MW / Accueil / Articles / INTERVIEWS - EDENH (22 JANVIER 2021)
TITRE:

EDENH (22 JANVIER 2021)


TYPE:
INTERVIEWS
GENRE:

ROCK



Music Waves est allé à la rencontre d'EdenH et de son concept-album ''Un Autre Chemin'' qui narre une histoire d'amour impossiblement humaine.
ADRIANSTORK - 03.02.2021 -
2 photo(s) - (0) commentaire(s)

EdenH, le hasard fait bien les choses. Dans notre vie de chroniqueur endurci, nous sommes souvent amenés à traiter de groupes qu'on ne connaît ni d'Eve ni d'Adam. Aucune science ne peut expliquer la raison pour laquelle une étincelle peut surgir d'une caverne. Avec sa très belle pochette qui invite à la réflexion, EdenH nous donne l'envie d'aller nous rafraîchir. Une interview très sympathique!


Au départ, je pensais que votre nom était un hommage à la soeur d'Eden, Adele, rendue célèbre par François Truffaut, puis qu'un certain joueur de football belge pouvait avoir reçu vos suffrages, puis à l'album acclamé d'Etienne Daho. En fin de compte, il a été très difficile de trouver des informations sur vous, alors vous aurez droit à la question : pourquoi ce patronyme un peu curieux et y avait-il une volonté de brouiller les pistes ou au contraire de les multiplier ?

J’espère ne pas avoir contribué à une augmentation de la consommation d’aspirine chez Music Waves ! Eden et H ne sont que les mêmes facettes du même concept, le paradis, puisque le H vaut pour Heaven. Un patronyme qui appelle donc à l’élévation, à la recherche du bonheur. Mais sinon j’apprécie aussi beaucoup le joueur belge, du temps où il évoluait dans notre championnat !


Il y a une espèce de discrétion, voire de timidité à votre égard. La seule info glanée est que vous êtes un groupe parisien. En somme, êtes-vous de la même nature que The Residents, un groupe qui se dissimule pour laisser parler la musique ?

EdenH est à la base un projet solo, du moins dans sa partie composition musicale et textes. La musique a toujours fait partie de ma vie, réaliser un album relevait du rêve un peu fou, mais parfois … les rêves se réalisent.





Parlez-nous de votre parcours. Comment les membres se sont rencontrés et pourquoi avoir décidé – idée incroyable s'il en est – de faire de la musique ensemble ?


J’ai rencontré au studio Tahart Art à Alger des passionnés de musique, avec qui le courant est immédiatement passé (eh oui, on fait aussi du progressif en Algérie !). Ils ont largement contribué à donner corps et vie à ce projet, en prenant en charge les arrangements des titres, l’instrumentation avec un certain nombre d’invités, le mixage, l’editing … et même le coaching vocal avec l’apport inestimable de Chérif ! De ce fait, on reconduit le même équipage pour le 2ème album, en cours d’arrangement.


Est-ce que chacun des membres pourrait citer l'album (s'il fallait n'en choisir qu'un seul) qui lui a donné l'envie de passer à la vitesse supérieure et de faire de la musique ?

Ah ah, difficile question, il y a tellement d’albums ou de morceaux inoubliables qui jalonnent une existence... Alors si je ne devais en citer qu’un, ce serait « The Windows Of Life » de Pendragon, qui n’est ni plus ni moins que mon éveil au rock progressif, même si j’étais déjà depuis longtemps un inconditionnel de Pink Floyd. Du côté du studio, ils sont fans de Mickael Jackson (moi également).


Peut-on dire que "Un autre chemin" est un album-concept qui décortique les différentes étapes d'un amour de sa naissance jusqu'à la rupture ?

C’est exactement cela. Il décrit également que l’amour s’affranchit des préjugés et des lois humaines, qu’il se vit quand et tel qu’il se présente, quelles que soit les conséquences … et c’est bien connu, les histoires d’amour finissent mal, en général (lalalala).


Il décrit également que l’amour s’affranchit des préjugés et des lois humaines, qu’il se vit quand et tel qu’il se présente, quelque soit les conséquences.


Votre titre "Un autre chemin" est-il inspiré de certains évènements réels ? En quelque sorte, croyez-vous à une alternative ?

Allez savoir ? J’imagine que chaque auteur / compositeur met un peu de lui dans chaque œuvre qu’il réalise, quel que soient par ailleurs ses sources d’inspiration ?


La pochette montre un couple qui s'apprête à aller se baigner dans une mer d'huile en noir et blanc, tandis qu'un rayon menaçant passe au-dessus d'eux. Si elle nous rappelle les paroles du tube 'Vamos a la Playa'de Righeira (les paroles n'étaient pas aussi joyeuses que la musique et parlaient d'une explosion nucléaire), cette pochette montre-t-elle la menace qui pend au-dessus de chaque histoire d'amour ?

Ce peut être un rayon menaçant, ou simplement la représentation d’un autre chemin, tortueux, incertain, mais bien présent, d’où le contraste entre le noir & blanc et les couleurs vives. Elle montre que rien n’est jamais tracé, que la vie peut nous amener à prendre des chemins insoupçonnés.


Qui a conçu la pochette ?

Votre serviteur ! Comme le site Web d’ailleurs.


En studio, y-a-t-il un dictateur suprême qui impose à chacun de jouer comme il l'entend ou êtes-vous un groupe démocratique ?

J’ai fourni les maquettes et Yanis les arrangements. L’osmose était tellement parfaite, il n’y a pas eu besoin de beaucoup discuter pour se mettre d’accord sur la version finale des morceaux. Après, il n’empêche qu’un titre comme 'Left Alone', qui commence comme un blues avant de finir de manière déstructurée, a fait l’objet d’âpres débats avec Chérif !


'Trouble' se savoure d'abord comme une introduction grandiloquente avant que le torrent de joie ne bouillonne, était-ce une façon de présenter en une durée limitée toutes les cartes que vous aviez dans vos manches ?

Toute histoire d’amour commence par une rencontre et un ‘trouble’. Votre vie s’écoule paisiblement et tout à coup, quelqu’un que vous n’attendiez pas y déboule sans crier gare, en bousculant toutes vos certitudes sur son passage. Voilà ce que retranscrit ce titre introductif.


En général, vous aimez prendre votre temps, soigner vos intros et développer vos instrumentaux. N'est-ce pas un paradoxe d'avancer tranquillement à une époque où tout le monde court ?

N’est-ce pas un paradoxe de toujours courir sans jamais prendre le temps de savourer ? Je pense que les habitués de Music Waves viennent chercher autre chose que la musique formatée qui passe sur les ondes. Nous partageons la même passion, et c’est justement à ces personnes que s’adresse cette musique.


N’est-ce pas un paradoxe de toujours courir sans jamais prendre le temps de savourer ?


Que signifie le titre 'Barachois' Night' et pourquoi avoir placé un nouvel instrumental aussi tôt dans l'album ?

Imaginons que ce soit un endroit où les 2 amoureux viennent déambuler à la tombée de la nuit ? C’est un morceau léger et festif, qui sied au début d’une histoire.


Votre musique (ainsi que les paroles sur la fin de l'album) aurait pu être plombante mais elle ne l'est jamais  grâce à une voix chaleureuse et des arpèges lumineux ('So Near Si Loin', 'Un Autre Chemin'). Cet équilibre est-il un travail de longue haleine ou est-ce inconscient ?

Si la première partie de l’album (jusqu’à 'Sexy Lady') est plus légère et la seconde plus grave, je tenais à ce que l’ensemble demeure enjoué. Je suis heureux de constater que l’objectif visé est perceptible !


Contrairement à une pléthore de groupes français, vos chansons sont soit chantées en français soit en anglais. Aviez-vous des difficultés à trancher le nœud linguistique (d'ailleurs sur 'So Near Si Loin' ou 'Finally Free' vous ne choisissez pas et chantez dans les deux langues) ?

Non, pas du tout. Comme beaucoup, j’écoute énormément d’albums chantés dans la langue de Shakespeare, que je pratique par ailleurs au quotidien. Alors j’ai laissé venir les paroles sans a priori, parfois c’était en français, parfois en anglais, j’ai juste évité qu’il y ait une alternance toutes les 2 phrases (rires).


'Sexy Lady' avec sa basse slappée et ses chœurs féminins nous plonge dans un esprit un peu disco-funk. Etait-ce une volonté de déjouer les attentes ou aimez-vous plutôt vous immiscer dans un genre et lui apposer votre sceau EdenH ?

Mes influences sont tellement nombreuses, je n’ai pas voulu cantonner ce premier album à un genre particulier, même si le progressif reste ma musique de cœur. C’est pour cela qu’il y a aussi une bossa nova, un blues (un peu malmené certes), du pop / rock, de la chanson française … et un titre disco-funk. Le deuxième sera plus marqué rock progressif.


C'était une idée assez ingénieuse de passer après le 'Sexy Lady' bluesy et nocturne 'Left Alone' aux antipodes de l'esprit lumineux et branché du précédent. Ce n'était pas une façon de vous excuser et de dire : “Ok on a fait 'Sexy Lady' mais regardez on est sérieux maintenant” mais plutôt à nos yeux et oreilles un besoin de ne pas vous appesantir et de repartir à nouveau sur les chemins d'Ailleurs ?  Ou est-ce pour montrer la rupture entre les deux pour suivre la dramaturgie du concept : 'Sexy Lady' en somme est un fantasme qui masque la réalité moins joyeuse, que la rupture commence entre 'Sexy Lady' et s'entame sur 'Left Alone' ?

Exactement. Left Alone marque l’entrée dans la deuxième partie de l’album, plus sombre ; la fin des illusions, les conséquences des actes, la déchirure. Mais aussi la rédemption … heureusement.





D'ailleurs ce morceau surprend à nouveau là où on ne l'attend pas avec un solo orageux de guitare qui semble crever le ciel. On retrouve cette idée dans la dernière minute de 'Puisque Tu Pars'. Comment avez-vous préparé ces chutes brutales ? Etait-ce d'une façon, un exorcisme de vos démons ?

Si les morceaux évoqués sont plutôt « calmes », ces fins abruptes rappellent que le sentiment exprimé est lui douloureux et brutal. Ce n’est donc pas le fruit du hasard mais bien une volonté délibérée.


Les trois derniers morceaux de l'album, comme le suppose la narration, sont assez durs. On aurait pu penser que vous vous êtes livrés pieds et poings liés aux climats conceptuels de l'album (c'est une rupture donc il faut être dur ou c'est l'amour donc il faut être frivole) mais on retrouve toujours ce à quoi se raccrocher dans 'Puisque Tu Pars' ou 'So Far Gone' comme si malgré la détresse de l'homme esseulé, un nouveau chemin s'ouvrait (pourquoi pas une nouvelle écoute de l'album ?)

'Puisque tu pars' est certainement le morceau le plus désespéré de l’album, qui se termine dans le chaos comme évoqué. 'So Far Gone' poursuit sur la même tonalité mais ce titre à tiroirs nous ramène progressivement (trop facile !) vers des sphères plus apaisées, alors que 'Finally Free' ouvre la porte à la rédemption.


Cela voudrait-dire qu'une nouvelle déception nous attend au bout de cet autre chemin ? On aurait pu vous accuser de pessimisme mais il semble que le dernier titre 'Finally Free' n'aille pas dans ce sens. On y ressent du réconfort, du baume sur nos cœurs ? Etait-ce sincère ou y-a-t-il derrière tout ça un peu de cynisme (comme pouvait le suggérer le titre 'A Love That Never Died')?


Les amours véritables qui croisent notre route nous marquent forcément à vie et font partie de nous à jamais (''You forever stay in my heart/You forever flow in my blood''), mais la vie justement doit continuer, quoiqu’il arrive (''But now it’s time to let it flow)''. Tous ceux qui ont surmonté une déception amoureuse s’y retrouveront, je crois.


Music Waves est un site d'obédience progressive, que pensez-vous du rock progressif ? Envisagez-vous de vous y aventurer ou vous a-t-on déjà surpris en flagrant délit progressif ? (on pourrait en trouver quelques traces sur 'So Near, Si Loin' avec ses changements de rythme)?

Le progressif est ma musique de prédilection. Le plaisir à composer des titres à multiples facettes est total, même si je trouve qu’un album aboutit à un meilleur équilibre s’ils sont alternés avec des morceaux plus directs.


Le plaisir à composer des titres à multiples facettes est total, même si je trouve qu’un album aboutit à un meilleur équilibre s’ils sont alternés avec des morceaux plus directs.


Est-ce que la durée de 56 minutes n'est pas rédhibitoire quand l'écoute moyenne d'un album tourne plutôt autour de 40 minutes ?

56 minutes vraiment ? Je n’avais pas fait attention …


Que peut-on vous souhaiter de mieux/pire pour 2021 ?


Le pire, on n’y pense pas, il se manifeste déjà quand bon lui semble. Pour le meilleur, je prends tout ce qui se présente de bon, la vie est trop courte pour se morfondre, non ? Et sur le plan musical, hâte de rentrer en studio pour le deuxième !!!


Un dernier mot pour les lecteurs de Music Waves ?

J’espère pour ceux qui prendront la peine d’entrer dans le monde d’ ''Un autre chemin'' qu’ils éprouveront autant de plaisir à écouter que j’en ai pris à composer et enregistrer. En ces temps difficiles, je leur souhaite le meilleur. Protégez-vous, restez heureux, il y a toujours quelque part une lumière qui brille.

Merci !


Plus d'informations sur http://www.edenhmusic.com/
 
(0) COMMENTAIRE(S)  
 
 
Haut de page
 
Main Image
Item 1 of 0
 
  • 19964
  • 19965
Haut de page
EN RELATION AVEC EDENH
DERNIERE CHRONIQUE
EDENH: Un Autre Chemin (2020)
4/5

"Un Autre Chemin" est le premier album d'EdenH qui nous présente une alternative musicale aux carrefours des genres.
 
AUTRES ARTICLES
AC/DC VS OPETH
Au moment où AC/DC nous revient avec son dix-septième album, Music Waves s'est posé la question existentielle : qu'attendons-nous réellement d'un groupe : qu'il évolue ou nous ressorte la même formule ad nauseam ?
FOREST IN BLOOD (13 NOVEMBRE 2020)
Music Waves part à la rencontre du capitaine Elie à l'occasion de la promotion de "Haut et Court" pour une interview sur la corde raide.
 

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2021