MW / Accueil / Articles
A PROPOS DE:

PAPA ROACH (15 DÉCEMBRE 2010)


TYPE:
INTERVIEW
GENRE:
NEO/NU METAL

Jerry Horton et Tobin Esperance font le point sur la carrière du géant de néo metal qu'est Papa Roach... et c'est avec Music Waves bien sûr !
STRUCK - 04.04.2011 - 2 photo(s) - (0) commentaire(s)
Première question avant de commencer l’interview : quelle est votre opinion sur le concert parisien au Trabendo ?
Jerry Horton : Je l’ai trouvé génial. C’était plus petit que ce que je pensais mais il y avait une très bonne énergie.

Et ça ne vous a pas trop dérangé de jouer dans une salle si petite pour un groupe comme le vôtre qui est généralement habitué à de grandes scènes ?
Tobin Esperance : Ca nous a permis de nous reconnecter avec nos fans français, ainsi qu’avec tous ceux qui s’impliquent pour Papa Roach ici, comme notre label, les stations radios... et les filles au premier rang ! En fait, ça nous permet de renforcer nos liens avec nos fans. Mais ça sera encore plus génial lorsque nous reviendrons pour un concert à plus grande échelle.

Vous avez commencez votre carrière lors de l’avènement du néo metal, mais votre musique est assez différente, comme un nouveau style de musique en fait, avec des influences Funk par exemple. Pourquoi cette évolution ? Est-ce un choix, ou un changement de méthode ?
Tobin Esperance : On a changé notre musique même avant cela. C’était juste quelque chose de naturel.

Et selon vous, quel sera la prochaine étape de l’évolution de la musique de Papa Roach ?
Jerry Horton : Je pense qu’on est à un moment où on peut faire quelque chose de très créatif et amusant... Mais cela dépend de nous, on va voir comment on se sent et si veut aller dans ce sens. C’est un moment assez excitant de notre carrière. En fait, après dix ans, c’est comme la fin du premier chapitre, tu vois ce que je veux dire ? Juste le fait qu’on en soit ici est incroyable. On vient vraiment de loin et on a une nouvelle équipe, une nouvelle famille, et on a plein de nouveaux projets en cours. Il y a une évolution en cours.

[IMAGE1]

On peut remarquer que même avec cette évolution de la musique de Papa Roach, les fans sont toujours là pour supporter le groupe...
Jerry Horton : Je pense qu’ils arrivent à établir une connection avec les paroles, mais aussi avec l’énergie de la musique. C’est quelque chose de super pour nous, mais aussi pour les fans.

Tu parles des paroles: comment expliquez-vous la violence dans les paroles ?
Tobin Esperance : Qu’est-ce que tu veux dire par violence ?

Dans le titre de votre Best Of, “Time For Annihilation” par exemple, dans les paroles des chansons ainsi que dans les vidéos, il y a pas mal de violence. Comment l’expliquez-vous ?
Jerry Horton : Tout est métaphorique en fait. Le titre “Time For Annihilation” vient des paroles d’une des chansons qui s’appelle “Crash”. Mais on a mis un post sur twitter, pour nos fans, leur demandant ce qu’ils en pensaient, et quelqu’un avait mentionner cela. En fait, c’est quelque chose que l’on dit: quand on se réuni avant de jouer, on parle de différentes choses, et juste avant de monter sur scène, on dit “Time For Annihilation”. Ca ne veut pas dire qu’on va tout détruire ou tuer des personnes... ça veut plutôt dire qu’on va laisser toute notre énergie sur scène.

Parce que cette violence est en contradiction avec les message que avez dans le “Hiden Track”. De plus, votre chanteur demande aux fans de venir en aide aux personnes souffrant de famine. Pourquoi défendez-vous cette cause ?
Jerry Horton : Ca a commencé avec ce refuge pour les sans-abri situé près de chez nous. on a les a aidé en fournissant de la nourriture, puis on s’est dit qu’on pouvait faire quelque chose au niveau national. On a commencé par faire des donations de nourriture et d’argent au refuge local, puis on est entré en contact avec cette organisation appelée “World Hunger”, et ils s’occupent de plusieurs refuges locaux. On a commencé à faire des donations donc, mais on a aussi mis aux enchères des tickets VIP où les personnes peuvent venir aux soundcheck, etc. En fait, on a mis à profit toutes les possibilités pour venir en aide aux personnes en besoin. Ce n’est pas très difficile: on part en tournée, etc. et si l’on peut faire quelque chose de plus pour ces personnes, pourquoi pas ?

Vous dites que c’est facile de faire ça, mais il n’y a pas beaucoup de groupes qui suivent votre exemple...
Jerry Horton : En fait, je pense que les jeunes groupes sont trop occupés à faire la fête. Quand on est jeune, on pense pas à ce genre de chose. Peut-être qu’il faut juste qu’on leur dise à quel point c’est facile !

D’autant que le fait de faire ce genre d’actions, vous rapproche de votre public...
Tobin Esperance : En fait, il y a beaucoup de gens extraordinaires qui travaillent dur pour vivre, qui font toujours la même chose, mais qui malgré cela perdent leur emploi, leur foyer, et je pense que c’est normal qu’on leur donne une part de ce qu’on a. C’est là que tout à commencé. On essaie de faire ça à grande échelle, réunir de l’argent. Il faut être conscient des réalités, de ce qui se passe dans les différents pays, de l’économie.

Revenons à la musique du groupe: pensez-vous que le titre “To Be Loved” qui est le thème officiel de la WWE RAW est une bonne promotion pour le groupe ? Avez-vous une nouvelle audience grâce à ça?
Tobin Esperance : Enormément de personnes regardent la WWE, et le faire d’entendre cette chanson tous les jours, ça leur donne envie d’écouter le groupe. Quand on joue cette musique live, on peut voir la réaction dans l’audience. C’est marrant et assez cool à la fois.
Jerry Horton : Et ça nous a en fait sauvé auprès des fans allemands d’Iron Maiden (Rires). On a fait quelques concerts en Allemagne avec Iron Maiden, et on était un peu intimidé au départ car les fans d’Iron Maiden sont très “Hardcore”, mais apparemment beaucoup de personnes en Allemagne regardent la WWE et connaissent la chanson et l’adorent, et au final le concert était génial !

Et vous, regardez-vous le catch ?
Jerry Horton : Non (Rires).

Et saviez-vous que Chris Jericho a son propre groupe Fozzy ?
Tobin Esperance : Oui, oui ! C’est un mec cool !

Que pensez-vous de sa musique ?
Tobin Esperance : C’est très metal en fait. On voit qu’il aime la musique, et qu’il joue ce style de musique depuis longtemps. En fait, j’ai rencontré Chris et je me suis rendu compte que c’était un grand fan de Metal. C’est vraiment cool.

Et une très bonne pub pour le genre metal...
Tobin Esperance : Exactement !

Quelle est votre inspiration en général, car vous êtes les principaux compositeurs de la musique de Papa Roach ?
Tobin Esperance : Je pense que l’inspiration vient de tous ceux qui t’entourent dans la vie de tous les jours, comme les amis, la famille. T’es influencé par ce qui se passe dans ta vie. Je suis toujours intéressé par ce que mes enfants écoutent, ce que ma femme aime, ce qui pourrait être le futur de la musique, etc.

Ca pourrait être une inspiration pour l’évolution de la musique de votre groupe...
Tobin Esperance : Oui, absolument ! Et puis toujours essayé de se retourner vers les classiques, trouver quelque chose d’excitant, avec de l’émotion. Par exemple, des fois je me dis : “Ah ouais, cette musique des 60s, ou des 70s !”. C’est toujours plus inspirant que quelque chose de nouveau. Il y a des nouveaux trucs intéressants, comme la musique électronique, ce qui est assez cool. En fait, on est naturellement inspiré par ce qu’on fait dans la vie de tout les jours.

Et quels albums écoutez-vous en ce moment, ou bien tes enfants, ta femme ?
Tobin Esperance : Moi, j’écoute pas mal de musique électronique, comme Mike Snow...

Mike Snow, le compositeur de la musique de X-Files ?
Tobin Esperance : Je ne sais pas s’il a fait la musique de X-Files. Je crois pas... C’est un chanteur Américain. Sinon j’écoute des groupes comme Deftones on va les voir bientôt. Des trucs comme ça, ou bien de la Funk, du Reggae, du Hip-Hop.

Et pourquoi avez-vous sorti en même temps à la fois un Best Of et un album Live ? Ce n’est pas un choix ?
Jerry Horton : Non, on n’a pas choisi de faire ça. C’est Universal qui a décidé ça. Notre contrat venait de se terminer avec eux et ils ont décidé au dernier moment, lorsqu’ils ont appris qu’on allait sortir notre album, qu’ils allaient alors sortir quelque chose. Bien entendu, on était contre cela mais on ne pouvait malheureusement rien faire, et on a dit à nos fans de ne pas acheter. Ils n’apportaient rien de nouveau, c’était juste des chansons qu’ils avaient déjà sorties. Ils ont essayé de contrer la sortie de “Time For Annihilation”.

En parlant de cette situation, que pensez-vous de l’industrie musicale ?
Tobin Esperance : Je peux pas vraiment plaindre car j’en fait partie, mais c’est vrai qu’ils utilisent mon nom, le groupe, et des fois c’est assez frustrant de voir qu’on ne contrôle pas sa musique. Maintenant on est dans une meilleure situation, on peut prendre nos propres décisions, et on travaille en collaboration avec notre label.

Sans transition, si vous deviez choisir une chanson afin de faire connaître votre musique à quelqu’un qui ne connaît pas votre discographie, laquelle serait-elle ?
Tobin Esperance : Je pense que “Last Resort” est LA chanson car c’est celle à laquelle tout le monde se réfère, et elle a toutes les influences nécessaires : l’influence metal, les mélodies, les influences Punk, le groove. C’est la clé de notre musique.

Quel est votre meilleur souvenir en tant que musicien ?
Tobin Esperance : Il y en a beaucoup ! C’est difficile d’en ressortir un tant ils sont nombreux...
Jerry Horton : Il y a un récent, par exemple, dernièrement le concert en Pologne avec plus de 350.000 personnes!

[IMAGE2]

Ca vous a changé du concert de Paris (rires) !
Jerry Horton : Oui (Rires) ! Et c’était incroyable !

Et quel est votre pire souvenir ?
Tobin Esperance : Et bien, je n’en ai pas vraiment.
Jerry Horton : Je pourrais dire que j’ai eu quelques moments de frustration...

Et ce n’est plus le cas ?
Jerry Horton : Non.

Mais vous m’aviez parlé du fait qu’Universal a sorti ce Best Of...
Jerry Horton : Oui, c’était assez frustrant également! Mais on est au-dessus de ça maintenant !

Et qu’est-ce que vous vouliez faire quand tu étais gosse ? Vous devez être vraiment fier de ce que tu es devenu !
Tobin Esperance : Et bien, c’est comme un rêve qui devient réalité ! Je n’aurais jamais imaginé en être ici un jour !

Et quelle est la question qu’on te pose le plus ?
Jerry Horton : Euh, d’où vient le nom du groupe.

Et au contraire quelle question voudrais-tu que nos lecteurs te posent ?
Tobin Esperance : Je veux qu’ils me demandent... Pourquoi sommes-nous si... beaux (Rires) ! Non, plus sérieusement, je voudrais qu’ils me demandent ce que l’on ressent en faisant ce que nous faisons. Il n’y a rien à quoi on puisse y comparer. En fait, c’est comme regarder son propre enfant naître...

Je voulais dire une question concernant votre musique. Je ne vais pas te demander des choses concernant ta vie privée. Je sais que tu ne peux comparer cela à rien d’autre, et c’est ta propre vie, mais...
Jerry Horton : Je pense qu’il n’y a pas de meilleure sensation que de jouer sa propre musique, et d’avoir cette énergie dans public, voir que les gens apprécient cette musique. C’est assez magique.

S’agissant de votre relation avec le public, pensez-vous qu’elle est vraiment primordiale afin d’obtenir le concert parfait ?
Tobin Esperance : Je n’ai pas ce genre d’attente car tu ne sais jamais à quoi t’attendre. Des fois on va monter sur scène et on se dit “il va y avoir beaucoup de monde, ça va être génial!”. Et puis on s’aperçoit qu’il n’y a pas tellement de monde, et on se dit que ce concert ne sera pas aussi important que le précédent puisqu’il n’y a pas beaucoup de personnes. Et puis on se sent mieux quand le public est génial.

En fait on dirait que le but de ta musique, c’est vraiment de satisfaire l’audience...
Jerry Horton : Oui, exactement !

Voudriez-vous dire quelque chose de particulier aux lecteurs de Music Waves, peut-être en français ?
Tobin Esperance : Si je pouvais parler français, je dirais : Merci beaucoup pour votre soutien pendant toutes ces années, on a hâte de revenir, et si vous n’avez pas “Time For Annihilation”, je vous conseille de l’acheter immédiatement, pour vous, pour votre grand-mère, pour votre tante, pour votre oncle, pour votre neveux, nièce, petite amie (Sourire)... parce que c’est vraiment un excellent album, c’est live, et il y a de très bonnes musiques !

Merci...
Au revoir !

Avant de clore cette interview, un grand merci à Replica ainsi que Hyperunknow et enfin El_bia pour leur inestimable contribution...


Plus d'informations sur http://www.paparoach.com/
 
(0) COMMENTAIRE(S)
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'article, ajouter quelques anecdotes, quelques connaissances ou tout simplement raconter votre vie...
 
Aucun commentaire. Soyez le premier à donner votre avis sur ce article
Haut de page
 
Main Image
Item 1 of 0
 
  • 367
  • 368
Haut de page
EN RELATION AVEC PAPA ROACH
DERNIERE CHRONIQUE
Who Do You Trust? (2019)
"Who Do You Trust ?" est un assemblage de titres qui sonnent plutôt bien avec une certaine mollesse passe-partout, qui ne souffre pas de défaut majeur mais qui n'a réellement ni souffle ni intérêt. Toutes les chroniques sur PAPA ROACH
DERNIERE ACTUALITE
PAPA ROACH : Nouvelle vidéo
VIDEO
Toutes les actualités sur PAPA ROACH
AUTRES ARTICLES
ARTICLE PRECEDENT
LUSSI IN THE SKY - LE RÉSERVOIR (PARIS) - 15/03/2011
Lussi In The Sky ? Et Music Waves au Réservoir, bien sûr !
 
ARTICLE SUIVANT
EDITO AVRIL 2011 - SALUT GARY
Edito hommage à Gary Moore

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020