MW / Accueil / Articles
A PROPOS DE:

LACUNA COIL (01 DÉCEMBRE 2011)


TYPE:
INTERVIEW
GENRE:
METAL MELODIQUE

A l'occasion de la sortie de "Dark Adrenaline", Cristina Scabbia a répondu à toutes les questions que les lecteurs avisés de Music Waves pouvaient se poser sur le groupe...
STRUCK - 27.01.2012 - 3 photo(s) - (0) commentaire(s)
Salut Cristina, quelle est la question qu’on t’a trop souvent posée ?
Et bien, les questions évidentes concernant le nouvel album : quelles sont les plus grandes différences avec les précédents, la signification des paroles… les questions habituelles quand un nouvel album sort et qui nécessite bien évidemment des réponses…

Donc tu n’es pas fatiguée d’y répondre ?
Non, pas vraiment parce que ce sont des questions sur le nouvel album, mais bien évidemment, tu as certaines questions qui me font mal au ventre mais je comprends également que je parle à différentes personnes à chaque fois. Mais effectivement, c’est toujours la même personne qui répond aux mêmes questions mais à différents interlocuteurs qui ne savent pas… Mais de façon générale, les questions qui reviennent encore et encore sont de savoir ce que ça fait d’être une femme dans un groupe de heavy-metal ou encore la signification du nom Lacuna Coil… Je peux comprendre qu’on ne connaisse pas le groupe, mais il suffit juste d’aller sur Google avant de faire l’interview (Rires) !

[IMAGE1]

J’espère que durant cette interview, je ne vais pas te poser de questions qui vont t’ennuyer…
… non, ne t’inquiète pas !

Justement une des questions qui doit revenir est de savoir pourquoi la sortie de ce nouvel album "Dark Adrenaline" prévue initialement en Octobre a été décalée en Janvier 2012 ?
Ce n’est pas une décision du groupe ! Initialement, l’album devait sortir en Octobre et nous l’avions indiqué sur notre site avec un compte à rebours cool, mais deux jours après, nous avons eu un appel de la maison de disque qui nous a dit que ça serait mieux si nous décalions la sortie afin qu’ils aient plus de temps pour préparer la sortie, faire un plan marketing, présenter l’album de la meilleure des manières… et tout ça nous amène à Janvier, parce que Décembre n’est pas une bonne époque pour sortir un album ! En plus, In Flames qui est un autre groupe signé chez Century Media a pris la première place des charts allemands et évidemment, ils ont concentrés leur effort, leur budget pour promouvoir cet album. Donc, tout ça réunit, nous a décidé à décaler, permettant ainsi qu’ils aient plus de temps pour s’occuper de nous et un budget plus important… mais en Janvier !

C’est juste une question de promo en fait ? Ce n’est pas un problème lié à l’album et des chansons qui ne satisfaisaient pas le label ?
Non, non, les chansons étaient prêtes à l’issue de l’enregistrement. Mais c’est également une bonne chose pour nous parce que nous n’avons rien changé lié à l’enregistrement, mais nous avons travaillé sur un meilleur mix et donc, nous avons donné plus d’attention à cela. C’est exactement ce qu’il fallait pour cet album, nous ne pouvions rien faire de mieux selon nous.

Ce nouvel album, à l’image du premier single “Trip the Darkness”, est plus heavy que ce pouvaient attendre les fans de Lacuna Coil. Peut-on dire que "Dark Adrenaline" est la suite logique dans l’évolution musicale de Lacuna Coil vers un métal moderne, croisement entre le gothique et le néo metal à la Korn ?
C’est assez bizarre parce que d’une certaine façon c’est un pas en arrière, parce que nous apportons aussi pas mal de choses provenant de nos racines sans même y penser. C’est quelque chose que nous avons commencé à remarquer en en parlant avec les personnes qui ont déjà pu écouter l’album. C’est définitivement un croisement entre l’ancien Lacuna Coil et le nouveau, mais ce n’est rien de planifié. Ce n’était pas un but, nous avons juste écrit ce que nous ressentions, des choses créatives qui rentrait dans le processus de composition.

C’est donc une évolution naturelle…
Oui, c’est certain ! Et c’est définitivement évident dans notre carrière.

Peut-on dire que cette sonorité Korn est due à la production de Don Gilmore qui a également travaillé avec Linkin Park ou Bullet For My Valentine ?
Je ne le pense pas, parce que si tu compares "Shadow Life" et "Dark Adrenaline", ils sonnent complètement différemment : les chansons sont complètement différentes, le son en lui-même est complètement différent. On ne doit pas penser que le producteur est la personne qui décide comment sortir un album. A la base, un producteur t’aide à sortir le meilleur d’une chanson et il le fait avec des conseils que tu acceptes ou pas… Donc, c’est une question de point de vue de différentes personnes ! Et il faut aussi savoir qu’il a également travaillé avec d’autres artistes dans lesquels il est plus intéressé, comme Pearl Jam par exemple que tout le monde cite, mais avec qui nous n’avons rien à voir (Sourire) !

Tu as cité "Shadow Life". Il semble que Lacuna Coil sonne plus mature et confiant dans sa musique dans ce nouvel album, es-tu d’accord ?
Je suis d’accord parce que je pense que tu vis et tu apprends, donc c’est assez normal que tu apprennes de tes erreurs. Tu as plus confiance dans ton potentiel et tu sais ce que tu peux faire et ne pas faire. Donc, je pense définitivement que c’est l’album le plus mature de notre carrière, mais je pense que tous les groupes répondent ça concernant leur nouvel album. Je ne pense pas qu’il y ait un groupe qui vienne te dire que c’est le pire album qu’il ait pu faire (Rires) !

Mais cela peut être un album différent…
Et c’est un album différent d’une façon ! Si tu regardes plein d’autres groupes dans notre genre, ils sont de plus en plus doux alors que nous faisons l’inverse, et c’est assez curieux parce que nous n’avons pas planifié cela en tant que tel. C’est plus que nous voulions explorer ce territoire. Nous voulions être plus heavy parce que nous trouvions plus de plaisir à jouer les chansons heavy, et comme nous tournons beaucoup, il faut prendre en compte l’aspect live des chansons également.

Tu as également dis que tu étais très inspirée par l’obscurité ! Est-ce que cet aspect t’as encore plus inspiré sur cet album ?
Il m’a influencé, mais je pense qu’il y a une énorme incompréhension de plein de gens sur l’idée de l’obscur. Plein de gens pensent que l’obscur est quelque chose de mauvais, quelque chose de connectée avec des conneries comme le Satanisme ou quelque chose dans le genre… Alors que nous sommes des personnes très positives, nous sommes très ironiques, nous sommes des personnes très amusantes dans la vie courante, mais nous sommes aussi conscients que l’obscur fait partie de la vie. Tu as toujours de bons et de mauvais moments dans la vie, aucun de nous n'a une vie parfaite ! Tout ce que tu peux faire est d’étreindre les moments obscurs et d’en tirer le meilleur. Donc, j’essaie de regarder à l’intérieur de moi-même, et penser un peu plus à ce que tu es, ce que tu as et ce qu’est l’obscurité : l’obscurité est une sorte de relaxation… C’est la même chose tous les jours. Tu as le jour, tu as la nuit durant laquelle tu peux te relaxer et recharger ton énergie. L’obscurité n’est pas quelque chose de négatif, c’est juste quelque chose que nous avons dans notre vie et qui n’est pas nécessairement mauvaise.

A l’inverse, les photos promotionnelles de "Shallow Life" donnaient l’image du Mal représenté par les gens de la rue et le Bien par les riches…
(Rires) Cette session a vraiment été incomprise nous l’avions fait uniquement pour nous amuser et j’ai eu plein de messages disant que nous avions trop changé notre image, mais les gens pensaient vraiment que je me prenais pour une princesse parce que j’étais en princesse comme tel (Rires) ?

[IMAGE2]

Personnellement, je n’ai aucun problème avec cet aspect ironique de la photo, c’est juste que le premier message sous-tendant est plus tordu, à savoir que si tu viens de la rue, tu es mauvais et si tu es riche, tu es bon…
Quelques fois, tu ne peux pas te faire comprendre des autres ! Quelques fois, tu essaies de passer un message et tout le monde n’est pas capable de comprendre ce que tu essaies de dire ! Nous avons également fait une vidéo d’une chanson, "I Like It" qui est la chanson amusante de l’album, qui est également faite purement pour le côté amusant. Donc nous avons la vidéo la plus drôle de notre carrière, nous avons joué différents personnages : les mecs étaient tantôt en membres de groupes black-metal ou des hippies, et nous avons eu de supers moments en faisant cette vidéo que nous adorons. Mais au final, plein de gens ne l’ont pas appréciée parce qu’ils avaient l’impression que nous allions dans une autre direction alors que non, c’est juste une partie de la vie, c’est juste que nous voulions prendre du bon temps. Le fait que nous jouions de la musique sombre ne signifie pas que nous n’adorons pas la vie quotidienne !

Le message qui ressort depuis le début de cette interview est que vous voulez prendre du bon temps…
Oui ! Bien sûr ! Nous ne voulons pas nous tuer, nous ne voulons pas passer un message négatif, nous ne voulons pas du tout encourager les mauvaises vibrations. Notre message sous-tendant est un message positif qui est que nous devons être conscient que chacun de nous est important dans la vie et nous devons nous battre pour nos idées, nous devons être forts ! Nous devons également étreindre les différents aspects de la vie et pas seulement celles que nous aimerions.

Concernant le processus de compositions. N’as-tu pas peur de te répéter en te disant que tout a été dit et fait dans le genre musical dans lequel vous œuvrez ?
Nous réalisons juste qu’il est temps de faire un album, nous nous enfermons dans notre studio et nous commençons à collecter des idées puis nous les réunissons, nous chantons sur ces musiques, jusqu’au moment où nous trouvons quelque chose d’intéressant sur lequel nous pouvons commencer à travailler. Evidemment, il y a une sorte de cycle que tu dois respecter, mais tu ne dois pas être forcé par ton label ou tes fans. Au contraire, il faut te sentir créatif ! Mais c’est assez normal qu’à la fin d’une tournée, tu ais quelque chose de nouveau à dire. Donc, nous avons commencé en Janvier de cette année (NdStruck : 2011) et c’est principalement Andrea, Marco, notre bassiste et moi-même qui sommes allés tous les jours en studio pour trouver des idées, travailler sur nos ordinateur séparément alors que les autres mecs du groupe travaillent sur leurs parties, sur les soli… C’est un type de travail très démocratique. Tout le monde peut apporter une idée, tout le monde doit être d’accord avec le mix final, les chansons finales… Nous sommes un groupe, non pas le projet d’une personne entourée de membres de session studio.

Comment juges-tu la popularité du groupe en comparaison de celle de groupe de la même scène comme Nightwish ou Evanescence qui ont un énorme succès ?
C’est un différent type de popularité, parce qu’Evanescence est plus pour le marché mainstream. Je ne les vois pas comme faisant partie de la scène metal. Donc, c’est une chose complètement différente, c’est une exposition complètement différente, c’est un budget complètement différent et une attention de la part de leur label qui les aide à faire la promotion. Concernant Nightwish, c’est également une chose complètement différente parce que si ils sont énormément connus en Europe, ils ne le sont pas du tout en Amérique par exemple. Nous sommes plus connus dans les territoires américains parce que l’Amérique est plus réceptive vis-à-vis de certains éléments de notre identité et ne sont aussi pas attachés à l’aspect traditionnel. Ils ne se posent pas la question de savoir si la musique est contaminée par différents genres. Nous sommes aussi plus connus dans des pays, comme la Grande-Bretagne par exemple, qui sont plus modernes d’un point de vue musical. Donc, je pense que chaque pays a une histoire complètement différente, un type différent de succès, et je constate que Lacuna Coil a une bonne position parce que, d’une certaine façon, nous sommes un groupe culte pour d’autres groupes qui débutent parce que nous avons quelque chose de spécial, quelque chose qu’aucun groupe italien n’a jamais fait avant et que peu feront dans le futur. Donc, nous sommes chanceux, heureux, mais nous travaillons beaucoup pour pouvoir mériter cette attention !

Tu as parlé de l’Italie. Justement comment êtes-vous perçus dans votre propre pays ?
L’Italie est un territoire vraiment difficile. Premièrement, il y a beaucoup d’attention pour la musique traditionnelle italienne. Puis, nous ne chantons pas en italien, ce qui est un handicap parce que beaucoup de personnes ne parlent pas anglais. Donc, ils aiment les têtes de gondoles pop comme Lady Gaga ou des trucs du genre, mais ils n’accordent pas beaucoup d’attention aux autres types de musique qui ne sont pas de la musique traditionnelle italienne, de la dance ou encore de la techno. Concernant le métal, ils aiment les trucs old-school comme Nitghtwish, Manowar, ce genre de trucs…

Comment juges-tu vos premiers albums avec le recul ?
Je n’ai jamais réellement pensé à ce que je devrais changer des précédents albums parce que, si tu y penses bien, les choses qui ont été faites dans le passé représentent ce que tu étais ! Donc, ça n’a pas de sens de juger aujourd’hui ce que tu étais avant : c’est comme te juger toi-même lorsque tu étais adolescent, ça serait horrible ! C’est comme observer le passé avec nos yeux présents, ça n’a pas de sens : tu ne peux changer ce que tu as fait ! Mais en fait, je suis contente parce que de ce que nous étions à fait ce que nous sommes aujourd’hui, donc je ne changerais rien.

Tu es donc contente de l’évolution du groupe ?
Je suis absolument contente parce que nous avons toujours tout fait honnêtement. Nous avons toujours fait ce que nous voulions faire, nous avons toujours exprimé ce que nous étions dans chaque genre spécifique quand nous enregistrions un album : je ne regrette rien !

Pour ce nouvel album, comment as-tu travaillé vocalement avec Andrea dont la place est plus importante ? Comment vous êtes-vous partagés le chant ?
Nous ne décidons pas que nous devons partager 50% des voix sur un album. Nous pensons toujours en tant que groupe et non pas Cristina et ses musiciens ! La chose la plus bizarre concernant le groupe -bizarre mais bonne- est qu’il n’y a pas de place pour l’ego et plus spécialement concernant Andrea et moi-même sur le sujet des lignes vocales ou des paroles ! Ca n’a pas d’importance de savoir qui écrit les parties et qui les chante : nous travaillons pour la chanson, peu importe qui la chante et qui chante plus ! Quelques fois même, ce sont les chansons elles-mêmes qui décident qui et comment on doit chanter : quand une partie agressive surgit, quelques fois, il est évident que sa voix délivre quelque chose qui colle mieux ou quelque chose de plus mélodique. Nous avons également expérimenté de nouvelles choses, je chante dans une tonalité très grave, d’une façon différente sur "Upsidedown". Mais encore une fois, ça s’est fait en studio, rien n’était planifié.

Même si tu dis qu’il n’y a pas d’ego dans le groupe, tu es malgré tout consciente que pour les médias et les fans, Lacuna Coil c’est avant tout Cristina…
Oui mais tu n’y peux rien !

Mais il n’y a pas de problème dans le groupe pour autant, notamment pour Andrea pour qui ça pourrait être dur ?
Non, non, non… Ce n’est pas dur, il est assez intelligent pour comprendre que ça fait partie du processus et que ça n’a pas vraiment d’importance. La seule chose qui compte, c’est le nom du groupe et qu’on continue d’attirer l’attention sur le groupe, parce que certains me verront sur la photo mais au final, les gens n’achètent pas l’album pour ça, ils l’achètent parce que tout le monde a travaillé dessus et ça, ça mérite vraiment de l’attention (Sourire) !

Si tu devais choisir une chanson pour faire découvrir Lacuna Coil à quelqu’un qui ne connaîtrait pas le groupe, quel titre choisirais-tu et pourquoi ?
Je pense que "Trip The Darkness" est assez cool, non pas parce que c’est le premier single de l’album, je le jure (Sourire) mais plutôt parce qu’il inclut vraiment l’essence de Lacuna Coil : les refrains épiques, les voix hautes, les refrains avec des voix féminines, les deux chanteurs, la partie italienne avec la mandoline au début, les claviers très cinématographiques, les deux guitares puissantes… Cela résume vraiment Lacuna Coil, que ce soit l’ancien et le nouveau : c’est un très bon exemple !

Quel est ton meilleur souvenir d’artiste ?
Oh ! En tant que musicienne, probablement le fait qu’on ait joué dans les plus gros festivals comme le Ozzfest, Download Festival, Wacken… C’étaient des moments fantastiques parce que quelques fois, quand tu repenses à ces moments en pensant d’où tu viens, c’est fou ! Pour moi personnellement, il y a un moment incroyable dans toute notre carrière: c’est quand je suis allée à Los Angeles pour une conférence de presse relative au Ozzfest dans laquelle tout le monde attendait Judas Priest, Phil Anselmo (NdStruck : Pantera), Jamey (NdStruck : Jasta) d’Hatebreed, Shawn (NdStruck : Crahan) de Slipknot, Kerry King (NdStruck : Slayer), Ozzy Osbourne et Sharon (NdStruck : Den Adel de Within Temptation) et… moi. Chacun d’entre nous avaient son propre siège avec son nom dessus. Donc tu as cette photo de nous tous et Zakk Wilde aussi, ainsi que Randy (NdStruck :Blythe) de Lamb Of God qui était là aussi, je l’adore (Rires) ! Donc, c’est un moment super, quand je revois cette photo avec ces personnes à côté de moi, c’est fou !!!

Tu as évoqué ton meilleur souvenir, au contraire, quel pourrait-être le pire ?
Le pire ? Hum… Je n’ai pas de souvenir de ce type. Probablement parce que j’oublie tout ce que je n’aime pas (Sourire) ! Mais je n’ai pas souvenir d’une chose tellement négative qui me ferait dire : "Oh mon Dieu, que j’aurais aimé que cela n’arrive pas !"…

Que voulais-tu faire quand tu étais gamine ?
Quand j’étais gamine ? Je n’avais rien de spécifique en tête. Je pense qu’une fille à l’école, quand le professeur leur demande ce qu’elle veut faire, répond toujours plus ou moins la même chose, à savoir danseuse, modèle… des trucs de filles. Mais je ne savais pas ce que je voulais devenir. Ce qui est sûr, c’est que ce n’était pas chanteuse parce que j’étais très timide. Je n’aurais jamais pensé pouvoir être capable de jouer devant tant de personnes !

Es-tu fière de ce que tu es devenue ?
Je pense que c’est super parce que je réalise juste que tu peux changer, si tu le veux vraiment, si tu as plus confiance en toi… Je suis le parfait exemple que ton caractère, ton attitude peuvent changer et tu réalises de plus en plus que tu es unique en ce monde et que personne n’est comme toi. Même si tu n’es pas parfaite, même si tu n’es pas la chanteuse parfaite, la danseuse parfaite, la fille plus jolie du monde… tu peux vraiment être une source d’inspiration pour d’autres personnes.

On a commencé cette interview par la question qu’on te pose trop souvent, au contraire, quelle est la question que tu souhaiterais que les lecteurs de Music Waves te pose ?
Hum… Ah, ah (Sourire)… On m’a déjà posé cette question mais je ne sais toujours pas quoi répondre… Tu me posais à peu près n’importe quoi comme question mais la question que j’adorerais qu’on me pose et que l’on ne m’a jamais posé ? Je ne sais pas, vraiment… On peut me poser n’importe quelle question, justement, récemment, on m’a posé une question de savoir comment allait ma vue, si je pouvais bien voir ? C’est assez étrange parce qu’honnêtement, je ne m’attendais pas à cette question que je n’avais jamais entendu auparavant (Rires) !

[IMAGE3]

Enfin, voudrais-tu dire un dernier mot aux lecteurs français de Music Waves et peut-être même en français ?
Oui, oui, évidemment, j’aimerais les remercier pour le soutien…

Mais pas en français ?
Ah (Sourire) ! (En français dans le texte) "Merci beaucoup les amis français. Je suis très heureuse d’être ici maintenant !" (Rires en s’applaudissant). Je dois vraiment m’améliorer ! Non, je souhaiterais juste jouer plus ici et si ça n’a pas été le cas ces derniers temps, ce n’est pas un choix du groupe qui souhaitait faire l’impasse sur certains pays européens. Ca ne dépend pas de nous mais des promoteurs, les agences de tourneurs, et nous espérons vraiment revenir jouer ici le plus vite possible, vraisemblablement pour les festivals mais une tournée, ça nous ferait vraiment plaisir !

Merci…
Merci beaucoup.


Merci à Valérie pour avoir rendu possible cette interview ainsi que Noise pour sa précieuse contribution.


Plus d'informations sur http://www.lacunacoil.it
 
(0) COMMENTAIRE(S)
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'article, ajouter quelques anecdotes, quelques connaissances ou tout simplement raconter votre vie...
 
Aucun commentaire. Soyez le premier à donner votre avis sur ce article
Haut de page
 
Main Image
Item 1 of 0
 
  • 505
  • 506
  • 507
Haut de page
EN RELATION AVEC LACUNA COIL
DERNIERE CHRONIQUE
Black Anima (2019)
"Black Anima" apparaît comme un disque charnière de la carrière de Lacuna Coil, synthèse de tout ce qui fait le son du groupe depuis ses débuts. Toutes les chroniques sur LACUNA COIL
DERNIERE ACTUALITE
LACUNA COIL : Nouveau morceau
VIDEO
Toutes les actualités sur LACUNA COIL
AUTRES ARTICLES
ARTICLE PRECEDENT
TRACER (9 NOVEMBRE 2011)
Révélation stoner de la fin d'année 2011 avec son tout premier album "Spaces in Between", Music Waves n'a pas voulu rater l'occasion de rencontrer le seul membre sans lien de parenté du combo australien...
 
ARTICLE SUIVANT
SYLVAN - JANVIER 2012
A l'occasion de la sortie de leur nouvel album, Sceneries, Sylvan nous a accordé une interview, la première pour MusicWaves

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020