MW / Accueil / Articles
A PROPOS DE:

RHINO BUCKET À L'ANTRIROUILLE (BORDEAUX) (15 JANVIER 2010)


TYPE:
LIVE REPORT
GENRE:
HARD ROCK

Pour sa première tournée européenne, Rhino Bucket faisait escale dans la banlieue bordelaise.
LOLOCELTIC - 25.02.2010 - 1 photo(s) - (0) commentaire(s)
Rhino Bucket fait partie de ces institutions du Pub Hard-Rock qui n'ont jamais mis les pieds en Europe pour y tourner. Autant dire que les 7 semaines, pendant lesquelles le quatuor californien s'est enfin décidé à parcourir les scènes de notre continent, représentent un véritable événement pour tous les amateurs du genre. Les échos de la grande majorité des concerts donnés en Norvège, Allemagne, Espagne et autres, sont d'ailleurs excellents et prouvent que le public ne s'y est pas trompé. Pourtant, c'est avec surprise que nous constatons la petite assemblée présente dans l'Antrouille, pourtant superbe petite salle de l'agglomération bordelaise. C'est en effet une petite cinquantaine de personnes seulement qui a pris la peine de se déplacer pour rendre hommage à Georg Dolivo et sa bande. Une fois de plus, les girondins confirment leur mauvaise réputation et cela en devient vraiment désespérant.

Qu'à cela ne tienne pour Rhino Bucket qui fait preuve de ce mélange de professionnalisme et d'esprit rock'n'roll courant chez les formations de ce style musical et qui, comme Rose Tattoo avait pu le faire dans des conditions équivalentes quelques années auparavant, nous balance son Hard-Rock direct et accrocheur avec conviction et bonne humeur. Après un "The Hardest Town" qui ouvre le set pour nous échauffer avec son mid-tempo entraînant, les américains emmenés par un Georg Dolivo rigolard et taquin, nous délivrent un set qui, à la surprise générale, s'articule essentiellement autour de titres de "And Then It Got Ugly", leur avant dernier opus. En effet, le petit dernier n'est représenté que par deux morceaux ("The Hardest Town" et le tranchant "Street To Street"), alors que "Pain" est l'album le plus délaissé avec le seul "I Was Told" comme représentant. Si Dolivo tient le devant de la scène, l'attention du public se porte également sur la prestation sans faille et pleine de dynamisme de Dusty Watson. Le batteur n'est pas un nouveau sur le circuit, mais le poste a vu plusieurs pointures défiler et, alors qu'il est attendu au tournant puisqu'il officie en lieu et place d'un Simon Wright pourtant espéré, il laisse tout le monde en extase tant son jeu à la fois puissant et technique soutient et propulse l'ensemble du concert. Ceci ne doit cependant pas faire oublier les prestations d'un Brian Forsythe aussi talentueux que discret, et d'un Reeve Downes complice des blagues de Dolivo et repère incontournable de la formation.

[IMAGE1]

Bien que ne pouvant bénéficier d'un retour puissant de la part du public clairsemé, Rhino Bucket aura malgré tout réussi à nous délivrer un set à la fois varié, dynamique et puissant dont nous retiendrons particulièrement les frasques de son leader, ce dernier prenant un malin plaisir à jouer avec les limites indiquées par l'écran indicateur de puissance sonore, dédiant le titre "She's A Screamer" à une beauté visiblement déjà présente lors d'un de ses précédents concerts mais dont nous n'avons pas réussi à connaître la nature de la relation, et enfin, annonçant après ce qui devait être la fin du concert: "Vous savez aussi bien que moi que si nous retournons dans les loges, vous allez nous appeler, nous allons revenir, et nous allons nous remettre à jouer. Alors plutôt que de faire des manières, nous allons tout de suite jouer le rappel et comme ça, nous pourrons nous retrouver après pour discuter ensemble et boire des bières". Et c'est donc sur l'un des tubes du groupe, "Blood On The Cross", que prend fin un concert de moins d'une heure et demi, mais dont l'intensité et la complicité des membres du groupes, entre eux et avec le public, laisseront un sentiment partagé entre le plaisir du moment privilégié passé, et la frustration d'avoir vu cette légende se produire devant un public dont la quantité n'était pas à la hauteur.

Nous terminerons en rendant hommage à Indy et sa bande, quatre hardos venus d'Aveyron pour rendre l'hommage que Dolivo et sa bande méritent avant de rentrer chez eux dans la nuit, et ceci, alors qu'ils se sont donnés à fond pendant tout le concert. En voilà sur lesquels le public bordelais ferait bien de prendre exemple !


Setlist:
1. The Hardest Town
2. Welcome To Hell
3. Beat To Death Like A Dog
4. Monkey Boy Highway
5. She Rides
6. Bar Time
7. Smile
8. One Night Stand
9. Word
10. Ride With Yourself
11. She's A Screamer
12. Street To Street
13. I Was Told
14. Hammer And Nail
15. Ride The Rhino
16. Blood On The Cross


Plus d'informations sur http://www.rhinobucket.com/
 
(0) COMMENTAIRE(S)
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'article, ajouter quelques anecdotes, quelques connaissances ou tout simplement raconter votre vie...
 
Aucun commentaire. Soyez le premier à donner votre avis sur ce article
Haut de page
 
Main Image
Item 1 of 0
 
  • 146
Haut de page
EN RELATION AVEC RHINO BUCKET
DERNIERE CHRONIQUE
The Last Real Rock N' Roll (2017)
Cet album se montre à la hauteur de son titre en proposant un véritable rock'n'roll intègre, authentique et sans concession comme ses interprètes. Toutes les chroniques sur RHINO BUCKET
DERNIERE ACTUALITE
RHINO BUCKET: The Last Real Rock N' Roll
SORTIE
Toutes les actualités sur RHINO BUCKET
AUTRES ARTICLES
ARTICLE PRECEDENT
JULIEN DAMOTTE + MADONAGUN – 8 FÉVRIER 2010
Récit d'une interview qui tourne à la discussion à bâtons rompus !
 
ARTICLE SUIVANT
AIRBOURNE AU KRAKATOA (BORDEAUX-MÉRIGNAC) (23 JANVIER 2010)
Après avoir commencé sa tournée par une date à Anvers (Belgique), Airbourne faisait un arrêt à Bordeaux avant de se rendre en Espagne.

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020