MW / Accueil / Articles / INTERVIEWS - SÉBASTIEN TELLIER (24 JUILLET 2012)
TITRE:

SÉBASTIEN TELLIER (24 JUILLET 2012)


TYPE:
INTERVIEWS
GENRE:

POP



"C’est ça mon art : c’est la définition de la bonne baise !"
STRUCK - 04.10.2012 -
2 photo(s) - (0) commentaire(s)

Quelle est la question qu’on t’a trop souvent posée ?
Sébastien Tellier : Déjà on m’a trop souvent demandé : "Pourquoi l’Alliance bleue ?". Depuis des mois, je le dis partout : c’est un mouvement qui est la continuité de mon album tout simplement !

Justement ce nouvel album "My God is Blue", tu ne trouves pas qu’on n’en parle pas assez ?
Si totalement !

En clair, tu n’en as pas marre que l’on te parle que du concept qui au final risque de phagocyter et décrédibiliser totalement ton œuvre musicale ?
Et c’est bien malheureux parce que justement, comme j’aime le dire, je suis un penseur qui fait de la cheap philosophie. Donc ma pensée a peu d’intérêt : je suis une sorte de Bernard Henri Levi qui aurait arrêté les études au CP !
Ce qui est important ce sont mes notes et mes notes dépassent bien le niveau de CP, mes notes expriment vraiment quelque chose ! Mais je n’ai pas l’impression que le public français soit prêt à écouter les notes. En Angleterre, les gens sont prêts à écouter les notes c'est-à-dire en Angleterre, les gens écoutent les lignes de basse, écoutent la batterie etc… En France, ce n’est pas le cas ! Qui va écouter les lignes de basse de la chanson d’Anguun ? Tout le monde s’en fout !

Pour t’être frotté au public européen lors de l’Eurovision 2008, il semblerait que le public européen ne soit pas prêt non plus à écouter tes notes comme en témoigne ton classement somme toute médiocre avec le titre "Divine" qui était pourtant une chanson pop au refrain entêtant ?
Je comprends ! En fait, il y a les tubes à la Rihanna que j’adore, après il y a d’autres tubes comme ceux de Patrick Bruel que je respecte même si je m’en fous (Sourire) et puis après, il y a des tubes à ma manière c'est-à-dire que ce sont des tubes qui sont peut-être underground en France. Mais finalement, je fais des tubes énormes ! Par rapport à Michael Youn qui vend bien en France, je fais de la musique underground - ça c’est sûr - je fais de la musique intellectuelle, je fais de la musique sensationnelle, je ne sais pas… Mais sincèrement, le public français, je m’en branle totalement ! C'est-à-dire que si ça ne marche pas en France, ça fera quoi ? Une différence de 40.000 ventes… Et alors ?

Mais on évoquait ton échec à l’Eurovision qui dépasse le simple public franco-français…
Oui l’Eurovision, c’est européen ! Je veux dire que tout le monde s’en branle de l’Eurovision ! Tous ceux qui participent à l’Eurovision savent très bien que c’est très bas de gamme ! Enfin, à la fois, c’est bas de gamme mais c’est aussi super punk : les gens font parfois tellement n’importe quoi !
(Silence) Très franchement, si je peux parler très sincèrement de l’Eurovision, je dirais que c’est de l’énorme merde en barre mais il y a quand même des côtés sympas : déjà, ce sont les Jeux Olympiques de la musique et le fait d’y participer, c’est pas mal…

Donc tu y allais pour participer ?
Non, je veux dire que tu es tiré au sort… enfin, ce sont des faux intelligents qui te prennent ! Il n’empêche que ce qui a été génial avec l’Eurovision pour moi c’est que ça m’a apporté un nouveau public. L’Eurovision, c’est 90% de part de marché en Scandinavie et là-bas, quand ils voient un chanteur s’exprimer à la télé, ils achètent. Ce qui fait qu’à l’exception de i-tunes, le meilleur score en termes de ventes "concrètes" de disques, c’est en Scandinavie que je l’ai fait. J’ai été Top 7 grâce à l’Eurovision justement.

Au final, l’Eurovision m’a apporté un public qui m’a sorti d’une image d’intellectuel c'est-à-dire qu’auparavant, on a toujours cru que j’étais un intello : les parisiens intellos venaient à mes concerts en faux barbus… tu vois ce que je veux dire ? Et maintenant grâce à l’Eurovision, j’ai un public de jeunes, un public qui vient s’amuser, un public ouvert et ça, ça n’a pas de prix ! On a beau tout calculer, on a beau être dans les papiers de l’intelligencia - non parce que l’autre jour, je voyais à la télé Fabrice Collaro, le mec qui a fait le Bébête Show qui disait qu’il avait été tué par l’intelligencia mais non, tu vis par l’intelligencia ! - Et donc, ce que je viens de faire, ce sont des trucs qui sont contre eux et qu’ils adorent ! Mais personnellement, j’en ai rien à foutre de l’intelligencia, ce que j’aime c’est faire des choses qui peuvent plaire à tout le monde : je n’ai pas encore réussi, c’est pour ça qu’on dit souvent que je suis un artiste en devenir ! Le but de ma vie artistique, c’est de plaire à tout le monde !

[IMAGE1]

Pour en revenir à ton album, ton périple peut rappeler celui des Beatles qui ont trouvé l’inspiration en Inde…
Oui, ils sont partis je ne sais où ! Oui, exactement !

… en effet, cet album est riche et fourmille d’idées comme "Pepito Bleu" incantatoire avec une voix à la Gainsbourg…
(Visiblement pas content par la comparaison) M’ouais…

… "Cochon Ville" au rythme à la Cerrone, "Sedoulus" avec un côté Polnareff sur le plan vocal et des claviers atmosphériques…
Merci…

… le très beau "Magical Hurricane" atmosphérique minimaliste…
(Visiblement touché qu’on vienne à lui parler -enfin ?- musique) Merci, merci…

… et des moments grandiloquents électro ("My Poseidon"), des touches électro très Daft Punkienne… te reconnais-tu dans ces influences ou pas du tout ?
Bien sûr parce que par exemple, une chanson comme « Magical Hurricane » pourquoi je me reconnais dans cette chanson ? Déjà parce que je trouve que c’est une belle ballade. Après, il y a plein de gens qui font de belles ballades mais ce que j’ai fait avec le producteur, c’est qu’il faut la prendre comme une ballade dans la jungle où les plantes sont très vertes, les champignons poussent tranquillement… Mais après, il fallait choisir à quel moment de la journée se situait cette ballade : le matin, la soirée, l'après-midi ? Et c’est ça que j’ai essayé de faire ! Ok, cette chanson est une ballade dans la jungle mais on a décidé que c’était le matin. Et le fait que ce soit le matin, ça s’exprime ! Et moi, c’est ça qui me plait en musique, c’est d’être raffiné au point de choisir l’horaire de ta chanson et que le son des synthés, le son de la batterie, le son de la voix… détermine l’horaire ! Je trouve ça fantastique alors que les autres font des trucs couplets/ refrains… je ne sais pas, que des merdes…

J’essaye de faire de la lumière, j’essaye d’éclairer mes œuvres, j’essaye d’avoir un angle sur le monde, j’essaye d’être un véritable artiste : c’est là où réside l’intérêt de mon art ! Bien sûr, mon art, on peut le manger comme un chewing-gum ! Bien sûr, quand on mange un chewing-gum, on mâche, on déguste le plaisir et puis après, quand il devient dégueulasse soit on le crache, soit on l’avale ! C’est exactement ça mon art, c'est-à-dire que dans un premier temps, soit ça te fait dégueuler soit tu l’avales totalement et il y a d’autres personnes qui se demandent si ils vont le dégueuler ou pas… Il n’empêche que ce que je fais c’est précis, c’est archi-précis !

C’est comme Van Eyck, le peintre, personne avant lui n’a su peindre des miroirs. Quand on regarde dans un miroir, on a l’impression de se voir mais non, l’image est déteinte par le miroir, ça dépend de la forme du miroir ! Parfois, il y a des miroirs qui déforment, qui rendent plus grand, qui rendent plus gros, il y a des miroirs qui rendent plus beau, qui rendent plus intelligent... et moi, j’essaye de percer le secret du miroir pour me voir dans ma musique comme un être parfait : ce que j’aimerais, c’est être un messie qui ne veut pas être messie, c’est être Jésus mais qui ne vient pas d’une Sainte, c’est être Moïse mais qui n’ouvrirait pas la mer ! Ce que j’aimerais finalement c’est être un leader d’opinion mais sans le vouloir. C’est vraiment mon but parce que je pense que justement ceux qui peuvent contrôler le Monde aujourd’hui - bien sûr, il y a les patrons de Google et je ne sais pas quoi, ok ce sont les vrais maîtres du Monde - mais je rêve d’autres maîtres et les maîtres tels que je les imagine sont des mecs comme moi, des leaders d’opinion !

Pour en revenir à ta musique, tu parlais de l’horaire musical matinal de "Magical Hurricane", je suppose que le titre "Mayday" et son saxophone jazzy a été composé en pensant à la soirée ?
Ouais ! En fait, j’ai fait cette chanson qui est une prière pour que ma femme vive bien toute sa vie… C’est un appel à Dieu pour qu’il protège ma femme. C’est exactement comme ça que je le vois c'est-à-dire que la religion n’est pas quelque chose qui est faite de façon personnelle, c’est fait de façon à ce que le monde se passe bien. Faut comprendre que la religion c’est juste un exemple, des propositions de société… des propositions musulmanes, chrétiennes, juives… il y a plein d’autres propositions… Après on adhère, on n’adhère pas mais pour moi, elles sont toutes supers mais ce qu’il faut, c’est réussir à trouver laquelle te correspond et je trouve que les jeunes d’aujourd’hui, que ce soit ceux qui viennent de banlieues d’où je viens ou du lycée Carnot de Paris, on a tous besoin d’un truc futur.
Et ce futur-là, ce n’est pas à travers la religion qu’on l’apprend. C’est à travers une autre forme et je pense que vraiment malgré le fait que le business de la musique soit détruit, l’effet psychologique, l’effet intellectuel de la musique n’a jamais été aussi fort ! Je pense qu’on est vraiment à un moment où on peut tout renouveler grâce à la musique. On n’y est pas encore mais je sais que ça sera ça ! Le monde marche par cycle et on sait bien que la musique a déjà renouvelé le Monde avec les Beatles… et moi aussi, j’ai envie de faire ça mais bien plus tard et d’une façon bien nouvelle !

On se rend compte que tu as beaucoup de choses à dire concernant ta musique. Malgré tout cette dernière est résumée au concept de l’Alliance bleue ou encore le clip de "Cochon Ville" censuré… N’est-ce pas préjudiciable ce côté provoc que certains peuvent considérer comme commercial ?
Non mais moi, je m’en fous ! Pour moi, il faut vraiment être un débile mental pour penser que c’est une démarche commerciale ! Tu prends une chanson de Pascal Obispo ou de Florent Pagny, je suis d’accord, tu peux parler de démarche commerciale mais une de mes chansons - franchement - faut pas déconner ! Les gens ont pris comme commercial, la chanson "Cochon Ville" : c’est encore une intro de 3 minutes, je chante pendant 30 secondes : c’est tout sauf une structure commerciale !

Il faudrait vraiment que je sois con si je voulais faire du commercial, je choisirais une autre voie que celle-là !
Est-ce qu’on se fait encore du fric dans la musique ? Non !
Est-ce qu’on se fait du fric dans le pétrole ? Oui !
Est-ce qu’on se fait du fric dans l’armement ? Oui !
Est-ce qu’on se fait du fric dans le bâtiment ? Oui !

Je veux dire il y a plein de voies pour se faire du fric ! Franchement choisir la musique pour faire du commercial : faudrait vraiment être super con ! Les gens qui peuvent penser qu’on choisit de chanter des chansons pour se faire du blé n’ont rien compris ! Ok avec une chanson, tu peux te payer une petite baraque de 100 m² à Cannes mais les mecs qui sont vraiment commerciaux vont s’acheter non pas 100m² mais 6.000 m² et pas à Cannes mais à Miami !

Franchement, faire de la chanson, c’est tout sauf vouloir être riche ! Bien sûr, tous les musiciens rêvent de yachts, d’hélicoptères, de vêtements en fourrure mais il n’empêche que quand tu fais de la musique, tu es beaucoup moins riche que les mecs qui veulent vraiment faire du fric ! Je connais des hommes d’affaires en une demi-heure, ils se font ce que je me fais en un mois et demi. Mais souvent, c’est une vie de merde, tu ne t’exprimes pas, tu ne fais qu’écraser ta gueule devant les autres et tu as des réunions avec des Chinois où tu fais semblant d'adorer les œufs pourris parce que c’est ce qu’ils bouffent au petit déj’… Personnellement, j’en ai rien à foutre de cette vie-là ! Pour moi, la vraie vie c’est la liberté ! Comme disait la pub de la Renault Espace, le luxe c’est l’espace : bien sûr ! Je veux mon espace pour vivre et je veux juste l’espace pour être le roi de mon propre royaume, les autres je m’en fous !

Donc, on l’a bien compris, il n’y a aucun aspect commercial dans ta musique dans le cas contraire, tu n’aurais pas appelé "Pépito Bleu" mais "Oréo Bleu" qui fête ses 100 ans cette année !
Tu vois ça ! Il faut quand même se rendre compte que quand un mec fait un film, quand un mec écrit un livre… les mecs qui font ça que pour le pognon, on les repère ! Il ne faut vraiment pas être futé pour les confondre ! Je n’y peux rien si ce que je fais est efficace ! Ce n’est pas commercial, ça n’a rien à voir ! Kubrick, il n’est pas commercial, il est efficace ! Moi, c’est exactement pareil !

Concernant l’efficacité de ta musique, comment juges-tu tes premiers albums ?
Minable (Sourire) ! J’ai tout foiré ! De toutes façons, je foire tout depuis le début ! C’est vrai que la beauté de mon art vient de son imperfection justement ! On écoute Abba, on écoute les Beatles, on écoute Daft Punk… parfois, ils font des chansons parfaites ! Chez moi, tout est imparfait ! Tout est lutte ! Tout est symbolique du chemin de croix : je suis un mec comme Dali, Yves Saint Laurent… Je n’ai pas eu de don, Dieu ne m’a pas servi mais pourtant, je crois en Dieu et pourtant, je continue d’avancer. Et même si Dieu ne m’a pas donné le don de la musique, je vais quand même faire de la musique !

Au-delà de la note comme je le dis souvent, il y a l’âme de l’artiste c'est-à-dire que si on considère que la musique ce sont des notes, dans ce cas-là, Bob Dylan, c’est pourri… parce que Bob Dylan ne reprend que des trucs country et encore que de façon vraiment basique parce que pas mal de mecs du milieu country l’ont dépassé au niveau harmonies ! Donc, dans ces conditions, on peut dire que Bob Dylan c’est de la merde mais non, ce n’est pas de la merde : pourquoi ? Parce qu’il a le mec, il a une âme, il a un supplément d’âme… Ce n’est pas n’importe qui Bob Dylan, c’est quelqu’un de spécial !

Donc tu considères à l’instar d’un Bob Dylan que bien qu’imparfaite, ta musique a une âme ?
Voilà exactement ! Je ne fais pas de la musique pour que la musique soit parfaite. Je fais de la musique pour qu’on reconnaisse mon âme et à travers ses défauts aussi. Les choses auxquelles je crois, c’est qu’un homme est à la fois quelqu’un d’intelligent parce que bien sûr, on est plus intelligent qu’un raton laveur et à la fois complètement con, on est bien plus con que l’Univers, on est bien plus con que la pierre, on est bien plus con que le Big Bang… C’est hallucinant franchement !

Si tu devais choisir un titre de ta discographie pour faire découvrir ton âme justement à quelqu’un qui ne te connaîtrait pas, quel titre choisirais-tu et pourquoi ?
Je dirais le mystère, le mystère parce que qu’est-ce qui compte ? C’est le mystère ! Admettons, on va dans une crêperie à Bordeaux, tu marches dans une rue piétonne de merde et puis à un moment, tu vois une crêperie où le carreau de la vitrine est un peu jaune : donc tu as l’impression que la crêperie à l’intérieur est géniale. En plus, les gens à l’intérieur voient les gens à l’extérieur à travers cette lumière jaune en se disant que la rue est charmante… Alors que tout est pourri finalement : la rue, la crêperie… C’est juste le fait de s’imaginer ce qui a juste derrière la limite : c’est ce que j’essaye de faire : présenter ce qu’il y a juste derrière la limite !

On dit que je suis un provocateur mais pourquoi ? Je n’ai pas envie de dire aux gens que la sexualité, c’est une paire de couilles qui entre dans le cul : j’en ai rien à foutre ! Justement, j’essaye de créer une espèce de rideau ! Par exemple, je fais souvent l’amour avec ma femme dans le tour bus et ce qui nous sépare des autres, c’est juste un petit rideau tout fin et ça, c’est excitant ! Quant tu baises derrière un rideau tout fin et que tu sais qu’il y a des gens qui passent juste derrière c’est comme dans "L’amant" : à un moment, ils baisent dans un rez-de-chaussée et ce qui les sépare de la rue, ce sont juste des rideaux semi-transparents !
Ce qui est beau dans la baise, ce n’est pas tant faire une partouze devant les autres, ni d’être caché en baisant dans le noir mais c’est l’entre-deux : on pourrait te voir mais on te voit pas ! C’est ça mon art : c’est la définition de la bonne baise ! Il y a un mystère, en même temps, c’est super accessible et voilà !

[IMAGE2]

Que voulais-tu faire gamin ?
Gamin ? Pilote de chasse parce que j’adorais la vitesse ! Maintenant, je trouve que la vitesse, c’est un truc de bouffon ! J’aurais également voulu être un grand scientifique parce que ce qui me passionnait à l’époque c’était la vie éternelle ! Je ne comprends pas pourquoi des budgets existent aux Etats-Unis, au Mexique sur la guerre contre la drogue… Quelle connerie ! Il faut savoir que la drogue qui vient d’Amérique du Sud est très bonne et que les mecs qui en prennent sont très biens.
Non les vrais combats sont d’ordre scientifique, tu ne peux pas te dire que tu vas continuer à vivre en étant malade. Nous-mêmes, nous vivons tous en ayant peur du cancer ou du gluten qu’il y a dans notre bouffe… Ca, c’est de la grosse merde ! C’est ça qu’il faut soigner, c’est notre rapport à la maladie, notre rapport à la souffrance physique… Les artistes sont juste là pour divertir les scientifiques !

Tu voulais être pilote de chasse, penses-tu que tu sois devenu chanteur pour conquérir la gente féminine comme peut le suggérer le clip "Cochon Ville" ?
Non, soit j’étais suicidaire… et j’allais crever à 15 ans ! J’ai fait mon premier ulcère à 15 ans. Donc déjà à 15 ans, j’étais submergé par la médiocrité : elle me faisait mal ! Et puis, mes parents ont voulu que je devienne musicien. Donc à la fois, j’avais un rejet du Monde et des parents qui m’encourageaient à rejeter le Monde ! Donc forcément, j’étais à fond là-dedans ! Franchement, quand on est musicien, on est gâté parce qu’on a le droit d’avoir une vie parallèle : je peux te dire n’importe quoi "J’aime les putes !"... Tout passerait ! Il n’empêche que dans le vrai monde : non et on a besoin de chemin et j’essaye d’être ce chemin.

On a commencé l’interview par la question qu’on t’avait trop souvent posée au contraire, quelle est celle que tu souhaiterais que je te pose ?
Pourquoi je fais tout ça ?


Et pourquoi fais-tu tout ça ?
C’est pour mettre en valeur la tendresse, c’est pour mettre en valeur la douceur. Qu’est-ce qu’il y a de mieux qu’une maman qui chérit son gosse ? On a beau se faire chier entre mecs : ah c’est super dans les vestiaires de rugby, tout le monde montre sa bite : cool ! Non ce que j’aime c’est l’esprit féminin : comment élever un enfant, comment imaginer le futur… Si j’avais un esprit à donner, ça serait un esprit de maman justement, quelque chose de chaleureux, tout le reste j’en ai rien à foutre ! Quand tu vois les mecs dans le Sentier qui passent en scooter en frimant parce qu’ils ont des Converse : ça me fait vomir !

Je pensais qu’une des questions que tu aurais souhaité était "Comment faire pour adhérer à la communauté ?"
L’Alliance bleue ? C’est très simple, il suffit de passer par le site Internet. Actuellement, il est en travaux donc c’est difficile. Mais l’Alliance bleue est ouverte à tous. D’ailleurs, ça serait complètement con si je te disais l’inverse parce que ça serait l’inverse de mon message ! Ce que j’aime, c’est justement une ouverte totale. Dans un premier temps, ce que je veux c’est avoir l’impression de vivre dans un parc d’attraction c’est vrai et puis après, les gens se rendront compte au fur et à mesure que l’attraction est en eux !

Pourquoi il y a des mecs qui achètent des Rolls, pourquoi il y a des mecs qui achètent des Range Rover ? Parce qu’ils sont juste eux-mêmes, ce sont des pauvres mecs ! Mais autour d’eux, ils créent des sirènes. Pourquoi on achète des beaux costards, pourquoi des mecs achètent des Ralf Lauren à 120 euros plutôt qu’un Jacadi -je ne sais pas si ça existe ?- à 20 euros ? Juste pour créer autour d’eux, un truc du style : "Tu as vu qui je suis ?". Mais moi, je n’en ai rien à foutre ! Je pourrais rouler en Renault Clio, on saurait qui je suis ! C’est ça qu’il faut que les mecs comprennent ! On n’est pas dans une société de compétition. Il faut arrêter la compétition ! Non, l’important c’est la culture, c’est ça qui créé l’immunité !

Et ça pourrait être le mot de la fin aux lecteurs de Music Waves…
Bien sûr, l’important ce qui compte c’est la culture pas le fric ! Allez maintenant j’arrête la promo, j’en ai rien à foutre… Mon attaché de presse ne comprend pas bien la musique, sérieux ! Elle empiète sur mon espace de liberté (Rires) !

Merci de m’avoir accordé ta dernière interview alors !
(Rires) Génial !


Un grand merci à Pauline de Barclay pour avoir rendu possible cette rencontre…


Plus d'informations sur http://www.recordmakers.com/sebastientellier/
 
(0) COMMENTAIRE(S)  
 
 
Haut de page
 
Main Image
Item 1 of 0
 
  • 664
  • 665
Haut de page
EN RELATION AVEC SÉBASTIEN TELLIER
DERNIERE CHRONIQUE
SÉBASTIEN TELLIER: My God Is Blue (2012)
3/5

 
AUTRES ARTICLES
KISSIN' DYNAMITE (16 MARS 2012)
A l'occasion de leur nouvel album "Money, Sex and Power", Music Waves a rencontré les allemands de Kissin' Dynamite... Morceaux choisis...
THERION + ELYOSE + ANTALGIA - 1ER OCTOBRE 2012
En cette soirée où les chanteuses de Metal Symphonique étaient à l'honneur, le Bataclan avait des airs d'opéra...
 

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2021