MW / Accueil / Articles / INTERVIEWS - VANDEN PLAS (22 DÉCEMBRE 2020)
TITRE:

VANDEN PLAS (22 DÉCEMBRE 2020)


TYPE:
INTERVIEWS
GENRE:

METAL PROGRESSIF



À l'occasion de la sortie de "The Ghost Experiment : Illumination", le volubile Stephan Lill s'est confié longuement à Music Waves
PROGRACER - 22.01.2021 -
6 photo(s) - (1) commentaire(s)

Commençons par une question traditionnelle de Music Waves : quelle est la question que l'on t'a posée trop souvent ?

La réponse amusante aurait été "celle-ci," mais ce n'est pas vrai (rires) ! Attends un peu ... La question la plus posée dans cette période est "Comment Vanden Pas réussit à maintenir le même line-up depuis 30 ans ?" Elle n'est pas posée trop souvent mais je l'entends à presque chaque interview.




 "The Ghost Experiment" est une longue histoire qui court sur deux albums. J'ai lu que Andy (Ndlr : Andy Kuntz, le chanteur de auteur des textes) avait "enfin" trouvé son histoire de fantômes. Peux-tu nous dire pourquoi ce thème est si important à ses yeux ? 

Ah, tu es le premier à me demander ça plutôt que de parler de l'histoire en elle-même, c'est plutôt cool, merci ! Andy est un type très spirituel. Il est toujours intéressé par ce genre d'atmosphères étranges, par ce qui existe entre notre monde et l'au-delà. Parfois, pendant les breaks en tournée, on peut se balader tous les deux et Andy va s'extasier sur un simple galet et en détailler la forme, la couleur, y voir une forme de mysticisme ... C'est ce qui est unique chez lui, cette faculté à voir les choses différemment. 


C'est ce qui en fait un bon raconteur d'histoires ?

Oui, c'est pourquoi il excelle dans l'écriture. Il cherchait une histoire de ce genre sur laquelle s'appuyer pour écrire. Aussi, quand il a eu vent de "L'expérience Philippe" (Ndlr : "Philipp Experiment") il est venu me voir en me disant qu'il avait une super idée de base pour une histoire. Il m'a parlé de cette expérience, mais il ne voulait pas simplement décrire l'histoire, plutôt écrire sa propre histoire autour de cette expérience.



Et toi, crois-tu aux fantômes ?

Je ne suis pas ce genre de gars, comme Andy peut l'être. Maintenant, par une nuit de pleine lune, dans un manoir en pleine forêt, tout le monde devient plus crédule...


À la lumière de ce que tu me dis, je comprends que les paroles et les textes viennent en premier et que la musique vient ensuite dans votre process de création ?

Non. En fait, j'écris beaucoup de chansons, presque tout le temps en fait. Dès que j'ai une idée, je l'écris et je commence à travailler dessus. Nous n'avons pas de période d'écriture, nous écrivons tout le temps. Gunther (Ndlr : Gunter Werno, le clavier et co-compositeur du groupe) et moi avons donc un catalogue de chansons en permanence, que ce soit pour Vanden Pas ou nos autres projets musicaux comme les opéras rock que nous écrivons aussi. Donc, quand Andy vient avec une chanson, une histoire, un texte, je sais tout de suite avec quel morceau ça va le mieux coller et le lui propose une chanson que j'ai déjà écrite.


Cela nous écarte de la pression de devoir écrire dans une période donnée, et d'être créatif à l'instant "t"


C'est un processus très personnel et peu commun dans le rock aujourd'hui, non ?

C'est ainsi que nous avons pris l'habitude de travailler. Cela nous écarte de la pression de devoir écrire dans une période donnée, et d'être créatif à l'instant "t" alors que ça ne peut pas toujours marcher ainsi. Nous sommes également plus efficaces et plus rapides pour la sortie d'un nouvel album. C'est aussi beaucoup mieux pour nous car nous avons différents genres de musique entre le prog, les opéras et les autres projets, nous pouvons plus facilement déterminer quelle chanson ira mieux avec tel type de création musicale. C'est aussi beaucoup plus souple car il devient plus évident de choisir un titre pour démarrer l'album comme 'When The World is Falling Down' qui s'est imposé naturellement alors que 'Ouroboros' était évidemment un titre prog beaucoup plus long et destiné à la fin d'un album de Vanden Plas.


Au bout de 35 ans nous sommes comme un vieux couple qui se connait par cœur


La frontière entre la composition et la mélodie du chant est souvent très mince. Les lignes vocales nécessitent, elles aussi, une composition comme tout autre instrument. Qui travaille là-dessus ? Andy, toi ou les deux ensemble ?

Nous y travaillons tous les deux. Parfois, Andy me retrouve avec des chansons pas tout à fait terminées. Il invente des textes pour coller à la mélodie et parfois nous adaptons celle-ci aux textes écrits par Andy. Nous développons les mélodies vocales une fois le morceau terminé. Il arrive que j'ai des morceaux complets, chant
compris, mais je ne le livre pas à Andy afin de ne pas l'influencer. Il est souvent bien meilleur que moi dans ce domaine. Il a la main mais nous utilisons souvent des parties des deux compositions. Au bout de 35 ans nous sommes comme un vieux couple qui se connait par cœur !


Un vieux couple de 5 personnes parce que vous êtes un exemple unique dans le paysage musical.

C'est probablement lié au fait que nous faisons d'autres choses autour, et notamment de la musique pour des opéras-rock ou d'autres projets. nous sommes comme une petite entreprise et chaque membre a ses qualités et sait pousser les autres dans son domaine de compétence. Nous savons que nous avons besoin les uns des autres pour remplir toutes les tâches du projet global Vanden Plas.



Étiez-vous amis avant de créer le groupe ?

Non, bien sûr je connaissais mon frère (Rires) ! Mais j'ai rejoint le groupe alors que Andy et mon frère y étaient déjà. Gunter jouait dans un groupe similaire avec lequel nous faisions parfois des concerts et qui a splitté et il nous a rejoints comme ça. Quant à Torsten, il nous a été présentés par notre premier bassiste qui n'avait plus le temps de s'investir avec nous.


Tu partages la composition des chansons avec Gunter. Comment cela se passe-t-il entre vous à ce niveau ?

En fait ça a toujours été ainsi depuis le début, Gunter et moi composons depuis très jeunes. Ça nous donne encore plus de matériel puisqu'il fait ça comme moi dans son coin et nous nous réunissons pour choisir les morceaux les mieux adaptés au futur album. Dans tous les cas cela apporte de la variété à notre musique et c'est très important pour nous. Si j'écrivais tout tout seul il y aurait un risque de me copier moi-même à un certain point. Ce n'est pas une critique parce que c'est leur marque de fabrique, mais Iron Maiden, par exemple, reproduit souvent les mêmes schémas de chansons, et ça fonctionne car c'est ce que veulent les fans. Depuis tout ce temps, je pense que les fans finissent par savoir quels titres sont écrits par Gunter et quels autres le sont par moi.


Ce n'est pas si évident car après 35 ans, vous vous influencez peut-être aussi mutuellement ?

Oui, c'est vrai mais je sais exactement encore quel style nous définit, lui et moi. Mais il n'y a pas de règle, si les compos de Gunter sont mieux adaptées à un album ou à un thème, alors les siennes seront majoritaires. Ça n'a aucune importance.


Vous partagez autre chose tous les deux, ce sont les solos. Il y en a de nombreux et plusieurs sont très complémentaire et se répondent l'un à l'autre. Comment en arrivez-vous là ?

Nous travaillons ensemble en effet. Par exemple sur 'When The World Is Falling Down', j'ai écrit le morceau en laissant la place pour le solo de Gunter qu'il a écrit ensuite pour coller à la chanson. Je lui laisse son espace créatif pour s'exprimer. Et l'inverse est vrai aussi, et le résultat nous plait beaucoup. Je ne suis pas un claviériste mais nous disposons désormais d'outils de composition qui nous permettent d'aller très loin dans la compo et lorsque je suis convaincu qu'un thème va fonctionner, comme l'intro de 'Under The Horizon' par exemple, je l'écris et je la propose pour voir si Gunter approuve. Parce que ces ordinateurs permettent une créativité totale mais aussi certaines choses parfois difficiles, voire impossibles, à reproduire sur un clavier ou à la guitare.



Quel est ta chanson préférée ?

Je crois que c'est 'Under The Horizon', justement. Il y a cette intro dont le thème revient plus tard dans le morceau, les solos que j'aime beaucoup et surtout la mélodie du refrain illustre parfaitement ce que les paroles expriment, cette ouverture vers le ciel. J'étais vraiment très fier de ce refrain. Ce titre est également très gratifiant d'un point de vue progressif, dans une veine très metal prog.


"C'était pas mal ça, c'était quoi ?" Il me regarde avec un air ébahi et me dit : "Tu plaisantes, c'était Vous !"


Te languis-tu de jouer ces chanson sur scène ?

Bien-sûr, s'il y a une possibilité de jouer cette année nous serons ravis de le faire. Nous n'avons pas joué live depuis près d'un an. Et bien entendu, aucune des nouvelles chansons de l'album jusqu'à maintenant, ni même du précédent. Ça fait presque deux heures de musique, deux albums complets. Il nous faudra choisir quels titres sont les mieux adaptés à la scène. Le public progressif aime bien entendre les chansons longues et épiques, mais je ne suis pas sûr que 'The Ouroboros' (Ndlr : 13 minutes) soit une chanson pour le live, pas plus que 'Black Waltz Death' pour laquelle j'ai une affection particulière. Par contre, je suis persuadé que 'Under The Horizon' l'est. Mais parfois, en tant que musicien tu n'as pas la même vision de ce qu'est une chanson de scène que le public va aimer nous voir jouer. Une anecdote : un jour, une veille de concert, nous faisions la balance et lors d'une pause, il y avait de la musique dans la salle. Je demande à un de nos techniciens "C'était pas mal ça, c'était quoi ?" Il me regarde avec un air ébahi et me dit : "Tu plaisantes, c'était vous !". C'était 'Scarlett Flower Fields' (Ndlr : extrait de "Beyond Daylight" de 2002). Comme quoi, la perception des titres qui fonctionnent en live est différente pour le public ou pour nous. Depuis ce jour, nous jouons souvent 'Scarlett Flower Fields' en concert alors que nous ne l'avions jamais fait auparavant.


Est-ce que la scène te manque ?

Oui, mais pas tant que ça en ce moment parce que l'atmosphère est vraiment étrange. On connait tous quelqu'un qui a ou qui a eu la COVID, et on a tous hâte que tout ceci soit derrière nous et de passer cette épreuve sans dommage. On nous a proposé de faire des streams live mais je ne suis pas fan de ce genre de prestation. Ce n'est pas tout à fait comme la scène et c'est plus stressant qu'une session de répétions. Du jour au lendemain, tous nos engagements ont été annulés jusqu'à aujourd'hui bien sûr. Nos dirigeants ne considèrent pas la musique et l'art comme quelque chose d'essentiel. J'ai peur que rien ne se débloque avant l'été, au mieux.


Vanden Pas n'est pas un groupe de tournée ou qui dépend de la vente d'albums


En tant que groupe à la renommée mondiale, vous n'êtes pas aussi dépendants de la scène ou de la promo que les jeunes groupes qui tentent de percer. Pour eux c'est encore plus dur aujourd'hui.

Oui, c'est vrai. En plus Vanden Pas n'est pas un groupe de tournée ou qui dépend de la vente d'albums ou de la billetterie. Nos activités parallèles dans les théâtres ou les rock opéras ne nous permettent pas de tourner comme des grands groupes qui font des tournées mondiales. Les engagements courent parfois sur 60 à 80 dates dans l'année ce qui nous empêche de nous lancer dans des tournées de grande envergure. Nous avions planifié la sortie des deux albums bien avant le Corona et comme il n'était pas prévue de tournée à cause de nos engagements avec les théâtres en Allemagne, nous n'avons pas vraiment subi de préjudice. Pas comme ces groupes qui enchaînent sortie, tournée, sortie, tournée, etc.  Mais quand tout reprendra, les petits groupes auront tout autant de problèmes car ils seront en concurrence avec les Iron Maiden, Metallica, Nightwish qui tourneront également puisque chaque groupe sur la planète est à l'arrêt aujourd'hui et tout le monde repartira sur la route en même temps.


L'histoire de Gideon (Ndlr : le héros de "The Ghost Experiment") se situe en France et vous avez toujours eu une histoire assez riche avec la France, votre album live enregistré à Paris, des chansons en français comme les reprises de Stephan Eicher.

Oui, depuis le début et la sortie de "Color Temple" en 1994, nous avons toujours eu des relations excellentes avec le public français ou les journalistes. Nous aimons la culture française, le quartier Montmartre où notre hôtel favori se trouve rue Fromentin, l'accueil des Français qui a toujours été très chaleureux. D'une certaine façon, cela a pu nous influencer parfois, et surtout Andy, qui est très à l'écoute du monde qui l'entoure - il est venu vers moi un jour me proposer ces reprises de 'How Many tears' ou de 'Des Hauts, de Bas'. C'est aussi une forme de reconnaissance envers le public français, nous avons souhaité les interpréter en français, pour lui montrer notre respect. Finalement c'était une très bonne idée, surtout quand on entend le public chanter avec nous sur l'album Live enregistré à L'Élysée Montmartre en 2000.



L'un d'entre vous parle français ?

Je parle un peu français, mon père était professeur de français au collège, et j'ai appris le français à l'école pendant 9 ans, mais je ne parle pas souvent. Ce n'est pas facile de s'y remettre.


Pourquoi arborer le symbole de l'Ouroboros sur la pochette des deux CD ?

Voilà plusieurs albums que nous travaillons avec Stan W-Decker qui est un graphiste très en vogue depuis 15 ans dans le monde de la musique. Il voulait savoir de quoi parlait nos chansons pour s'en inspirer et ce symbole s'est imposé de lui-même lorsqu'il a vu le titre 'The Ouroboros'.


Je ne savais pas si un morceau aussi heavy serait apprécié par les fans


Il y a quelques growls sur le titre 'Fatal Arcadia', qui chante ?

C'est Peter Kuntz. Je ne l'ai jamais rencontré, il a enregistré ses growls de son côté et nous les a envoyés. Quand j'ai composé le morceau au départ, pour "Chronicles Of The Immortals" je crois, je n'était pas complètement satisfait du résultat. Nous l'avons finalisé pour le second CD mais je ne savais pas si un morceau aussi heavy serait apprécié par les fans. Le but était de trouver un opposé au chant de Andy et ça fonctionne plutôt bien. D'après les retours que nous avons, c'est un des morceaux les plus appréciés de l'album.


Il nous semble que c'est la première fois qu'il y a un chant extrême sur un titre de Vanden Plas ?

Oui, je crois en effet. Nous avons déjà eu des guests avec des chants particuliers, mais jamais aussi agressif que cette petite partie. Je ne sais pas si nous le referons car ça collait parfaitement à la chanson et à ce que nous vouions faire passer comme ambiance.




J'ai besoin de m'isoler du genre de musique que je compose pour ne pas risquer être influencé


Certains de vos fans écoutent aussi du metal extrême et ne seront pas choqués.

Peut-être en effet, mais tu sais, je n'écoute pas beaucoup de musiques actuelles. Par manque de temps, mais pas seulement. J'écoute encore Ozzy Osbourne ou Whitesnake, AC/DC ou Slipknot -ça peut paraitre étrange, mais je suis fan de Slipknot. Du coup, si tu me demande ce que je pense du prog actuel, je ne saurais pas quoi répondre. Je connais bien entendu Dream Theater, Pain Of Salvation ou Symphony X mais pas beaucoup plus. En fait, pour moi, j'ai besoin de m'isoler du genre de musique que je compose pour ne pas risquer d'être trop influencé et ne pas "copier" les copains. J'ai déjà du mal à ne pas me copier moi-même (Rires)... D'une manière générale nous ne nous interdisons rien. Nous faisons évoluer nos compositions au gré des idées de chacun d'entre nous, ce qui peut nous amener imaginer une introduction à la batterie, une autre au piano, ou des growls sur un morceau comme 'Fatal Arcadia'.


Le dernier morceau de l'album ne fait pas partie de l'histoire. Pourquoi ajouter un titre bonus à la fin d'un double concept album ?

La maison de disque souhaitait que l'on ajoute un titre bonus. Le gars qui chante avec Andy, Joerg "Alea" Roth est un ami d'Andy. Son groupe Saltatio Mortis est très connu en Allemagne. La sortie de leurs albums est toujours un événement national (Ndlr : groupe de metal médiéval). Ils nous avaient demandé de faire une cover de leur chanson et nous avons proposé qu'Alea et Andy chantent tous les deux. J'aime beaucoup le résultat avec Alea qui chante sa partie en allemand, et même si il n'a rien à voir avec le concept,  le mélange marche plutôt bien je trouve. !


J'ai toujours été un grand fan de Don Dokken et George Lynch


Vous aimez beaucoup faire des covers  ?

Oui, c'est un exercice que nous faisons depuis nos débuts et qui nous plait. Il y en a eu sur la plupart de nos premiers albums, avec des reprises de Sting, de Stephan Eicher, Kansas,  Marillion et même Dokken. J'ai toujours été un grand fan de Don Dokken et George Lynch alors quand il s'est agi de faire une cover de Dokken, j'étais vraiment excité et 'Kiss Of Death' s'est imposé naturellement (Ndlr : Sur "Far Off Grace" en 1999).


Nous avons commencé avec la question trop souvent posée, finissons par la question que l'on ne t'a jamais posée et à laquelle tu aimerais répondre ?

(Long silence) Je n'étais pas prêt pour ça (Rires) Voyons ... "Stephan, nous avons entendu que vous prépariez un album avec votre guitariste préféré John Sykes, comment est-ce arrivé ?"


Et bien j'espère pourvoir te la poser à notre prochaine entrevue ... 

(Rires) ... alors je serai un homme accompli (Rires)


Un dernier mot pour nos lecteurs ?

Un mot de circonstance, restez chez vous, protégez-vous et faites en sorte que tout le monde puisse passer les prochains mois en bonne santé pour que nous puissions tous reprendre goût à un été heureux. Il est très important de prendre soin de nos aînés car ne pensez pas que c'est une maladie bénigne, elle tue trop de gens pour penser ça. Même si vous vous sentez bien, vous pouvez être dangereux pour les autres.


Merci Stephan.

Merci à toi pour tes questions intéressantes qui sortent un peu de "l'ordinaire", je tiens à le souligner. Ah et pour la prochaine interview, j'essayerai de me préparer un peu pour parler français avec toi. Merci !



Plus d'informations sur http://www.vandenplas.de/
 
(1) COMMENTAIRE(S)  
 
 
EDDYA
17/02/2021
 
176
0
Trés sympathique Stephan. D'ailleurs, le groupe respire la sympathie, je les ecoutes depuis "Far Off Grace", rarement decu.
Haut de page
 
Main Image
Item 1 of 0
 
  • 19944
  • 19945
  • 19946
  • 19947
  • 19948
  • 19949
Haut de page
EN RELATION AVEC VANDEN PLAS
DERNIERE CHRONIQUE
VANDEN PLAS: The Ghost Xperiment - Illumination (2020)
5/5

"The Ghost Experiment : Illumination" est une pure pépite de metal prog mélodique. La maitrise de Vanden Plas est totale. Certainement l'un des tous meilleurs albums de 2020.
DERNIERE ACTUALITE
VANDEN PLAS: Sortie de 'The Ghost Xperiment - Illumination' en décembre
 
AUTRES ARTICLES
GNÔ (22 DECEMBRE 2020)
A Music Waves nous aimons Gnô et ils ne nous le rendent bien en ayant répondu à toutes nos questions sur le trio, la sortie de son dernier album "Stereofish" et les perspectives d'avenir.
LE BARATIN DE LA JOIE (14 DECEMBRE 2020)
Music Waves a interviewé le Baratin De La Joie, revenu d'entre les morts pour nous présenter la réedition de son album ''Allegro''.
 

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2021