MW / Accueil / Articles / INTERVIEWS - OSCIL (17 FEVRIER 2022)
TITRE:

OSCIL (17 FEVRIER 2022)


TYPE:
INTERVIEWS
GENRE:

ROCK PROGRESSIF



Oscil sort son premier album riche de ses influences progressives et rock alternatif avec un vecteur émotionnel très fort. Le groupe vous en dit plus sur ce disque à la pochette admirable
CALGEPO - 23.02.2022 -
2 photo(s) - (0) commentaire(s)

Oscil se forge petit à petit sa place au soleil de la scène francilienne et française avec son mélange sophistiqué de rock alternatif et progressif constitué de titres denses et mélodiques. Music Waves ne pouvait pas passer à côté de cette petite pépite à l'occasion de la sortie du premier album du groupe "First Step On My Moon". Vincent, Ingrid et Florent nous en dévoilent plus. 

Après avoir auto produit un EP en 2017 "Never Ending Road(s)", vous voici de retour avec un premier album quasiment jour pour jour 4 ans après, qu’est-ce qui explique ce laps de temps entre les deux ?

Vincent : La Covid n'a pas aidé notre organisation ! Enregistrer les guitares et basses en home studio à été la croix et la bannière ! Forcément on a beaucoup appris et je suis persuadé qu'on sera plus efficaces par la suite...

Ingrid : Oui, c'était un énorme apprentissage pour nous, en plus de la satisfaction d’avoir pris le temps et d’être allés au bout.




Pourquoi ce choix presque à contre-courant de la manière dont aujourd’hui la musique est écoutée, achetée ou produite, où le format d’album est délaissé pour sortir des EP dans des délais plus rapprochés ?

Vincent : C'est tentant pour un groupe amateur de diluer sa musique dans le temps pour avoir du contenu récurrent sur les réseaux,  mais un EP n'a pas du tout l'impact d'un album à mon sens. Les rares EP dont je me souvienne sont ceux de Plini et "A Change of Season" de Dream Theater.


Il y a donc la symbolique autour du deuil, mais on voulait célébrer la Vie


La cover qui accompagne cet album est superbe ! Qui en est à l’origine et que symbolise-t-elle ?

Ingrid :
 Effectivement, on peut saluer le travail de Vincent Fouquet / Above Chaos, dont j’avais repéré les magnifiques illustrations pour Mobius ou Headbanger Box entre autres. Nous voulions vraiment mettre en valeur notre musique avec un visuel fort et foisonnant. L’idée était de symboliser un équilibre entre les profondeurs et la lumière. Nous lui avons expliqué le titre de l’album, tiré d’une BD de Fred Bernard “Lily Love Peacock”, offerte par une amie très chère, disparue depuis. L’histoire de deux amies, dont l’une est chanteuse de rock… Il y a donc la symbolique autour du deuil, mais on voulait célébrer la Vie, qui a eu aussi son lot de bonheurs et d’épanouissement dans nos vies respectives ces dernières années.


Avec une telle pochette, on regrette qu’il n’y ait pas de version physique de l’album (CD et encore mieux vinyle), c’est un choix par contrainte pour vous et à contre-cœur on imagine ?

Ingrid :
 Mais nous avons le plaisir de vous donner le lien pour vous procurer le CD fraîchement sorti, avec le magnifique packaging signé Vincent Fouquet ! Un vinyle serait du plus bel effet, et on y pense aussi.

https://oscilmusic.bandcamp.com/album/first-step-on-my-moon


Oscil à toujours eu un pied progressif et un autre alternatif


L’album s’ouvre un peu en trompe-l'œil sonore avec un premier titre ‘Harlem Shadow’ dans un genre plutôt rock alternatif qui n’est pas représentatif de la suite de l’album, est-ce une volonté pour vous d’avancer masqués ?

Vincent : 
En écrivant 'Harlem Shadows' j'avais clairement à l'esprit qu'elle serait l'ouverture de l'album. Je souhaitais un morceau cash, rythmé et un peu barré rythmiquement avec ces passages en 9/8, quelque chose de bouillonnant qui faisait suite à mon voyage new-yorkais et son fameux quartier de Harlem. Oscil à toujours eu un pied progressif et un autre alternatif (‘Saya’ sur notre premier EP en est un bon exemple), je vois donc le morceau comme une facette du groupe et non un trompe-l'œil.


T
outes les compositions sont signées Vincent Mouge (également guitariste). As-tu laissé les autres membres exprimer leurs idées ou bien as-tu réalisé cet album à la freak control façon Steven Wilson avec Porcupine Tree ?

Vincent :
 Si je devais placer le curseur, je serais plutôt genre maniaque à la Steven Wilson ou pire Devin Townsend (Rires). Mais l'explication est un peu plus rationnelle : en se voyant environ 2 fois 3 heures par mois, il n’est guère possible de monter des morceaux en si peu de temps ensemble. J'arrive donc avec une maquette complète qu'on affine en répétition. Aussi je laisse toute liberté à mes collègues pour les arrangements ! La structure et les mélodies sont elles assez figées.





Comment s’est construit Oscil ? Aviez-vous d’autres projets parallèles ?

Vincent :
 Je mise tout sur le prochain tirage Euromillions pour prendre 3-4 années sabbatiques et composer un album instrumental en plus du prochain Oscil ! Aussi il semblerait que je doive enregistrer quelques guitares pour la prochaine reprise de notre ami Ludo Desa (que vous pouvez écouter sur 'The Heart Of A Woman').

Ingrid :
 Les projets parallèles sont venus à la suite d’Oscil, et aussi pour ça c’est la plus chouette aventure de mon parcours musical! En plus du prochain album de Jirfiya, j’ai posé des chœurs pour Ludo également, et bientôt je travaillerai sur le "Raging Project" d’Ivan Jacquin avec de beaux invités de la scène prog internationale!


I
ngrid est la chanteuse principale qui est aussi connue pour sa participation à Jirfiya (Ex Born From Lie) dans un style plus agressif, est-ce que ce projet parallèle est venu nourrir ce nouvel album d’Oscil et si oui en quoi ?

Ingrid :
 Pas du tout ! Ce sont deux projets totalement indépendants, autant dans la composition que dans la démarche de groupe.


Avec Oscil, je chante plus en retenue et en équilibre, car il y a beaucoup de passages différents d’une ambiance à l’autre, avec changements de rythmes et mélodies


Il semble qu’il y ait plus d’intimité dans cet album par rapport à Jirfiya qui est plus revendicatif en évoquant des thèmes d’actualité, comment Ingrid a travaillé sur l’interprétation et comment faire preuve de justesse pour ne pas se laisser envahir par les sentiments ou les émotions ?

Ingrid :
 Jirfiya a par essence un propos très militant et rentre-dedans, c’est souvent un cri du cœur. Avec Oscil, je chante plus en retenue et en équilibre, car il y a beaucoup de passages différents d’une ambiance à l’autre, avec changements de rythmes et mélodies. La difficulté est de garder une constance sur tout le morceau, sans trop déborder justement, avec trop de fioritures vocales. Vincent est très précis dans ses compositions, et je garde cette rigueur en apportant mes couleurs, élégantes je crois!


Cet album est extrêmement riche, sur une base rock il distille des touches progressives, jazz, parfois soul même il nous semble… Est-ce que pour vous cette richesse est synonyme de liberté quitte à avoir du mal à vous situer dans une industrie où tout est souvent étiqueté ou catégorisé ?

Vincent :
 Et vu ce qui s'annonce pour Oscil en 2022 ça ne risque pas de simplifier notre classification !! Personnellement j'ai toujours aimé ces artistes qui vont piocher partout, qui nous surprennent à chaque titre. 'One Hot Minute' des Red Hot Chili Peppers, le Joe Satriani de 95 avec Manu Katché (un album fabuleux), "Six Degrees" de Dream Theater sont des albums qui m'ont marqué car ils m'ont fait voyager de la minute 1 jusqu'au dernier titre. C'est ce qu'on essaie modestement de poursuivre avec Oscil.


"First Step On My Moon" oscille entre morceaux très recherchés comme ‘The Pact’ qui ne se livre pas tout de suite et ‘You’ plus accessible ou immédiat, notamment dans son refrain. C’est ce genre d’album qui rappelle ceux de Porcupine Tree ou Pain Of Salvation qui cultivent cette richesse dans l’écriture. Cette manière de faire côtoyer ces compositions est une caractéristique de Oscil ?

Vincent :
 Ces 2 groupes font partie de nos influences évidemment, on peut y ajouter Opeth tant qu'on y est ! Nous sommes des gros fans de Pain Of Salvation ! Mais notre musique est tout de même moins dark. Je me suis d'ailleurs forcé régulièrement à casser mes habitudes de composition pour éclaircir les thèmes de nos morceaux, et ne pas tomber dans des univers trop sombres qui ne collent pas au groupe. 'Enter The Haze' ou 'Romance' ont été écrites à cette période où j'ai un peu déconstruit ma façon de composer. J'ai hâte de prendre un peu de temps ces prochains mois pour reprendre l'écriture, et je suis à peu près certain que cela sonnera bien différemment de "First Step".


Cette « dualité » est-elle aussi une manière pour vous d’apporter votre personnalité ? Oscil se rapproche de ce que pouvait proposer The Gathering dans les années 2000 mais avec cet élément mélodique en plus ?

Ingrid : 
Alors, d’après ce qu’on nous dit régulièrement, c’est surtout ma voix qui fait qu’Oscil est comparé à The Gathering / Anneke VG, mais ce n’est pas du tout une influence de Vincent. (Contrairement à Jirfiya, dont tous les membres sont fans).


C'est un album qui reflète aussi beaucoup le parcours d’un homme heureux, et qui laisse s’exprimer cette sensibilité à travers plein de facettes


Avec des titres comme ‘Romance’, ‘The Heart Of A Woman’, il y a un sentiment d’un album qui parle de féminité entre force et fragilité, illustré par votre musique (en mettant de côté le fait que ce soit Ingrid qui chante) et d’un album construit d’un point de vu féminin, est-ce une vision ou interprétation que vous pouvez trouver légitime ?

Ingrid :
 C’est curieux que la force et la fragilité soient associées à la féminité uniquement, car je pense que c’est un album qui reflète aussi beaucoup le parcours d’un homme heureux, et qui laisse s’exprimer cette sensibilité à travers plein de facettes. Alors c’est vrai que le choix d’un texte comme 'The Heart Of A Woman', parle de l’émancipation féminine, avec la figure de Maya Angelou en toile de fond. Ça a été le choix du second extrait  de l’album surtout pour mettre en valeur un chouette partage musical avec Ludo Desa.





‘Romance’ d’ailleurs est l’un des morceaux les plus réussis et des plus élaboré avec ce très beau saxophone dont l’utilisation se fait de plus en plus ressentir dans le metal, qu’il soit progressif ou black (Altesia, Sol Draconi Septem…), qu’est-ce qui vous a poussé à utiliser cet instrument sur ce titre en particulier ?

Vincent :
 J'ai connu Bastien en jouant pour un projet jazz il y a quelques années et on avait clairement envie de faire collaborer des musiciens sur l'album, du coup cela s'est fait très naturellement. J'ai composé 'Romance' en souvenir de ces jams blues rock /ZZTop que j'aimais faire ado . J'avais en tête également un morceau de Patrick Rondat sur 'On The Edge' où Michel Petrucciani posait un superbe solo de piano, d'où l'appel à un ami (Jean-Phi Massicot) . Après deux ou trois prises, Bastien nous a calé ce genre de solo où les poils se hérissent. Pas besoin de continuer, on savait alors que c'était la bonne prise!


On a subitement dispersé quelques structures complexes ça et là, le propre de la musique prog! Mais toujours dans une volonté de servir les mélodies.


La batterie et la basse sont très mises en avant avec quelques polyrythmies qui densifient les morceaux, avec des riffs soutenus et des interventions solistes plus discrètes mais très bien pensées, ce premier album a été pour vous challengeant et quel a été le plus grand défi que vous ayez relevé ?

Vincent : 
Tout à été compliqué ! L'autoproduction,  l'enregistrement en mode home studio, le choix des sons… des belles galères et aussi beaucoup de choses apprises pour la suite !

Florent :
 En effet on a subitement dispersé quelques structures complexes ça et là, le propre de la musique prog... mais toujours dans une volonté de servir les mélodies. C’est challengeant en effet, car même si chacun possédait déjà une expérience du studio, l'enregistrement d’un album aux morceaux pour la plupart assez longs, et possédant de nombreuses variations rythmiques au sein d’un même morceau, était une première pour nous. C'était un défi relevé par tous, tant dans le travail de chaque musicien, que dans celui de notre ingé son qui a eu l’occasion d’explorer de nouveaux horizons musicaux.


La scène metal et rock progressif française semble connaître un nouvel essor, on a déjà cité des groupes auxquels on pourrait ajouter Weend’ô. Comment situez-vous cette scène et avez-vous pu d’ores et déjà créer des interactions entre vous ?

Vincent : 
Paradoxalement à l'heure des réseaux sociaux, je n'ai quasi aucune interaction avec le milieu rock /métal français. Je pense qu' Ingrid a plus développé cet aspect… Le dernier album français auquel j'ai vraiment accroché est 'The Only Way To Reach The Surface' de Nord, très fort. Les albums de Nicolas Chapel (Demians) restent très haut dans mon Top France.

Ingrid : 
J’ai découvert effectivement pas mal de groupes français Metal et Prog ces dernières années, via les réseaux. Je pense à Burnt Umber notamment, et Ivan Jacquin, qui sont de belles rencontres. Je suis également admirative des albums de Nine Skies, et je regarde le parcours de groupes comme Esthesis, Amartia (que j’adore), ou encore Altesia, qui arrivent à fédérer le public prog et se retrouvent sur de belles scènes. Ce sont des exemples à suivre, et il y a pourquoi pas des connexions à faire, oui!


On a tenu à parler de cet album avant tout, mais on ne peut ignorer la période que l’on traverse tous, avec un contexte très difficile et encore plus pour le monde du spectacle vivant et de la musique qui a besoin de la scène pour s’exprimer pleinement, comment traversez-vous ce moment alors que vous sortez votre premier album ? Avez-vous des doutes sur la suite ou bien la musique reste plus forte ?

Vincent : Au final il est assez compliqué pour nous de faire dans la même période nouveaux morceaux et répétitions pour d'éventuelles dates. Du coup les 2 dernières années sous Covid ont été l'occasion pour nous de sortir l'album, et on espère pouvoir faire quelques dates sympa en 2022 avec notre nouvelle formation et une approche plus pro des concerts !


Est-ce que vous envisagez de pouvoir illustrer un titre avec un clip puisqu’aujourd’hui l’image est indissociable de la musique pour la faire connaître ?

Ingrid : 
Nous avons sorti deux clips pour cet album, et idéalement on aimerait en faire un troisième, mais sans doute que nous allons privilégier les lives, voir les lives filmés dans un avenir proche.


Comment abordez vous la nouvelle année ? Avez-vous pu prévoir des dates ou faire des lives en streaming, voire travaillez-vous sur des nouvelles compos ?

Ingrid : 
Nous avons un nouveau line-up que nous avons hâte de présenter !! Et oui, très certainement des lives vont se monter.


Qu'attendez-vous de cet album ? La signature chez un label est elle l'un des objectifs ?

Vincent : 
Un label? Jamais entendu parler (rires).

Ingrid : 
Oui voilà, un label pour le prochain album… Et une tournée pour cette année !


Nous vous laissons le dernier mot pour nos lecteurs …

Vincent : U
n gros bisou à nos proches et à toutes les personnes qui arrivent encore à écouter 50 minutes de musique sans zapper.

Ingrid : 
 On se retrouve en concert ! On a des CDs à dédicacer... Merci et à bientôt à ceux qui nous suivent de bon cœur!



Plus d'informations sur https://www.facebook.com/oscilmusic
 
(0) COMMENTAIRE(S)  
 
 
Haut de page
 
Main Image
Item 1 of 0
 
  • 20926
  • 20927
Haut de page
EN RELATION AVEC OSCIL
DERNIERE CHRONIQUE
OSCIL: First Step On My Moon (2021)
4/5

"First Step On My Moon" de Oscil est un disque riche dont on aura du mal à se lasser. Premier essai et quasi-coup de maître !
DERNIERE ACTUALITE
OSCIL : NOUVEAU TITRE ET CLIP "A SHROPSHIRE LAD"
 
AUTRES ARTICLES
HYPERDUMP STORY SAISON 3 : EPISODE 147
En exclusivité mondiale, Music Waves vous propose de suivre désormais les passionnantes aventures illustrées de HyperDump dans sa quête pour devenir le plus grand groupe du monde.
SCORPIONS (16 FEVRIER 2022)
Coup de projecteur avec la section rythmique de Scorpions venue nous présenter le vingtième album studio du groupe !
 

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2022