MW / Accueil / Articles / INTERVIEWS - GLAMOUR OF THE KILL (18 JANVIER 2011)
TITRE:

GLAMOUR OF THE KILL (18 JANVIER 2011)


TYPE:
INTERVIEWS
GENRE:

METALCORE



Pour la sortie du premier album, le groupe metalcore à la mode de l'autre côté de la Manche a répondu aux questions de Music Waves...
STRUCK - 14.03.2011 -
2 photo(s) - (0) commentaire(s)

Glamour of the Kill est un groupe de metalcore extrêmement populaire aux Royaumes-Unis, notamment grâce à d'excellentes chroniques parues dans Kerrang! ou encore Metal Hammer. Comment vous présenteriez-vous aux lecteurs français de Music Waves ?
Mike Kingswood : Pour faire court, nous sommes un groupe de rock, on fait du rock heavy. Mais nous avons beaucoup d'influences qui font aussi partie de la musique du groupe, par exemple des éléments issus de la pop que l'on a intégrés à notre son. Il y en a un peu pour tout le monde en fait !

Comment expliquez-vous une telle popularité dans votre pays d'origine, et le fait que vous soyez pourtant toujours quasiment inconnus dans le reste de l'Europe ?
Hum, en fait, nous avons une base de fans très loyaux aux Royaumes-Unis qui nous a porté très haut. Et ces fans continuent de nous suivre…
Donc, nous allons essayer de nous étendre à travers l’Europe et c’est très excitant. Par exemple, nous avons joué en France en Octobre et nous allons revenir en Avril en espérant un bon concert.

Pourquoi avoir choisi de sortir cet album sur votre propre label ? Etait-ce une manière pour vous de conserver la maîtrise de votre musique ?
Oui, c'était très important pour nous de garder le contrôle sur notre musique, à tous les niveaux, de savoir à tout moment où on en était dans ce processus. Ca arrive souvent que de jeunes groupes soient pris en mains assez tôt par de grosses maisons de disques qui déforment ensuite leur musique, ou imposent des retouches, et nous ne voulions pas ça.

Mais au contraire, justement, vous n'avez pas eu peur que ce choix vous empêche ensuite d'assurer la promotion de l'album, sans le soutien d'un label ?
Non, c’est vrai que nous avons constaté que ça a bien marché aux Royaumes-Unis mais il n’y a pas de raison que ça ne marche pas ailleurs notamment grâce aux soutiens que nous avons eu en Allemagne par exemple mais également au regard des retours de la presse…

Pour en revenir aux Royaumes-Unis, connaissez-vous le groupe The Eyes Of A Traitor ?
Oui, bien sûr, on entend beaucoup parler d'eux en ce moment…

Penses-tu qu'il y ait une nouvelle "vague" metalcore en provenance des Royaumes-Unis ? Si oui, qu’en penses-tu ?
C'est vrai qu'il y a plein de groupes, de plus en plus même. La scène métal anglaise est vraiment bonne en général et ces mecs, en particulier, sont hallucinants… Nous ne sommes pas en compétition parce que nous ressortons de cette scène en incorporant des éléments pop que certaines personnes ne comprennent pas…

Mais concrètement quel est cet ingrédient magique qui a permis à Glamour of the Kill d’être remarqué au milieu de tant d'autres groupes ?
Je pense que ce qui plaît aux gens c'est ce côté fun, assez pop de notre musique. Tu peux chanter, taper dans tes mains, tu vois, c'est communicatif et entraînant, et je pense que ça attire les gens. Ceci dit, beaucoup de groupes de metalcore ont tendance à envoyer des soli tout le temps, à vraiment jouer à fond tu vois, pas comme nous, et ils ont du succès aussi, alors je ne sais pas trop...

Justement vous n'avez pas peur d'être rejetés par une certaine catégorie de fans de metal par cet aspect pop caractéristique dans le titre "Feeling Alive" ?
Non, je comprends ce que tu veux dire mais non… Tu ne peux pas dire que nous ne sommes pas un groupe de metal parce que nous incorporons des éléments pop… Mais plein de fans chantent du Bullet For My Valentine qui est un groupe metal même si tu trouveras des métalleux pour te die que ce n’est pas du metal…
Nous ne pouvons pas nier le fait que certaines personnes détesteront notre album parce qu’il y a des éléments pop… Mais j’aime avoir ces différents aspects et notamment pop dans notre musique. Je n’ai pas peur de garder ce côté pop qui côtoie des riffs heavy…

Tu parlais de fans. Selon toi, quelle est la définition d'un fan de Glamour of the Kill ?
Quelqu'un de très loyal : les fans sont tout, sans eux il n'y aurait pas de groupes de musique. La vérité est que nous pensons beaucoup à eux, nous n'hésitons pas à aller les voir une heure après chaque concert, à les rencontrer... C'est essentiel !

[IMAGE1]

Est-ce que tu penses que le look du groupe et votre côté "beaux gosses" peuvent vous faire passer pour un groupe de jeunes, destiné à un certain public ?
Tu sais, la plupart des groupes de rock attirent les jeunes filles, pas seulement nous. Et ça n'a pas toujours quelque chose à voir avec un look, ou un genre de rock en particulier : des groupes acoustiques ont du succès, je pense également aux énormes succès de groupes comme Pink Floyd, Queen…
Quoiqu’il en soit, beaucoup de gens pensent que nous sommes un groupe formaté, marketé avec ce côté "beau gosse"… mais nous ne sommes pas les seuls. Nous sommes un groupe de "beaux gosses" et alors ?
C’est assez bizarre de voir toutes ces filles venir nous voir jouer donc c’est vrai, nous ne devons plus avoir beaucoup de fans masculins, mais ce n'est pas un désir de notre part : nous voulons juste faire de la musique, jouer pour un public, peu importe lequel…

Vous avez sorti, également en auto-production, deux EP successifs. Pourquoi ne pas plutôt avoir combiné ces deux EP pour en faire un album ?
Eh bien, on était juste inexpérimentés. On était satisfaits à l'époque d'avoir juste cinq ou six chansons, et on voulait les sortir au lieu d'attendre, on n'avait pas besoin de plus. D'ailleurs, ça a suffi pour que beaucoup de gens et notamment les magazines commencent à s'intéresser à nous et à nous aimer. Nous étions au collège puis à l’université et soudain, nous jouons dans un groupe.
Après, concernant le deuxième EP, la production et tout le processus de composition était plus naturel ainsi… C’était mieux ainsi pour faire les choses dans les meilleures conditions plutôt que de faire un album et se tromper : c’est la raison pour laquelle nous avons fait ce deuxième EP plus mâture…
Pour les mêmes raisons, c’est pourquoi nous avions considéré que nous avions réuni toutes les conditions pour sortir un album cette année.
Il n’y a pas de stratégie derrière tout ça : c’est arrivé comme ça, c’est tout !

Justement votre premier album sort dans quelques jours, peux-tu nous parler un peu du ou des thèmes que vous y abordez ?
Il n'y a pas vraiment de fil conducteur, c'est plutôt une collection de chansons, avec des sujets différents. Certains nous tenaient à cœur, d'autres étaient plus des prétextes pour faire des chansons simples. Il y a un peu de tout, encore une fois, des thèmes fantastiques, d'autres plus légers -comme nos petites amies- ou au contraire plus sérieux...
La seule chanson qui a du sens, personnellement, c’est "Lost Souls", thème que tu retrouves en filigrane dans tout l’album, à savoir que j’étais à l’école et je voulais devenir une rock star et on ne me prenait pas au sérieux… Et quand j’ai intégré un groupe, j’en ai parlé à mes parents qui n’ont eu comme seule réponse de me demander un vrai boulot… Mais c’est mon boulot, d’être dans un groupe : c’est vrai que ce n’est pas être avocat ou je ne sais quoi… Et cette réalisation, cette histoire, nous en parlons dans cette chanson.

Et quel est le lien entre ces divers thèmes de l’album et la pochette ?
L’album "The Summoning" montre une fille qui appelle des forces supérieures… Et pour faire le lien avec l’album, nous croyons qu’il est si fort, si crunchy que certaines personnes peuvent répondre à cette invitation…

Et quels sont les liens et différences entre cet album et les deux précédents EP ?
Et bien, nous avons grandi en tant que groupe. Après les deux premiers EP qui avaient déjà une évolution entre eux, nous avons fait en sorte d’être encore plus extrême à savoir que nos passages pop soient encore plus pop et que nos passages heavy soient encore plus heavy. En clair, si le deuxième EP était plus pop que le premier, cette fois-ci, avec cet album, c’est notre musique dans sa globalité qui est plus extrême…

Vous allez faire une tournée européenne qui passera à Paris en Avril. Qu’attendez-vous de cette tournée ?
Et bien, comme je te l’ai dis, nous sommes déjà passés par la France en Octobre au Batofar. C’était très amusant, nous n’étions jamais venus ici avant… Mais maintenant que l’album va sortir, les gens pourront nous écouter et voir nos vidéos.
Je pense que le monde du rock est assez difficile mais nous avons travaillé durs aux Royaumes-Unis pour y arriver et nous allons en faire de même en France notamment lors de cette tournée et… nous verrons… Donc, nous allons continuer encore et encore (Rires)…

Glamour of the Kill est un très jeune groupe qui existe depuis 2007. Comment vit-on le fait de jouer sur la même scène qu’Avenged Sevenfold, Bullet For My Valentine… ?
Nous avons fait de gros festivals… Je me rappelle notamment quand j’ai joué avec Avenged Sevenfold. Ce sont des idoles pour moi et donc, jouer avec eux, c’est juste hallucinant…

Avenged Sevenfold justement. Quel est ton avis sur le départ de Mike Portnoy ?
Tu sais, on a tout écrit et lu à ce propos… Mike Portnoy est une idole aussi, j’adore Mike Portnoy… Donc, je ne sais pas qui ils vont prendre ? C’est un batteur incroyable et ça sera dur de le remplacer. Nous verrons bien…

Et quand comme vous, on a joué dans des grands festivals, n’est-ce pas trop dur de jouer dans des petites salles comme le Batofar ?
Non ! Quelques fois, c’est même bien pour nous quand il fallait jouer de nouvelles compositions aux Royaumes-Unis… Mais de manière générale, jouer dans des petites salles, c’est génial parce que tu as une proximité qui n’existe pas dans les festivals avec ces barrières qui tiennent très éloignées les spectateurs qui sont donc plus calmes alors que dans les petites salles, les spectateurs sont fous…

Et de ces festivals avec des groupes prestigieux. Selon toi, quel groupe t’a ouvert la plus grande base de fans ?
(Silence)…

C’est une question, ce n’est peut-être pas le cas ?
(Rires) Non. Je veux dire que plein de groupes influencent notre musique, influences que tu peux entendre dans notre album… Mais pour répondre à ta question, les fans de Bullet For My Valentine sont une majorité de nos fans mais avec notre premier single, il y a plein de trucs différents et notamment des références aux années 80 et des groupes comme Bon Jovi, Scorpions… qui sont clairement des influences.

[IMAGE2]

Nous avons beaucoup parlé de Bullet For My Valentine auquel vous êtes souvent comparé. Si on ajoute le fait que vous avez travaillé avec son producteur Jeff et Ginge, n’avez-vous pas peur de vivre dans l’ombre de ce groupe ?
Non ! Les gens ne peuvent pas dire que nous faisons juste du Bullet For My Valentine. Certes, c’est un groupe populaire et donc, on nous compare mais nous faisons d’autres choses qui font qu’on ne peut pas dire que nous sommes un autre Bullet For My Valentine. Et d’un autre côté, d’autres personnes te diront qu’il y a des chansons comme "Feeling Alive" qui est totalement différent de ce que fait Bullet For My Valentine : c’est une chanson pop et heavy à la manière de Papa Roach…
Donc oui, nous sommes au courant de ce genre de choses avec Bullet For My Valentine mais nous faisons avec et nous avançons malgré tout…

Justement quel a été la contribution de Jeff et Ginge sur la musique de Glamour of the Kill ?
Ils avaient déjà produits le deuxième EP et nous avons bien travaillé dans la direction où les facteurs pop ressortiraient…. En bref, ils n’ont pas seulement eu comme apport le fait d’ajouter des trucs à la Bullet For My Valentine sachant que nous avions déjà pré-enregistré toutes les compos, avec les soli…

Quel est le futur de Glamour of the Kill ?
J’espère que nous continuerons à enregistrer des albums…

Et dans quelles directions musicales ?
Nous avons des compos déjà prêtes pour le deuxième album et c’est le même processus avec des chansons plus sombres et plus de soli… Ca va être excitant d’enregistrer ça… mais voyons déjà ce qu’il se passe avec ce premier album…

Si tu devais choisir une chanson pour faire découvrir votre musique, quel titre choisirais-tu et pourquoi ?
Je choisirais… hum, c’est difficile, je choisirais probablement deux chansons : la première chanson "If Only She Knew" et la cinquième chanson "Malevolent Reign"… La première étant plus dans un style heavy et catchy et la deuxième montrant plus l'aspect calme du groupe...

C’est amusant parce que j’aurais pensé que tu m’aurais cité le single "Feeling Alive" avec son couplet metalcore et ses growls extrême qui côtoient des refrains super pop et des claquements de mains…
Oui, oui, tu as raison… "Feeling Alive" est une chanson faîte pour être diffusable en radio…

Avant de clore cette interview, aimerais-tu dire un dernier mot aux lecteurs de Music Waves et peut-être en français ?
Je ne sais pas parler français (Rires)… Mais j’aimerais dire : achetez l’album, venez au concert, venez nous voir…

Merci.
Merci…


Un grand merci à Val pour avoir aidé à la retranscription de cette interview...


Plus d'informations sur http://www.myspace.com/glamourofthekill
 
(0) COMMENTAIRE(S)  
 
Haut de page
 
Main Image
Item 1 of 0
 
  • 356
  • 357
Haut de page
EN RELATION AVEC GLAMOUR OF THE KILL
DERNIERE CHRONIQUE
GLAMOUR OF THE KILL: Savages (2013)
2/5

Ce nouvel album de Glamour Of The Kill semble n'être qu'une sorte d'hommage à ses influences avec des morceaux bien réalisés mais manquant de personnalité.
DERNIERE ACTUALITE
Glamour Of The Kill: Savages
 
AUTRES ARTICLES
ORPHANED LAND (14 MAI 2010)
Quelques minutes avant leur concert parisien, les deux principaux membres du groupe ont livré une mini-conférence de presse improvisée mais fleuve pour un résultat des plus passionnants...
WITHIN TEMPTATION (8 FÉVRIER 2011)
Après quatre longues années sans album studio, c'est Sharon Den Adel qui reçoit Music Waves pour évoquer le très attendu nouvel album de Within Temptation "The Unforgiving"...
 

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020