MW / Accueil / Articles / PINEAPPLE THIEF (29 NOVEMBRE 2012)

PINEAPPLE THIEF (29 NOVEMBRE 2012)


TYPE:
INTERVIEW
GENRE:
ROCK ALTERNATIF
"Je considère que Pineapple Thief est progressif avec un petit "p""
STRUCK - 21.01.2013
Bonjour Bruce, nous sommes Pete_T et Struck de Music Waves…

Bruce Soord : … (Il coupe) Oui bonjour, enfin je peux rencontrer des membres de Music Waves anciennement Progressive Waves. Vous nous soutenez depuis les tous débuts de la carrière de Pineapple Thief…


Merci... Comment te sens-tu à quelques minutes de monter sur scène ?

Si tu m’avais posé cette question il y a deux ans, je t’aurais dis que j’étais vraiment anxieux. Mais aujourd’hui, le groupe est ensemble depuis quelques temps et nous sommes vraiment confiants. De plus, nous sommes très proches de nos ingénieurs lumière et son si bien que quand il y a des problèmes, nous les surmontons sans problème. C’est désormais vraiment rare d’être pris au dépourvu.


[IMAGE1]


Ne penses-tu pas qu’un groupe comme Pineapple Thief qui existe depuis 10 ans mériterait d’être en tête d’affiche d’un concert parisien et pas seulement en première partie d’un groupe comme INME finalement assez peu connu ici ?

C’est une très bonne question. Tu sais, INME est très connu en Grande Bretagne mais quoi qu’il en soit, cette soirée aurait mérité d'avoir une double tête d’affiche. Mais pour être honnête, nous n’avons jamais joué en France et je ne saurais pas te dire pourquoi : des problèmes de promoteurs ou je ne sais quoi… Et comme tu l’as dis, bien que nous existons depuis 10 ans, c’est toujours dur !


En France d’autant plus…

Oui c’est vrai nous n’éprouvons pas tant de difficultés en Hollande ou en Allemagne mais en France, je ne sais pas pourquoi il faut toujours se battre… Mais nous avons joué hier soir à Bordeaux et le promoteur a vu qu’il y avait un retour du public donc qui sait, le futur sera peut-être plus radieux…


Quelle est la question qu’on t’a trop souvent posée ?

Je suppose que c’est d’où vient le nom Pineapple Thief. C’est encore une bonne question de ta part, d’autant plus bonne que nous nous essayons de donner une réponse différente à chaque fois (Rires) ! Attends, il y a une autre question qui revient souvent : pendant toutes ces années de famine musicale, nous avons fait une chanson de 13 minutes. Depuis les gens que nous croisons, nous demandent quand allons refaire une telle chanson parce qu’ils l'ont adoré. Je ne dirais pas que c’est de la cochonnerie mais ce n’est pas ce que je veux faire… Même si pendant les concerts, les gens hurlent qu’ils veulent "So We Row"…


Je suppose qu’une des questions qui doit souvent revenir concerne le parallèle avec Porcupine Tree. Acceptes-tu toujours cette comparaison?

Je suis très à l’aise avec ça parce que je ne pense pas que Pineapple Thief sonne comme Porcupine Tree. Et si tu regardes la nouvelle scène progressive, il n’y a pas beaucoup de groupes connus : Pineapple Thief, Porcupine Tree, Opeth, Anathema… Et le lien entre eux est une musique progressive mélodique. De plus, je considère que Pineapple Thief est progressif avec un petit "p". Je peux admettre que nous avons des éléments progressifs dans notre musique : personnellement, j’adore la musique progressive, j’ai grandi en écoutant Supertramp, Camel, Yes…


Mais tu es conscient que cette comparaison avec Porcupine Tree est plutôt positive afin de sortir du lot ?

Je n’y vois aucun inconvénient sauf les fois où je lis que nous faisons de la simple copie de Porcupine Tree. Je l’accepte même si c’est totalement faux ! Je l’accepte car Porcupine Tree dans la scène progressive est un super groupe !


Il semble que Pineapple Thief sonne moins atmosphérique et privilégie un son plus rock. Comment expliques-tu cette évolution musicale ?

Tu as raison mais nous ne l’avons pas fait consciemment. Ce qu’il s’est passé, c’est qu’au tout début, Pineapple Thief c’était moi seul dans un studio. Mais quand nous nous sommes retrouvés à jouer live avec ce groupe, ça a eu un effet sur mon écriture. Et je ne pense pas que l’aspect atmosphérique nous manque.


Tu penses donc que le Pineapple Thief plus rock est plus adapté aux concerts ?

Oui mais j’ai toujours pensé à comment l’album sonnerait : pas seulement quand tu es assis seul chez toi mais aussi quand nous jouerons les titres devant le public…


"All the Wars" est moins punchy et plus mélodique que ses prédécesseurs De plus, il n’y a plus les sonorités électroniques de "Someone Here Is Missing". Pourquoi ?

Oui je vois ce que tu veux dire. Je suis parfaitement conscient que cet album a divisé l’opinion, que certaines personnes qui ont adoré "Someone Here Is Missing" sont plus dubitatives concernant ce nouvel album. Mais encore une fois, ce n’est pas une démarche consciente, c’est juste ce que nous avons écrit. Et je pense que nous avons fait en sorte de sonner comme un groupe.


Justement pour beaucoup de fans, Pineapple Thief se résume à toi. Tu es en train de dire que tu veux présenter ce groupe comme un groupe et non plus comme le projet de Bruce Soord ?

Définitivement ! Même si j’écris toujours tout et ça ne devrait pas changer. Ce groupe est quelque chose de vraiment très important !


Malgré tout, dans cet album, tu n’as pas totalement oublié tes racines avec le final ‘Reaching Out” qui se rapproche des titres que tu avais l’habitude de faire par le passé : quelque chose de plus progressif finalement… Pourquoi un tel titre : histoire de dire aux fans de la première heure que vous faîtes toujours la musique qu’ils aiment ?

D’une certaine façon, oui ! Et peut-être un signal que je m’envoie à moi aussi (Rires) ! Non, tu sais, j’aime la musique pop rock populaire, des groupes comme Biffy Clyro… Mais dans le même temps, je ne voudrais pas faire un album de 10 chansons de 4 minutes… Dans ma tête, quand j’écris un album, je veux apporter certaines choses comme montrer le côté punchy de chansons rock mélodiques mais aussi des choses plus recherchées et c’est pourquoi à la fin des albums, tu trouveras toujours une chanson plus recherchée, plus longue…


Et pourquoi toujours à la fin ?

Je ne sais pas… C’est vrai que le dernier titre de chaque album de Pineapple Thief est une chanson longue ou relativement longue. J’ai toujours pensé que c’est une partie du voyage pendant laquelle tu peux expérimenter et à la fin, tu peux choisir si tu veux continuer ce voyage ou pas.


Comment le groupe compose-t-il aujourd’hui ?

La différence par rapport au début c'est que lorsque j’entrais en studio, je jouais de n’importe quel instrument : claviers, guitare… et éventuellement une chanson venait. Aujourd’hui, c’est un travail voix / guitare acoustique avant même d’entrer en studio.


Dans le livret, on peut lire la phrase "Just Give me a little love". Cela signifie-t-il qu’il y a un manque d’amour dans ta vie, surtout après l’EP "Show me a little love" ?

Oui, c’est vrai (Rires) ! C’est encore une très bonne question, on ne me l’avait jamais encore posée. Je pense que mes paroles sont dominées par les émotions d’amour de la famille, d’une autre personne…


Mais rassures-nous, tu n’as pas de manque à ce niveau-là pour en demander tant ?

Non, non (Rires)… Je dis souvent que je suis vraiment un homme chanceux (Sourire) !


C’est la première fois que vous sortez un digipack avec un second album composé de magnifiques reprises acoustiques de vos chansons. Comment as-tu changé ces titres ?

Tu sais, ça s’est passé si rapidement. Kscope m’a demandé si je voulais sortir un deuxième cd pour une édition limitée et généralement, ils mettent des chutes de studio ou quelque chose dans ce genre mais je n’étais pas à l’aise avec ça. Pour avoir écrit toutes chansons en acoustique, je savais qu'elles sonneraient bien en acoustique en y ajoutant un peu de choeur. C'est aussi simple que ça.


A cet égard, est-ce que ça vous a donné des idées pour faire une tournée acoustique ?

Ouais, j’adorerais ! Je pense qu’une des raisons pour lesquelles nous espérons le faire et que nous pouvons nous permettre de le faire est un Dvd Blu-ray divisé en deux : une partie acoustique avec des cordes et des choeurs et une seconde partie qui serait rock.


Un peu comme Opeth…

Exactement…


[IMAGE2]


Quand pourrons-nous espérer voir un tel Dvd ?

Je n’en ai pas encore parlé à Kscope, rien n’est donc confirmé mais nous pourrions faire un tel concert et l’enregistrer l’été prochain.


Et à ce propos, on peut voir que tu as pas mal de projets, comment les finances-tu ?

C’est une bonne question. C’est pourquoi je dis que nous sommes chanceux d’avoir Kscope à nos côtés parce qu’ils nous avancent assez de fonds pour enregistrer. Et comme j’ai mon propre studio qui est plutôt pas mal, nous y faisons l’enregistrement et le mix ce qui fait que ça ne coûte pas trop cher.


Tu n’as donc pas besoin d’auto-financer tes albums voire demander une pré-vente comme Marillion pour enregistrer tes albums ?

Non, Kscope le fait pour nous en quelque sorte en nous avançant les fonds…


Ce qui veut dire que dans l’optique du projet de Dvd, si tu leur proposes ce projet…

… Ils l’accepteront tout à fait et avanceront l’argent pour la promotion.


Et comment expliques-tu ce soutien sans faille de Kscope en ces temps si difficiles notamment dans l’industrie musicale ?

En fait, ils sont vraiment passionnés. Nous avons donc la chance d’être soutenus par un tel label mais aussi de vendre de plus en plus d’albums…


Oui parce qu’un label ne vit pas que de passion… A ce titre, es-tu satisfait du résultat des ventes du dernier album ?

Eh bien nous avons vendu plus d’albums du dernier CD sur les premiers mois que "Someone Here Is Missing" a pu en faire sur 18 mois ! C’est très encourageant…


Depuis que vous avez signé chez Kscope, vous avez ressorti vos premiers albums : avez-vous eu des problèmes de droits avec Cyclops ?

Wahou ! C’est une très bonne question. L’histoire est semblable à celle de Porcupine Tree quand le groupe a quitté Delerium. Nous avons eu des difficultés, Cyclops était assez mécontent de ce qu’il se passait. En fait, quand nous avons signé chez Kscope, nous devions encore un album à Cyclops. J’aurais pu leur en faire un avec des vielles chutes studio mais je tenais à rester clean et faire un album dans les règles pour le remercier de ces années de collaboration. Mais malheureusement, les avocats des deux labels sont rentrés dans le circuit avant que nous finalisions ce deal : c’est une vraie honte !


A ce titre, comment juges-tu tes premiers albums avec le recul ?

(Rires) Quand je les écoute aujourd’hui, au niveau de la prestation vocale, du son… C’est à des années lumières de ce que nous faisons aujourd’hui. Mais je peux entendre cette forme d’excitation qui tend philosophiquement vers la musique progressive… et ça marche pas mal (Sourire) ! Quand je regarde en arrière et constate le voyage effectué depuis neuf albums, ce que je vois est assez intéressant !


Les lecteurs de Music Waves veulent savoir si tu prévois de sortir un nouvel album avec Vulgar Unicorn ?

J’en doute pour une raison : Neil (NdStruck : Randall) qui est la vraie force directrice de Vulgar Unicorn n’est plus trop dans l’optique de faire de la musique… C’est vraiment dommage ! Mais il ne faut jamais dire jamais et comme nous sommes toujours amis (Sourire) !


Sans transition, quelle peut être la prochaine étape de l’évolution musicale de Pineapple Thief ?

C’est un des charmes d’évoluer dans la musique progressive : ça peut être n’importe quoi ! Même si je pense que les gens de Music Waves ont pu être déçus par la perte d’une époque de "Someone Here Is Missing", quoi que nous fassions, nous sonnerons toujours comme Pineapple Thief. J’ai déjà commencé à écrire quelques chansons et c’est toujours aussi intense et plus heavy… Il semblerait que le côté dur soit de retour mais encore une fois, c’est une évolution inconsciente. Je pense que l’orientation sera plus dure, avec des cordes et il y aura plus de ces choses qui constituent "Someone Here Is Missing" montrant ainsi que nos influences progressives n'ont pas disparu (Sourire).


Une sorte de retour aux sources progressives avec des parties acoustiques…

Exactement ! Ca ne devra pas ennuyer certains fans qui ne savent plus comment nous qualifier : un groupe de hard rock ou acoustique voire progressif…


Un album qui mélangerait toutes les influences entendues dans chaque précédent album ?

Inconsciemment, je pense que c’est mon but ultime…


Rassures-nous ce n’est pas un best-of dont tu nous parles ?

Non sinon ça serait un triple album (Rires) !


Quel est ton avis sur la scène progressive actuelle ?

C’est un monde différent de celui dans lequel nous étions à nos débuts en 1999. La bonne chose est qu’il y a 10 ans, c’était rare d’admettre que tu étais un groupe progressif parce que les gens avaient une image assez… sale ! Aujourd’hui, c’est tout à fait crédible grâce notamment à des groupes comme Porcupine Tree, Steven Wilson, Anathema…


… et Pineapple Thief !

Bien sûr (Rires) !


Et quel est ton avis quand tu vois des groupes comme TesseracT désigné meilleur nouveau groupe progressif alors que c’est un groupe djent et donc plus death metal avant tout. Comme pour Opeth, on est quand même assez éloigné du progressif d’un Supertramp avec lequel tu as grandi…

Tu as raison, tous ces groupes sont considérés comme faisant de la musique progressive parce que c’est une bonne scène. Et comme toute bonne scène, il y a des sous-genres.


Oui mais au final, le risque n’est pas que cette scène et ses sous-genres ne veulent plus rien dire ?

Oui, tu fais des morceaux longs, techniques comme Dream Theater voire même du metal symphonique et toutes sortes d’autres trucs… Je vais t’avouer que je ne suis pas un grand fan de ce style et je pense que tu as probablement raison : que signifie être progressif aujourd’hui ? Si tu regardes bien, Music Waves est un site d’information incroyablement vaste et c’est probablement une des raisons pour lesquelles vous avez changé de nom de Progressive Waves à Music Waves. Mais à ce jour, le terme "progressif" veut dire quoi finalement ? Que tu ne fais pas une musique rock formatée…


Si tu devais choisir un titre de la discographie de Pineapple Thief pour faire découvrir le groupe à quelqu’un qui ne le connaîtrait pas, quel titre choisirais-tu ?

Probablement “Snowdrops”.


Quel est ton meilleur souvenir d’artiste ?

Probablement la première fois où nous avons joué en Hollande. Nous avons joué devant 300 personnes, nous avions notre propre loge… nous étions vraiment entrés dans un tout autre monde. Et c'est à ce moment là que que nous nous sommes dit qu'il y avait quelque chose à faire !


Au contraire, quel serait le pire souvenir ?

Oh, il y en quelques uns mais je dirais quand nous avons joué dans un club vraiment affreux à Manchester pour 40 personnes.


On a commence avec la question qu’on t’a trop souvent posée, au contraire, quelle est celle que tu souhaiterais que je te pose ?

Ah ! C’est vraiment une très, très, très bonne question ! (Silence) Tu me poses une colle je ne pourrais pas répondre à cette question (Sourire) !


[IMAGE3]


Je ne sais pas quelque chose dont nous n’aurions pas parlé pendant cette interview et que tu souhaiterais dire ?

Pour être honnête, non !


Enfin, souhaiterais-tu dire un dernier mot aux lecteurs de Music Waves qui te suivent depuis le début et peut-être en français ?

Je ne pourrais pas, mon français est terrible (Rires). Mais j’aimerais vraiment dire que depuis maintenant 10 ans de musique avec Pineapple Thief, j’apprécie vraiment le soutien de Music Waves sans qui nous ne serions peut être pas là en France !


Merci à Replica ainsi qu'à Arnaud, TonyB et surtout Pete_T pour leurs contributions...


Plus d'informations sur http://www.pineapplethief.com
eventuser_idarticle_comment_id
NUNO777 - 21/01/2013 15:49:40
Encore une interview extrêmement intéressante de Struck! Et le "j’apprécie vraiment le soutien de Music Waves sans qui nous ne serions peut être pas là en France " est agréable à lire!
140592
PETE_T - 21/01/2013 14:49:42
En relisant cette interview je me vois revenir 3 mois en arrière et me souvenir de ce très bon moement en compagnie d'un être tout à fait adorable. Merci Mr Bruce pour la belle musique que vous distiller...
200391
Main Image
Item 1 of 0
 
  • 765
  • 766
  • 767
EN RELATION AVEC PINEAPPLE THIEF
DERNIERE ACTUALITE
The Pineapple Thief à Lyon en octobre!
CONCERT

Lire l'actualité
Voir toutes les actualités concernant PINEAPPLE THIEF
 
DERNIER ARTICLE
Bruce Soord, habitué des interviews chez Music Waves, est cette fois-ci de retour pour promouvoir le dernier album de The Pineapple Thief, "Dissolution".

Lire l'article
Voir tous les articles concernant PINEAPPLE THIEF
 
DERNIERE CHRONIQUE
Dissolution (2018)
Avec "Dissolution", The Pineapple Thief livre une fusion réussie et maîtrisée entre l'accessibilité de la pop et l'exigence progressive

Lire la chronique
Voir toutes les chroniques concernant PINEAPPLE THIEF

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
Quelques uns de nos partenaires :
Roadrunner Records, Mascot Label Group, Spv Steamhammer, Afm Records, Sony Bmg, Peaceville Records, Warner, Unicorn Digital, Frontiers Records, Karisma Records, Insideout Music, Kscope, Ear Music, Progressive Promotion Records

© Music Waves | 2003 - 2020