MW / Accueil / Articles / INTERVIEWS - CLIVE NOLAN - AGNIESZKA SWITA (MARS 2013)
TITRE:

CLIVE NOLAN - AGNIESZKA SWITA (MARS 2013)


TYPE:
INTERVIEWS
GENRE:

ROCK PROGRESSIF



En marge du fundraiser de Villamblain pour Alchemy, Clive et Agnieszka ont accepté de répondre aux questions de MW
ABADDON - 03.04.2013 -
2 photo(s) - (2) commentaire(s)

MW : Pour commencer, pouvons-nous parler de la création du groupe Caamora ? A ce sujet, j'ai vu que le nom du groupe ne figurait nulle part sur le livret d'Alchemy : pourquoi ?

Clive : Nous avons décidé de simplifier les choses… Les gens confondaient le nom de l'album 'She' avec le nom de Caamora. Et puis Caamora n'est pas vraiment un groupe au sens propre, c'est une troupe de spectacle musical. Metal Mind a choisi de nous présenter de cette façon, et nous étions d'accord. Nous avons gardé le nom de Caamora pour, en quelque sorte, l'entité qui existe …


MW : … une sorte de troupe de théâtre ?

Clive : … oui, c'est ça !


MW : Comment partages-tu ton temps entre tes différents projets (Pendragon, Caamora, Arena …) ? Caamora a pris une part importante ces dernières années ...

Clive : oui, depuis 7 ans maintenant ! Eh bien, c'est comme pour ton job, tu dois simplement organiser ton temps en fonction de ce que tu veux faire. Un temps pour Arena quand c'est le moment … c'est juste une question de planification. C'est vrai que Caamora a pris une grande place ces dernières années, parce que c'est un gros challenge d'écriture … Mais, tu sais, quand je travaille avec Pendragon, je me donne à 100 % pour ça, la même chose pour Arena … Tu dois juste planifier !

MW : c'est peut-être plus compliqué maintenant qu'Arena a repris du service. Au fait, Agnieszka, t'arrive-t-il de suivre Arena en tournée ?

Agnieszka : (sourire) eh bien, je suis chanteuse, je chante sur les projets de Clive (Ayesha dans She ou Amelia dans Alchemy), je ne suis impliquée à aucun niveau pour Arena – même si, évidemment, j'adore ce qu'ils font -, donc quand ils partent en tournée, je reste où je suis - je vis à Londres … mais je vais les voir quand ils passent près de chez moi !


MW : Clive, tes projets Caamora et Arena sont très différents : Arena est un groupe de rock progressif et Caamora est plus proche de l'opéra progressif, non ?

Clive : Mon but, avec Alchemy, encore plus que pour She, était d'écrire une comédie musicale. Je n'ai pas essayé, en l'écrivant, de la faire sonner rock ou pas, mais de restituer l'histoire. De toute évidence, oui, Arena est un groupe rock, et c'est le son qui sort quand nous travaillons ensemble, parce que je ne travaille pas seul, nous travaillons dans le même sens, avec un son particulier. Pour Alchemy, j'ai juste voulu écrire une comédie musicale, il n'y avait pas de règle, c'était juste la liberté … et j'ai adoré ça !

[IMAGE1]

MW : Au cours de ta carrière, tu as souvent travaillé sur des thèmes. Ça a toujours été une volonté ? Est-nécessaire pour toi d'avoir un thème pour écrire un album ?

Clive : J'aime bien avoir une histoire à raconter … J'ai besoin de visualiser ce que je vais écrire. Donc la plupart des choses que j'ai écrites relèvent vraiment d'une histoire. Très peu, en fait, se basent sur une idée abstraite, peut-être trois ou quatre...

C'est important, et ça vaut aussi pour les concept-albums : voir l'histoire, ça te donne une structure et une fois qu'elle est posée, alors la musique elle aussi prend une certaine structure. Je pense que c'est plus facile, plus évocateur : si, dans une histoire, il y a une partie qui évoque, je ne sais pas, par exemple "Seul dans la Nuit", donc l'obscurité nocturne et l'isolement, immédiatement, pour moi, cela me donne une approche musicale plus introspective. L'histoire te donne en quelque sorte une idée visuelle qui devient ensuite une idée musicale... Enfin c'est comme ça que ça fonctionne pour moi !


MW : Parlons à présent d'Alchemy … La première mondiale d'Alchemy a eu lieu à Katovice le 22 février …

Clive : Oui, un grand souvenir !


MW : A quand la sortie du DVD ?

Agnieszka : Pour l'automne …

Clive : Nous souhaitons l'avoir en septembre, pour coïncider avec le show que nous allons faire en Angleterre. En tous cas, avant la fin de l'année !


MW : Oui, Alchemy a été créé pour la scène …

Clive : Pour moi, c'est la partie la plus importante du projet : le CD est très bon, le DVD est fantastique !


MW : Oui, j'ai déjà écouté le CD de nombreuses fois et ça donne envie de voir le spectacle sur scène !

Agnieszka : … alors il faudra venir à Cheltenham !

Clive : Tu sais, ce n'est pas si difficile ! Avec un vol jusqu'à Bristol, un hôtel pas cher sur place et le ticket d'entrée, ça coûte moins cher qu'une soirée et une nuit à Londres. En plus, tu pourrais visiter l'Angleterre authentique, pas la partie cosmétique que tous les touristes voient ! En tous cas, c'est la meilleure façon de découvrir Alchemy. C'est une chose que je ne peux pas faire venir à vous, il y a 50 personnes qui travaillent sur le show, c'est beaucoup !

[IMAGE2]

MW : Comment as-tu choisi tes invités (RPWL et Ray Wilson) pour ce 22 février ?

Clive : Oh, ce n'est pas moi, c'est Metal Mind qui a choisi. Ils ont présenté la soirée comme "Une Nuit au Théâtre", et comme RPWL avait fait une tournée dans cet esprit juste avant et que le set de Ray Wilson était vraiment bien, avec un quatuor à cordes et des guitares acoustiques, tout ça formait un bel ensemble.

Agnieszka : oui, vraiment ! Ma mère était présente, et elle a beaucoup apprécié le show !


MW : Quatre années, c'est beaucoup de temps pour écrire un album … Est-ce que cela a été difficile ?

Clive : Non, pas vraiment ! Enfin, si, difficile par certains côtés, mais ce n'est pas une mauvaise chose, c'est comme escalader un montagne : certaines personnes font ça pour le plaisir …

Agnieszka : Je lui ai posé cent fois la question !

Clive : La première année, j'étais juste en train d'écrire l'histoire, enfin, je ne passais pas des heures assis en train d'écrire, j'y réfléchissais, je prenais des notes que je collais au mur, ce n'était pas encore intense. Par contre, les huit derniers mois, au moment de l'enregistrement, j'étais très concentré, enfermé toute la journée en train d'écrire, et ça devenait plus tendu, comme toujours quand on se rapproche du final. Là, oui, c'était difficile, mais si ce n'était pas difficile, il n'y aurait pas le même plaisir !


MW : Tu as écrit toutes les compositions, et c'est une grosse différence avec Arena. Le fait de travailler seul, c'est plus de liberté, ou bien le compositeur est-il bridé par sa seule inspiration ?

Clive : C'est définitivement plus de liberté ! J'adore travailler avec Mick et John, c'est la dynamique Arena, et ça depuis douze ans et plus, mais je me sens en vérité plus à l'aise quand je travaille seul. Parce que je n'ai pas ... à manipuler les choses de telle ou telle façon…

Pour être honnête, avec Arena, je contrôle beaucoup de choses, c'est à dire que chacun me présente ses musiques et je fais des choix. En vérité je ne crois pas aux groupes qui se réunissent en salle de répétition dans une sorte de démocratie, "moi, j'ai deux idées pour cette chanson, moi je …", je crois que tout ça ne donne pas un bon morceau. Je pense que dans ce domaine particulier, il faut plus croire en la dictature.

Agnieszka : (Mimique surprise) Tiens donc !


MW : A l'écoute d'Alchemy, on retrouve certaines similitudes – dans les harmonies vocales notamment – avec tes travaux avec Oliver Wakeman …

Clive : Pour moi, c'est plutôt dans la continuité de Strangers on a Train. Quand on raconte une histoire comme celle-ci, les parties vocales peuvent être un peu plus emphatiques, c'est très différent de la manière de construire une musique rock. Dans une comédie musicale, les vocaux dessinent tout le temps des images …


MW : … avec plusieurs plans …

Clive : Oui, et c'est une approche différente.


MW : Agnieszka, tu tiens l'un des rôles féminins principaux… Comment as-tu transposé ce rôle sur scène ? Il y a un là travail d'actrice, en plus du "simple" travail de chant …

Agnieszka : Eh bien, en incarnant le personnage et en s'exprimant avec le cœur, le chant devient expressif. Il faut exprimer la puissance, les émotions, la douceur aussi … et toujours penser à la place de la chanson dans l'histoire.


MW : Mais la façon de se présenter sur scène est particulière dans une comédie musicale, les déplacements, la façons dont tu interagis avec les autres personnages …

Agnieszka : Pour le moment, nous n'avons fait qu'une représentation à Katowice … tu y étais ?


MW : (en français, par réflexe) eh, non !

Agnieszka : (en français) "C'est dommage" (rires) ! C'était plus une représentation de concert, ça signifie que nous étions en face de nos micros, avec très peu de mouvements, alors que pour She, c'était une mise en scène complète avec une histoire différente … Mais bien sûr, quand nous amènerons Alchemy sur scène, ce sera complètement différent !


MW : Alchemy paraît encore plus difficile à mettre en scène que She : plus de personnages, douze décors … un vrai challenge ?

Clive : Oui, clairement : il y a plus de monde, plus d'interactions, plus de changements de lieu … Je ne me rends pas tout à fait compte à l'heure actuelle, parce que nous ne l'avons pas encore mis en place, nous avons des idées, mais oui, ça va être plus compliqué … Mais l'histoire nécessitait plus de personnages et plus de changements de place, donc …


MW : le scénario est une histoire assez compliquée … D'ailleurs, Agnieszka, as-tu contribué à son élaboration ?

Agnieszka : Non, aucunement. Pour She, nous avions développé l'histoire ensemble – même si les grandes lignes étaient de Clive -, mais pour Alchemy tout est de Clive, je ne suis intervenue que pour des changements très mineurs.

Clive : J'ai décidé de placer des dialogues à l'intérieur de l'histoire, dialogues qui seront mis en scène et donc déclamés, simplement parce que pour porter ces courtes explications en musique, ça aurait pris quatre heures, alors qu'avec deux minutes de dialogues, je peux faire progresser l'histoire rapidement. Par contre, j'ai refusé de laisser des dialogues sans musique : la règle, c'est que la musique ne s'arrête jamais. Une des plus grosses difficultés a été de placer les dialogues de façon efficace.

Il faut recevoir l'ensemble comme une pièce de musique et je dois dire que ça s'est très bien passé en Pologne, alors que je pensais que ce serait un gros, gros problème. Tout le monde m'a dit que les dialogues s'inséraient très bien, donc … c'est possible à faire !


MW : Parlons du fundraising, une chose qui est peu pratiquée en France : pourquoi avoir préféré jouer devant de petites audiences plutôt que devant un public plus large, dans de plus grandes salles ?

Clive : Soyons clairs sur le fundraising : il s'agit bien de récupérer des fonds pour le show de Cheltenham. Ce n'est pas une représentation ordinaire … Si nous devions faire une tournée avec une série de concerts, le coût de l'opération serait très élevé. Aussi il nous fallait trouver le moyen de donner des concerts qui ne coûtent pas trop cher. C'est pour ces raisons que nous avons choisi cette formule.

Le concert de ce soir est le cinquième (deux en Angleterre, deux en Hollande, et ce soir ici en France), nous demandons à quelques musiciens de nous rejoindre comme invités – personne n'est payé - et cela nous permet de faire des concerts qui sortent de l'ordinaire – chacun des concerts est différent des autres. C'est plus intime, plus personnel.

L'idée du fundraising vient d'Amérique du Sud, c'est un procédé habituel là-bas, ils viennent jouer devant des publics restreints, en leur disant "hey, donnez-nous votre argent !". Ça permet de récolter de l'argent pour les grands shows, alors je me suis dit "Peut-être qu'on devrait faire la même chose en Europe" …


MW : et un seul de ces concerts est en France ?

Agnieszka : Bon, on en aurait fait plus si on nous l'avait demandé !

Clive : Oui, c'est juste une question de demande … Thomas a eu l'amabilité de nous offrir cette opportunité, merci à lui - et à son épouse aussi, bien sûr! (rires) Naturellement, il faut être sûr que l'opération rapportera suffisamment d'argent, il faut tenir compte des déplacements , etc …

Agnieszka : Et puis cela dépend de la façon dont les gens reçoivent l'idée, s'ils croient dans le projet Alchemy … Mais si quelqu'un, en France ou ailleurs, a la volonté d'organiser un fundraiser, nous prendrons sa demande en considération !


MW : Le concert de ce soir est totalement acoustique …

Clive et Agnieszka : oui, entièrement !


MW : Cela demande beaucoup de changements pour toi, en tant que chanteuse ?

Agnieszka : C'est différent, nous avons fait ce genre de choses quand nous avons commencé à travailler ensemble, il y a six ans, en tournée en Europe avec quelques morceaux acoustiques, donc je suis habituée à ce type de travail, avec une prestation vocale très en avant … on ne peut pas se cacher derrière le groupe, et si par malheur tu fais une faute, ça devient vraiment évident - et ça m'est déjà arrivé, hélas !

C'est juste une expérience différente, l'acoustique est très agréable ; évidemment avec un groupe, il y a plus de puissance, et on peut interagir avec plus de personnes, mais pour être honnête, tout dépend du public qui est en face. Tu peux aussi tirer parti de cette énergie-là, ce qui fait que certains concerts acoustiques peuvent être incroyables, incroyablement énergisants, on voit des personnes headbanger pendant toute une session acoustique ! Oui, c'est différent, c'est un cadeau des participants …

Clive : Et au-delà de ça, c'est un terrain d'entraînement où je peux essayer des sons, préciser certaines choses, pour voir comment le public réagit …

Agnieszka : Tu sais, si la chanson est bonne et que tu l'amènes en acoustique, ce sera toujours une bonne chanson !


MW : Je crois savoir que certains titres joués ce soir sont inédits ?

Clive : C'est vrai, l'un d'entre eux est nouveau, 'Journey of Life', que j'ai écrit juste avant le fundraiser de Bristol.


MW : Et maintenant? Quoi de prévu dans l'avenir ?

Clive : Dormir (Rires) ! Non, la chose la plus importante pour moi après l'album, c'est comment monter le spectacle de Cheltenham, comment élever la musique au niveau suivant. Il faut voir ça avec les producteurs, avec l'idée ultime d'emmener le spectacle à Londres. Nous avons aussi le projet d'emmener 'She' en Afrique … Mais si nous arrivons à faire cela, je ferai quelques changements, quelques retouches sur la musique et j'ajouterai un autre personnage. J'aimerais bien que ce show se développe encore un peu plus, c'est souvent ce qui se passe avec les musicals, un peu comme un processus biologique. Je travaille aussi avec Agnieszka pour un album solo sur lequel elle travaille depuis un an ou deux …

Agnieszka : Deux !

Clive : nous en sommes à la sélection des musiciens, et au milieu de l'été nous commencerons à mettre tout ça en forme.

Agnieszka : L'album s'appellera 'Sleepless'

Clive : En ce qui concerne les choses habituelles … Pour Pendragon, nous serons en tournée en mai, un album sortira au début de l'année prochaine, et pareil pour Arena, il y aura un nouvel album l'an prochain, ce qui fait que les deux groupes auront de grosses tournées en 2014, nous serons très occupés !

MW : Parfait ! nous sommes dans les temps ...(le concert commence dans 15 minutes …). Il me reste à vous remercier pour cette interview qui paraîtra prochainement dans Music Waves.


Plus d'informations sur http://www.clivenolan.net/
 
(2) COMMENTAIRE(S)  
 
 
PETE_T
05/04/2013
  0
Rien à dire si ce n'est que je suis le propriétaire de ces fauteuils, canapés, horloge et autres ornements de ce salon qui ont accueilli Clive et Agnieszka pour un WE splendide sous le signe de la simplicité, la convivialité et l'humanité.
Penser que 12 heures plus tôt les Weend'ô étaient eux aussi présents pour partager avec cet anglais et cette polonaise un met typiquement montagnard assaisonné de quelques liquides locaux me remet en mémoire de très très bons moments.
Bravo Ab' pour cette interview qui etait mon cadeau pour le grand admirateur du lord des claviers que tu es.
TONYB
05/04/2013
  0
Belle interview, belles couleurs de salon (et le soleil, vous l'avez trouvé où ?), que de l'eau sur la table (!!!!) bref, un bon moment partagé avec les lecteurs. Merci à tous
... et de surcroit, de bonnes nouvelles musicales pour 2014, que du bonheur !
Haut de page
 
Main Image
Item 1 of 0
 
  • 842
  • 843
Haut de page
EN RELATION AVEC CLIVE NOLAN
DERNIERE CHRONIQUE
CLIVE NOLAN: Song Of The Wildlands (2021)
4/5

En adaptant un poème épique, Clive Nolan confirme son goût pour la narration. Oubliez les récitatifs et profitez de la musique, qui ne manque pas de souffle !
DERNIERE ACTUALITE
CLIVE NOLAN dévoile son nouvel album 'Song Of The Wildlands'
 
AUTRES ARTICLES
FEAR FACTORY (10 DÉCEMBRE 2012)
"Le stress est le moteur du sens de l’inspiration"
AMPLIFIER (07 FÉVRIER 2013)
"Nous nous attachons donc en quelque sorte à ne vouloir sortir que des deuxièmes albums, en cherchant toujours à surprendre, en évitant les répétitions"
 

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2021