MW / Accueil / Articles / COMPTE-RENDUS DE CONCERT - DOOM OVER PARIS IV - LE KLUB (PARIS) - LE 31 OCTOBRE 2010
TITRE:

DOOM OVER PARIS IV - LE KLUB (PARIS) - LE 31 OCTOBRE 2010


TYPE:
COMPTE-RENDUS DE CONCERT
GENRE:

GUITAR HERO



Une affiche intéressante pour fêter les dix ans de carrière d'Ataraxie
CHILDERIC THOR - 06.11.2010 -
3 photo(s) - (0) commentaire(s)

Alors que nous pensions que le festival Doom Over Paris, dont la première édition s'était tenue à la Locomotive en 2007, était désormais dans la tombe du fait des difficultés rencontrées par l'organisateur (les Acteurs de l'ombre) pour réunir à la fois groupes et public, c'est avec (bonne) surprise que nous apprenions la tenue d'une quatrième édition, prétexte à fêter les dix années d'existence d'Ataraxie, que les masochistes du Funeral Doom connaissent bien, d'autant que le groupe de Rouen est un habitué de l'évènement depuis les débuts. Le public allait-il toutefois être au rendez-vous ?

Las, le Klub, salle modeste et sympathique bien que rudimentaire du premier arrondissement de Paris, n'est même pas rempli, ce qui, lorsque l'on connaît les lieux, veut tout dire. Mais les groupes venus répandre leur spleen pour cette soirée d'Halloween, n'en ont cure, à commencer par Fatum Elisum qui ouvre les hostilités. Une quinzaine de minutes après l'ouverture des portes, les Normands s'installent sur la minuscule petite scène, le chanteur, positionné au même niveau que le public, adoptant très vite une posture théâtrale. Les musiciens sont concentrés mais peinent à totalement honorer leur Doom Death glacial et spirituel qu'un premier album excellent a fixé. Malgré tout, le titre inédit offert parmi les trois joués est prometteur.

[IMAGE1]

Dans un genre totalement différent, Aathma incarne la grosse surprise de cette affiche car, à l'inverse de Fatum Elisum plus convaincant sur album que sur scène, les Espagnols propulsent, avec le peu de moyens mis à leur disposition, leur Sludge Doom dont on attendait pas une telle claque. Dommage que le déjà maigre auditoire ait quelque peu déserté cette prestation riche en pesanteur et au son finalement assez clair. Du coup, les titres de The Call Of Shiva, bien qu'ils perdent leur influence Paradise Lost, prennent une autre dimension, surtout lorsque le trio tricote des instants suspendus au-dessus du vide.

Autre fidèle du Doom Over Paris, Inborn Suffering prend le relais. Mais, en dépit de la voix d'outre-tombe de Laurent Chaulet, que l'on préfère du reste dans Mourning Dawn, qui plonge le Dark Doom des Français dans une mine de charbon, ceux-ci avaient davantage impressionné lors de la première édition. Légère déception donc, qui s'explique notamment par le fait que le groupe, même s'il aura donné un aperçu de son nouvel album à venir, n'en a toujours qu'un seul à son actif, Worldless Hope dont la finesse n'est retranscrite qu'avec difficultés.

[IMAGE2]

Bien qu'encore peu connu malgré une carrière débutée il y a bientôt dix ans, Ophis a en revanche marqué des points avec son Doom Death assez rude et austère. Philipp, le chanteur et principal compositeur de la formation allemande, s'est risqué à prononcer quelques mots en français : succès garanti ! Même les soucis techniques rencontrés en fin de set, obligeant le vocaliste et guitariste a assuré seul les parties de six-cordes, n'ont pas entamé l'enthousiasme des doomeux serrés dans ce sous-sol parisien. Fort de plusieurs galettes d'un bon niveau, dont la petite dernière, Withered Shades qu'il a visité, Ophis a témoigné d'une maîtrise scénique évidente.

Tête d'affiche de la soirée, Ataraxie, (toujours) aussi décontractée que sa musique est abyssale, a livré ce qu'il sait faire : creuser de profondes excavations et faire trembler les murs. Une mise en place un peu longue, à nouveau des ennuis techniques au niveau des guitares mais un Jo taquin (et plus Manowar que le roi) comme à son habitude et un Doom venu directement des entrailles de la terre, définissent une performance carrée bien que sans surprise, hormis l'intervention de Laurent d'Inborn Suffering sur le titre "Anhédonie". On se souvient d'ailleurs que Jo avait fait de même lors du passage de Mourning Dawn l'an passé.

En fait, ce qui aura manqué à cette quatrième édition, c'est, et nonobstant les qualités certaines d'Ataraxie, une tête d'affiche internationale. Esoteric (en 2007), Saturnus (2008) et Evoken (2009, excellent cru complété également par Isole !) jouissent en effet d'une aura plus grande et se font plus rares que les Normands dont les passages à Paris sont quasi annuels. Une bonne soirée néanmoins, d'autant plus que les concerts du genre ne sont tout de même pas légion.

[IMAGE3]

Setlist Ataraxie

Step Into The Gloom
Funeral Hymn
Anhédonie
The Isle Of The Dead
Slow Transcending Agony
Eternal Suffering
Walking Through...


Plus d'informations sur http://leviwerstler.com/
 
(0) COMMENTAIRE(S)  
 
 
Haut de page
 
Main Image
Item 1 of 0
 
  • 278
  • 279
  • 280
Haut de page
EN RELATION AVEC LEVI/WERSTLER
DERNIERE CHRONIQUE
LEVI/WERSTLER: Avalanche Of Worms (2010)
4/5

"Avalanche Of Worms" est à l’image des deux guitaristes qui l’ont composé, très puissant et terriblement dense.
 
AUTRES ARTICLES
OTARGOS (03 SEPTEMBRE 2010)
Pour son quatrième album, Otargos créé le buzz aussi bien autour de son discours ("Ni Dieu, Ni Satan") qui détonne dans le black, et la tournée avec Watain, porte-parole de la scène black anti-chrétienne... Rencontre avec le bassite Alex (aka XXX)
HELLOWEEN (05 OCTOBRE 2010)
Dans le cadre de la promotion du nouvel opus des citrouilles metalliques, Music Waves a rencontré Andi Deris et Sascha Gerstner, respectivement chanteur et guitariste du combo allemand...
 

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2022