MW / Accueil / Articles / INTERVIEWS - WARSIDE (15 JANVIER 2021)
TITRE:

WARSIDE (15 JANVIER 2021)


TYPE:
INTERVIEWS
GENRE:

DEATH METAL



A l'occasion de la sortie de "The Enemy Inside", Warside nous a accordé une interview dans laquelle il lève le voile sur la teneur de ce disque, sur sa violence ultime et sur ses ramifications qui vont au-delà d'une simple ultra-violence.
THIBAUTK - 17.02.2021 -
4 photo(s) - (0) commentaire(s)

En lisant votre présentation, il semble qu'il y ait un concept derrière votre musique et votre nom, est-ce que vous pouvez nous l’expliquer ?

Ce n’est pas vraiment un concept. C'est une perte de contrôle qui peut nous amener à perdre complètement le sens des réalités et devenir extrêmement violents. 

Warside est l’expression la plus primaire et brute des pulsions humaines sordides et dévorantes. C’est également le départ au front de musiciens se connaissant de longue date et souhaitant accoucher d’une musique extrême et sans compromis.


Quel est cet ennemi intérieur qui donne son titre au disque ? 


Cet “Ennemi intérieur” est une partie de nous-mêmes, il respire en chacun de nous et peut nous ramener à cet état animal. Il peut nous pousser à commettre les actes les plus barbares qui soient. Il est représenté par cet immondice que tu vois sur la pochette, se nourrissant de toute la noirceur des hommes qui l’entourent, faisant croître ses membres pour créer une abomination cauchemardesque. 





Pourquoi avoir choisi de sortir un format EP plutôt qu’un album, sachant que l'EP est assez long ? Est-ce que les EP sont le nouveau mode de publication de la musique ? 

Ça c’est fait naturellement, on a tout simplement choisi les morceaux que l’on trouvait les plus aboutis, au final on se retrouve un EP un petit peu long, mais trop court pour un album. L’EP remplace ce que l’on appelait avant la « démo », même format mais avec un son plus professionnel. Aujourd'hui il est obligatoire d’avoir un "gros son", c’est peut-être pour ça que presque tous les groupes commencent par un EP.


Est-ce que cela veut dire qu’il est impossible de produire un album en tant que jeune groupe ?

Non ! C’est même plus facile aujourd'hui qu’il y a 20 ans. Mais c’est un investissement qui n’est pas obligatoire pour un groupe qui débute. Pour une première sortie, quelques morceaux suffisent pour trouver des concerts et faire découvrir son groupe.  Est-ce qu’en 2021 il faut sortir un album, ou du titre par titre ? c’est une vraie question...


Le disque est introduit par ‘Chapter II’... Première question naturelle, pourquoi ‘Chapter II’ alors qu’on s’attend à trouver un “Chapter I” quelque part dans votre discographie ? 

Tu peux trouver 'Chapter I' sur l’album "Warside" de Whisper-X, groupe dans lequel Vince et moi avons joué. C’est  juste un clin d'œil à une période où l’on s’est bien amusé et aussi pour marquer le fait que l’on reprend là où on s’est arrêté.


Le disque commence donc par ‘Chapter II’ avec des bruits de sirène, alarmes, etc. Est-ce que c’est indispensable pour poser une ambiance, peindre un décor pour entrer dans votre disque ? Quel est ce décor et cette ambiance ? 

Cette ouverture annonce 20 minutes de chaos, de punition, de récits extrêmement violents et de violence cathartique. La force de cette intro est de poser un climat d’insécurité, de calme avant la tempête, dans un brouillon indistinct visant à mettre à mal le sentiment de sécurité certain de l’auditeur. 


Avec 'Chapter II', est-ce que votre musique est un livre dans lequel tout est lié dans une seule histoire ? 

Tout à fait, le fil rouge concerne la guerre que livrent des êtres contre eux-mêmes ou un système qui les oppresse, la violence et l’acceptation de la haine en soi étant au cœur des récits.







Il y a beaucoup de variété dans le chant etdans les instrumentations. Est-ce que c’est votre ambition de vous éloigner des standards, de mettre les styles en opposition (guitares plombées et les guitares acoustiques par exemple) ? 

Non, absolument pas. On compose vraiment au feeling selon nos émotions du moment avec nos influences. Mais on garde une ligne conductrice, qui est directe, authentique et sauvage. Pour le chant, Thomas a fait un boulot monstre ! On voulait vraiment avoir une voix qui accompagne la sauvagerie de la musique, pas qui l’écrase. Il a énormément bossé pour trouver la voix du groupe et elle apporte selon moi quelque chose de très particulier et rend l’instrumental vraiment très brutal ! 


Est-ce que le titre ‘Fahrenheit 451’ est une relecture de Bradbury, ou quel est son rapport avec le livre de science-fiction ? 

C’est une réinterprétation, en gardant le thème fort, autour de l'anéantissement du libre-arbitre et d’un état imposant une pensée unique. Cela est poussé à l'extrême dans un cadre fictionnel et fait le lien avec certaines dérives autoritaristes que l’on peut constater dans certains pays. C’est une incitation à penser par soi-même et rester alerte, pour ne pas devenir un agneau apeuré, servile et obéissant que créent les grands médias et autres propagandes de masse.


Est-ce que, comme dans le livre, la culture est en danger ? Comme ce que l’on a vu avec la pandémie lors de la fermeture des librairies, salles de concert, cinémas “non essentiels” ? 

La culture est partout et accessible aujourd'hui, mais c’est hélas une immense cloche qui s’est abattue sur le monde du spectacle mais nous constatons que celui-ci parvient à se réinventer et subsister autrement. Nous constatons l’impact de ces initiatives mais ne préférons pas y apporter de jugement ou de commentaire, les stratégies gouvernementales sont ce qu’elles sont.


Est-ce que dans une société dont la culture est malmenée, les artistes sont une bouée de sauvetage ? 

Effectivement il nous semble que le rôle de l’artiste est de faire sortir l’auditeur, spectateur… de son univers quotidien en stimulant son imagination et sa créativité. Une société privée de culture annonce la mort de celle-ci. On en est de loin pas là pour le moment !!


L'album donne une impression cinématographique, est-ce que c'est votre souhait de prolonger la musique par des images presque palpables ?

Cette analogie est intéressante : certains textes sont inspirés d'œuvres cinématographiques, avec souvent l’usage d’une narration à la première personne. Tu peux constater que les titres sont parfois des clins d’œil ("Heroes Shed no Tears", le chef-d’œuvre absolu et noir de John Woo, "History of Violence")… Warside est la narration pure et simple du film “Chute libre” avec Michael Douglas.


Dans cette optique, est-ce que le titre ‘History Of Violence’ fait référence au film de David Cronenberg ? 

Pas directement, mais ça reste dans le thème de l’album avec des hommes ordinaires contraints de basculer dans la violence. 


Nous nous posions la question pour savoir si votre musique violente, parfois difforme, est un prolongement des visions cauchemardesques de ce type de cinéma ? 

Je pense effectivement que notre musique est un médium de plus, tel le pouvoir cathartique des images, pour extérioriser des récits violents et sanguinaires permettant de prendre du recul sur notre condition humaine. En travaillant les paroles de 'Heroes Shed no Tears'; narrant le retour héroïque d’un soldat après avoir survécu au débarquement d’Omaha Beach où il est s’est comporté comme un couard pour rester en vie ; j’avais des visions de "Saving Private Ryan", 1914… des visuels en lien donc et issus du cinéma


Toujours concernant ‘History Of Violence’, quelle est cette histoire de la violence ? 

Ce titre parle pour le coup de cette tendance de l’homme à multiplier les conflits sanglants, à travers notre histoire. Lorsque tout n’est que chaos et recommencement.


Est-ce que pour parler de violence il faut nécessairement une musique violente ou dérangeante ? Est-ce que cela n’est pas trop facile d’être violent pour parler de violence ? 

Non pas nécessairement ! Je peux ressentir cette envie de violence dans de la musique classique ou certains morceaux de rap US !  Je ne sais pas si c’est facile de faire de la musique violente pour parler de violence, nous on fait naturellement cette musique.


Quelles sont ces voix sur l’introduction de ‘History of Violence” ? Est-ce qu'elles sont là pour renforcer l’impression cinématographique ? 

C’est le discours de FD Roosevelt du 8 décembre 1941 qui annonce l’entrée en guerre des Etats unis. Qui s‘est conclu par 2 bombes atomiques et 60 millions de morts. C’est plus un clin d'œil à l’histoire qui introduit bien selon moi la violence à venir du morceau.  


Votre musique est à la fois fraîche, dégage une énergie folle et une volonté de sortir du lot. Est-ce que c'était votre intention et comment avez-vous réussi à vous démarquer ? 

Je te remercie pour le compliment ! Absolument pas volontaire, on a fait ce que l’on ressentait sur l’instant.







Votre musique est parfois technique ou plus animale et immédiate, mais toujours très réfléchie, très construite, d’où vient ce paradoxe ? 

Encore une fois merci ! Je peux juste te dire que l’on a beaucoup travaillé sur les compositions. On part toujours de pleins d’idées brutes de décoffrage et on affine le tout pour un résultat qui nous parle. Quand on joue nos morceaux on doit ressentir une explosion d’énergie et on travaille pour les interpréter aux mieux.  


L’album même court est très intense. Est-ce que vous avez ressenti cela lors de son enregistrement ? Qu’est-ce que cela vous fait d’avoir ces retours positifs ? 

Oui ! pendant l’enregistrement on sentait bien le côté intense et c’était physique pour moi qui ai assisté à toutes les sessions ! A chaque étape nous avons donné le meilleur de nous-mêmes, conscients que le mix final allait permettre à chaque instrument de s’exprimer au mieux. Nous sommes très heureux de ces retours : ils nous motivent à travailler encore plus pour le prochain album et  nous donnent envie de monter sur scène dès que possible ! 


Est-ce que vous êtes fiers de vous démarquer ainsi et de ne pas simplement appliquer des recettes systématiques qui fonctionnent ? 

Non, on applique juste la nôtre, on fait avec ce que l’on est et on travaille pour repousser nos limites sur l’instrument.


Le disque a été et mixé par Thibault Bernard (qui a travaillé pour Deathawaits, Benighted, Trankrust). Dans quelle mesure il vous a poussés et guidés pour obtenir un son puissant et intense ?
 
Thibaut qui est un ami  proche nous a accompagnés à chaque étape, nous apprenant à nous dépasser et à structurer notre musique en condition studio. C'était une expérience de dépassement de soi qu’il a su orchestrer et guider tout du long. Nous lui avons entièrement fait confiance sur ce processus. Il a fait un travail de fou, il est très perfectionniste, il a grandement contribué à la puissance dégagée par l’EP ! C’était un super moment intense mais très formateur ! Un vrai plaisir de bosser avec lui !


Les soli de guitare sont rapides et tranchants comme chez Slayer, alors que les riffs sont parfois plus mélodiques. Pourquoi avoir choisi de placer des soli qui sont des sortes de cassures au sein des morceaux ? Est-ce qu’il était indispensable d’avoir ces soli ? 

Merci ça fera plaisir à Vincent ! Pour moi Vincent est le meilleur guitariste que je connaisse, on se connait depuis plus de 15 ans maintenant…Je voulais juste lui donner un maximum de place sur les morceaux pour qu’il puisse s’exprimer pleinement. On a enregistré pas mal de choses ensemble, à chaque fois je trouvais qu’il n’était pas assez mis en avant. Il a une façon de jouer et de placer ses solos qui apportent aux morceaux une couleur qui fait toute la différence.


Certains passages solitaires aux vibratos torturés font penser à Morbid Angel ou Malevolent Creation. Est-ce que ce sont des modèles et vos racines ou les racines de tout death ? 

Merci beaucoup ! Des modèles non, des groupes qu’on écoute et qui nous influencent, oui.


Est-ce que vous êtes fiers de telles références ?

Oui et ça fera plaisir à Vincent ! Morbid Angel ou Malevolent Creation font partie des tops musiciens dans le Death Metal !
 

Est-ce qu’il y aura un “Chapter III”, quelle sera la suite à cet EP ?

Il est d’ores et déjà en préparation, il s’annonce plus violent et mature après ce premier EP dont nous sommes assez fiers. C’est une carte de visite pour un album plus extrême et sombre.


Un dernier aux lecteurs de Music Waves ?


Prenez soin de vous et de vos proches, merci pour cette interview riche, et merci de faire vivre la musique !!



 


Plus d'informations sur https://www.facebook.com/warside.fr
 
(0) COMMENTAIRE(S)  
 
 
Haut de page
 
Main Image
Item 1 of 0
 
  • 19991
  • 19992
  • 19994
  • 19996
Haut de page
EN RELATION AVEC WARSIDE
DERNIERE CHRONIQUE
WARSIDE: The Enemy Inside (2020)
4/5

"The Enemy Inside" est un très bel ouvrage sombre et violent, dont la portée va au-delà d’une simple brutalité de surface.
 
AUTRES ARTICLES
RIVIERE (25 JANVIER 2021)
Music Waves sort de son lit pour interviewer Rivière à l'occasion de la réédition de son album.
LES ALBUMS DE JANVIER 2021 A NE PAS MANQUER
Music Waves vous propose désormais tous les mois la sélection mensuelle de la rédaction et les lauréats de janvier 2021 sont...
 

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2021