MW / Accueil / Articles
A PROPOS DE:

T.A.N.K (25 OCTOBRE 2012)


TYPE:
INTERVIEW
GENRE:
DEATH METAL

"Ce qui nous intéresse, c’est de reprendre ce que des groupes comme Meshuggah font d’intéressant et le mettre à notre sauce en le faisant groover"
STRUCK - 08.11.2012 - 2 photo(s) - (0) commentaire(s)
Quelle est la question qu’on vous a trop souvent posée ?

Raf Pener : "Présentez-vous ?" (Rires). En même temps, je ne dis pas qu’elle n’est bien, il faut le faire !


Après avoir été désigné révélation française metal en 2010 n’avez-vous pas un peu la pression à l’aube de la sortie de cet album "Spams of the Upheaval ?

Alors c’est marrant parce que cette pression, nous l’avons un peu ressentie mais pas au titre de "révélation metal". Finalement, ce sont les bonnes critiques du premier album, notamment celles qui se terminaient pas "on les attend au tournant", qui nous l’ont un peu mise. Mais pour tout t’avouer on a essayé de faire abstraction de tout cela avec pour idée de faire un album qui nous plaise ! Si on avait essayé de plaire à untel ou à un autre, on se serait cassé la gueule !


Clairement, est-ce que cette pression ne vous a pas poussé à reproduire un album dans la veine de "The Burden of Will" ?

C’est exactement le contraire ! Sur cet album-là, il n’y a aucune barrière ! L’idée était de composer ce qu’on avait envie de faire ! Evidemment, il y a une cohérence de groupe qu’il faut avoir et que nous voulons garder mais la grande différence avec le premier album c’est que nous avons développé des ambiances qui faisaient peut-être défaut sur le premier.


[IMAGE1]


Quels sont les premiers retours sur ce nouvel album ?

L’essentiel est que nous cinq soyons satisfaits du produit ! Dit ainsi, ça semble évident mais au vu des différents horizons musicaux d’où nous venons, c’est un petit miracle d’arriver à se mettre d’accord sur une même chose ! Maintenant, les premiers retours que l’on a des fans de la première heure sont très positifs ! Et ça nous touche vraiment !


Et comment expliquez-vous cet engouement, surtout dans un style où il y a beaucoup de groupes ?

J’ai l’impression qu’en France de gros groupes tels que Gojira ou Dagoba sont bien implantés alors que beaucoup d’autres, plus jeunes, émergent comme Betraying the Martyrs, nos amis de Beyond the Dust dans un style un peu djent à la mode… Mais nous, nous sommes ancrés dans un style beaucoup plus old-school : le death melodique du In Flames de la première époque qui est clairement notre base musicale ! Et j’ai l’impression qu’il y a un peu moins de groupes comme ça chez nous…


Il y a Scarve ?

J’adore Scarve mais pour moi, c’est du death et ce n’est pas très mélodique !


Les chants de Guillaume Bideau sont quand même super mélodiques pour le coup…

Oui c’est vrai mais c’est tellement bourrin (Rires) !


Peut-on alors considérer T.A.N.K comme le porte-drapeau du mélodeath made in France ?

Je n’aurais la prétention de dire ça parce que ce n’est pas le but !


Mais si moi je te le dis ?

Ça nous fera plaisir ! Maintenant nous ne sommes pas là pour défendre le mélodeath à la française mais de faire la musique que l’on aime. Il faut également savoir que sur ce deuxième album, pas mal de chansons s’éloignent du mélodeath.


Comment arrivez-vous à renouveler un style où tout semble avoir été dit ?

Justement si nous ne faisions que ça, nous ne nous en sortirions pas. L’idée est de prendre nos diverses influences – l’un d’entre nous n’écoute que des trucs avec des dragons, un autre est fan de hard-rock, un autre de Meshuggah… - et de puiser l’inspiration dans nos groupes favoris sans pour autant que cela se ressente dans notre musique, si tu vois ce que je veux dire… Nous ne faisons pas du copier/coller… Nous prenons ce qui nous plait et nous le mettons à notre sauce.
Il faut savoir aussi que tout le monde a apporté sa contribution cette fois-ci. C’est la grande différence avec le premier album où tout avait été composé avant l’arrivée de tous les membres…


Tout le monde a pu mettre son empreinte…

Tout à fait et tout le monde a évolué depuis l’époque où on a enregistré le premier : chacun a découvert d’autres musiques et ça se ressent aussi…


Malgré tout, vous suivez les règles du genre comme les refrains chantés en clair : passage obligé ?

En fait, j’ai toujours aimé le chant clair, d’ailleurs il y en a un peu plus sur cet album que celui d’avant. Je n’ai jamais voulu entrer dans le cliché tout le temps hurlé, tout le temps chanté… Ça ne veut pas dire qu’il n’y a pas de morceaux excellents dans ce format-là et que nous n’en faisons pas mais je ne voulais pas avoir que ça !

S’il y a des refrains chant clair, c’est que nous avons estimé qu’ils étaient opportuns aux endroits où on les a mis ! D’ailleurs, il y a eu débat avec le batteur - Clément Rouxel - à propos d’un refrain : j’estimais que ce n’était pas une bonne idée et lui insistait. Maintenant quand j’écoute le morceau, ça ne me paraît pas illogique que le refrain soit là ! Au final, les refrains chant clair se sont imposés d’eux-mêmes !


Malgré tout, vous n’échappez pas à la règle de la redite notamment sur le refrain de "Spams of the Upheaval"…

C’est amusant que tu me cites ce titre-là parce que c’est un titre vraiment spécial pour nous. Les guitares sont sur un rythme en 7/8 et le tout tourne sur une batterie en 4/4… Et on m’a demandé de chanter là-dessus ! Donc, on s’est pas mal cassé la tête pour essayer de trouver quelque chose de catchy avec une structure aussi bizarre ! Donc non, je n’ai pas remarqué que ce refrain-là pouvait ressembler à un autre !


"Inhaled" qui fait l’objet d’un clip a été de nombreuses fois vus sur Youtube, comment l’expliquez-vous ?

Je ne sais pas mais quoi qu’il en soit, merci à tous les gens qui sont allés voir le clip : c’est super cool !


Donc ce ne sont pas les membres du groupe qui ont cliqué plusieurs fois pour arriver à ce nombre de visionnages ?

Non, non (Rires) ! Mais on a été pas mal aidé par la présence de Jon Howard chanteur de Threat Signal et ensuite, nous avons essayé d’en faire la promo. On a également constaté qu’on avait eu beaucoup d’aide de la part de nos fans qui ont énormément partagé et je pense que ça joue un peu !


Ce nouvel album est produit par David Potvin. Combien il vous a fallu filer en dessous de table ?

(Rires) Ca se payait en bouteilles de Jack Daniels !


David Potvin, Clément Rouxel font partie de One Way Mirror : peut-on dire que T.A.N.K est une sorte de Guillaume Bideau’s Academy dans laquelle il puise les talents et teste certaines choses ?

(Rires) Non je ne pense pas parce qu’on fait quand même une musique différente. Je ne pense pas qu’on s’adresse au même public. On ne se marche pas sur les pieds ! Notre démarche est d’être allé au studio de David Potvin parce qu’on voulait changer –non pas qu’on ne soit pas satisfait du premier album, à cet égard Guillaume Mauduit est notre ingé live - on voulait voir autre chose, avoir d’autres expériences… Et évidemment, nous avons pensé aux frangins Potvin parce qu’ils sont potes avec Clément, ils ont leur studio et nous avions l’occasion de passer un mois enfermés et ne faire que ça ! La proposition était tentante pour aller vraiment à fond dans le projet…

Nous nous sommes bien marrés aussi, c’est important ! C’est à dire qu’à la fois, on a bossé très professionnellement - avec les frangins, on a découvert des techniques d’enregistrement… - et on s’est bien marré, on les défonçait au baby-foot (Rires) !

Donc au final, je ne sais pas si c’est une Bideau’s Academy mais clairement, nous avions des choses à échanger. Et on ne regrette pas du tout parce qu’au final, quand on voit le résultat, on est très content !


On sent la patte de Clément Rouxel particulièrement présente notamment sur le titre introductif qui est très intéressante donnant un groove indéniable avec ses cymbales ? Est-ce une volonté du groupe au point d’en faire une particularité ou est-ce juste des parties improvisées ?

Non, non, ça revient à ce que je te disais tout à l’heure. Nous avons tous composé sur cet album et pour ce titre - tu l’as parfaitement décelé - l’intro et ses parties ont été composées par Clément.

Nous avons tous été influencés et avons évolué vers des choses plus alambiquées en délaissant légèrement In Flames. Ce qui nous plaisait c’était de mettre des trucs un petit peu plus évoluées… C’est comme le refrain dont nous parlions tout à l’heure en 7/8 qui tourne sur "Spams of Upheaval". Ce sont des choses comme ça qui nous font tripper ! Et faire groover comme tu le dis, c’est quelque chose qui est très important pour nous ! Nous voulons que ça groove un peu, nous ne voulons pas faire du Meshuggah qui est un groupe que je ne peux pas écouter ! Attention, je respecte et je suis influencé par leur démarche mais je ne peux pas écouter ! Ce qui m’intéresse, c’est de reprendre ce qu’ils font d’intéressant et le mettre à notre sauce en le faisant groover.

T.A.N.K est précédé d’un statut de bête de scène, pensez-vous que vos albums ont su retranscrire vos talents scéniques ?

Malgré le fait qu’il y ait un peu plus de chant clair, un peu plus de folie et de passages ambiant, on est quand même sur un truc assez bourrin : ça reste du death metal quoi (Rires) ! Il reste des titres qui tartinent bien, taillés pour la scène, notamment "Through the Disgrace" ou "Unleash the Craving" !


Et vous les avez déjà testés sur scène ?

Ouais, ça se passe super bien ! D’ailleurs, on était en concert le week-end dernier à côté de chez nous au Chaudron à Le Mée sur Seine avec Dagoba et il y a une petite vidéo de "Unleash the Craving" qui tourne actuellement !


Si tu devais choisir un titre de ta discographie pour faire découvrir ta musique à quelqu’un qui ne la connaîtrait pas. Quel titre choisirais-tu et pourquoi ?

C’est une excellente question ! C’est marrant parce que je pensais que tu allais me demander celui que je préfère qui est bien différent de celui que je conseillerais (Rires) !


Et c’est ?

C’est « Daze » qui termine l’album. Il n’a presque pas de refrain, ce qui est étonnant pour nous. Et même si tu ne sembles pas aimer son refrain clair, j’aime beaucoup le titre "Spams of Upheaval"…


Non au contraire, j’aime beaucoup ce titre, c’est peut-être mon préféré avec "Life Epitath" que je trouve excellent. Je disais juste que son refrain me donnait une impression de déjà-entendu…

Eh bien, j’ai envie de dire que c’est mon aussi préféré parce qu’on a passé beaucoup de temps dessus. C’est un des morceaux qu’on a le plus torturé et on est vraiment content du résultat…

Mais pour revenir à ta question initiale, j’ai envie de répondre un des trois qui ont un clip ! Ou "Beautiful Agony" du précédent album ! Voilà, si quelqu’un veut découvrir T.A.N.K, il n’a qu’à faire comme moi quand je veux découvrir un groupe, je vais mater les clips sur YouTube…


C’est peut-être une des questions qu’on vous a le plus posé mais connais-tu le groupe français de heavy TANK ?

Tout à fait, le Tank sans les points (Sourire) ! Mais si on nous a déjà posé cette question, ce n’est pas celle qu’on a le plus souvent posé (Rires) !


Est-ce que ce même patronyme vous a posé un souci en termes de lisibilité ?

De base, nous avons effectivement le même nom mais on est quand même sur une musique différente ! Mais je peux t’en citer d’autres : il y a notamment un groupe de r’n’b qui a le même nom… Et malheureusement, si tu fais une recherche sur Google, tu ne tomberas pas sur nous en premier (Rires) !

En fait, les points expliquent que le groupe s’appelle Think of A New Kind. Mais non, on a eu des questions, on en a rigolé mais on n’a jamais eu de problème. Comme nous faisons une musique différente pour un public différent, les gens ne s’y trompent pas !


[IMAGE2]


Quel est ton meilleur souvenir ?

Un des trucs qui m’a le plus fait vibrer c’était en répét’ à l’époque du premier album. Je ne sais pas pourquoi, nous étions en train de jouer et à un moment, on faisait tourner un riff. Il fallait trouver un lead. On a bossé dessus pendant toute la journée et quand Symheris a commencé à trouver ce fameux lead, il s’est vraiment passé un truc ! J’en ai eu des frissons tant et si bien que je me suis dit : "Je m’en fous, je le garde !" (Rires) !


C’était pour quel titre ?

C’était pour le titre "Idle Ghost" en featuring avec Guillaume Bideau. A la fin du morceau, il y a une partie un peu saccadée avec un lead un peu arabisant et la première fois que j’ai entendu ça, ça a fait tilt ! Ce qui est marrant c’est que pour moi, c’est un peu les prémices de "Spams of Upheaval", c’était les derniers morceaux que l’on composait pour le premier album et c’était les premiers avec le line-up actuel. Il y avait ce titre mais également "Beautiful Agony".


Tu as évoqué ton meilleur souvenir, au contraire, quel pourrait être le pire ?

Hum, maintenant tous ces souvenirs sont devenus marrants ! On faisait un concert à la scène Bastille et dans le même concert, dans l’espace d’un quart d’heure, Symheris a réussi à casser trois cordes différentes ! Et au moment où il casse sa deuxième, le bassiste en casse une également… Le truc impossible !


Et toi, tu t’es cassé une corde vocale ?

(Rires) Non, non, j’ai essayé de discuter avec les gens pour faire passer le temps et Clément a fait un solo de batterie… Mais c’est vrai que sur le moment, quand je vois Symheris sortir sur le solo de "Brother in Arms", je n’y ai pas cru ! Mais tout ça nous fait marrer aujourd’hui !


Et toutes ces expériences sont bonnes à prendre…

Je pense surtout que plus jamais on ne cassera trois cordes de suite : ça s’est fait, c’est bon, on peut passer à autre chose (Rires) !


On a commencé par la question trop souvent posée, au contraire, quelle est celle que tu souhaiterais que je te pose ?

Hum… J’aimerais évoquer la pochette dont on n’a encore pas parlé. Premièrement, même si l’industrie du disque se casse la gueule, c’est quand même un aboutissement pour nous d’avoir un CD. Et puis personnellement, j’aime avoir le CD de tous les groupes que j’aime ! Il se trouve qu’on a fait appel à un graphiste qui s’appelle Ludovic Cordelières alias Rusalka Design qui a fait un boulot monstrueux. On espère que cet effort pourra convaincre les gens de ne pas seulement télécharger mais d’acheter le CD.


Ce visuel est effectivement très réussi, quel est le lien avec le discours du groupe ?

En fait, on a contacté Ludovic pour lui dire qu’on aimait bien ce qu’il faisait, notamment sur les visuels qu’il a fait pour Myrath.


Lesquels ?

Sur "Tales…"


"Tales of the Sands" ?

Oui, c’est ça !


Pour le coup, c’est assez fort car les deux pochettes sont totalement différentes !

Oui, tout à fait, c’est ce qu’il y a de bien avec lui : il sait s’adapter ! On lui a montré ce qu’on aimait dans ce qu’il avait fait, on lui a donné le titre de l’album et quelques textes, quelques éléments que nous voulions voir sur la pochette mais pas de chanson à lui faire écouter…
Et c’est lui qui a créé tout ça. Son idée était de personnifier un peu le groupe avec une sorte de cœur enchaîné sur le point d’exploser pour pouvoir se lâcher. L’âme du groupe en quelque sorte… Maintenant, il ne pouvait pas trouver un lien direct avec les textes de l’album parce qu’ils sont ultra-variés. Les textes sont des réflexions philosophiques, poétiques, sur plein de thèmes très ouverts censés concerner tout le monde.


Le mot de la fin aux lecteurs de Music Waves ?

Merci à tous ceux qui nous ont suivi (Sourire) parce que c’est grâce à eux qu’on existe ! Un groupe ne survit pas si personne ne l’écoute ! Un grand merci à tous les gens qui se bougent pour le metal et pour la musique en général. C’est important de venir aux concerts, d’acheter des skeuds et de faire découvrir aux autres la musique qu’on aime. Donc merci à tous ceux qui nous soutiennent et ceux qui ont réussi à lire l’interview en entier (Rires) !


Et un rendez-vous à donner à ces gens prochainement en concert ?

Ouais, le 1er décembre à Billancourt avec les Pitbulls in the Nursery…


Merci à Roger pour avoir permis cette rencontre...


Plus d'informations sur http://www.thinkofanewkind.com/
 
(0) COMMENTAIRE(S)
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'article, ajouter quelques anecdotes, quelques connaissances ou tout simplement raconter votre vie...
 
Aucun commentaire. Soyez le premier à donner votre avis sur ce article
Haut de page
 
Main Image
Item 1 of 0
 
  • 688
  • 689
Haut de page
EN RELATION AVEC THINK OF A NEW KIND
DERNIERE CHRONIQUE
Ideals Will Remain (2020)
En choisissant son identité, Think Of A New Kind a aussi choisi sa personnalité sonore. "Ideals Will Remain" dévoile un style personnel qui lui va comme un gant soyeux, coriace et racé. Toutes les chroniques sur THINK OF A NEW KIND
DERNIERE ACTUALITE
LA NOUVELLE FACON DE PENSER DE THINK OF A NEW KIND EXPOSEE A MUSIC WAVES!
INTERVIEW
Toutes les actualités sur THINK OF A NEW KIND
AUTRES ARTICLES
ARTICLE PRECEDENT
DANKO JONES + BOMBUS - 26 OCTOBRE 2012
Au lendemain de la prestation des Stones au Trabendo, l'ambiance est restée très Rock N' Roll avec Danko Jones...
 
ARTICLE SUIVANT
DANKO JONES + BOMBUS - 26 OCTOBRE 2012
Au lendemain de la prestation des Stones au Trabendo, l'ambiance est restée très Rock N' Roll avec Danko Jones...

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020