MW / Accueil / Articles
A PROPOS DE:

ANNEKE VAN GIERSBERGEN (DÉCEMBRE 2012)


TYPE:
INTERVIEW
GENRE:
ROCK

Je vais là où je prends du plaisir... Et je pense que si cela est fait honnêtement et avec du cœur, alors les gens pourront adhérer car l’énergie qui en ressort est positive.
MR.BLUE - 24.12.2012 - 3 photo(s) - (0) commentaire(s)
Alors qu'elle s'apprête à monter sur scène pour son dernier concert de l'année 2012, Musicwaves ne résiste pas à la tentation de rencontrer pour la seconde fois cette année une artiste toujours aussi accueillante, ouverte d'esprit et à la liberté musicale enfin assumée.


Tout d’abord, ce soir est votre dernière date de l'année. Comment te sens-tu à la fin de cette année 2012 qui t’a vu sortir un nouvel album, "Everything Is Changing" puis partir en tournée sur pas moins de 8 mois en visitant 17 pays ?

L’album fut très bien reçu de manière générale. Nous avons fait de bons shows et j’ai la conviction que nous allons quelque part. Nous grandissons et évoluons sur scène en tant que groupe et j’en suis fière. Le groupe est vraiment solide. Tu vois quand tu es arrivé nous étions tous ensemble et l’ambiance est vraiment bonne en cette fin de tournée. Ce fut une bonne année et j’avoue ne pas avoir envie que cela se termine aujourd’hui.


Te sens-tu fatiguée ?

Oui mais ça va ! Nous avons fait beaucoup de dates mais pour autant j’ai pu passer du temps à la maison également. Nous ne cumulons pas trois ou quatre semaines d’affilées en tournée comme Moonspell, Anathema ou Devin Townsend Project. Nous sommes quelques temps sur la route, quelques temps à la maison, j’enregistre mes titres et participe à de nombreux projets aux Pays Bas comme le spectacle pour enfants. Nous travaillons beaucoup mais en gardant une grande variété d’activité. Etre tout le temps sur la route peut rendre un peu fou par moment.


J'ai vu que tu avais déjà planifié quelques dates en Janvier 2013 avec Danny Cavanagh. Ressens-tu le besoin de te trouver rapidement un nouveau challenge ? N’as-tu pas besoin d’un Break de temps en temps ?

Tout est une question d’équilibre. J’aime les nouvelles choses et les challenges, mais j’aime aussi retrouver Danny. Chaque année ou semestre nous nous retrouvons quelque part dans le monde pour jouer une semaine. Cette fois ci ce sera en Grèce, en Finlande et en Pologne. C’est très intensif car nous donnons cinq shows sur la semaine et puis nous rentrons chez nous. Mais nous sommes ravis comme cela, nous nous connaissons bien et connaissons nos titres. Ce n’est donc pas un nouveau challenge mais nous visitons toujours de nouveaux endroits donc ce n’est jamais fatiguant. Si cela devait devenir une sorte de rengaine, alors on s’arrêterait là !


Il y a deux jours tu donnais un show acoustique à Paris. L'ambiance paraissait très agréable et détendue ce soir là et dès le lendemain, de nombreux titres sinon tous étaient déjà présents sur les réseaux sociaux. Que penses-tu de cela?

C’est ainsi ! A l’époque de The Gathering, au tout début, il n’y avait pas Internet. Nous jouions, parmi les classiques, de nouveaux titres justes écrits, et ce tout au long de la tournée et seuls ceux qui venaient en concert pouvaient les découvrir. Ces titres, nous les développions petit à petit puis ils finissaient parfois enregistrés sur un nouvel album. Aujourd’hui dès que nous jouons un nouveau titre, il se retrouve dès le lendemain sur le net et ce même si ce n’est qu’une version de travail. Nous ne pouvons donc plus réellement fonctionner comme cela. Mais c’est ainsi, le monde évolue, la communication évolue et nous devons nous y adapter. J’en ai même fait une sorte de blague à Paris car je jouais ce soir là dix nouveaux titres, quelques nouvelles compos mais aussi des reprises et j’ai bien dit au public « si un titre tourne mal, ne le mettez pas sur Youtube ». En général, les gens respectent ça et de toute façon tout s’est bien déroulé donc pas de souci.

Mais je ne regarde jamais Youtube, jamais je ne regarde derrière. Ces derniers temps j’ai bien regardé quelques trucs parce que je voulais poster certaines choses et j’aime parfois revoir comment était l’ambiance. Je suis aussi curieuse de voir de quoi j’avais l’air tel ou tel jour, comment le show ou le titre sonnait, comment certains titres sont reçus, comment les améliorer… tout cela pour faire avancer le show de manière générale mais jamais je ne me pose très longtemps devant. Et puis quelque part, cela nous fait de la pub donc ce n’est pas foncièrement mauvais.

[IMAGE1]

Tu y as fait des reprises de U2, Frankie Goes To Hollywood ou encore Dolly Parton. C’est ton choix personnel ou un choix collégial ?

Non, non, je donnais le show toute seule donc j’ai fait ma setlist seule.


Tu y a joué aussi des titres comme 'Hey Okay' ou 'I Want', et les titres d' "In Your Room" en général semble mieux adaptés à des sessions acoustiques que dans tes shows actuels qui eux sont bien plus Rock.

Tu as raison. Ces titres ont été joués en leur temps sur la tournée d’ "In Your Room" et avec une formation plus Pop qu’aujourd’hui. Ils ont donc naturellement quitté la setlist sur notre nouvelle tournée qui est plus Rock. Mais j’aime encore les jouer pour moi, hors scène, car ils sont joyeux.


N’est-ce pas difficile de les laisser de côté car certains fans les aiment justement pour leur côté lumineux. Certains les attendent même.

Non, ça ne me rend pas triste. Nous sommes aujourd’hui concentrés sur notre nouvel album et à chaque album sa nouvelle setlist. Qui sait, nous retrouverons peut être ‘Hey Okay’ l’an prochain si le prochain matériel est plus Poppy. Et puis en général, quand un titre me manque, je me débrouille souvent pour le remettre dans un show. Tu vois, même si celui-ci est plus Rock, je laisse de la place pour certains titres acoustiques qui me tiennent à cœur en ce moment.


Parfois électrique, parfois acoustique, parfois blonde parfois brune, parfois 'Hey Okay' parfois 'A Thousand Miles Away From You', parfois lumineuse parfois sombre, Hard Rock ou Pop. Aimes-tu jouer les nombreuses facettes de ta personnalité ? En ressens-tu le besoin ?

Oui j’en ai besoin. J’aime changer. Cela me permet de garder une certaine fraicheur. J’aime le côté intimiste et acoustique autant que les projets plus Rock ou Metal comme le DTP. Varier les plaisirs m’évite l’ennui.


Et tu aimes surprendre les fans ?

Oui… enfin pas vraiment. Je sais qu’ils sont parfois déstabilisés concernant mes choix artistiques mais au moins cela laisse aux gens le choix de prélever la facette qu’ils aiment dans ma discographie et mes différents projets. Certains piochent parfois dans le plus joyeux, le plus léger, les ballades, l’acoustique, ils prennent ce qu’ils aiment.

Je ne pense pas en terme de «Comment faire pour ne pas décevoir ou perturber l’auditeur ?». Je ne sais pas ce que les gens pensent ou veulent. Je vais là où je prends du plaisir, là où je sais être à l’aise et performante également. Et je pense que si cela est fait honnêtement et avec du cœur, alors les gens pourront adhérer car l’énergie qui en ressort est positive.

[IMAGE2]

Tu te sens donc libre, musicalement parlant ?

Oui, oui.

Y a-t-il un prix à payer pour cette liberté ?

(Elle réfléchit un instant.) Oui je le crois car ce n’est pas une histoire très claire. Parfois les gens sont déstabilisés parce qu'ils ne retrouvent pas la même atmosphère d’un album, d’un projet à l’autre. Prends AC/DC par exemple. Ils peuvent faire 50 albums et dégageront toujours la même atmosphère. Ce sont les mêmes gars, les mêmes couleurs, les mêmes accords. Les gens adhèrent ou non mais leur direction est très claire. Il est très facile de se décider à les suivre, ou non. Dans mon cas c’est moins simple. Par exemple, il y a quelques années j’ai joué ‘One’, une reprise très calme de U2 lors d’une célèbre émission de télé en Hollande. Suite à cela, de nombreuses personnes sont venues voir mon show. Il y avait des personnes de 50 ou 60 ans dans la salle qui étaient parfois surprises de se prendre du Rock en pleine figure pendant toute la soirée. Sur cette tournée, il y avait donc systématiquement quelques personnes qui quittaient le show en plein milieu en avouant aux gars du stand merchandising que tout cela était « trop heavy ». Alors que d’autres qui étaient venus aussi suite à ce titre acoustique ont aimé ce côté plus Rock et sont restés. Mais pour moi tout est OK. Ils peuvent venir pour un titre ou un album puis aller voir ailleurs. Ce n’est que de la musique après tout. Je dois juste espérer qu’il y aura toujours des gens pour m’écouter. Tant que j’ai cela alors tout ira très bien.


Dans le livret de l'album "Air" tu compares le métier de chanteuse à celui d'hôtesse de l'air. Penses-tu que comme elles tu dois cacher tes peines et douleurs derrière un sourire ou bien te sers-tu de tes chansons et de tes shows pour les expurger ?

Oui. Mes chansons représentent toujours ce que je ressens, dans la tête comme dans le cœur. Mes expériences musicales et mes influences viennent de ma vie de tous les jours. Je ne fais pas de secret, je ne garde rien caché. Donc oui, je me sers de mes titres pour exprimer mes joies et mes peines. Je suis plutôt joyeuse par nature donc je n’ai en général pas besoin de me cacher derrière une attitude.


(Danny Cavanagh entre dans la pièce. Anneke se rend compte que la première partie joue déjà et se demande combien de temps il leur reste pour travailler ensemble les quelques titres à jouer ce soir lors du mini set acoustique prévu pour la fêter la dernière date de l’année. Danny s’installe et me demande gentiment de poursuivre, affirmant qu’ils ont encore un peu de temps).


Sans transition, tu joues encore régulièrement le projet "De Beer Die Geen Beer Was" devant des publics d'enfants. Cela doit être bien différent que de jouer devant un par terre d'adultes fans et conquis. Que t'apporte cette expérience ?

Je joue ce spectacle tout au long de l’année dans un théâtre mais j’aime beaucoup car ce public d’enfants est si honnête. Ils n’ont pas cette politesse qu’ont les adultes à écouter sagement même s’ils n’apprécient pas. Quand cela les saoule, ils décrochent très vite. L’histoire dure 45 minutes et si jamais tu perds ta concentration ne serait-ce qu’une seule seconde parce que tu penses à un truc ou que tu laisses aller ton esprit, tu les perds et tu les vois qui commencent à regarder à gauche et à droite. Là tu te dis « mince je viens de rater quelque chose ! » et il faut vite les récupérer. Ils sont super honnêtes et attendent de toi que tu les emmènes. Et puis souvent, en fin de spectacle, il y a un temps d’échange et les trois quart du temps ils n’ont que deux questions en tête : « Quel âge as-tu ? » et « Es-tu mariée ? » (rires).C’est trop drôle, soudain l’histoire leur passe complètement par-dessus la tête. Ils sont pleins d’imagination mais restent hyper pratiques. C’est rigolo. Mais ce spectacle m’aide à apprendre à rester concentrée sur un show. Car parfois dans un concert Rock, à force de tourner, il t’arrive par moment de passer en mode automatique et d’avoir la tête ailleurs quelques instants. Sur ce show pour enfants, je ne peux pas me relâcher une seconde.

[IMAGE3]

Concernant maintenant le Devin Townsend Project, Devin annonçait récemment dans une interview qu'il comptait ajouter deux derniers volets au DTP. As-tu déjà été approchée pour une éventuelle nouvelle collaboration ?

Non, pas pour le moment mais s'il me le demande, je dirais oui tout de suite. Il m'apprend vraiment beaucoup de choses sur l'utilisation de ma propre voix. C’est un bon professeur, et quelqu’un de très drôle aussi. (En s’adressant à Danny) Toi qui le connais aussi tu es d’accord. (Danny confirme « il est vraiment comiqued, mais c’est un génie ».)

J’ai pu voir son clip pour le titre ‘Animals’, c’est très particulier mais drôle. (ndMr.Blue : il improvise une chorégraphie seul dans un jardin en plan fixe).

Danny : Oui je l’ai vu aussi, c’est du grand délire !
Anneke : Il va falloir que je le vois !

Il disait aussi qu'il avait été difficile d'atteindre un tel degré d'intimité dans le chant en duo mais qu'il était très content du résultat. Selon lui, il fallait apprendre à se connaître pour se permettre une telle proximité vocale durant l'enregistrement. As-tu ressenti une certaine difficulté également ?

Non pas en ces termes. Ce fut par contre très intense et donc épuisant. J’ai pris un jet pour le Canada et après une nuit de sommeil nous avons travaillé pendant trois jours très intensifs. Devin m’a fait utiliser tous les spectres possibles de ma voix. Et bien souvent c’était des notes hautes et puissantes. Et puis au bout de trois jours ce fut le retour brutal à la maison. Mais j’ai une fois encore beaucoup aimé. Il me fait devenir meilleure chanteuse, je me découvre de nouvelles possibilités.

Tu as de nombreux fans à travers le monde mais tu dois toi aussi être fan de quelques artistes. Certains peut être avec lesquels tu aimerais travailler.

Eh bien Danny par exemple (le montrant du doigt), mais nous travaillons déjà souvent ensemble. Je dirais aussi Mike Patton de Faith No More ou Chino Moreno de Deftones. J'aimerai vraiment un jour pouvoir travailler avec l'un d'eux.


Pour conclure, c’est le dernier show de l’année et tu as un invité spécial ce soir. Comment vous sentez vous quelques minutes avant le début du show ?

Danny : Très bien, très heureux d’être là, je suis fan de cette dame depuis…16 années maintenant. Que du plaisir ! Et le groupe est très bon.
Anneke : Qu’ajouter de plus. Nous nous sommes eu au téléphone il y a quelques jours car je voulais faire quelque chose de spécial pour notre dernière date. Anathema tourne intensivement ces derniers temps mais Danny avait justement un trou ce soir là.
Danny : La date était idéale et la tentation trop forte.
Anneke : Il arrive tout juste de Turquie.
Danny : Et je n'ai pas dormi de la nuit. Mais pour Annie ce n'est pas un problème, c'est la famille.
Anneke : Nous avons hâte d’être sur scène pour cette dernière, je sens que nous allons nous amuser et j’espère que le public aura autant de plaisir que nous.

Merci à Struck d’avoir permis une fois encore cette rencontre, à Thibaud pour sa présence et au Splendid de Lille pour son accueil.


Plus d'informations sur http://www.annekevangiersbergen.com
 
(0) COMMENTAIRE(S)
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'article, ajouter quelques anecdotes, quelques connaissances ou tout simplement raconter votre vie...
 
Aucun commentaire. Soyez le premier à donner votre avis sur ce article
Haut de page
 
Main Image
Item 1 of 0
 
  • 750
  • 751
  • 752
Haut de page
EN RELATION AVEC ANNEKE VAN GIERSBERGEN
DERNIERE CHRONIQUE
Drive (2013)
Une erreur de conduite pour la belle Anneke ? Toutes les chroniques sur ANNEKE VAN GIERSBERGEN
DERNIERE ACTUALITE
ANNEKE VAN GIERSBERGEN : Nouveau morceau live
VIDEO
Toutes les actualités sur ANNEKE VAN GIERSBERGEN
AUTRES ARTICLES
ARTICLE PRECEDENT
DEVIN TOWNSEND PROJECT + FEAR FACTORY + DAGOBA - 10 DÉCEMBRE 2012
Le maestro canadien aux mille visages vous fait voyager dans une expérience unique...
 
ARTICLE SUIVANT
TOP 2012 DES CHRONIQUEURS
Comme chaque année, les Chroniqueurs de MusicWaves partagent leurs coups de coeurs musicaux.

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020