MW / Accueil / Articles / INTERVIEWS - AYRON JONES (28 MARS 2023)
TITRE:

AYRON JONES (28 MARS 2023)


TYPE:
INTERVIEWS
GENRE:

ROCK



La sensation rock américaine Ayron Jones revient avec un nouvel album plus introspectif que le précédent. Music Waves part à la rencontre de la pépite de Seattle
CALGEPO - 23.06.2023 -
3 photo(s) - (0) commentaire(s)

Music Waves a été l'un des premiers sites à évoquer Ayron Jones en France. Depuis, le musicien n'a eu de cesse de courir de succès en succès dans notre pays notamment, avec des concerts toujours aussi remplis. Le public ne s'y est pas trompé, Ayron c'est de l'or au bout des doigts. A l'occasion de la sortie de son nouvel album, nous accueillons pour une troisième fois le prince du rock, qui garde les pieds sur terre.

Bonjour Ayron, on se retrouve deux ans après notre première interview faite pour 'Child OF The State'. Cet album a été un succès international, dépassant les frontières des USA. Avec le recul, est-ce que tu t’attendais à un tel succès ?

Est-ce que je m'attendais à un tel succès ? Je ne sais pas si je m'attendais à ça. Non. C'était vraiment une surprise pour moi. On ne pouvait pas prédire comment les choses allaient se passer pour nous. C'était une surprise pour moi, vraiment. Et au fur et à mesure que les choses avançaient, je me suis rendu compte que nous avions un bon disque. Et maintenant, nous y sommes.





Tu es venu plusieurs fois en France et le public a été très réceptif à chacun de tes shows qui ont tous été incroyables avec notamment d’excellents musiciens. Qu’as-tu pensé du public français dont la réputation, très cliché, n’est pas celle d’aimer trop le rock ?


Les gens en France semblent très réceptifs à mon égard. Ils m'ont montré beaucoup d'amour et continuent à le faire. Et cela montre bien que c'est plus que du rock. C'est vrai, c'est du rock, mais c'est plus que du rock. Il y a quelque chose de spécial dans le message envoyé et dans l'acceptation des mots prononcés. Je pense que c'est vraiment ce dont il s'agit.


Tu reviens très rapidement, deux ans après "Child Of The State" avec "Chronicles of the Kid", un album encore plus personnel dans lequel tu sembles faire un point sur ton parcours personnel et artistique. Qu’est-ce qui explique ce besoin d’un tel regard alors que tu n'as que 36 ans ?

Oui, à 36 ans, je pense que j'ai vécu beaucoup de choses. J'ai vécu beaucoup de vies et je continue à vivre beaucoup de vies. Lorsque "Child Of The State" est sorti, j'étais assis sur mon canapé, pendant la pandémie. Entrer dans la pandémie, en étant relativement peu connu. et sortir de la pandémie en tant que nom international, comme vous pouvez l'imaginer, a fait entrer dans ma vie beaucoup de choses différentes auxquelles je n'étais pas habitué à l'époque. J'ai bien géré certaines de ces choses. D'autres ont été des défis pour moi. Je pense que c'est le but de "Chronicles of the Kid". Il s'agit d'expliquer ces défis et d'essayer de comprendre qui je suis au sein de ce nouveau moi, comment je découvre mon nouveau moi.


Est-ce à dire qu’après cet album tu seras libéré de tes démons du passé ?


Je ne sais pas si quelqu'un est jamais libéré des démons du passé...


Je suis un peu plus à l'aise avec qui je suis maintenant.


Vraiment ?

Ils vont m'accompagner pendant un certain temps. Mais je pense que ça va me permettre d'être plus à l'aise avec cette nouvelle version de moi. Ce nouvel artiste, cette nouvelle personne que je suis devenue, la personne que les gens reconnaissent maintenant. C'est à ce changement qu'il faut vraiment s'habituer. C'est comme si vous étiez quelqu'un de différent et que sur un an la moitié du temps, vous deveniez une personne complètement différente. Pas seulement pour vous, mais aussi pour les autres, plus pour les autres que pour vous-même. Il faut donc beaucoup de temps. En général, nous avons la chance de disposer de beaucoup de temps pour résoudre ces problèmes. Et j'ai dû le faire, grâce à ma famille et des gens qui m'aiment, des gens qui me connaissent différemment, j'ai en quelque sorte été forcé de le découvrir dans un laps de temps plus court. Je suis un peu plus à l'aise avec qui je suis maintenant.


Et as-tu peur de cette reconnaissance ? As-tu peur d'être reconnu dans la rue, de la célébrité ou non ?

Non, ça ne me fait pas peur du tout. Je pense que cela peut être un défi. Si demain, du jour au lendemain, vous devenez un journaliste mondialement connu et que les gens vous reconnaissent dans la rue, je pense que votre vie sera également très différente. Et il faut savoir comment gérer cela. Comment le devenir ? Comment l'accepter sans se perdre ? C'est vraiment le défi à relever.





Mais en étant une célébrité, vous devez faire plus de spectacles et quitter votre famille, faire des sacrifices. Humainement c'est très difficile à appréhender...

Oui, tout à fait. C'est un peu le problème. Et j'en parle un peu dans mon prochain album, 'Living for the Fall', par exemple, où il est question de tout donner de soi, de tout sacrifier pour devenir cette nouvelle personne. Il peut donc y avoir de grandes difficultés dans ce domaine, c'est certain.


Cet album semble prendre un peu plus de hauteur avec un son un peu plus moderne par rapport à "Child Of The State" qui avait une production un peu plus classique rock, plus garage. Comment expliques-tu cette évolution ?

Je pense que travailler avec ces producteurs (Scott Stevens et Marty Frederickson) a vraiment aidé à faire ressortir ce nouveau son de guitare, ce qui était important, parce que même si je pense que mon son de guitare était bon sur mon précédent album, je pense qu'il était encore plus important de faire ressortir la proéminence de ce son de mon jeu de guitare sur le nouvel album. Donc, à bien des égards, c'est encore plus un disque de guitare que ne l'était "Child Of The State". Mais il ne s'agit pas seulement d'un certain son de guitare, mais de plusieurs sons de guitare différents. Les aspects accentués de mon jeu rythmique. Parfois, ce sont les aspects du solo, parfois ce sont les aspects de l'écriture, mais cela capture toutes ces différentes gammes de sons qui proviennent de l'instrument.


Cette recherche rappelle le Jimi Hendrix Experience. Tu souhaite prendre ce chemin avec une guitare expérimentale comme Jimi ?


Je ne sais pas si je veux vivre la même expérience que Jimi, mais c'était celle de me découvrir en tant que guitariste. Il est certain que j'ai exploré et expérimenté et que j'ai continué à évoluer en tant que guitariste et en tant qu'artiste. Parce que je ne sais pas comment deviner ta façon d'évoluer en tant que musicien.


C'est différent parce que tu as fait de la musique classique dans ton enfance, c'est bien pour toi d'expérimenter la guitare et le classique...


Oui, absolument. Cela m'a appris à toujours progresser dans le son et la pratique.


Pour faire un album de classic rock ?

Oui (Rires) ! Je pense que nous y sommes parvenus. Il y a certainement des sons plus modernes, mais il y a aussi des sons de rock classique. Et comme tu l'as dit, je voulais créer un moment classique, un disque intemporel, et je veux continuer à faire de la musique intemporelle. C'est toujours mon objectif, faire de la musique qui transcende le temps. Et je pense que nous avons capturé un peu de cela dans cet album, c'est certain.


Il s'agissait simplement de prendre l'histoire des sons d'où je venais, de mes influences et de trouver enfin un moyen d'exprimer cela à ma façon.



D’ailleurs les compositions suivent ce constat avec des titres qui s’émancipent de cet héritage blues et grunge de Seattle. Tu avais envie de ne pas te répéter ?

C'est un défi pour nous, certainement. Je ne veux pas nécessairement me répéter. Je veux continuer à grandir et à évoluer en tant qu'artiste. Et cet album, je pense, était plus une incarnation de la prise de ces sons pour en faire ma propre identité. C'est comme lorsque nous trouvons nos influences, vous pouvez être influencé par quelqu'un, mais vous ne voulez pas être cette personne. On veut s'en emparer et se l'approprier. Je pense donc qu'il s'agissait simplement de prendre l'histoire des sons d'où je venais, de mes influences et de trouver enfin un moyen d'exprimer cela à ma façon.


Ce qui plait dans ta musique, c’est l’authenticité que tu y mets, notamment dans l'excellent ‘Blood In The Water’, un réel hit puissant et émotionnel. D’où te vient cette sincérité que l’on ne décèle pas chez d’autres artistes ? Le fait d’avoir un vécu qui n’est pas ordinaire ?

Oui, je pense que c'est en partie le cas. Mais je pense que beaucoup d'artistes vivent la même chose. Je pense que beaucoup de ces artistes traversent des choses qui ne sont pas forcément faciles dans leur éducation ou leur enfance, et nous transformons cela en quelque chose de spécial pour d'autres personnes. Et je pense que je ne fais que suivre cette voie, en fait. Je veux dire que je prends ces choses qui étaient apparemment difficiles et dures et j'essaie de créer une sorte de lumière pour d'autres personnes et de créer de l'art pour d'autres personnes à travers ce traumatisme, à travers ces épreuves.





Mais ces difficultés vécues dans le passé peuvent expliquer que tu comprends la musique, notamment le blues parce que le blues à l'origine est une souffrance du peuple noir ce que tu intègres dans tes albums ?

Absolument. Je veux toujours que les gens le sachent, et c'est peut-être une question de culture, mais je veux toujours que ce sentiment ressorte dans ma musique, qu'il y ait ce sens du blues dans mon son, mais une culture du blues plus qu'un simple son, comme un sentiment, plus que tout. Et je pense que c'est aussi ce qui fait que c'est plus que du rock. Il va pouvoir transcender le genre du rock'n'roll parce que c'est ce que fait le blues. Le blues est dans tout. Et mettre une goutte de ce blues dans votre musique, juste une goutte, je pense que cela rapproche les gens d'une certaine manière et les amène vers un genre de musique qui n'existerait pas autrement.


Je pense qu'il est important de creuser profondément, de pouvoir trouver quelque chose au fond de soi, une âme, pour pouvoir l'exprimer.


Oui, mais penses-tu que pour faire du blues et pour comprendre le blues, on doit avoir eu beaucoup de difficultés dans le passé ou les vivre dans le présent ?

Je ne pense pas qu'il soit nécessaire d'avoir des difficultés. Je pense qu'il est important de creuser profondément, de pouvoir trouver quelque chose au fond de soi, une âme, pour pouvoir l'exprimer.


L’un de nos morceaux favoris - choix difficile - est ‘Otherside’ qui semble être là pour montrer qu’il existe d’autres points de vues tout aussi acceptables que les autres. La composition est très moderne. Le solo est sublime ! Tu avais envie un peu de t’émanciper de tes influences notamment dans ce morceau ?

Je voulais pouvoir parler le langage de plusieurs générations de musique. Je ne peux pas transmettre à la génération Z les sons vintage, car ce n'est pas leur langue. Mais le mieux que je puisse faire, c'est de parler leur langue et de réunir ces deux mondes Ce que j'essayais de faire, c'est que je ne voulais pas jouer de la musique uniquement pour les amateurs de rock classique et pour autant, je ne veux pas jouer de la musique uniquement pour les amateurs de rock moderne. Je veux jouer de la musique pour tout le monde, et je veux jouer mon style pour tout le monde. C'est ce que j'ai tenté de faire avec 'Otherside', en prenant ce son moderne et en y insufflant l'esprit du rock classique pour que la jeune génération comprenne d'où je venais.


Penses-tu avoir trouvé l'équilibre entre le rock classique et le son moderne dans cet album ?


Je pense que c'est le cas. Du moins, je l'espère. Nous verrons bien. Nous le découvrirons quand il sortira. Mais c'était le but. Nous voulions trouver ce point idéal, cet endroit, les sons du rock classique, tout en restant modernes et pop. Nous voulions trouver cela, mais sans faire de la pop. Nous voulons trouver un bon équilibre entre le hard rock et les chansons pop que l'on peut chanter et dont on se souvient, sans sortir du genre lui-même.


Tes chansons sont le fruit d’un travail collectif. En quoi ce travail en commun est important pour toi ?

La raison pour laquelle c'est important pour moi, c'est qu'à un moment donné, en tant qu'auteur-compositeur, aussi bon que je puisse être, il y a des moments où l'énergie devient banale. Si vous êtes quelqu'un qui reste assis dans votre musique tout le temps sans avoir d'idées nouvelles ou une perspective différente, votre musique se fige d'une certaine manière. C'est pourquoi il était important pour moi non seulement de tendre la main à d'autres auteurs-compositeurs, mais aussi d'apprendre d'eux et d'évoluer en tant qu'auteur-compositeur en travaillant avec d'autres personnes. Et je pense qu'on peut vraiment l'entendre dans cet album. Il y a une évolution dans l'écriture des chansons, la musique évolue et mûrit d'une manière qui, je pense, la rend très attrayante.





Pour autant, tu signes tes disques sous le nom de Ayron Jones et pas Ayron Jones and.... comme Bruce Springsteen avait le E Street Band...


J'avais un groupe avant. Mais le fait est que les groupes sont difficiles à garder ensemble. Et même pour cet album, je travaille avec des producteurs, mais ils ne faisaient pas partie de mon groupe en tant que tel. Je discute avec des groupes, bien sûr, mais je savais que si je voulais continuer à faire ce que je fais en tant qu'artiste et à montrer mes talents d'artiste, je devais être un artiste solo pour le faire. Les groupes vont et viennent. Les musiciens vont et viennent tout le temps. C'est vraiment difficile de garder un groupe ensemble à cause des personnalités, des besoins, des désirs et de toutes ces choses. Mais je savais que si j'étais un artiste solo, je pourrais continuer à faire de la musique pour toujours avec qui que ce soit.


Tu souhaites donc rester musicien et non un "manager" ?

Oui, exactement. Je veux jouer mon propre rôle. Je ne veux pas gérer un groupe. Je veux jouer de la musique.


La seule personne qui va vous relever du sol quand vous vous sentez mal ou vous ramener sur terre quand vous vous sentez trop haut, c'est vous.


La seule chanson que tu as écrite tout seul est ‘On Two Feet I Stand’, c’est le titre que tu souhaitais vraiment écrire seul pour te donner confiance en toi et affirmer que tu te tiens debout désormais et que tu regardes vers l’avenir sans être hanté par le passé ?

Je pense que pour moi c'est une chanson assez ancienne. C'est donc un réenregistrement d'une ancienne chanson que j'avais.. Et pour moi, cette chanson est importante parce qu'au fur et à mesure que vous évoluez et que vous changez, il y a beaucoup de difficulté à grandir. Mais il faut toujours se rappeler que la seule personne qui va vous relever du sol quand vous vous sentez mal ou vous ramener sur terre quand vous vous sentez trop haut, c'est vous. C'est pourquoi la chanson "On 2ft" était si importante.


J'espère donc pouvoir continuer à servir d'exemple à d'autres personnes pour briser cette idée que je dois être un rappeur



On te sais très sensible pour la lutte dans l’égalité des droits pour les afro américains notamment. L’album précédent avait été composé sauf erreur en partie lorsque Trump était président. Aujourd’hui, avec Joe Biden, as-tu senti les choses évoluer favorablement ou bien l’Amérique reste encore une poudrière prête à exploser ?

Je pense que le monde reste le même. On peut dire qu'il s'agit des Américains, mais je pense que mes voyages et mon expérience en tant qu'homme noir transcendent la culture américaine. J'en fais l'expérience en Europe. J'en fais l'expérience partout dans le monde. Le Japon, j'ai été partout. Et le monde continue d'évoluer et de progresser. Tout ce que je peux faire, c'est continuer à servir en quelque sorte d'ambassadeur "tacite" dans le monde, à rassembler ces cultures et à briser les stéréotypes et les idées préconçues que nous avons sur les gens en leur montrant que nos cultures sont aussi diverses que nos personnalités, que la couleur de notre peau ne dicte pas notre culture ou notre personnalité. J'espère donc pouvoir continuer à servir d'exemple à d'autres personnes pour briser cette idée que je dois être un rappeur, un athlète, que je dois être ces choses qui tombent dans ces stéréotypes. Des musiciens intelligents et des gens du monde.


Tu te livres énormément sur toi, ton vécu. Tes paroles comptent énormément. Est-ce que tu sens que tes textes touchent les gens et est ce qu’il t’est arrivé d’avoir des retours sur ces textes ?

Lors de la dernière tournée que je viens de faire, je pense qu'en particulier avec les nouvelles chansons, les paroles ont vraiment interpellé les gens, ce qui est rare. Ce n'est pas courant. Ce n'est pas souvent que les concerts sont vraiment axés sur cette expérience et les retours. La plupart du temps, les gens n'écoutent pas vraiment ce que vous dites. Donc le fait qu'un public prenne le temps d'écouter ce que vous dites et que cela ait un impact sur eux était vraiment important.

Le premier clip sorti ‘Filthy’ est très puissant en terme de message. On te devine petit avec ta maman qui se drogue et toi qui trouve en Jimi Hendrix notamment la voie vers une autre vie. C’est une sorte de biographie en 4 minutes. Est-ce toi qui a eu l’idée de cette vidéo très forte ?

Je pense que c'est quelque chose que nous avons choisi parce qu'au départ, la chanson est vraiment sexy. L'idée de départ était donc d'emprunter cette voie sexy, mais je pense qu'il y avait des choses qui auraient été perdues dans la traduction. Nous l'avons donc rendue un peu plus personnalisée pour expliquer qu'en tant que personne, j'ai évolué pour devenir ce mot, filthy, qui à Seattle est un vieux terme qui signifie ‘vraiment cool’. Je suis devenu l'incarnation de la confiance. Mais pour ce faire, je pense que nous avons puisé dans des éléments autobiographiques. Certaines de ces choses étaient des versions plus extrêmes, mais nous avons puisé dans l'histoire pour raconter cette histoire, pour dire, voilà qui j'ai évolué pour devenir et être, et voici mes influences.


La musique m'a sauvé la vie. Je peux vous dire qu'elle est devenue mon passeport pour le monde


Penses-tu que la musique peut sauver des vies ?

La musique m'a sauvé la vie. Je peux vous dire qu'elle est devenue mon passeport pour le monde, mon passeport pour le cœur des gens du monde entier. Je pense que c'est devenu ma force motrice. Vous voyez ce que je veux dire ? Je ne sais pas si ma vie a jamais été en danger. Je pense que je me serais contenté de faire autre chose si je n'avais pas fait de musique. Mais au lieu de cela, j'ai choisi de voyager, et je voulais voir le monde. Je voulais me chercher et me découvrir, me découvrir à travers la musique, les voyages et les rencontres. Je pense que c'est tout à fait le cas ici.


Maintenant que tu sembles t'être reconnu et accompli avec ce nouvel album, quelle sera ta prochaine étape ?


C'est une bonne question. Je n'ai pas vraiment réfléchi à l'étape suivante.Tout ce à quoi je pense pour l'instant, c'est comment faire connaître cette musique aux gens, et nous verrons ensuite ce qu'il en est. Mais je n'aime pas penser trop loin. Si nous essayons de vivre trop longtemps à l'avance ou trop loin dans le passé, cela nous éloigne du présent. J'essaie donc vraiment d'être présent. Et pour l'instant, je pense que ma prochaine étape est de m'assurer que cette musique touche les gens qui l'écoutent.


Quand penses-tu démarrer ta future tournée ?


Au mois de juillet, j'ai droit à un tour de France et d'Europe.


Et on espère y être et pour de futurs. Merci beaucoup pour cet entretien.

Avec plaisir merci pour toutes ces questions très intéressantes.



Plus d'informations sur https://www.facebook.com/ayronjonesmusic
 
(0) COMMENTAIRE(S)  
 
 
Haut de page
 
Main Image
Item 1 of 0
 
  • 23138
  • 23139
  • 23140
Haut de page
EN RELATION AVEC AYRON JONES
DERNIERE CHRONIQUE
AYRON JONES: Chronicles Of The Kid (2023)
4/5

Ayron Jones continue à casser les stéréotypes avec "Chronicles Of The Kid", album de rock moderne et recherché. Une confirmation qui prouve que la musique peut changer certains destins.
DERNIERE ACTUALITE
AYRON JONES en concert à Paris en octobre
 
AUTRES ARTICLES
GHOST - PALAIS DE NIKAIA A NICE - 30 MAI 2023
GHOST A DEFINITIVEMENT FRANCHI UN PALIER AVEC CES 8 DATES FRANCAISES
HELLFEST 2023 - PREMIÈRES IMPRESSIONS
La dernière édition du plus grand festival de metal en France vient de s'achever et, en attendant les reports par jour, nous vous livrons nos premiers ressentis à (très) chaud...
 

"Découvrez le nouveau clip de Near Death Experience !"

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2024