera partie un jour des bandes son des films, des jeux vidéos ou même des publicités. De ce fait, cet EP et les autres à venir seront considérés comme ma bibliothèque de réalisations pour démontrer ma capacité à produire de la musique sous des styles différents et dans des contextes variés avec des durées courtes comme longues.

 

Dans la manière d’aborder un album instrumental, certains vont mettre notamment en avant les qualités techniques comme les guitar hero, comment conçois-tu l’écriture d’un tel album et que privilégies-tu ?

Alitsh : Tout démarre par une simple idée, que je laisse tourner en boucle dans le mode session d’Ableton Live et autour de laquelle je développe les lignes des autres instruments. Cette idée peut être un refrain ou un couplet ou une intro ou … La création démarre souvent avec une ligne de basse assez solide et réfléchie. le reste gravite autour. Mais rapidement sur quelques morceaux d’autres instruments peuvent prendre le dessus sur quelques passages voire sur l’intégralité du morceau. Je privilégie la finesse et la beauté de chaque passage sur la technique. Parfois je développe des lignes très dures et chargées techniquement que j'abandonne en fin de compte. Néanmoins, il y a toujours des passages techniques dans mes morceaux sur le plan des solos ainsi que sur les temps qui varient entre 4:4, 3:4, 5:4, 6:8 et 7:8.

 

 

Les titres sont relativement courts (hormis ‘The Endless Road’), c’était totalement conscient d’essayer de se contenir à une durée précise et pourquoi un tel choix car on pourrait arguer l’absence de développement comme dans le très agréable titre ‘Far Away’ qu’on aimerait voir continuer ?

Alitsh  : Oui, c’était totalement conscient. Les durées des morceaux varient par rapport à l’état émotionnel lors de la création et par rapport au message que je voulais transmettre. La durée pour moi n’est pas un paramètre à fixer ou à déterminer au départ. Je me laisse planer et quand mon esprit, mes mains et mon feeling me disent "c’est bon on arrête", j’arrête. De plus je ne vise pas à faire des morceaux qui durent non plus 10 minutes, ce n’est pas quelque chose que j’aime trop. La majorité des gens au bout de 5 minute en ont déjà assez. En revanche, et selon la demande, je pourrai faire des bandes-son à l’image et là la durée pourrait s’étaler. En gros, pour moi il n’y a pas de règle. Tout dépend du feeling s’il s’agit de mes morceaux à moi, puis de la demande s’il s’agit d’un morceau à créer pour une autre personne.


Je ne me limite pas à un style précis. je ne peux pas non plus me catégoriser rock seulement ou metal seulement (ou autre).

 

‘Endless Road’ est le titre le plus long et l’un des plus metal de l’album avec des lignes de guitares tranchantes qui instaurent une sorte de duel avec la basse (un peu à la manière de Dream Theater) et qui s’enchainent avec une accalmie puis une reprise, presque un titre progressif, est-ce que ce style te parle et est-ce une voie que tu aimerais explorer ?

Alitsh  : Je ne me limite pas à un style précis. je ne peux pas non plus me catégoriser rock seulement ou metal seulement (ou autre). Je ne possède pas de couleur définie. Chaque EP aura sa couleur voire ses couleurs et tout dépend du contexte. Par exemple, le prochain EP sera riche en arrangements orchestraux sur quelques morceaux, de l’ambiant sur d’autres ainsi que de l’électro et de l’oriental. Bref, musicien libre dans un monde libre, qui plane là où les émotions l'emmènent. C’est justement ce point que j’ai développé à travers les années afin que je puisse enfin adapter la musique à ce que je sens et bientôt à l’image pour des films / pubs / jeux vidéos ...

 

Tu apportes une touche de modernité avec quelques effets électro notamment dans ‘Far Away’, dans quelle proportion t’aides-tu, si c’est le cas, de la MAO (musique assistée par ordinateur) ?

Alitsh  : Oui, il y a cette touche moderne électro que je considère désormais dans mes choix des samples et des instruments. Dans ce premier EP on la voit sur 'Far Away'. Sur le prochain EP on la verra sur plusieurs morceaux. J’ai du mal à rester dans le old school pur et dur ou dans le line up basique basse, batterie et guitare. J’adore les subs, les synthés, les beats atypiques, les instruments orchestraux et surtout les reverbs qui élargissent l’ambiance et qui rendent le son lointain. J’utilise Ableton Live. Je crée mes propres sons et parfois j’utilise des samples ou des racks déjà créés par d’autres artistes en les adaptant à mon goût.

 

Cet EP est un projet solo, est-ce qu'à l’avenir tu envisages de monter un groupe et de donner vie à quelque chose de plus organique à la hauteur de tes ambitions ?

Alitsh  : Non, je n’envisage pas de créer de groupe. Je suis en train de développer ma maîtrise d’Ableton Live afin de pouvoir jouer sur scène seul en utilisant mon ordinateur, mes pads, synthés et guitare/basse.





Tu es franco-égyptien, est-ce que tu envisages pour tes prochains projets d’explorer un peu plus ce mélange entre musique européenne et orientale un peu à la Myrath car on sait que le métissage musical, la fusion apportent encore plus de richesse à la musique ?

Alitsh : Oui, j’envisage cela. Le prochain EP sera constitué de 6 morceaux dont 1 morceau hardrock et 1 électro rock tous les 2 en fusion orientale. Des instruments orientaux tels que la flûte égyptienne et la Darbouka seront utilisés.

 

Ta musique est très imagée comme des Bandes Originales de Films, serais-tu intéressé de travailler pour le cinéma et pour qui ?

Alitsh : Oui, ceci est mon objectif principal. Le premier EP était une démonstration de capacité de pouvoir produire ma musique entièrement en autoproduction. Le deuxième aura une image un peu plus orientée films et jeux vidéo grâce à la diversité de styles qui varient entre ambiant, orchestral, rock, métal et électro. Je n’ai pas encore de piste solide dans le monde du cinéma. J’aimerais bien développer des bandes son pour des productions Netflix, Ubisoft, EA Games et Disney. Ce n’est qu’un rêve pour l’instant, mais on sait jamais...


La musique est mon monde et l’instrument est mon balai volant qui me permet de naviguer dans ce monde.

 

La musique est souvent comme une catharsis pour les musiciens, où l’instrument est souvent le prolongement de leurs émotions qu’ils partagent, conçois-tu aussi la composition et l’interprétation comme tel également ?

Alitsh  : La musique a toujours été pour moi le moyen de me libérer de mes contraintes, de rêver, de m’imaginer dans des situations inconcevables. En écrivant chaque morceau j’imagine l’image qui va avec sous forme d’un clip. L’instrument est mon outil pour mettre tout ça en place. Je peux démarrer un morceau avec une ligne de basse ou guitare ou synthé ou batterie... Donc pour répondre plus précisément à la question la musique est mon monde et l’instrument est mon balai volant qui me permet de naviguer dans ce monde.

 

On vit une période très sombre avec ce virus qui conduit à des décisions parfois incompréhensibles et très dures notamment pour la culture et les musiciens qui ne peuvent plus s’exprimer en direct, comment vis-tu cette période ? Est-ce qu’elle t’inspire pour des futurs projets ?

Alitsh : Cette période a été l'élément déclencheur de cette aventure. Les choses ont commencé avant le confinement du printemps dernier et se sont concrétisées au fur et à mesure durant le confinement. Les actualités, les nouvelles pessimistes, ma santé fragile à ce moment suite à 2 opérations ainsi que le décès des proches ont réveillé au fond de moi cette volonté d’oser, d’aller plus loin et de m’exprimer librement à travers ma musique. Je tire le positif de chaque situation et je ne reste pas longtemps sans activité. Chaque jour je construis, je crée, je développe et j’apprends. Cette aventure ne vient que de commencer et cette période justement me fournit le temps nécessaire afin de pousser mes limites plus loin.

Qu’attends-tu pour cet EP ?

Alitsh : Cet EP n’est que le début. J’attends qu’il soit écouté un peu partout dans le monde. En ce moment les statistiques démontrent une forte appréciation auprès des Américains. Je n’ai pas forcé un ciblage précis, je laisse l’EP surfer librement sur le web et c’est comme ça que je vais dans le temps pouvoir définir mon public. De plus, le clip du morceau 'The Bridge' sortira le 11 novembre sur Youtube. J’ai pris du plaisir à travailler dessus avec l’équipe de l’association Crossroad basée à Rouen. J’espère que ce clip fera également le tour du monde et qu’il deviendra ma première fenêtre sur le monde de la musique à l’image.

 

Un dernier mot pour les lecteurs de Music Waves ?

Alitsh : Merci d’avoir pris le temps de lire cet interview. Je suis ravi de vous accueillir dans mon monde et hâte de vous surprendre avec plein de nouveautés sur lesquels je travaille actuellement. L’année 2021 sera encore plus riche en contenu intéressant et varié. N’hésitez pas à me suivre sur les réseaux, vous trouverez tous les liens ici.



Plus d'informations sur https://www.facebook.com/alitshmusic/
 
(0) COMMENTAIRE(S)  
 
 
Haut de page
 
Main Image
Item 1 of 0
 
  • 19853
Haut de page
EN RELATION AVEC ALITSH
DERNIERE CHRONIQUE
ALITSH: Chasing Lights (2020)
3/5

Oscillant entre metal et rock, "Chasing Lights" est non seulement un EP instrumental intéressant mais aussi une belle carte de visite pour Alitsh.
DERNIERE ACTUALITE
ALITSH: Les détails sur son EP
 
AUTRES ARTICLES
HYPERDUMP STORY SAISON 3 : EPISODE 123
En exclusivité mondiale, Music Waves vous propose de suivre désormais les passionnantes aventures illustrées de HyperDump dans sa quête pour devenir le plus grand groupe du monde.
SKALD (04 SEPTEMBRE 2020)
En cette rentrée compliquée, Music Waves avait rendez-vous avec le phénomène néofolk français Skáld...
 

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2021