MW / Accueil / Articles / INTERVIEWS - TARJA TURUNEN (17 NOVEMBRE 2010)
TITRE:

TARJA TURUNEN (17 NOVEMBRE 2010)


TYPE:
INTERVIEWS
GENRE:

METAL MELODIQUE



Loin de sa fausse réputation de diva capricieuse, c'est une Tarja Turunen en pleine promotion de son nouvel album ("What Lies Beneath") que nous avons rencontrée.
STRUCK - 08.12.2010 -
2 photo(s) - (0) commentaire(s)

Salut Tarja, ton actualité est ton troisième album solo "What Lies Beneath". Peux-tu nous en parler ?
Oui, tu sais quoi ? C’est comme une sorte de chose très, très personnelle, de réflexion sur moi-même quand je me regarde dans le miroir. Ce nouvel album est une sorte de chose terrifiante (Rires) ! Il me représente beaucoup plus que les précédents ! C’est tellement moi que je devais faire un énorme pas supplémentaire par rapport à mon précédent album, "My Winter Storm", et ayant eu cette expérience, je savais comment diriger ce nouvel album. Il y a vraiment plus de passion sur cet album !

C’est la raison pour laquelle tu le proposes dans un écrin luxueux et cette édition spéciale ?
Oui mais c’est spécialement pour la France. En fait, j’ai vraiment été déçue parce que mon album était censé être sorti par Universal Music et alors que je sortais d’un superbe concert, il y a quelques semaines au Bataclan, j’ai appris que mon album n’était pas disponible ! Je me suis demandée ce qu’il se passait ; il était sorti partout au Japon, aux USA, toute l’Europe, l’Amérique du Sud… partout sauf en France ! Donc, je me suis rendue compte qu’ils ne l’avaient pas sorti et peu importe les raisons… Maintenant, j’ai de bons mecs derrière moi parce que ces mecs ont déjà établis ma carrière en développement en France, il y a quelques années… Donc, je les connais bien et c’est si amusant de revenir en arrière dans le temps pour te rendre compte comment la vie peut te jouer des tours… Au final, l’album est maintenant disponible. On va vous bouger et nous allons faire pleins de concerts ici en France dans le futur (Rires) !

Cet album justement est très diversifié entre l’introduction très progressive de "Naiaid", les violons orientaux de "Dark Star", la reprise Hard-Rock de "Still Of The Night", des titres sonnant très bande originale de films… Bref, as-tu diversifié ta musique afin de ne pas être confinée dans un registre et ouvrir toutes les possibilités de ta voix ?
Tu as tout à fait raison ! C’est plus un défi pour les amoureux de musique, pour mes fans bien sûr qui vont écouter l’album, un album diversifié comme tu l’as si bien dit ! Il est diversifié si bien que tu ne peux pas le catégoriser en un mot… Si je me connais en tant que chanteuse, je suis à ce jour une artiste qui a un bagage dans la musique classique et un bagage dans la musique métal. Et je m’amuse à toujours mélanger ces deux mondes tout en le faisant sérieusement. Je serais incapable de me catégoriser ! Certaines personnes me demandent si je suis une chanteuse métal et j’ai l’habitude de répondre : Non, je suis une chanteuse !. Donc, en tant qu’artiste, quand j’écris une chanson aujourd’hui, je ne me demande pas si je dois écrire un titre métal. Non, j’écris ce que je ressens ! Et ça, c’est la liberté, une merveilleuse liberté (Sourire) !

[IMAGE1]

Tout ça va dans le sens de ce que tu disais en préambule, à savoir que cet album était à ton image.
Voilà ! Exactement !

Revenons sur le titre "Naiaid" qui me fait beaucoup penser par son introduction au projet Ayreon. Première question, connais-tu ce projet ?
Oui bien sûr ! En fait, j’ai fait cette chanson sur ce monde que j’adore énormément. J’ai été inspirée par l’océan et le monde sous-marin… "Naiaid" est un homme aquatique, un personnage de science-fiction et je lui ai créé une histoire… Pour être totalement exhaustive, deux chansons lui sont dédiées ; "Naiaid" et "The Archive Of Lost Dreams".

… très progressif également…
Oui ! Et ces chansons parlent de mon amour pour la plongée sous-marine. J’adore être dans ce monde complètement différent où tu n’es qu’un petit être humain au milieu de ce gigantesque monde océanique, avec toutes ces couleurs, toutes ces choses merveilleuses… Ces chansons parlent de tout cela. Et musicalement, j’adore le progressif parce que, d’une certaine façon, il n’y a pas de limite, il n’y a pas de règle quand tu écris une chanson… Et je peux même t’annoncer que pour le prochain album, j’irais plus dans cette direction !

Super exclusivité que tu nous livres là, les lecteurs de Music Waves vont être heureux de lire ça !
Je le pense aussi (Sourire) !

J’ai évoqué la reprise de "Still Of The Night" de Whitesnake tout à l’heure. Ce n’est pas la première fois que tu fais de telles reprises après celles de "Poison" d’Alice Cooper, ou encore "Over The Hills And Far Away" de Gary Moore avec Nightwish. D’où te vient ce goût de telles reprises ?
(Rires) C’est une coïncidence amusante d’une certaine façon, parce que "Still Of The Night" est présente dans mon esprit depuis plusieurs années, comme "Naiaid" d’ailleurs… J’ai même proposé de la reprendre à l’époque de Nightwish mais la réponse fut non (Rires) ! Non, ce que je veux dire, c’est que je veux m’amuser et si je peux faire une reprise, je la fais ! Bref, le côté orchestral de cette chanson m'a toujours interpellé, et j'ai toujours voulu en faire une version avec plein d'arrangements et en improvisant quelques parties vocales. J'ai fait une version plus moderne, de grosses guitares et beaucoup d'arrangements, et le fait de mettre la voix, c’est toujours différent quand une chanteuse reprend une chanson d’homme… Je ne sais pas si Coverdale l’a entendu (Rires) mais ça serait amusant de connaître ses commentaires. Il serait choqué (Sourire) ! Mais c’était amusant, j’aime faire ça, c’est une super chanson !

Tu as parlé de guitare. Joe Satriani est invité sur le titre "Falling Awake". Peux-tu nous expliquer cette rencontre ?
Et bien, Joe est le roi de la guitare. C’est un guitar-hero et il signifie énormément pour plein de gens. J’ai vraiment été honoré qu’il accepte et il n’a pas fait ce solo comme une faveur mais plutôt parce qu’il m’a dit adorer ma façon de chanter, ma voix… Mais rétrospectivement, je n’aurais jamais osé lui demander (Rires) ! En fait, Doug Wimbish, mon bassiste qui est ami avec Joe, a su que je cherchais un guitariste pour un solo. Il m’a suggéré de demander à Joe. Je lui ai demandé s’il se moquait de moi dans le sens où il ne saurait même pas qui j’étais (Rires) ! Et il m’a répondu que oui, Joe me connaissait et que oui, il accepterait ! Donc je l’ai rencontré à Los Angeles, la chanson était déjà enregistrée, produite… Je lui ai fait écouter avec beaucoup d’appréhension et il a adoré, si bien que quelques jours plus tard, il venait enregistrer le solo ! Incroyable (Rires) !

Sans transition, tu as été élue Voix de la Finlande par la présidente Tarja Halonen, elle-même. Quelle est la prochaine étape, président de Finlande justement ?
(Rires) Oh mon Dieu ! Non, mais c’est vraiment un honneur…

… Et avec une telle publicité, te verrais-tu représenter ton pays à l’Eurovision ?
(Silence) Non, non (Sourire)…

Et pourquoi ?
Ah.. Parce que nous avons participé aux sélections avec Nightwish (NdStruck : qui a terminé deuxième de la sélection finlandaise en 2000) même si j’ai toujours été contre… Je ne sais pas comment te dire, mais j’ai toujours été contre, je n’ai jamais senti ça… Mais bon, nous y sommes allés, nous avons fait de notre mieux et nous avons eu un nouveau public… Donc, de ce côté, c’était très bien ! Sinon, on m’a demandé quelques temps après de chanter à l’Eurovision à plusieurs reprises et j’ai toujours répondu poliment que je ne ferais pas. C’est quelque chose que je ne sens pas. Même si ça peut être une opportunité et un beau défi, ce n’est pas le genre de chose que je veux faire et ma carrière est déjà bien établie !

Toujours à ce sujet, que penses-tu de la participation et la victoire de tes compatriotes de Lordi en 2006 ?
Je pense que ça a été super amusant pour eux ! Je veux dire que ça a été incroyable pour toute la Finlande de voir ses têtes avec Lordi. Et ça a été super pour eux et la carrière du groupe qui a été reconnu avec ce concours… Mais c’était d’autant plus amusant de voir toutes ces critiques s’étouffer en voyant ce groupe cette nuit-là (Rires) !

Tu as chanté sur le dernier album de Scorpions. Peux-tu nous parler de cette rencontre ?
En fait, mon management a reçu un e-mail du management de Scorpions et rien qu’en lisant le début de l’e-mail Bonjour, c’est Scorpions… Mon Dieu, je me suis dis, ils savent qui je suis (Rires) ! C’est un grand honneur, et immédiatement après, Klaus m’a appelé directement ! Nous avons énormément parlé et nous avons eu une longue conversation. Il me disait qu’ils suivaient ma carrière, qu’ils aimaient ma voix et ils adoreraient m’avoir dans leur album… Ils m’ont même donné le choix entre deux chansons afin que je choisisse celle avec laquelle je serais le plus à l’aise. Le fait est que j’ai enregistré la chanson et c’est seulement après que j’ai appris que cet album serait le dernier ! Je ne le savais pas avant et crois-moi, j’ai été totalement choquée, j’allais être sur leur dernier travail commun !

Mais pour toi, c’est super !
Bien sûr, c’est incroyable de se dire que je vais voir mon nom sur leur dernier travail commun !

Et penses-tu qu’une telle collaboration puisse avoir un impact sur ta carrière en Allemagne ?
Et bien, ça a été un très très gros deal et également une chose merveilleuse parce que, bien sûr après avoir fait une telle chose, l’autre chose qui a boosté ma carrière, c’est d’avoir tourné avec monsieur Alice Cooper. Quand il m’a demandé si je voulais tourner avec lui, j’ai été soufflé (Rires) en me demandant comment de telles choses pouvaient arriver ! C’est un tel honneur d’avoir la reconnaissance de légende comme eux. Ils pouvaient appeler n’importe qui et ils m’appellent moi : c’est vraiment merveilleux (Rires) !

Sans transition, si tu devais choisir un titre pour faire découvrir ta musique à quelqu’un qui ne la connaîtrait pas, quel titre choisirais-tu et pourquoi ?
Wahou ! Wahou ! Ca, c’est une question difficile ! Je leur ferais probablement écouter "Falling Awake"…

Avec le solo de Joe Satriani…
Oui mais pas seulement pour ça… également pour l’histoire, ma voix, l’orchestre…. Cette chanson a un peu de tout et elle n’est pas choquante pour autant parce que tu dois creuser un peu plus profondément pour tout connaître de ma musique (Rires) !

Quel est ton meilleur souvenir d’artiste ?
Wahou ! J’ai tellement de bons souvenirs en mémoire… mais hier, j’ai fait un concert à Zurich en Suisse et c’était vraiment incroyable de chanter une nouvelle fois pour le public suisse. Il a toujours été chaleureux avec moi, mais hier, il y avait une magie dans l’air et je pouvais presque sentir tous les spectateurs autour de mon doigt. C’était incroyable de sentir tout cet amour et ces spectateurs m’ont fait chanter à la perfection. Je peux le dire, selon moi et l’avis du groupe, le concert d’hier était parfait grâce à tout cet amour. Voir tous ces gens rire, pleurer et montrer leurs émotions… Que peut-on demander de plus ?

Tu as évoqué ton meilleur souvenir, au contraire, quel est le pire ?
Si je peux te dire que c’est un grand honneur d’avoir vécu ce que j’ai vécu hier, le pire est arrivé. C’était en 2000 au Mexique, à Guadalajara. C’était à l’époque de Nightwish et nous étions sur scène quand quelqu’un m’a attaqué par derrière et m’a mise au sol. Sur le moment, j’étais contente de constater que j’allais bien et la sécurité avait dégagé ce mec qui avait déchiré ma chemise, mais j’étais totalement choqué, à tel point que je ne me souviens plus très clairement ce qu’il s’est passé… Je suis allé dans les coulisses quelques minutes et je suis revenue sur scène avec d’autres habits sans que personne dans le groupe ne me dise quoique ce soit !
Après le concert -c’était le dernier de la tournée- je suis allé dans ma chambre et j’ai pleuré toute la nuit (Rires)… Oui je peux en rire aujourd’hui mais sur le moment, j’étais assise par terre à côté du lit, je me demandais comment de telles choses pouvaient se produire sur Terre.

[IMAGE2]

Quelle est la question qu’on t’a trop souvent posée ?
Savoir si je reviendrais dans Nightwish (Rires) !

Justement, plus de cinq années après ton départ, tu n’en as pas marre de voir ta carrière toujours liée à celle de Nightwish ?
Non, non… Tu dois te dire que ça fait partie de mon histoire. C’est une part très importante de ma carrière musicale… Donc, pour moi, ça serait complètement insensé, stupide et malhonnête de l’ignorer !

C'est une blessure ?
Oui, c’est exactement ça !

Est-ce qu’avec le temps, cette blessure a guéri ?
Et bien, j’aime dire que le temps guérit les blessures, mais c’est quand même quelque chose d’étrange… Mais j’ai fermé la porte, je ne regarde pas en arrière… J’espère, j’espère vraiment qu’ils (NdStruck : les autres membres de Nightwish) se sentent comme je me sens à ce jour : contente ! C’est ce que je souhaite !

Justement, avec Nightwish, tu as été une sorte de pionnière d’un style musical mêlant musique métal et chant lyrique. Comment vis-tu cette position de pionnière ?
Oh, c’est un peu exagéré ! Mais tout ce que je peux dire, c’est que je travaille très dur chaque jour pour faire en sorte que mon rêve devienne réalité. Je suis une rêveuse et je vis mon rêve et j’encourage tout le monde à en faire de même parce que si tu as un don, un don comme celui qu’on m’a donné -parce que j’ai été bénie par le don du chant- mais si tu ne travailles pas très dur pour l’entretenir, ce don ne sert à rien !

Nous avons parlé de la question qu’on t’a trop souvent posée au contraire, quelle est celle que tu voudrais que je te pose ?
Oh ! C’est la question la plus dure que tu pouvais me poser (Rires) ! Je ne peux pas vraiment te répondre parce que tu m’as trop surprise (Rires) ! Cette question est vraiment la plus dure, vraiment !

Enfin, as-tu un dernier mot à dire aux lecteurs français de Music Waves et en particulier, ceux qui ont voulu me tuer sachant que j’allais te rencontrer ?
Oh ! Pourquoi voudraient-ils te tuer ? Non, ne le tuez pas (Rires) !

Mais tu es consciente que tes fans sont autant fan de ta musique que de ta beauté ?
C’est vraiment, vraiment gentil d’entendre ça de la part des gens, c’est très gentil (Sourire) ! Mais c’est également très, très important de les voir et ainsi constater que sans ces gens, je ne serais rien ! Ca me permet de garder les pieds sur Terre et pour les garder, je dois travailler dur pour faire en sorte qu’ils restent à mes côtés ! Donc, merci d’être là à mes côtés, merci pour tout !

Et un dernier mot en français ?
(En français dans le texte) "Merci, merci beaucoup !" (Rires) !


Avant de clore cet entretien, nous tenons à remercier Laurent et Roger de Replica ainsi que Loloceltic pour son inestimable contribution.


Plus d'informations sur http://www.tarjaturunen.com/
 
(0) COMMENTAIRE(S)  
 
 
Haut de page
 
Main Image
Item 1 of 0
 
  • 292
  • 293
Haut de page
EN RELATION AVEC TARJA
DERNIERE CHRONIQUE
TARJA: In The Raw (2019)
4/5

"In the Raw" est l'album le plus personnel de Tarja. Il expose l'artiste et son talent brut grâce à une écriture personnelle, une belle authenticité et une force mélodique hors du commun.
DERNIERE ACTUALITE
TARJA: Sortie d'un live et tournée reportée
 
AUTRES ARTICLES
LONG DISTANCE CALLING (16 MARS 2010)
Interview express avec le clavier Reimut Vann Bonn pour revenir sur la tournée de Katatonia dont Long Distance Calling assurait la première partie...
KARNIVOOL - LA BOULE NOIRE (PARIS) - 03 DÉCEMBRE 2010
Précieuse présence dans la capitale que celle des Australiens. Un show qu'il ne fallait surtout pas manquer car Karnivool est rare autant que sa musique est délectable.
 

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2022