MW / Accueil / Articles
A PROPOS DE:

DANKO JONES (11 JUILLET 2012)


TYPE:
INTERVIEW
GENRE:
HARD ROCK

PhilX a rencontré Danko Jones et John Calabrese pour la sortie de leur 6e album studio...
PHILX - 22.08.2012 - 3 photo(s) - (1) commentaire(s)
Danko, il y a deux, tu as rencontré Struck pour la sortie de votre album "Below The Belt". Tu disais être en préparation de cet album et qu'il allait sonner encore plus Hard. Nous avons donc écouté ce "Rock And Roll Is Black And Blue" chez MusicWaves et je peux te confirmer que c'est très réussi!

Danko Jones : Merci! Tout comme celui qui viendra après celui-ci! En fait, on se tient à se qu'on fait. On n'a jamais voulu faire un album soft. Après, je ne sais pas si ça va être de plus en plus hard, mais ce sera toujours du gros Hard-Rock. C'est quelque chose qui est ancré en nous sans qu'on ait besoin de se le rappeler. Nous savons ce que nous sommes et quel type de groupe on est. Tu vois, je ne comprends pas pourquoi il y a des groupes qui s'essayent à faire des albums de genres différents. Un groupe devient populaire parce qu'il joue tel type de musique, point! Je ne veux surtout pas critiquer Metallica, mais...


T'as pas intérêt! (rires)

Danko Jones : je l'ai fait, et j'ai eu des emmerdes à cause de ça! Ce que je veux dire, c'est que "Death Magnetic" est un retour à ce qu'ils sont et à la musique qui les a rendu célèbres, et tout le monde attendait ça depuis des années, mais entre temps, ils ont fait un album symphonique, et autres - ce qu'ils pouvaient se permettre, ils étaient assez populaires, et talentueux pour se lancer dans ces projets. Mais ils sont devenus ce qu'ils sont parce qu'ils ont fait du Metal à la base. Encore plus fort, ils ont inséré le nom du genre musical dans leur nom de groupe! C'est comme Modern Jazz Quartet, tout est dans le nom!


En gros, vous auriez dû vous appeler Danko Hard Jones!

Danko Jones : Ouais (rires)! Non, tout ça pour dire que ce 6ème album studio ne pouvait sonner que Hard. Nous nous tenons à ce que nous faisons de bien! J'aime le Rock Indie, j'aime le Metal, le Rap, mais ça ne va pas forcément se retrouver sur mes prochains albums: ce sera toujours du Hard pur.


John, que dirais-tu sur notre sensation de plus Hard?

John Calabrese : je pense que le son est tout simplement différent. On a réellement continué là où on s'était arrêté avec "Below The Belt", mais du point de vue son, c'est plus profond, plus concis qu'avant et définitivement plus Heavy. Cela vient surtout de Mike Fraser, la personne qui a mixé l'album. Il a apporté sa touche et ses micros avec lesquels il a enregistré ACDC et Aerosmith, et a apporté son oreille à ce projet pour en faire un son rond, lourd et puissant. Mais en même temps, c'est toujours nous, on va pas faire de l'Electro ou du Radiohead. On est Danko Jones et on reste fidèle à ce qu'on est, ce qu'on fait. C'est plus cohérent pour nos fans. On n'emmènera personne dans un trip de jazz expérimental!


Ok, mais si un matin, tu te réveillais en te disant, j'aimerais partir dans un trip expérimental, j'en ai besoin...

John Calabrese : C'est que ça ne tourne plus rond chez moi! (rires) Faudra que quelqu'un me réveille avec une bonne claque! Non, on n'a pas la place pour ces trips là. Déjà dans cet album, on a ajouté pas mal d'éléments Heavy, mélodiques, Punk-Rock mélodique, Hard-Rock, c'est du Danko Jones, quoi!


Pourquoi ce titre, "Rock And Roll Is Black And Blue"?

Danko Jones : C'est une idée que nous avons eue dès le début, dès qu'on a créé le groupe. On savait qu'on allait s'en servir un jour ou l'autre! En fait, on avait un repas avec JC un soir, tout le monde lançait des titres comme ça, depuis des jours, en cherchant celui qui ferait mouche. JC l'a trouvé et on était comme des dingues!


Il n'y a donc aucun rapport avec l'album des Rolling Stones?


Danko Jones : Non, vraiment pas, je ne savais pas qu'ils avaient cet album donc ça ne m'a même pas traversé l'esprit! Tu vois, il y a 15 ans, au début de ma carrière, avant les groupes comme les White Stripes ou les Vines, on entendait que le Rock n' Roll se reposait sur ses lauriers, que ce n'était plus un style qui attirait vraiment. C'était plutôt le Rap, le RnB, la musique électronique... Quand tu vois des artistes comme Kanye West, Arcade Fire, Rihanna, Lady Gaga... Ce sont les plus grands représentants de la Pop-Rock! On peut parler de Lars Ulrich ou de James Hetfield, mais personne n'est arrivé à leur niveau seulement en faisait du Rock And Roll. Donc en terme de popularité, on peut dire que le rock s'est laissé aller. Jack White est selon moi celui qui pourrait peut-être le mieux représenter le Rock And Roll, même s'il y a un gouffre entre ce que gagne Lady Gaga et lui. J'adore ce mec, il est extraordinaire. Mais voilà, je pense que le rock s'est fait malmener des dernières décennies.


Tu nous disais la dernière fois qu'on te reprochait souvent de faire la même chose. Est-ce qu'avec cet album, beaucoup plus punchy, plus soutenu que les précédents, c'est une façon pour toi de les faire taire?


Danko Jones : Non du tout, pour moi c'est un autre album de Rock, pas forcément plus dur que les autres. Comme je l'ai dit, j'aime les groupes qui sont fidèles à ce qu'ils sont. Slayer ne va pas faire du Rock, ils vont faire du Slayer. Et quand on dit: "C'est du Slayer" ou "du Maroon 5", on voit tout de suite ce que c'est. Je commence à entendre que ci ou ça ressemble à du Danko Jones, ce qui est très flatteur! J'estime qu'on a fait notre boulot et atteint un son qui nous est propre. Ce qui n'est possible que si les albums que tu sors sont assez consistants. Quand tu aimes un groupe et qu'il te donne une dizaine, une douzaine de titres, t'aimerais pas en avoir deux fois plus? Je trouve cohérents les groupes qui restent cloisonnés à ce qu'ils font. Mais on ne va pas faire de plus en plus hard, peut-être que le prochain le sera moins, mais ce sera toujours du Hard-Rock.





La nouvelle jaquette n'est pas encore dévoilée...

Danko Jones : Non, elle n'est pas faite encore!


Qui apparaîtra dessus, Jenna Jameson? (sur la jacquette de "Below the Belt" apparaissait l'actrice de X Ryley Steely, ndlr)


Danko Jones : Oh, je vois où tu veux en venir! Non, il y a 3 semaines, on a fait une séance photo avec le groupe, ça fait dix ans qu'on ne l'avait pas fait, donc je pense que ce sera une photo de groupe. Ça va aussi dépendre des propositions des personnes à qui j'ai demandé de faire la jaquette, on prendra la décision ensemble.


Struck t'avait demandé de choisir entre une éventuelle collaboration entre vous et soit Céline Dion, soit Mélissa Auf Der Maur... Sans hésitation, tu avais répondu Mélissa... Alors, c'en est où? (rires)


Danko Jones : (rires) J'aime beaucoup ce que fait Mélissa, et Atom notre nouveau batteur a joué avec elle! Elle est super, et très sympa mais pas de projet en vue. Je pourrais faire un truc avec Céline, mais ce serait uniquement pour faire du fric! (rires)


'Always Away', 'Terrified' et 'I Don't Care' sont trois excellents titres sur ce prochain album, au tempo rapide, d'excellents riffs assez heavy qu'on a particulièrement aimé à MusicWaves, laquelle est ta préférée sur cet album?


Danko Jones : Ca change pas mal en fait, c'est pareil pour les autres albums, ça va ça vient. J'adore 'Terrified' aussi, 'Legs' et la dernière 'I Believe In God', qui termine parfaitement l'album avec les éléments gospel. Mais je les aime toutes!


Du coup, vous avez une idée de laquelle sera le premier single ?


Danko Jones : On n'a pas encore choisi, on en parlait justement hier avec le groupe, mais on a une petite idée de laquelle ce sera. Le single doit être bien choisi, c'est la chanson qui va devoir le mieux représenter l'album, résumer où le groupe en est de sa musique, et en dire plus sur son œuvre au delà de ce que les fans connaissent - parce que quand j'aime un groupe, je m'en fous du single, je vais tout écouter de toute façon parce que j'aime le groupe. C'est super important pour atteindre de nouvelles personnes, ou bien "Hey, tu te souviens de ce groupe, voilà ce qu'ils viennent de sortir", c'est celle qui va attraper un public.


Est-ce que ce n'est pas le but de la première chanson d'un album quand tu choisis la numérotation des pistes?


Danko Jones : Oui, mais pas seulement. Il y a aussi la façon dont s'enchaînent les chansons les unes après les autres. La première piste doit saisir l'attention, susciter rapidement la curiosité, mais on doit aussi veiller à ce qu'à la 8eme, l'auditeur n'ait pas abandonné à cause de ça. Je sais qu'il y a des groupes qui commencent un album avec tout ce qu'ils ont, parce que la première attention est très courte et donc mettent les chansons les plus heavy en premier. Nous, on veut aussi s'assurer de mettre des hits en fin pour inciter à écouter l'intégralité. Sur ce dernier album, une de mes chansons favorites est 'I Believe In God', et en théorie, il faut tout écouter pour y arriver, on ne l'a pas mise en premier exprès. Quand on les numérote, on pense vraiment en terme d'album et de construction de l'album. Mais quand on est dans la composition, dans l'écriture des chansons, on ne pense pas à tout ça : séquence, singles ou ce qui va faire un hit. Le seul critère c'est : est-ce que cette chanson défonce? C'est tout ce qui nous importe.


La basse est vraiment mise en valeur sur cet album. Sur 'Legs' par exemple, tout tourne autour d'elle...


John Calabrese : C'est clair! Dès qu'on égalise le volume des guitares et de la basse, cette dernière vous saute à la gueule, et on s'en rappelle! C'est dû à la façon dont ça a été mixé au final. Le précédent album avait un son plus renfermé. Là, c'est bien large, ça part dans tous les sens, on entend bien tout, c'est net.
Danko Jones : Ca me va de laisser la basse en premier plan. On est un groupe de 3 musiciens donc la basse, c'est comme une deuxième guitare! Sur le mix, j'ai tendance à faire plus attention à la voix et où elle se positionne, plus que ma guitare.


Comment a été fait cet album? Vous avez recruté Atom dernièrement et vous ne vivez pas à côté, ça s'est passé comment?


Danko Jones : On savait qu'on pouvait jouer nos chansons ensemble mais on ne savait pas si ça allait coller en terme de compo, de jam et si on était bien sur la même longueur d'onde, etc... Mais dès le premier jour, c'était devenu une certitude, on avait déjà quelques chansons!
John Calabrese : Effectivement, Atom est rentré dans le groupe il y a un an (Atom a joué pour The Offspring, Angels & Airwaves et Social Distortion, entre autres). On a pas mal tourné dans les festivals ensemble. Il était fan du groupe donc il connaissait bien les chansons. On le connaissait bien donc on savait qu'il était au point. À ce point de notre carrière, on ne voulait pas faire passer d'auditions, on lui a juste demandé s'il voulait jouer, il a dit oui, et c'était bon. Bref, on a commencé l'écriture en août dernier. On répétait ensemble, et au bout de quelques jours, à raison de 8h d'affilée ensemble, on commençait à accumuler des idées. Quand Atom était à Los Angeles, il faisait un saut à Toronto 3-4 jours, on se retrouvait et on bossait. À force, on s'est retrouvé avec une quarantaine de chansons, parmi lesquelles on a dû trancher.


Comment est-ce possible?


John Calabrese : quand t'es dans ce milieu, il faut accepter l'idée que rien n'est précieux. Quand tu écoutes tout, tu peux vite savoir lesquelles tu peux améliorer ou simplement abandonner pour faire mieux, ou encore "celle-ci ne va pas se fondre avec les autres".


Quitte à les mettre sur des B-sides?


John Calabrese : Voilà, ensuite on a décidé le titre, "Rock And Roll Is Black And Blue", pour illustrer le Rock pris dans cette bataille où on essaye de l'écraser, et il se défend avec ses gros riffs. Donc nous voilà en studio avec 16 chansons. On a d'abord posé les pistes de batterie en premier, ensuite, vu que les vocaux de Danko étaient techniques, on a étalé les prises au maximum sur les 4 semaines d'enregistrement pour qu'il récupère, quitte à poser au début sur les scratch de batterie et basse. On a terminé par la basse. Pour le mix, on a pas mal utilisé le net pour échanger les sons, c'était la première fois qu'on faisait comme ça, et ça a bien fonctionné! En fait, il y a eu une période où on était en Suède avec Danko, Atom était à Los Angeles et notre mixeur à Vancouver, donc on n'avait pas le choix! Il y a eu des jours où on était debout à 4h du mat pour avancer sur le boulot... Mais quand tu fais ce que tu aimes, c'est pas grave! Et le résultat y est, et c'est ce qu'on voulait.
Danko Jones : C'était très intéressant et très productif en fait. Voyager autant pour jammer et composer, je peux te dire qu'on en profitait! Quand on habite près, on est tenté de jouer une heure ou deux, y réfléchir, rentrer chez nous... Alors que là, on jammait des heures et des heures, pendant 4/5j d'affilée, on amassait les bonnes idées, ça allait super vite. Je n'avais plus ressenti ça depuis la création du groupe en 96. Il y eu cette espèce d'alchimie instantanée entre nous. Et ça à duré jusqu'à la fin de la compo, c'est dans les dernières sessions qu'on a écrit Terrified. On savait où on allait et ce qu'on voulait. Quand on est tous rentré chez nous ensuite, on échangeait beaucoup, proposait encore des choses... On a dû se forcer d'arrêter à un moment. On avait un certain nombre de bonnes chansons, et il fallait commencer a choisir celles qui iraient sur l'album.
Presque 40 chansons entières d'écrites : tu les joues plusieurs fois, tu aimes l'idée, donc tu enregistres le scratch et tu passes à autre chose.
Tu vois, celles qui sont sur l'album sont vraiment les bonnes, les meilleures qu'on ait écrites pendant ces sessions. Il n'y en a pas que je regrette ou bien où j'ai pensé qu'il ne fallait pas enregistrer. Pour "Below The Belt", on a hésité sur 2 chansons dont 'Legs' qu'on a enfin mise sur cet album. En fait 'Legs' n'était pas complètement aboutie, je voulais l'améliorer, on avait le refrain et couplet, mais pas la fin. Je savais qu'avec une bonne fin, la chanson pouvait être excellente. Et tu vois, c'est peut-être ma préférée, ou du moins dans mes préférées de l'album. Elle n'était pas faite pour être sur "Below The Belt" de toute façon, donc on l'a reprise plus tard. Le timing était parfait.





Vous jouez au Trabendo le 26 octobre prochain, l'album sera sorti?

John Calabrese : oui, la date de sortie n'est pas encore officielle, mais il sera sorti d'ici là et on jouera les nouvelles chansons (depuis la date annoncée est fixée au 17 septembre, ndlr).


Vous ne les jouez pas encore live?

John Calabrese : Non, pas encore, on tourne sur les festivals en ce moment. On a pensé qu'il serait mieux de les garder pour la tournée.


Vous devez avoir hâte de les tester live, non?

John Calabrese : Oui, c'est clair, mais on veut aussi prendre du temps pour les répéter ensemble! (rires)


Vous avez sorti un DVD récemment : "Bring On The Mountain"...

John Calabrese : Ce sont les Diamond Brothers qui ont eu la lourde charge de s'en occuper. Le processus à duré plus de 2 ans, ils ont rassemblé toutes les vidéos qu'ils ont pu de notre carrière, et ont monté un documentaire d'une heure et demi résumant nos 15 ans d'activité dans le groupe, nos clips (14), les live, filmés en amateur, ça tremble carrément, et la trilogie (les trois derniers clips du groupe qui forment une histoire en trois parties).
Danko Jones : On avait cette idée depuis longtemps mais d'une, on n'avait pas d'histoire à raconter, de deux, le groupe ne s'était pas encore complément bien développé, et on avait pas le footage. Ça nous a donc pris du temps de rassembler tout ce contenu. Une partie vient de bootlegs faits par des amis au tout début, ou des fans locaux qui nous ont aussi fourni leurs vidéos. Il y a aussi des extraits de ce qu'on a pris nous-mêmes sur des tournées, ou festivals. Quand on a tout récupéré, on en avait tellement que les Diamond Brothers ont dû embaucher des personnes pour tout regarder et choisir parmi le contenu. Quand j'ai réalisé tout ce qu'il y avait, je n'ai pas voulu m'impliquer, il y en avait simplement trop! Il y avait plusieurs jours voire semaines de contenu, t'imagines? C'était un boulot monstre et je suis très content du résultat, ça rend super bien, le package est beau. Et le summum cette année, c'est le livre, une biographie du groupe qui sort en octobre. Ça s'appelle "Too Much Trouble, Oral History". L'écrivain journaliste musical Stuart Berman (à qui on doit la biographie des Broken Social Scene, Pitchfork, CMJ, Spin Magazine...) a commencé l'écriture en août 2010, et a interviewé plus de 70 personnes pour ça : Lemmy de Motörhead, Jello Biafra (ex chanteur des Dead Kennedys, NDLR), Damian Abraham des Fucked Up, Morbid Angel, Obituary, Broken Social Scene, Dizzy Reed, et ce sont leurs citations et témoignages qui racontent l'histoire. Donc avec le documentaire et le livre, tu as à peu près tout ce qu'il faut savoir sur le groupe. On s'est dit qu'après 15ans... On voulait le faire avec notre précédent batteur, mais on est passé par pas mal de changements.

Rassurez nous, ce ne serait pas une façon de sortir une sorte de jubilé avant de se retirer, au moins?
John Calabrese : (rires) Non, pas du tout! C'est plutôt au contraire : "Ok, voilà ce qu'on a fait jusqu'à maintenant, voilà qui on est" pour ceux qui ne nous connaissent pas. C'est une séance de rattrapage! Mais non, ce n'est pas un This Is It! On ne donne pas notre cœur à faire peser avant le jugement final! C'est un bon format pour présenter qui on est.
Danko Jones : Quand on sort un album ou qu'on tourne, on doit à chaque fois faire un bilan de ce que nous sommes, mais les gens ne savent pas forcément tout de nous, que ça fait si longtemps qu'on joue, qu'on tourne, et je pense que personne n'a pris le temps de faire cet état des lieux. On est un groupe difficile en ranger dans une case. On peut aussi bien jouer au Hellfest que sur des festivals plus mainstream. Ça nous a fortement aidé, parce qu'on a pu toucher un public plus large, mais aussi nui parce que les gens ont besoin de nous catégoriser et c'est difficile : "C'est pas du métal, on ne peut pas les inviter"... "mais qu'est-ce qu'ils font?"... "On dirait une sorte de Metal, Hard Rock..." mais voilà, on est un groupe de Hard! Mais c'est un genre musical qui a presque disparu aujourd'hui! C'est un libellé facile à utiliser, et très commun, mais on ne l'utilise plus correctement! C'est comme "j'adore cette bagnole, elle est Rock And Roll!" Mais qu'est-ce que ça vient foutre là? Le Rock And Roll, c'est de la musique! Les Guns n Roses, Motörhead, mais aussi les Stoogies font du Rock tout autant que les Hives! Ils sont pourtant très différents! Mais voila, c'est un genre qui est devenu très compliqué. Nous, on essaye de lui redonner une signification. Ça fait plus de 15 ans qu'on le soutient, et qu'on est toujours là! Tous les groupes ne peuvent pas le dire, par faute de moyen, d'envie, d'implication... Tu vois, j'ai des amis dans cette situation, donc je ne veux pas trop leur jeter la pierre, mais il y a des groupes qui abandonnent en plein milieu, laissent passer le temps et se reforment. Et à ce moment-là, ils sont encensés. Nous non, ça ne nous a jamais arrêté, on a eu des moments difficiles aussi, là où d'autres groupes se séparent parce qu'ils marchent moins ou vendent moins d'albums et ont tous les crédits quand ils se reforment. Tout le monde passe par ces phases là. Mais encore une fois, j'ai du mal à en parler parce que j'ai des amis qui ont fait exactement ça et qui se renflouent quand ils reviennent parce que tout le monde veut les voir. Je les comprends, mais au fond de moi je me dis: "Putain, nous, on n'a jamais abandonné!" Le DVD va remettre les choses en place, montrer qui on est vraiment et ce qu'on fait. C'est intimiste. En comprenant d'où on vient, on comprend mieux qui on est.

Merci beaucoup Danko et John et on vous donne rendez-vous le 26 octobre prochain au Trabendo pour la présentation de cet excellent opus!


Plus d'informations sur http://www.dankojones.com/
 
(1) COMMENTAIRE(S)
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'article, ajouter quelques anecdotes, quelques connaissances ou tout simplement raconter votre vie...
 
PETE_T - 03/09/2012 15:41:25
0
Très belle interview du nouveau PhilX...ça promet pour la suite...
Haut de page
 
Main Image
Item 1 of 0
 
  • 651
  • 652
  • 653
Haut de page
EN RELATION AVEC DANKO JONES
DERNIERE CHRONIQUE
A Rock Supreme (2019)
A défaut d'avoir réinventé le genre, Danko Jones rend avec "A Rock Supreme" un bel hommage aux plus grands du style à travers onze pistes qui plairont aux amateurs. Toutes les chroniques sur DANKO JONES
DERNIERE ACTUALITE
DANKO JONES : Nouvelle vidéo
VIDEO
Toutes les actualités sur DANKO JONES
AUTRES ARTICLES
ARTICLE PRECEDENT
KREATOR (20 AVRIL 2012)
A l'occasion de la sortie de "Phantom Antichrist", une des légendes du thrash metal Miland "Mille" Petrozza s'est longuement entretenu avec Music Waves sur sa vision de la société, du thrash, de la carrière du groupe... Extraits...
 
ARTICLE SUIVANT
KILL FERELLI (JUILLET 2012)
Musicwaves a eu le plaisir de discuter avec Kelly Kockelkoren de sa tournée avec Anneke Van Giersbergen et du premier album de Kill Ferelli, un nouveau venu sur la scène Rock européenne.

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020