MW / Accueil / Articles
A PROPOS DE:

SHAKRA (13 DÉCEMBRE 2012)


TYPE:
INTERVIEW
GENRE:
HARD ROCK MELODIQUE

"L'intention n’était pas de sonner plus heavy, nous voulons juste écrire des chansons qui collent à la voix de John..."
STRUCK - 09.01.2013 - 3 photo(s) - (1) commentaire(s)
Quelle est la question qu’on vous a trop souvent posée ?

Thomas Muster : Trop de fois ? "Que signifie Shakra ?" (Rires).


… une autre des questions qui doit souvent revenir concerne le lien avec Gotthard…

Tu as raison…


[IMAGE1]


… justement vous n’en avez pas marre de cette comparaison ?

Je suppose que ça vient du fait que nous venons de Suisse et je pense qu’on peut dire que nous faisons à peu près le même style de musique, nous avons plus ou moins le même âge, certainement les mêmes influences : Leo, le guitariste de Gotthard, est également un fan de AC/DC… Et pour finir, bien sûr, nous sonnons un peu pareil mais nous n’avons jamais eu l’intention de proposer du Gotthard, c’est juste que nous jouons la musique que nous aimons… Malgré tout, je dirais que nous étions plus similaires quand nous avons commencé qu’aujourd’hui… Par exemple, dans "Powerplay", nous avons un titre comme "The Mask" ou "Dream of Mankind", qui n’a rien à voir avec Gotthard ou encore Krokus.


Mais d’un autre côté, la voix de John Prakesh le nouveau chanteur qui remplace Mark Fox est plus proche que jamais de celle de Steve Lee ?

Peut-être un peu… Ok, la voix de John est plus proche de celle de Steve Lee que notre précédent chanteur. Mark avait une voix dans un registre plus Brian Johnson…


Mais vous étiez malgré tout conscient au moment d’engager John que le lien avec Gotthard reviendrait à nouveau pas nécessairement sur ce nouvel album mais sur "Back on Track"…

Oui mais que pouvons nous y faire (Rires) ? C’est juste ainsi… mais ça n’a jamais été notre intention. Il faut savoir que John a été le seul chanteur qui convenait pour Shakra. Nous avons échangé avec plus de 100 chanteurs à travers le monde -Brésil, Australie, …- qui nous envoyaient des mails pour nous dire qu’ils étaient prêts à venir jusqu’en Suisse pour rejoindre le groupe. Malheureusement, les démos qu’ils nous envoyaient étaient plutôt mauvaises… Nous avons aussi été contactés par quelques très bons chanteurs - connus ou inconnus - en provenance d’Allemagne mais même s’ils étaient quasiment parfaits, leurs voix ne convenaient pas à Shakra.


Vous avez dû être fiers d’avoir été contacté par tant de monde et notamment par des chanteurs connus ?

Absolument ! Nous avons eu une sorte de fierté quand certains chanteurs connus - dont la popularité de leur groupe baissait - nous ont contacté en voulant nous rejoindre. Mais au final, la chose la plus importante est que nous soyons contents de notre nouvelle voix !

Franchement, nous désespérions de la trouver après 6 mois de recherche, jusqu’au jour où nous avons reçu un mail de John qui nous disait aimer notre musique, ne rien faire à ce moment (Sourire) et qu’il pouvait venir nous rejoindre à Berne sur un des derniers concerts avec notre ancien chanteur. Le courant est bien passé, nous avons décidé de lui donner sa chance et deux semaines plus tard, John était le nouveau chanteur de Shakra. Il était celui qui convenait le mieux non seulement en termes de chant mais également en termes d’état d’esprit… C’est vraiment un mec super et c’est peut-être plus important encore que la musicalité : nous avons eu tellement de problèmes avec notre ancien chanteur qui buvait trop et qui était, n’ayons pas peur de le dire, un trou du cul…


Le nouvel album “Powerplay” semble plus heavy que ses prédécesseurs : est-ce une évolution naturelle ou vouliez-vous “muscler” votre jeu afin de vous éloigner d’un Gotthard que nous évoquions tout à l’heure ?

Non, pas du tout ! Il y a deux jours, nous avons eu une journée promo en Suisse lors de laquelle, un journaliste nous a dit que ce dernier album était moins heavy que le précédent ! C’est vraiment étrange mais l’appréhension de la musique par chaque personne est différente.


Et toi, qu’en penses-tu ?

Que c’est un peu différent mais ce n’est pas plus heavy… Dans cet album, il y a des influences du metal allemand, des groupes comme Edguy notamment sur un titre comme "The Mask"… Mais encore une fois, l’intention n’était pas de sonner plus heavy, nous voulions juste écrire des chansons qui collent à la voix de John ce qui a donné ce résultat…


Pourquoi avoir écrit le titre "Powerplay" en un seul mot ? Afin d’éviter la comparaison avec le "Power Play" d’April Wine ?

Tu es la deuxième personne à me faire cette remarque. Je ne connaissais pas cet album des années 1980, je crois… (NdStruck : 1982 exactement). Ce terme provient en fait du hockey sur glace : un joueur de l’équipe adverse est pénalisé et ils sont alors infériorité numérique… Mais en aucun cas, il faut voir un message politique, nous ne sommes pas là pour alerter le public du réchauffement climatique ou quelque chose dans ce genre… Nous sommes juste un groupe de rock festif et à ce titre, nous jouons avec de la puissance, il faut voir la signification de "Powerplay" ainsi.


Cet album est le deuxième avec John Prakesh au chant, penses-tu avoir trouvé la façon de travailler avec lui ?

Absolument ! Comme je te l’ai dit, c’est vraiment une personne super et en même temps, j’ai appris à tout connaître de sa voix. Quand nous avons écrit "Back on Track", John était un tout nouveau membre et je ne savais pas exactement quelles étaient ses forces vocales, ses faiblesses… Aujourd’hui, je sais ce dont il est capable.

Quand j’écris une chanson, j’ai toujours une ligne vocale dans mon esprit : c’est assez simple de le faire quand tu sais qui va chanter le titre que tu es en train de composer… Pour "Back on Track", beaucoup de chansons étaient écrites alors que nous n’avions pas de chanteur. J’écrivais les chansons sans savoir qui allait les chanter (Rires) ! Aujourd’hui, je connais tout de John et ça a vraiment été très simple de composer cet album !


John Prakesh vient d’Inde. Avez-vous pensé à inclure des sonorités orientales dans votre musique… ?

Je ne pense pas ! John a été adopté à l’âge de 6 mois je crois, il a donc grandi en Suisse… Il est plus suisse que la majorité des gens en Suisse (Rires) ! Je ne pense pas qu’il y ait d'influences indiennes chez John…


A propos de votre précédent chanteur, as-tu écouté le premier album de son nouveau groupe Fox ?

Non ! Je ne veux plus rien avoir à faire avec lui : il nous a posé tellement de problèmes… Je sais qu’il a un nouveau groupe mais ça ne m’intéresse pas !


Je comprends mais son départ date de 2009, on aurait pu penser que le temps aurait fait son effet…

Oui mais la meilleure chose aurait été que nous nous ne nous soyons jamais rencontrés (Sourire) !


Justement est-ce que son départ a changé ta vision de la musique ? En gros, est-ce qu’au moment de créer le groupe pensais-tu rencontrer de tels problèmes ?

Non absolument pas ! Quand tu montes un groupe, tu es jeune, tu ne penses pas à ces choses mais si ça doit arriver, ça arrive… Il buvait trop et c’était vraiment difficile ! C’était un problème de personne, ça n’avait rien à voir avec la musique… Ca peut arriver partout...


Pour en revenir à la musique, les ballades présentes dans chaque album de Shakra, est-ce un passage obligé quand on fait du hard mélodique ?

Nous ne sommes pas obligés, nous voulons juste les faire (Rires) : c’est la grande différence ! Mes influences sont bien entendu AC/DC mais également Scorpions. J’ai toujours aimé Scorpions et c’est un groupe qui fait des ballades "Holyday", "Always Somewhere", "Still Loving You"… J’adore ces morceaux ! Et donc quand je compose de la musique, j'aime écrire des ballades !


Shakra existre depuis 14 ans…

Je dirais plutôt 20 ans, notre premier album a 14 ans mais le groupe existe depuis 1994 !


[IMAGE2]


… comment juges-tu les premiers albums avec du recul ?

Avec le recul, quand je regarde ce que nous avons fait, je suis fier de tous les albums que nous avons faits. Bien sûr, notre premier album est pas mal influencé par AC/DC. Par exemple, un titre comme "Devil in Me" est un titre typiquement AC/DC… Aujourd’hui, je ne referais pas ce genre de morceau mais quand je l’écoute, je me dis qu’il était cool à l’époque et il l’est toujours aujourd’hui. Je suis fier de tous nos albums et en y repensant bien, ce premier album était particulièrement bon : nous avions un bon chanteur (NdStruck : Pete Wiedmer) qui nous a quitté en raison de ses problèmes d’épilepsie.


Et comment juges-tu l’évolution musicale du groupe ?

Je pense que nous avons vraiment trouvé notre propre style. Quand nous avons commencé, tout le monde nous disait que nous sonnions comme AC/DC, Krokus, Gotthard… Bien sûr, vu que nous venons de Suisse, la comparaison sera toujours présente mais nous avons désormais notre propre personnalité ! Et je prends comme un compliment quand les gens disent que nous sonnons comme Shakra malgré le fait que le groupe ait connu 3 chanteurs différents !


Tu as donc trouvé une façon de composer bien personnelle...

Absolument ! Je peux dire qu’aujourd’hui, nous avons une façon typique d’écrire du Shakra : nous faisons du rock en essayant d’inclure des éléments modernes que ce soit dans la musique, dans la composition mais également dans la production. Le producteur Thom Blunier (NdStruck : également guitariste du groupe), sur cet album comme le précédent "Back on Track" a fait en sorte que les guitares sonnent beaucoup plus modernes comme Papa Roach, Linkin Park…


Comment arrives-tu à renouveler ta musique alors que tu as déjà composé 9 albums en 15 ans de carrière ?

Tu sais quoi ? Je n’en ai aucune idée (Rires) ! Ce qu’il faut savoir, c’est que nous n’écrivons jamais 12 chansons pour un album. Nous faisons un nouvel album avec des idées pour 13 ou 14 titres et à la fin, nous choisissons les meilleurs. C’est assez simple dit comme ça mais finalement, je n’ai aucune idée d’où vient l’inspiration… Je ne sais pas que je sois chez moi ou assis dans un avion, je fredonne une mélodie, je prends ma guitare et j’écris une chanson… Quand je n’aurais plus cette inspiration, ce sera vraiment terrible (Rires) !


Une sorte de don ?

Peut-être (Sourire) ! C’est la seule chose que je sais vraiment faire finalement : écrire des chansons (Rires) !


Tu as cité des groupes qui t’ont influencé comme AC/DC, quel est ton avis sur la mode des super groupes hard rock comme Black Country Communion, Chickenfoot… ?

Tu sais quand j’étais jeune, j’écoutais tout type de musique. Mais mon groupe préféré est Rush ! Le problème avec ce groupe est que si tu les aimes vraiment, il est difficile d’aimer un autre style de musique. Quand je me suis mis à écouter Rush, je ne pouvais plus rien écouter d’autre…


Tu peux écouter Dream Theater quand même ?

Bien sûr (Rires) ! C’est le seul groupe que je pouvais écouter en dehors de Rush !


Queensrÿche ?

Non, je ne les aime pas trop !

Pour en revenir à ta question, je sais qui sont Chickenfoot, Black Country Communion avec Joe Bonamassa… J’ai peut-être même écouté des extraits de leur musique sur Internet mais même si leurs musiques, leurs chanteurs sont bons, je n’ai pas d’album d’eux chez moi… Ces dernières années, je n’écoute pas beaucoup de musique… Je ne sais pas pourquoi ! Si je dois en écouter, c'est Rush ou Dream Theater !


Shakra vient de Suisse. Comment expliques-tu la richesse de la scène suisse avec des groupes extrêmes comme Samael, Celtic Frost, Coroner, Sybreed ou Gotthard, Pure Inc, Krokus et Shakra pour la scène hard rock ? La Suisse l’autre pays du rock ? Pourtant nous n’avions pas ce cliché-là en tête : pour les français, la Suisse signifie impôt, horloge, chocolat mais pas rock…

A propos de chocolat suisse, j’en ai de ma poche en provenance : c’est cadeau (Rires) ! Mais pour répondre à ta question, je n’en ai aucune idée ! Bien sûr, en Suisse, nous jouons d’autres styles de musique comme de la pop, du hip-hop… A cet égard, la scène hip-hop est beaucoup plus importante que la scène rock. Lors des festivals d’été, des centaines des milliers de fans se bousculent pour voir des artistes hip-hop suisses dont je ne pourrais pas te dire le nom. Mais tu as raison, la scène rock suisse se porte bien... Peut-être à cause de nous (Rires) !


Si tu devais choisir un titre de la discographie de Shakra pour faire découvrir le groupe, quel titre choisirais-tu et pourquoi ?

Une seule chanson des 9 albums ? Je choisirais "Dream of Mankind" du nouvel album. Tout simplement parce que j’adore cette chanson : j’aime l’atmosphère qui s’en dégage, le chant de John, les parties profondes de guitares avec un réglage bas derrière, plus profond que les autres titres… J’aime également les paroles parce que "Dream of Mankind" est non seulement une grande chanson musicalement mais les textes traitent d’un rêve d'une humanité qui pourrait voler… c’est l’histoire d’un vieil homme très frustré qui se remémore sa jeunesse durant laquelle il pouvait aussi voler, une époque ou tout était plus simple…


Quel est ton meilleur souvenir d’artiste ?

C’est impossible de t’en citer un seul mais je dirais quand même le jour où John a rejoint le groupe ! C’était un jour béni (Sourire)…


Au contraire, quel pourrait être le pire ?

Probablement les problèmes avec notre ancien chanteur que je ne voudrais pas connaître à nouveau (Sourire) !


Nous avons commencé avec la question qu’on t’avait trop posé, au contraire, quelle est celle que tu souhaiterais que je te pose ?

Oh, ce n’est pas simple ce que tu me demandes ! Je ne sais pas…


Je ne sais pas quelle chose que nous n’aurions pas couvert lors de cette interview ?

Non ! Je suis content de constater que les fans apprécient notre nouvel album. A cet égard, nous espérons jouer plus de concerts ici en France que les années précédentes. La dernière fois que nous avons joué à Paris date d’il y a 7 ans et j’espère vraiment que nous pourrons tourner l’année prochaine et plus particulièrement ici à Paris. C’est vraiment tout ce que j’ai à dire (Sourire) !


[IMAGE3]


Enfin, voudrais-tu dire un mot de la fin aux lecteurs de Music Waves et peut-être en français ?

"La vie est dure sans confiture", c’est pourquoi il faut que vous achetiez "Powerplay". La vie sera plus douce et plus puissante (Rires) !


Merci…

Merci beaucoup Music Waves (Sourires) !


Un grand merci à Replica ainsi que Noise et Lynott pour leur contribution...


Plus d'informations sur http://www.shakra.ch/
 
(1) COMMENTAIRE(S)
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'article, ajouter quelques anecdotes, quelques connaissances ou tout simplement raconter votre vie...
 
PETER HACKETT - 11/01/2013 16:40:21
1
Ils ont l'air sympas ces gars de Shakra ... il va falloir que je jette une oreille sur leur musique !!!
Haut de page
 
Main Image
Item 1 of 0
 
  • 747
  • 748
  • 749
Haut de page
EN RELATION AVEC SHAKRA
DERNIERE CHRONIQUE
Mad World (2020)
"Mad World" est un album de Shakra qui va vous faire taper du pied ! Toutes les chroniques sur SHAKRA
DERNIERE ACTUALITE
SHAKRA: Nouvel album en février
SORTIE
Toutes les actualités sur SHAKRA
AUTRES ARTICLES
ARTICLE PRECEDENT
DICK RIVERS (21 NOVEMBRE 2012)
"Depuis mes débuts, j’ai toujours été très évolutif musicalement et tel un vampire, je me suis toujours entouré de gens qui m’apportaient un sang neuf"
 
ARTICLE SUIVANT
GUN (19 SEPTEMBRE 2012)
"Toutes les personnes impliquées dans cet album croyaient en nous, probablement plus que nous croyions en nous !"

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020