MW / Accueil / Articles / INTERVIEWS - DE STEVE LUKATHER 16 NOVEMBRE 2011
TITRE:

DE STEVE LUKATHER 16 NOVEMBRE 2011


TYPE:
INTERVIEWS
GENRE:

ROCK



C'est à Anvers, à quelques heures de son concert sur la tournée du 'All's Well That Ends Well Tour', que Musicwaves a eu la chance d'interviewer pour la seconde fois Steve Lukather, un guitariste d'exception décidément très bavard...
MR.BLUE - 28.11.2011 -
3 photo(s) - (2) commentaire(s)

Ton dernier album est assez différent du précédent, plus orienté sur les textes, plus introspectif (un peu comme l'album "Luke") et qui se révèle avec le temps assez profond et riche. Un peu comme si on pouvait voir l'homme à l'intérieur de la musique. Moins explosif, il révèle pourtant une envie de faire les choses autrement, avec pour la première fois des textes composés seul et des progressions nouvelles au niveau des accords. Etait-ce conscient dès le début du processus de composition et est-ce la direction que tu souhaites maintenir à l'avenir ?
Steve Lukather : Oui mec tu sais, à cette époque j'étais au fond du trou. Je venais de divorcer, de perdre ma mère et des amis chers (ndlr : voir interview de 2009)…ce fut une période très difficile pour moi.
Tu vois ce titre 'Tout est bien qui finit bien', c'est du Shakespeare. Ca veut dire que la vie peut être parfois une vraie merde mais si tu t'accroches, alors tu en sors des choses positives. Peu importe ce que tu as traversé si à la fin tu en ressors debout et grandi. Parfois je suis dans un trip "Pan, prends ça dans ta tête !" mais là j'étais dans une période plus posée, je voulais raconter mon histoire, cette partie noire de ma vie.
Regarde le monde, les nouvelles ne sont pas bonnes ! J'ai plus de 54 ans, je suis un enfant des 60's. C'est là que la musique est venue à moi. Les Beatles en 64 puis les 70's m'ont vu devenir un homme et un musicien. Mais ce sont les 60's qui m'y ont conduit, qui m'ont permis de débuter et pratiquer la musique. J'étais à fond dans cette période Peace & Love, je voulais être ça : un peu trop jeune pour être hippie mais je l'étais dans mon cœur.
Les 70's étaient pleins de promesse et les 80's ont apportés la cocaïne et l'argent. Tout le monde était fou, les hippies sont devenus d'avides drogués. Je faisais le tour du monde et me fichais du Peace & Love comme je le dis dans les paroles du nouvel album (ndlr : 'Watching The World').
Et aujourd'hui, c'est le 21ème siècle et tout le monde est devant sa télé, juste intéressé par la taille de son morceau de poulet, le cul vissé devant les news. Les jeunes ne s'intéressent plus à rien, ils sont accros à leur Crackberry, leur I-phone, leur ordinateur. Ils n'ont plus de vrais amis mais des amis virtuels. Sur ma page Facebook, j'ai des milliers d'amis ! Mais ne réalité je n'ai pas des milliers d'amis ! 52 millions avec Toto, 62 000 sur Twitter, quelques milliers sur mon site. Mais ils ne sont pas tous mes amis ! Ne ferions-nous pas mieux d'être tous réellement amis sur la planète Terre en se traitant avec plus de respect ? Si tout le monde se traitait ainsi, ce serait un superbe endroit mais malheureusement ce n'est pas ce qui se passe actuellement.

[IMAGE3]

Cela fait un peu référence aux paroles de "Brodys" …
Oui ça parle de tout cela. Mais avec humour. Je voulais mentionner ces peoples éphémères qui se créent une page Facebook, qui s'affichent partout pour chercher une reconnaissance, mais dont plus personne ne se souviendra dans 25 ans, ces "people of the day".
Mais d'un autre côté, cela représente la même chose que certains albums que j'avais étant jeune, comme les Beatles bien sûr qui étaient célèbres mais aussi d'autres d'artistes dont plus personne ne se souvient aujourd'hui, et pourtant j'adorais leur album. Il n'en reste maintenant qu'un instantané, une photo... Je suis désormais moi aussi un instantané, une photo qui reste de mes différentes époques. J'ai fait des albums dans les 70's, 80's, 90's, 00's et 10's. Cinq décennies, c'est effrayant ! Mais j'ai assez parlé de moi, pose-moi tes questions.

Après un temps d'adaptation, je me suis rendu compte que ce dernier album me plaisait plus que d'autres car, je le disais, il est très personnel et on peut voir l'homme à l'intérieur de la musique par ces textes très personnels, les séries d'accords et la progression musicale sont moins évidents qu'à l'accoutumée mais était-ce intentionnel dès le début du processus de composition ?
(Coupant presque la parole) Oui bien sûr mec tu sais, j’en ai parfois assez de cette musique populaire, celle que tu entends quand tu allumes la radio, ces mêmes mélodies, ces mêmes accords et tous ces « Moon & June lyrics» (ndlr : ces rimes faciles). Il y a des exceptions bien sûr et des gars brillants que j’adore comme Radiohead ou Coldplay dont j’achète des albums et puis, il y a de très bons musiciens dans le monde du Metal également même si je n’en écoute pas souvent. Mais en même temps, je ne vois pas de raison pour laquelle on ne pourrait pas écouter Miles Davis et Slipknot dans la même journée et je suis comme ça. J’aime les chansons Pop et bien d’autres styles, je les prends et les intègre à ma musique.
Fondamentalement, je suis un musicien de Rock quoi que cela veuille dire mais j’étudie la musique, je la pratique toujours et je suis obsédé par ce besoin d’appendre encore. Je reviens de nouveau à mes 16 ans mais à cette époque j’avais le temps de pratiquer et j’avais l’énergie car je ne faisais pas la fête tout le temps. Je continue de me lever tôt et de faire des exercices, de pratiquer la guitare et je communique ce que j’ai appris aux autres personnes sur les réseaux sociaux. C’est ça le principal, qu’ils le gardent en tête et qu’ils me comprennent. Il y a eu tellement de mensonge autour de moi, que cela soit dans Toto ou non, mais je peux corriger ça. « Ha bon j’étais là, j’ai fais ça !? » ou bien « Oui je l’ai fait désolé, je suis un peu embarrassé ». Puis ils me montrent les photos et là (Rires) « Jésus ! Là en effet, d’accord j’ai vraiment fait ça !». Je peux rire de ce que j’ai fait. J’ai passé plus de trente ans à faire des albums et être sur la route et je pense avoir gagné un certain droit au respect. Pourtant certains artistes me détestent dans le monde du Rock en général, et bien qu’ils regardent un peu ce gars qui fait ça depuis longtemps, ayant vendu des milliers d’albums, de gros albums sur des majors, qui fait des tournées à plus petites échelles après avoir passé dans Toto, même si Toto tourne toujours, et je fais plein d’autres choses intéressantes musicalement en périphérie de tout cela et merde, j’ai tout de même vendus plus de vingt quatre mille albums avec ce dernier CD et touchant du bois (il tape sur la table et s’emporte), ça tourne. Je suis béni, dans cette période où les artistes apparaissent et disparaissent aussitôt !

'Tumescent' est la seule plage fusion instrumental de l'album et elle arrive en toute fin. Etait-ce uniquement pour ton plaisir ou pour satisfaire les fans fusion ?
L'ambiance en studio était très bonne et avec le groupe, nous nous sommes mis à jamer et très vite le titre est venu. Non, c'était un vrai plaisir et également un hommage à l'un de mes maître Jeff Beck.

'On My Way Home' et 'You'll Remember' me rappellent un peu Steely Dan mais digéré d’une façon très personnelle, ces délicieuses et doucereuses mélodies. C’est assez nouveau dans votre musique depuis 'Stab In The Back' en 2009. C’est une autre facette du Steve Lukather d’aujourd’hui ?
J’adore ce gars, j’adore ce gars (Admiratif) ! C’est sans doute un de mes musiciens préférés !
J’essaye de garder ma musique intéressante, je suis un peu de la même école que Steely Dan. Ce type m’ébahit ! Parfois je le l’écoute et je me dis « Oh mince, j’aurai tellement voulu écrire un truc comme ça ! ». Ce ne sont pas les progressions mélodiques évidentes (il chante une progression d’accord montante puis la même avec la dernière note qui descend un ton plus bas, avec un léger contretemps), j’essaye d’apporter cela dans une musique plus populaire avec une base Rock… Et aussi des influences du Jazz, je suis une sorte de « gadoue » de tous ces styles que je mélange et le jette contre le mur.
Steely, avec Les Beatles et Hendrix ! Ce sont les gars qui ont vraiment changés et influencés ma vie. Il y a eu le Floyd, Beck et Clapton, Led Zep aussi et aussi de la musique dansante avec quelques musiciens peu célèbres de Rythme and Blues de la Motown. Ce sont eux qui m’ont construit. On peut y ajouter les influences jazz par la suite comme Miles Davis, Herbie Hancock, Wayne Shorter, Mc Laughlin, Chick Corea et tout ces trucs Prog’Rock comme Yes, Genesis, Peter Gabriel et toutes ces musiques que j’aime vraiment.
Je dois avoir une sorte de blender dans ma tête qui mixe tout ça et la musique qui en sort est la mienne. Jeff Beck et Dave Young sont aussi des musiciens que j’adore et qui m’influence en tant que musicien, tout comme mon frère Mike Landau ou Larry Carlton et Lee Ritenour, grand jazzman sont des gars qui ont changés ma vie. Ils sont tous là-dedans, dans mon disque dur tout comme le grand Van Halen, Steve Vai, Joe Satriani.

[IMAGE1]

Justement, la nouvelle est officielle tu vas tourner avec Vai et Satriani dans le prochain G3 ? On te sait ami avec Steve Vai qui apparaît d’ailleurs sur une version endiablée de ‘Joy To The World’ sur ton album « Santamental » mais ça te fait quoi de jouer avec ces gars et quels titres aimerais-tu apporter dans cette aventure ?
Je suis très excité et honoré en tant que guitariste mais quand j’ai appris cela je me suis dit tout de suite « Pourquoi moi ? ». Et tu vois ce que je vais jouer ce soir (ndlr : des titres Rock de ses albums solo mais aussi de Harrison, de Hancock, de Hendrix et des compos plus fusion comme ‘Tumescent’, ‘Party In Simons Pants’, ‘Song For Jeff’…), c’est cela que je vais apporter. J’y vais tel que je suis et ne vais pas me lancer dans une compétition de shredding, c’est un truc que je n’ai même pas inventé. Je suis honoré d’apporter une touche parfumée à ce combo, j’aime ce terme de combo qui révèle bien le mixe des genres et des épices…

Tu apporteras sans doute ce côté riche en feeling comme Eric Johnson en son temps.
Oh Eric Johnson ! Encore un autre excellent musicien. Mais pour revenir à ta question je vais proposer quelques titres solo, certains chantés, d’autres non, et puis il y aura cette large palette laissée aux reprises et comme nous sommes de vrais bons amis, et nous devenons de plus en plus proches au fil des années, ça va donner.
J’ai fait quelques gigs avec Joe cet été, et j’ai plusieurs fois partagé la scène avec Steve Vai. D’ailleurs, nous avons coproduit tout les deux un album de Larry Carlton qui a gagné un Grammy. C’est un brillant musicien et un ami cher. C'est le public qui me dira s'il apprécie ma présence ou pas mais je resterai moi-même. Jusqu'à présent les réactions de la presse sont très positives sur Twitter et autres. Je n'ai lu nulle part des choses du genre "ça craint" donc je suis rassuré.
C'est que je deviens un peu parano avec les années, à force d'être bombardé par la presse et j'ai encore peur aujourd'hui de lire certaines choses. En tout cas, la Nouvelle Zélande et l'Australie sont de bons endroits pour jouer. Je ne sais pas encore si nous serons tous les trois en Amérique… Tu sais l'Amérique aujourd'hui est devenue un triste endroit aujourd'hui. Je pense que les américains ont perdu leur chemin, leur voie.

Vraiment !?
Oui, je ne dis pas que c'est sans espoir mais… (Il se lance dans un long monologue sur l'état du pays, les américains qui suivent la voie comme des lemmings, sans se poser de questions, se fichant de tout, mangeant de la bouffe chimique qui les rend stupides : "Get Fat, get Stupid!", parlant des gens extrêmes qui causent d'extrêmes dommages. Il embraye sur un état mondial, sur les gens qui souffrent de ne plus avoir de travail, la religion qui prêche la guerre au lieu de la paix. Il souhaite que les gens puissent réapprendre à tirer plaisir des choses simples, la famille, boire un verre, rencontrer des filles).

Tu dis avoir fait plusieurs fois le tour du monde, mais vois-tu vraiment le même tableau partout où tu vas ?
Oui. C'est la télé qui veut cela. MTV donne aux jeunes l'envie d'être riches, connus, célèbre sans avoir même le moindre talent. Voilà, célèbre un point c'est tout ! Ils te font croire qu'avec un album tu deviens millionnaire mais c'est un mensonge. Ces histoires se terminent toujours et ces gens s'écroulent. Ils veulent tout pour rien ! Mais moi je me contente de ce que j'ai, j'aime mon boulot, je suis indépendant… Tu sais qu'Internet vole 80% de mon business. Les gens me filment tout le temps. C'est comme si j'allais au supermarché, que je me remplissais un caddie et que je partais avec sans payer : "Hey, tu voles ma musique et bien je prends ma bouffe!". Je fais un show télé, en plus pas de bol ce soir là je ne joue pas terrible, et des gens balancent ça sur le net, se font du fric avec et moi j'ai rien !? Ce n'est pas juste ! T'imagines que je vienne te piquer ton salaire à la fin de la semaine ?

Tu disais être dans une mauvaise passe durant cet album mais maintenant tu penses en être sorti ?
Oui. Mon prochain album partira de ce constat fait sur "All's Well That Ends Well", c'est-à-dire plus ou moins tout ce que je viens de te raconter, et ira plus loin : "Maintenant je suis là ! J'étais dans cet endroit sombre et maintenant je suis hors de l'ombre mais je contemple un monde sombre". Je laisserai ainsi un message à mes enfants, leur montrant la vie à travers mes yeux, de l'innocence de mon enfance à la corruption de ma vie adulte. Je veux exprimer maintenant ma vision des choses. Je débute ce nouvel album en Février 2012 et le futur nous dira comment cela se déroulera.

Les concerts aussi doivent avoir un rôle thérapeutique alors dans ta quête de rencontre avec les gens.
Bien sûr, et ça fonctionne ! Je parviens, comme de nombreux artistes, à faire sortir les gens de chez eux et à quitter leurs écrans pour une soirée. Même si a une époque, pas si lointaine, je ne voyais parfois qu'une pluie de téléphones portables. Vont-ils vraiment se repasser cela une fois à la maison (il mime une prise d'image instable avec un bruit de fond inaudible) ? Ils manquent le show et pour un performer comme moi c'est énervant.

Ca me rappelle ce que tu disais lors de ton passage à Paris en 2009 à ceux qui filmaient que tu te demandais s'ils aimeraient que tu viennes les filmer chez eux sous la douche ou dans leur salon.
Ben voilà ! Je veux profiter des gens. Ces rangées de portables me perturbent, après ça je fais des pains et eux ils le balancent sur le net ! Mais je pense que tout cela passe un peu maintenant, il y en a bien moins car l'effet de mode s'estompe. Heureusement, parce que cette armée de radiation qui me tombe dessus (de 600 à 6.000 personnes parfois), sans compter celles des émissions TV, celles bombardées dans les aéroports et les avions, ça ne doit pas être très bon pour la santé. On connait tous des gens qui sont tombés malades, qui développent des tumeurs mais personne ne sait affirmer si cela vient de là. Merde j'ai arrêté de boire, de fumer des drogues, je suis enfin clean et je me fais bombarder de radiations au quotidien (Rire jaune) ! Ca me rappelle cet endroit où j'ai joué cet été avec Joe Bonamassa…

Puisque tu parles de Joe Bonamassa, il joue comme toi sur le dernier album studio de Derek Sherinian "Oceana". Tu y retrouve un répertoire fusion et instrumental un peu délaissé ces dernières années. Cela te donne-t-il l'envie de renouer avec ce style ?
Oh, Joe est un très bon ami, un des meilleurs de sa génération. Il a passé le Noël dernier à la maison. Mais je joue encore ce style chaque jour, je ne m'en passe pas et j'en jouerai quelques titres ce soir et cela me fait du bien. J'ai joué pour la première fois 'Hold The Line' à 19 ans, j'en ai 54. Cette chanson tout le monde la connait, elle passe les générations, et c'est super d'avoir un titre qui passe ainsi à la postérité mais quand je suis en solo, je fais ce qui me plait. Parfois j'ajoute un titre au fil de la tournée ou le soir même si l'audience est réceptive à un style particulier. Mais je laisse 'Rosanna' et 'Hold The Line' de côté si possible. Lors des tournées avec Toto, c'est moins spontané ! Ici je suis cool. Je vis en Belgique depuis un mois, j'adore ce pays, j'aime aller à Bruges et au Danemark. Mon épouse appelle ce matin en se lamentant de mon absence et c'est vrai que c'est dur ! Ce n'est pas facile de vivre avec un gars qui passe sa vie sur la route. Les relations conjugales sont difficiles et même avec les enfants, je ne suis pas là à leurs réunions scolaires par exemple. Je ne fais plus la fête tout le temps, je ne cours plus après les filles, je fais juste mon boulot et je l'aime mais c'est difficile de faire cohabiter ces deux vies.

En fait des milliers de gens souhaitent avoir une vie comme la tienne mais toi, souhaites-tu parfois avoir la vie simple de Mr. Tout le monde ?
Oui et non. J'ai besoin de ça. Tu vois ici j'ai passé la journée avec de vrais amis dehors. De gens que j'ai appris à connaitre avec les années. Je tourne depuis 35 ans et je n'ai plus besoin de voir la tour Effeil et Big Ben. J'ai fait ça quand j'étais un gosse. Maintenant, j'ai des relations avec de vrais amis. Je ne cherche pas à avoir des liens avec ces américains imposant qui hurlent dans la rue "Où est le Mc Do, que je mange quelque chose de bon enfin!". Je me sens aussi confortable en Belgique qu'à Tokyo, en Australie qu'à New York City, Paris. Je profite du monde, de ces beaux endroits, même si les news dans les journaux sont bien tristes.

Tu parlais tout à l'heure d'être revenu dans la lumière, tu as pensé à un certain moment à tout arrêté quand tu allais plus mal ?
Oui c'est sûr mais la musique c'est aussi tout ma vie, un cruel dilemme.

[IMAGE2]

Est-ce pour cela que tu es revenu avec Toto alors que tu avais juré à ton départ vouloir tourner la page et faire autre chose ?
Oui et surtout parce que Mike (Porcaro) est très malade. Donc, on est revenu pour de bonnes raisons, pas des sales raisons de fric. Il part tout doucement et ce ne sera pas une fin heureuse. Donc David Paich, Steve Porcaro, Joseph Williams et moi, les étudiants d'High School, nous nous sommes remis en selle pour récolter des fonds pour Mike qui n'a jamais eu les mêmes revenus que nous dans Toto. Nous avons reconstitué la version la plus organique du groupe. Jo est revenu à son top de nouveau, on donne aux gens les Hits qu'ils aiment et veulent entendre, avec un vrai plaisir.
Donc oui à une époque, j'ai failli tout arrêter car je souffrais, dans mon business comme dans ma vie à cause de mes addictions. Mais très vite je me suis ressaisi, j'ai vu la chance que j'avais. Un matin je me suis levé et je me suis dégouté. Je me bousillais alors que d'autres, comme Mike, n'avaient plus ma chance. Je me suis pris en main et je me suis redéfini en tant que personne, musicien et père.
Cela va te paraître bizarre mais il y a très longtemps, j'étais gamin, j'ai chopé une guitare pour y jouer. Et à l' instant où j'ai posé mes doigts sur le manche, je te jure, il s'est produit quelque chose de magique, je me suis dit "c'est tout ce que je veux faire". On ne me croit jamais quand je racontre ça mais ça c'est passé ainsi. Et un matin tu te réveilles, après une énième nuit d'excès que tu ne comptes même plus, tu te regardes dans la glace et tu te dis : "Mais qu'est-ce que j'ai foutu !?".
Je suis encore en vie aujourd'hui et c'est une chance, je veux transmettre ces vraies valeurs que je retrouve maintenant à mes enfants. La drogue et les délires je les laisse au passé. Quand tu croises un gars de 20 ans qui est saoul, ça passe, mais un gars de 54 ans, ça le fait beaucoup moins. Je m'amuse et je profite de ce que j'ai.

Penses-tu que tu as encore beaucoup de chose à apprendre de la guitare ?
Oh oui. Chaque jour que je sors ma guitare, je trouve un truc, je le pratique à fond pour le maitriser et une fois que je le tiens, il m'ouvre une porte vers autre chose, et encore autre chose. Je me souviens d'un mail envoyé par Pat Metheny il y a quelques années qui me disait "J'essaye de trouver la note perdue". Et bien moi aussi.

Dernière question, je te donne deux propositions et tu choisis celle que tu préfères :
The Beatles ou les Stones ?

Ah je dois dire les Beatles ! Ils m'ont tellement inspirés… Les Beatles oui.

Ritchie Blackmore ou Jimmy Page ?
Oh là, choix très difficile. Jimmy Page est passé maître dans la maitrise du son, de la composition et de la production alors que Blackmore à tellement apporté à la guitare et au monde du Rock en général, inventant un style complet. Je ne peux pas choisir non ... Les deux !

Et enfin, clin d'œil à 'Brodys', Nip&Tuck ou Dexter ?
Dexter ! J'adore le personnage comme l'acteur, Michael C.Hall. C'est le nouveau 'Bad Guy'. Incroyable, on se pose devant la télé on s'attache à un type pourtant horrible. Il fait un carton aux USA. Tu sais quand la tournée sera finie, je vais rentrer chez moi, me visser dans le canapé et me faire toute la dernière saison d'affilée. Mon fils Trevor l'enregistre sur la télé et je sens que je vais me régaler et surtout bien me reposer là devant ! Ca me fera du bien car le voyage quotidien, ça fatigue.


Un grand merci à Mascot qui a rendu possible cette belle rencontre...


Plus d'informations sur http://www.stevelukather.net
 
(2) COMMENTAIRE(S)  
 
 
METALNATURE
20/12/2011
  0
Superbe interview en effet!
STRUCK
02/12/2011
  0
Très belle interview et notamment de la rapprocher de la précédente (Toto, sa vision du monde...) ! Bravo Mr Blue !
Haut de page
 
Main Image
Item 1 of 0
 
  • 469
  • 470
  • 471
Haut de page
EN RELATION AVEC STEVE LUKATHER
DERNIERE CHRONIQUE
STEVE LUKATHER: Transition (2013)
4/5

"Transition" saura combler les fans de Lukather (Toto), qu'ils soient branchés AOR comme Fusion.
DERNIERE ACTUALITE
STEVE LUKATHER: Nouvelle video
 
AUTRES ARTICLES
THOMAS VDB (28 JUIN 2011)
Même si son spectacle "Presque Célèbre" fait une pause actuellement, c'est pour reprendre de plus belle en début d'année 2012. En attendant, Thomas VDB nous a de nouveau reçu pour un entretien toujours aussi "rock'n'roll"...
MACHINE HEAD - LE ZÉNITH (PARIS) - LE 23 NOVEMBRE 2011
Concert Marathon de 4 heures en compagnie de grands noms du metal dont les increvables Machine Head, ça tente quelqu'un ? En tout cas, MusicWaves était présent comme il se doit !
 

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2022